Le grand quotidien du Sud-Est
- Publicité/Annonces : 04 93 18 70 00 - Abonnement : www.varmatin.com/abonnement ouRédaction...
Saint-Raphaël41, bd de la Libération - Tél. 04.94.19.33.00 - Eurosud : 04.94.19.33.22 - saint-raphael@nicematin.fr
Accès
d...
Fréjus
Ouvert du lundi au samedi de 9 h 00 à 12 h 30 / 15 h à 19 h
Pergola Bio ClimatiquePergola Med Luce
Du 20 au 26
avri...
Fréjus
d’un riche héritage
Il est le guide-conférencier
incontournable à Fréjus.
Même après 21 ans de mé-
tier, le plaisir...
Saint-Raphaël
Quelsouvenirgardez-vousde
votrepremièreélectionen1995?
Le scrutin avait été décalé au mois
de juin à cause d...
leursnocesdeporcelaineélection (les municipales 2014, Ndlr)
où il n’était pas en état de se
présenter. Il était clair qu’i...
NOBILE ÉLECTRICITÉ /
CLIMATISATION
Maître artisan en
électricité générale et en
climatisation, à Saint-
Raphaël. Notre équ...
Maures - Estérel Jeudi 23 avril 2015
var-matin
PORTES OUVERTES
VENDREDI 24 & SAMEDI 25 AVRIL
VOLET - CHAUFFAGE - LINER - P...
Maures - Estérel Jeudi 23 avril 2015
var-matin
L
es inscriptions sont désormais
closes et le nombre maximum de
participant...
Maures - Estérel Jeudi 23 avril 2015
var-matin
Outre son rôle de vigie, l’As-
sociation autonome des pa-
rents d’élèves (A...
Maures - Estérel ̈̈ SSppoorrttss Jeudi 23 avril 2015
var-matin
Dernière étape inter-régio-
nale à Sainte-Maxime où Élo-
di...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Pages locales saint raphael 150423

5 448 vues

Publié le

Les pages locales de Var-matin Fréjus/Saint-Raphaël du 23/04/2015

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
5 448
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4 393
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Pages locales saint raphael 150423

  1. 1. Le grand quotidien du Sud-Est - Publicité/Annonces : 04 93 18 70 00 - Abonnement : www.varmatin.com/abonnement ouRédaction : fréjus - saint-raphaël 04 94 19 33 00 varmatin.comjjeeuuddii 2233 aavvrriill 22001155 Le premier magistrat Georges Ginesta célèbre cette année le vingtième anniversaire de son arrivée aux affaires. Il revient en détail sur ce long bail. P 8-9 (PhotoPhilippeArnassan) Vingt ans! MAIRE DE SAINT-RAPHAËL DEPUIS 1995TERRORISME Villejuif : un projet d’attentat déjoué P 22 SAINT-RAPHAËL Le théâtre s’installe en ville P 5 GÉNOCIDE DE 1915 Les Arméniens du Var « sans haine » P 2 À 4 LIGUE DES CHAMPIONS Monaco : pas d’exploit face à la Juventus P 26 Le riche patrimoine du centre-ville P 6-7 FRÉJUS (PhotoAdelineLebel) Europe : état d’alerte par Denis Jeambar P 24 UNEPUBLICATION DUGROUPENICE-MATIN3:HIMKQD=[UVWU]:?a@e@m@d@k; 20636-0423-1,20€ 1,20 € Italie : 1,80 € N° 24490- -
  2. 2. Saint-Raphaël41, bd de la Libération - Tél. 04.94.19.33.00 - Eurosud : 04.94.19.33.22 - saint-raphael@nicematin.fr Accès deVillas Enrobésnoirsoucolorés Gravillonnage-Bordures JP.BERNABO 04.94.72.57.08 Particuliers Professionnels D u théâtre à huit euros, on en rede- mande. Ça tombe bien car la troisième édition des Rencontres théâtrales de Saint-Raphaël, à parta- ger entre amis ou en famille, s’est étoffée : vingt et une pièces sont proposées du 24 avril au 10 mai. Le pro- gramme fait la part belle aux comédies, pour rire en ou- bliant tous ses soucis. Une belle panoplie de com- pagnies locales qui, en plus d’être talentueuses, sont gé- néreuses. Elles font don de places gratuites pour les personnes en difficulté. Les membres de l’association Les Amis de Saint-François- de-Paule retireront les pla- ces offertes par les compa- gnies auprès du boulanger Maoro du boulevard du gé- néral Leclerc pour les redis- tribuer aux familles en pré- carité. De la prose et des épées Les compagnies sont aux anges : « Nous avons doublé le nombre de spectacles et nous mettons à disposition des compagnies les lieux, salle Félix-Martin et audito- rium du centre culturel gratui- tement. La salle et le matériel et le régisseur. Nous avons aussi ouvert une salle “Lou Safranié”, juste en face du centre culturel, dans la rue du Safranié afin que les ac- teurs puissent se retrouver et partager. Ils peuvent égale- ment tenir une permanence dans le hall du centre culturel afin de promouvoir leur pièce et de rencontrer leur public », a détaillé Guillaume Decard, adjoint a maire, dé- légué à la culture et con- seiller général. « C’est un plaisir de proposer ces rencontres aux Ra- phaëlois et d’accompagner les compagnies du territoire. Tout le monde participe car nous avons construit ce pro- jet ensemble, avec les com- pagnies. Et je voudrais aussi les associer lors d’une visite du théâtre Le Forum pour en- visager d’autres projets pour 2016. Car nous avons un pu- blic pour le théâtre sur le sec- teur ». Le programme est al- léchant dès le 24 et le 25 avril avec « Les Cheva- liers des roches rouges » qui savent manier la prose aussi bien que l’épée. En costume d’époque Louis XIV, ils jouent un duc aigri et ses femmes et croisent le fer dans de grands combats scénarisés. C’est très drôle tout comme la fameuse « histoire de oufs » de la très douée compagnie de l’Étin- celle. Cette succession de quiproquos de Pierre Sau- vil, mise en scène par Do- minique Auzet promet une soirée déjantée. Nerval, Aragon,... Didier Beaumont a écrit une pièce originale Le passager de 10h09. Avec sa compa- gnie « grain de scène », il jouera la trentième après avoir tourné dans tous les festivals de la région Paca. Là encore, pas question de s’ennuyer. On ne sortira pas morose non plus avec la comédie du célèbre Eric Assous Le Bonheur présenté par Les scènes d’Argens, une com- pagnie pugétoise. Rapt, « dramatiquement drôle », Le mariage de made- moiselle, une heure trente de rire, de l’immense Michel Heim dont les dialogues sont si savoureux… et bien d’autre encore. Enfin, le Lien défait pour compléter de façon plus lit- téraire et intimiste ces ren- contres. Julien Ettori y est un passeur de textes. Ac- compagné d’une violoncel- liste et d’une pianiste, il montre que la poésie est ac- cessible à tous et son inter- prétation d’Apollinaire, Ner- val, Heine, Aragon… émer- veille son public. JOCELYNE JORIS jjoris@nicematin.fr Mise en bouche. Galère, mystère… presbytère! vendredi 24 avril à 20h30, auditorium Saint-Exupéry. 1001 lames, samedi 25 avril à 17 h, auditorium Saint- Exupéry. Une Histoire de ouf! samedi 25 avril à 20h30, salle Félix-Martin. Les Papys Boomers : dernière tournée, dimanche 26 avril à 20h30, salle Félix-Martin. Réservationsàl’accueilducentreculturel, du mardi au samedi de 14h à 18h. Tél. : 04.98.11.89.00 - billetterie@ville- saintraphael.fr Tarif unique : 8 euros - GratuitépourlespectacleHaroldetMaude du lundi. La troisième édition s’est particulièrement étoffée avec 21 pièces de théâtre. Au programme essentiellement des comédies à partager entre amis ou en famille pour oublier tous ses soucis Les rencontres théâtrales pour rire à Saint-Raphaël Un programme très alléchant pour cette troisième édition qui démarre samedi. (Photos Philippe Arnassan)
