ri        géCor                                                                          BTS	  Blanc	  Professions	  Immob...
-­‐ Prétentions	  du	  demandeur	  :	  inconnu    -­‐ Jugement	  du	  tribunal	  :	  inconnu    2e	  instance	  :	  Cour	 ...
Les	  consorts	  D	  et	  Z	  ne	  sont	  pas	  des	  professionnels.	  L’agent	  immobilier	  devait	  par	  conséquent	 ...
Dossier	  3	  -­‐	  Cas	  pratique	  (4	  points)Pierre	  Leloup	  est	  né	  en	  1926.	  Après	  une	  vie	  personnelle...
Concernant	  les	  actes	  de	  gestion	  courante	  (petites	  ventes,	  contrats	  de	  prestations	  de	               ...
immeuble	  par	  destination	  dont	  la	  nature	  juridique	  ne	  peut	  être	  modiBiée	  par	  la	  seule	  volonté	 ...
2e	  instance	  :	  Cour	  d’appel	  (Riom	  /	  1er	  octobre	  1996)      -­‐ Appelant	  :	  inconnu      -­‐ Intimé	  :...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Sujet BTS blanc professions immobilières)

4 570 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 570
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
23
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Sujet BTS blanc professions immobilières)

  1. 1. ri géCor BTS  Blanc  Professions  ImmobilièresDossier  1  -­‐  Commentaire  d’arrêt  (6  points)En  appliquant  la  méthodologie  du  commentaire  d’arrêt,  veuillez  commenter  cet  arrêt  de  la  Cour  de  cassation  du  31  janvier  2001  :Attendu  quayant  constaté  que  lexploitation  dans  cet  immeuble  de  cinq  chambres  dhôtes  avait  été  un  élément  déterminant  du  consentement  des  consorts  D...  Z...,  que  M.  B...,  qui  était  intervenu  dans  les  négociations  ayant  abouti  à  la  vente,  le  savait,  quil  avait  transmis  aux  acquéreurs  le  bilan  Binancier  et  la  lettre  explicative  des  vendeurs  sans  attirer  leur  attention  ou  solliciter  de  pièces  complémentaires  alors  quil  ne  pouvait  ignorer,  lors  de  cette  transmission,  en  sa  qualité  de  professionnel  de  limmobilier,  IinsufBisance  de  ces  documents  et  leur  absence  de  caractère  probant,  la  cour  dappel,  qui  a  pu  en  déduire  que  par  son  intervention,  Iagent  immobilier  avait  contribué  à  faire  croire  crédibles  et  valides  des  documents  et  renseignements  qui  ne  létaient  pas  et  navait  pas  donné  aux  acquéreurs  linformation  complète  et  loyale  relative  à  lopération  conclue  par  ses  soins  quils  étaient  en  droit  dattendre  dun  professionnel  de  Iimmobilier,  a  caractérisé  la  faute  de  M.  B.Doù  il  suit  que  le  moyen  nest  pas  fondé  ;PAR  CES  MOTIFS  :  REJETTE  le  pourvoi  ; Les  faits -­‐ Un  mandat  est  conBié  à  M.  B,  agent  immobilier,  aBin  de  trouver  un  acquéreur  pour  un   immeuble  comprenant  5  chambres  d’hôtes  ;0,25 -­‐ Les  consorts  D  et  Z  souhaitent  se  porter  acquéreur  de  l’immeuble  en  question  ; -­‐ M.  B  leur  transmet  des  documents  :  bilan  Binancier  et  lettre  explicative  des  vendeurs  ; -­‐ Les  consorts  D  et  Z  prennent  la  décision  d’acheter  l’immeuble  au  motif  qu’il  comprend  5   chambres  d’hôtes  exploitables  ; -­‐ La  vente  de  l’immeuble  est  conclue. Les  parties -­‐ Consorts  D  et  Z  :  acquéreurs0,25 -­‐ Vendeur  (non  nommé  dans  l’arrêt)  :  propriétaire  de  l’immeuble  et  mandant -­‐ M.  B  :  Agent  immobilier  et  mandataire Liens  juridiques  :         -­‐ Mandat  de  vente  :  entre  le  propriétaire  de  l’immeuble  et  M.  B -­‐ Contrat  de  vente  :  entre  le  propriétaire  de  l’immeuble  et  les  consorts  D  et  Z La  procédure1 1ère  instance  :  TGI  (date  et  lieu  inconnu) -­‐ Demandeur  :  Consorts  D  et  Z -­‐ Défendeur  :  M.  B Ce sujet a été élaboré par Eric Nicolier www.nicolier-conseil.fr
