Le chantier
linguistique :
éléments pour une
grammaire non-
binaire
Alice Coutant (Paris 5/IEC)
Luca Greco (Paris 3)
Noémi...
« Tell them about how you’re never really a whole
person if you remain silent, because there’s always
that one little piec...
Pour une linguistique queer
 Une linguistique qui questionne les dispositifs de catégorisation
en général et la binarité ...
Introduction
Le genre et la langue
 Le genre en linguistique : un instrument de
catégorisation de l’univers référentiel
...
Introduction (2)
Le genre et la langue
 Bicatégorisation
 Fascisme de la langue (Barthes)
 Double contrainte : choix ob...
Agir sur la langue
 Transformer les pratiques
 Rédaction(s) non sexiste(s)
 Double marquage du genre (« épicénéisation ...
Des actions différentes pour
des enjeux différents
 Revenir sur la masculinisation de la langue
 Ne règle pas le problèm...
Le double marquage du
genre
 Revisibilisation du féminin et des femmes
 Formes typographiques
 Les étudiant(e)s sont al...
Le E (Féminin majuscule)
Double marquage ou différEnce ?
 bonjour Curtis jsuis pas mortE mais big probleme virus PC et je...
Pratiques langagières queer
 Prolifération de catégories
 Travail sur la neutralisation de la langue (pronoms)
Quelques...
Neutraliser la langue
française
 Travail sur les pronoms
 Mais travail de la langue et du genre est extrêmement lourd
en...
Langage non binaire en
français : Pronoms
 Pronoms personnels de 3ème pers : ille, yel, iel, illes, els, iels, yol, ol,
u...
Langage non binaire en
français : autres mots
 Le E
 Les étudiantEs sont alléEs boire un verre.
 Nouveaux noms et adjec...
Chez les Drag King de
Bruxelles (Terrain L. Greco)
14
Yel, iel
Yels
Toustes -
tous(pause)tes,
tou(pause)stes,
tou(pause)te...
Problèmes et écueils (1)
La performance/performativité
 Idée que le langage a une action sur le monde, la société les
cor...
L’anarchie des formes non
binaires
 Modeler la langue au fil des désirs de chacun mais rester
dans le processus et non pa...
Problèmes et écueils (2)
La question de la langue
 De la difficulté de changer volontairement le système de la
langue
 Q...
Langue et évolutions
spontanées
 Féminisations spontanées (peu importe l’Académie Française !)
 Accords non réalisés
 (...
Neutralisations spontanées
 Adjectifs
 (o) « Dans cette robe, je fais Grace Kelly mais en plus gros_ » (Reines du
shoppi...
Contextes
 Problèmes des contextes
 On parle toujours différemment selon les contextes et les
interlocuteurICEs
 Adapte...
Contourner le genre ?
 Stratégies discursives de contournement du genre (dans la
langue), qui répondent soit à un besoin ...
 usage d'un verbe plutôt que d'un nom
 si on n'est pas un grand sportif → si on ne fait pas beaucoup de sport
 je ne su...
Les épicènes
architecte zutiste
bibliothécaire yéyé
cadre xénophobe
décisionnaire WASP
élève virtuose
fleuriste utile
gest...
Atelier (1) : Dictée (!)
 énoncés où le genre est audible et visible
 ex : je suis certaine que ces étudiantes sont mali...
Atelier (2) : Comment lisez-
vous ce texte ?
« Suite aux récents échanges, et parce que le bureau d'Efigies se
réunit bien...
« C'est très bien d'aider des chercheurSEs à avancer
dans leur travaux, mais quand il n'y a jamais de
feedback, jamais de ...
Confiance, qui est loin d'être acquise dès le départ
pour des personnes ou groupes qui sont très
stigmatiséEs et qui sont ...
Suite et fin
« Quand est ce qu'on se posera la question de l'utilité de la
recherche pour les individus et groupes étudiés...
Atelier (3) : Comment écririez-
vous ces textes de manière
non-binaire ?
 J’ai toujours voulu faire démarrer ainsi mon ro...