  3. 3. Fréjus Ouvert du lundi au samedi de 9 h 00 à 12 h 30 / 15 h à 19 h Pergola Bio ClimatiquePergola Med Luce Du 20 au 26 avril 2015*Conditions en magasin Show Room 13, rue Jean Corona 83120 Sainte-Maxime 04.94.96.36.60 MOTEUR pour 1€ Salon de jardin Voile d’ombrage Store Coffre Pergola Med Quadra Beaucoup de monuments et vestiges des époques romaine et médiévale occupent le cœur historique de la cité antique. C’est unique en France! Forum Julii est à visiter sans modération Le centre-ville témoigne Q ue de chemin parcouru depuis les Oxybiens, peuple celto-ligure d’avant notre ère, pré- sents avant l’arrivée des premiers Romains. Avant le « Marché de Jules », ou Forum Julii, voulu par le célèbre Jules César pour supplanter Massa- lia (Marseille), dit-on ! C’est ici aussi qu’Octave rapatria les galères pri- ses à Marc Antoine lors de la bataille d’Actium en 31 av. J.-C. Les vestiges romains que l’on re- trouve aujourd’hui rap- prochent même Fréjus d’Arles. Pas pour la quan- tité de vestiges, mais pour la qualité architec- turale similaire. Au-delà des Romains, l’histoire a continué à donner à Fréjus un pa- trimoine riche. Le IVe siècle vit la constitution de l’évêché de Fréjus, le deuxième de France après celui de Lyon, l’édification de la pre- mière église est attes- tée en 374... C’est dire si les curiosités à décou- vrir sont nombreuses ! Dossier : Nicolas Pascal npascal@nicematin.fr Photos : Adeline Lebel et Philippe Arnassan L’amphithéâtre romain ◗ Qu’est-ce que c’est ? Cet édifice bâti en petit appareil de grès vert local pouvait recevoir environ 10 000 spectateurs. Il accueillait vraisemblablement des combats de gladiateurs et des chasses de bêtes fauves. ◗ Quelle époque ? Construit à la fin du Ier siècle après J.-C. ◗ Et pourquoi lui rendre visite ? Les ruines de ces fameuses arènes ont été célébrées par Victor Hugo dans son tome 2 d’En Voyage. Au XXe siècle, des concerts mémora- bles ont été donnés (The Who, Po- lice, James Brown...) Aujourd’hui, les arènes ont pris une autre forme mais s’animent toujours l’été ! Le Cloître ◗ Qu’est-ce que c’est ? Le cloître (et le baptistère) de la cathédrale Saint-Léonce est une galerie qui faisait autrefois la transition entre la nef de la cathé- drale et les ruelles du centre-ville. ◗ Quelle époque ? Le baptistère date du Ve siècle, et le cloître à étages avec charpente en bois du XIIIe siècle. ◗ Et pourquoi lui rendre visite ? Le baptistère est d’un grand intérêt puisque classé parmi les plus anciens monuments chrétiens de France. Quant au cloître, ses arcades sont décorées de personnages peints, d’animaux et présente un bestiaire fantastique avec plus de 300 panneaux en pin. Le port antique ◗ Qu’est-ce que c’est ? Le port romain peut encore se voir chemin de la Lanterne d’Auguste, chose rare en France ! Il s’agit d’un muret qui délimite le port de la Lanterne d’Auguste, laquelle servait de repère aux marins. ◗ Quelle époque ? Du Ier siècle après J.-C. ◗ Et pourquoi lui rendre visite ? Du fait de l’avancée du littoral de près de 1 300 mètres, ce port se trouve maintenant à l’intérieur des terres... Une véritable curiosité à deux pas du centre-ville ! La porte d’Orée ◗ Qu’est-ce que c’est ? C’est un vestige des thermes du port romain : un arc en bordure de l’établissement de bains. ◗ Quelle époque ? Du IIe siècle après J.-C. ◗ Et pourquoi lui rendre visite ? Rue des Moulins, c’est tout ce qui reste de thermes monumentaux qu’on peut imaginer en regardant la taille d’un tel arc (notre photo à gauche). La porte des Gaules ◗ Qu’est-ce que c’est ? C’est la porte ouest de la ville antique. ◗ Quelle époque ? Du Ier siècle après J.-C. ◗ Et pourquoi lui rendre visite ? Rythmée de tours circulaires, l’enceinte était percée de quatre portes ouvertes aux quatre points cardinaux. Il n’en subsiste que deux : à l’est, avenue des Aqueducs, la porte de Rome et à l’ouest, rue Henri-Vadon, la porte des Gaules. Le théâtre antique ◗ Qu’est-ce que c’est ? Un théâtre où se divertissaient les premiers Fréjusiens ! ◗ Quelle époque ? Du Ier siècle après J.-C. ◗ Et pourquoi lui rendre visite ? Les gradins ont disparu, mais l’or- chestra, les vestiges de la cavea et les substructions de la scène sont encore visibles. On y joue encore au théâtre ; l’été, l’atmosphère y est très agréable. Les remparts romains ◗ Qu’est-ce que c’est ? Le tracé de l’enceinte romaine suit le relief de la butte rocheuse sur laquelle Fréjus a été bâtie. ◗ Quelle époque ? Du Ier siècle après J.-C. ◗ Et pourquoi lui rendre visite ? Les restes renseignent sur le tracé d’origine de la ville romaine. Un bijou à conserver qui donne à Forum Julii tout son caractère... La butte Saint-Antoine ◗ Qu’est-ce que c’est ? Une petite colline collée au centre- ville où l’on a retrouvé la trace de demeures de l’époque augustéenne. ◗ Quelle époque ? Du Ier siècle après J.-C, voire un peu avant. ◗ Et pourquoi lui rendre visite ? Elle ne se visite qu’avec le guide. Un lieu riche d’enseignements... d’où la vue sur le centre-ville vaut le détour ! Un patrimoine taille XXL L’amphithéâtre est le vestige romain le plus connu de Fréjus. Jeudi 23 avril 2015 var-matin
  4. 4. Fréjus d’un riche héritage Il est le guide-conférencier incontournable à Fréjus. Même après 21 ans de mé- tier, le plaisir et la soif d’ap- prendre et d’informer sont toujours intacts chez lui. Une soif qui grandit même au fur et à mesure que le temps passe : l’histoire n’est pas figée et évolue au gré de nouvelles découvertes. Au point de faire de sa pro- fession l’une des plus enri- chissantes qui existent ! Comment trouvez-vous la motivation après autant de temps à faire les (presque) mêmes visites ? C’est peut-être la question qui revient le plus souvent parmi ceux qui suivent mes visites ! On me demande très souvent « Vous n’en avez pas marre de raconter toujours les mêmes choses ? » Je réponds toujours que non, c’est écrit mais ce n’est pas figé. On a un savoir qui est en perpétuelle évolution, au gré de découvertes qui enrichissent, un peu plus chaque année, nos visites. Que ce soit au temps des Romains, médiéval ou moderne. Et je vais vous dire : on en apprend à tout âge ! Car parfois, il arrive qu’on me pose des questions dont je n’ai pas la réponse. Eh oui... Alors je cherche et j’apprends. C’est vrai que ce métier est un sacerdoce, mais ces visites me tiennent à cœur ! De temps en temps, je rajoute de petites créations, je me régale... Mais c’est un savoir assez limité géographiquement ? Paradoxalement, plus je fais des visites de Fréjus, plus j’en apprends sur partout ailleurs, dans le monde. Car, selon l’origine des visiteurs, ils font très souvent des comparaisons avec chez eux, et le dialogue s’instaure. Les gens aiment parler de leur région. C’est très enrichissant : donc non ce n’est pas limité à Fréjus ! Votre façon de faire découvrir Fréjus a-t-elle évolué ? Oui. C’est fini depuis longtemps les cours magistraux ! Je rends mes visites de plus en plus interactives, c’est donc très vivant. On se met à la portée des visiteurs, on les comprend pour mieux répondre à leurs interrogations. Après, c’est un travail de groupe aussi. En haute saison, on est plusieurs guides. Et même si le parcours est le même, chacun a sa façon de renseigner. Quels clichés sur Fréjus vous reviennent le plus souvent ? L’amphithéâtre vient toujours en première position ! C’est ce que les gens connaissent le plus. On me dit souvent « ce béton, ce n’est pas beau ». Alors j’explique pourquoi ça a été fait