RAPPORT D'ETUDE
Mars2013
1
Préambule
Si le GIP littoral aquitain a réalisé une étude prospective sur le tourisme, c’est parce que les
membres du gr...
2
permettant d’élargir la saison touristique, répondre aux attentes des clientèles de demain,
participer à la préservation...
3
Préambule..................................................................................................................
4
Partie 3 : Les défis à relever pour le littoral aquitain ......................................................85
1| Com...
5
Introduction
Le tourisme occupe sur le littoral aquitain une place particulière : d’abord comme activité
économique avec...
6
travail et de vie des saisonniers, de développer une offre touristique modernisée et durable
et enfin de maintenir et re...
7
PARTIE 1
Etat des lieux
Le tourisme sur le littoral aquitain en 2012
8
Définition
« Le tourisme comprend les activités déployées par les personnes au cours de leurs
voyages et séjours dans de...
9
1 | Le poids économique et social du tourisme sur le littoral
aquitain
Avec 13% des emplois qui émanent de la sphère tou...
10
Comparativement aux autres communes littorales françaises, les communes littorales
d’Aquitaine se différencient par une...
11
sociaux ainsi que des unités de recherche et développement (Quicksilver, Rip Curl,
Billabong, Oxbow, O’neill, Volcom). ...
12
Filière Ecoconstruction
En Aquitaine, le secteur de la construction représente plus de 28 000 établissements, soit
9,9%...
13
1.2 | L’emploi touristique sur le littoral aquitain
On estime qu’en Aquitaine, près de 49 000 emplois directs et indire...
14
Sur le littoral, ces contrats saisonniers représentent 14% dans l’emploi salarié et 38% dans
l’emploi touristique.
Cons...
15
2 | Etat des lieux de l’aménagement et de la production
touristiques
L’aménagement de la côte aquitaine a fortement été...
16
 ne pas porter atteinte au patrimoine que constituent les vagues et les plages,
composantes fortes de l’image touristi...
17
organisée de manière à préserver au mieux ces espaces fragiles. Deux projets de Parcs
Naturels Marins sont en cours sur...
18
Certaines des stations MIACA doivent donc évoluer dans leurs fondements conceptuels,
physiques et économiques. Ces muta...
19
la qualité de vie en faveur des populations permanentes qui ont un temps été laissées pour
compte.
La place spécifique ...
20
Cette étude révèle que les enjeux à relever sont nombreux : un patrimoine souvent obsolète,
des comportements de la par...
21
Un territoire aujourd’hui soumis au phénomène de métropolisation en cours : menace
et opportunité pour le tourisme
Aujo...
22
Selon les différents types d’espaces littoraux aquitains, les enjeux varient :
Les villes et ensembles urbains (Pays ba...
23
 un renforcement des relations entre l’Aquitaine et Midi-Pyrénées : Bordeaux et
Toulouse se trouveront à 1h l’une de l...
24
2.2 | Les filières touristiques présentes sur le littoral en 2012
De nombreuses filières touristiques sont présentes su...
25
L’offre proposée reste marquée par une saisonnalité très forte : des commerces et des
hébergements fermés hors saison ;...
26
2.2.2 | La filière glisse
Avec 10% des touristes qui motivent leur séjour par la pratique d’un sport de glisse et 50 00...
27
2.2.3 | La filière vélo
Avec 12,9% des touristes qui motivent leur séjour par la pratique du vélo en Aquitaine et une
d...
28
2.2.4 | La filière golf
Avec 7,5% des touristes qui motivent leur
séjour par la pratique du golf en Aquitaine
et 42 200...
29
2.2.5 | Le tourisme d’affaires
Le littoral compte une seule destination majeure de tourisme d’affaires avec la ville de...
30
2.2.7 | La plaisance et les autres activités nautiques
L’activité de plaisance reste modeste sur le littoral par rappor...
31
3 | Etat des lieux de l’offre et de la demande touristiques
sur le littoral aquitain
3.1 | Fréquentation touristique su...
32
 des séjours majoritairement familiaux : 51% des séjours (contre 45% sur l’ensemble
de la région) ;
 des séjours long...
33
3.2 | L’offre d’hébergements sur le littoral
3.2.1 | Une pression touristique très forte
L’offre d’hébergement est part...
34
Répartition des modes d’hébergement sur le littoral aquitain
Mode d'hébergement à l’année Séjours
% de
séjours
Nuitées
...
35
3.2.3 | Les différentes typologies d’hébergements présents sur le littoral26
Hôtellerie : une offre stagnante concentré...
36
aspirations des Français et des étrangers (liberté, proximité avec la nature, convivialité…) et
de nouvelles formes d’H...
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Gip littoral   etude prospective tourisme littoral aquitain
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Gip littoral etude prospective tourisme littoral aquitain

987 vues

Publié le

Etude Prospective Tourisme Littoral Aquitain

Publié dans : Ingénierie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
987
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
54
Actions
Partages
0
Téléchargements
18
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Gip littoral etude prospective tourisme littoral aquitain

  1. 1. RAPPORT D'ETUDE Mars2013
  2. 2. 1 Préambule Si le GIP littoral aquitain a réalisé une étude prospective sur le tourisme, c’est parce que les membres du groupement avaient besoin d’éléments de connaissance notamment sur les évolutions à attendre pour orienter et encadrer leurs projets en matière de tourisme. De nombreuses questions se posent sur notre positionnement en matière de tourisme, les évolutions auxquelles nous aurons à faire face et les orientations que nous pourrions prendre collectivement à l’échelle du littoral aquitain. Comment les évolutions démographiques impacteront les clientèles du littoral ? Comment faire en sorte que l’économie touristique se désaisonnalise ? Comment continuer à accueillir des touristes tout en préservant nos espaces ? Comment adapter l’offre pour qu’elle réponde demain aux nouvelles attentes des touristes ? Cette étude a mis en avant des enjeux différents pour chacun des territoires qui constituent le littoral aquitain, elle a aussi permis à l’ensemble des acteurs d’échanger, de confronter leurs points de vue, et elle nous a fait prendre conscience de manière collective des défis communs que nous avons à relever. Ainsi, pour une grande majorité des territoires littoraux, l’activité touristique est le levier d’aménagement et de développement économique. De par les retombées économiques qu’il génère, il permet aux territoires de se développer. Le tourisme, par l’image de dynamisme qu’il véhicule, participe également à l’attractivité économique générale de nos territoires. Je n’oublie pas le souhait des élus de cette région de réserver une place importante aux activités traditionnelles et industrielles qui ont structuré nos espaces et, participé à notre identité. Développer parallèlement économie productive et économie résidentielle représente une sécurité pour les années à venir. Le tourisme doit donc trouver sa place aux côtés des autres activités, et pour cela nous devrons aussi réfléchir aux questions d’organisation de l’espace. Concernant le littoral aquitain, les résultats de l’étude tourisme permettront donc d’alimenter la réflexion que le GIP littoral aquitain porte en ce sens. Le littoral aquitain est un territoire attractif, notre population va croître- nous disposons de projections démographiques - nous devons donc nous préparer à accueillir ces nouvelles populations, fournir des emplois, des logements. Le tourisme doit trouver sa place dans ces évolutions, s’intégrer au reste de l’économie régionale parce que non seulement il participe aujourd’hui à une part considérable des emplois locaux, mais aussi parce qu’à terme, il pourra en fournir de nouveaux. Des marges de progression existent, nous avons la possibilité de mieux structurer et mieux organiser l’activité touristique en lien avec le reste de l’économie. Nous disposons d’atouts considérables pour élargir nos périodes de fréquentation, notre accessibilité va être renforcée. L’étude prospective tourisme avait pour but de définir des orientations régionales et des propositions d’actions opérationnelles nous permettant de répondre aux enjeux en appuyant nos politiques sur nos atouts et en anticipant de la meilleure manière possible les évolutions démographiques, sociétales et économiques. En matière de tourisme, je crois que nous avons parfaitement conscience de nos limites en terme de capacité d’accueil, certaines parties de notre territoire sont saturées en haute saison, pour d’autres des marges de progression sont souhaitables. Il est nécessaire de prendre en compte les spécificités locales. Sur les territoires saturés, il ne s’agit en aucun cas d’accroître des capacités d’hébergement de manière démesurée, mais bien d’identifier où sont les manques, les besoins afin de porter nos efforts sur les projets cohérents. Pour l’ensemble du littoral, nous devrons identifier les filières touristiques
  3. 3. 2 permettant d’élargir la saison touristique, répondre aux attentes des clientèles de demain, participer à la préservation de l’environnement, et enfin faire profiter l’ensemble des aquitains de ce que le tourisme peut leur apporter : la préservation de leur cadre de vie, de nouveaux emplois, un certain bien vivre. Ce bien vivre s’exprime par la qualité de notre cadre de vie, notre environnement préservé, mais aussi par notre vocation à accueillir. Les bases du tourisme social ont trouvé en Aquitaine un terrain particulièrement propice à leur développement. Il ne suffit pas de réaffirmer notre volonté de préserver cette activité, les enjeux sont particulièrement lourds, nous le savions avant de lancer cette étude, et c’est la raison pour laquelle j’ai souhaité que le Conseil régional mène une réflexion en parallèle sur l’identification des enjeux sur ces sites. Le fait de réaffirmer ce principe d’accueil du plus grand nombre est un choix fort qu’il faudra assumer, il représente selon moi une sécurité pour conserver notre identité, car toutes les régions ne le feront pas. Enfin, ce développement ne doit pas se faire au détriment de l’environnement, et les acteurs du littoral ne souhaitent pas opposer l’accueil de touristes et de nouvelles populations à la préservation de l’environnement. Le tourisme peut aussi contribuer à la préservation de l’environnement. Nous devons nous donner les moyens de poursuivre les efforts entrepris par les collectivités et les services de l’Etat et nous inscrire dans un développement raisonné et mesuré. Notre région capitalise aujourd’hui sur ses atouts : un environnement préservé, des sites emblématiques, une richesse architecturale et paysagère, une image qualitative, un positionnement mixte, il convenait de nous questionner sur le devenir de ces richesses et la manière dont nous pouvions les préserver et les valoriser. Il ne s’agit pas de se contenter d’un positionnement « Nature », nous devons penser le développement touristique et plus généralement le développement économique de nos territoires dans le cadre du respect de l’environnement, car il est au cœur de l’attractivité de notre territoire. Renaud LAGRAVE Président du GIP littoral aquitain Vice-président Tourisme du conseil régional d’Aquitaine
  4. 4. 3 Préambule............................................................................................................................ 1 Introduction ......................................................................................................................... 5 Partie 1 : Etat des lieux - Le tourisme sur le littoral aquitain en 2012.............................. 7 1 | Le poids économique et social du tourisme sur le littoral aquitain ................................. 9 1.1 | L’économie du littoral aquitain ................................................................................ 9 1.2 | L’emploi touristique sur le littoral aquitain ..............................................................13 2 | Etat des lieux de l’aménagement et de la production touristiques ................................15 2.1 | Aménagement du littoral aquitain : l’équilibre entre protection et développement ..15 2.2 | Les filières touristiques présentes sur le littoral en 2012........................................24 3 | Etat des lieux de l’offre et de la demande touristiques sur le littoral aquitain ................31 3.1 | Fréquentation touristique sur le littoral aquitain......................................................31 3.2 | L’offre d’hébergements sur le littoral......................................................................33 3.3 | Positionnement, notoriété et image des territoires littoraux....................................39 4 | Gouvernance, organisation et financement..................................................................40 4.1 | De multiples niveaux d’intervention en faveur du tourisme ....................................40 4.2 | La dynamique d’investissement sur le littoral aquitain ...........................................46 Partie 2 : Prospective - Quel tourisme sur le littoral aquitain en 2040............................54 1 | L’impact des évolutions sociétales sur le tourisme .......................................................54 1.1 | Les évolutions socio-démographiques...................................................................54 1.2 | Travail, temporalités, crise sociale et temps de loisirs ...........................................57 1.3 | Vulnérabilités environnementales..........................................................................59 1.4 | Nouvelles mobilités................................................................................................61 1.5 | De l’aménagement touristique à l’aménagement territorial ....................................63 1.6 | Développement économique / innovations technologiques....................................64 1.7 | Innovations et nouveaux produits dans le tourisme ...............................................66 2 | Evolution des comportements touristiques...................................................................69 2.1 | Quel tourisme en 2020 ? .......................................................................................71 2.2 | Quel tourisme en 2040 ? .......................................................................................77 3 | L’évolution attendue des flux touristiques.....................................................................80 3.1 | Les grandes tendances touristiques internationales ..............................................80 3.2 | L’évolution des clientèles sur le littoral aquitain .....................................................81