Webographie
 Genres pluriels http://www.genrespluriels.be/Le-langage-non-
sexiste-ou
 Sur l'extension des genres grammat...
Problèmes et écueils
Impossibles neutralisations
 « “lesbienne” est le seul concept […] qui soit au-delà des
catégories d...
Exemples en contexte (1)
Les militantes intersexEs
 Les militant-e-s intersexes qui restent focalisé-es principalement su...
Militantisme intersexe
Illes, i-elles, E
 Les réassignéEs peuvent se dire et s'opposer à l'assignation, les
assignéEs ne ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Queer Week - Langage non binaire

1 949 vues

Publié le

Atelier Queer Week 6 mars 2015
Le chantier linguistique : éléments pour une grammaire non binaire
Alice Coutant, Luca Greco, Noémie Marignier

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 949
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
297
Actions
Partages
0
Téléchargements
16
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Queer Week - Langage non binaire

  1. 1. Le chantier linguistique : éléments pour une grammaire non- binaire Alice Coutant (Paris 5/IEC) Luca Greco (Paris 3) Noémie Marignier (Paris 13/Paris 3/IEC) Atelier Queer Week – 6 mars 2015
  2. 2. « Tell them about how you’re never really a whole person if you remain silent, because there’s always that one little piece inside you that wants to be spoken out, and if you keep ignoring it, it gets madder and madder and hotter and hotter, and if you don’t speak it out one day it will just up and punch you in the mouth from the inside » (Lorde 1984 :42) 2
  3. 3. Pour une linguistique queer  Une linguistique qui questionne les dispositifs de catégorisation en général et la binarité du système sexe/genre en particulier  Une linguistique s’intéressant aux processus de catégorisation genrée, sexuée, à la façon dont les participantEs construisent des corps, des genres et des sexes dans et par les pratiques langagières.  Une linguistique queer est inévitablement inter-(voire trans- )disciplinaire  Une linguistique queer s’intéresse davantage aux processus qu’aux produits finis. La langue – comme le genre – sont toujours en train de se faire. 3
  4. 4. Introduction Le genre et la langue  Le genre en linguistique : un instrument de catégorisation de l’univers référentiel  Bicatégorisation : le genre oppose de manière exclusive et binaire les catégorie de masculin et de féminin  Différenciation des catégories en appréhendant les formes du masculin comme premières  Hiérarchisation des catégories et invisibilisation du féminin 4
  5. 5. Introduction (2) Le genre et la langue  Bicatégorisation  Fascisme de la langue (Barthes)  Double contrainte : choix obligatoire et choix exclusif  Différence sexe/genre et genre grammatical  Le neutre en français (n’existe pas)  Hiérarchisation et Invisibilisation  Au niveau morphosyntaxique (masculin l’emporte)  Dans le lexique (formes féminines manquantes)  Comment revisibiliser le féminin?  Mais ca ne suffit pas… 5
  6. 6. Agir sur la langue  Transformer les pratiques  Rédaction(s) non sexiste(s)  Double marquage du genre (« épicénéisation du discours »)  Transformer les règles et le lexique  Dé-hiérarchiser (rétablir la règle de proximité etc.)  Féminiser les noms de titres et de fonctions  Transformer les catégories  Supprimer les catégories de genre (dé-binariser)  Créations de nouveaux termes et de nouveaux pronoms 6
  7. 7. Des actions différentes pour des enjeux différents  Revenir sur la masculinisation de la langue  Ne règle pas le problème de la binarité…  Dépasser et se défaire de la double binarité linguistique et sociale : Neutraliser la langue (Wittig, Michard)  Masculin générique  Ex : Ce matin, Samia s’est préparé pour aller à l’université, il a rejoint des amis et ils ont été boire un verre. Il était très content.  Féminin générique  Ex : Thomas s’est préparée pour aller à l’université ; elle a rejoint Claire et Nadir, elles ont été boire un café au bistrot du coin. 7
