Magazine hadrumet

509 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
509
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Magazine hadrumet

  1. 1. Décrocher un entretien d'embauche M a l l o u l i I l y e s
  2. 2. Hadrumet MAG AIESEC est la plus grande plate-forme interna- tionale qui permet aux jeunes d’explorer dans un premier temps puis de développer leur potentiel en leadership afin d’avoir un impact positif dans leurs sociétés respectives. AIESEC Tunisie AIESEC n’exerce aucune discrimination qu’elle soit basée sur la race, la couleur, le sexe, l’orientation sexuelle, la croyance, la religion, la nationalité ou l’origine ethnique. AIESEC fut fondée en Tunisie en 1962 et compte aujourd’hui plus de 400 jeunes talents issus des universités tunisiennes les plus prestigieuses. AIESEC est présente dans les principales villes de Tunisie avec un réseau de 8 Comités Locaux implantés à : Tunis, Sfax, Nabeul et Sousse. AIESEC Tunisie est affiliée à AIESEC Internatio- nal et est membre du réseau Europe Centrale et Orientale et le réseau Moyen-Orient et Afrique du Nord. Nos membres sont engagés dans l’organisa- tion de projets, la gestion d’équipe mais aussi la création d’initiatives et ce, en étroite colla- boration avec des organismes de grande renommée de différents secteurs. Notre vision La paix et l’accomplissement du potentiel humain Statistiques Qui Sommes-nous AIESEC 60 000 membres dans le monde 1 700 campus universitaires 114 pays membres 4 000+ Partenaires dans le monde 16 000 Opportunités internationales de stages 470 conférences chaque année Existe en Tunisie depuis 1962 60 ans d’expérience About AIESEC AIESEC HadrumetNos Activités Hadrumet MAG 4 | AIESEC | Avril 2013
  3. 3. About AIESEC Nos Activités C’est à travers la gestion de ce programme qu’ AIESEC permet à ses partenaires d’échange de recevoir un stagiaire étranger au sein de leurs établissements. A travers son réseau global de 111 territoires,l’ AIESEC recherche l’étudiant ayant le meilleur profil et le plus compatible avec le stage proposé et les besoins de l’entreprise qui se verra accorder le choix final du stagiaire. Suite à la sélection du futur stagiaire, AIESEC garantit la communication entre l’entreprise et le stagiaire avant son arrivée, la préparation de ce dernier pour le stage, sa réception et son intégration… Quelleestla procédure? Il est à noter que le stage AIESEC doit remplir certaines conditions pour arriver à satisfaire son objectif premier qui est l’échange culturel entre les pays. Ildevra permettre à l’entreprise de bénéficier des connaissances de l’étudiant étranger et à l’étudiant de s’enrichir d’une expérience intéressante dans une entreprisetunisienne à travers laquelle ilaura demultiples occasions de découvrir notre culture et d’interagir avec le milieu professionnel tunisien. Sélection : Chaque candidat de chaque Comité AIESEC à travers le monde passe par un processus de sélection . Identification du profil : L’entreprise détermine le profil et les tâches à effectuer durant le stage. Choix du candidat : AIESEC Propose à l’entreprise une liste de candidats parmi lesquels se fera le choix de l’entreprise. AIESEC peut également arranger un entretien par Internet si cela lui est demandé . Visa : AIESEC s’occupe de toutes les procédures nécessaires à l’obtention du visa. Avant l’arrivée : AIESEC fournit au stagiaire les informations nécessaires qui éviteront au stagiaire un choc culturel. Arrivée: AIESEC accueille le stagiaire à l’aéroport,lui fournit un logement et les informations relatives au transport, connexion Internet, téléphone … Intégration : AIESEC s’occupe de l’intégration du stagiaire grâce à l’encadrement que lui assurent ses membres . Programme International D’echange Hadrumet MAGAIESEC HadrumetNos Activités Avril 2013 | AIESEC | 5