  5. 5. 4 Partie 3 : Les défis à relever pour le littoral aquitain ......................................................85 1| Comment engager une nouvelle étape de l’aménagement sur le littoral aquitain ? .......85 1.1 | Garantir les principes MIACA de protection du littoral et intégrer l’évolution du trait de côte ..........................................................................................................................86 1.2 | Permettre l’évolution des stations littorales dans le respect des identités et des spécificités territoriales ..................................................................................................89 1.3 | Concilier préservation des espaces naturels et fréquentation touristique...............93 1.4 | Développer l’éco mobilité sur le littoral aquitain .....................................................94 2 | Comment faire du tourisme un vecteur de développement économique et d’attractivité sur le littoral aquitain ?......................................................................................................95 2.1 | Bâtir un nouveau secteur productif régional à partir des potentialités liées au tourisme ........................................................................................................................96 2.2 | Valoriser les ressources humaines du territoire .....................................................97 2.3 | Favoriser l’innovation et l’évolution des offres et des produits................................99 3 | Comment renforcer le positionnement du littoral aquitain ?........................................102 3.1 | Diversifier les clientèles .......................................................................................103 3.2 | Clarifier le discours sur le positionnement, les valeurs, l’identité..........................104 3.3 | Identifier des filières prioritaires ...........................................................................105 Conclusion......................................................................................................................106 Annexe – Liste des partenaires associés à l’étude prospective.......................................108 Annexe – Le plan de travail 2013 du GIP littoral aquitain ................................................110 Bibliographie...................................................................................................................112
  6. 6. 5 Introduction Le tourisme occupe sur le littoral aquitain une place particulière : d’abord comme activité économique avec 13% des emplois et des retombées économiques non négligeables – 1,5 milliards d’euros dépensés chaque saison sur le littoral - ensuite comme facteur d’aménagement du territoire. Enfin, le tourisme contribue à l’image positive de l’ensemble de la région Aquitaine. La côte aquitaine est aussi le support d’activités traditionnelles liées à la proximité de la mer, en ce qui concerne l’exploitation de ses ressources, l’activité portuaire commerciale ou encore la pratique du nautisme. Encore très concentré sur la saison estivale, confronté aux changements des pratiques des clientèles dans une concurrence internationale accrue, le tourisme du littoral aquitain doit aujourd’hui évoluer pour satisfaire les attentes des clientèles. Le développement touristique sur le littoral aquitain s’est développé d’abord au 19ème siècle, autour des pôles historiques de Biarritz, Arcachon et Soulac, puis dans un deuxième temps au travers de la Mission Interministérielle d’Aménagement de la Côte Aquitaine (MIACA), qui à partir de 1967 a porté un programme ambitieux d’aménagement de la Côte Aquitaine. Le bilan de la MIACA varie selon les champs d’actions du programme (moyens de transport, génie sanitaire, politique foncière, équipements et hébergements touristiques, protection des espaces naturels) présentant de grandes réussites dans certains domaines, et méritant d’être poursuivi dans d’autres. Globalement, en mettant en œuvre un schéma d’aménagement cohérent, la MIACA a permis au littoral aquitain de se préserver d’atteintes et de désordres irréversibles qui ont touché d’autres littoraux français. Mais c’est aussi l’intervention des élus et des premières associations environnementales qui a permis de produire un schéma respectueux de l’environnement de ce territoire1 . Si le bilan de la MIACA a largement été débattu en ce qui concerne la préservation de l’environnement et l’accessibilité du littoral au plus grand nombre, les évolutions économiques, sociales et démographiques mettent aujourd’hui en péril le fonctionnement d’un certain nombre de pôles touristiques. Par ailleurs, longtemps considéré comme une activité de cueillette, une activité qui fonctionnait seule, la perception des acteurs institutionnels sur le tourisme a évolué. Enfin, les questions de cohabitation entre activités se sont multipliées ces dernières années. Avec un foncier de plus en plus rare, des tensions environnementales croissantes, l’activité touristique doit intégrer désormais l’enjeu global d’aménagement des territoires. C’est la raison pour laquelle les membres du GIP littoral aquitain ont souhaité lancer une réflexion prospective sur le devenir du tourisme. Cette réflexion, inscrite dans le Plan de Développement Durable du Littoral Aquitain (PDDLA)2 , devait venir compléter les orientations déjà prises par les membres du GIP en matière de tourisme et leur apporter les éléments de prospective nécessaires pour porter les projets touristiques futurs. Des choix ont été faits en 2009 lors de la validation du PDDLA, il ne s’agissait pas de revenir sur ces décisions qui avaient fait l’objet d’un large consensus de la part de l’ensemble des membres. Ainsi, les objectifs fléchés dans le PDDLA indiquent le souhait des membres du GIP de conforter le potentiel touristique en renforçant sa dimension durable, de prendre en compte les enjeux touristiques d’avenir et leurs conséquences spatiales et sociales, de favoriser les démarches concertées de développement touristique territorial, d’améliorer les conditions de 1 Actes de la 4ème Conférence Littoral Aquitain: Territoires en Perspectives 2 PDDLA disponible sur le site internet du GIP littoral aquitain
  7. 7. 6 travail et de vie des saisonniers, de développer une offre touristique modernisée et durable et enfin de maintenir et renouveler la vocation sociale du tourisme aquitain. Cette étude prospective a également été l’occasion pour les partenaires et membres du GIP de se rencontrer et d’échanger sur la thématique touristique d’une manière transversale. Ainsi, parallèlement aux comités techniques et comités de pilotage, les réunions et rencontres organisées tout au long de la mission d’étude ont permis à des acteurs variés de travailler ensemble. Les membres du conseil d’orientation du GIP littoral aquitain (comité régional du tourisme, Unat, Conservatoire du Littoral, ONF, Chambres consulaires, universitaires etc…) se sont impliqués dans cette étude au travers de contributions, d’entretiens et de leur participation aux différentes réunions3 . Le présent document, fruit du travail partenarial des membres du GIP littoral aquitain, s’appuie en partie sur la mission d’étude réalisée par les bureaux d’étude Kanopée et Partenaires développement et s’articule autour de trois parties : - un état des lieux du tourisme sur le littoral aquitain, - des éléments de prospective sur les grandes tendances permettant d’orienter les projets touristiques, - l’identification des grands enjeux pour le littoral aquitain en matière d’aménagement, de développement économique, de marketing. Ce document a été approuvé en conseil d’administration du GIP le 11 mars 2013. C’est à partir de celui-ci que le plan de travail du GIP littoral aquitain en matière de tourisme va désormais se construire. 3 Annexe : Liste des acteurs ayant participés au déroulement de l’étude prospective tourisme
  8. 8. 7 PARTIE 1 Etat des lieux Le tourisme sur le littoral aquitain en 2012
  9. 9. 8 Définition « Le tourisme comprend les activités déployées par les personnes au cours de leurs voyages et séjours dans des lieux situés en dehors de leur environnement habituel pour une période consécutive qui ne dépasse pas une année, à des fins de loisirs, pour affaires et autres motifs non liés à l'exercice d'une activité rémunérée dans le lieu visité. » (INSEE) Ainsi, le tourisme est une activité économique majeure pour la France qui recouvre des réalités différentes : des vacances, largement saisonnières, l’été et l’hiver, à travers les phénomènes de migrations massives auxquelles se sont ajoutées depuis quelques décennies, des courts séjours de tout type et pour des publics variés. Le tourisme est un ensemble d’activités spécifiques ou thématiques, mêlant des pratiques festives, associatives, de commémoration, sportives, et dont le déplacement constitue le point commun principal. Le tourisme, c’est aussi largement l’économie résidentielle, c’est-à-dire un mode de vie où l’on choisit son lieu de résidence, permanent (retraite) ou partielle (résidence secondaire), en fonction d’un cadre de vie, d’activité de loisirs, d’une vocation touristique. Des loisirs de proximité (parcs ou pôles de loisirs,…) peuvent aussi se transformer en activité touristique, avec la composante de l’hébergement. Enfin, le tourisme d’affaires au sens de tourisme de rencontres économiques, rentre dans l’appellation tourisme puisqu’elle mobilise les mêmes ressorts : transports, hébergements, activités, animations…
  10. 10. 9 1 | Le poids économique et social du tourisme sur le littoral aquitain Avec 13% des emplois qui émanent de la sphère touristique et 1,5 milliards d’euros dépensés chaque saison sur le littoral, la place occupée par le tourisme en termes de retombées économiques et d’emploi est majeure sur le littoral aquitain. Pendant longtemps, considérée comme une activité qui fonctionnait « seule », la perception des acteurs sur cette activité économique a évolué ces dernières années et ils cherchent aujourd’hui à davantage structurer l’activité et à en organiser les retombées économiques. Enfin, le tourisme par son importance et par l'impact qu'il peut avoir sur d'autres secteurs d'activités qui lui sont connexes, participe activement à la performance économique de notre territoire. 1.1 | L’économie du littoral aquitain L’économie du littoral aquitain se caractérise par une surreprésentation de l’économie résidentielle par rapport à la moyenne régionale. Néanmoins, et contrairement à d’autres régions littorales françaises, chacun des territoires qui composent ce littoral compte des spécificités industrielles fortes ; activités auxquelles sont attachées les élus et habitants du littoral. 1.1.1 | Une économie marquée par le poids de l’économie résidentielle Parmi les secteurs les mieux représentés, l’économie résidentielle (commerce de détail, bâtiment, services aux particuliers, éducation, santé, administration…) rassemble les deux tiers des établissements du littoral. Cette surreprésentation par rapport à la moyenne régionale (la part de la sphère résidentielle en Aquitaine est de 56%) s’explique en partie par l’attrait touristique et résidentiel du littoral. Si cette économie résidentielle permet une croissance locale par captation de revenus extérieurs, fournit une certaine autonomie aux territoires littoraux et un développement basé sur des éléments stables (localisation des ménages), son impact est en revanche relativement faible sur l’économie locale (gains de productivité limités, rémunérations faibles). Par ailleurs, le développement de l’économie résidentielle peut avoir un effet dissuasif pour le développement des activités productives (protection de l’environnement et qualité de vie). Il y a donc un enjeu fort de professionnalisation des emplois de services sur les territoires littoraux. 1.1.2 | Des spécificités industrielles sur chacun des territoires La part du secteur industriel sur le littoral est très proche de celle de la région aquitaine (5,1% des établissements et 12,7% des emplois4 ). Dans chacun des territoires, l’industrie constitue un facteur de dynamisme économique important avec des spécificités locales fortes notamment autour des filières bois, aéronautique ou encore agroalimentaire. 4 Sources Insee Clap 2008