  8. 8. Le double marquage du genre  Revisibilisation du féminin et des femmes  Formes typographiques  Les étudiant(e)s sont allé(e)s boire un verre.  Les étudiant-e-s sont allé-e-s boire un verre.  Les étudiant.e.s sont allé.e.s boire un verre.  Les étudiant·e·s sont allé·e·s boire un verre.  Les étudiant/e/s sont allé/e/s boire un verre.  Les étudiantEs sont alléEs boire un verre.  Conservent la binarité ? 8
  9. 9. Le E (Féminin majuscule) Double marquage ou différEnce ?  bonjour Curtis jsuis pas mortE mais big probleme virus PC et je profite de ce poste pour ""vous passer l'info ’  Une journaliste de paris match m'a contactéE à propos de mon projet où j'avais photographié X, pour utiliser une de mes photos […]  Vincent Guillot, fondatRICE du mouvement intersexe en Europe francophone, revient sur les derniers développements de l'affaire du Distilbène, […]  Les bouchers ont un bel avenir devant eux, il y a les bonNES is [intersexEs] et les falacieuSEs. Il est une chose de se sentir déstabilisé par sa démarche artistique, il en est une autre que de le présenter comme "traitre à la cause"! 9
  10. 10. Pratiques langagières queer  Prolifération de catégories  Travail sur la neutralisation de la langue (pronoms) Quelques solutions, dans différentes langues  En suédois: hen C’est un néologisme qui remplace han [il] et hon [elle].  En espagnol : l@s chic@s, tod@s l@s amig@s  En italien : ciao bellissim@, buongiorno a tutt*  En hébreu (Bershtling 2014): haverot (fp) haverim (mp) : haverimot. Transiot (fp) transim (mp) : transimot 10
  11. 11. Neutraliser la langue française  Travail sur les pronoms  Mais travail de la langue et du genre est extrêmement lourd en français  5 classes de mots prenant la marque du genre en français  Substantifs (boulanger, boulangère…)  Adjectifs (beau, belle…)  Verbes (participes passés) (accepté, acceptée…)  Pronoms (il, elle, celle, celui…)  Déterminants (le, la, un, une…)  Problème des accords en français 11
  12. 12. Langage non binaire en français : Pronoms  Pronoms personnels de 3ème pers : ille, yel, iel, illes, els, iels, yol, ol, ul, uls  Ul est gentil.  Illes sont venuEs.  Pronom tonique : Ellui, eulles,  Yel est venuE avec eulles.  Pronom démonstratif : ceulles, celleux, cellui.  Déterminants  Définis : lo, lu, li, le-a (ex: Lu boulanger)  Indéfinis : uno, unu (ex : Unu ami)  Illes (Pour une grammaire non sexiste, Labrosse 1996), Ille (Hoquet 2011), Iel (Larue 2013) “qui a le mérite de défiminiser le pronom “elle” (ce n’est pas “ielle”), UL (Barasc & Causse 2014) 12
  13. 13. Langage non binaire en français : autres mots  Le E  Les étudiantEs sont alléEs boire un verre.  Nouveaux noms et adjectifs  Les chanteureuses, les chômeureuses, toustes  Les chanteureuses ont réalisé une très belle performance ce soir : illes se donné ??s à fond.  Formes mixtes  Les chanteureuses ont réalisé une très belle performance ce soir : illes se donnéEs/donnéX à fond, et sont ensuite allé-e-s boire un verre toustes ensembles.  Oh là non, je crois que tu ne choques personne parmi nous, qu'on soit intersexe, trans, indéterminéEs ou les deux ou trois à la fois - c'est nous qu'on est choquantEs pour les "normales" ! Au contraire, bienvenue à toi ! Plus on sera mieux ça vaudra ! 13
  14. 14. Chez les Drag King de Bruxelles (Terrain L. Greco) 14 Yel, iel Yels Toustes - tous(pause)tes, tou(pause)stes, tou(pause)tes Ceuses, celleux, ceu(pause)ses.lleux Nombreuxses S/He She : générique They Womanity (humanity) Herstory (history)