  2. 2. -­‐ Prétentions  du  demandeur  :  inconnu -­‐ Jugement  du  tribunal  :  inconnu 2e  instance  :  Cour  d’appel  (date  et  lieu  inconnu) -­‐ Appelant  :  inconnu -­‐ Intimé  :  inconnu -­‐ Prétentions  de  l’appelant  :  inconnu -­‐ Décision  de  la  cour  d’appel  :  en  ne  respectant  pas  son  devoir  d’information  et  de  loyauté  à   l’égard  des  acquéreurs  a  commis  une  faute Demandeur  au  pourvoi  :  M.  B,  agent  immobilier La  cour  de  cassation,  par  l’arrêt  du  31  janvier  2011,  rejette  le  pourvoi  formé  et  conBirme  ainsi   l’arrêt  de  la  cour  d’appel. La  question  de  droit2 Un  agent  immobilier  qui  ne  transmet  pas  spontanément  des  documents  aux  futurs   acquéreurs  d’un  bien  immobilier,  qui  leur  permettraient  d’avoir  une  meilleure  connaissance   de  ce  bien,  commet-­‐il  une  faute  ? Argumentation2 Lagent  immobilier  reçoit  un  pouvoir  et  agit  pour  le  compte  dautrui  en  vue  de  procéder  à  la   vente  dun  bien,  la  recherche  dun  acquéreur  ou  dun  locataire,  ladministration  dun  bien.  Il   ne  pourra  procéder  à  la  transaction  que  sil  est  muni  dun  mandat  écrit  qui  Bixera  les  limites   de  sa  responsabilité. Ainsi,  lagent  immobilier  répondra  de  toute  inexécution  ou  mauvaise  exécution  du  mandat   dans  les  conditions  de  droit  commun.  Larticle  1992  du  code  civil  dispose  que  “le  mandataire   répond  non  seulement  du  dol,  mais  des  fautes  ou  négligences  quil  commet  dans  sa  gestion.” Lagent  immobilier  est  donc  responsable  de  linexécution  du  mandat  selon  les  principes   généraux  de  la  responsabilité  contractuelle. A  ce  titre,  il  répond  des  fautes  quil  commet  dans  lexercice  de  sa  mission  dès  lors  quelles  ont   causé  un  préjudice  au  mandant  et  quun  lien  de  causalité  est  établi  entre  la  faute  contractuelle   et  le  dommage. La  jurisprudence  retient  assez  aisément  la  responsabilité  de  lagent  immobilier  pour   manquement  à  son  obligation  de  renseignement  et  devoir  de  conseil  dont  létendue  ne  cesse   de  saccroître. Les  tribunaux  rattachent  artiBiciellement  ce  devoir  au  mandat  qui  comporterait  une   obligation  accessoire  de  conseil  à  côté  de  lobligation  principale  dexécuter  la  prestation   promise. Ce  devoir  de  conseil  sexplique  essentiellement  par  le  fait  que  les  agents  immobiliers  sont  des   professionnels  qui  doivent,  en  raison  de  leur  supériorité  technique,  informer  leurs  clients,   non  professionnels,  sur  les  circonstances  qui  entourent  lopération  quils  envisagent,  mais   aussi  sur  ses  conséquences. Ce  devoir  de  conseil  impose  à  lagent  dinformer  son  client  de  tous  les  risques  que  lui  fait   courir  lopération  projetée  ainsi  que  sur  la  règlementation  applicable  et  ensuite  de  consulter   utilement  son  client  sur  la  façon  de  les  éviter. Ce sujet a été élaboré par Eric Nicolier www.nicolier-conseil.fr