ainsi, et les gens comprennent, parfois. Aussi, la réaction la plus courante lors de mes visites est la surprise : les gens restent toujours étonnés de voir autant de monuments différents au même endroit... Je pense qu’on gagne à être connus ! C’est unique en France d’avoir autant de vestiges romains différents, et de pouvoir faire le tour du port antique. Beaucoup de ce patrimoine est caché. Il suffit alors de suivre une visite pour mesurer l’ampleur de notre patrimoine ! » Philippe Cantarel : « On apprend à tout âge... Même moi ! » Les visites découverte Renseignements au 04.94.51.83.83 ◗ Fréjus, 2000 ans d’histoire Cathédrale Saint-Léonce, cha- pelle Saint-François-de-Paule, cœur historique, amphithéâ- tre, porte des Gaules Visite de 2 h qui permet de traverser 2000 ans d’histoire en découvrant les monuments phares. De janvier à juin et de septembre à décembre, le lundi à 14h30. Juillet et août,le lundi à 17 h. Existe aussi en anglais : petites vacances toutes zones le vendredi 14h30.Juillet et août,le vendredi 17 h. ◗ « La Pompéi provençale » Fréjus, colonie romaine Théâtre, remparts, porte de Rome, aqueduc, porte des Gaules, arènes, port romain Visite de Forum Julii, créé entre 49 et 43 avant J.-C. De janvier à juin et de septembre à décembre, le mardi à 14h30. Juillet et août le mardi à 17 h. ◗ Crypte archéologique du vivier romain Crypte mise au jour lors de fouilles en 2010-2012. Pour découvrir un vivier, arches, collecteur d’eau... Petites vacances toutes zones, et juin et septembre le jeudi à 14h30 et 15h30 (durée 45 min.) Juillet et août,le jeudi à 17 h et 18 h.Sur réservation. ◗ Les troupes coloniales Pagode Hong Hien, mosquée Missiri (ou le Tata soudanais), fonds colonial du musée des troupes de Marine Parcours sur les traces des troupes coloniales. De janvier à juin et de septembre à décembre, le mercredi à 14 h 30. Juillet etaoût,mercredi17h.Voitureobligatoire. ◗ Tour panoramique en navette électrique Découverte étonnante de la ville en compagnie d’un guide-conférencier à bord d’un minibus écologique. Petites vacances toutes zones,et juillet -août,le lundi à 9h30 et 11 h (35 min.) ◗ Rallye-photos et land-art dans le cœur historique Visite interactive avec guide dans les ruelles à faire en famille. Petites vacances toutes zones le mercredi à 10 h. ◗ Circuit lumières en cœur historique à la lueur des réverbères, le cœur historique offre un nouveau voyage... Juillet et août,le vendredi à 21 h. Les jeux pour enfants Renseignements au 06.37.67.73.73 ◗ Archimômes Expérimenter la ville et son patrimoine (6-12 ans) ◗ Médiamômes Activités autour du numé- rique (9-12 ans) ◗ Enquêtes à Fréjus Devenez géo-chercheur ! (10-17 ans) Pour ne rien manquer Rejoignez les six millions de Géocacheurs et parcourez Fréjus ville d’art et d’his- toire grâce aux différentes géocaches dissimulées dans le cœur de la ville. Une façon moderne, inventive, connec- tée et très ludique d’appren- dre tout en s’amusant ! C’est un loisir qui consiste à utiliser la technique du géo- positionnement par satel- lite (GPS) pour rechercher ou dissimuler un contenant (appelé « cache » ou « géoca- che ») dans divers endroits à travers le monde. Une géocache typique est constituée d’un petit conte- nant étanche et résistant comprenant un registre des visites et un ou plusieurs « trésors », généralement des bibelots sans valeur. « Recherche touristique » Dans le cas de Fréjus, il s’agit de « géocaching tou- ristique ». Une chasse au tré- sor qui permet ainsi de par- courir les rues de la cité ro- maine à travers ses musées, monuments et places histo- riques. Renseignements à l’office de tourisme, 249 rue Jean-Jaurès. E-mail : tourisme@frejus.fr www.frejus.fr Tél. : 04.94.51.83.83 Et si vous vous mettiez au « Geocaching » ? Mes visites sont de plus en plus interactives. C’est donc très vivant ” ‘‘ Les rendez-vous 2015 Fréjus vous propose tout au long de l’année des activités en accord avec les manifestations culturelles nationales. Elles sont ggrraattuuiitteess ! ◗ La Nuit des musées Au musée archéologique, au musée d’histoire locale, au musée des Troupes de Marine et au Cloître, ssaammeeddii 1166 mmaaii. ◗ Rendez-vous aux jardins « Promenade au jardin ». Visite aux jardins en pleine floraison pour comprendre toute leur richesse, lleess 66 eett 77 jjuuiinn. ◗ Journées de l’archéologie Conférences, visites de chantiers et de sites de fouilles, rencontres avec les archéologues... lleess 2200 eett 2211 jjuuiinn.. ◗ Journées européennes du patrimoine Visites et portes ouvertes des monuments et musées, lleess 1199 eett 2200 sseepptteemmbbrree. Le guide-conférencier trouve toujours autant de plaisir à partager son savoir sur le riche patrimoine de la cité romaine. Les arènes se visitent régulière- ment, et témoignent toujours d’un beau succès. La Lanterne d’Auguste était un repère pour les navigateurs. Jeudi 23 avril 2015 var-matin
  5. 5. Saint-Raphaël Quelsouvenirgardez-vousde votrepremièreélectionen1995? Le scrutin avait été décalé au mois de juin à cause de la présidentielle dans laquelle avait été élu Jacques Chirac. Donc, on était quelques jours après JC (rires). Ça a été un grand moment de joie, à l’issue d’une élection très dure. La municipalité en place, dirigée par Charles Omédé, ne nous avait pas prêté de salle et on avait donc tout fait chez l’habitant, sur les plages, dans les cafés, etc. Pourquoi n’aviez-vous pas pu avoir de salle ? Il faut rappeler l’histoire... René- Georges Laurin, alors maire et sénateur, s’est présenté à la cantonale de mars 92, a été élu et s’est donc retrouvé à la tête de trois mandats. Un recours est fait, le tribunal statue au bout de six mois. Durant tout ce temps, l’un de ses adjoints, Charles Omédé, qui voulait être maire, a fait campagne en interne. Le jour de l’élection en conseil municipal qui comptait déjà cinq élus du FN, Michel Gaillard, premier adjoint et candidat présenté par M. Laurin, a été battu d’une voix par Omédé. Moi, je suis resté fidèle à Laurin et je me suis retrouvé trois ans dans l’opposition. Comme il était naturel qu’en 95 je sois le candidat du RPR, et Omédé voulant continuer à être maire, nous sommes devenus rivaux. Il a donc tout fait pour m’empêcher de faire campagne correctement. Vous aviez été élu facilement ? J’avais fait 40% au premier tour, Omédé était à 23 ou 24%, les socialistes à 22%. Au 2e tour, les listes FN et Omédé ont fusionné. Pour lui, ce fut une erreur fatale. Quelle a été votre première action de maire ? Dès le 1er juillet, j’ai sollicité l’architecte des Bâtiments de France pour la construction du centre culturel. La culture était dans un état qui ne correspondait pas à ce que j’attendais pour la ville. Il y avait juste une bibliothèque municipale avec quelques livres sur les rayonnages. Pour réaliser le projet, il fallait démolir l’école des filles. L’architecte souhaitait conserver les façades. Finalement, il a fallu aller en commission nationale d’architecture. Là, après un premier tour de table, j’ai pensé que c’était mort. Mais en aparté, la directrice m’a dit qu’elle considérait notre projet comme bon et qu’il allait être validé. Voilà comment ça s’est fait : en prenant un café dans les couloirs du ministère de la Culture, avec une