Les obligations à
haut rendement
européennes résistent
bien, mais des risques
sont présents
Tim Dowling
Head of Credit Inv...
Les obligations à haut rendement en tant que classe d’actifs ont été confrontées à un con-texte mondial difficile au
trois...
A propos de NN Investment Partners
NN Investment Partners est le gérant d’actifs de NN Group N.V, société cotée en Bourse....
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

[FR] Column on European High Yield

291 vues

Publié le

Our fall column on European High Yield, in French.

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
291
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
133
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

[FR] Column on European High Yield

  1. 1. Les obligations à haut rendement européennes résistent bien, mais des risques sont présents Tim Dowling Head of Credit Investments & Lead Portfolio Manager Global High Yield
  2. 2. Les obligations à haut rendement en tant que classe d’actifs ont été confrontées à un con-texte mondial difficile au troisième trimestre, en raison surtout de la hausse de l’aversion des investisseurs pour le risque. Les actifs risqués tels que les obligations à haut rendement ont réagi négativement aux craintes d’un ralentissement de la croissance économique mondiale sous l’impulsion de la Chine, la deuxième économie au monde. Les rendements des obligations à haut rendement des différentes régions ont affiché des divergences inhabituellement élevées. Les rendements européens ont largement excédé les rendements américains car le marché européen a été soutenu par le compromis qui a mis fin au dernier rebondissement dans la crise grecque, ainsi que par les signes d’une poursuite de la reprise économique. Les rendements américains ont été faibles, en particulier au niveau des obligations aux ratings les plus faibles. La sous-performance des obligations à haut rendement américaines s’explique essentiellement par l’importance des émetteurs du secteur de l’énergie et des matériaux au sein de l’indice. De façon plus générale, les obligations d’entreprises liées à l’énergie, aux matières premières et à la croissance mondiale ont sous-performé en raison du repli des prix des matières premières et de l’augmentation des craintes relatives à la Chine, aux marchés émergents et à la croissance mondiale. Du point de vue de la qualité, les obligations de qualité élevée ont mieux performé que les obligations de plus faible qualité en raison de l’aversion pour le risque. Au cours de ces derniers mois, nous avons observé un certain nombre de faillites dans le secteur américain de l’énergie. La faiblesse des prix du pétrole, du gaz naturel et du charbon a entraîné des faillites dans le secteur de l’énergie et celui de l’exploitation minière et des métaux et nous pensons que de nouvelles faillites suivront encore. Heureusement, en dehors de ces secteurs, le taux de faillite reste faible. Toutefois, le sentiment à l’égard des obligations à haut rendement américaines ne devrait guère s’améliorer à court terme étant donné que ces secteurs sont d’une taille significative. Un facteur clé pour un renversement de tendance serait une remontée des prix des matières premières, et du pétrole en particulier. Les obligations à haut rendement européennes ne sont pas complètement à l’abri Dans le contexte actuel, il est difficile d’imaginer que les obligations à haut rendement européennes puissent échapper complètement aux sévères turbulences touchant leurs équivalents américains. En effet, la baisse des prix pétroliers devrait entraîner d’autres faillites dans le secteur de l’énergie. Néan-moins, celles-ci affecteront essentiellement les États-Unis, le secteur énergétique représentant près de 15% du marché à haut rendement américain, tandis qu’en Europe, l’exposition à ce secteur ne dépasse pas 2%. Pour les obligations à haut rendement européennes, un risque plus significatif pourrait provenir des flux de capitaux, qui sont probablement plus importants pour le papier européen que pour le papier américain. Alors que les obligations à haut rendement américaines ont été confrontées à des sorties de capitaux cette année et l’année passée, les obligations à haut rendement européennes ont vu leur capitaux en gestion augmenter de 16% jusqu’à présent en 2015, après une hausse de 10% en 2014. Un renversement du sentiment et les sorties de capitaux qui en découleraient constituent bien sûr un danger potentiel pour le papier tant américain qu’européen, mais compte tenu de la capitalisation boursière et des entrées de capitaux historiques, la menace est probalement plus importante pour les obligations à haut rendement européennes. En période de faible liquidité des obligations risquées, les flux de capitaux peuvent avoir un impact majeur. Et si le papier européen à haut rendement a mieux performé que le papier américain ces derniers temps, le risque de contagion a récemment augmenté. Le risque de liquidité est, dans une large mesure, incorporé dans les cours. Une partie de l’élargissement des spreads reflète la nécessité d’une compensation plus élevée pour couvrir les frais accrus d’entrée ou de sortie du marché des obligations d’entreprises et le déclin de la liquidité. Bien que l’on ne s’attende pas à ce que la baisse des conditions de liquidité entraîne des problèmes systémiques, la volatilité des rendements obligataires devrait augmenter par rapport au passé. Étant donné que les facteurs à l’origine de la réduction de la liquidité sur les marchés obligataires ne devraient pas disparaître, les obligations plus grandes et plus liquides sont plus attrayantes que les obligations moins liquides. La prime exigée pour acquérir des obligations moins importantes a augmenté et nous pensons dès lors que nombre de ces émissions de moindre taille sont très attrayantes aux