  4. 4. Hadrumet MAGAbout AIESEC AIESEC HadrumetNos Activités Hadrumet MAG Président AIESEC Hadrumet 10/11 Vice président Finance 09/10 Houssem Trimech Mohamed Amine Gouta 6 | AIESEC | Avril 2013
  5. 5. About AIESEC Hadrumet MAGAIESEC HadrumetNos Activités Ex Vice président Out-Going-Exchange 11/12 Vice président Talent management 09/10 Anouar Aydi Marouene Fazzi Avril 2013 | AIESEC | 7
  6. 6. About AIESEC Hadrumet MAGAIESEC HadrumetNos Activités Rédactrice Rédactrice Rédactrice Photographe Responsable Financier Abdalah Nadia Ben Hassan Wafa Obami Olga Jaballah Sarra Hamdi Salhi Responsable relations externes Agent Relations Externes Skhiri Skander Kchaou Oussayma Agent Relations Externes Rédacteur Rédactrice en chef Fgaier Youssef Ben Salah Arij Baccouche Ahmed Vice-prèsident Projets Knani Rached Vice-prèsident Communication Prèsident Projet Graphiste Graphiste Kchaou Aymen Bergaoui Oussama Sadraoui Yassine Kallel Mahmoud 8 | AIESEC | Avril 2013
  7. 7. Le temps de la réflexion est une économie de temps Ahmed Baccouche i Management 10 | AIESEC | Avril 2013
  8. 8. Pourriez-vous vous présenter tout d’abord ? - Donc je me présente Mellouli Ilyes, né en 1970, j’ai donc 42 ans. Je suis origi- naire de Sousse, marié et père de deux enfants. - Est-ce que vous pourriez me parler de votre parcours en tant qu’étudiant ? -Mon cursus d’études est un cursus ha- bituel, j’ai eu mon bac, après quoi, j’ai fait des études de gestion, spécialisé en finance à l’ISG de Tunis. J’ai postulé et j’ai été accepté dans une banque mais je ne suis resté que 15 jours et puis j’ai commencé à travailler pour l’entre- prise familiale dans le secteur BTP. J’y ai travaillé pendant 12ans à cumuler plusieurs postes et j’ai commencé par le bas de l’échelle, dans les chantiers. Et comme j’ai fait des études de finance alors après, je me suis occupé essentiel- lement de la finance. En 2007 j’ai créé ma propre entreprise c’est une moyenne entreprise (PME). Nous sommes spécialisés dans la me- nuiserie en PVC, on fait tout ce qui est système de fenêtre et porte-fenêtre. C’est une société où je suis actionnaire majoritaire. J’ai commencé à travailler dans ce sens là et à me lancer dans des petits mar- chés et après j’ai attaqué le marché des promotions immobilières, à savoir les immeubles. Mon activité est basée es- sentiellement sur le Sahel. - Quelles étaient vos ambitions au dé- part pendant vos études ? -Comme toute personne qui a fini ses études supérieures, vous avez des am- bitions et vous cherchez toujours à en- tamer les expériences professionnelles dans des sociétés et donc c’est pour ça que j’ai postulé pour un recrutement dans une banque à Tunis, et pour voir mes capacités, et pour voir ce que vaut mon diplôme et sincèrement j’ai été agréablement surpris. Vous savez et on le sait tous que les recrutements en Tunisie se font surtout grâce au « ré- seautage », ça ne s’applique pas à tous les cas mais sincèrement, je n’ai parlé à personne et donc j’ai fait une demande et après deux mois d’entretiens j’ai été recruté pour un poste dans une insti- tution financière. Bon, malheureuse- ment, après coup j’ai intégré la société familiale et donc je ne suis pas resté, j’ai tenu deux semaines et je suis allé à l’en- treprise familiale. Comme toute per- sonne, j’ai fait des demandes pour faire un troisième cycle mais après j’ai préfé- ré continuer à travailler dans ce sens là. - Lorsque vous avez créé votre entre- prise est-ce que vous avez été seul ou y avait il quelqu’un qui vous a aidé fi- nancièrement ? - Non seul. Sincèrement, j’étais seul ; j’ai commencé avec un capital de 20000 dinars. Bon le capital il est de 20000 dinars mais le projet en lui-même coûte plus que ça mais j’ai été amené à prendre des crédits bancaires pour l’achat du matériel