Loin du « buzz » : de l’Empowerment au Campaining

2 271 vues

Publié le

La Présentation de L. Allard et O. Blondeau lors de la formation Ecole de la Cité de la Fondation pour l'Innovation Politique

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 271
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
784
Actions
Partages
0
Téléchargements
47
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Loin du « buzz » : de l’Empowerment au Campaining

  1. 1. LA POLITIQUE PAR INTERNET<br />Loin du « buzz » : de l’Empowerment au Campaining<br />Formation Ecole de la Cité / Fondation pour l’Innovation Politique<br />Intervention de Laurence Allard et Olivier Blondeau<br />
  2. 2. La politique par Internet ? La démocratie sémiotique digitale <br /><ul><li>Partir d’une bonne compréhension des pratiques politiques ordinaires sur Internet, de la sociologie politique des internautes
  3. 3. Parce que sur Internet, la majorité du contenu = User Generated Content = internautes qui s’expriment, qu’ils soient ados de banlieue ou hommes/femmes politiques (indifférenciation des qualités, hiérarchies…)
  4. 4. Cf Etude Edelman et StrategyOne/collaborateurs des élus (Europe/USA): 55% ont découvert une info sur Internet et 98% l’utilisent pour s’informer politiquement (nov.2009)
  5. 5. UGC = typique tendance expressiviste dans l’histoire des rapports entre démocratie, médias, technologies.
  6. 6. Read/Write Culture (vs Read Only) : Imprimerie/Lecture-Internet/Ecriture
  7. 7. Le public a qui on a donné (vendu) des outils d’expression personnelle participe comme auteur/lecteur et plus seulement spectateur/électeur à la vie politique sur cette scène de l’Internet
  8. 8. Pouvoir-dire : Empowerment des citoyens
  9. 9. « Démocratie sémiotique digitale » reconnue(cf Conseil Constitutionnel,décision CC, 2009-580 DC, juin 2009 : « Internet permet l’exercice de la liberté de communication dans la quelle le citoyen est émetteur d’information (dimension active » (p.7).</li></li></ul><li>Une tendance expressiviste : le compteur<br />des médias sociaux dans le monde<br />
  10. 10. Une tendance expressiviste massive (France)<br /><ul><li>33 millions d’internautes en France âgées d’au moins 11 ans (Médiamétrie, sept 2009)
  11. 11. 61,7% de la population française connectée (Médiamétrie, avril 2009)
  12. 12. 16 millions de comptes Facebook, 30 % des internautes (Médiamétrie, septembre 2009)
  13. 13. 26 millions de profils et de blogs sur le réseau social Skyrock.com (Skyrock.com, juillet 2009).
  14. 14. 125 000 comptes Twitter en France (Sysomos, juin 2009)
  15. 15. 14% des français de 12 et plus se disent auteur d’un blog, d’un site, mettent des photos en ligne, des textes, des photos, des musiques soit 7 millions de créateurs de User Generated Content. Un ado sur deux qui a créé du contenu sur Internet(Enquête Art/Credoc, juin 2008)
  16. 16. 58 millions de français sur 65 millions possèdent un téléphone, près de 8 Français sur 10 (Médiamétrie, sept.2009)</li></ul>Une tendance globale<br /><ul><li>6,5 milliards d’abonnés au mobile (IUT, nov.2009)
  17. 17. 1,7 milliards d’Internautes dans le monde (Gartner, oct.2009)
  18. 18. 1 Milliards de vidéos chargées sur YouTube chaque jour
  19. 19. 300 Millions de compte Facebook
  20. 20. 900 000 billets blogs publiés chaque jour
  21. 21. 4 millions de tweets envoyés par jour
  22. 22. 10 milliards de photos partagées sur Facebook
  23. 23. 14 millions utilisateurs Twitter (Sysomos, juin 2009)</li></li></ul><li>Un contexte sociétal <br /><ul><li>Contexte sociétal de l’individuation réflexive : identités personnelles et sociales ne sont plus reproduites aveuglément
  24. 24. Crise de certaines des institutions pourvoyeuses d’identités (salariat, recompositions familiales etc.)
  25. 25. Internet comme lab de l’individuation réflexive : à travers ses expressions digitales (photos,textes…) : dire et montrer celui que l’on est/veut être =indviduation expressive.</li></li></ul><li> Lapolitique par Internet ? <br />Partager contenu (phototagging ou playlists)<br />Créer un « jeu »<br />Réaliser un Slide (Cœur de Loraine) <br />Réaliser un Slide<br />Commenter (billets, articles...)<br />Republier un lien vers un site depuis son compte Twitter, Facebook...<br />copier-coller du « code embed » vidéo sur son Skyblog<br />Utiliser son mobile durant événement<br />
  26. 26. Pourquoi ça buzz? Immanence virale vs travail expressif ou comment les contenus circulent sur Internet ?<br />Par la procédure la plus courante :<br /> copier-coller du code embed vidéo pour la diffuser dans d’autres sites<br />Par le commentaire vidéo : remix de contenu préexistant (ex. tribute de celui qui avait prédit crise des subprimes) = toile de fond commune pour expression personnelle/dazibao et jeu du « cadavre exquis » qui s’en suit.<br />
  27. 27. Ce que nous dit le buzz<br />au sujet de l’empowerment<br />Agrégation des contenus/playlists =<br />S’affilier volontairement à des causes<br />Pluralité des<br />Causes remixées<br />(cf aussi hashtagTwitter)<br />
  28. 28. Première étude de cas : Twitter et la politique<br />1. Twitter : la question des régimes d’énonciation et les politiques français<br />« Les politiques ont aussi le <br />droit à la liberté <br />d’expression « (Ch.Estrosi)<br />2. Hashtag : le « hack d’usage » et les microformats<br />#votereportdurant les <br />élections aux Etats-Unis<br />#votereportdurant les <br />élections en Inde<br />#iranelectiondurant les événements qui ont suivi les <br />élections présidentielles en Iran<br />
