ExtraitsLa version complète chez votre libraire ou sur internet http://www.golias.fr/
Romain Gallaud  NOUVEAUTÉSRaoul Follereau,la contre enquête Dans l’opinion publique, la Fondation Raoul Fol- lereau est en...
FondationRaoul FollereauLa contre enquête    Romain Gallaud
ISBN/EAN : 978-2-35472          © Éditions GoliasBP 3045 - 69605 Villeurbanne Cedex     Dépôt légal : janvier 2012        ...
La contre - enquête    « Cet amour même de sa patrie et de sa race, source puissante de     multiples vertus et dactes dhé...
La contre - enquête                       SommaireProlégomènes                                           PagesNotre livre ...
La contre - enquête                        Prolégomènes   Notre livre chez GOLIAS Éditions ?   Après plus de vingt mois d’...
La contre - enquête                      Note dintention de lauteur   Les travaux de recherche que nous avons menés consti...
Fondation Raoul Follereauciblés : quil sagisse de bandes-dessinées, de petits jeux divers(7 familles), ou de propagande éc...
La contre - enquête         ils ont suscité la création »         - et, pour cela, entreprendre « les démarches nécessaire...
Fondation Raoul Follereau    Cependant, avant d’entrer dans le vif du sujet, nous souhaitonsnous adresser tout particulièr...
La contre - enquête                        Bâtir sa maison sur le roc   Nous savons que Raoul Follereau, malgré tout ce qu...
Fondation Raoul Follereau    Cela concerne en premier lieu les dirigeants de la Fondation RaoulFollereau, qu’ils le soient...
La contre - enquête    Notre vœu le plus cher serait que la Fondation Raoul Follereau sedote d’hommes et de femmes capable...
Fondation Raoul Follereau         Les faces cachées de Raoul Follereau    Quelques mots sur la biographie d’Étienne    Thé...
La contre - enquête     Nous ne sommes dailleurs pas les seuls à ressentir un malaise à lalecture de son ouvrage : « Quel ...
Fondation Raoul Follereau           Contexte historique de Raoul Follereau   Nous l’avons déjà dit : notre contre enquête ...
Version limitée.La version complète chez votre libraire ou sur internet http://www.golias.fr/
Fondation Raoul Follereau                              Le maurrassien    L’attachement de Raoul Follereau à la pensée de C...
Version limitée.La version complète chez votre libraire ou sur internet http://www.golias.fr/
Fondation Raoul Follereau                           La perte de l’innocence   En septembre 1920, Raoul Follereau quitte Ne...
Version limitée.La version complète chez votre libraire ou sur internet http://www.golias.fr/
La contre - enquête              Le réactionnaire national-catholique   Nous connaissons les idées politiques de Raoul Fol...
Fondation Raoul Follereau     « Un peuple (…) triste d’un ennui qui paraissait incurable. (…) lajeunesse ne rit plus (…) l...
La contre - enquête   Raoul Follereau déplore qu’une crise de conscience moraledécoule naturellement de cette crise d’idéa...
Fondation Raoul Follereau   Ces crises d’idéal et, subséquemment, morales « entravent ledéveloppement et l’essor de la pen...
La contre - enquêtemot : ordre. L’ordre est sa marque dominante, son caractère essentiel. Ilest la raison d’être de sa pér...
Fondation Raoul Follereau    « Pro aris et focis : pour la famille, temple et gardienne des nations,pour le travail et tou...
La contre - enquête    « (…) jamais peut-être, de plus grands dangers n’ont menacél’âme profonde des peuples. Trompés, end...
Fondation Raoul Follereau    « (…) admettre Luther, c’est attendre Lénine139. »    « Lénine, ce Moïse140 rouge141. »   Rao...
La contre - enquêtecerveaux malades ou facétieux) aient pu – un instant – soutenir l’attentiondes hommes, causera un fou r...
Fondation Raoul Follereau« démoniaque » est riche de sens et illustre bien les convictions decertains nationaux-catholique...
La contre - enquête    La dimension catholique de sa doctrine suscite également biendes questions. Ainsi, le mimétisme idé...
Fondation Raoul Follereau   Or, comme nous l’avons déjà vu, le Vatican a, notamment,reproché à Charles Maurras de ne consi...
La contre - enquêteà la défense de l’Église de Jésus-Christ. Victorieux et prospère tant qu’ilrestera dèle à sa foi, rudem...
Fondation Raoul Follereaules juifs ou les catholiques modérés). De l’autre, Raoul Follereauhonore et promeut autant qu’il ...
La contre - enquête    Cette anecdote n’a rien d’anodin. Bien au contraire, elle est                         164extrêmemen...
Fondation Raoul Follereau                 Au service de l’Internationale fasciste    Cette pensée politique amène Raoul Fo...
Version limitée.La version complète chez votre libraire ou sur internet http://www.golias.fr/
Fondation Raoul Follereau                                  L’antisémite    Sur ce point, nous devons mentionner l’avis d’É...
Version limitée.La version complète chez votre libraire ou sur internet http://www.golias.fr/
Fondation Raoul Follereau                            L’ami d’Henry Coston   Avec Henry Coston, nous changeons de catégorie...
Version limitée.La version complète chez votre libraire ou sur internet http://www.golias.fr/
La contre - enquête              Antisémite ? Synthèse et discussion    En synthèse de ces dernières sections, nous ne pou...
Version limitée.La version complète chez votre libraire ou sur internet http://www.golias.fr/
Fondation Raoul Follereau                        Le marchand du temple    Nous abordons maintenant une facette des relatio...
Version limitée.La version complète chez votre libraire ou sur internet http://www.golias.fr/
La contre - enquête    Le propagandiste au service du régime de Vichy   Avec l’avènement du maréchal Pétain, le 10 juillet...
Fondation Raoul Follereau    Raoul Follereau voue pour le maréchal Pétain une admiration quin’est pas nouvelle : en 1937, ...
La contre - enquête   Qu’en est-il exactement ? Di cile de le savoir faute d’avoir accèsaux sources de l’époque.   Néanmoi...
Fondation Raoul Follereau    Les extraits de Paroles de France que nous avons reproduits ci-aprèspermette de saisir la fré...
La contre - enquête   -    au moins neuf conférences en métropole pendant la        première quinzaine de décembre 1940 ; ...
Fondation Raoul Follereau   Pour bien comprendre quelle fut la démarche de Raoul Follereau,nous devons la recontextualiser...
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Raoul Follereau, la contre-enquête
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Raoul Follereau, la contre-enquête

3 346 vues

Publié le

Contre-enquête sur la canonisation de Raoul Follereau et sur la Fondation Raoul Follereau

Publié dans : Spirituel, Business, Technologie
1 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Merci pour le lien et tous ces infos!