  3. 3. Les  consorts  D  et  Z  ne  sont  pas  des  professionnels.  L’agent  immobilier  devait  par  conséquent   ici  les  informer  en  leur  transmettant  des  documents  qu’ils  ne  demandaient  pas   nécessairement. Solution 0,5 Lagent  immobilier  qui  ne  transmet  pas  spontanément  des  documents  à  des  candidats  à   l’acquisition  d’un  bien  immobilier  pour  lequel  il  a  reçu  mandat  de  vente  commet  une  faute.  Il   ne  respecte  pas  en  effet  son  devoir  de  conseil  et  d’assistance.Dossier  2  -­‐  Question  de  cours  (4  points)Indiquez  les  différents  régimes  matrimoniaux  envisageables  pour  un  couple  souhaitant  se  marier,  leurs  avantages  et  leurs  inconvénients  respectifs  ? Les  régimes  matrimoniaux  français  sont  organisés  avec  d’un  côté  le  régime  dit  sans  contrat  et   de  l’autre  les  régimes  avec  contrats. Le  régime  sans  contrat Les  époux  qui  se  sont  mariés  sans  contrat  de  mariage  relèvent,  par  défaut,  du  régime  de  la   communauté  réduite  aux  acquêts.  Ce  régime  signiBie  que  ce  que  chacun  possède  ou  doit,   avant  le  mariage,  reste  sa  propriété  personnelle,  ainsi  que  les  biens  quil  reçoit  par  donation   1 ou  succession  pendant  le  mariage.  De  plus,  le  produit  du  travail  de  chacun  appartient  à  la   communauté. ✓ Avantage  :  il  n’est  pas  besoin  de  passer  devant  le  notaire  pour  établir  ce  contrat.  En   cas  de  divorce,  la  dissolution  de  la  communauté  est  relativement  simple  à  mettre  en   place  :  tous  les  biens  achetés  pendant  le  mariage  appartiennent  pour  moitié  aux   deux  époux. ✓ Inconvénient  :  En  cas  dimpayé,  les  créanciers  dun  des  époux  peuvent  saisir  ses   biens  propres,  mais  aussi  les  biens  communs. Les  régimes  avec  contrats Avec  la  communauté  universelle,  tous  les  biens  des  époux  (meubles  et  immeubles,  présents   et  à  venir)  sont  communs  a  exception  des  biens  à  caractère  personnel  (vêtements  et  linge),  et   1,5 des  instruments  de  travail  nécessaires  à  la  profession  de  lun  des  époux,  sauf  sils  dépendent   dun  fonds  de  commerce  faisant  partie  de  la  communauté. ✓ Avantage  :  Ce  régime  permet  de  transmettre  à  son  conjoint  la  totalité  de  son   patrimoine  sans  payer  de  droits  de  succession. ✓ Inconvénients  :  les  enfants  risquent  d’être  lésés  au  moment  de  la  succession Avec  la  séparation  de  biens,  les  époux  conservent  ladministration,  la  jouissance  et  la  libre   disposition  de  leurs  biens  personnels.  Tous  les  biens  acquis  avant  et  pendant  le  mariage   restent  la  propriété  de  celui  qui  les  a  achetés.  Il  en  est  de  même  pour  les  biens  reçus  par   1,5 héritage  ou  donation. ✓ Avantage  :  Les  créanciers  dun  conjoint  ne  peuvent  pas  saisir  les  biens  de  lautre   conjoint,  sauf  sil  sest  porté  caution  solidaire  ; ✓ Inconvénient  :  Dans  la  pratique,  les  époux  séparés  de  biens  font  souvent  «  compte   commun  »  au  cours  du  mariage.  Ce  qui  peut  poser  problème  en  cas  de  divorce  quand   il  sagira  déclaircir  lorigine  des  fonds Ce sujet a été élaboré par Eric Nicolier www.nicolier-conseil.fr