directrice nommée par Lionel Jospin. Le centre culturel a ensuite été inauguré en 2000, en mars, le premier jour, du premier printemps de ce nouveau siècle. Vingt ans et quatre mandats ? Vous mesurez aujourd’hui le chemin parcouru ? On a fait, me semble-t-il, passer Saint-Raphaël du statut de station balnéaire à celui de ville. Auparavant, l’activité n’était que saisonnière. Pour changer ça, on a acheté les terrains que le Crédit lyonnais possédait à Saint-Raphaël et on a réalisé Epsilon 1. On a créé de l’activité en allant chercher, grâce à un cabinet de recrutement, des sociétés qui étaient prêtes à s’établir ici et j’ai reçu tous les propriétaires de PME un par un. Cela n’a pas été trop compliqué de les convaincre? La question qu’ils me posaient à l’époque était la suivante : “Saint- Raphaël c’est bien, mais l’hiver qu’y fait-on ?” C’est là que le centre culturel a eu un effet indirect très positif. J’ai pu leur parler du projet et de ce qui allait en résulter en termes d’animations. Après, on a eu une politique d’investissement pour la ville. Tout ce que nous avons construit est aujourd’hui la propriété des Raphaëlois : le centre culturel, le stade nautique, la maison des associations, le commissariat, le poste de police , l’office du tourisme, les parkings et tous les ports. Ce patrimoine, on l’a évalué à un milliard d’euros. On a aussi investi dans le foncier, avec l’achat d’un terrain de 40 hectares près ducimetièredel’Aspéàuneuro le mètre carré. Un jour, avec la pression immobilière, ça vaudra 200 euros le mètre. Vous vous considérez comme un visionnaire ? Je gère la ville en bon père de famille, comme quelqu’un qui veut laisser une succession à ses enfants. Je souhaite léguer un patrimoine aux Raphaëlois et si un jour il y a des problèmes financiers, ils auront la possibilité d’en vendre une partie sans toucher aux impôts. En attendant, Saint-Raphaël est l’une des villes les mieux équipées de France. Qu’est ce qui vous a causé le plus de tracas au cours de ces vingt années de mandat ? La lenteur, due à la complexité administrative, avec laquelle on a pu faire aboutir les projets. Pour le centre culturel, je vois l’architecte des Bâtiments de France en 95 et on inaugure en 2000. Ça m’a paru long parce que j’avais envie que ça bouge, plus vite. Aujourd’hui, ça s’est complexifié davantage encore avec les normes environnementales. Quel est votre meilleur souvenir d’élu municipal ? C’est quand on inaugure les constructions. Cela veut dire qu’on a pu vaincre les obstacles, qu’on a apporté du confort et du plaisir à ses concitoyens. Je pourrais citer les crèches, les cantines et bien d’autres réalisations. Et bientôt, ce sera le tour du Colisée. Sur un plan plus politique, comment avez-vous vécu la détérioration de vos rapports avec Élie Brun ? Au début, tout s’est bien passé avec lui. Nous avons construit la première communauté d’agglo de France le 1er janvier 2000. Nous avons toujours eu une excellente entente jusqu’à la veille de cette Interview Le député-maire de la cité de l’Archange fête cette année ses vingt ans de mandat. Il revient sur sa première élection, parle de ses joies, de ses contrariétés et évoque sa succession Ginesta-Saint-Raphaël: On a donné à Saint-Raphaël le statut de ville” ‘‘ L e tennis, le Barça, le bon vin, la politique et... sa ville. Georges Ginesta n’est pas aussi compliqué qu’il en a l’air. Il aime les choses simples, comme il l’explique dans ce long entretien qu’il nous a accordé juste avant de célébrer, dans quelques jours, le vingtième anniversaire de son arrivée aux affaires. Vingt ans. Un bail. Des noces de por- celaine qu’il entend prolon- ger un peu. Mais pas trop... Jeudi 23 avril 2015 var-matin
  6. 6. leursnocesdeporcelaineélection (les municipales 2014, Ndlr) où il n’était pas en état de se présenter. Il était clair qu’il ne pouvait pas gagner cette élection comme il était clair qu’en se maintenant au second tour, il favorisait l’arrivée du Front national. Or, en politique, on ne raisonne pas par rapport à soi, mais pour sa collectivité. En fait, je ne me suis pas éloigné de lui. C’est lui qui s’est éloigné de moi. Je lui avais dit, et son entourage aussi, qu’il ne fallait pas qu’il se représente. Mais je pense qu’il avait perdu une grande partie de sa lucidité. Désormais, les conséquences sont pour tout le monde et surtout pour l’agglo où on a fait de belles choses ensemble : le Forum, le palais des sports, le financement de la suppression du passage à niveau à Fréjus, le stade nautique. Nous sommes aussi intervenus, dans le cadre de la communauté d’agglomération, dans le plan de rénovation de La Gabelle dont le financement, partagé par les Raphaëlois, a été très important. On a marché de façon solidaire et positive. Mais il ne vous a pas toujours ménagé dans ses commentaires... Ses dérapages personnels en fin de parcours n’ont rien changé à nos relations personnelles. Mais ils ont tout changé sur le plan politique. Après, je ne tiens pas compte des commentaires qu’il a faits ou des positions qu’il a prises à mon égard parce que, je le redis, il avait perdu toute lucidité. Aujourd’hui, je suis triste de sa situation personnelle et je demande souvent de ses nouvelles. Les rapports avec Fréjus restent tendus ? M. Rachline est venu me voir à deux ou trois reprises. Au début, tout s’est passé cordialement. Je lui ai donné les informations qu’il souhaitait. Et peu à peu, il a pris des positions personnelles contre moi qui n’ont rien à voir avec la politique. Nous ne sommes pas rivaux puisque nous n’appartenons pas au même parti. Et, d’autre part, nous avons des responsabilités collectives qui doivent dominer les antagonismes personnels que lui a créés. Pensez-vous que ces relations puissent, un jour, s’améliorer ? Je suis toujours prêt à faire passer l’intérêt général avant les humeurs particulières. M. Rachline n’a cessé de m’attaquer personnellement. Si un jour, il apprend à respecter les autres, qu’il affiche une courtoisie minimale, je suis prêt à discuter de l’intérêt général. Vous non plus, n’avez pas été tendre avec lui ? Moi, j’ai répondu. C’est comme au far-west (sic), il faut bien répliquer. Mais je n’ai jamais attaqué la personne. Votre relationnel avec David Rachline ? Il n’y en a aucun. Avec le recul, quelle est votre plus grande fierté ? Il y a eu quatre élections dont les deux dernières remportées au premier tour, ce qui veut dire que les Raphaëlois ont validé ce que j’ai fait. Ma fierté, c’est d’avoir toujours réalisé ce que j’avais écrit dans mon journal de campagne. Je n’ai jamais eu à expliquer que je ne pouvais pas tenir mes engagements. Ils ont tous été tenus, et même au-delà d’ailleurs. Ma satisfaction, c’est cela. Et d’avoir fait de Saint-Raphaël une ville très bien équipée avec des équipements accessibles à tous. C’est aussi une ville sûre ? J’ai doublé l’effectif de la police municipale pour le porter à 80 agents. Car la sécurité est la première des bases pour le confort de chacun mais aussi pour le développement économique. La sécurité, ici, on l’a faite, d’autres en parlent. Vous vous définissez comme un maire bâtisseur ? Tout à fait. Je ne suis pas un diseur, je suis un acteur. Vous sentez-vous blessé lorsque remontent à