  11. 11. 10 Comparativement aux autres communes littorales françaises, les communes littorales d’Aquitaine se différencient par une sphère productive inférieure à celle que l’on retrouve sur le littoral de la Manche et de l’Atlantique, mais supérieure à celle des communes littorales de Méditerranée. De manière assez consensuelle, l’ensemble des acteurs du littoral aquitain souhaite conserver un équilibre entre résidentiel et productif et favoriser le maintien des activités industrielles sur leurs territoires. 1.1.3 | Un secteur primaire peu présent sur le littoral aquitain Si ce secteur est sous-représenté par rapport à la moyenne régionale, il se caractérise lui aussi par des spécificités fortes selon les territoires : autour de la forêt en Gironde et dans les Landes, de la pêche sur le bassin d’Arcachon et le Pays basque, de l’agriculture et de la viticulture dans le Médoc. Par ailleurs, les activités primaires jouent un rôle majeur dans la préservation de l’environnement et des paysages du littoral. Près de 9% des établissements du littoral sont dans le secteur agricole (contre 19,6% en région aquitaine)5 . Si l’on compare la situation du nombre d’exploitations agricoles entre 1988 et 2000, le nombre d’exploitations sur le littoral français a diminué de 25% contre 28 % en région. En revanche, la surface agricole utilisée (SAU) a augmenté de 4% alors qu’elle a baissé de 4,4% en Aquitaine. La SAU a tendance à se maintenir sur le littoral aquitain depuis 1970. C’est la seule façade littorale régionale dans ce cas6 . 1.1.4 | Les principales filières économiques du littoral aquitain En Aquitaine, le tourisme mis à part, peu d’emplois sont finalement en lien direct avec la mer7 . La proximité maritime influe cependant sur de nombreux secteurs par le biais de l’activité touristique et par celui de l’attractivité résidentielle. Son incidence, bien réelle, est pourtant difficilement mesurable. Les activités maritimes, les activités portuaires, la pêche, l’aquaculture ou encore la construction navale constituent pourtant un enjeu important en terme économique, mais aussi au plan de l’environnement et de l’aménagement du territoire. En comparaison avec d’autres régions littorales de France, le littoral aquitain se démarque des autres littoraux français sur deux activités : l’industrie du poisson avec un pôle important au Pays Basque et la construction de bateaux de plaisance sur le bassin d’Arcachon. Filière Pêche et Ostréiculture Les activités de pêche maritime comptent près de 280 entreprises de pêche et emploient près de 1 450 marins. Il s’agit d’une pêche principalement artisanale et côtière avec 80% de navires de moins de 12 mètres. L'activité conchylicole regroupe 300 entreprises pour environ 900 emplois. L’activité est concentrée sur le bassin d’Arcachon et dans une moindre mesure sur le lac d’Hossegor8 . Filière Nautisme - Glisse La filière nautisme – glisse représente en Aquitaine plus de 800 établissements (dont 400 pour la seule filière glisse), 5 950 emplois (dont 3 500 pour la filière glisse) et un chiffre d’affaires de 1,7 milliards d’euros. L’Aquitaine est la première région de l’industrie de la glisse en Europe avec la présence de leaders qui ont implanté dans la région, et plus particulièrement sur le littoral, leurs sièges 5 Données INSEE Clap 2008 6 Observatoire National de la Mer et du Littoral 7 Définition économie maritime : regroupe les activités liées à la mer c’est-à-dire le tourisme, les produits de la mer, la construction navale, le transport maritime et fluvial, l’extraction de matériaux marins, la production d’électricité, les travaux maritimes, les cables sous marins, le parapétrolier offshore, la banque, la marine nationale, l’intervention publique et la recherche marine civile. 8 Source : Conseil Régional d’Aquitaine
  12. 12. 11 sociaux ainsi que des unités de recherche et développement (Quicksilver, Rip Curl, Billabong, Oxbow, O’neill, Volcom). Cette filière est structurée autour de l’EuroSIMA Cluster, créé en 2006, qui met en réseau les institutions, les entreprises des sports de glisse, les centres de formation et de recherche d’Aquitaine. L’industrie nautique en Aquitaine connaît elle aussi un taux de progression positif de 5 à 10% par an depuis une dizaine d’années. La filière aquitaine regroupe des entreprises allant de l’amont (conception, construction) à l’aval, jusqu’aux services de maintenance ou de location. L’activité se concentre principalement sur le bassin d’Arcachon et la Gironde (64%) et le Pays Basque (17%) et compte des entreprises leaders sur le littoral (Nanni Industrie, Dubourdieu, Nauti Boy…). Activités portuaires Avec les ports de Bayonne et du Verdon, l’activité portuaire du littoral occupe une place importante sur le littoral. Ainsi, une étude réalisée par la CCI Basque évalue l’impact économique du port de Bayonne à près de 530 millions d’euros en Aquitaine ; 3500 emplois (en comparaison, l’impact de l’Aéroport de Biarritz est mesuré à 514 millions d’euros). Le port représente 56 établissements et 970 emplois. Le port du Verdon est quant à lui spécialisé dans les conteneurs et le bois. Sur ces deux espaces portuaires, il demeure des disponiblités foncières dont les occupations possibles ont fait l’objet d’arbitrage et de réflexions poussées ces dernières années. Celles-ci laissent des perspectives intéressantes notamment pour le développement de nouvelles filières comme les énergies marines. La question de la cohabitation entre activités touristiques et activités portuaires reste un point sensible à approfondir. Concernant les ports de plaisance, 18 ports sont présents sur le littoral aquitain. Parmi les plus importants, on trouve Port Médoc au Verdon avec 800 anneaux, seul port sur lequel il reste des disponiblités à ce jour, les ports du bassin d’Arcachon dont le plus important est celui d’Arcachon avec 2600 anneaux, le port de Capbreton, et enfin les 3 ports du Pays Basque : Saint-Jean de Luz, Anglet (425 anneaux) et Hendaye (850 anneaux). Filière Forêt Bois Papier La filière bois en Aquitaine représente 34000 emplois pour un chiffre d’affaires de 2,5 milliards d’euros. Le pôle de compétitivité Xylofutur, créé en 2005, a pour mission de faire émerger des projets innovants au profit de la filière forêt-bois- papier d’Aquitaine. De nombreux acteurs industriels de cette filière sont implantés sur le littoral aquitain : Smurfit, Gascogne, FP Bois, DRT, etc. Source : Port de Bayonne – OCA – Le collen 2012 Source : GIP littoral aquitain
  13. 13. 12 Filière Ecoconstruction En Aquitaine, le secteur de la construction représente plus de 28 000 établissements, soit 9,9% des établissements du territoire. Ce secteur est dynamisé par un marché local porteur et un territoire particulièrement attractif. La filière est en cours de structuration au niveau régional autour du pôle de compétitivité Xylofutur, le cluster Creahd et de l’Institut français pour la performance énergétique du bâtiment. Le littoral aquitain connaît lui aussi cette dynamique. Plusieurs projets ont ainsi vu le jour ces dernières années confortant cette dynamique : le centre de ressources technologiques Nobatek sur Anglet, Domolandes porté par la Communauté de communes MACS et le Conseil général des Landes qui compte une pépinière d’entreprises, un hôtel d’entreprises et un cluster. Le territoire du Médoc porte lui aussi un intérêt particulièrement fort à la filière de l’éco-construction dans le cadre des travaux portés par le Conseil général de la Gironde et le Pays Médoc. Filière Aéronautique Dans le Grand Sud-ouest, on estimait fin 2008, que l’ensemble de la filière aéronautique employait 124 400 personnes, dont 44 500 en Aquitaine. Sur les 1 600 établissements présents dans le Grand Sud- ouest, 690 sont implantés en Aquitaine. Cette filière est présente sur le littoral dans le sud des Landes et au Pays Basque avec de grands industriels implantés tels que Turbomeca, Dassault, etc. Les acteurs de cette filière sont regroupés au sein du pôle de compétitivité Aerospace Valley. Filière Agroalimentaire L’agroalimentaire est un secteur stratégique de l’économie régionale, les industries emploient en Aquitaine plus de 30 000 salariés directs et réalisent un chiffre d’affaires de près de 6,3 milliards d’euros . Cette filière industrielle est présente sur tout le littoral aquitain avec un poids relativement important dans le nord des Landes et au sud Pays Basque. Parmi les entreprises présentes sur le littoral : Labeyrie, Viviers de France, Legumland, etc. Au Pays Basque, avec la création du cluster « Uztartu », dédié à l’agroalimentaire, la Chambre de commerce et d’industrie de Bayonne souhaite accompagner la filière.
  14. 14. 13 1.2 | L’emploi touristique sur le littoral aquitain On estime qu’en Aquitaine, près de 49 000 emplois directs et indirects sont proposés par le secteur touristique, soit 5% des emplois de la région. En comparaison, le secteur aérospatial défense proposerait 44 500 emplois et celui lié à la forêt-bois-papier, un peu plus de 34 000 emplois. Sur le littoral aquitain, ce sont 13% des emplois du territoire qui sont proposés par le secteur touristique, soit près de 22 000 emplois. ? Calcul de l’emploi touristique L’évaluation des emplois rattachés au secteur touristique reste difficile à établir, dans la mesure où il n’existe pas de nomenclature intégrant directement l’activité touristique. L’INSEE a néanmoins proposé une méthode de calcul et d’évaluation de ces emplois en s’appuyant sur la touristicité des communes, la saisonnalité des établissements et de leur activité. Ces emplois, relativement spécifiques par rapport aux autres acteurs d’activités, se caractérisent par une forte saisonnalité, une faible professionnalisation et un turn-over important. La précarité de nombreux emplois touristiques reste posée en Aquitaine, comme ailleurs sur l’ensemble du territoire national, et constitue un enjeu fort pour le développement et la qualité de l’offre touristique sur nos territoires. L’emploi saisonnier sur le littoral aquitain9 Sur le littoral aquitain, le tourisme génère 34200 contrats saisonniers. Les contrats saisonniers représentent 38% des contrats touristiques sur le littoral aquitain et 44% des contrats saisonniers signés sur l’ensemble de l’Aquitaine. L’hébergement et la restauration constituent le premier secteur employeur des saisonniers en rassemblant 62% des contrats. La moitié des saisonniers sur le littoral a moins de 23 ans. Sur le littoral, les employeurs ont moins recours à la main d’œuvre locale que sur d’autres zones touristiques. Un saisonnier sur 2 parcourt plus de 17 km entre son domicile et son emploi. 9 Source : Accompagner l’emploi saisonnier : un objectif pour l’Aquitaine en 2012 – Insee Aquitaine – Mars 2012
  15. 15. 14 Sur le littoral, ces contrats saisonniers représentent 14% dans l’emploi salarié et 38% dans l’emploi touristique. Conscient des enjeux et contraintes qui pèsent sur l’emploi saisonnier, le conseil régional d’Aquitaine a décidé en novembre 2011 de doter l’Aquitaine d’une politique transversale et intégrée pour l’accompagnement de l’emploi saisonnier. Ainsi, le Plan Régional Saisonnier poursuit les objectifs suivants :  encourager une gestion territoriale des empois saisonniers et des compétences,  sécuriser les parcours professionnels par la formation et l’allongement des périodes d’emplois,  favoriser la qualité de l’emploi en améliorant le dialogue social, la santé et la prévention des risques professionnels,  multiplier les solutions d’hébergements pour les saisonniers,  améliorer les conditions de vie des saisonniers et leur intégration sociale,  organiser en réseau les acteurs de la saison. ? Trois structures dédiées à l’accompagnement des travailleurs saisonniers sur le littoral aquitain En Gironde, la maison des saisonniers du bassin d’Arcachon, portée par la communauté d’agglomération cassin d’Arcachon sud, a été créée en 2001. Dans les Landes, la plateforme de services pour l’emploi saisonnier des Landes (Nomad’), portée par le pays landes nature côte d’argent, a été créée en 2010. Dans les Pyrénées-Atlantiques, la maison des saisonniers du Pays basque, portée par la maison de l’emploi, a été créée en 201010 . Ces structures sont à la fois des centres de ressources pour les travailleurs saisonniers et les employeurs (offres et demandes d’emploi, logement…) et des lieux d’échanges entre les saisonniers et les professionnels (organismes paritaires, organismes de formation…). 10 Fin 2012, le portage de cette Maison des saisonniers était en discussion.
