PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES DE
L’OCDE
Décideurs publics, agissez maintenant
pour qu'il soit possible d’honorer
les promesses ...
Principaux messages
L’économie mondiale est prise au piège de la croissance molle
• La croissance est faible dans les écon...
2014 2015 2016 2017
Monde1
3.3 3.0 3.0 3.3
États-Unis 2.4 2.4 1.8 2.2
Zone euro 1.0 1.6 1.6 1.7
Royaume-Uni 2.9 2.3 1.7 2....
La croissance des échanges mondiaux est
en berne, en particulier en Asie
Note : l'Asie du Sud-Est inclut le Taipei chinois...
Le rééquilibrage et la relocalisation
en Chine ont contribué à affaiblir la
croissance des échanges
Note : le secteur manu...
La faiblesse des exportations
et de l'investissement
pèse sur la croissance aux États-Unis
Contributions à la croissance t...
Les marchés du travail ne se rétablissent
que lentement
Taux d'emploiTaux de chômage
Note : taux de chômage du T1 2016 pou...
Risques
Certaines économies émergentes sont
exposées à des chocs de change et leur dette
interne est élevée
Engagements extérieurs...
Les marchés de capitaux ont été volatils
Source : Thomson Reuters.
Seuls les marchés d'actions des États-Unis se sont
redr...
Un Brexit serait coûteux pour le Royaume-
Uni, pour les économies européennes
et pour les autres économies du monde
Source...
Le ralentissement de la croissance
de la productivité et le creusement
des inégalités représentent des défis
majeurs
11
Le fléchissement de la croissance de la
productivité est généralisé dans les
économies avancées et dans certaines EME
Note...
On observe un ralentissement
de l’innovation et de sa diffusion
Productivité de la main-d'œuvre
Note : Chaque courbe corre...
Les revenus de la plupart des travailleurs
progressent très lentement, d'où un
creusement des inégalités
Les inégalités de...
Les écarts de productivité sont corrélés
aux inégalités de salaires
Inégalités de salaires et dispersion de la productivit...
Une action globale et collective
des pouvoirs publics est nécessaire
pour honorer les promesses faites
16
Ne pas réussir à sortir du piège de la
croissance molle reviendrait à trahir les
promesses faites à la jeunesse
Note : Sur...
La faiblesse des rendements et l'atonie de la
croissance rendent plus difficile le respect
des promesses faites aux plus â...
La politique monétaire en terrain inconnu
Les taux de dépôt des banques centrales sont
négatifs dans un certain nombre d'é...
Le recours exclusif à la politique monétaire
risque d’induire une efficacité moindre et des
effets secondaires préjudiciab...
Les taux d'intérêt sur les dettes souveraines
sont très faibles
Les courbes des rendements ont fléchi et se sont aplaties
...
Politique budgétaire : exploiter la possibilité
de maintenir le coût des emprunts à un
niveau très bas et de stimuler la c...
Des politiques structurelles destinées à
accroître la productivité peuvent également
stimuler la demande et l'emploi
Note:...
Synthèse
Diagnostic : Piège de la croissance molle
• Croissance atone de l’investissement, des échanges, de l’emploi, des ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

OCDE Perspectives Economiques juin 2016 décideurs publics agissez maintenant pour qu'il soit possible d'honorer les promesses faites

14 486 vues

Publié le

OCDE Perspectives Economiques juin 2016 décideurs publics agissez maintenant pour qu'il soit possible d'honorer les promesses faites

Publié dans : Économie & finance
1 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • La rencontre entre les besoins immenses de populations parmi les plus pauvres et plus jeunes (40% des africains ont moins de 15 ans) et des milliards qui ne savent pas où aller s'employer est une "opportunité" de croissance équitable au niveau micro-économique comme macro-économique; cette rencontre devrait être sponsorisée au niveau d'un ONU fort et exécutée pays pauvre par pays pauvre par des alliances de firme à pays pauvre.
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
14 486
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
13 101
Actions
Partages
0
Téléchargements
56
Commentaires
1
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

OCDE Perspectives Economiques juin 2016 décideurs publics agissez maintenant pour qu'il soit possible d'honorer les promesses faites