la surface des attaques sur le financement de votre villa, sur vos liens avec Pizzorno, etc. ? C’est le jeu que pratiquent certains et que moi je n’ai jamais pratiqué. Je n’ai jamais fait d’intervention concernant le patrimoine de mes adversaires, ni leur activité professionnelle. Ce qui m’intéresse, c’est l’action publique de chacun. Après, que j’ai une maison, à mon âge, c’est plutôt une preuve de bonne gestion de mes revenus. J’aurais pu être dispendieux et ne pas avoir de patrimoine alors que je veux en laisser un à mes enfants comme aux Raphaëlois. Je suis quelqu’un qui n’a pas de dépenses exagérées. Je joue au tennis avec mes amis, je ne possède pas de bateau, je ne vais pas à la chasse, je ne fais pas de balades extravagantes. J’ai une profession et je place mes revenus. Tout est parfaitement connu des services fiscaux et la Haute autorité pour la transparence de la vie publique a validé ma situation. D’autres maires, dont un très proche, ont des revenus qui viennent d’un parti politique. Ceux- là sont donc totalement soumis aux directives de leur parti puisque leur situation personnelle en dépend. Alors que moi, je suis un homme libre. Quel genre d’homme êtes-vous dans l’intimité ? Je suis quelqu’un qui aime vivre simplement. Je ne suis pas pour l’apparat. Je suis pour que les choses aient du fond et pas de la façade et je veux de la sincérité dans les rapports humains. Je pense avoir élevé mes enfants de façon convenable, c’est-à-dire tel que j’ai été élevé moi-même par mes parents et mes grands-parents. Verra-t-on le candidat Ginesta en 2020 ? Je pense à une succession et je considère qu’à un moment, il faut savoir passer le témoin. Et il vaut mieux le passer lancé, en essayant d’organiser les choses, mêmes si les maîtres de la décision sont les Raphaëlois. En tout cas, je vais faire une proposition. Pour la prochaine échéance ? Ou peut-être un peu avant... Je pense que ma responsabilité c’est essayer d’organiser ma succession pour deux raisons : la première, c’est que je prendrai ma retraite à Saint-Raphaël. Et je ne veux pas que les Raphaëlois me reprochent de ne pas l’avoir fait. La deuxième, c’est que la fragilité de la société française est telle que tout peut arriver. Donc, je m’impliquerai dans l’électionde2020parcequ’ilpourrait arriver malheur à Saint-Raphaël. Quel genre de malheur ? Le FN est aux portes du pouvoir et je suis la meilleure barrière contre lui. Il est aux portes du pouvoir alors qu’il n’y a aucun sujet Front national à Saint-Raphaël : on a la sécurité, les impôts les plus bas du Var, la ville est propre, prospère, il n’y a pas de quartier sensible. Mais le problème, c’est le journal télévisé de 20 heures. Si les Raphaëlois ne le regardaient pas, le FN ferait 0% à Saint-Raphaël. Moi, je ne veux pas être celui qui verra son successeur rémunéré par le FN car ce serait une catastrophe. Et puis, les municipalités FN, ça se termine toujours mal. M. Rachline, en communauté d’agglo, est souvent absent ou s’en va avant la fin. C’est sans doute que Marine Le Pen le siffle et il part dans une réunion du FN. Or, il est tout de même payé par le contribuable fréjusien pour gérer les affaires de la ville et pas pour courir les tréteaux politiques de son parti. On évoque souvent le nom de Guillaume Decard pour vous succéder.Vous pourriez favoriser son ascension ? Ça, je l’ai déjà fait puisqu’il est conseiller départemental. Non. Je pense qu’il faut être plus âgé pour être maire de Saint-Raphaël. Il faut posséder une expérience de la vie. C’est une ville dont la gestion est compliquée. Le maire doit connaître tous les sujets et je crois que ce n’est possible qu’à partir d’un certain âge. Précisément, l’image de Saint- Raphaël est celle d’une ville de retraités... Moi, j’observe une chose : je fais une discothèque de 1500 places et, a priori, c’est pour les jeunes. Donc, je m’occupe, je me soucie des souhaits des jeunes parce qu’il y en a beaucoup à Saint-Raphaël. Cela, notamment, parce que l’on a créé près de 600 logements pour actifs. Par définition, les actifs ne sont pas des retraités. C’est pour cela qu’on a été obligés de réaliser toutes ces crèches. Si je m’en tiens au rapport du rectorat, aucune classe n’a été fermée à Saint-Raphaël, contrairement à Fréjus. Et puis les retraités amènent de la richesse, ce sont des consommateurs, ils favorisent l’activité commerciale, animent les associations. La vérité, c’est que la ville est bien équilibrée. Votre échec aux sénatoriales a-t-il été dur à digérer ? Pas du tout. D’abord, ce n’est pas un échec puisque cette élection ne se déroule pas au suffrage universel. En outre, j’étais le troisième d’une liste de quatre alors que Rachline était premier de la liste FN. On ne partait donc pas de la même base. La fois précédente d’ailleurs, le résultat avait été le même. La liste tirée par Hubert Falco n’avait eu que deux élus. Les sénatoriales, j’y suis allé parce que Falco me l’a demandé, pour l’équilibre est- ouest. J’en profite pour préciser qu’en 20 ans, je n’ai jamais été battu au suffrage universel : à la ville, au département ou à l’Assemblée. Et mes amis ont toujours gagné eux aussi. Quel souhait adressez-vous aux Raphaëlois pour les années à venir ? Qu’ils soient heureux et fiers de leur ville, qu’ils profitent des équipements dont ils disposent et que les jeunes aient l’ambition de s’évader, d’aller faire des études, de voyager, de s’exprimer en dehors de ses limites. Car le risque, c’est qu’elle leur paraisse très confortable. Je leur adresse le message de la statue de l’Archange et du petit Tobbie : le soleil se lève à l’est et à l’aube de sa vie il faut comprendre que le succès passe par la connaissance et l’acquisition des savoirs. Or, ceux-ci ne sont pas tous rassemblés ici. Clairement, je leur dis : n’ayez pas peur, confrontez-vous et plus tard revenez là d’où vous êtes parti. J’ai réalisé tout ce qui était écrit dans mon journal de campagne” ‘‘ A un moment, il faut savoir passer le témoin” ‘‘ Entretien : Eric FAREL efarel@nicematin.fr Photos : Philippe ARNASSAN Saint-Raphaël Jeudi 23 avril 2015 var-matin
  7. 7. NOBILE ÉLECTRICITÉ / CLIMATISATION Maître artisan en électricité générale et en climatisation, à Saint- Raphaël. Notre équipe est à votre écoute pour la réussite de vos projets. Spécialisés dans le domaine de la domotique, l'alarme, l'automatisme de portail, la détection incendie, le câblage informatique et réseau... Dépannage, Entretien, Étude Devis gratuits, Contactez-nous ! Tél: 04 94 19 45 11 / Fax: 04 94 19 45 10 Mail: nobile.electricite@yahoo.fr Francis GRESSE Achat or à St-Raphaël. Or et collection. 95, rue de Chateaudun. Achat, bijoux, pièces, lingots et débris. Paiement immédiat. Tél : 04.94.54.58.85. Tél : 06.09.49.60.56. Francis GRESSE à FREJUS Achat or à Fréjus. 