  16. 16. 15 2 | Etat des lieux de l’aménagement et de la production touristiques L’aménagement de la côte aquitaine a fortement été marqué par les réalisations de la période MIACA. Il convient aujourd’hui de dresser le bilan des aménagements et de la production touristique du littoral aquitain et d’observer la manière avec laquelle ils ont évolué. 2.1 | Aménagement du littoral aquitain : l’équilibre entre protection et développement Depuis de nombreuses années, les territoires, aux côtés des services de l’Etat, se sont largement emparés de la question environnementale, conscients que l’attractivité du territoire y était étroitement liée. 2.1.1 Un environnement fragile Quatre sujets environnementaux concernent particulièrement l’activité touristique du littoral aquitain. L’érosion du trait de côte11 Le GIP littoral aquitain travaille depuis 2009 à la définition d’une stratégie régionale de gestion de la bande côtière. L’érosion du trait de côte est susceptible de provoquer des dommages et des dégâts matériels importants d’une part et de porter atteinte à certains enjeux économiques12 d’autre part. Les communes du littoral sont impactées à des degrés divers par ce phénomène. Dans ce contexte, la stratégie régionale de gestion de la bande côtière, adoptée par les membres du GIP en février 2012, vise à :  préserver dans leur ensemble les activités économiques spécifiques au littoral et en particulier le tourisme ;  maintenir les activités portuaires, garantes pour la France et l’Aquitaine d’un accès à l’espace maritime ;  maintenir globalement à l’échelle aquitaine le potentiel d’accueil touristique ;  préserver l’attractivité touristique du littoral aquitain en maintenant ses qualités environnementales et paysagères ; 11 Une présentation de l’aléa par espace est proposée dans l’Annexe n°1 (Eléments complémentaires au diagnostic) 12 Extrait Stratégie Régionale de Gestion de la Bande Côtière – GIP littoral aquitain – février 2012 Source : OCA - Le Collen 2012
  17. 17. 16  ne pas porter atteinte au patrimoine que constituent les vagues et les plages, composantes fortes de l’image touristique du littoral aquitain et supports d’une économie productive. Aujourd’hui, l’érosion du trait de côte est totalement intégrée aux différentes réflexions que le GIP littoral aquitain peut porter et notamment sur les rénovations de plans plages. Il conviendra demain de faire de même pour toutes les réflexions portant sur les stations littorales. La forêt Avec un taux de boisement de 44% (24% en Lot-et-Garonne et 67% dans les Landes), l’Aquitaine est la première région forestière française. Ce potentiel est déjà largement exploité à des fins économiques (25% du prélèvement national forestier provient d’Aquitaine), et tout particulièrement grâce au pin maritime de la forêt des Landes qui contribue à hauteur de 90% au chiffre d’affaires de la filière bois. Au-delà de son intérêt économique évident, la forêt a d’une part, une fonction identitaire, patrimoniale et écologique importante (faune, flore, stockage de carbone, milieu naturel, réservoir de biodiversité, paysages…), et d’autre part, une fonction sociale en tant qu’espace récréatif. En outre, la forêt participe à l’image touristique du territoire. Le massif forestier aquitain constitue en ce sens un espace multifonctionnel. Il y a donc un juste équilibre à trouver entre ces différentes fonctions économique, écologique, patrimoniale et récréative en envisageant la forêt à la fois comme espace mais aussi comme ressource économique (constructions touristiques en bois ou aménagements des plans plages). La qualité des eaux de baignade La qualité des eaux de baignade est une préoccupation forte pour les territoires littoraux. Néanmoins, l’essentiel des pollutions, notamment en zone littorale, est d’origine terrestre. La question de la qualité des eaux nécessite donc une approche réellement intégrée. Les enjeux sont environnementaux, mais aussi économiques et touristiques : impacts sur la pêche, conchyliculture, impact économique des fermetures de plages13 . Si la qualité de l’eau sur les côtes girondines et landaises est globalement satisfaisante ; la situation est plus complexe au plan bactériologique sur la côte basque. La qualité des eaux de baignade fait l’objet d’une vigilance particulière, et plusieurs structures gèrent cette problématique (Kosta Garbia au Pays Basque, Syndicat mixte de gestion des baignades landaises, syndicat intercommunal du bassin d’Arcachon…). Les patrimoines naturels et paysagers Les patrimoines naturels et paysagers représentent le fondement de l’identité touristique du littoral aquitain. Les dispositifs de protection de l’environnement sont largement présents en Aquitaine : 169 sites Natura 2000 ; de nombreux sites classés/inscrits, etc. Sur le littoral, 12 sites appartiennent au conservatoire du littoral où la gestion de l’accueil du public est 13 Actes de la Journée plages : Impact économique d’une fermeture de plages Source : GIP littoral aquitain Source : GIP Littoral Aquitain
  18. 18. 17 organisée de manière à préserver au mieux ces espaces fragiles. Deux projets de Parcs Naturels Marins sont en cours sur l’estuaire de la Gironde et le bassin d’Arcachon. L’ensemble des dispositifs de protection implique une réglementation rigoureuse en matière d’urbanisme et de gestion d’accueil du public. Les gestionnaires de ces sites participent donc au développement de l’offre de tourisme nature de la Région. Néanmoins, aujourd’hui sur le littoral aquitain, un certain nombre de paysages qu’ils soient naturels ou urbains sont dégradés ou banalisés : étalement urbain, qualité constructive médiocre, champs de mobile home en sont responsables. » Au niveau mondial, deux phénomènes environnementaux vont constituer des enjeux importants, qui ne sont pas traitées ici, fautes d’éléments de connaissance suffisamment fiables. La question du réchauffement climatique avec, au niveau régional (pris au sens de Europe/ bassin méditerranéen) et sous-régional (sud-ouest de la France), la possibilité d’envisager des effets néfastes localement, mais aussi des opportunités : le littoral aquitain comme alternative aux chaleurs excessives du sud-est de la France ou de l’Espagne ? Au regard de l’horizon fixé (2040), peu de données fiables permettent de se positionner de façon définitive. La question énergétique et celle des mobilités : quelles conséquences suite à un très fort renchérissement des prix du pétrole, puis à la décroissance de production ? Peut-on imaginer que l’Aquitaine soit une alternative à l’échelle européenne aux destinations accessibles en avion ? 2.1.2 | L’urbanisme et l’aménagement sur le littoral aquitain Un territoire façonné par une politique publique d’aménagement : la MIACA Les acquis de la MIACA en matière de préservation de l’environnement sont indubitables, néanmoins il apparaît qu’il convient de repenser ce modèle aux évolutions sociodémographiques et aux attentes des clientèles de demain si le littoral aquitain veut conserver son attractivité. Le modèle de la MIACA a reposé avant tout sur le rôle de l’Etat. En aménageant les principales infrastructures (les routes, les ports), en gérant les réseaux d’eau et d’assainissement, l’Etat a dessiné l’armature du littoral aquitain telle qu’elle est aujourd’hui. Localement, les collectivités territoriales se sont chargées de la viabilisation des sols et de la vente aux promoteurs. Enfin, ces derniers ont réalisé des constructions, la plupart du temps de petits studios, car il s’agissait du produit immobilier qui se vendait le plus rapidement à l’époque. Le modèle MIACA, marqué par ce système de production immobilière, a entrainé une saisonnalité très marquée de l’activité touristique sur les territoires et par là même une création limitée d’emplois permanents. Le constat qui peut être établi pour le littoral aquitain est relativement proche de celui du Languedoc Roussillon, à savoir : des opérations initiales ex-nihilo, sur des sites quasiment vierges, avec un modèle balnéaire saisonnier ; puis une localisation, des qualités d’offre et une déconnexion par rapport aux ensembles urbains qui ne permettent pas une économie marchande traditionnelle, au-delà du modèle saisonnier classique, et donc un modèle économique qui ne fonctionne plus à partir du moment où n’existent plus les financements publics et sociaux initiaux. Les territoires du littoral aquitain sont aujourd’hui entrés dans une période de réinvestissements nécessaires soit pour renouveler les équipements et le parc, soit pour conserver leur compétitivité. Aujourd’hui, si certaines collectivités peuvent assurer un bon entretien et une mise à niveau, elles ne peuvent financer l’ensemble des équipements structurants qui seraient nécessaires pour adapter et requalifier cette offre touristique vieillissante.