  4. 4. Dossier  3  -­‐  Cas  pratique  (4  points)Pierre  Leloup  est  né  en  1926.  Après  une  vie  personnelle  et  professionnelle  bien  remplie,  il  prend  sa  retraite  en  1985.Depuis  6  ans,  il  est  atteint  par  la  maladie  dAlzheimer.  Dans  un  premier  temps,  les  troubles  de  la  mémoire  et  du  comportement  étaient  peu  importants,  ne  lempêchant  pas  de  mener  normalement  sa  vie.  Mais  depuis  un  an,  la  maladie  sest  aggravée.Il  y  a  trois  mois,  son  Bils  a  décidé  de  le  placer  sous  tutelle.  Le  juge  des  tutelles  a  ainsi  prononcé  la  mise  sous  tutelle  de  Pierre  Leloup.Le  10  juin  2009,  Pierre  Leloup  qui  vit  encore  seul  chez  lui,  reçoit  la  visite  dun  conseiller  commercial  de  la  société  BATIPLUS  qui  lui  propose  une  solution  de  rénovation  de  lensemble  des  fenêtres  de  sa  maison.Pierre  Leloup  signe  le  contrat  de  rénovation  proposé  par  le  vendeur.  Il  porte  sur  un  montant  de  23  000  euros.  Dailleurs,  Pierre  Leloup  accepte  de  signer  un  chèque  de  23  000  euros  quil  remet  immédiatement  au  vendeur.Quinze  jours  plus  tard,  le  Bils  de  Pierre  Leloup  rend  visite  à  son  père  et  découvre  lexistence  de  ce  contrat.Le  Vils  de  Pierre  Leloup  peut-­‐il  faire  annuler  ce  contrat  ?  Vous  répondrez  à  cette  question  en  appliquant  la  méthodologie  du  cas  pratique. 1  -­‐  Les  faits 1985  :  Pierre  Leloup  prend  sa  retraite0,25 2003  :  Pierre  Leloup  commence  par  être  atteint  par  la  maladie  dAlzheimer avril  2009  :  mise  sous  tutelle  de  Pierre  Leloup 10  juin  :  Pierre  Leloup  reçoit  la  visite  d’un  conseiller  commercial.  Il  signe  un  contrat  de   rénovation  pour  un  montant  de  23  000  euros. 25  juin  :  Pierre  Leloup  reçoit  la  visite  de  son  Bils  qui  souhaite  annuler  ce  contrat 2  -­‐  Les  parties0,25 Pierre  Leloup  :  majeur  incapable  sous  tutelle Conseiller  commercial  :   Fils  Leloup  :  Représentant  légal  de  Pierre  Leloup Lien  juridique  :  Contrat  de  vente  entre  le  conseiller  commercial  et  Pierre  Leloup 3  -­‐  Question  de  droit1 Le  représentant  légal  d’un  majeur  placé  sous  tutelle  peut-­‐il  faire  annuler  le  contrat  que  ce   dernier  a  passé  seul  avec  une  société  de  rénovation  en  bâtiment  ? 4  -­‐  Argumentation Le  régime  des  incapacités  permet  de  déterminer  si  mineur  ou  un  majeur  incapable  peuvent  2 néanmoins  accomplir  certains  actes  dans  leur  vie  courante,  et  quelle  est  l’ampleur  de  ceux-­‐ci. Le  mineur  peut  accomplir  seul  les  actes  de  la  vie  courante,  par  exemple  aller  au  cinéma,   acheter  un  magazine,  aller  à  la  piscine,  etc.  Ces  actes  peuvent  être  annulés  lorsqu’ils  ont  été   conclus  sous  des  conditions  préjudiciables  au  mineur. Ce sujet a été élaboré par Eric Nicolier www.nicolier-conseil.fr