    http://www.demenagementexpertdesherbrooke.ca/fr/demenagement.html
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 346
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
42
Actions
Partages
0
Téléchargements
12
Commentaires
1
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Raoul Follereau, la contre-enquête

  1. 1. ExtraitsLa version complète chez votre libraire ou sur internet http://www.golias.fr/
  2. 2. Romain Gallaud NOUVEAUTÉSRaoul Follereau,la contre enquête Dans l’opinion publique, la Fondation Raoul Fol- lereau est encore souvent auréolée de considéra- tion et même de prestige. Or, le livre de Romain Gallaud, Fondation Raoul Follereau, la contre-en- quête, sur la base d’une enquête très fouillée et de données circonstanciées, lance un message de prudence et de vigilance. Le monde des organismes caritatifs est devenu, par- fois pour le meilleur, mais souvent pour le pire, un monde de « charity business » dans lequel la géné- rosité publique est sollicitée selon des règles de mar- keting proches de celles usitées pour vendre des les- sives ou des parfums. Un tournant aussi inéluctable que décisif. C est dans ce contexte qu’il faut analyser la réécriture historique de la gure même de Raoul Follereau. Il est en e et clairement établi aujourd’hui que le véritable 200 pages - 15 euros Raoul Follereau est très éloigné de l’image soigneuse- ment marketée que ses héritiers cherchent à lui attri- buer à coups de millions d’euros de frais de communi- cation, allant même jusqu’à initier des démarches en vue d obtenir sa canonisation par l’Église catholique : Bon de commande car celui qui prétendait n’avoir vécu que pour la cause Nom des lépreux fut en réalité, au moins de 1927 à 1945, le Prénom dirigeant hyperactif d’une ligue d’extrême droite au Adressse service des conceptions portées par, entre autres tris- tes gures de l’époque, Mussolini, Maurras, Coston ou le régime de Vichy. Code postal Au-delà de ces impostures, le décryptage des comp- Ville tes annuels et de l’organigramme juridique du grou- pe Follereau est très révélateur : entre opacité nan- Pays cière suspecte et népotisme avéré, une famille, dont le père, André Récipon, revendique des convictions d extrême-droite dans le droit l de celles de Raoul  Je désire commander le livre « Raoul Follereau, la contre enquête » pour un Follereau, a créé une situation de très grave scandale montant de 15 euros + 3 euros de frais de port moral. Veuillez retourner ce bon de commande en joignant votre règlement à l’ordre de Golias Pour di érentes raisons, ceux qui devraient s’insurger BP 3045 - 69605 Villeurbanne cx. se taisent. Mais les faits crient ! Pour la Belgique virement à l’ordre de Golias sarl, compte N° 435-3400801-61
  3. 3. FondationRaoul FollereauLa contre enquête Romain Gallaud
  4. 4. ISBN/EAN : 978-2-35472 © Éditions GoliasBP 3045 - 69605 Villeurbanne Cedex Dépôt légal : janvier 2012 www.golias.fr redaction@golias.fr
  5. 5. La contre - enquête « Cet amour même de sa patrie et de sa race, source puissante de multiples vertus et dactes dhéroïsme lorsquil est réglé par la loichrétienne, nen devient pas moins un germe dinjustice et diniquités nombreuses si, transgressant les règles de la justice et du droit, il dégénère en amour immodéré de la nation. » Pie XI, Lettre encyclique Ubi Acarno Di Consilio, 23 décembre 1922 p. 3
  6. 6. La contre - enquête SommaireProlégomènes PagesNotre livre chez GOLIAS Éditions ? 7Note d’intention de l’auteur 9Bâtir sa maison sur le roc 13Les faces cachées de Raoul Follereau 16Quelques mots sur la biographie d’Étienne Thévenin 16Contexte historique de Raoul Follereau 18Le maurrassien 22La perte de l’innocence 36Le réactionnaire national catholique 43Au service de l’Internationale fasciste 58L’antisémite 68L’ami d’Henry Coston 78Antisémite ? Synthèse et discussion 87Le marchand du temple 90Le propagandiste au service du régime de Vichy 101Adzopé, le prétexte caritatif au service d’un projetpolitique 120Adzopé et le maréchal Pétain 130Le faussaire de sa propre Histoire 133André Récipon, l’héritier de Raoul Follereau 148Lettre ouverte à l’Église de France 165Réponse dEtienne Thévenin 172Les faces cachées de la Fondation Raoul Follereau 175Une fondation verrouillée de l’intérieur 175Les drôles de comptes de la FRF 190Des millions d’euros au cœur d’une nébuleuse 201Dossier spécial Action française 210 p. 5
  7. 7. La contre - enquête Prolégomènes Notre livre chez GOLIAS Éditions ? Après plus de vingt mois d’enquête via des articles sur notre blogou sur divers sites internet, après la di usion gratuite de notre livrePDF sur internet, nous avons décidé de franchir un nouveau cap enoptant pour une di usion papier, et donc payante, de cet ouvrage. Ce fut Christian Terras , des éditions Golias, qui nous le proposale premier. Pour nous qui sommes plutôt habitués à lire La Croix, FranceCatholique, Famille Chrétienne, Il est vivant voire même parfois, parsouci d’éclectisme, Le Salon Beige … la surprise fut de taille. Fallait-il pour autant décliner la proposition ? Après avoir échangé avec Christian Terras, nous avons décidé deprivilégier ce qui nous rapproche plutôt que ce qui nous éloigne.Nous avons surtout constaté quil n’attend de nous ni allégeance, niralliement à la ligne éditoriale de Golias. Alors, puisque lui et nous partageons la même aspiration à lavérité, dans le respect des particularités de chacun, nous sommesheureux et ers de travailler ensemble pour le bien commun. p. 7
  8. 8. La contre - enquête Note dintention de lauteur Les travaux de recherche que nous avons menés constituent unecontre-enquête dans le sens où notre objectif est d’aller à l’encontrede ce que nous estimons être des actes délibérés de désinformation. Ainsi, ce n’est pas le fait que Raoul Follereau ait été mussolinien,maurrassien, antisémite et pétainiste qui a provoqué ce livremais plutôt le fait que certains, Fondation Raoul Follereau en tête,cherchent à faire passer Raoul Follereau pour ce qu’il ne fut pas. En e et, nous ferons ci-après la démonstration que Raoul Follereaua pro té de sa notoriété pour asséner sa vérité au détriment de lavérité, se rendant ainsi coupable, de son vivant, d’être le faussaire desa propre Histoire. En revanche, nous ne mettons pas en cause la bonne foi d’un JeanToulat, auteur de Raoul Follereau ou le baiser aux lépreux1 ou d’uneFrançoise Brunnschweiler, auteur de Raoul Follereau – Messagerd’espoir et de vie2, par exemple. Nous pensons néanmoins qu’ils ontété volontairement laissés, sinon induits en erreur, à propos du passée ectif de Raoul Follereau.3 Par la suite, la Fondation Raoul Follereau s’est approprié et apoursuivi cette stratégie a n de faire croire en un homme dont toutela vie « fut un seul acte d’amour 4 ». Parmi la profusion de documents écrits, visuels ou sonoresqui relayent ces contre-vérités, les enfants sont particulièrement1. Éd. Flammarion Salvator, 1978.2. Édité par l’association suisse Raoul Follereau, 1978.3. Étienne Thévenin écrit dans sa biographie de Raoul Follereau : « Au soir de sa vie, iln’évoquait guère ces premiers engagements [de l’entre deux guerres], même en présencede ses amis les plus proches. «Tout cela n’a pas d’importance, disait-il souvent à FrançoiseBrunnschweiler qui rédigeait sa biographie. Et puis vous ne faites pas une thèse. Ce quicompte ce sont les pauvres …» (Étienne Thévenin, Raoul Follereau, Hier et aujourd’hui,Fayard, 1992, page 139)4. La mention « Le Livre d’Amour de Raoul Follereau / 1920 – 1970 cinquante années d’unevie qui fut un seul acte d’amour » ou des versions similaires gurent sur les multiplesrééditions du Livre d’Amour, ouvrage distribué massivement par la Fondation RaoulFollereau.http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37020965t/PUBLIC ouhttp://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40245024v/PUBLIC p. 9