  19. 19. 18 Certaines des stations MIACA doivent donc évoluer dans leurs fondements conceptuels, physiques et économiques. Ces mutations passent par la réinvention de modèles et une évolution des limites physiques des échelles des stations (changement de périmètres). Les grands enjeux aujourd’hui sur les stations MIACA peuvent être définis comme suit :  réinvestir, en particulier sur les espaces publics et les offres de loisirs,  éviter l’uniformisation de l’aménagement, des lieux publics, des formes urbaines dans les stations,  lutter contre la banalisation de l’architecture et des offres ; rechercher une certaine harmonie, marqueur d’une identité aquitaine,  inventer une mixité des fonctions (tourisme et habitat permanent) et des offres d’activités,  se préoccuper de l’esthétique visuelle des aménagements, du paysage, de l’architecture,  retrouver dans les stations littorales la modernité urbaine (paysagement, éco mobilités, services de proximité, architecture…) Que faire de l’héritage MIACA ? Face à l’évolution démographique, la question de la remise en cause ou de la poursuite de l’aménagement de « type MIACA » se pose. Les aménagements ne répondent plus qu’en partie aux attentes des clientèles touristiques, mais engendrent également des difficultés d’organisation et de fonctionnement, ne permettant pas la création d’emplois pérennes, indispensables pour l’accueil de nouvelles populations permanentes sur les territoires littoraux. D’un côté, certains pensent que l’aménagement du littoral aquitain se heurte au fait qu’aucune station balnéaire n’atteint véritablement la taille critique qu’exigent les grands opérateurs touristiques. D’un autre côté, la majorité considère que l’Aquitaine doit avant tout capitaliser sur ce qui fait son caractère unique, la préservation de la nature « sauvage » de son littoral, la préservation scrupuleuse des secteurs d’équilibre naturel de la MIACA, et la taille humaine de ses développements immobiliers qui garantissent une cohésion sociale durable. C’est ce choix qui a été fait au travers des objectifs inscrits dans le Plan de Développement Durable du Littoral Aquitain. De l’aménagement touristique au développement territorial ? Les élus du littoral mettent aujourd’hui en avant les caractéristiques semblables de plus en plus fortes des populations qui « utilisent » leur territoire, qu’il s’agisse de résidents, de doubles-résidents, d’acteurs économiques ou de touristes. Ainsi, la grande majorité des projets en cours ou à l’étude actuellement sur le littoral aquitain ne sont plus des « projets touristiques », au sens où on l’entendait il y a encore une dizaine d’années : ils visent pour la plupart le développement territorial, sans plus faire la distinction entre les différents usagers du territoire. Beaucoup de ces projets visent aussi à rééquilibrer Source : Lacanau - GIP littoral aquitain
  20. 20. 19 la qualité de vie en faveur des populations permanentes qui ont un temps été laissées pour compte. La place spécifique du tourisme social dans le modèle MIACA ? Le tourisme social et associatif Le tourisme social est un secteur spécifique du tourisme, né autour de 1936, sous l’impulsion notamment des associations d’éducation populaire et des organisations syndicales, poussé par des valeurs fondatrices autour de la solidarité, de la mixité sociale, de l’épanouissement personnel. Les cibles traditionnelles de ce secteur sont les familles, les enfants et jeunes, les personnes handicapées. La majorité du patrimoine du tourisme social s’est constituée entre 1960 et 1980 avec une forte implication de l’Etat dans le financement des investissements. Le modèle économique du tourisme social repose sur des investisseurs que sont les collectivités, les comités d’entreprise, l’Etat, parfois des associations ; et des gestionnaires qui sont le plus souvent des associations, ou les comités d’entreprises qui gèrent leurs établissements en direct. Deux logiques, spatiale et territoriale, ont présidé à l’implantation de villages de vacances associatifs en Aquitaine. La première s’inscrit dans le cadre de la MIACA : l’objectif était d’implanter des villages vacances dans les unités principales d’aménagement, afin de garantir l’accès de ces zones à tous, la seconde visait à équilibrer le territoire avec l’implantation d’établissements dans des zones à faible pression touristique. En accord avec les élus locaux, la MIACA a fait une large place au tourisme social et associatif, par des implantations à des endroits privilégiés de villages de vacances de comités d’entreprises ou de grandes associations. Aujourd’hui, il reste peu d’associations professionnalisées, et les syndicats n’ont plus les mêmes moyens, notamment dans un contexte où l’aide nationale à la pierre a quasiment disparu. Ce parc a peu évolué depuis 10 ans ; le stock des hébergements n’a évolué qu’à la marge et a connu principalement de petits travaux d’entretien. Seuls les réseaux structurés (UCPA, VVF Villages etc.) ont fait des investissements plus lourds. Ainsi, des établissements se sont dégradés et sortent progressivement du marché. Ce marché est d’ailleurs fragilisé par l’obligation de mises aux normes d’accessibilité pour 2015. L’UNAT Aquitaine estime que 30 à 40% des sites pourraient fermer dans les années à venir, ne parvenant pas à faire face à ces obligations. Plus généralement, l’ensemble des équipements du tourisme social et associatif (villages de vacances, auberges de jeunesse, centres internationaux de séjours de jeunes, centres de vacances et maisons familiales) s’avère aujourd’hui en difficulté et confronté à des problèmes sérieux de rénovation. Les grands réseaux résistent mieux à ce contexte, car mutualisent un certain nombre de fonctions (promotion, commercialisation…) et sont plus professionnalisés. Ainsi, afin de bien identifier toutes ces problématiques, le conseil régional d’Aquitaine a lancé une mission d’étude portant sur un état des lieux approfondi des établissements appartenant au champ du tourisme social. Cette étude a permis de prioriser les actions à conduire et les moyens à mobiliser au niveau régional. Source : Site de Bombannes - GIP littoral aquitain
  21. 21. 20 Cette étude révèle que les enjeux à relever sont nombreux : un patrimoine souvent obsolète, des comportements de la part des gestionnaires qui ont peu évolué. Il est aujourd’hui nécessaire de repenser l’organisation de ce secteur en prenant en compte les principes de développement durable, d’évolution des comportements de consommation. Plusieurs arguments pèsent en faveur de la rénovation du patrimoine associatif : le tourisme social est source de retombées économiques importantes (en moyenne 15 ETP directs par villages vacances), il est un facteur d’aménagement du territoire : les associations sont soucieuses de leur implantation locale, dans des espaces parfois isolés et à forte valeur patrimoniale. Enfin, le tourisme social est une activité d’intérêt général, qui poursuit un objectif de vacances pour tous et favorise la cohésion sociale. A titre d’illustration nationale et sans tenir compte de la diversité et de la spécificité de chaque structure et de chaque domaine d’activité, une étude nationale14 a abouti au constat des 3 tiers sur le parc d’hébergements du tourisme social et associatif :  1/3 du parc a vocation à évoluer largement sur lui-même du fait de la qualité des produits et structures de portage ;  1/3 du parc a besoin de financements publics importants pour réaliser sa mutation par l’accompagnement des associations en ingénierie sur les questions d’optimisation patrimoniale, d’amélioration de la gestion, marketing, étude de programmation de travaux, l’accompagnement des projets ou encore la mobilisation de moyens ;  1/3 du parc est «hors marché» et les structures auront besoin d’un accompagnement pour la mutation (transformation en HPA ou autres concepts touristiques). La récupération de foncier au profit d’autres projets touristiques, de projets d’aménagement locaux, d’équipements publics pourra être envisagée. ? Le fond « Tourisme Social Investissement » (TSI) Le 28 mars 2011, un protocole d’accord pour la constitution du fond « Tourisme Social Investissement » a été signé entre le secrétaire d’Etat chargé du tourisme, le directeur général de la caisse des dépôt et le directeur général de l’agence nationale pour les chèques-vacances (ANCV). Ce fonds doté à terme de 150 M€ financera les travaux de rénovation et de réhabilitation des équipements du tourisme social afin de les adapter aux nouvelles exigences de leurs publics. Le fond TSI sera alimenté par la Caisse des Dépôts, l’ANCV et des investisseurs institutionnels – mutuelles, caisses de retraites, banques. Le principe du fond TSI est d’apporter un important surcroît de financements sous forme de fonds propres, susceptibles eux-mêmes de favoriser la levée de crédits bancaires. Les montages se feront en privilégiant la dissociation de la propriété immobilière et de l’exploitation. Le fond TSI sera co-investisseur en fonds propres et quasi-fonds propres dans des sociétés immobilières (SCI, SAS), créées à l’occasion par l’apport des actifs à rénover appartenant aux opérateurs du secteur, ou par valorisation de baux emphytéotiques dans le cas d’établissements propriétés des collectivités locales. Le fonds TSI n’a pas vocation à être majoritaire. Les équipements rénovés seront confiés en exploitation aux opérateurs actuels du tourisme social. A côté de ce dispositif d’envergure, l’ANCV intervient également sur des projets de rénovation et de réhabilitation visant notamment l’extension des capacité de l’hébergement, la création ou la transformation d’espaces communs à l’usage des publics, l’obtention du label Tourisme et Handicap. 14 Source : "Evaluation de la pérennité du patrimoine du Tourisme Social et Associatif - Audit Stratégique et Recommandations" KPMG - 2008
  22. 22. 21 Un territoire aujourd’hui soumis au phénomène de métropolisation en cours : menace et opportunité pour le tourisme Aujourd’hui les enjeux d’aménagement sur le littoral aquitain ont largement été repris par les territoires, notamment au travers de l’élaboration des plans locaux d’urbanisme (PLU) et des Schémas de Cohérence Territoriale (SCOT). Cette planification prend la mesure des enjeux de territoires, anticipe les évolutions et choisit à l’échelle de chaque territoire les options de développement et de protection. A l’instar de nombreux autres territoires, le littoral aquitain a connu ces dernières années un étalement urbain important, entrainant un gaspillage du foncier, une banalisation des espaces. Aujourd’hui, les mentalités évoluent et les documents d’urbanisme en cours d’élaboration intègrent désormais de manière systématique ces préoccupations. ? Le droit de l’urbanisme littoral – rappels Novembre 1973 : le Rapport Piquart pose les fondements d’une politique spécifique d’aménagement du littoral avec les principes suivants : aménagement en profondeur, interdiction de l’urbanisation linéaire du bord de mer, protection forte des zones naturelles remarquables Août 1979 : une Directive Nationale d’Aménagement relative à la protection et à l’aménagement du littoral créée la bande des 100m inconstructibles (directive non opposable). Janvier 1986 : la loi littoral fournit un socle juridique incontestable à ces mêmes principes. Elle se veut une loi d’équilibre entre aménagement et protection. Néanmoins, loi généraliste, elle connaît des difficultés d’application sur le terrain et son intégration dans les documents d’urbanisme, prévu à priori par le législateur, pose des difficultés. Deux ensembles urbains sont en cours de constitution, sur le littoral ou à proximité :  l’agglomération bordelaise, avec ses fenêtres maritimes allant jusqu’à Arcachon et demain vers Biscarrosse ;  la conurbation Sud des Landes/ Pays basque, jusqu’à San-Sébastien. Ce phénomène peut représenter une opportunité pour le développement et la dessaisonalisation du tourisme littoral aquitain : une destination balnéaire mais aussi de tourisme urbain et d’affaires avec la création de nouveaux flux. Ce phénomène représente aussi une double menace à la fois par la maîtrise insuffisante des développements et des nuisances urbaines, et par le risque de perte de lits touristiques au profit d’un immobilier résidentiel permanent. Source : INSEE
  23. 23. 22 Selon les différents types d’espaces littoraux aquitains, les enjeux varient : Les villes et ensembles urbains (Pays basque, bassin d’Arcachon) sont marqués par une tradition et une culture de l’activité touristique, une économie résidentielle importante et une vie à l’année. Sur ces espaces, le tourisme d’affaires s’est développé au côté du tourisme balnéaire. Le principal enjeu sur ces territoires est la conciliation entre développement urbain et vocation touristique. Pour les stations balnéaires MIACA, les évolutions de ces 30 dernières années distinguent les stations soumises à l’influence forte d’une agglomération et sur lesquelles l’enjeu des prochaines années sera l’évolution vers une dimension urbaine et une mixité entre population permanente et touristes. Les autres stations, plus isolées, sont marquées par une saisonnalité encore plus forte, un poids important du tourisme social et de l’hôtellerie de plein air, les fondements de ces stations MIACA sont à repenser dans leurs concepts urbains et leurs thématiques pour leur permettre de poursuivre leur développement. Certaines de ces stations disposent de réserves foncières pour évoluer vers un fonctionnement mixte et désaisonnalisé. Ces stations avaient été conçues sur un modèle purement vacancier et balnéaire, les évolutions des territoires obligent aujourd’hui à repenser ce modèle. Enfin, pour les plages aménagées et les petites stations avec des aménagements nature, la vocation dominante reste locale. Ces espaces très préservés contribuent à l’image de la côte aquitaine. L’enjeu principal sur ces espaces sera d’assumer la saisonnalité par le choix des aménagements et du fonctionnement. 2.1.3 | L’accessibilité touristique du littoral aquitain Pour les clientèles françaises et européennes de proximité, le moyen d’accessibilité le plus simple de l’Aquitaine (hors Bordeaux) et du littoral reste la voiture. Ainsi, 91% des touristes du littoral utilisent leur voiture pour se rendre sur leur lieu de vacances, 7% le train et seulement 2% l’avion. En haute saison, le taux d’utilisation de la voiture passe à 93%15 . L’accessibilité routière de l’Aquitaine est bonne, grâce à un bon réseau autoroutier : A62 entre Bordeaux et Agen, A64 entre Bayonne et Pau. L’autoroute A10 relie par ailleurs Bordeaux à Paris et l’A89 relie Bordeaux à Balbigny, à 80 km à l’ouest de Lyon ; le chantier de la N10 et de l’A63 entre Bordeaux et le Pays Basque jusqu’à l’Espagne est en cours. Concernant l’accessibilité aérienne, de nombreuses compagnies régionales, nationales et internationales desservent quotidiennement les aéroports aquitains, mettant Paris à moins d'une heure de vol et les grandes villes européennes à moins de 2 heures. Bordeaux16 est le seul aéroport véritablement international et Biarritz, le 2ème aéroport en fréquentation17 . Les compagnies low-cost sont relativement bien implantées dans les différents aéroports avec notamment l’ouverture en 2010 d’un terminal low-cost « Billi » à l’aéroport de Bordeaux. La desserte aérienne reste limitée comparativement à d’autres régions littorales comme la région Provence Alpes Côte d’Azur (3ème et 5ème aéroports de France avec Nice et Marseille). L’accessibilité ferroviaire de Bordeaux est correcte, celle des Landes est quant à elle peu satisfaisante. De nombreux projets en cours vont considérablement améliorer l’accessibilité ferroviaire du territoire :  le tronçon Tours-Bordeaux de la LGV mettra Bordeaux à environ 2h de Paris en 2016. Si la majorité des touristes estivaux se rendent en Aquitaine en voiture, ce rapprochement entre Paris et Bordeaux représente une opportunité pour les courts séjours et week-ends de Franciliens, notamment hors saison ; 15 Sources : CRT Aquitaine 2011 16 Source : Aéroport de Bordeaux -163 278 001 passagers en 2009. 17 Source : Aéroport de Biarritz- 171 1011 589 passagers en 2009.