  15. 15. Problèmes et écueils (1) La performance/performativité  Idée que le langage a une action sur le monde, la société les corps  Il y a un travail de transformation corporelle et existentiel et en même temps un travail de transformation des formes linguistiques  Mais il faut se méfier de cette vision « transparente » du langage  Problème de l’idée d’un moi stable, fini qu’on pourrait dire par un langage transparent  S’intéresser aux processus de changement de la langue, aux identités se faisant et se défaisant par le langage 15
  16. 16. L’anarchie des formes non binaires  Modeler la langue au fil des désirs de chacun mais rester dans le processus et non pas s’arrêter au résultat  Mixer les formes selon les contextes et les usages, ne pas recréer une grammaire normative et prescriptive…  Faire attention aux autres stratégies langagières queer  Exemple :  « Guten soir every menschen, je me suis inscritE depuis déja quelques jours, […]bon bref je suis une herma (et fier de l'être) algeriennE »  Mais intérêt néanmoins de la stabilité des formes d’un certain point de vue militant… 16
  17. 17. Problèmes et écueils (2) La question de la langue  De la difficulté de changer volontairement le système de la langue  Question des politiques linguistiques  Question des animés/inanimés  Marie a posé le carafe sur le table.  Yel a mangé uno steak.  Question des usages 17
  18. 18. Langue et évolutions spontanées  Féminisations spontanées (peu importe l’Académie Française !)  Accords non réalisés  (o) « Mes carottes, je les ai mis_ à cuire » (Top Chef, source inépuisable !)  (o) « Là, je dois dire que tu m'as surpris_ » (Reines du shopping, locutrice)  (o) « Aïssa s'est plaint_ de mon comportement » (QVEMF, locuteur)  (o) « Et y a des choses que vous avez jamais fait_, comme le bistournage ou l'attente aux fers ? » (S.V., chercheuse)  (o) « Mais il t'a mis_ par terre ou quoi ? » (S.V., chercheuse)  (é) « Mme X et M. Y m'ont orienté_ vers vous » (expéditrice mail)  (é) « Mon père m’a toujours impressionné_ » (autrice billet blog)  (é) « Paul Dupont était inquiet parce qu’il était déjà 22 heures et parce que sa femme, Marie, n’était pas encore rentré_ du travail. » (enquête RISC) 18
  19. 19. Neutralisations spontanées  Adjectifs  (o) « Dans cette robe, je fais Grace Kelly mais en plus gros_ » (Reines du shopping, locutrice)  Usages indifférenciés des pronoms  F : J'ai l'impression de vivre avec eux, moi, tout le temps (eux = les voisins, pour les voisines)  M : On a beau coucher nos enfants à huit heures, ils dorment pas avant dix heures et demie, onze heures, quand eux  K : à cause des voisins ?  M : voilà, quand eux ils ont décidé de dormir ou...  F : J'ai l'impression qu'ils veulent même pas essayer de me comprendre, parce que quand je leur dis de venir constater eux-mêmes, eux ils viennent pas  M : Je vais pas aller m'en prendre après eux, me battre avec eux alors que c'est c'est que des filles 19
  20. 20. Contextes  Problèmes des contextes  On parle toujours différemment selon les contextes et les interlocuteurICEs  Adapter selon contexte militant, professionnel, amical, familial etc.  Mais formes impossibles dans certains lieux/institutions 20
  21. 21. Contourner le genre ?  Stratégies discursives de contournement du genre (dans la langue), qui répondent soit à un besoin (celui de ne pas trahir sa transition), soit à un choix politique et militant (émancipation par rapport à la binarité)  Mêmes stratégies que dans les guides de rédaction non sexiste !  Stratégies qualifiées de "neutre"  « tourner mes phrases autrement pour ne pas genrer »  « tortur[er] la langue française pour ne pas avoir à utiliser les accords féminins »  « tourner ses phrases différemment, employer de nouvelles formules etc... »  « fai[re] des détours (je fais des tas de périphrases) » 21