et grâce à Dieu ça a marché. - Au cours de ces 6 années est-ce que vous avez été subventionné par l’état ? - Non je ne l’ai pas fait. C’est probable- ment maintenant que je vais le faire parce que je vais faire un programme de mise à niveau. Sinon, les subven- tions d’état non. C’était juste mes propres fonds auxquels j’ajoute les cré- dits bancaires. - Avez-vous rencontré des difficultés lors de vos premiers pas ? Lesquelles ? - C’est sûr parce que comme on débute, comme toute personne qui débute, quand on fait une offre de prix et que la personne en question avec qui vous allez travailler vous demande si vous avez déjà fait d’autres chantiers dans cette ampleur, là et je lui dis que c’est ma première année, je débute. «Le lancement n'est pas aussi évident qu'on le croit !» Interview Success story 16 | AIESEC | Avril 2013 Mallouli Ilyes Fandateur de «EASY PVC »
  9. 9. Ce n’est pas aussi évident qu’on le croit ! Mais il vous suffit d’avoir un grand chantier et après c’est parti. Et donc une difficulté de commercialisation au dé- part ? Oui, sincèrement au départ oui mais après il faut voir (avec un sourire) le bon côté des choses. - Ce sera peut-être la même chose mais quelle était la plus grosse diffi- culté ? -Le problème majeur qu’on rencontre aujourd’hui c’est le travail en lui-même. Sincèrement les deux premières années dans la vie d’une société c’est vrai que c’est difficile dans la mesure où on dé- bute, on est en train d’acquérir de l’ex- périence, on fait de l’apprentissage mais je dirais que les problèmes que toute personne qui débute aura à confronter, c’est de la gestion quotidienne. Outre ceci, le gros problème c’est aujourd’hui parce qu’il n’y a pas beaucoup de de- mandes et de travail. Sur ce fait, on es- saie et on est en train de gratter sur les prix vu qu’il y a des augmentations de prix dans la matière première. Et surtout il n’y a pas beaucoup de gros marchés. De nos jours en Tuni- sie, il y a surtout les marchés particu- liers et donc on gère à petite échelle. Ceci c’est la cause de tout un contexte qu’aujourd’hui, même les promoteurs dans le secteur du bâtiment sont un petit peu bloqués dans ce sens là et donc eux, ils n’avancent pas et nous les sous-traitants dans ces marchés là on n’arrive donc pas à décrocher de gros marché. - Combien de personnes est-ce que vous employez dans votre boite ? - J’en suis à 15 personnes maintenant en main d’œuvre. - Est-ce que vous prenez en main toutes les responsabilités ou est-ce que vous accordez à chacun sa res- ponsabilité ? - Non en fait ça fait un bon bout de temps que je ne prends plus tout en main, je délègue à chacun ses respon- sabilités mais bien sûr j’interviens au moindre problème mais j’ai tout fait pour que chacun assume une respon- sabilité particulière. - Comment est née l’idée de cette en- treprise ? - L’idée ? Comme je suis dans le sec- teur du bâtiment et que j’y ai travaillé pendant des années et comme par la petite expérience que j’ai acquise et que j’ai visité pas mal de salons et tout… j’ai vu que la menuiserie en PVC n’était pas aussi présente que la menuiserie en aluminium en Tunisie et donc on a cherché à développer ce secteur là avec d’autres personnes qui sont ici et donc j’ai fait ma petite enquête et les études nécessaires et par le biais d’un ami qui est promoteur et qui est franco-tuni- sien il m’a dit « oui c’est un bon projet ! Tu peux persévérer, tu peux avoir de bons résultats avec ce projet là ! » et donc c’est comme ça que j’ai commen- cé. Et après mon premier chantier c’était avec un ami promoteur qui m’a fait confiance et m’a donné son marché et donc j’ai commencé comme ça voilà. - L’évolution de votre entreprise ré- pond-elle à vos attentes ? - Oui ! Oui ! Absolument depuis que j’ai commencé j’ai progressé, j’ai fait des investissements