  24. 24. 23  un renforcement des relations entre l’Aquitaine et Midi-Pyrénées : Bordeaux et Toulouse se trouveront à 1h l’une de l’autre ;  un renforcement des relations entre l’Aquitaine et l’Espagne : Bayonne et Bilbao se trouveront à 50 min l’une de l’autre ;  un réseau de dessertes régionales plus dense : la ligne existante Bordeaux-Hendaye va par exemple augmenter sa capacité et être modernisée. C’est une opportunité pour le développement du tourisme exogène, mais également pour le tourisme intra régional. Concernant l’accessibilité maritime, les côtes girondines et basques comptent de nombreux ports de plaisance. Parmi les plus importants : Arcachon (2600 places), Port Médoc (800 places), Hendaye (850 places). Capbreton avec 950 places est le seul port de la côte landaise. Concernant l’accueil des croisières, la côte basque dispose, avec la baie de Saint-Jean-de- Luz, le port de Bayonne et la baie d’Hendaye, de trois sites d'escales pour les navires de croisières. En conclusion, les projets de LGV seront une réponse à l’accessibilité ferroviaire de la région. Cependant ils concerneront essentiellement les clientèles franciliennes. Si l’Aquitaine reste une région excentrée, au sud-ouest de l’Europe, à l’écart des grands flux pour les clientèles du Benelux, de l’Allemagne, de l’Europe du nord, les chantiers lancés apporteront des réponses à l’amélioration de l’accessibilité de la destination. L’accès international demeure un enjeu fort de moyen et long terme : Bordeaux à 2h de Paris en TGV devient une extension facile pour des clientèles internationales et ouvre des perspectives intéressantes, en particulier sur des destinations long courrier. Concernant l’aéroport de Bordeaux, il devrait voir ses connexions internationales, en particulier européennes, se développer sous l’effet du phénomène low-cost, mais aussi de l’expansion de la ville. Ce modèle low-cost, en cours de généralisation, devrait permettre l’ouverture de l’Aquitaine, favorisant l’accès à des clientèles européennes nouvelles, urbaines, de classes socio-professionnelles supérieures, aux motivations de découverte et d’expérience et moins de vacances estivales. L’activité charter n’est pas une hypothèse de modèle crédible du fait de l’état des stocks d’hébergement marchands actuels, et du refus « politique » de tout modèle de type tourisme de masse. 2.1.4 | Des enjeux de mobilité interne A côté de cet enjeu d’accessibilité globale du littoral, il faut aussi compter avec les enjeux de mobilité interne pour les aquitains et pour les touristes. Sur le littoral aquitain, deux logiques de mobilité sont à l’œuvre : tout d’abord la mobilité liée à des itinérances de découverte et la mobilité au niveau des bassins de vie ou de séjour. Sur ce point, les zones touristiquement denses sont particulièrement touchées, en période estivale, par des difficultés de circulation pouvant devenir néfastes en terme d’image et contraignantes en matière de consommations touristiques et de loisirs. Il s’agit d’apporter une réponse autour d’un mode de vie proche de la nature, sans voiture. Les exemples de circulations douces au cœur du produit touristique sont nombreux : l’île de Ré est devenue l’un des symboles de ce mode de vie ; la plupart des resorts ont par ailleurs banni la voiture dès leur origine. Les acteurs du littoral aquitain, par le schéma directeur vélo porté par le GIP littoral aquitain, ont pris la mesure de ces évolutions et se sont donnés les moyens de développer un réseau éco-mobile. Cette question devra être poussée bien plus avant dans toutes les réflexions sur les déplacements et l’accessibilité du littoral aquitain. Ce constat rejoint celui de l’étude sur l’accessibilité des espaces touristiques menée par la DREAL dont l’une des conclusions est que l’amélioration de l’accessibilité générale de la région nécessite d’anticiper sur les circulations des touristes sur place : modes doux, transports en commun.
  25. 25. 24 2.2 | Les filières touristiques présentes sur le littoral en 2012 De nombreuses filières touristiques sont présentes sur le littoral aquitain. Elles peuvent être classées en quatre catégories : Les macro filières Les filières économiques majeures Les filières porteuses d’image et différenciantes Les autres filières et produits de niche Ces filières sont des motivations de séjours ou d’itinérance à part entière. Ces filières représentent un poids et un enjeu économique spécifique qui dépasse la seule question touristique. Ces filières peuvent être la motivation principale d’un séjour sur le littoral et sont un vecteur d’image pour le littoral. Ces filières sont la plupart du temps des déclinaisons des macro filières. La filière balnéaire Le tourisme d’affaire Le bien être / la remise en forme La filière glisse La filière golf La filière vélo Le tourisme urbain La plaisance Le naturisme Le tourisme vert Chaque filière dispose de caractéristiques propres : plus ou moins bien représentées sur le littoral aquitain, certaines disposent d’un potentiel de développement relativement important. Leur poids, leur structuration et leurs évolutions récentes ont été identifiés. 2.2.1 | Le tourisme balnéaire Avec 270 km de littoral, l’offre touristique sur le littoral aquitain se caractérise par deux destinations internationales animées que sont la côte basque/Biarritz et le bassin d’Arcachon, qui ont aussi une dimension urbaine et de tourisme d’affaires. Ces deux pôles majeurs sont complétés par des destinations intermédiaires, dans les Landes et en Gironde, avec des stations accolées à de petits bourgs et une plus forte saisonnalité. L’océan est une motivation pour 46,2% des touristes en Aquitaine pendant la haute saison. Sur le plan de l’aménagement, le bilan MIACA fait apparaître une offre vieillissante en terme de stations et un nécessaire besoin de requalification et d’évolution des anciennes stations MIACA. Les pôles urbains ont eux aussi évolué et la vocation touristique de ces espaces peut parfois être remise en cause. Le tourisme balnéaire est une filière à valeur ajoutée unitaire limitée, mais son poids économique global est très important, car cette filière contribue à la notoriété et à l’attractivité de l’ensemble de la région Aquitaine. La dépense moyenne par jour et par personne sur le littoral est estimée à 51,6 euros18 . 18 Source : CRT Aquitaine- 2011
  26. 26. 25 L’offre proposée reste marquée par une saisonnalité très forte : des commerces et des hébergements fermés hors saison ; un positionnement mono-produit amplifié par l’absence de ville et une offre d’arrière-pays très faible, une offre événementielle concentrée sur la haute saison (fêtes de Bayonne, compétitions de surf…). Les plages aquitaines constituent le cœur de l’offre touristique et ont d’ores et déjà fait l’objet d’une attention forte au travers de l’adoption du schéma plans plages en octobre 2010. Il n’existe pas de structuration en tant que telle de cette filière qui relèvent de secteurs d’activités variés : restauration, hôtellerie, animation… Les liens entre formations, enseignements, entreprises, recherche et innovation, événementiels ne sont pas structurés. Enfin, l’organisation et l’aménagement des stations sur littoral restent morcelés avec des stations portées majoritairement par les communes. Le GIP littoral aquitain permet une organisation globale des acteurs institutionnels, avec un rôle de réflexion et d’impulsion. Le partenariat littoral aquitain a été mobilisé ces dernières années notamment au travers du Schéma plan plages et du Schéma directeur vélo du littoral aquitain. En matière de promotion, le littoral demeure une filière prioritaire du comité régional du tourisme et des trois comités départementaux du tourisme littoraux. Pour conclure, la qualité du linéaire côtier, l’environnement préservé, héritage de la MIACA, des paysages variés des longues plages de sable à la côte rocheuse du Pays Basque, des pôles connus internationalement avec le bassin d’Arcachon et la côte basque sont autant d’atouts pour cette filière. Néanmoins, il convient aujourd’hui de porter l’attention des acteurs sur le vieillissement de certaines stations que ce soit dans l’offre d’hébergements, d’équipements ou de qualité des espaces publics, une saisonnalité toujours aussi forte, une offre et des produits peu valorisés. » Les enjeux de la filière balnéaire  la requalification de l’offre touristique (hébergements, équipements, espaces publics, animations, commerces) ;  le renouvellement, la diversification et la montée en gamme des hébergements ;  la création d’une nouvelle offre qui fasse référence : innover par un concept de station du 21ème siècle ;  la maîtrise du foncier ;  le travail sur le caractère urbain des stations balnéaires. Source : GIP littoral aquitain
  27. 27. 26 2.2.2 | La filière glisse Avec 10% des touristes qui motivent leur séjour par la pratique d’un sport de glisse et 50 000 pratiquants soit une évolution de 160% en moins de 10 ans, la glisse a connu une très forte évolution tant dans sa pratique que dans sa structuration. En effet, le cluster Eurosima qui intervient dans les domaines de l’innovation et de la recherche-développement, la formation et l’emploi, le développement durable et les ressources économiques structure les acteurs de la filière depuis 200819 . C’est par ailleurs sur le littoral aquitain que la Fédération nationale de surf est installée depuis 1977 et qu’un pôle dédié à la formation a ouvert ses portes à Soustons en 2010. L’académie du surf et des activités du littoral constitue un outil permettant de proposer une offre croissante de formation et d’activités dans le domaine du surf, ainsi que des activités du littoral (sports, économie, tourisme…). La filière glisse représente aujourd’hui un poids économique important : 3 500 emplois en grande majorité sur le littoral pour un chiffre d’affaires annuel de 1,7 milliards d’euros. Le développement de cette filière sur le littoral aquitain bénéficie d’une renommée internationale. Le secteur s’est fortement professionnalisé et a intégré les enjeux de développement durable. Il bénéficie du soutien du monde institutionnel avec notamment la création de zones d’activités et de pôles dédiés à cette activité. Par ailleurs, le secteur peut compter sur une offre événementielle de qualité avec l’accueil de compétitions internationales. A côté de ces points forts, la structuration touristique reste limitée, les conflits d’usage se sont multipliés ces dernières années et le marché est probablement arrivé à maturité, ce qui implique de renouveler l’effort d’accompagnement et de recherche si l’on souhaite conserver cette dynamique. » Les enjeux de la filière glisse  la structuration des acteurs et de la filière afin de passer d’une économie basée sur les qualités naturelles du territoire à une économie touristique plus organisée, et plus réactive sur les clientèles à attirer ;  l’image et l’état d’esprit : le surf est un vecteur d’image positif avec des déclinaisons commerciales importantes. C’est également le vecteur d’un état d’esprit qui valorise la liberté, les grands espaces, les sensations liées aux éléments naturels qui peuvent être mis en parallèle avec l’offre de la destination elle-même. 19 Association Eurosima créée en 1999 devenue cluster en 2008 Source : © Eurosima