  5. 5. Concernant  les  actes  de  gestion  courante  (petites  ventes,  contrats  de  prestations  de   service),  ces  actes  peuvent  être  conclus  par  le  représentant  du  mineur,  mais  non  par  le   mineur  seul.  Comme  précédemment,  s’ils  sont  préjudiciables  au  mineur,  ils  sont  irréguliers  et   peuvent  être  annulés.  Exemple  d’un  abonnement  à  un  magazine. Concernant  les  actes  de  disposition  :  ventes  de  biens  de  valeur,  de  contrat  pouvant  endetter   le  mineur  ou  engager  ses  biens.  Le  mineur  ne  peut  pas  passer  seul  ses  actes.  Les  parents   doivent  l’y  autoriser  conjointement.  Ces  actes  de  disposition  sont  frappés  de  nullité,  même   s’ils  ne  portent  pas  préjudice  aux  intérêts  du  mineur. Les  actes  considérés  comme  graves  :  actes  de  nature  à  appauvrir  sérieusement  le  mineur.   Même  d’un  commun  accord  les  parents  ne  peuvent  pas  par  exemple  apporter  en  société  un   immeuble  appartenant  à  un  mineur,  ni  contracter  un  emprunt  en  son  nom,  sans  l’autorisation   du  juge  des  tutelles.  Le  régime  de  nullité  s’applique  comme  pour  les  actes  de  disposition. Pour  terminer,  il  existe  des  actes  tout  simplement  interdits  :  cautionnement,  donations  qui   pourraient  dépouiller  le  mineur.  Ici  l’incapacité  est  totale. Signalons  que  cette  classiBication  s’applique  aussi  aux  majeurs  incapables. Monsieur  Leloup  ayant  été  placé  sous  tutelle,  nous  pouvons  considérer  qu’il  est  sous  le   régime  des  majeurs  incapables. L’acte  de  rénovation  et  le  coût  des  travaux  placent  indiscutablement  ce  contrat  dans  la   catégorie  des  actes  de  disposition. Dans  ces  conditions,  Monsieur  Leloup  ne  pouvait  pas  s’engager  seul  dans  ce  contrat.  Il  est   donc  frappé  de  nullité,  quand  bien  même  il  n’aurait  pas  porté  préjudice  à  Monsieur  Leloup. 5  -­‐  Solution0,5 Un  majeur  incapable  ne  peut  pas  accomplir  seul  ce  type  d’acte.  En  saisissant  le  juge,  le  Bils  de   M.  Leloup  pourra  facilement  faire  annuler  le  contrat  passé  par  son  père.Dossier  4  -­‐  Commentaire  d’arrêt  (6  points)En  appliquant  la  méthodologie  du  commentaire  d’arrêt,  veuillez  commenter  cet  arrêt  de  la  cour  de  cassation  du  13  avril  1999  :Attendu  que  Mlle  de  Gans,  décédée  le  16  mai  1992,  a  de  son  vivant,  vendu  aux  époux  Hugues  de  Vinzelles  une  partie  du  mobilier  meublant  sa  maison,  dont  une  peinture  sur  toile  dite  "SacriBice  dAbraham"  située  au-­‐dessus  dune  cheminée  à  lintérieur  de  boiseries,  quil  avait  été  convenu  que  la  jouissance  déBinitive  de  ces  meubles  reviendrait  aux  époux  de  Vinzelles  lors  du  décès  de  la  venderesse,  que  Mlle  de  Gans  étant  décédée  le  16  mai  1992  les  époux  de  Vinzelles  ont  revendiqué  la  toile  auprès  de  M.  James  de  Gans,  légataire  universel  des  biens  de  Mie  de  Gans,  lequel  sest  opposé  à  cette  demande  en  soutenant  quil  sagissait  dun  immeuble  par  destination  ;Attendu  que  M.  James  de  Gans  fait  grief  à  larrêt  (Riom,  1er  octobre  1996)  davoir  accueilli  cette  action  en  revendication  alors  que,  selon  le  moyen,  dune  part,  la  vente  de  la  chose  dautrui  ne  peut  être  invoquée  que  par  lacquéreur,  quen  reprochant  à  M.  de  Gans  de  navoir  pas  sollicité  la  nullité  de  la  vente  intervenue  entre  les  époux  de  Vinzelles  et  Mlle  de  Gans,  la  cour  dappel  a  violé  larticle  1599  du  Code  civil,  alors  que,  dautre  part,  en  invoquant  lautorité  de  chose  jugée  dun  arrêt  qui  na  été  rendu  ni  entre  les  mêmes  parties,  ni  sur  le  même  objet,  ni  sur  la  même  cause  la  cour  dappel  a  violé  larticle  1351  du  Code  civil,  