  1. 1. PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES DE L’OCDE Décideurs publics, agissez maintenant pour qu'il soit possible d’honorer les promesses faites ! Paris, 1er juin 2016 Catherine L. Mann, Chef économiste de l'OCDE www.oecd.org/fr/economie/perspectives-economiques.htm Blog ECOSCOPE : oecdecoscope.wordpress.com/
  2. 2. Principaux messages L’économie mondiale est prise au piège de la croissance molle • La croissance est faible dans les économies avancées et a baissé dans de nombreuses EME • Les échanges restent moroses, et l’investissement atone • Risques : Brexit, forte hausse du crédit et forte exposition à la dette dans les EME, volatilité des marchés de capitaux La hausse de la productivité a ralenti et les inégalités se sont creusées • La faiblesse durable de la demande érode les perspectives de croissance à long terme • Les gains de productivité ne sont pas largement partagés • La progression des salaires est encore inférieure à celle de la productivité Une action globale et collective s’impose pour pouvoir honorer les promesses faites • La politique monétaire ne peut à elle seule permettre de sortir du piège de la croissance molle, et ses instruments sont peut-être trop largement sollicités • La faiblesse des taux d’intérêt accroît la marge budgétaire ; il faut mobiliser l’investissement public au service de la croissance • Des trains de réformes structurelles sont nécessaires pour stimuler la productivité et les salaires et promouvoir l’égalité 1
  3. 3. 2014 2015 2016 2017 Monde1 3.3 3.0 3.0 3.3 États-Unis 2.4 2.4 1.8 2.2 Zone euro 1.0 1.6 1.6 1.7 Royaume-Uni 2.9 2.3 1.7 2.0 Japon 0.0 0.6 0.7 0.4 Chine 7.3 6.9 6.5 6.2 Inde2 7.2 7.4 7.4 7.5 Brésil 0.1 -3.9 -4.3 -1.7 La croissance du PIB mondial est faible En 2016, le PIB mondial devrait croître sensiblement au même rythme qu’en 2015, et seulement un peu plus en 2017 La croissance est atone dans les économies avancées, et ralentit dans de nombreuses EME Prévisions PIB réel , variations annuelles en pourcentage 1. Pondérations mobiles du PIB nominal, à parité de pouvoir d'achat 2. Exercices démarrant en avril Source : Base de données des Perspectives économiques de l’OCDE, juin 2016 Croissance du PIB 2
  4. 4. La croissance des échanges mondiaux est en berne, en particulier en Asie Note : l'Asie du Sud-Est inclut le Taipei chinois, Hong Kong, la Malaisie, les Philippines, Singapour, la Thaïlande et le Vietnam. Y compris commerce intrarégional pour la zone euro et l'Asie du Sud-Est. Source : Base de données des Perspectives économiques de l’OCDE, juin 2016 ; et calculs de l’OCDE. Échanges mondiaux de biens et de services Croissance annuelle réelle Retrouver le rythme de hausse des échanges d’avant la crise permettrait de relever la productivité de 1 % en moyenne au bout de cinq ans 3
  5. 5. Le rééquilibrage et la relocalisation en Chine ont contribué à affaiblir la croissance des échanges Note : le secteur manufacturier (secondaire) inclut la construction et les services publics. Source : Bureau national des statistiques ; et Administration générale des douanes. Composition de la croissance chinoise La part des exportations de produits assemblés en Chine recule 4
  6. 6. La faiblesse des exportations et de l'investissement pèse sur la croissance aux États-Unis Contributions à la croissance trimestrielle du PIB aux États-Unis Source : Base de données des Perspectives économiques de l'OCDE, juin 2016. 5
  7. 7. Les marchés du travail ne se rétablissent que lentement Taux d'emploiTaux de chômage Note : taux de chômage du T1 2016 pour le Canada, le Japon et les États-Unis. Source : Eurostat ; Base de données des Perspectives économiques de l’OCDE, juin 2016 ; Base de données des Statistiques de la population active de l'OCDE ; Principaux indicateurs économiques de l'OCDE ; Bureau des statistiques sur l'emploi des États-Unis. 6
  8. 8. Risques
  9. 9. Certaines économies émergentes sont exposées à des chocs de change et leur dette interne est élevée Engagements extérieurs En pourcentage du PIB, T3 2015 ou dernières données disponibles Note : Crédits aux sociétés non financières. Pour l'Afrique du Sud, données du T1 2008 au lieu de 2007. Source : Base de données des Perspectives économiques de l’OCDE, juin 2016 ; BRI ; FMI ; et calculs de l’OCDE. Le crédit aux entreprises a augmenté En pourcentage du PIB 8
  10. 10. Les marchés de capitaux ont été volatils Source : Thomson Reuters. Seuls les marchés d'actions des États-Unis se sont redressés par rapport à l’été 2015 La volatilité sur les marchés d'actifs a augmenté Écarts-types en glissement sur trois mois 9