  9. 9. Fondation Raoul Follereauciblés : quil sagisse de bandes-dessinées, de petits jeux divers(7 familles), ou de propagande écrite ( yers, prospectus) ouorale (conférences, intervention dans les écoles notamment delenseignement catholique sous couvert de catéchèse), tous lesmoyens semblent bons pour faire croire en « lhomme qui a consacrésa vie aux lépreux ». Par exemple, un dépliant destiné aux jeunes bénévolesmentionne : « Raoul Follereau (1903-1977) est un humaniste engagé du XXe sièclequi a consacré sa vie à lutter contre lexclusion sous toutes ses formes. » Autre exemple, une bande dessinée, nancée et distribuéegratuitement par la Fondation Raoul Follereau, met en images lavie soi-disant complète de Raoul Follereau. Bien entendu, il estinutile dy chercher la moindre référence au passé fascisant de RaoulFollereau ou à ses référents politiques que furent Mussolini, Maurrasou Pétain. Même dun point de vue institutionnel, la désinformation estprésente : larticle premier des statuts de la Fondation Raoul Follereaumentionne : « La Fondation Raoul Follereau a pour objet de poursuivrelœuvre à laquelle Raoul Follereau a consacré toute sa vie «contre la lèpreet toutes les lèpres. » Une nouvelle étape fut franchie lorsque, début 2009, uneassociation loi 1901 intitulée Mouvement pour la glori cation de Raoulet Madeleine Follereau fut créée par la Fondation Raoul Follereau5.Cette association, logée et subventionnée par la Fondation RaoulFollereau au titre de ses « missions sociales6 », a pour objet de : - « promouvoir et donner en exemple la vie, l’œuvre et la pensée de Raoul et Madeleine Follereau » - dans l’objectif de « favoriser la mise en œuvre de ces actions dans les œuvres caritatives de bienfaisance et d’assistance dont5. Cette nouvelle association loi 1901 vient rejoindre la nébuleuse de structuresjuridiques, tantôt lucratives, tantôt non-lucratives, qui gravitent déjà, ou ont gravité,avec plus ou moins d’opacité, autour de la famille Récipon : GIE Dantzig, GIE SCENE, GIELSR, SCI Dantzig Immobilier, SCI SALS Immo, SCI Beth-Mariam, association des Amis dela Fondation Raoul Follereau, ACLE, AIDP, Fondation Raoul Follereau, Fondation pourle Logement Social, Société d’Encouragement Au Bien, société anonyme Sacirs, SarlFollereau Logistique, etc. Cf. infra la section Des millions d’euros au cœur d’unenébuleuse.6. Cf. infra la section Les drôles de comptes de la Fondation Raoul Follereau.p. 10
  10. 10. La contre - enquête ils ont suscité la création » - et, pour cela, entreprendre « les démarches nécessaires à l’ouverture d’une enquête en vue d’une procédure en canonisation de Raoul et Madeleine Follereau7 ». Déjà en 1997, le président d’honneur de la Fondation RaoulFollereau, André Récipon, a rmait lors du XXe anniversaire dela disparition de Raoul Follereau son désir de voir être préparée« l’introduction de la cause de sa béati cation »8. Rappelons que les« actes de béati cation et de canonisation ont pour but de proposer enexemple au peuple chrétien le témoignage d’un des membres défuntsde l’Église et d’autoriser ou de prescrire un culte public en son honneur.Ce culte public se traduit par l’attribution d’un jour de fête au calendrieravec honneur plus ou moins solennel rendu au saint ou au bienheureuxpendant l’o ce et la messe du jour de sa fête. Il se traduit aussi par lapossibilité d’exposer des images et des reliques dans les églises9 ». Dans ces conditions, puisque la Fondation Raoul Follereau entendouvrir « une enquête en vue d’une procédure de canonisation de Raoul etMadeleine Follereau », elle ne devrait pas nous tenir rigueur de notresouhait de jouer, dans la mesure de nos humbles moyens, le rôle del’avocat du diable10. Aussi avons-nous décidé, à notre tour, de contribuer, à unemeilleure connaissance de certains aspects de « la vie, l’œuvre et lapensée de Raoul Follereau » que ce satellite de la Fondation RaoulFollereau entend « promouvoir et donner en exemple ». Initialement historique, notre démarche s’est éto ée par la suite,car nous avons découvert d’importantes anomalies relatives aufonctionnement actuel et/ou récent de la Fondation Raoul Follereau,anomalies que nous révélons également dans ce livre.7. Déclaration de création du Mouvement pour la glori cation de Raoul et MadeleineFollereau du 3 juin 2009, parue le 27 juin 2009 au Journal O ciel des Associations.http://www.journal-o ciel.gouv.fr/association/index.php?ACTION=Rechercher&HI_PAGE=1&HI_COMPTEUR=0&original_method=get&WHAT=&JTH_ID=&JAN_BD_CP=&JRE_ID=&JAN_LIEU_DECL=&JTY_ID=&JTY_WALDEC=W751200322&JTY_SIREN=&JPA_D_D=&JPA_D_F=&rechercher.x=19&rechercher.8. André Récipon, 6 décembre 1997, in Raoul Follereau (1903-1977) – Une voix quirésonne encore, éditions Fondation Raoul Follereau, 1998, page 14.9. http://www.eglise.catholique.fr/foi-et-vie-chretienne/la-vie-spirituelle/saintete-et-saints/beati cation-et-canonisation-.html.10. En droit canon, l’avocat du diable était le surnom du clerc (nommé en réalitépromoteur de la foi) chargé de présenter les objections s’opposant à la canonisationd’un catholique. Depuis 1983, ce rôle est désormais dévolu au Promoteur de Justice. p. 11
  11. 11. Fondation Raoul Follereau Cependant, avant d’entrer dans le vif du sujet, nous souhaitonsnous adresser tout particulièrement aux amis, sympathisants, salariéset donateurs de la Fondation Raoul Follereau.p. 12
  12. 12. La contre - enquête Bâtir sa maison sur le roc Nous savons que Raoul Follereau, malgré tout ce que nouspourrons écrire dans les prochaines pages, a sensibilisé des cœurs etdes esprits à certains drames de l’humanité. Nous savons qu’à l’appel de Raoul Follereau, des bonnes volontésse sont levées par milliers à travers le monde avec l’objectif sincèred’aimer leur prochain. Nous n’entendons pas contester les aspects positifs de l’œuvreréalisée, jour après jour, par les bénévoles et les salariés de bonne foide la Fondation Raoul Follereau. Nous n’entendons pas critiquer ces hommes et ces femmes qui,en France, en Afrique ou ailleurs, consacrent leur énergie à rendrenotre monde meilleur. À toutes celles et à tous ceux qui se dévouent, de bonne foi, àla di usion d’une authentique fraternité humaine, nous exprimonstout notre respect et notre entière considération. À toutes celles et à tous ceux qui s’attachent à répandre la charitéchrétienne partout où ils se trouvent, nous les assurons de notresoutien et de nos prières. Pour autant, nous estimons qu’aucun mérite, aucune gloire, nepermet de justi er ce que notre contre-enquête entend révéler. Une maison, pour durer, doit être bâtie sur le roc. Or, il apparaît que, selon nous, certains épisodes qui ont jalonnésles cinquante années que Raoul Follereau prétend avoir dédiées« au service des lépreux11 » présentent des facettes particulièrementdiscutables. Tant que « la vie, l’œuvre et la pensée » de Raoul Follereau ne serontpas, une bonne fois pour toutes, expurgées de ces scories, nul nepourra parler en son nom, de façon crédible, d’Amour et de Charité, afortiori s’il s’agit de le canoniser.11. « Cinquante années au service des lépreux : cinquante souvenirs » est le titre du livretestament écrit par Raoul Follereau à la n de sa vie et publié chez Flammarion aprèssa mort en 1977.http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb345995215/PUBLIC. p. 13