aussi entre temps pour acheter du nouveau matériel et j’ai commencé à travailler avec 4 per- sonnes alors que là, ils en sont à 15. Donc la constatation à faire est que la capacité de production a augmenté et l’entreprise a évolué en terme d’inves- tissements et donc il ne faut pas sta- gner, il faut toujours investir, réinves- tir,… chercher d’autres marchés et là, aujourd’hui mon but est de disposer des marchés à l’étranger. - Est-ce que vous pourriez nous don- ner quelques chiffres pour ce qui est de votre société ? - Pendant ma première année j’ai fait 120.000 DTHT. Aujourd’hui, pour ce qui est de 2012 je suis à 900.000 DTHT. - Et la progression a-t-elle était continue ou pourrait-on la qualifier comme étant en dents de scie? - Non c’était une progression constante, chaque année on augmentait notre chiffre d’affaires et puis en 2011 et 2012 on a très bien travaillé c’était le pic. C’est comme ça pour toute les entreprises qui vivent une phase de maturation, c’est un cycle de vie et donc là on n’est pas encore en phase de maturité parce qu’il y a encore du chemin à faire, je di- rais qu’on est en phase de croissance en ce moment. Donc il faut encore investir et chercher d’autres marchés. - Où se situe exactement le site de production ? - A bouhsina sur la route de ceinture près de la faculté de droit. C’est un 600 m² entre le sous-sol et l’atelier. - Sur quelles zones distribuez-vous vos produits ? -En fait la distribution se fait essentiel- lement sur le Sahel. - Et est-ce-que vous projetez d’ouvrir de nouveaux sites de productions ? -C’est ce que je suis en train de faire en Algérie, on est en train de monter un site de production en Algérie et inchal- lah d’ici au mois de Septembre il sera fonctionnel. - Auriez-vous des conseils pour les futurs entrepreneurs ? -Pour les futurs entrepreneurs je vou- drais dire qu’il faut avoir de l’espoir, qu’il ne faut pas rester les bras croisés et attendre que les gens viennent vers vous, il faut aller vous-mêmes vers les gens. Je pense également qu’il est nécessaire de nos jours de casser cette barrière entre les étudiants et les chefs d’entre- prisesenorganisantdesjournéesportes ouvertes pour les chefs d’entreprises dans les facultés et instituts pour avoir des discussions et des débats avec eux. C’est très constructif pour l’étudiant de savoir comment le chef d’entreprise réfléchit et réagit. Une expérience telle que celle là pourrait vraiment l’aider dans le futur à organiser son approche pour créer sa propre entreprise. Un autre conseil, cumulez le maximum de stages dans les entreprises pour observer et comprendre comment les gens gèrent différentes situations. - Un petit mot de fin peut-être ? - (Avec le sourire) Je souhaite à tout étudiant qui va bientôt se lancer dans la vie professionnel de la réussir et comme nous en quelque sorte avons réussi j’espère que les futurs adhérents à la vie professionnelle vont également briller. Avril 2013 | AIESEC | 17
  10. 10. immeuble ons btq 6 sahloul .sousse tÉl : 99 222 691 / 73 368 228
  11. 11. 20 | AIESEC | Avril 2013
  12. 12. 22 | AIESEC | Avril 2013
  13. 13. Lorsque le physicien Oppenhei- mer s’est retrouvé bloqué devant un problème, il a inventé de nouvelles manières de penser. Il a estimé que le secret de son génie était sa capacité à ignorer la façon dont ses prédécesseurs pensaient et par conséquent, inventer de nouvelles façons de penser. Pouvons-nous tous être des génies? Probablement non. Mais nous pouvons certainement apprendre de ceux que nous étiquetons comme génies et appli- quer leurs principes à notre propre ré- flexion pour maximiser notre potentiel d'étudiant. Dans un excellent discours que j’ai vi- sualisé en TEDx. Un homme présente huit descriptions de stratégies qui sont communes aux modes de pensée des gé- nies