...
 	  	             1. L’état	  de	  l’Obésité	  Infantile	  en	  France	                                                   ...
 	  	  	             2. Contexte	  	  «	  La	  saveur	  sucrée	  est	  indiscutablement	  liée	  au	  plaisir.	  Quel	  qu...
 	  	  	             3. Objectif	  	             L’objectif	   de	   cette	   première	   étude	   est	   d’observer	   l’...
 	  méconnaissance	   des	   apports	   caloriques	   des	   aliments	   précuisinés	   et	   des	   plats	   salés.	   On...
 	                                                                                                                        ...
 	                                                                                                                        ...
 	  Ceci	  montre	  bien	  le	  manque	  d’accompagnement	  de	  ces	  femmes,	  même	  par	  les	  pharmaciens	  par	  ex...
 	  	                                                                                  	  Autres	  éléments	  en	  marge	 ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

DP Etude de l'ObObs (Observatoire de l'Obésité) : "Observations des discussions en ligne sur la prévention de l’obésité infantile"

1 349 vues

Publié le

DP Etude de l'ObObs (Observatoire de l'Obésité) : "Observations des discussions en ligne sur la prévention de l’obésité infantile"

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 349
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
10
Actions
Partages
0
Téléchargements
13
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

DP Etude de l'ObObs (Observatoire de l'Obésité) : "Observations des discussions en ligne sur la prévention de l’obésité infantile"