237, rue des Moulins Achète, vend et paie comptant. Bijoux, pièces, lingots et débris. Tél : 04.94.51.05.78. Tél : 06.09.49.60.56. HUGUES TIRANTE 519 Av Victor Hugo à FREJUS Tapissier Décorateur /maison fondée en 1947. Fauteuils /rideaux /voilages Tel: 04.94.95.72.55 - 06.81.93.54.31. www.tirante.fr VAR ASSECHEMENT Diagnostic Gratuit des problèmes d’Humidité. Traitement définitif des Remontées Capillaires. Procédé sans travaux avec Obligation de Résultat. Garantie 30 ans. Tél. : 06 32 37 73 75 contact@var-assechement.fr Sébastien CRISCI T e r r a s s e m e n t . Enrochement. VRD. Location de bennes de 4m3 à 15m3. Nettoyage de chantier. Petite maçonnerie - Débrousaillage. Création de jardin. Fréjus. Tél : 04.94.44.43.89. Tél : 06.10.25.36.01. sebastien.crisci@sfr.fr AAD LA MERISIERE Ambiance - Art - Décor- 32 ans d’expérience - Relookage - Restauration de meubles et sièges. Meubles sur mesure (devis gratuit) créateur d’ambiance : mobilier - décoration - antiquité. 31, rue St-Exupéry (bd de la Mer) Le Prado,entre le théatre le Forum et la base nature de Fréjus. Tél. 04 94 51 48 13 - 06 21 52 96 43 www.meubles-la-merisiere.fr aad@meubles-la-merisiere.f Eric PISCINES Au service des particuliers et des copropriétés depuis 20 ans. Entretien de votre piscine à l’année. Vente de matériels, de produits et d’accessoires. Dépannage. Vente pièces détachées. Rénovation (pose liner, réfections joints piscine). Devis gratuits. Tél : 04.94.44.63.97. / 06.11.52.76.70. eric_piscines@hotmail.com ARTISAN LORRAIN Dominique Gallmann effectue tous travaux de toiture, couverture, charpente, gouttières, PVC, maçonnerie générale. Devis gratuit. Tél : 06.66.08.49.90 ASFALT Goudronnage noir ou coloré pour abords de villas et voies d’accès, etc. Gravillonnage - Bordure. Devis gratuit. LA FARLEDE Tél. 04.94.35.30.87 - www.asfalt.fr GOUDRONNAGE DE PROVENCE Accès de villas. Enrobés noirs ou colorés. Gravillonnage. Bordures. Particuliers et Professionnels. BRIGNOLES Tél. 04.94.72.57.08 www.goudronnage-de-provence.fr MAKADAM Spécialiste de l’accès de villa depuis plus de 20 ans. Enrobé noir et coloré. Goudronnage et gravillonnage. makadam83@wanadoo.fr Tél : 04.94.19.90.91 Fax : 04.94.40.82.47. SOLU’RENOV Fréjus Artisan du bâtiment. Peinture extérieure, intérieure. Portails, balustres, volets, murs,plafonds. Pose détecteurs de fumée. Pose store banne, store intérieur. Agencement cuisine, salle de bains. Montage cloisons, plafonds suspendus. Devis gratuit. Travail soigné. RC Professionnelle. Tél. 06.19.27.60.92 -09.52.69.91.60 Christophe PINHEIRAL Artisan Maçon 25 ans d’expérience. Effectue tous travaux de rénovation. Carrelage. Dallage. Pose pavés. Maçonnerie générale.... Garantie décennale. Saint-Raphaël. Devis gratuit. Tél. 06.17.78.82.72 Tél. 04.94.83.96.56. SARL FIORI Depuis 1932 au service de sa clientèle, peintures extérieures et intérieures. Parquet, moquette, sol, souple. Décorations. Ravalementdefaçades.Devisgratuit.Saint- Raphael. Tél. 04 94 95 98 07 / 06 15 30 48 71 mail : fioripeinture@orange.fr ALARMES ANTIQUITÉS DÉCORATION HUMIDITÉ JARDINS LA MERISIERE PISCINES Eric PISCINES RÉNOVATION SARL FIORI RÉNOVATION RÉNOVATION Les jeudis de l’emploi TToouuss lleess jjeeuuddiiss,, VVaarr--mmaattiinn,, eenn ppaarrtteennaarriiaatt aavveecc PPôôllee eemmppllooii,, vvoouuss pprrooppoossee uunnee sséélleeccttiioonn dd’’ooffffrreess dd’’eemmppllooii aaccttuuaalliissééeess ssuurr llee bbaassssiinn.. PPoouurr ppoossttuulleerr eett vvoouuss iinnffoorrmmeerr ssuurr vvooss ddrrooiittss,, rreennddeezz--vvoouuss ssuurr wwwwww.. ppoollee--eemmppllooii..ffrr ◗ Chef barman h/f en CDI Accompagné par le gérant, vous avez en charge le recrutement de l’équipe, l’intégration et la formation, l’ouverture de l’établissement, la gestion du bar au quotidien. Vous maîtrisez le « Flair bartending ». Lieu de travail : Var. Expérience exigée de 5 ans. Niveau : bac+2 ou équivalent exigé Salaire indicatif mensuel de 1800 euros à 2200 euros sur 12 mois. Durée hebdomadaire de travail : 39 h. Numéro de l’offre 026CZYP ◗ Cuisinier h/f en CDI Vous effectuez la préparation et le dosage de produits. Vous êtes en charge de la cuisson, du dressage des plats pour le service, de l’entretien et du maintien en état de propreté de l’espace de travail. Vous maîtrisez des normes HACCP. Lieu de travail : Saint-Raphaël. Expérience exigée de 5 ans sur poste similaire Salaire indicatif mensuel de 2200 euros à 2600 euros sur 12 mois. Durée hebdomadaire de travail 39 h. Numéro de l’offre 026CDBF ◗ Maçon h/f en CDI Lieu de travail : Le Muy Expérience exigée de 2 ans Permis B, véhicule léger exigé. Salaire indicatif mensuel de 1640 euros sur 12 mois. À négocier selon expérience. Durée hebdomadaire de travail : 39 h. Numéro de l’offre 026KMYL ◗ Technicien en électroménager h/f en CDI Vous êtes qualifié pour le dépannage en clientèle. Vous avez une bonne connaissance technique en SAV électroménager. Vous êtes rigoureux, professionnel : la passion de ce métier est indispensable pour intégrer notre équipe. Lieu de travail : Fréjus. Expérience exigée de 5 ans. Salaire indicatif mensuel de 1700 euros à 2000 euros sur 12 mois. Durée hebdomadaire de travail : 35 h. Numéro de l’offre 026KXMD ◗ Vendeur en menuiserie h/f en CDI Vous avez en charge le rayon bois menuiserie (découpe de bois et de verre, panneaux, tasseaux, plans de travail, rangement, portes de placard). Vous êtes en charge du service clients : accueil, conseils, vente de produits et services. Vous effectuez la mise en rayon, l’étiquetage, la propreté. Vous réalisez les têtes de gondoles et les podiums promotionnels, la gestion du « cross marketing ». Vous maîtrisez les techniques et argumentaires de vente et connaissez les règles de merchandising. Vous avez des connaissances dans le domaine du bois et de la menuiserie. Lieu de travail : Saint-Raphaël. Expérience exigée de 2 ans en vente conseil en distribution spécialisée. Niveau : bac ou équivalent exigé. Salaire indicatif mensuel de 1502 euros sur 12 mois + primes + mutuelle. Durée hebdomadaire de travail : 35 h (horaires variables). Numéro de l’offre 026HPYL L’agenda de l’agglo Aujourd’hui Prévention pour les seniors 9h30, réunion sur « Préserver notre mémoire et notre équilibre », théâtre le Forum à Fréjus. Permanences au Bij 14 h - 17 h, Mission locale (sur rendez-vous), 21, place Gallieni à Saint-Raphaël. Université pour tous 18 h, « Le poète dans la société actuelle », centre culturel de Saint-Raphaël. Réunion publique 18h30, échanges avec François Fillon au palais des congrès à St-Raphaël. Conférence 20h30, « Saint-François de Paule auprès du roi Louis XI et son influence en Europe », cathédrale Saint-Léonce à Fréjus. LLee ccoonnsseeiill pplluuss ddee PPôôllee eemmppllooii Vous avez travaillé ce mois-ci ? Pensez à le déclarer, envoyez les photocopies de vos bulletins de salaire en précisant votre nom et votre numéro identifiant. Même si vous ne disposez pas de votre bulletin de salaire au moment où vous enregistrez votre déclaration, vous devez déclarer le salaire que vous allez percevoir, le nombre de jours où vous avez travaillé, le nombre d’heures que vous avez effectuées pour le mois écoulé. Ces éléments permettront de calculer votre indemnité. Pour en savoir plus :www.pole-emploi-paca.fr Saint-Raphaël ▼ ANNONCESwww. var-matin.com Viagers VIAGER LIBRE OU OCCUPE, vente à terme, nue-propriété. VIAGER CONSULT, votre spécialiste sur Saint-Raphaël. Tél.04.94.55.98.72/ 06.61.37.48.98 www.viager-consult.com Urgences PPoolliiccee nnaattiioonnaallee ::17. SSaappeeuurrss--ppoommppiieerrss ::18 ou 112 portable. SSAAMMUU ::15 SSOOSS MMééddeecciinnss ::3624 (24 h/24 h). MMaaiissoonn mmééddiiccaallee ((hhôôppiittaall BBoonnnneett)) ::ouvert tous les soirs de 20 h à minuit, samedi de 14 h à minuit, dimanches et jours fériés de 8 h à minuit. Tél. : 04.94.55.87.80. CChhiirruurrggiieenn--ddeennttiissttee ::0892566766 (de garde dimanche et jours fériés). PPhhaarrmmaacciiee ddee ggaarrddee ::3237. CCaabbiinneett dd’’iinnffiirrmmiieerrss: 0899 700 430 ou cabinet M. et Mme Jolie 06.08.46.25.60. Maures - Estérel ̈̈ SSeerrvviicceess Jeudi 23 avril 2015 var-matin