  13. 13. Fondation Raoul Follereau Cela concerne en premier lieu les dirigeants de la Fondation RaoulFollereau, qu’ils le soient devenus du fait de leurs mérites, de leursconnivences idéologiques ou de leur seule naissance12. Nous savons que nos propos risquent de susciter deschamboulements douloureux dans le cœur de ceux qui ont cru dansle message de Charité proclamé par Raoul Follereau. Certains refuseront de regarder la vérité en face et rejetterontnos arguments sans même les avoir lus. Ceux-là auront vite fait detrouver un prétexte quelconque derrière lequel mettre à l’abri leurscertitudes. À ceux là, nous dirons que « personne n’aime à être un messager demalheur » et que c’est bien l’auteur du crime qui blesse l’âme et nonle messager qui en di use la nouvelle13. Certains, dans un sens diamétralement opposé, estimeront avoirété trompés voire trahis. Ils en retireront un fort ressentiment quipourra aller jusqu’à tout rejeter d’un bloc. À ceux là, nous dirons qu’ils sont victimes avant d’être coupableset que c’est la Charité qui doit faire taire le vice, et non l’inverse. En n, les derniers, que nous espérons être les plus nombreux,regarderont avec lucidité les travers que nous dénonçons, maisresteront acquis à l’idée que l’aventure suscitée par Raoul Follereaupeut demeurer globalement positive à condition, toutefois,d’accomplir en conscience un travail d’analyse – une sorte de droitd’inventaire – qui leur permettra de reconstruire cette grandeœuvre de Charité sur des fondations renouvelées, assainies et donc,renforcées. Raoul Follereau a beaucoup parlé ; il a beaucoup agit ; il a beau-coup écrit. Sa vie est le miroir des épreuves de son temps avec sesaspérités et ses dilemmes cornéliens. Raoul Follereau n’en reste pasmoins un homme qui restera dans les mémoires. Certains de sesactes, écrits ou idées sont remarquables. Le nier serait malhonnête.Tout comme il serait malhonnête de nier le fait que certains de sesactes, écrits ou idées sont abominables.12. En 1992, André Récipon place son ls Michel à la tête de l’Association FrançaiseRaoul-Follereau (future Fondation Raoul Follereau) car il considère que lui et sesdescendants ont reçu pour héritage de poursuivre l’œuvre de Raoul Follereau (cf. infrala section Une fondation verrouillée de l’intérieur).13. Cf. les échanges entre Créon et Le Gardien dans Antigone de Sophocle.p. 14
  14. 14. La contre - enquête Notre vœu le plus cher serait que la Fondation Raoul Follereau sedote d’hommes et de femmes capables de mettre un terme dé nitifaux errements idéologiques du passé et d’embrasser leurs missionscaritatives dans la lumière, la vérité et la transparence. Ses dirigeantsactuels sont-ils de ceux-là ? Qui sait ? À Dieu, rien d’impossible. p. 15
  15. 15. Fondation Raoul Follereau Les faces cachées de Raoul Follereau Quelques mots sur la biographie d’Étienne Thévenin Nous ne pouvons pas entamer cette partie historique de notrecontre-enquête sans parler de la biographie écrite par ÉtienneThévenin, Raoul Follereau, Hier et aujourd’hui14. Elle a constitué la base de départ de nos travaux. Pour autant, notre opinion à son égard est très partagée. D’un côté, nous reconnaissons à Étienne Thévenin le mérite d’avoirété le premier historien à tenter d’aborder la vie de Raoul Follereaude façon scienti que. Nous devons dire et souligner qu’il l’a fait avecdes compétences qui sont incontestables. Il aborde donc un certain nombre d’éléments qui caractérisent« la vie, l’œuvre et la pensée » de Raoul Follereau. Certes. D’un autre côté, son traitement des informations collectéessuscite d’importantes réserves de notre part. Certaines informations,pourtant disponibles, semblent avoir été écartées. Nous regrettons notamment la multiplication de suppositionsparticulièrement atteuses mais qui, hélas, ne sont assorties d’aucuncommencement de preuve et ne sont le fruit que dune convictionpersonnelle de lauteur15. Peut-être qu’un jour, certaines de cesintuitions seront validées, mais, en attendant, leur récurrence altèreen profondeur la qualité de son travail et jette un soupçon departialité voire de courtisanerie sur sa biographie.14. Éditions Fayard, 1992.15. Raoul Follereau agent secret, Raoul Follereau conseiller du prince, Raoul Follereaurésistant, Raoul Follereau détenteur de secrets d’État mais-qu’il-n’a-jamais-pu-dévoiler,Raoul Follereau sauveur de juifs, Raoul Follereau inspirateur de tel ou tel grand nomdu XXe siècle, Raoul Follereau ceci, Raoul Follereau cela : Étienne Thévenin multiplieles conditionnels atteurs, les « peut-être » élogieux, les « sans doute » et autres« probablement » toujours favorables à son sujet …p. 16
  16. 16. La contre - enquête Nous ne sommes dailleurs pas les seuls à ressentir un malaise à lalecture de son ouvrage : « Quel dommage qu’É.Thévenin se soit laisséaussi complètement prendre aux pièges de l’hagiographie la plus naïve !Il n’y a, dans son livre, d’autres visions que celle de Follereau lui-même.(…) Il n’est de bien que français et catholique (…) on ne peut lire sansun certain malaise le palmarès des vivants, qui retient certes des critèreshumanitaires, mais aussi, de toute évidence, les critères idéologiques quisont ceux de Raoul Follereau16. » Nous regrettons également une pratique, excessive à nos yeux,du name-dropping. Par« name-dropping », nous désignons ladémarche qui consiste à tenter de faire rejaillir sur Raoul Follereaula notoriété de quelqu’un de favorablement reconnu (Abbé Pierre,Mère Térésa, etc.) à l’aide de liens, comparaisons ou analogies à lapertinence discutable. Pour l’ensemble de ces raisons, nous nous référerons souventau contenu brut de cette biographie (dates, événements, extraits,citations, etc) mais, en ce qui concerne l’analyse et l’interprétation,nous tiendrons nos propres raisonnements. Nous signalons en n à nos lecteurs avoir échangé à plusieursreprises par mail avec Étienne Thévenin. Par courtoisie, nous lui avonsproposé de réagir à nos recherches historiques au sein même de celivre. Vous trouverez sa réponse à la n de la première partie.16. Pierre Guillaume. Thévenin Étienne, Raoul Follereau, hier et aujourd’hui, VingtièmeSiècle. Revue d’histoire, 1993, vol. 37, n° 1, pp. 182-183.http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/xxs_0294-1759_1993_num_37_1_2663_t1_0182_0000_2 p. 17
  17. 17. Fondation Raoul Follereau Contexte historique de Raoul Follereau Nous l’avons déjà dit : notre contre enquête ne prétend pas êtreune leçon d’Histoire. Elle ne prétend pas non plus traiter « la vie, lapensée et l’œuvre » de Raoul Follereau de façon exhaustive. Nous entendons proposer des focus précis sur certains passagesde la vie de Raoul Follereau qui n’apparaissent pas – ou apparaissentde façon tronquée ou déformée, selon nous – dans les autres versionsde son histoire proposée par d’autres, dont la Fondation RaoulFollereau17. Néanmoins, pour aborder les aspects que nous entendonsrévéler, nous devons replacer le parcours humain et politique deRaoul Follereau dans le contexte de son époque. *** Raoul Follereau est né en 1903 dans une France secouée pardivers soubresauts. Au moins six traumatismes permettent de mieux comprendre lesévénements de cette époque de façon générale, et les choix de RaoulFollereau, en particulier. Tout d’abord, la forme républicaine du gouvernement était, enFrance et au début du XXe siècle, une conception politique nouvelledans sa concrétisation : les Ie et IIe République ne fonctionnèrentque peu de temps et, qui plus est, lors de périodes particulièrementtroublées (1792, 1848). En outre, cette forme de gouvernement étaitquasiment unique en Europe. Même en France, l’Assemblée Nationalede 1871 comptait une très confortable majorité de députés opposésà la République : les deux tiers de la représentation nationale étaientde sensibilité tantôt légitimiste, tantôt orléaniste, tantôt, dans une17. Cf. les dossiers de presse di usés chaque année à l’occasion des journées mondialesdes lépreux, les documents papier di usés massivement, les vidéos o ciellesdisponible sur Youtube, la mini-biographie « o cielle », les interviews, etc.http://www.youtube.com/watch?v=sG8nOdE1W-Uhttp://www.scribd.com/doc/49951216/FRF-Follereau-Petite-Biop. 18
  18. 18. Version limitée.La version complète chez votre libraire ou sur internet http://www.golias.fr/