  22. 22.  usage d'un verbe plutôt que d'un nom  si on n'est pas un grand sportif → si on ne fait pas beaucoup de sport  je ne suis pas un grand lecteur / une grande lectrice → je ne lis pas beaucoup  verbes à l'infinitif  Et tout ça, sans qu'ils aient à se déplacer ! → Et tout ça, sans avoir à se déplacer !  « je n'ai jamais été "contente", ça me "faisait plaisir"... »  tournures impersonnelles  c'est pour ça que j'étais absent / absente → c'est la raison de mon absence mais aussi  → c'est pour ça que je ne suis pas venu/e (oral)  → c'est pour ça que je n'étais pas là  Relatifs  lequel / laquelle, auquel / à laquelle, duquel / de laquelle → qui, de qui, dont  adjectifs indéfinis  chacun / chacune → chaque  génériques : personne(s), gens, membre(s)  collectifs : la communauté, l'électorat, le lectorat, le personnel, la clientèle 22
  23. 23. Les épicènes architecte zutiste bibliothécaire yéyé cadre xénophobe décisionnaire WASP élève virtuose fleuriste utile gestionnaire tranquille hygiéniste sauvage interprète riche journaliste quadragénaire kinésithérapeute pâle linguiste peu orthodoxe médecin novice notaire malade ophtalmologiste lourdingue photographe kleptomane quattrocentiste juste réceptionniste intrépide spécialiste humaniste toréador grêle urbaniste fidèle vétérinaire égoïste webmaster drôle xylophoniste cynique yankee bête zoologiste apte 23 • Épicène : non marqué du point de vue du genre grammatical.
  24. 24. Atelier (1) : Dictée (!)  énoncés où le genre est audible et visible  ex : je suis certaine que ces étudiantes sont malignes et intelligentes  énoncés où le genre n'est pas audible mais est visible  ex : je suis sûr?e? que ces élèves sont subtil?e?s, futé?e?s, dégourdi?e?s  énoncés où le genre n'est ni audible, ni visible  ex : il est certain que ces élèves sont lucides et perspicaces 24
  25. 25. Atelier (2) : Comment lisez- vous ce texte ? « Suite aux récents échanges, et parce que le bureau d'Efigies se réunit bientôt, je me demande s'il ne serait pas intéressant de travailler sur des protocoles pour les étudiantEs et chercheurSEs qui veulent récupérer des savoirs, en particulier auprès de personnes et groupes minoritaires. Nous sommes très souvent sollicitéEs, maintenuEs comme objets d'étude, avec le sentiment d'une confiscation de nos expertises pratiques et militantes, afin qu'elles soient traduites en langage universitaire (dans le meilleur des cas), et au final pour quel résultat pour les personnes concernées? […] » 25
  26. 26. « C'est très bien d'aider des chercheurSEs à avancer dans leur travaux, mais quand il n'y a jamais de feedback, jamais de renvoi d'ascenceur pour améliorer la situation des gens, jamais d'explication claire sur le pourquoi et le comment de la recherche, que les "objets" d'études sont juste utiliséEs, réduitEs à une valeur de témoignage, niéEs dans leur capacité politique de produire par elles/eux-mêmes, et quand dans le pire des cas des recherches sont utilisées de façon malhonnetes et contre les intérêts des concernéEs, il est normal qu'il n'y ait plus aucune confiance envers les chercheurSEs. 26
  27. 27. Confiance, qui est loin d'être acquise dès le départ pour des personnes ou groupes qui sont très stigmatiséEs et qui sont plus ou moins excluEs des sphères de savoir. (Et oui il y a aussi des discriminations à l'université...) Les personnes et groupes sollicitéEs doivent fournir de leur temps, parfois perdre de l'argent, surtout quand on les contacte sur leur lieu de travail, sont parfois exposéEs à des conséquences quand leur anonymat ou des données confidentielles ne sont pas protégées, et sans jamais être rémunérées par ailleurs. » 27