  8. 8. Maures - Estérel Jeudi 23 avril 2015 var-matin PORTES OUVERTES VENDREDI 24 & SAMEDI 25 AVRIL VOLET - CHAUFFAGE - LINER - PVC ARMÉ - POLYESTER - ROBOTS & ATELIER SAV Weldom BD Jean Moulin Ancien magasin Magasin Centre Sigma - Zone Epsilon Bd du Cerceron 04 94 83 29 42 - contact@techniques-piscine.fr MAGASIN-EXPO 550 M2 À SAINT-RAPHAËL Electrolyseurs de sel 10 Modèles de robots électriques Chauffage Volets Spas PRIX CHOCS J U S Q U ’ À 30%DE REMISE PENDANT 2 JOURS ! L ’idée n’a rien de farfelue, eu égard au côté pratique ainsi qu’aux risques qu’encourent les jeunes et moins jeu- nes noctambules lorsqu’ils sortent du- rant la période estivale. En plus d’approu- ver une convention de délégation de ser- vice public pour l’exploitation du réseau de transports urbains et scolaires, confiée à l’entreprise « Estérel Cars/Raphaël bus » pour une durée de dix ans, les élus de la Communauté d’agglomération Var Estérel Méditerranée (Cavem) ont acté, à la ma- jorité des voix mardi matin, le principe d’expérimentation d’une ligne de nuit ap- pelée « Noct’en bus ». « Ginesta by night » En service de 18h45 à 6 heures du matin, de la fin mai au mois de septembre, cette ligne desservira Roquebrune-sur-Argens (village), Puget-sur-Argens, Fréjus (gare routière), Port-Fréjus, le bord de mer de Fréjus et de Saint-Raphaël jusqu’à Santa Lucia puis le Cerceron. « Des agents de sécurité prendront place dans ces bus qui devraient constituer une protection et un aspect pratique pour les jeu- nes », indique Georges Ginesta. Un prési- dent de la Cavem et député-maire de Saint- Raphaël qui s’est attiré les sarcasmes de Richard Sert, premier adjoint à la mairie de Fréjus, lors de la dernière séance de la Cavem. « Il faudrait rebaptiser cette ligne ‘‘Ginesta by night’’, car elle se terminera au Colisée, votre salle ! Nous regrettons de ne pas avoir été associés au tracé de cette nouvelle ligne » Prix identique à la journée Une nouvelle ligne qui « oublie » en effet Saint-Aygulf ainsi que les Issambres, comme l’a aussi souligné, amer, Luc Jousse, le maire de Roquebrune-sur-Ar- gens. « Les bus ne passeront pas non plus à Agay et dans d’autres quartiers où il y a de l’ani- mation estivale, s’est défendue Catherine Roubeuf, l’élue communautaire en charge des transports publics. Ce parcours fait 27 kilomètres et nous avons déterminé des arrêts pour conserver une bonne fréquence de transport. Mais c’est une expérimenta- tion, nous verrons par la suite s’il y a lieu de changer ou d’ajouter certains arrêts ». À noter enfin que le prix du ticket sera identique à celui pratiqué d’ordinaire dans les bus de l’agglo (à partir d’1,10€). T. HUET La Cavem expérimentera une ligne spéciale de transports urbains qui desservira des sites propices à la fête, jusqu’à 6 heures, de la fin mai au mois de septembre. Pas du goût de tous les élus de l’agglo Des bus de nuit vont être mis en service cet été, à titre expérimental, pour faciliter la vie des jeunes « fêtards ». (Photos Philippe Arnassan et Adeline Lebel) Des « Noct’en bus » pour les couche-tard de l’été
  9. 9. Maures - Estérel Jeudi 23 avril 2015 var-matin L es inscriptions sont désormais closes et le nombre maximum de participants atteint depuis quel- ques jours déjà. Organisée ce samedi 25 avril par l’Association sportive et culturelle pour la solidarité (ASCS), la dixième édition de la randonnée noc- turne des Lucioles atteindra des som- mets : plus de deux mille personnes vont participer à la randonnée propo- sée sur 7, 14 et 19 km au pied du ro- cher de Roquebrune. Lequel réserve toujours des surprises au détour de ses chemins. Le départ se fera en trois vagues de 700 participants à 21 heures, 21h30 et 22 heures. Les derniers sont attendus vers 4 heures dimanche matin sur la place Germain-Ollier où le petit-déjeu- ner sera servi au fur et à mesure des arrivées. Une fois encore, Gérard Brun rappelle qu’il n’y aura aucune inscrip- tion au moment du départ, le chiffre maximal pour une bonne sécurité étant atteint. Le trail des Lucioles : nocturne et diurne La cinquième édition du trail fait éga- lement le plein avec cette année, tou- jours avec un parcours « initiés » (1) de 25 km de nuit, et un parcours décou- verte de 13 km toujours de nuit. Les deux comptent pour le challenge Spi- ridon Côte d’Azur. La nouveauté 2015, c’est la création du trail diurne qui prendra le départ le di- manche 26 avril à 10 heures. Les dossards seront distribués de 18 heures à 20h15 le samedi soir et de 8h30 à 9h45 le dimanche dans la salle Molière, place Germain-Ollier. Les départs auront lieu, placette Paul -Ollivier samedi à 20h30 pour le 25 km, à 20h45 pour le 13 km; dimanche 10 et 10h15. Attention, pour le trail aussi, les inscriptions sont closes, le nombre limite de participants étant atteint. D. O. 1. Comptant pour le classement trails courts du challenge destrailsdeProvenceetpourlechallengeSud-Estdestrails. Rando et trail des Lucioles : à guichets fermés Pierrot et Gérard s’apprêtent à passer une longue nuit consacrée à la sécurité dans le Rocher où près de 2400 personnes vont déambuler ou courir dans la nuit de samedi à dimanche. (Photo D. O.) ROQUEBRUNE-SUR-ARGENS En bref ROQUEBRUNE Collecte de sang La prochaine collecte aura lieu le vendredi 24 avril, salle Molière de 8 h à 12h30. Génocide arménien Une cérémonie commémorative aura lieu pour le centenaire du génocide arménien le samedi 25 avril à 11 h, espace Saint-Pierre, chapelle Saint-Pierre au village. Lire et faire lire L’association Lire et faire lire propose aux retraités d’intervenir bénévolement dans les écoles maternelles et primaires, des trois pôles pour lire des histoires aux enfants. Interventions auprès de petits groupes de 4 à 5 enfants, d’une durée d’une demi-heure à une heure, soit entre 11h30 et 13h30, soit entre 16h30 et 18h30. Renseignements au 04.94.24.72.96. ou 04.94.52.94.04. Minibus Un minibus municipal est mis à disposition des personnes sans moyen de locomotion, à l’intérieur et en dehors de la commune. Service gratuit sur les trois pôles. Renseignements au 06.27.87.32.99. Animaux Des chats adultes âgés de 1 à 3 ans, stérilisés, sociabilisés, cherchent famille sérieuse. Téléphoner à la PAR au 04.94.45.37.28. ou 06.21.71.00.17. Balades gourmandes Mardi 28 avril sont proposées des balades gourmandes avec visite commentée du village médiéval et de la Maison duchocolat.Unedégustation des produits du terroir roquebrunois est proposée ensuite, 10 h. Tarifs : 8€ adultes, 4€ 8-12 ans, gratuit moins de 8 ans. Contact : 04.94.19.89.89. BAGNOLS Journée du souvenir En souvenir des victimes et des héros de la déportation, anciens combattants et élus déposeront des fleurs au monument aux morts ce dimanche 26 avril à 10h30 lors d’une cérémonie. La population est invitée.