  19. 19. Fondation Raoul Follereau Le maurrassien L’attachement de Raoul Follereau à la pensée de Charles Maurrasen particulier, et à celle développée dans le cadre du quotidienL’Action française en général, ne fait aucun doute. Nous abordons dès maintenant cette dimension de « la vie, l’œuvreet la pensée » de Raoul Follereau car nous estimons qu’elle constitueune grille de lecture générale et indispensable, selon nous, pourappréhender Raoul Follereau avec pertinence. « Raoul Follereau fait siennes la plupart des indignations nationalisteset antirépublicaines de L’Action française. Il est profondément imprégnéde l’œuvre, de la méthode et des concepts de Maurras. Il lit L’Actionfrançaise dont il apprécie le ton polémique, les analyses politiques, et lespages littéraires et artistiques, lesquelles sont rédigées avec le plus grandsoin. » « Maurras est indéniablement le « Maître à penser » du jeune RaoulFollereau » 19 Raoul Follereau « s’inscrit dans la mouvance de L’Action française. Ilfait siens la plupart de ses concepts20 ». Étienne Thévenin va même jusqu’à parler, concernant CharlesMaurras, d’un « père spirituel » pour Raoul Follereau21. Compte tenu de la proximité idéologique qui existe entre RaoulFollereau et Charles Maurras, il nous semble essentiel de présenter icicertaines caractéristiques du maurrassisme 22. ***19. Étienne Thévenin, op. cit. page 3020. Étienne Thévenin, op. cit. page 5221. Étienne Thévenin, op. cit. page 22322. Cf. Marie Lan Nguyen, Historique de L’Action française http://www.scribd.com/doc/22779519/Historique-de-l-Action-francaise-Marie-Lan-NguyenCf. également une analyse critique de l’œuvre de Charles Maurras par Alain de Benoisthttp://www.alaindebenoist.com/pdf/entretien_charles_maurras.pdfp. 22
  20. 20. Version limitée.La version complète chez votre libraire ou sur internet http://www.golias.fr/
  21. 21. Fondation Raoul Follereau La perte de l’innocence En septembre 1920, Raoul Follereau quitte Nevers où il est né dix-sept ans plus tôt. Il s’inscrit alors en facultés de droit et de philosophiede Paris. À cette époque, L’Action française règne en maître sur lequartier latin. Néanmoins, Raoul Follereau ne semble pas avoir étéimmédiatement sous son emprise. En e et, nous disposons du texte d’une conférence que RaoulFollereau anima à Paris, le 10 juin 1923 62 : elle s’intitule Dieu estAmour 63. Nous y découvrons un Raoul Follereau encore intact, etdont la candide innocence le rend presque touchant : sa descriptiondes révolutionnaires de 1792 portant l’« Amour-Foi » et « l’écho de laParole de Dieu » aux quatre coins de l’Europe pour sauver le Monderelève d’une lecture bien naïve de l’Histoire de France et, à ce titre,aurait pu faire défaillir Maurras le contre-révolutionnaire s’il avait étédans la salle : « Le Moyen-Âge, la noble Chevalerie, la Renaissance naissent, vivent,meurent, laissant leur œuvre féconde. Puis le souvenir des siècles s’e ace.L’orgueil renait qui paralyse les meilleurs élans. On croit trop à l’esprit, lecœur ne bat plus guère. L’injustice remonte sur le trône et cyniquementtriomphe. Alors c’est Louis XIV et ses guerres folles, c’est Louis XV et safaiblesse. Les sceptiques, ces faux croyants, sont les maîtres de l’heure.On ne croit plus. Sans l’amour, que va devenir la terre ? La vieille Europeest toute branlante et menace ruine. On le sent ; la n est proche. Alors ? Alors, un peuple se lève ; un peuple, le plus beau, le plus grand: Nous !Et nos pères se lancent à la conquête de l’amour perdu. À l’autel de laPatrie, ils cueillent leur Idéal, et leur enthousiasme allume le monde. Etque crient-ils ? « Fraternité ! » « Fraternité ! » crie la Révolution française,62. Selon l’histoire o cielle de Raoul Follereau, celle di usée par la Fondation RaoulFollereau, cette conférence aurait été tenue par Raoul Follereau, dès l’âge de 15 ans àNevers. Nous n’avons trouvé aucun document objectif de l’époque qui le prouve. Or,compte tenu de la propension de Raoul Follereau et de ses héritiers à réécrire sa vie,nous ne pouvons pas valider une telle allégation sans preuve irréfutable. En revanche,nous avons bien trouvé une trace certi ant la date de 1923 : voir Le Pionnier, juin 1923http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56010245/f963. Raoul Follereau, Dieu est Amour, Œuvres Complètes de Raoul Follereau – LesConférences, éditions Fondation Raoul Follereau, 1992, page 7p. 36
  22. 22. Version limitée.La version complète chez votre libraire ou sur internet http://www.golias.fr/
  23. 23. La contre - enquête Le réactionnaire national-catholique Nous connaissons les idées politiques de Raoul Follereau grâceaux nombreuses conférences qu’il anima dans le cadre de sa Ligued’Union latine. Deux d’entre elles ont été publiées par la Fondation RaoulFollereau en 2002 : - « Faudra-t-il arracher les cordes de la lyre » ? Cette conférence se tint à de très nombreuses reprises en France età l’étranger. Le texte dont nous disposons daterait du 6 mars 1930. - « Le sourire de la France » Cette conférence se tint pour la première fois le 2 octobre 1930.Raoul Follereau souhaitait se rendre en Amérique du Sud ; il a organisécette conférence dans le but de collecter les fonds nécessaires au nancement de son voyage 89 (et oui … déjà !). Nous rajoutons à ces deux sources documentaires une troisième :La trahison de l’intelligence. Il ne s’agit pas d’une conférence, maisd’un livre, publié en 1936 90. Il est possible que le Raoul Follereau de 1936 soit plus radicalencore que le Raoul Follereau de 1930. Néanmoins, ces trois sourcesrestent très cohérentes les unes par rapport aux autres : si le proposest plus acerbe en 1936, il est nettement présent dès 1930. Raoul Follereau diagnostique une crise d’idéal de la sociétéfrançaise :89. C’est André Récipon en personne qui l’écrit : « Raoul Follereau eut l’idée de cetteconférence avant son départ a n de recueillir les premiers fonds pour payer son voyage etpro ter du patronage pour se faire connaître et faire connaître la Jeune Académie, la Ligued’Union latine et ses idées. Il montre ainsi qu’il avait un sens profond de ce que l’on nommeaujourd’hui la communication et qu’à l’époque on nommait faire sa réclame » AndréRécipon, Œuvres complètes de Raoul Follereau – Les Conférences, éditions FondationRaoul Follereau, 1992, page 5690. Raoul Follereau lui-même reconnut l’échec éditorial de ce livre : André Réciponécrivit en 2002 « Lorsque ce livre paraît en 1936, il reçoit un accueil mitigé. Dix ans plustard, je le découvrirai dans la bibliothèque de mon beau-père, il me passionnera, et quandje lui en parlerai, Raoul Follereau me répondra que j’avais été un de ses rares lecteurs. »André Récipon, Les Livres A, op. cit. page 71 p. 43
  24. 24. Fondation Raoul Follereau « Un peuple (…) triste d’un ennui qui paraissait incurable. (…) lajeunesse ne rit plus (…) la jeunesse est pensive, agitée, inquiète. (…) ilmanque quelque chose à ces jeunes gens. (…) Ce quelque chose, c’estl’Idéal 91. » Il analyse cette crise d’idéal comme la conséquence de la laïcisationde la France et de la perte du sens de Dieu et de la Patrie : « L’homme n’aura pas, n’aura jamais de bonheur, s’il ne le chercheau dessus de lui. (…) c’est d’en haut que vient la lumière et la paix et lajoie 92. » « Dieu est une nécessité philosophique qu’on ne saurait honnêtementécarter 93.» « La Société, en se privant volontairement du secours de Dieu, estincapable, sauf par la force, de maîtriser l’individu 94. » « La science et l’humanité sont devenues des dieux nouveaux (…)des dieux civils (…) des dieux tristes, on a cru pouvoir faire un bonheurlaïque 95. » « Au nom delà science, du progrès, de l’humanité, on a arraché denos cœurs l’idée de Dieu ; on est en train de nous anesthésier l’amour dela Patrie 96. » « L’ordre de Lénine, ce Moïse rouge, était clair (…) : détruire les deuxforces qui, dans chaque individu, o rent la plus grande résistance, (…) laFOI et le PATRIOTISME 97. » 98 « Le bolchevisme s’est attaché à ruiner dans l’esprit de chacun lanotion naturelle, sainte et sacrée du patriotisme. Ainsi sont nés cepaci sme, ces objections de conscience, toutes ces idéologies pitoyableset meurtrières qui trouvèrent trop fréquemment des oreilles et des cœurscomplaisants99. »91. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 6392. Raoul Follereau, Faudra-t-il arracher les cordes de la lyre, op. cit. page 4093. Raoul Follereau, La trahison de l’intelligence, Œuvres complètes de Raoul Follereau –Les Livres A, édition Fondation Raoul Follereau, 1992, page 10694. Raoul Follereau, La trahison de l’intelligence, op. cit. page 10195. Raoul Follereau, Faudra-t-il arracher les cordes de la lyre, op. cit. page 3996. Raoul Follereau, Faudra-t-il arracher les cordes de la lyre, op. cit. page 3897. En majuscules dans le texte98. Raoul Follereau, La trahison de l’intelligence, op. cit. page 15199. Raoul Follereau, La trahison de l’intelligence, op. cit. page 152p. 44