  1. 1.         DOSSIER  DE  PRESSE       Observations  des  discussions  en  ligne  sur  la   prévention  de  l’obésité  infantile           Dr.  Pierre  Azam   Bertrand  Dussauge                           Contact  Presse   Dr.  Pierre  Azam  -­‐  06  78  64  00  27  -­‐  pierreazam@me.com   Bertrand  Dussauge  -­‐  06  19  19  19  28  -­‐  pressanalyst@gmail.com   Tiffany  Assouline  –  0660223567  -­‐    presse@obobs.net   www.obobs.net  
  2. 2.       1. L’état  de  l’Obésité  Infantile  en  France     [source  en  ligne]  Selon  la  dernière  étude  réalisée  en  France,  un  enfant  sur  7  est  en  surpoids,  soit  14  %  des  enfants  âgés  de  3  à  17  ans.  Et  parmi  eux,  on  compte  2,8  %  denfants  obèses.  Ces  chiffres  sont  en  hausse  même  s’ils  restent  moins  élevés  que  ceux  de  nos  voisins  européens.  N’oublions  pas  que  près  de  2/3  des  enfants  obèses  le  restent  toute  leur  vie.     2     Observatoire de lObésité (ObObs) - 2 rue Henri de Bornier75116 PARIS - www.obobs.net - contact@obobs.net  
  3. 3.         2. Contexte    «  La  saveur  sucrée  est  indiscutablement  liée  au  plaisir.  Quel  que  soit  le  plat  retenu,  la  tendance  au  plaisir  sucré  est  sacrée.  Ce  rapport  addictif  se  développe  avec  l’enfance,  d’autant  que  l’on  goûte  aussi  avec  les  yeux  !  Les  yeux  d’un  enfant  face  à  un  magnifique  gâteau  sortant  du  four  en  disent  long  sur  le  plaisir  gourmand  qui  l’habite.  »    Annick  Faurion,  spécialiste  de  la  gustation  au  CNRS      Le  sucre  est  trop  présent  dans  l’alimentation  industrielle    Il  se  cache  parfois  où  on  ne  l’attend  pas  y  compris  dans  des  aliments  au  goût  salé  (pizza,  pâtes,  riz,…).  Il  représente  une   consommation   de   35kg   par   français   et   par   an   -­‐   contre   19kg   dans   les   années   1900   (époque   beaucoup   plus  «  caloriphage  »).  Dans  cette  consommation,  le  sucre  de  table  représentait    50%  de  la  consommation  en  1960  ,  et  ne  représente   aujourd’hui   plus   que   15%.   L’industrie   agro-­‐alimentaire,   alcool   compris,   représente   le   reste   de   la  consommation.  La  part  du  sucre  brut  consommé  est  passée  de  10  à  7kg  depuis  les  années  90.  La  consommation  de  glucose   industrielle   représente   45,6%   d’un   caddy   aujourd’hui   et   ce   pourcentage   s’est   multiplié   par   3   depuis   les  années  60  (source  INSEE)      Le  problème  de  la  dépendance  au  sucre      Les  experts  affirment  quil  est  plus  probable  que  les  envies  de  sucreries  soient  la  combinaison  de    nostalgie  culturelle  (souvenirs   des   petits   plaisirs   procurés   par   les   biscuits   frais   donnés   par   nos   grand-­‐mères),   dhabitude     (de   toujours  avoir   un   gâteau   pour   le   dessert)   et   dune   attraction   chimique,   qui   peut   être   expliquée   par   la   montée   dadrénaline  que  vous  ressentez  après  avoir  consommé  du  sucre  (à  cause  dun  pic  de  sucre  dans  le  sang  et  de  la  libération  des  hormones   de   bien-­‐être,   comme   la   sérotonine,   dans   votre   cerveau).   Manger   des   aliments   sucrés   nous   rend   tout  simplement  heureux  (ou  nous  réconforte).    La  surconsommation  induit  des  maladies  clairement  identifiées      Le  diabète  de  type  II  ou  gestationnel  et  l’obésité  représentent  des  enjeux  de  santé  publique  et  de  coût  de  santé  (environ  30  Milliards  d’Euros  en  2010).    Les  édulcorants  sont  montrés  du  doigt,  à  tort,  par  les  médias      Pourtant   en   2011,   les   agences   de   sécurité   sanitaire   française   (ANSES)   et   européenne   (EFSA)   ont   confirmé   une  nouvelle   fois   l’innocuité   de   l’aspartame,   y   compris   sur   les   personnes   fragiles.   Les   Français   qui   consomment   de  l’aspartame   ont   un   niveau   d’exposition   40   fois   inférieur   à   la   Dose   Journalière   Admissible   (DJA).   En   effet,   le   niveau   de  consommation  moyenne  quotidien  des  français  (19%  de  la  population)  est  à  2,4%  de  la  DJA  et  au  maximum  à  35%.  C’est  ce  que  révèle  une  étude  du  département  consommation  du  Credoc  publiée  le  13  décembre  dernier.  Chez  les  enfants,  aucun  profil  type  n’a  pu  être  mis  en  évidence,  selon  les  variables  socio  économiques  habituellement  testées.  Tous   les   services   de   santé   donnent   de   l’aspartame   aux   patients   obèses   depuis   1983.   En   toute   logique   ils   peuvent  participer  au  sevrage  partiel  du  goût  sucré  pour  lutter  contre  l’obésité  sans  limiter  la  notion  de  plaisir.     3     Observatoire de lObésité (ObObs) - 2 rue Henri de Bornier75116 PARIS - www.obobs.net - contact@obobs.net  