  29. 29. Les origines du rapport entre Internet et Politique <br /><ul><li>Critique des médias de masse et tradition des médias dits « alternatifs »
  30. 30. En France : radios libres, fanzines et minitel
  31. 31. Aux Etats-Unis : télévisions communautaires et vidéo alternative
  32. 32. En Italie: radios pirates et telestreet
  33. 33. Volonté de « maîtriser sa parole de bout-en-bout » marqué par l’héritage dela notion de </li></ul>post-média<br /><ul><li> Continuité des acteurs (exemple des hackers de Minitel en France )
  34. 34. Conquête de l’autonomie technologique : Internet comme technologie née prématurée</li></ul>Revenir aux origines d’Internet : système d’information et de communication conçu <br />par des informaticiens comme un système ouvert et interopérable permettant à des ordinateurs distants de communiquer en eux =&gt; influence majeure du logiciel libre.<br /><ul><li> Prégnance du discours sur les hackers souvent perçus plus comme des « bidouilleurs » que comme des pirates informatiques,
  35. 35. Omniprésence d’un discours sur le Do It Yourself (fais-le toi-même),
  36. 36. Emergence d’une réflexion juridique sur la question de la propriété du savoir, de la connaissance et de l’information (de la GNU GPL aux licences Creative Commons). </li></li></ul><li>Le tournant culturel de la politique et <br />le renouvellement des répertoires d’action<br />Le culture jamming, que l&apos;on peut traduire en français par « détournement culturel », est l&apos;acte de transformer un média de masse existant afin de le dénoncer, en usant de la même méthode de communication utilisée par ce média<br />Renouvellement du répertoire d’action politique depuis les années 70 avec l’irruption de l’art de de la <br />culture dans la pratique militante : influence des situationnistes ou de courants internes à l’art <br />contemporain, aux arts visuels ou aux arts du spectacle. <br /><ul><li> Mouvement général dans la société (voir Act Up, la Brigade activiste des Clowns, Enfants de</li></ul> Don Quichotte, La Pelle et la Pioche, etc.)<br /><ul><li> Mouvement amorcé depuis longtemps sur Internet, sorte de laboratoire des répertoires militants </li></ul>avec notamment les Yes Men et leurs hoax (détournement du site du GATT), les remix politiques qui <br />se situent de manière explicite dans le sillage de Debord, le cybersquatting (voir jaimelesartistes.fr , <br /> le compte Twitter de la Coopol, etc.), le jeux vidéo (politicalgames), etc. dont les méthodes, proches<br /> aujourd’hui de celle des agences de com, sont qualifiées de « guérilla sémiotique » (Umberto Eco)<br />
  37. 37. Seconde étude de cas : Les campagnes démocrates <br /> aux Etats-Unis<br />La campagne <br />« Bush in 30 seconds » <br />de Move On en 2004<br />La campagne <br />« HealthReform<br />Video Challenge» <br />de OrganizingAmerica<br />en 2009<br />
  38. 38. La campagne <br />« Yes, We Can » <br />en 2008<br />et ses origines à travers<br /> l’organisation :<br />Le contest<br />« FluVideo » <br />Du Ministère de la Santé<br />en 2009<br />
  39. 39. Troisième étude de cas : Les campagnes Climate Change <br />Le « downloadwith a cause »<br />La « user-generatedvideopetition » <br />Campagne « Time For Climate Justice » <br />de Kofi Annan. Octobre 2009<br />Campagne « RaiseYour Voice » contre le changement <br />Climatique. Novembre 2009<br />
  40. 40. Les points à retenir <br /><ul><li>Du buzz à l’empowerment et de l’empowerment aux campagnes de mobilisation des citoyens ou quand les politiques s’inscrivent dans les pratiques ordinaires des internautes.
  41. 41. Essentiel de bien comprendre qu’Internet et maintenant le mobile ne sont pas des technologies neutres.
  42. 42. Ces technologies s’inscrivent dans une histoire, dans des champs de pratiques, dans des régimes d’énonciation et de dramaturgie, des modèles économiques, etc. non seulement très codifiés mais de surcroit en perpétuelle évolution.
  43. 43. A cet égard, le positionnement d’un élu sur ce média s’avère compliqué dés lors que les règles en vigueurs ne sont pas celles qui régissent la vie politique classique, ses rapports avec les citoyens ou les médias et même ses collègues dans « la vie réelle ».
  44. 44. On peut considérer l’émergence de ce nouveau média comme une chance pour la politique à condition de s’y positionner de manière réfléchie.
  45. 45. Se positionner sur Internet pour un homme ou une femme politique, c’est avant tout accepter l’idée qu’Internet est un espace d’expression ordinaire et d’expérimentation («bazar ») qui peut non seulement amplifier sa parole mais aussi démultiplier ses capacités d’action à travers la mobilisation des internautes en toute connaissance de cette histoire et de ce champs de pratiques en s’y adossant. </li></li></ul><li>Laurence Allard<br />Maître de Conférences en Sciences de la Communication<br />Université Lille 3<br /> Olivier Blondeau<br />Conseiller en communication politique, Docteur de l’IEP Paris<br />Politique 2.0 sur le site de la <br />Fondation pour l’Innovation Politique<br />http://www.fondapol.org/les-travaux/politique-2zero.html<br />Twitter @fondapol<br />http://twitter.com/fondapol<br />

×