  11. 11. Un Brexit serait coûteux pour le Royaume- Uni, pour les économies européennes et pour les autres économies du monde Source : Kierzenkowski et al. (2016), "The Economic Consequences of Brexit: A Taxing Decision", Documents d’orientation du Département des affaires économiques de l’OCDE, n°16, Éditions OCDE, Paris ; et calculs de l’OCDE. Effet à long terme du Brexit sur le Royaume-Uni PIB réel en 2030, écart par rapport au niveau de référence Impact à court terme d’un Brexit PIB réel en 2018, écart par rapport au niveau de référence 10
  12. 12. Le ralentissement de la croissance de la productivité et le creusement des inégalités représentent des défis majeurs 11
  13. 13. Le fléchissement de la croissance de la productivité est généralisé dans les économies avancées et dans certaines EME Note : taux annualisé. Production par heure travaillée pour les économies de l'OCDE . Pour les économies non-OCDE, croissance mesurée par la production par travailleur. Brésil : Donnée pour 1991-2000. Source : Base de données des comptes nationaux de l'OCDE ; et base de données de l'OCDE sur la productivité. Croissance de la productivité de la main-d'œuvre 12
  14. 14. On observe un ralentissement de l’innovation et de sa diffusion Productivité de la main-d'œuvre Note : Chaque courbe correspond à la productivité moyenne de la main-d'œuvre (valeur ajoutée par travailleur). Les "5 % d'entreprises les mieux classées" et les "100 premières entreprises" correspondent aux entreprises les plus productives du monde dans chaque secteur obtenant un résultat à deux chiffres. Les "entreprises éloignées de la frontière" ont une productivité correspondant à la moyenne de toutes les entreprises, à l'exclusion des 5 % les mieux classées. Les secteurs pris en compte sont le secteur manufacturier et celui des services aux entreprises, à l'exclusion du secteur financier. Les entreprises incluses dans la série de données varient selon les 24 pays de l'échantillon, mais il s'agit uniquement d'entreprises employant au moins 20 salariés. Source : résultats provisoires de l'OCDE à partir de Andrews, D., C. Criscuolo et P. Gal (2016), “ Mind the Gap: Productivity Divergence between the Global Frontier and Laggard Firms , OECD Productivity Working Papers, à paraître ; et données Orbis du Bureau van Dijk. 13
  15. 15. Les revenus de la plupart des travailleurs progressent très lentement, d'où un creusement des inégalités Les inégalités de revenus se creusent au sein de l’OCDE Revenu disponible réel des ménages, population totale Note : Pour l'OCDE, moyenne non pondérée des pays pour lesquels on dispose de données. Source : estimations de l'OCDE à partir de Kappeler et al. (2016), “ Decoupling of Productivity and Median Wage Growth: Macro-Level Evidence ", Documents de travail du Département des affaires économiques de l'OCDE, à paraître ; base de données des comptes nationaux de l'OCDE ; base de données de l'OCDE sur les revenus ; base de données de l'OCDE sur la distribution des revenus ; et calculs de l’OCDE.. Les salaires progressent moins que la productivité Taux de croissance réelle annualisés, par heure travaillée, 1990-2013 14
  16. 16. Les écarts de productivité sont corrélés aux inégalités de salaires Inégalités de salaires et dispersion de la productivité entre les entreprises Note : données de 2013. Pour l'OCDE, moyenne non pondérée des pays pour lesquels on dispose de données. Le rapport P90/P50 est égal au revenu du travail ou à la productivité de la main- d'œuvre de l’entreprise au 90e centile divisé par la valeur correspondante de l'entreprise au niveau médian. Le revenu du travail correspond à la rémunération totale, y compris les impôts et cotisations patronales et salariales . Source : estimations de l'OCDE à partir de Saia et Schwellnus (2016), “ Decoupling of Productivity and Median Wage Growth: Micro-Level Evidence ”, Documents de travail du Département des affaires économiques de l'OCDE, à paraître ; et Orbis. Creusement des inégalités de salaires Accroissement de la dispersion de la productivité 15
  17. 17. Une action globale et collective des pouvoirs publics est nécessaire pour honorer les promesses faites 16
  18. 18. Ne pas réussir à sortir du piège de la croissance molle reviendrait à trahir les promesses faites à la jeunesse Note : Sur l'échelle de gauche, " OCDE " correspond à la moyenne non pondérée des 34 pays de l'OCDE. 2013 pour le Chili et les États-Unis. Jeunes âgés de 15 à 24 ans pour le Japon. Source : calculs de l’OCDE à partir d'enquêtes nationales sur la population active ; et base de données des statistiques à court terme sur le marché du travail de l’OCDE. Jeunes inactifs et sans emploi En pourcentage de l'ensemble des jeunes (15-29 ans) Variation du taux d'emploi dans la zone OCDE De T4 2007 à T4 2015, en points de pourcentage Le chômage pendant les dix premières années de carrière des travailleurs entraîne de gros écarts en termes de revenus sur l’ensemble de la vie.17
