Origines de la vénération à MarieLa ville de Lyon vénère la Vierge Marie depuis le Moyen Âge et sest mise sous sa protecti...
Poursuite de la traditionLumignonsDepuis 1852, la fête a été reconduite chaque année. La tradition veut que chaque famille...
Affluence exceptionnelle dans le métro lors de la Fête des lumières (ici à Bellecour en 2006)Toutefois, et malgré un attac...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Histoire de la fête des lumières à lyon

938 vues

Publié le

histoire de la fête des lumières

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
938
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Histoire de la fête des lumières à lyon

  1. 1. Origines de la vénération à MarieLa ville de Lyon vénère la Vierge Marie depuis le Moyen Âge et sest mise sous sa protection en 1643,année où le sud de la France était touché par la peste : les échevins de Lyon, le prévôt desmarchands et les notables firent alors vœu de rendre hommage chaque année à la Vierge silépidémie de peste cessait.Depuis, un cortège solennel municipal se rend à la basilique Notre-Dame de Fourvière depuis laCathédrale Saint-Jean chaque 8 septembre (et non le 8 décembre), jour de consécration de la ville àla Vierge, le jour de la fête de sa Nativité, pour lui offrir cierges et écus dor : il sagit du Vœu desÉchevinsConfusions régulièresLes versions quant à lorigine de cette célébrations prètent à confusion : souvent le mélange des vœuxà la Vierge et loubli des dates fait remonter lorigine des Illuminations, voire la création de la BasiliqueNotre-Dame de Fourvière, à un vœu prononcé après une épidémie de peste qui aurait sévi en 1643.Premières illuminations du 8 décembreEn 1852, est inaugurée la statue de la Vierge Marie érigée sur la chapelle de la colline de Fourvière.Réalisée par le sculpteur Joseph-Hugues Fabisch, elle a été proposée par quelques notables lyonnaiset fervents catholiques puis acceptée par le cardinal de Bonald en 1850. Linauguration de la statueaurait dû avoir lieu le 8 septembre 1852, jour de la fête de la nativité de la Vierge et date anniversairedu vœu des échevins de 1643. Mais une crue de la Saône aurait empêché quelle fût prête ce jour-làet que la cérémonie seffectuât. Larchevêché, en accord avec la commission des laïcs, choisit alorsde reporter linauguration à la date du 8 décembre.Or, le 8 décembre est la date de la fête de lImmaculée Conception de la Vierge, fête célébrée depuis ele IX siècle, même si la proclamation du dogme ne date que de 1854. Les jours qui précèdentlinauguration, tout est en place pour les festivités : la statue doit être illuminée par des feux deBengale, on prévoit des feux dartifices depuis le haut de la colline et des fanfares vont jouer dans lesrues. Les notables catholiques lyonnais proposent dilluminer les façades de leurs maisons commecela se fait traditionnellement pour les grands évènements (entrées royales, victoires militaires...).Mais le 8 décembre au matin, un violent orage sabat sur Lyon. Le maître des cérémonies décideaussitôt de tout annuler et de reporter les réjouissances nocturnes au dimanche suivant. Puis,finalement, le ciel se dégage, et la population lyonnaise qui avait tant attendu cette cérémonie, dungeste spontané, illumine ses fenêtres, descend dans les rues et quelques feux de bengale allumés àla hâte éclairent la statue et la chapelle de Notre-Dame-de-Fourvière (la basilique nexiste pasencore). Les Lyonnais chantent des cantiques et crient « Vive Marie ! » jusque tard dans la nuit.
  2. 2. Poursuite de la traditionLumignonsDepuis 1852, la fête a été reconduite chaque année. La tradition veut que chaque famille lyonnaiseconserve désormais avec ses décorations de Noël, son assortiment de verres du 8 décembre, épaiset parfois colorés. On appelle ces verres garnis dune bougie des « lumignons ». Dès le mois denovembre, on trouve dans les magasins des sacs de ces fameuses bougies courtes et canneléescomme des gâteaux, ainsi que des assortiments de verres. Le soir du 8 décembre, les bougies sontallumées et placées dans les verres déposés sur le bord des fenêtres.Depuis la municipalité de Michel Noir en 1989, la fête spontanée est accompagnée par desanimations proposées par la municipalité et les professionnels du spectacle. Ces animations ont faitque cette fête a revêtu un caractère également touristique, attirant plusieurs millions de visiteurschaque année. La participation populaire demeure néanmoins très présente du fait des façadesilluminées et des déambulations le soir du 8 décembre.
  3. 3. Affluence exceptionnelle dans le métro lors de la Fête des lumières (ici à Bellecour en 2006)Toutefois, et malgré un attachement de la population lyonnaise à la tradition, les fenêtres pourvues delumignons demeurent minoritaires aujourdhui. Ceci sexplique notamment parce que la fêtecommerciale a fait de lombre à la tradition religieuse1.La fête ne cesse cependant de prendre de l’ampleur et la présence, ces dernières années, deconcepteurs nationaux et internationaux de renom illustre bien le rayonnement internationalgrandissant de cette manifestation. Étendue sur 4 jours depuis 1999,2 Lyon 8 décembre – Fête desLumières anime tous les quartiers et offre dans toute la ville des scénographies et des spectacles delumière innovants et surprenants, sur des sites traditionnels ou insolites.En 2010, 3 millions de personnes ont déambulé dans les rues de Lyon pour la Fête des Lumières 1.Heavent Sud, le salon des professionnels de l’évènement, organisait, le 29 mars 2007 au Palais desFestivals de Cannes, la première édition des trophées de l’évènement. La Fête des Lumières s’est vudécerner le trophée du « meilleur évènement Grand Public 2006 ».  

×