créateurs de la science, de l'art et de l'industrie à travers l'histoire. Stratégie 1: les génies penchent sur les problèmes de plusieurs façons dif- férentes. Un chimiste estime que, afin d’acquérir des connaissances au sujet de la forme d'un problème, on com- mence par apprendre à le restructurer de diverses manières. Il a estimé que, la première façon avec laquelle il regardait un problème était trop imprégnée par sa façon habituelle de voir les choses. Stratégie 2 : Les génies rendent leurs pensées visibles. L'explosion de la créa- tivité pendant la Renaissance était in- timement liée à l'enregistrement et au transport d’une vaste connaissance à travers les dessins, les graphiques et les diagrammes comme les diagrammes de renom de Da Vinci et Galilée. Stratégie 3 : Les génies produisent. Une caractéristique distinctive du gé- nie est l’immense productivité. Thomas Edison eut 1093 brevets, toujours le re- cord. Mozart produisit plus de 600 mor- ceaux de musique. Einstein est surtout connu pour son article sur la relativité, mais il publia 248 autres papiers. Stratégie 4 : les génies font des combi- naisons originales. Dans son livre « gé- nie », Simonton suggère que les génies forment des combinaisons plus origi- nales que les simples doués. Stratégie 5 : Les génies asservissent des relations: si il y a un style particu- lier de pensée qui ressort du génie créa- teur, c'est bien sa capacité à faire des juxtapositions entre les sujets dissem- blables. Cette possibilité de connecter les non-connectés entre eux lui permet de voir d'autres choses que d’autres ne voient pas. Stratégie 6: Les génies pensent dans des oppositions. Le physicien et phi- losophe David Bohm croyait que les génies pouvaient avoir des pensées dif- férentes, car ils peuvent tolérer l'ambi- valence entre les opposés ou deux sujets incompatibles. Le physicien Niels Bohr pensa que si vous déteniez les opposi- tions, alors vous suspendez votre pensée et votre esprit se déplace à un nouveau niveau. Stratégie 7: Les génies pensent mé- taphoriquement. Aristote considéra la métaphore un signe de génie, croyant que la personne qui a la capacité de per- cevoir les ressemblances entre les deux zones distinctes de l'existence et de les relier entre-elles, est une personne aux dons particuliers. Stratégie 8: Les génies se préparent pour le hasard. Chaque fois que nous essayons de faire quelque chose et que nous échouons, nous finissons par faire quelque chose d'autre. C'est le premier principe de l'accident créatif. Nous pou- vons nous demander pourquoi nous n'avons pas réussi à faire ce que nous voulions, ce qui est une question raison- nable. Mais l'accident provoque la créa- tion d'une autre question: Qu'avons- nous fait? Répondre à cette question dans un roman, de façon inattendue est l'acte essentiel de création. Skin- ner a souligné le premier principe des méthodologues scientifiques: Quand vous trouvez quelque chose d'intéres- sant, laissez tomber tout le reste et étu- diez-le. Avril 2013 | AIESEC | 29
  14. 14. * Certification TFI & TOEIC * Certification c2i & CISCO INSTITUT DES HAUTES ETUDES Business school of Management GROUPE Sfax : Angle de rue Ibn Badis et avenue d’Alger 3000 Sfax – Tél : (00216) 74 222 550 – Fax : 74 223 505 – Email : contact@eseac.ens.tn Tunis : 3, avenue de Jugurtha, Mutuelleville 1002 Tunis – Tél : (00216) 71 841 855 / 71 844 136 – Fax : 71 842 747 – Email : iehet@gnet.tn Sousse:Campus universitaire, cité Erriadh boukhzar 4023 Sousse–Tél : (00216) 73 235 291 / 73 235 246 – Fax : 73 235 292 – Email : iehes@topnet.tn SOUSSE Avec IHEje garantie mon succès dans le monde des affaires www.ihet.ens.tn
  15. 15. 34 | AIESEC | Avril 2013
  16. 16. Avril 2013 | AIESEC | 35
  17. 17. 36 | AIESEC | Avril 2013 Areyoureadytodiscovertheworld? c

×