  25. 25. La contre - enquête Raoul Follereau déplore qu’une crise de conscience moraledécoule naturellement de cette crise d’idéal : « Crise d’apathie morale, de jouissance matérielle », « l’envie de vivreet de jouir immédiatement 100. » « On est arrivé à un égoïsme cruel, à un cynisme inconscient, àdes plaisirs sans joie. Nulle part on n’a trouvé le bonheur. Parce que lebonheur est partir avec les grandes idées mortes101. » « Nous nous dressons contre toutes les anarchies mentales, contretoutes les dissolutions de mœurs aussi, notre position sera violentecontre la pornographie102. » La pornographie 103 « est, avant tout sombre, bête et stupide, bêteet bestiale et malpropre au sens physique du mot. Elle nous fait horreuret plus encore, elle nous dégoûte parce qu’elle est la plus avilissanteanarchie » 104. « Ceux qui, dans des buts de lucre, font un commerce éhonté de bassepornographie, attant pour atteindre au gros tirages les appétits les plusvifs, sèment ainsi dans les jeunes âmes les poisons abominables et fonten n à notre pays un tort immense et parfois irréparable. La position quej’occupe parmi les jeunes poètes, mes collaborateurs et mes amis, m’apermis de dénombrer les tragédies domestiques et les drames spirituelscausés par cette absinthe de voyou 105. » « Il paraît qu’on ne peut légalement rien contre ces commerçants quis’enrichissent aux dépens de la santé morale de la Patrie106. » « Notre œuvre de clarté (…) sera en même temps une œuvred’hygiène, de salubrité morale 107. »100. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 63.101. Raoul Follereau, Faudra-t-il arracher les cordes de la lyre, op. cit. page 39.102. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 72.103. Dans la bouche de Raoul Follereau, le mot pornographie n’a pas le même sensque de nos jours. À l’époque, Raoul Follereau désignait par ce terme les œuvresartistiques ou littéraires contraire aux bonnes mœurs de l’époque. Par exemple, RaoulFollereau avait été ulcéré par un livre de Victor Margueritte, La Garçonne, qui avait étéun important succès de librairie malgré des thématiques jugées licencieuses pour lescritères de l’époque.104. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 73.105. Raoul Follereau, émission radiophonique du 20 novembre 1932, in ÉtienneThévenin, op. cit. page 57.106. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 83.107. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 73. p. 45
  26. 26. Fondation Raoul Follereau Ces crises d’idéal et, subséquemment, morales « entravent ledéveloppement et l’essor de la pensée humaine » 108 : « Crise d’idéal, crise de conscience morale ont douloureusementétreint les cerveaux 109. » Face à cette situation, Raoul Follereau préconise sa solution : lalatinité. « C’est (…) un remède philosophique qui est nécessaire (…). Nouscroyons trouver ce remède (…) dans un réveil de l’esprit latin 110. » « Il y a donc possibilité certaine, en face de l’anarchie qui monte et dela dissolution des énergies et des mœurs, de recréer cet esprit latin111. » « Il est d’évidence que la latinité (…) est la suprême formule dela civilisation ; que rien, sans elle ne fut constructif, qu’elle fut la mèrenaturelle ou d’adoption des plus grands génies et que les plus grandschefs d’œuvres naquirent à son ombre112. » « Qu’on le veuille ou non, aucune autre forme d’esprit, si séduisantesoit-elle d’abord, n’a tellement bâti pour l’avenir. La plupart des thèses(et des exemples récents sont là qui nous éclairent) furent destructrices,ce qui est facile, mais ne surent point refaire la maison du bonheur113. » « Nous voulons défendre cette culture et cette civilisation à laquellela France doit sa grandeur et sa magni cence, (…) le plus pur et le plusbeau ambeau qui ait jamais brillé sur le monde114. » Pour Raoul Follereau, le retour de cet esprit latin permettra derendre à la France sa suprématie vis-à-vis des autres nations. « La France (…) trouvera en cette action latine l’occasion d’être, unefois de plus, à la tête des peuples115. » « Faire revivre l’esprit latin, (…) c’est redonner à la France un titrenouveau à la royauté spirituelle du monde 116. » Pour Raoul Follereau, la latinité, c’est avant tout l’ordre, la clartéet la discipline : « On peut, à notre sens, la dé nir [la latinité] d’un seul108. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 68109. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 85110. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 68111. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 70112. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 68113. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 68114. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 78115. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 83116. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 84p. 46
  27. 27. La contre - enquêtemot : ordre. L’ordre est sa marque dominante, son caractère essentiel. Ilest la raison d’être de sa pérennité. (…) il est aussi ce qui manque le plusau monde de l’après-guerre117. » « L’Ordre, c’est la clarté et la discipline 118. » Les produits de la latinité sont « hiérarchie, ordre, clarté et vertusmorales : désintéressement, dévouement119 ». Face à la latinité, il ne peut y avoir que l’anarchie. Entre les deux,aucun compromis n’est possible : « Il faut le dire, le répéter et le redire encore : (…) tout, au monde dela pensée, va à ces deux pôles d’attraction et se résorbe en n en ces deuxéléments naturels : l’ordre et l’anarchie120. » «Les bien-pensants sont devenus des rien-pensants. Au lieu d’êtrecharitables, ils sont devenus modérés, libéraux, comme si la véritésupportait un marchandage, un compromis ou une atténuation. Sousprétexte de concilier, ils ont déserté, ils ont renié121. » La conséquence de la tiédeur des modérés et des bien-pensants,c’est l’anarchie et donc, le bolchevisme : « La plus récente création politique née de ces erreurs et de cesmalheurs, c’est le bolchevisme122 (…) » « Ce qu’il importe donc, c’est dedonner au monde un certain nombre de principes d’ordre, de clarté etde justice qui puissent être communs (…). Sinon, on va à l’anarchie. Etl’anarchie porte aujourd’hui un nom social : le bolchevisme 123. » « Les heures qui passent aggravent et précisent le tragique dilemme oùse débat le monde : Ordre ou anarchie, civilisation ou barbarie, chrétientéou bolchevisme. Il n’est plus possible de tergiverser, d’échafauder descompromis médiocres et lâches, il faut choisir, il faut décider 124. » Raoul Follereau anticipe la future devise du régime de Vichy,Travail – Famille – Patrie (Idéal, sous la plume de Follereau) :117. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 70 ; Raoul Follereau, La trahisonde l’intelligence, op. cit. page 146.118. Raoul Follereau, La trahison de l’intelligence, op. cit. page 147.119. Raoul Follereau, La trahison de l’intelligence, op. cit. page 123.120. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 74 ; Raoul Follereau, La trahisonde l’intelligence, op. cit. page 151.121. Raoul Follereau, La trahison de l’intelligence, op. cit. page 94.122. Raoul Follereau, La trahison de l’intelligence, op. cit. page 94.123. Raoul Follereau, La trahison de l’intelligence, op. cit. page 150.124. Raoul Follereau, La trahison de l’intelligence, op. cit. page 151. p. 47