cours déprimés actuels. Impact du ralentissement en Chine et de la normalisation de la politique de la Fed Il sera intéressant de voir si les obligations à haut rendement européennes continuent à mieux perfor-mer que leurs équivalents américains. Les bénéfices et les données macroéconomiques résistent tou-jours bien en Europe, ce qui soutient le papier à haut rendement européen. Le faible niveau des taux des obligations d’État de la région est également favorable. Il est en revanche difficile d’évaluer l’impact qu’aura le ralentissement en Chine sur les économies des marchés développés. L’impact sur l’économie américaine via les exportations devrait être limité car ces dernières représentent un faible pourcentage du PIB, mais la menace est plus importante pour l’économie européenne qui dépend davantage des exportations. Une baisse des prix des marchandises et des matières premières dans les marchés développés profite aux consommateurs, mais a aussi un effet baissier sur une inflation qui est déjà faible. Une autre zone d’incertitude concerne le comportement des décideurs politiques chinois. Si les autori-tés chinoises décident, par exemple, de maintenir le taux de change chinois stable par rapport au dollar américain, elles devraient vendre une partie de leurs réserves d’obligations d’État américaines, ce qui entraînerait une hausse des taux obligataires américains. D’autres préoccupations majeures sont liées à la divergence entre les politiques monétaires, la Réserve fédérale américaine resserrant sa politique tandis que le reste du monde poursuit son assouplissement monétaire, et à l’impact de cette divergence sur le dollar et l’économie américaine. L’assouplissement quantitatif européen est susceptible d’inciter les investisseurs en obligations à acheter du papier au rating moins élevé, de sorte que le contexte technique restera plus favorable en Europe qu’outre-Atlantique. Tim Dowling Head of Credit Investments & Lead Portfolio Manager Global High Yield
  3. 3. A propos de NN Investment Partners NN Investment Partners est le gérant d’actifs de NN Group N.V, société cotée en Bourse. Son siège social se situe à La Haye aux Pays-Bas. NN Investment Partners compte plus de 1100 collaborateurs, et gère près de 184 Milliards d’€* (206 Milliards d’USD*) dans 16 pays, en Europe, en Asie, au Moyen-Orient et aux Etats-Unis, pour le compte de tous types d’investisseurs, qu’ils soient institutionnels ou particuliers. NN Investment Partners met en œuvre sa recherche et ses analyses internes, ses équipes implantées à travers le monde, ainsi que sa gestion des risques, pour offrir un large éventail de stratégies, de supports d’investissement, et de services de conseil dans toutes les principales classes d’actifs et styles d’investissement. Pour plus d’information : www.nnip.com A compter du 7 avril, ING Investment Management est devenu NN Investment Partners. NN Investment Partners fait partie de NN Group N.V., une société cotée en Bourse. NN Group est actuellement détenu à 37,6% par ING Group. ING a l’intention de céder le reste de ses parts dans NN Group avant le 31 décembre 2016, ce qui correspond à l’agenda qui a été accepté par ING auprès de la Commission Européenne. *Chiffres au 30 Juin 2015 Avertissement Légal Les éléments contenus dans ce document ont été préparés dans un but exclusivement informatif et ne constituent pas une offre, ni un prospectus, une invitation ou une recommandation personnalisée appelant à négocier, à acheter ou vendre un produit d’investissement quel qu’il soit ou à participer à une quelconque stratégie d’investissement. Les investissements peuvent convenir à des investisseurs privés, à la condition qu’ils aient été recommandés par un conseiller dûment habilité, agissant pour le compte de l’investisseur, sur la base d’un contrat écrit. Si une attention particulière a été portée à la rédac- tion du présent document, son exactitude ou son exhaustivité ne peut faire l’objet d’aucune garantie ou déclaration, implicite ou explicite. Ni NN Investment Partners Holdings N.V., ni ses dirigeants, directeurs ou employés ne peuvent être tenus directe- ment ou indirectement responsables des informations et/ou des recommandations, quelles qu’elles soient, contenues dans le présent document. L’information contenue dans le présent document ne devra jamais être considérée comme un conseil d’investissement comprenant une recommandation d’investissement personnalisée ou comme un avis juridique ou fiscal. Le présent document a été préparé, comme il se doit, avec toute l’attention et tous les soins requis. La présente information ne peut donner lieu à aucun droit. Pour l’obtention de conseils plus spécifiques, veuillez vous adresser à votre conseiller en investissement. Aucune responsabilité, directe ou indirecte, n’est assumée s’agissant d’une perte éventuelle, subie ou encourue par des lecteurs ayant utilisé cette publication pour prendre des décisions. Les investissements sont soumis à des risques. Votre investissement peut augmenter ou diminuer et les résultats obtenus dans le passé ne sont pas indicatifs des résultats futurs et ne peuvent être, en aucun cas, considérés comme tels. Tous les produits et tous les instruments financiers mentionnés dans le présent document comportent leurs propres risques et sont régis par une documentation contractuelle spécifique. Chaque investisseur doit prendre connaissance de cette documentation et plus particulièrement au sein de cette documentation de la description des risques attachés à l’investissement, avant de conclure une transaction quelconque. La présentation et les informations contenues dans ce document sont confidentielles et ne doivent pas être copiées, repro- duites, distribuées ou transmises à qui que ce soit, sans l’approbation écrite préalable de NN Investment Partners Holdings N.V.

×