  19. 19. La faiblesse des rendements et l'atonie de la croissance rendent plus difficile le respect des promesses faites aux plus âgés L’urgence des réformes s’accroît, notamment de celles visant à allonger la durée de la vie active Des revenus de retraite en baisse pour un niveau de cotisations donné Note : le graphique montre les effets de la baisse des taux d'intérêt sur les revenus réels à la retraite pour un régime à cotisations définies. Rentes servies calculées pour un même individu ayant cotisé pendant 40 ans à hauteur de 10 % de son salaire. Les actifs sont investis dans un portefeuille comprenant 60 % de valeurs à revenu variable (rendement fixe de 4.5 %) et 40 % de valeurs à revenu fixe (rendements historiques des obligations d'État à dix ans conservées jusqu'à l'échéance) et sont utilisés à la retraite pour s'assurer une rente en tablant sur une espérance de vie de 20 ans à l'âge de 65 ans et en se fondant sur les rendements réels des obligations d'État pour calculer les primes de rentes. Hypothèses : inflation annuelle constante de 2 % et croissance de la productivité de 1.5 % par an. Source : OECD Business and Finance Outlook 2016 (à paraître). 18 Année de départ à la retraite
  20. 20. La politique monétaire en terrain inconnu Les taux de dépôt des banques centrales sont négatifs dans un certain nombre d'économies Source : Thomson Reuters. Taille du bilan des banques centrales 19
  21. 21. Le recours exclusif à la politique monétaire risque d’induire une efficacité moindre et des effets secondaires préjudiciables Certaines banques centrales sont le principal détenteur d'obligations d’État Part des titres de dette publique détenus par les banques centrales en pourcentage de l'ensemble des titres de dette publique Baisse des cours des actions des banques Baisse en pourcentage sur 12 mois en mai 2016 Source :Banques centrales ; Thomson Reuters ; et calculs de l’OCDE. 20
  22. 22. Les taux d'intérêt sur les dettes souveraines sont très faibles Les courbes des rendements ont fléchi et se sont aplaties Obligations d’État Note : Les rendements des obligations correspondent à la moyenne au mois de mai pour l'année représentée. Source : Bloomberg. États-Unis Zone euro Japon 21
  23. 23. Politique budgétaire : exploiter la possibilité de maintenir le coût des emprunts à un niveau très bas et de stimuler la croissance Note : Ces simulations reposent sur le modèle NiGEM, en partant de l’hypothèse d’une hausse de l’investissement public dans tous les pays de l’OCDE égale à ½ pour cent du PIB par an pendant deux ans. Les chiffres indiqués pour la zone euro sont une moyenne pondérée des données de l’Allemagne, de la France et de l’Italie. Source : Base de données des Perspectives économiques de l’OCDE, juin 2016 ; et calculs de l’OCDE. L’action collective devrait viser en priorité des investissements publics de qualité et des politiques structurelles favorables à la croissance Effet, la 1ère année, d’une hausse de l’investissement public représentant ½ pour cent du PIB dans toutes les économies de l’OCDE Écart par rapport à la projection de référence 22
  24. 24. Des politiques structurelles destinées à accroître la productivité peuvent également stimuler la demande et l'emploi Note: Économies émergentes: Afrique du Sud, Brésil, Chili, Chine, Colombie, Inde, Indonésie, Mexique, Russie et Turquie. Pour le Mexique et la Turquie, données antérieures à 2011 uniquement. Les économies avancées sont incluses dans le reste de l’OCDE. Source : OCDE, Objectif croissance 2016. Réorienter les dépenses publiques au profit de l’investissement Encourager les entrées et l’investissement dans les secteurs des services Réduire les obstacles à la mobilité géographique et professionnelle Concevoir simultanément les réformes des marchés du travail et des marchés de produits Améliorer le fonctionnement du système financier et l’accès au crédit Le rythme des réformes structurelles a fléchi Proportion de recommandations énoncées dans Objectif croissance et déjà mises en œuvre 23 Spécifiquement, dans chaque pays :
  25. 25. Synthèse Diagnostic : Piège de la croissance molle • Croissance atone de l’investissement, des échanges, de l’emploi, des salaires et de la productivité Risques considérables de révision à la baisse des prévisions • Brexit, vulnérabilités financières des EME, volatilité accrue sur les marchés de capitaux Conséquences : Promesses non tenues envers les jeunes, les personnes âgées, les investisseurs • Ralentissement de la productivité, dégradation des perspectives de croissance à long terme, aggravation des inégalités Recommandations : Agir de manière globale, cohérente et collective • Investissements publics de qualité, réformes structurelles adaptées à chaque pays, action orientée moins lourdement sur la politique monétaire Résultat : Une trajectoire de croissance forte qui permettra d’honorer les promesses faites • Un plus grand dynamisme de l’investissement, des échanges, de l’emploi et de la productivité, et une équité accrue

×