  28. 28. Fondation Raoul Follereau « Pro aris et focis : pour la famille, temple et gardienne des nations,pour le travail et toutes ses saines joies (…), pour ce que donnent, plusfort que tous les forts du monde, la Foi et l’Idéal, (…) nous vous appelonsau travail125. » Raoul Follereau dénonce les acquis de la Révolution Françaisede 1789 qui, selon lui, mènent droit au désordre et, donc, aucommunisme, cette « nouvelle géhenne 126 » : « On saisit immédiatement que notre position dé nitive, en cestrois termes, ORDRE, CLARTE, DISCIPLINE 127, est essentiellement anti-révolutionnaire128.» « Il faut battre en brèche les théories généreuses au premier abordet cruelles quant au fond, qui forment la base même de rêves tropfaciles. Les hommes ne naissent pas égaux ; ils ne le deviennent, ni ne ledemeurent129. » « La Liberté a supprimé les libertés. L’Égalité a engendré la médiocrité. La Fraternité, depuis cent cinquante ans qu’on la proclame sur lesmairies de France, a vu passer quatre révolutions, une bonne douzainede guerre, d’innombrables émeutes et grèves de toutes sortes130. » « On ne peut que sourire en songeant que c’est au nom de la libertéque fut élevée cette nouvelle géhenne [le communisme]. Et que lafameuse Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen a servi defondation à cette prison modèle131. » « Il faut le dire. Si le bolchevisme a pu parfois provoquer ses ravages,c’est qu’il a trouvé devant lui des âmes en état de moindre résistance,des âmes anémiées, énervées par un siècle de sot positivisme et dematérialisme stérile et décevant. Le bolchevisme n’est que la hyène quiachève l’agonisant pour se repaître du cadavre. Les assassins de l’hommesont de plus ancienne lignée132 . »125. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 75 ; Raoul Follereau, La trahisonde l’intelligence, op. cit. page 151.126. Terme biblique désignant un lieu de tortures et d’abominations, l’Enfer.127. En majuscules dans le texte original.128. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 72.129. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 71 ; Raoul Follereau, La trahisonde l’intelligence, op. cit. page 147.130. Raoul Follereau, La trahison de l’intelligence, op. cit. page 92.131. Raoul Follereau, La trahison de l’intelligence, op. cit. page 96.132. Raoul Follereau, La trahison de l’intelligence, op. cit. page 103.p. 48
  29. 29. La contre - enquête « (…) jamais peut-être, de plus grands dangers n’ont menacél’âme profonde des peuples. Trompés, endormis (…), les esprits ontinsensiblement dévié de la route logique et naturelle de l’Ordre. (…) Desgermes sournois, au masque de généreuses idéologies, s’y sont in ltréset fermentent gravement. Faire revivre l’esprit latin, c’est dissiper cesmiasmes et ces malaises. (…) 133 » Raoul Follereau s’oppose à la démocratie ; il considère qu’unenation doit être menée par une élite et que les poètes appartiennentà cette élite : « La nécessité d’une élite est pour une nation une question capitale.Le pays doit penser par elle, et vouloir par elle. (…) Le cerveau d’un peupleest nécessaire, mais il ne doit pas tenir le corps tout entier. Une planète depenseurs mourrait de faim 134. » « Le poète a à remplir un rôle éminent et grave, il est, en quelquesorte, et plus que tous les hommes d’action, un conducteur, un chef, unguide d’âme135. » « L’individualisme sentimental d’un Jean-Jacques Rousseau n’est passeulement une lourde utopie, mais un danger public136. » Raoul Follereau croit en la « France réelle » de Charles Maurras ;il dénonce les ennemis de l’intérieur, ces agents de l’Anti-Franceque sont les étrangers, les juifs, les protestants, les communistes, lesfrancs-maçons, etc. : « J’ai cité Freud, j’eus pu en citer d’autres. Je n’ai rien contre cetétranger, sinon qu’il est étranger, et dangereux comme tel 137. » « Les caractéristiques du Barbare ainsi dé nies sont celles de laphilosophie germanique toute entière. Le Germanisme (…) est né d’unerévolte. Il est né de l’insurrection d’un individu contre le pouvoir établi ;son père est Luther et son premier acte fut la destruction de la Bulle dupape romain. (…) L’esprit germain, né d’une révolte, ne peut vivre que dela révolte et de la violence138. »133. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 84.134. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 71 ; Raoul Follereau, La trahisonde l’intelligence, op. cit. page 106.135. Raoul Follereau, Faudra-t-il arracher les cordes de la lyre, op. cit. page 37.136. Raoul Follereau, La trahison de l’intelligence, op. cit. page 123.137. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 70.138. Raoul Follereau, La trahison de l’intelligence, op. cit. page 116. p. 49
  30. 30. Fondation Raoul Follereau « (…) admettre Luther, c’est attendre Lénine139. » « Lénine, ce Moïse140 rouge141. » Raoul Follereau conçoit l’Art comme un outil de propagande auservice d’une idéologie politique : « On sait le pouvoir inouï de di usion de ce nouveau mode d’art [lecinéma], et combien il saura être utile à une juste cause142. » « Cette œuvre d’union latine et de propagande française, nous lapoursuivrons, nous la poursuivrons par tous les moyens143. » « Nous croyons aussi que c’est par l’Art qu’on donnera le premier sensesthétique et moral à la foule144. » « Il nous [aux poètes] appartient de redonner au monde ce goût del’idéal 145. » Pour Raoul Follereau, seules comptent « non pas les pas redoublésmédiocres ou les valses faciles d’un répertoire sans art comme sans âme,mais les œuvres ayant une portée artistique et un sens moral (…)146 » L’Art, dans une acceptation conservatrice et réactionnaire, est lemoyen de régénérer le public : en matière artistique, « notre intentionpremière est de ne point rompre avec la tradition. Nous ne sommes pasrévolutionnaires et nous n’aimons pas ce mot147. » Raoul Follereau s’insurge contre les « excès cubistes, dadaïstes ouautres qui seront la risée de nos petits-enfants. « Originaux, personnels,audacieux », dit-on autour de nous. « Ignorants, ignorants, ignorants »répond déjà l’écho. Ces gens-là peignent sans savoir, sculptent sanssavoir, écrivent sans savoir, composent sans savoir. Leur prétendueaudace masque leur impuissance. (…) Que (les) parodies ridicules (de ces139. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 74.140. Nous reviendrons ultérieurement dans ce livre sur l’antisémitisme de RaoulFollereau : cf. infra la section L’antisémite.141. Raoul Follereau, La trahison de l’intelligence, op. cit. page 152.142. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 77 ; Raoul Follereau, Faudra-t-ilarracher les cordes de la lyre, op. cit. page 45.143. Raoul Follereau, Faudra-t-il arracher les cordes de la lyre, op. cit. page 49.144. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 73.145. Raoul Follereau, Faudra-t-il arracher les cordes de la lyre, op. cit. page 43.146. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 73.147. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 72 ; Raoul Follereau, Faudra-t-ilarracher les cordes de la lyre, op. cit. page 34.p. 50