alors  que,  de  troisième  part,  un  meuble  est  attaché  à  un  fonds  à  perpétuelle  demeure  lorsquen  cas  denlèvement  il  risque  dêtre  détérioré,  que  la  cour  dappel  en  qualiBiant  de  meuble  la  toile  litigieuse  alors  quelle  risque  dêtre  détériorée,  a  violé  les  articles  524  et  525  du  Code  civil,  alors,  quenBin,  une  oeuvre  dart  intégrée  dans  un  ensemble  décoratif  et  qui  risque  dêtre  détériorée  si  elle  est  détachée,  constitue  un   Ce sujet a été élaboré par Eric Nicolier www.nicolier-conseil.fr
  6. 6. immeuble  par  destination  dont  la  nature  juridique  ne  peut  être  modiBiée  par  la  seule  volonté  du  propriétaire  de  vendre  cette  oeuvre  ;Mais  attendu  que  la  cour  dappel  a  énoncé  à  bon  droit  que,  pour  quun  meuble  meublant  soit  considéré  comme  un  immeuble  par  destination  en  application  de  larticle  524  du  Code  civil,  il  faut  quil  soit  affecté  par  son  propriétaire  pour  le  service  et  lexploitation  de  ce  fonds  ou  que  le  propriétaire  lait  attaché  au  fonds  à  perpétuelle  demeure,  la  volonté  de  ce  dernier  étant  présumée  selon  les  dispositions  de  larticle  525  du  Code  civil,  notamment  pour  les  tableaux  et  ornements,  quand  ils  sont  scellés  au  fonds  en  plâtre  ou  à  chaux  ou  à  ciment,  ou  lorsquils  ne  peuvent  être  détachés  sans  être  fracturés  et  détériorés  ou  sans  briser  ou  détériorer  la  partie  du  fonds  à  laquelle  ils  sont  attachés,  quelle  a  relevé  quil  nétait  pas  démontré  que  la  toile  allait  être  fracturée  ou  détériorée  par  son  enlèvement  des  boiseries  de  la  cheminée  où  elle  se  trouvait,  cette  toile  nétant  ni  scellée  en  plâtre  ou  à  chaux  ou  à  ciment,  mais  simplement  accrochée  dans  lencadrement  par  des  pattes  de  fer,  et,  sans  aucun  doute,  non  collée,  un  carton  pouvant  passer  dans  le  cadre,  que  par  ailleurs  lexpert  na  nullement  dit  que  les  boiseries  pourraient  être  endommagées  par  la  dépose  de  la  toile  ;Que  par  ces  énonciations  exclusives  du  risque  de  détérioration  de  la  toile  et  relatives  à  labsence  daffectation  matérielle  de  la  toile  à  son  support,  la  cour  dappel  a  légalement  justiBié  sa  décision  ;PAR  CES  MOTIFS  :  REJETTE  le  pourvoi. Les  faits -­‐ Mlle  de  Gans  vend  aux  époux  de  Vinzelles  une  partie  du  mobilier  meublant  sa  maison.  Il  a   été  décidé  que  la  jouissance  de  ces  meubles  reviendrait  aux  époux  Vinzelles  au  décès  de  Mlle  0,25 de  Gans  ; -­‐ Au  sein  de  ce  mobilier,  il  est  possible  d’identiBier  plus  précisément  «Le  sacriBice  d’Abraham»,   une  peinture  sur  toile  située  sur  une  cheminée  à  l’intérieur  de  boiseries  ; -­‐ 16  mai  1992  :  décès  de  Mlle  de  Gans  ; -­‐ Les  époux  Vinzelles  revendiquent  la  propriété  du  SacriBice  d’Abraham  auprès  de  M.  James   de  Gans,  légataire  universel  de  Mlle  de  Gans  ; -­‐ M.  James  de  Gans  s’oppose  à  cette  demande.  En  effet,  il  considère  que  le  tableau  est  un   immeuble  par  destination.0,25 Les  parties -­‐ Mlle  de  Gans  :  venderesse  de  mobilier  meublant  sa  maison  ; -­‐ Epoux  Vinzelles  :  acquéreurs  du  mobilier  ; -­‐ James  de  Gans  :  légataire  universel  de  Mlle  de  Gans. Lien  juridique  :         -­‐ Contrat  de  vente  entre  Mlle  de  Gans  et  les  époux  Vinzelles.1 La  procédure 1ère  instance  :  TGI  (date  et  lieu  inconnu) -­‐ Demandeur  :  époux  Vinzelles -­‐ Défendeur  :  James  de  Gans -­‐ Prétentions  du  demandeur  :  Revendique  la  propriété  du  tableau -­‐ Jugement  du  tribunal  :  inconnu Ce sujet a été élaboré par Eric Nicolier www.nicolier-conseil.fr