  28. 28. 27 2.2.3 | La filière vélo Avec 12,9% des touristes qui motivent leur séjour par la pratique du vélo en Aquitaine et une dépense moyenne par jour pour un cyclotouriste qui s’élève à environ 60 à 70 euros, la filière vélo a connu un effort de structuration de son offre touristique ces dernières années. L’offre est relativement importante sur le littoral aquitain et prévoit dans le cadre du schéma directeur vélo littoral la rénovation et la création de près de 1 100km sur le littoral aquitain, la dynamique de projets est particulièrement forte, mais les efforts de mise en tourisme de la filière restent à produire par les acteurs. Le conseil régional d’Aquitaine a d’ailleurs pris la mesure des enjeux en lançant en 2012 la réactualisation de son schéma régional afin d’y intégrer le développement des services. Le vélo participe fortement à l’image du littoral aquitain, cette filière bénéficie d’une forte acceptation locale, le schéma en définissant à la fois un axe nord / sud et des liaisons entre les bourgs y contribue, puisque le réseau cyclable est utilisé à la fois par les touristes et les populations permanentes. Enfin, l’ouverture de la Vélodyssée20 en juin 2012 offre une nouvelle lisibilité au territoire littoral. L’effort de structuration de l’offre et de services notamment autour de l’hébergement, de la réparation/location, de l’accueil reste à fournir sur le littoral aquitain. » Les enjeux de la filière vélo  le vélo comme mode de vie à l’échelle des stations littorales et facteur d’image/marqueur ;  le développement de produits ;  la poursuite des efforts d’investissement pour mailler le territoire, mais aussi pour créer des produits d’itinérance de qualité (travail sur les hébergements, les services…) ;  la structuration possible d’une filière autour des éco-mobilités, dont le vélo. 20 Vélodyssée : Eurovéloroute n°1 qui travers la France de Roscoff à Hendaye Source : © Vélodyssée
  29. 29. 28 2.2.4 | La filière golf Avec 7,5% des touristes qui motivent leur séjour par la pratique du golf en Aquitaine et 42 200 pratiquants (dont près de 30 000 licenciés21 ) en Aquitaine, la filière golf est une filière porteuse d’image pour l’ensemble de la région, et pour le littoral aquitain en particulier. Les retombées économiques sont particulièrement importantes, puisqu’une étude réalisée par KPMG pour le compte d’Atout France estime la dépense moyenne par jour et par personne à 150/250 euros. La filière représente en Aquitaine environ 560 emplois directs (1600 emplois indirects) pour un chiffre d’affaires annuel compris entre 38 et 43 millions d’euros. La structuration de la filière en Aquitaine est en cours avec des Golf Pass, un site internet « Golf in Aquitaine ». Sur le littoral, l’offre est relativement importante (18 golfs recensés) et la candidature du département des Landes pour l’accueil d’un équipement dans le cadre de la préparation de la « Ryder Cup 2018 » devrait venir renforcer le positionnement du littoral aquitain sur cette filière. A ce jour, la structuration et la commercialisation de l’offre restent à améliorer, ainsi que les passerelles avec les autres filières que ce soit l’œnotourisme ou le bien-être. Enfin, même si les opérateurs et gestionnaires intègrent de manière plus importante qu’auparavant les préoccupations environnementales (notamment au niveau de la récupération de l’eau), les projets de création ou d’extension de golf suscitent une très faible acceptation locale. Il s’agit donc d’une filière sur laquelle la question foncière au regard des superficies utilisées, des répercussions environnementales doit être traitée de manière claire. » Les enjeux de la filière golf  un enjeu économique : des clientèles à fort pouvoir d’achat et une fréquentation à l’année ;  un enjeu d’innovation : modernité au regard des implications urbaines et qualitative, gestion environnementale et de mixité des publics ;  une exigence de structuration des acteurs et de l’offre en termes de promotion, de communication et de commercialisation ;  un enjeu de coopération entre les acteurs publics et privés dans la mise en place de certains projets : recherche de foncier … ;  un potentiel important de structuration à moyen terme d’une destination golfique d’ambition européenne. 21 Source : Ligue régionale d’Aquitaine de Golf – Données 2009 Source : Conseil Général des Landes – Golf de Moliets
  30. 30. 29 2.2.5 | Le tourisme d’affaires Le littoral compte une seule destination majeure de tourisme d’affaires avec la ville de Biarritz qui accueille environ 65 000 congressistes par an et dispose de 4 centres de congrès et exposition, et dans une moindre mesure, Arcachon. La dépense moyenne par jour générée par un touriste d’affaires est estimée à 104 euros par jour et par personne22 . Il s’agit d’une filière identifiée comme prioritaire par le comité régional du tourisme dans le cadre du plan marketing 2011-2015. Si cette filière est souvent identifiée par les acteurs du littoral comme une filière susceptible d’élargir la saison touristique, il n’en demeure pas moins que les potentiels de développement restent mesurés sur le littoral. Au côté de l’effet LGV qui devrait permettre à l’Aquitaine de conserver sa place, le tourisme d’affaires reste limité dans notre région et sur le littoral par les limites de potentiel économique de la région (faiblesse du nombre de sièges sociaux à proximité des territoires). Pour le littoral, la filière reste complémentaire au tourisme d’agrément et les équipements existants sont à priori suffisants pour accueillir les séminaires des entreprises régionales. » Les enjeux de la filière tourisme d’affaire  la structuration des acteurs aquitains pour que la filière ait une vraie résonnance et profite pleinement du potentiel d’image de la destination ;  une limite liée aux réalités économiques de la région. 2.2.6 | Le bien-être et la remise en forme La filière ne représente une motivation de séjour en Aquitaine que pour 3% des touristes. Le syndicat de la thalassothérapie estime que la dépense moyenne par jour et par personne s’élève à 89 euros. L’offre de bien être sur le littoral est une offre adossée à des établissements hôteliers de qualité sur la côte basque et en Gironde ; des projets de thalassothérapie et de balnéothérapie voient le jour un peu partout sur le littoral. Le bien-vivre est un des marqueurs de nos territoires et la filière bien être s’inscrit parfaitement dans cette dynamique. Cette filière reste marquée par une très forte concurrence et l’offre de nos territoires est encore faiblement structurée ; elle manque également de lisibilité. » Les enjeux de la filière bien être  la structuration d’une filière d’excellence, capable de se conjuguer avec le développement d’autres filières : bien-vivre, tourisme de nature, séjours littoraux… 22 Source : Comité Régional du Tourisme d’Aquitaine
  31. 31. 30 2.2.7 | La plaisance et les autres activités nautiques L’activité de plaisance reste modeste sur le littoral par rapport à d’autres régions littorales. Elle se concentre sur le bassin d’Arcachon. Le littoral aquitain a la particularité d’offrir une offre en rétrolittoral dans les Landes et en Gironde avec une plaisance sur les lacs qui représente une pratique plus sécurisée. L’offre proposée par les centres nautiques, même si elle est importante, n’est que très peu valorisée et non structurée. La filière économique liée à la plaisance et au nautisme est importante dans la région. Le bassin d’Arcachon et le Pays basque accueillent des entreprises leader telles que Dubourdieu, Guy Couach… La filière se caractérise par une dynamique d’innovation et, comme pour la filière glisse, la prise en compte des enjeux de développement durable (motorisation électrique, peintures innovantes…). Les ports tout le long de la côte jouent un rôle majeur en termes d’image et d’aménagement de l’espace. En revanche, on peut considérer que l’offre proposée aujourd’hui n’a qu’un très faible caractère touristique. » Les enjeux de la filière Nautisme  la structuration de l’offre des activités nautiques sur les lacs notamment : commercialisation, animation ;  l’amélioration des infrastructures de services sur les ports existants. 2.2.8 | La filière naturisme Avec les sites emblématiques du CHM et d’Euronat à Montalivet et Grayan, l’Aquitaine est la 1ère région historique du naturisme en France. Cette filière connaît un succès particulièrement important auprès de clientèles étrangères disposant d’un fort pouvoir d’achat. C’est une filière qui valorise les grands espaces, l’environnement préservé avec une philosophie assez proche de l’environnement. Atout France a lancé une politique de promotion et de développement de l’offre. La communication autour de cette filière reste difficile par la mécompréhension de cette forme de tourisme, les offres ont peu évolué ces dernières années, le marché semble plutôt stagnant alors que de nouvelles destinations sont en train de se développer dans les pays de l’est de l’Europe. » Les enjeux de la filière Naturisme  maintenir l’image nature ;  conforter les offres existantes. Source : GIP littoral aquitain
  32. 32. 31 3 | Etat des lieux de l’offre et de la demande touristiques sur le littoral aquitain 3.1 | Fréquentation touristique sur le littoral aquitain Cette analyse a pu être réalisée à partir des données fournies par le comité régional du tourisme d’Aquitaine de l’année 2011. Elle concerne les territoires littoraux au sens du territoire du GIP littoral aquitain, c'est-à-dire le territoire des intercommunalités23 . En 2011, la fréquentation du littoral aquitain représentait avec 40 millions de nuitées et 5,6 millions de séjours, soit 42% des nuitées aquitaines et 38% des séjours aquitains. A l’inverse, hors saison, le littoral ne compte que pour environ 32% des nuitées. Ces dernières sont en effet davantage le fait des clientèles de proximité ou de touristes affinitaires. L’océan représente une motivation de séjours pour 46,2% des touristes en Aquitaine en pleine saison. 3.1.1 | Principales caractéristiques  une saisonnalité encore plus marquée que sur le reste de la région : 74 % des séjours entre mai et septembre (contre 66% sur l’ensemble de la région) ;  comme pour le reste de la région, des touristes issus de catégories socioprofessionnelles plutôt aisées : 52% des clients issus de CSP + ; 23 106 communes Source : CRT Aquitaine - 2011
  33. 33. 32  des séjours majoritairement familiaux : 51% des séjours (contre 45% sur l’ensemble de la région) ;  des séjours longs : 68% des séjours supérieurs à 4 nuits avec une durée moyenne de 7 jours. 3.1.2 | Origine géographique des clientèles Sur l’ensemble de l’année, la fréquentation française est très majoritaire : 86% des nuitées comme des séjours. Les étrangers sont sous-représentés sur le littoral : la part des clientèles étrangères est plus importante dans les destinations de l’intérieur de l’Aquitaine. Elles pèsent ainsi pour environ 14% des nuitées sur le littoral, alors qu’elles représentent 36,9% des nuitées en Dordogne. Origine des touristes à l’année Séjours % de séjours Nuitées % des nuitées France dont 4 895 028 86% 34 378 656 86% Ile-de-France 832 844 15% 6 871 147 17% Midi-Pyrénées 916 365 16% 7 468 869 19% Aquitaine 1 215 697 21% 5 393 730 14% Autres régions françaises 1 930 122 34% 14 644 910 37% Etranger dont 791 616 14% 5 400 007 14% Espagne 141 901 2% 790 316 2% Grande-Bretagne / Irlande 142 548 3% 908 726 2% Pays-Bas 102 590 2% 769 631 2% Allemagne 127 992 2% 1 295 934 3% Autres pays étrangers 276 585 5% 1 635 400 4% TOTAL 5 686 644 100% 39 778 663 100% Source : CRT Aquitaine - 2011 ? Fréquentation des sites et musées sur le littoral aquitain A l’exception du Musée de la Mer ouvert à Biarritz en 2009 et qui accueille plus de 200 000 visiteurs, seuls trois équipements à vocation ludique dépassent la barre des 100 000 visiteurs annuels sur le littoral : Aqualand et le Parc de la Coccinelle à Gujan-Mestras, Atlantic Parc à Seignosse. Concernant la fréquentation des sites naturels, le site de la Dune du Pilat connaît une fréquentation annuelle de plus d’un million de visiteurs24 . 24 Une étude a été lancée par le Syndicat Mixte de la Dune du Pilat pour connaître de manière précise la fréquentation du site et ses retombées économiques en février 2013.