  4. 4.         3. Objectif     L’objectif   de   cette   première   étude   est   d’observer   l’ensemble   des   conversations   du   public   sur   le   thème   de   l’obésité  dans  les  réseaux  sociaux  ;   Nous  avons  souhaité  trier  les  verbatims  selon  les  4  principales  variables  mesurables  qui  peuvent  jouer  sur   l’obésité   :   gout   sucré,   matière   grasse,   produits   de   santé   et   sport,   afin   de   pouvoir   analyser   les   échanges   d’information,  sur  le  1er  critère  visible  dans  les  résultats  ;   Enfin,  l’Obobs  veut  innover  dans  des  actions  de  prévention  à  partir  de  cet  éclairage.   4. Observations      Observation  #1  :  Peu  d’internautes  assimilent  la  consommation  de  produits  sucrés  comme  un  risque  pour  les  enfants,  bien  que  l’association  entre  obésité  et  gout  sucré  soit  particulièrement  connue.   Les  campagnes  de  communication  semblent  porter   leurs  fruits…  Près  de  70%  (69,3%)  des  verbatim  sont   «  positifs  »,  c’est-­‐à-­‐dire  mettent  en  garde  et  font   prendre  conscience  de  l’importance  de  l’excès  de  sucre   dans  les  causes  de  l’obésité…    Mais    22,3%  considèrent   cette  problématique  comme  sans  intérêt  particulier  et     8,4%  sont  dans  le  déni  du  risque.     Avec  une  question  récurrente  dans  les  conversations   telle  que  «  Comment  concilier  le  plaisir  pur  et  équilibre   alimentaire  ?  »,  la  lecture  de  certains  verbatims  nous   éclairent  sur  les  préoccupations.     «  lALIMENT  PLAISIR  POUR  MA  FILLE  C  EST  LE  NUTELLA  ..........  elle  adore  ça  donc  ok  »   (Forum  d’entraide  et  de  motivation  du  régime  Dukan,  24/07/2011)     «  je  ne  fais  que  des  plats  que  les  enfants  aiment,  et  je  rajoute  des  nouveauté  de  temps  en  temps  »   (Forum  d’entraide  et  de  motivation  du  régime  Dukan,  24/07/2011)    On   détecte   un   positionnement   lié   au   plaisir   d’abord   et   à   la   non-­‐stigmatisation   des   aliments   qui   empêche   d’avoir   une  vision   de   la   problématique   santé   liée   à   l’excès   de   sucre.   Ainsi,   chez   certains   parents,   le   plaisir   des   enfants  «  cautionne  »   le   non-­‐rationnement   des   aliments   sucrés.   De   plus,   il   ressort   des   conversations   sur   internet   une   4     Observatoire de lObésité (ObObs) - 2 rue Henri de Bornier75116 PARIS - www.obobs.net - contact@obobs.net  
  5. 5.    méconnaissance   des   apports   caloriques   des   aliments   précuisinés   et   des   plats   salés.   On   se   trouve   dans   une  dialectique  du  plaisir  vs  régime.  Pistes  :  ces  éléments  nous  indiquent  la  nécessaire  mise  en  place  d’une  éducation  sur  la  valeur  nutritive  des  aliments  salés  au  gout  sucré  et  du  développement  d’une  culture  de  la  modération  avec  -­‐  entre  autres,  la  diminution  des  prises  inter  prandiales  (grignotage  entre  les  repas).  Observation  #2  :  la  prévention  de  l’obésité  n’est  pas  encore  prioritaire  dans  les  conversations  et  subit  des  variations  saisonnières.  Sur  l’ensemble  des  1479  verbatims  étudiés,  leur  répartition  suivant  les  deux  thématiques  «  Obésité  Infantile  »  et  «  Prévention  »  ne  fait  pas  ressortir  de  façon  significative  la  prévention.        Lorsque  l’on  répartit  les  conversations  par  «  saisons  »,  on  observe  que  la    prévention  apparaît  légèrement  après  l’été…          …et  particulièrement  à  l’automne  autour  du  sucre  et  du  sport  :     5     Observatoire de lObésité (ObObs) - 2 rue Henri de Bornier75116 PARIS - www.obobs.net - contact@obobs.net  
  6. 6.                Observation  #3  :  Les  conversations  ont  encore  principalement  lieu  sur  les  forums  Le  Web  Social  s’articule  autour  de  communautés  d’intérêts,  abritées  par  différentes  plateformes  et  sur  lesquelles  apparaissent  et  se  développent  les  conversations…  Dans  le  cadre  de  notre  étude,  il  est  clairement  ressorti  que  les  verbatims  proviennent  majoritairement  des  Forums  (cf.  répartition  par  communautés  dans  la  présentation)  ce  qui  démontre  le  manque  de  mobilisation  de  la  société  civile  pour  dénoncer  ce  fléau:           6     Observatoire de lObésité (ObObs) - 2 rue Henri de Bornier75116 PARIS - www.obobs.net - contact@obobs.net  