  7. 7. 2e  instance  :  Cour  d’appel  (Riom  /  1er  octobre  1996) -­‐ Appelant  :  inconnu -­‐ Intimé  :  inconnu -­‐ Prétentions  de  l’appelant  :  inconnu -­‐ Décision  de  la  cour  d’appel  :  le  tableau  ne  peut  pas  être  considéré  comme  un  immeuble  par   destination.  Par  conséquent  il  revient  aux  époux  Vinzelles. Demandeur  au  pourvoi  :  James  de  Gans La  cour  de  cassation,  par  l’arrêt  du  13  avril  1999,  rejette  le  pourvoi  formé  et  conBirme  ainsi  2 l’arrêt  de  la  cour  d’appel. Question  de  droit Quels  sont  les  conditions  permettant  d’énoncer  qu’un  meuble  meublant  est  considéré  comme   un  immeuble  par  destination  ? Argumentation Les  immeubles  par  nature  sont  tous  les  biens  Bixés  au  sol,  attaché  de  façon  durable  ou   incorporés  dans  un  autre  immeuble  par  nature  :  toutes  les  constructions  et  tous  les  2 accessoires  incorporés  à  ces  constructions  canalisations  deau,  ascenseur,  végétaux  plantés.   Le  sol  et  le  sous-­‐sol  sont  également  des  immeubles  par  nature. Les  immeubles  par  destination  sont  des  biens  originellement  meubles,  mais  que  la  loi  qualiBie   dimmeubles  par  destination  en  raison  du  lien  qui  les  unit  à  un  immeuble  par  nature  :  ils   constituent  en  effet  un  accessoire.  Ainsi  une  statue  scellée  dans  une  niche  ou  un  tapis   descalier  sont  ils  des  immeubles  par  destination,  mais  aussi  les  animaux  dune  ferme,  les   matériels  dexploitation  dun  atelier,  une  cuisine  intégrée  dans  une  habitation…  Pour  quun   bien  meuble  puisse  être  qualiBié  dimmeuble  par  destination  il  faut  réunir  deux  conditions  :   Tout  d’abord  le  bien  immeuble  par  destination  et  le  bien  immeuble  par  nature  auquel  il  est   attaché  doivent  avoir  le  même  propriétaire.  Ensuite,  le  bien  immeuble  par  destination  doit   être  affecté  à  lexploitation  ou  être  déBinitivement  attaché  à  limmeuble  par  nature. La  cour  d’appel  pour  accepter  la  demande  en  revendication  des  époux  Vinzelles,  a  rappelé  ces   principes. Par  ailleurs,  elle  indique  que  «  pour  les  tableaux  et  ornements,  quand  ils  sont  scellés  au  fonds   en  plâtre  ou  à  chaux  ou  à  ciment,  ou  lorsquils  ne  peuvent  être  détachés  sans  être  fracturés  et   détériorés  ou  sans  briser  ou  détériorer  la  partie  du  fonds  à  laquelle  ils  sont  attachés». Il  a  été  constaté  qu’en  aucun  cas  l’enlèvement  du  tableau  n’entrainait  de  détérioration  du   fonds. De  ce  fait,  le  tableau  n’est  pas  un  immeuble  par  destination,  même  si  les  faits  semblent   préciser  qu’un  emplacement  spéciBique  lui  avait  été  aménagé  au-­‐dessus  de  la  cheminée. Solution0,5 Le  tableau  reste  bien  un  meuble  meublant  et  à  ce  titre  il  est  bien  la  propriété  des  époux   Vinzelles. Ce sujet a été élaboré par Eric Nicolier www.nicolier-conseil.fr

×