  34. 34. 33 3.2 | L’offre d’hébergements sur le littoral 3.2.1 | Une pression touristique très forte L’offre d’hébergement est particulièrement développée sur la Côte aquitaine : plus de six places d’hébergements touristiques de la région sur dix (62 %) sont proposées sur le littoral. Avec 850 300 lits touristiques sur le littoral, l’indicateur de pression touristique25 est de 165. Ceci représente 184 lits touristiques pour 100 habitants. 3.2.2 | La répartition des modes d’hébergement sur le littoral Hors saison, l’hébergement non marchand est plébiscité dans les mêmes proportions sur le littoral que dans le reste de la région ; en haute saison, alors que les modes d’hébergements marchands/non marchands sont équilibrés en Aquitaine, sur le littoral, 60% des séjours se font en hébergements marchands. Cette répartition est en partie liée au fort taux d’hébergement en hôtellerie de plein air dans les Landes. Littoral Haute Saison Littoral Hors Saison Source : CRT Aquitaine - 2011 Séjours Nuitées 25 L’indicateur de pression touristique permet de quantifier le potentiel touristique d’une zone : il rapporte la capacité d’accueil touristique à la superficie des communes (nombre de “lits touristiques” au km2 ). 61,1% 38,9% 59,7% 40,3% Hébergement marchand en saison Hébergement non marchand en saison 36,1% 63,9% 40,1% 59,9% Hébergement marchand Hébergement non marchand Source : Indicateur de pression touristique Insee, RP2008, Enquêtes tourisme Insee-DGCIS Note : le nombre total de lits touristiques comprend les lits des hôtels, des campings et des résidences secondaires
  35. 35. 34 Répartition des modes d’hébergement sur le littoral aquitain Mode d'hébergement à l’année Séjours % de séjours Nuitées % des nuitées Hébergement marchand dont 3 102 887 55% 22 273 755 56% Camping - Caravaning 977 335 17% 7 813 102 20% Hôtel 430 915 8% 1 632 914 4% Résidence de tourisme ou hôtelière 483 101 8% 3 591 749 9% Meublé, location saisonnière, gîte 785 271 14% 6 252 567 16% Chambre d'hôtes, autres 41 871 1% 368 098 1% Village de vacances, héb. collectif, auberge de jeunesse 384 395 7% 2 615 327 7% Hébergement non marchand dont 2 583 756 45% 17 504 907 44% Résidence principale de parents ou amis 1 084 379 19% 7 385 669 19% Résidence secondaire personnelle 654 161 12% 4 909 839 12% Résidence secondaire de parents ou amis 845 217 15% 5 209 400 13% TOTAL 5 686 644 100% 39 778 663 100% Mode d’hébergement en haute saison Séjours % de séjours Nuitées % des nuitées Hébergement marchand dont 2 509 177 60% 19 358 626 61% Camping - Caravaning 935 193 22% 7 603 061 24% Hôtel 170 874 4% 1 039 383 3% Résidence de tourisme ou hôtelière 360 708 9% 2 647 584 8% Meublé, location saisonnière, gîte 695 577 17% 5 582 198 18% Chambre d'hôtes, autres 29 941 1% 319 110 1% Village de vacances, héb. collectif, auberge de jeunesse 316 883 8% 2 167 290 7% Hébergement non marchand dont 1 696 575 40% 12 337 819 39% Résidence principale de parents ou amis 672 536 16% 5 452 262 17% Résidence secondaire personnelle 392 276 9% 2 928 937 9% Résidence secondaire de parents ou amis 631 764 15% 3 956 620 12% TOTAL 4 205 753 100% 31 696 446 100% Source : CRT Aquitaine - 2011 Le camping arrive en tête des modes d’hébergement privilégiés sur le littoral, représentant jusqu’à 22% des séjours en haute saison. Le recours à l’hôtel est largement inférieur à la moyenne régionale, tout particulièrement en haute saison : 17,1% des séjours en haute saison en Aquitaine, contre 4% sur le littoral (hors saison, l’écart se réduit : 21,8% des séjours en Aquitaine, 18% sur le littoral). Enfin, le littoral se caractérise aussi par une part importante d’hébergement en villages de vacances, hébergements collectifs, auberges de jeunesse, puisqu’ils représentent 7% des séjours à l’année (8% en haute saison sur le littoral, contre 4,2% sur le reste de la région).
  36. 36. 35 3.2.3 | Les différentes typologies d’hébergements présents sur le littoral26 Hôtellerie : une offre stagnante concentrée dans les zones urbaines du littoral Sur le littoral, on compte environ 306 hôtels classés pour un total de 8 508 chambres, ce qui représente environ 28% de l’offre régionale. Prés de 62% de l’offre littorale se situe sur la côte basque et 15% sur le bassin d’Arcachon. Environ 42% de l’offre sur le littoral correspond à des chambres en 3 ou 4 *. Au niveau de l’Aquitaine, cette offre est globalement stagnante, alors que la majorité des régions littorales ont perdu des établissements ces dernières années, à l’exception de la Bretagne. Ce sont principalement les pôles urbains autour de Bordeaux, d’Arcachon et de Biarritz qui ont permis de maintenir cette dynamique. L’hôtellerie sur le littoral atlantique Nb de chambres d’hôtels début 2010 % des hôtels 3 ou 4 * début 2010 Variation 2006-2010 du nb de chambres d’hôtels 40 Landes 4 440 26% -382 33 Gironde 10 366 40% 534 64 Pyrénées Atlantiques 9 199 38% -228 24 Dordogne 4 127 38% 70 47 Lot et Garonne 1 541 13% 140 17 Charente Maritime 7 037 27% -254 44 Loire Atlantique 9 184 40% 370 56 Morbihan 6 193 34% -13 85 Vendée 4 413 24% 49 Aquitaine 29 673 36% 134 Départements du littoral atlantique 50 832 35% 76 France métropolitaine 596 062 40% -5 846 Si l’on regarde plus précisément les départements littoraux atlantiques, les 3 départements aquitains connaissent des situations contrastées les uns par rapport aux autres. Ainsi, la Gironde est le seul département à avoir connu ces 5 dernières années une variation positive du nombre de chambre d’hôtels. C’est aussi le département qui dispose du pourcentage le plus importante de 3 ou 4 * dans son parc. En revanche, les Landes sont le département qui a connu la plus forte variation à la baisse du nombre de chambres sur l’ensemble des départements littoraux atlantiques. Campings et Hôtellerie de plein air : une offre de qualité sur le littoral Sur le littoral, on compte 281 campings pour un total de 74 300 emplacements, ce qui représente près de 70% de l’offre régionale. L’offre est de très bonne qualité, puisque près de 68 % de l’offre est en 3 ou 4* sur le littoral, ce qui est supérieur à la moyenne des campings situés en zones littorales au niveau français (60% de l’offre en 3 et 4 * sur le littoral). Les territoires des communautés de communes Maremne Adour Côte Sud et Pointe du Médoc disposent des capacités d’accueil les plus fortes (respectivement 17 et 16% de l’offre littorale). Au niveau de l’Aquitaine, l’offre a crû deux fois plus vite que le rythme français en 10 ans et la région a conservé sa 2ème place ; la croissance de l’offre en PACA fait poindre une vraie concurrence. Toujours à l’échelle de la région Aquitaine, on assiste à une légère tendance à la hausse de la fréquentation de l’hôtellerie de plein air, en cohérence avec les nouvelles 26 Les données présentées ci-dessous sont des données INSEE au 1er janvier 2011. Ces données sont amenées à évoluer selon les mois de l’année au regard des nombreuses fermetures / ouvertures d’établissements. Source : Atout France, INSEE - 2010
  37. 37. 36 aspirations des Français et des étrangers (liberté, proximité avec la nature, convivialité…) et de nouvelles formes d’HPA se développent (confort, espace). L’hôtellerie de plein air sur le littoral atlantique Nb d’emplacements de campings début 2010 % des emplacements 4 * début 2010 Nb d’emplacements par terrains de campings début 2010 Variation 2006- 2010 du nb d’emplacement de campings 40 Landes 36 697 37% 258 2083 33 Gironde 30 780 12% 235 231 64 Pyrénées Atlantiques 15 066 17% 108 -1 214 24 Dordogne 19 885 26% 96 808 47 Lot et Garonne 2 713 34% 63 78 17 Charente Maritime 48 534 24% 163 -1 079 44 Loire Atlantique 19 271 19% 139 -343 56 Morbihan 29 846 13% 122 -940 85 Vendée 56 185 41% 168 513 Aquitaine 108 141 25% 160 2 046 Départements du littoral atlantique 239 373 26% 166 -689 France métropolitaine 916 173 21% 117 -9 785 Si l’on regarde plus précisément les départements littoraux, c’est sur le département des Landes que la variation du nombre d’emplacements de campings a été la plus forte ces dernières années. Les Landes et la Gironde dans une moindre mesure font partie des rares départements à avoir connu une variation positive sur l’ensemble des départements littoraux de l’Atlantique. En terme de superficie et de localisation, on peut s’appuyer, pour le littoral aquitain, sur les orthophotoplans de 2000, on y dénombrait 274 campings sur les communes littorales mobilisant une surface totale de 1 445 hectares. Parmi eux, 115 sont situés à moins de 2000 mètres du rivage dont 30 à moins de 500 mètres (dont ceux ayant les plus grandes capacités d’accueil).27 ? Focus Hôtellerie de Plein air sur le littoral : un secteur en mutation Ces 20 dernières années, le secteur de l’hôtellerie de plein air a connu des mutations importantes, les mobile homes remplaçant peu à peu les toiles de tentes et les caravanes sous la pression de clientèles à la recherche de plus de confort et de loisirs. Cette forme d’occupation du sol transforme les paysages littoraux, d’autant plus qu’une grande partie des sites d’hôtellerie de plein air se trouvent dans des espaces remarquables. Plusieurs pistes de réflexions sont aujourd’hui engagées pour encadrer le développement de ces territoires au travers des documents locaux d’urbanisme en relation avec la loi littoral. Il n’existe à l’heure actuelle aucune définition juridique du mobile home, qui est ainsi assimilé à une caravane s’il conserve ses moyens de mobilité et peut être déplacé rapidement, ou à une habitation légère de loisirs si une de ces deux conditions n’est pas remplie. Les retombées économiques de ce type d’hébergements sont par ailleurs relativement importantes : les recettes générées sont 5 fois supérieures à celles d’un emplacement nu. 27 Guide Régional pour l’application de la loi littoral en Aquitaine, DRE – DIREN – Préfecture de Région - 2007 Source : Atout France, INSEE - 2010

×