  7. 7.            Observation  #4  :  Le  test  du  diabète  gestationnel  réalisée  par  le  gynécologue  à  la  huitième  semaine  de  grossesse  est  la   première  opportunité  d’une  prise  de  conscience  pour  les  mères.    Le  manque  d’accompagnement  des  professionnels  de  santé  pour  les  jeunes  mères  les  laisse  seules  dans  la  contrainte  de  surveiller  leur  glycémie  et  de  trouver  un  équilibre  alimentaire  sain  pour  elle  et  leur  bébé.    «  Jai  besoin  de  conseils  et  aide  concernant  pour  mon  régime.  Jai  dénormes  difficultés  à  le  respecter  en  dehors  des  repas.   Pour   les   repas   tout   se   passe   bien,   je   mange   équilibré   en   grande   partie   mais   mon   souci   se   trouve   après   les  repas.   Cest-­‐à-­‐dire   que   je   mange   un   peu   "ce   que   je   veux"   donc   ce   dont   je   nai   pas   le   droit   :   pâtisserie,   biscuits,  gâteaux...bref  je  ne  me  prive  pas.  Malgré  tout,  jai  peur  que  tous  mes  écarts  soient  dangereux  pour  mon  bébé  »  Doctissimo  Forum  Grossesse    Leurs  discussions  sur  ce  sujet  représentent  environ  30%  de  l’ensemble  des  verbatims  de  l’axe  «  Goût    Sucré  ».  Elles  expriment   parfois   un   désarroi   face   une   prise   de   poids   incontrôlée   malgré   un   régime   alimentaire   restrictif.  Malheureusement   face   à   cela,   peu   de   solutions   sont   présentées   aux   parents   :   par   exemple,   aucun   produit   de  substitution  aux  produits  sucrés  (édulcorants)  n’est  cité  pour  l’axe  “goût  sucré”  (cf.  page  suivante).    Le   fait   que  l’intérêt  pour  le  risque  d’obésité  à  cause  de  la  consommation  de  sucre  se  concentre  sur  la  population  des  femmes   enceintes   et   les   femmes   ayant   eu   un   enfant   en   surpoids   montre  que   les   gynécologues   et   les  endocrinologues   font   bien   leur   travail   sur   le   dépistage   du   diabète   gestationnel   et   que   les   pédiatres   alertent  correctement   les   mères   ayant   de   gros   bébé   mais   que   les   solutions   ne   sont   probablement   pas   toujours   correctement  évoquées,  ou  du  moins  accompagnées,  si  l’on  s’en  rapporte  à  l’audience  des  forums.    Du   fait   de   la   sensibilisation   au   problème   du   Diabète   Gestationnel   (DG),   son   dépistage   systématique   et   sa  recrudescence,   les   femmes   enceintes   en   surpoids,   ou   présentant   un   DG   sont   démunies   pour   agir   sur   leur   problème   :  30%   parlent   de   leur   problème   à   contrôler   leurs   prises   sucrées   en   prévision   de   l’éventuelle   obésité   de   leur   futur  enfant.     7     Observatoire de lObésité (ObObs) - 2 rue Henri de Bornier75116 PARIS - www.obobs.net - contact@obobs.net  
  8. 8.    Ceci  montre  bien  le  manque  d’accompagnement  de  ces  femmes,  même  par  les  pharmaciens  par  exemple,  avec  une  prise  en  charge  multidisciplinaire  nécessaire  (gynécologue,  nutritionniste,  professeur  de  sport  ou  kinésithérapeute,  voire  psychologue).    Le  sport  ou  l’activité  physique,  comme  la  mise  en  place  de  substituts  au  sucre  (édulcorants)  pour  satisfaire  le  goût  sucré  ne  sont  pas  assez  évoqués.    Pistes  :   l’Obobs   se   propose   d’encourager   par   sa   nature   multidisciplinaire   et   transversale   le   dialogue   entre   les  praticiens  pour  créer  des  passerelles  afin  de  mieux  accompagner  les  femmes  enceintes  et  mamans  face  à  ce  besoin  de  prise  en  charge  globale.      Observation  #5  :  Mots-­‐clés  les  plus  et  les  moins  employés  dans  les  conversations      Les  édulcorants  sont  absents  des  conversations  :      Dans  l’ensemble  du  corpus  de  verbatims,  le  mot-­‐clé  «  aspartame  »  n’apparaît  que  dans  4  verbatims  dont  3  dans  la  thématique  «  prévention  »  sur  les  1479  étudiés.  Une  recherche  par  mots-­‐clés  sur  des  synonymes  ne  donne  pas  plus  de   résultats  :   «  édulcorants  »   apparaît   3   fois   dans   «  prévention  »,   «  stevia  »   9   fois   dont   5   dans   «  prévention  »   et  «  saccharine  »   une   fois   dans   prévention.   Les   messages   anxiogènes   des   médias,   avec   notamment   des   risques   de  cancer,  sur  des  études  scientifiques  isolées  ne  semblent  plus  affoler  les  internautes.    La "taxe soda" na pas fait le buzzAu moment de l’étude la taxe soda a été citée dans l’actualité à de nombreuses reprises, néanmoins,on retrouve peu traces de ce sujet dans les conversations. Le mot-clé « taxe » compte 10 occurrenceset le mot-clé « soda », 20. Le seul verbatim représentatif exprime clairement que lier taxe soda etobésité n’est pas la solution miracle.Les régimes encore trop présentsLe rapport de l’Anses sur le danger des régimes semble ne pas avoir marqué les esprits suffisammentdans les conversations vu que le mot-clé « régime » apparaît 451 fois (soit dans 30,5%, près d’1/3 desverbatims). Dans la sous-thématique prévention et l’axe sucre, il apparaît 122 fois, ce qui révèle que lerégime demeure une des solutions aux problèmes de l’obésité.   8     Observatoire de lObésité (ObObs) - 2 rue Henri de Bornier75116 PARIS - www.obobs.net - contact@obobs.net  
  9. 9.        Autres  éléments  en  marge  de  l’étude  :  La  répartition  des  autres  axes  de  recherche  seront  analysés  en  2012                         9     Observatoire de lObésité (ObObs) - 2 rue Henri de Bornier75116 PARIS - www.obobs.net - contact@obobs.net  

×