  28. 28. Suite et fin « Quand est ce qu'on se posera la question de l'utilité de la recherche pour les individus et groupes étudiés? Quand est ce qu'on réfléchira à la meilleure façon de les inclure dans la recherche? A travailler avec, en collaboration, et pas uniquement sur les gens et sans eux/elles. Je sais qu'il existe quand même de nouvelles pratiques, qu'il y a des chercheurs qui font des efforts, et c'est un plaisir de travailler avec elles/eux, mais on ne peut que constater encore la constance des mauvaises pratiques, surtout quand on reçoit des dizaines de demandes d'étudiantEs régulièrement et qui ont l'air de n'avoir aucune réflexion sur leur façon d'approcher les gens et de récolter ces savoirs auprès des dites "populations" » Mail T.S., Liste EFIGIES, 29/10/2014 28
  29. 29. Atelier (3) : Comment écririez- vous ces textes de manière non-binaire ?  J’ai toujours voulu faire démarrer ainsi mon roman, par une phrase qui les gifle. Et lui : Ton roman ? Tu as vraiment l’intention de l’écrire ? Qui gifle qui ? Et elle : Qui les gifle, eux, les esclaves gras de l’Europe, et les esclaves boudinés, et les cravatés, et les patrons militarisés de l’Amérique, et les serfs du patronat, et tous ces pauvres types asservis par tous, et les sociaux-traîtres et leurs dogues, et toi aussi, mon dogue, toi aussi. » (A. Volodine. Lisbonne, Dernière marge 1990).  J’espère avoir montré l’importance des pratiques de nomination du chercheur et des scripteurs […] (NM) 29
  30. 30. Webographie  Genres pluriels http://www.genrespluriels.be/Le-langage-non- sexiste-ou  Sur l'extension des genres grammaticaux en français http://www.culture- libre.org/wiki/Sur_l%27extension_des_genres_grammaticaux_en _fran%C3%A7ais  Pour un pronom personnel de genre neutre en français!http://www.facebook.com/groups/197025787116944/ 30
  31. 31. Problèmes et écueils Impossibles neutralisations  « “lesbienne” est le seul concept […] qui soit au-delà des catégories de sexe (femme et homme) parce que le sujet désigné (lesbienne) n’est pas une femme, ni économiquement, ni politiquement, ni idéologiquement. […] En effet, bien que subissant les effets de l’appropriation collective des femmes – salaires inférieurs, agressions, viols, etc. – les lesbiennes échappent à l’appropriation privée par un homme. »  (Wittig 2001[1980], « On ne naît pas femme », La Pensée Straight, Paris : Amsterdam) 31
  32. 32. Exemples en contexte (1) Les militantes intersexEs  Les militant-e-s intersexes qui restent focalisé-es principalement sur le corps et sur les traumatismes subis sans intégrer les besoins de la personne qui se trouve dans ce corps. L'identité de genre de cette personne ne sert pas à grand-chose finalement parce que nous cherchons à être une partie intégrale de l'humanité. On ne peut pas considéré comme humain et intersexué-e légalement. Pour exister légalement comme être humain, il faut être categorisé-e soit comme homme soit comme femme.  Pour ceulles qui veulent en savoir plus, il y a notre site qui est toujours mentionné dans les articles et qui permet à nombre d'is de ne plus être seulEs au monde.  Mais alors LA solution est d'être touTEs visibles et non pas de critiquer ceulles qui le sont tout en restant planqué 32
  33. 33. Militantisme intersexe Illes, i-elles, E  Les réassignéEs peuvent se dire et s'opposer à l'assignation, les assignéEs ne le peuvent pas où difficilement car illes ne le savent souvent pas, illes n'existent pas.  Il faut savoir que jusqu’à il y a peu (en Belgique en tout cas) i-elles ne recevaient aucune formation psychologique pour dialoguer avec les malades et les traiter en être humain et non pas comme des organes ou des parties de corps.[…]  Oh là non, je crois que tu ne choques personne parmi nous, qu'on soit intersexe, trans, indéterminéEs ou les deux ou trois à la fois - c'est nous qu'on est choquantEs pour les "normales" ! Au contraire, bienvenue à toi ! Plus on sera mieux ça vaudra ! 33

×