  10. 10. Maures - Estérel Jeudi 23 avril 2015 var-matin Outre son rôle de vigie, l’As- sociation autonome des pa- rents d’élèves (AAPE) ap- précie aussi de participer à la vie scolaire. Elle vient ainsi de récolter des fonds destinés à financer les voya- ges linguistiques en Angle- terre et en Italie de collé- giens. Autour de la secrétaire Syl- vie Contamine et de la pré- sidente Alice Bizot, de nom- breuses mamans ont vendu des brioches tous les mar- dis matin depuis le mois d’octobre et ont organisé une grande tombola dotée d’une centaine de lots of- ferts par les commerçants locaux et l’AAPE (dont une tablette et un appareil photo numérique). Le tirage des numéros ga- gnants a été effectué au col- lège en présence de la prin- cipale adjointe Anne Mour- netas, des parents d’élèves Abla Allioui et Aline Martin et de deux collégiens. Ces opérations ont permis de remettre un chèque de 1000€ en février plus un autre de 500€ cette se- maine. D’autres actions sur l’année scolaire (vente de calen- driers, galettes, goûters de fête, kermesse,...) sont en cours au profit des projets éducatifs des écoles. R. P. Contact : 06.68.91.36.46. (la secrétaire) Les parents d’élèves autonomes solidaires Une centaine de lots ont été offerts par l’AAPE et le tissu commercial. (Photo R. P.) LE MUY R etour en 1905... Les platanes de la place du village sont des ado- lescents en pleine santé. L’édi- fice principal de la place est un lieu de prières, c’est la chapelle Saint-Sébas- tien qui date de 1480. Année impor- tante pour Bagnols mais aussi pour notre pays, c’est en 1905 qu’a lieu la sé- paration de l’église et de l’État, le 9 décembre exactement. De là est né le principe de laïcité. Toujours est-il que l’église catholique est contrainte de subvenir à ses be- soins, puisque la religion devient une manifestation individuelle d’ordre privé. Elle ne peut entretenir tous ses lieux de culte et doit se séparer de certains en les vendant. À Bagnols, la mairie est devenue trop petite et la maison du peuple ne doit-elle pas être sur la place de la commune ? Le maire Joseph Funel et son conseil munici- pal font l’acquisition de la chapelle pour la somme de 108 francs. Respect des devis et des délais En 1906, on procède à la démolition du four à pain attenant pour le recons- truire dans la Grande-rue. En décem- bre de la même année, le conseil mu- nicipal approuve le projet de cons- truction d’une mairie pour la somme de 14000 francs, devis établi par M. Maria Paul, entrepreneur en travaux de construction. Le chantier com- mence en janvier 1907, il se termine en juin 1908. L’hôtel de ville reviendra à 12133,33 francs. Il faut noter que l’entrepreneur avait versé à la commune un caution- nement de 400 francs pour garantie de son marché. Ce cautionnement lui sera rendu le 11 septembre 1908 avec intérêts. À cette époque, les devis étaient rare- ment dépassés et les délais étaient respectés, on ne peut pas en dire au- tant aujourd’hui. L’année de la mise en service du bâtiment communal, l’hor- loge est achetée et depuis le cadran, orne joliment le fronton de l’hôtel de ville. Ne pouvant agrandir le local, une extension programmée sous la muni- cipalité de Jean-René Etienne a été ré- ceptionnée en juin 2008 par la pre- mière municipalité de Michel Tosan. La version originale enregistrée en 1696 du blason bagnolais en pierre de lave décorée a été apposée en 2012. J.-J. D. Place du village : cent dix ans d’histoire La place accueille l’hôtel de ville en 1908. (Photo DR) BAGNOLS-EN-FORÊT
  11. 11. Maures - Estérel ̈̈ SSppoorrttss Jeudi 23 avril 2015 var-matin Dernière étape inter-régio- nale à Sainte-Maxime où Élo- die Gerard et Océana Peres- Rodrigues ont décroché leur qualification pour les championnats de France kata à Toulouse ce diman- che. Encadrés par les deux entraîneurs kata de l’Impact karaté club (IKC), Christo- phe Dessay et Julien Saulnier, les deux jeunes filles ont brillamment repré- senté les couleurs du club. Sa déception des pré-France combat à peine digérée, Elo- die a eu l’occasion de se consoler dans une disci- pline, qui n’est pas sa spé- cialité. Océana, le coup double Éliminée dès le premier tour mais repêchée ensuite, la cadette, orgueilleuse, a rem- porté son quart de finale ai- sément 5 à 0 et même décro- ché la médaille de bronze. Le second cadet engagé, Thomas Serpol, ne passera qu’un seul tour dans une ca- tégorie de très haut niveau. La minime Océana Peres Ro- drigues a fait, elle, coup dou- ble en se qualifiant pour les « France » combat et kata. Mais sa catégorie, très rele- vée, comptait deux mé- daillées à la dernière coupe de France sur cette zone. La Fréjusienne a réalisé une belle performance d’entrée en éliminant un gros mor- ceau grâce à une victoire 3 à 2. En quart de finale, elle a retrouvé sa rivale de Ligue qui l’a emporté à nouveau. Repêchée elle aussi, puis- que sa dernière adversaire a accédé à la finale, Océana a gagné sans souci son pre- mier tour de repêchage et a assuré par la même occa- sion sa qualification pour les « France » ! Elle ne pas- sera pas loin du bronze. A. D. Deux Fréjusiennes qualifiées pour les « France » kata Océana et Élodie avec leur entraîneur Christophe Dessay, un trio de choc ! (Photo A. D.) KARATE Les poussins et poussines du Saint-Raphaël natation (SRN) poursuivent leur moisson de bons résultats dans les championnats dé- partementaux inter-clubs, qui leur sont réservés. Une épreuve qui faisait étape chez les voisins et amis fré- jusiens, le week-end dernier , et à laquelle participaient les principaux clubs varois. Cette compétition a permis notamment à l’équipe 1 gar- çons de monter sur la plus haute marche du podium, alors qu’au classement gé- néral garçons et filles, le SRN a pris une belle deuxième place. Deux performances signées, chez les garçons de l’équipe 1, par les relais 4 x 50 m qua- tre nages et 4 x 50 m nage libre, et deuxièmes du 4 x 50 m brasse et 4 x 50 m pa- pillon (Clément Kerkhove, Brice Saliga, Enzo Berger et Enzo Ferrari composaient l’équipe). Les filles ajoutent leur pierre à l’édifice avec Marine Nectoux, Marie Le Gonidec, Elisa Douzou et Nour Bouhadida, ainsi que l’équipe 2 garçons, grâce à Mathieu Marino, Bilal Ker- kouri, Kemia Rivillon et Bap- tiste Dubois, qui réalisaient également de bons résul- tats. Ce tir gropupé qui permet à Clément Kerkhove, Brice Sa- liga, Marine Nectoux et Elisa Douzou de faire partie des douze meilleurs nageurs va- rois de la catégorie sur le 100 m quatre nages. Ils sont d’ailleurs qualifiés pour un stage de sélection en com- pagnie des représentants des Alpes-Maritimes, des Bouches du Rhône et du Vaucluse. Kevin Bauvens et Mylène Lazare, les entraîneurs de cette belle génération arbo- raient un large sourire de circonstance. C.B. Les Raphaëlois enfoncent le clou Les petits nageurs du Saint-Raphaël natation persis- tent et signent. (PhotoDR) INTERCLUBS POUSSINSNATATION T ransféré cette année à Saint-Ra- phaël (il était hébergé à Nice), le pôle espoirs handball, géré par Pascal Bourgeais, va bientôt bou- cler sa première saison : « C’était une grosse opération. La mise en route a été un peu compliquée à cause de tous ces changements mais maintenant tout va bien », explique Stéphane Bascher, un des entraîneurs. Vingt-trois joueurs, âgés de quinze à dix-sept ans, issus principalement de la région, ont ainsi investi les murs du Creps de Boulouris à Saint-Raphaël. Cette nouvelle génération s’inscrit dans un double projet handball et sco- laire : « Ils bénéficient d’horaires amé- nagées en partenariat avec le lycée Saint-Exupéry et des cours de soutien au Creps. Les joueurs s’entraînent tous les jours voir deux fois dans la journée. On fait des séances communes avec le centre de formation du club. La collabo- ration est efficace. Sans oublier l’as- pect médical et préparation physique. C’est une grosse machine. Mais ils ont été dignes de tous les efforts qui ont été faits.» Dernièrement, après avoir gagné tous ses matchs amicaux, le pôle a parti- cipé au tournoi inter-pôles 2015 de la zone Sud-Est à Cavaillon. Sur les six structures présentes, Saint-Raphaël s’est emparée de la première place. À l’issue de la compétition, quatorze joueurs par zone ont été retenus pour se retrouver fin mai à Clermont-Fer- rand lors d’un tournoi inter-zones qui regroupera les 56 meilleurs joueurs de France des différents pôles. Les moins de 18 ans bien partis « Sur les quatorze joueurs, sept de chez nous ont été sélectionnés. C’est une belle satisfaction. Car l’issue des rencon- tres avec les autres zones,il y a une place en équipe de France à prendre. Sachant que l’on a déjà quelques inter- nationaux.» Dans la continuité du pôle espoirs, l’équipe des moins de 18 ans du SRVHB, s’est qualifiée pour les huitiè- mes de finale du championnat de France. Et ce, après avoir gagné tous ses matchs lors de la phase précé- dente. Ce qui va permettre au club d’accueillir le prochain tour qualifica- tif (1/8 et 1/4) les 9 et 10 mai prochains. « On aborde une nouvelle compétition. On ne pense plus du tout à ce qui s’est passé avant. Ca sera un niveau au des- sus. On prendra match après match. Les joueurs vont répondre au défi phy- sique. On n’aura pas le droit à l’erreur,» reprend Stéphane Joulin, l’entraîneur. Les Raphaëslois rencontreront notam- ment les jeunes du PSG. Ça promet ! A.D. La relève du SRVHB est en marche Le pôle espoir du Saint-Raphaël Var handball, une bien belle génération ! (Photo DR) HANDBALL

×