  31. 31. La contre - enquêtecerveaux malades ou facétieux) aient pu – un instant – soutenir l’attentiondes hommes, causera un fou rire inextinguible à la postérité »148. « Le snobisme qui a poussé, ces dernières années surtout, tant denatures généreusement douées à produire des œuvres absconses pour lesadique plaisir de faire du neuf à tout prix et pour épater le populo est undes produits les plus répugnants de la bêtise humaine149. » « Plus de charabia, plus de jargon dit artistique. Plus de théorèmesabsurdes de pensées, tels sous le signe de Freud ou de quelque autreesprit, brillant sans doute, mais très nuisible, et qui donnent lieu à desdigressions de trois heures d’épouvantable ennui, qu’on appelle lethéâtre moderne150. » Raoul Follereau condamne avec véhémence ce qu’il considèreêtre les excès du romantisme : « Nous n’avaliserons pas ce mouvement dans son entier [leromantisme], à cause de ses excès, justement, parce que parfois le règnedu cœur a tourné au règne du vermouth cassis, parce que nous n’avonspas d’estime spéciale ni d’admiration spontanée pour les lles publiques,et que nous voulons toujours raison garder (…). De même que nousne voyons pas l’utilité première d’élever des statues aux alcooliques ouaux noceurs, nous ne tirons aucune gloire d’être poitrinaire, et fuirons,comme il convient, cette horrible dignité151. » Ouvrons au passage une courte parenthèse pour noter que cesderniers extraits n’empêchent pas Étienne Thévenin d’écrire : « Tout au long de sa vie d’écrivain et de conférencier, Raoul Follereause refusera à condamner les individus, ce sont les comportementsdémoniaques qu’il dénoncera » ou « À aucun moment, il [RaoulFollereau] ne recourt à l’insulte »152. Relevons, au passage, la quali cation de « démoniaque » donnéepar Étienne Thévenin. Pour un catholique, cet adjectif n’est pasqu’un e et de style : il désigne l’œuvre du Mal, de Lucifer et deSatan. Le point mérite un court développement car cet adjectif de148. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 67.149. Raoul Follereau, émission de radio du 20 novembre 1932, in Étienne Thévenin,op. cit. page 56.150. Raoul Follereau, Le sourire de la France, op. cit. page 70.151. Raoul Follereau, Faudra-t-il arracher les cordes de la lyre, op. cit. page 35.152. Étienne Thévenin, op. cit. page 130. p. 51
  32. 32. Fondation Raoul Follereau« démoniaque » est riche de sens et illustre bien les convictions decertains nationaux-catholiques traditionnalistes voire intégristes :comme ces gens sont intimement convaincus que la France, lle aînéede lÉglise, est la volonté du Dieu Tout Puissant, toute force contrairene peut être, inéluctablement, que démoniaque, puisquopposéeau projet de Dieu pour la France. De ce fait, tout comme Pie XI futvoué aux gémonies après quil eut condamné lAction française en1926, tout ce qui est lAnti-France ne peut être quAnti-Dieu et donc,démoniaque. Chacun appréciera. Au travers de ces quelques extraits, il est possible de constater lespoints de convergence idéologique entre Raoul Follereau et CharlesMaurras. Nous y retrouvons la même horreur des principes des Lumièresportés, entre autre, par la Révolution française et la Déclaration desDroits de l’Homme et du Citoyen de 1789, la même fascination pourla civilisation gréco-romaine porteuse d’un fantasmatique « espritlatin », la même paranoïa haineuse des « agents de l’Anti-France »soupçonnés de comploter contre la vraie France, le même rejet desidées libérales et/ou modernes, la même obsession pour l’ordre, lahiérarchie ou la discipline, toutes trois érigées en vertus cardinaleshéritées de la latinité dont la France serait lauguste héritière, etc. Raoul Follereau ressemble également à Charles Maurras parle manichéisme et la radicalité de ses convictions politiques. Toutsemble fonctionner chez lui par blocs de granit idéologiques qui nelaissent aucun espace disponible pour une opinion consensuelle oupondérée : il multiplie les propos tranchés, absolus et dé nitifs et nesemble pas imaginer que les idées qu’il combat puissent véhiculer lemoindre aspect positif 153. À l’inverse, les conceptions politiques que Raoul Follereaupromeut sont magni ées et ne semblent sou rir d’aucun défaut. ***153. Son rejet typiquement maurrassien de l’esprit germain et des penseurs anglo-saxons en est l’exemple le plus agrant. D’ailleurs, dans La trahison de l’intelligence, RaoulFollereau se montre incapable de reconnaître un seul mérite aux piliers de la cultureallemande ou anglo-saxonne : les grands auteurs étrangers ne sont favorablementcités par Raoul Follereau que lorsquils vantent la langue française ou la culture latine.p. 52
  33. 33. La contre - enquête La dimension catholique de sa doctrine suscite également biendes questions. Ainsi, le mimétisme idéologique de Raoul Follereau vis-à-vis de Charles Maurras doit être approfondi au regard, notamment,de la condamnation ponti cale de 1926. Ce point mérite toute notre attention car il semble capital pourl’aboutissement favorable des procédures de reconnaissance desainteté de Raoul Follereau. C’est pourquoi nous publions sur notresite internet (http://follereau-entre-ombre-et-lumiere.over-blog.com/) di érents documents relatifs à la condamnation ponti cale del’Action Française de 1926 : nous y trouvons de nombreux points deconvergence entre les reproches faits à la doctrine maurassienne etceux qui pourraient être faits à la doctrine de Raoul Follereau. Comment, en e et, ne pas considérer son militantisme catholique« ultra » comme un outil au service d’un projet politique lorsqu’il écrit« Dieu est une nécessité philosophique qu’on ne saurait honnêtementécarter »154. Ce choix des mots « Dieu est une nécessité philosophique »– tout à fait volontaire de la part d’un homme de lettres comme RaoulFollereau – est pour le moins intriguant : réduire Dieu à une nécessitéphilosophique est une démarche profondément utilitariste du faitreligieux et contraire à la foi chrétienne ; cela pose la question de lasincérité de la foi catholique de Raoul Follereau. Dans le même ordre d’idées, l’a rmation « La Société, en se privantvolontairement du secours de Dieu, est incapable, sauf par la force, demaîtriser l’individu 155 » présente le même travers puisquelle conduità considérer Dieu à proportion de l’utilité sociologique attendue delui. En n, le vœu « Que notre orgueil unique soit de servir en tout,partout, avec raison, avec ivresse, les destins glorieux et doux de la Patrie,et la cause sacrée des Hommes 156 » contribue également à s’interrogersur la sacralisation excessive des vertus patriotiques dans la doctrinede Raoul Follereau car il présente le risque de conduire à un amourimmodéré de la Patrie déjà dénoncé par le Pape Pie XI dès 1922. De façon générale, nous nous posons la question : dans quellemesure Raoul Follereau ne considère-t-il pas le catholicisme commenécessaire pour assurer l’Ordre, qui, selon lui, est la caractéristique dela civilisation latine ?154. Raoul Follereau, La trahison de l’intelligence, op. cit. page 106.155. Raoul Follereau, La trahison de l’intelligence, op. cit. page 101.156. Raoul Follereau, Faudra-t-il arracher les cordes de la lyre, op. cit. page 54. p. 53
  34. 34. Fondation Raoul Follereau Or, comme nous l’avons déjà vu, le Vatican a, notamment,reproché à Charles Maurras de ne considérer la religion catholiqueque de façon utilitaire, une sorte de ciment social, servant à souderune nation autour d’un idéal commun. Raoul Follereau dit-il autre chose ? Nous ne le croyons pas. Nous pensons au contraire que Raoul Follereau s’inscrit dans uneidéologie de type national-catholique dans la mesure où il entretienten permanence une étroite confusion entre Foi patriotique et Foichrétienne, confusion dans laquelle la seconde n’a vocation qu’àservir la première. « Le patriotisme est une vertu religieuse, c’est même une vertucommune à toutes les religions. Les textes sacrés sont sur ce pointincontestables, indiscutables. […] Prétendre à une opposition entre ladoctrine évangélique et les devoirs qu’on doit à la Patrie est dénaturertotalement, par égoïsme personnel, le sens élevé de la doctrinechrétienne157. » Selon le national-catholicisme français, le baptême de Clovisaurait fait de la France la lle aînée de l’Église. Héritière de SaintLouis et de Jeanne d’Arc, la France aurait été forgée par mille ans dedynastie capétienne et serait, à ce titre, chargée d’une mission divineet catholique spéci que : « Gesta Dei per Francos 158 » ! En janvier 1933, Raoul Follereau écrit : « Il faut que cette annéesoit FRANÇAISE, puisque notre pays demeure le facteur essentiel del’équilibre du monde. (…) Un jour, demain peut-être, il faudra choisir : laLATINITE ou l’ANARCHIE. Le reste est palliatif ou poison. Et, dans les joursprochains où se jouera non seulement l’avenir de notre civilisation, maisl’avenir de LA civilisation, nous devons être capables de continuer notremission : Gesta Dei per Francos159. » Quelques années plus tard, en 1943, Raoul Follereau écrit : « LaFrance est un pays prédestiné. Un pays missionnaire (…) Écoutez saintRémi baptisant Clovis : « Le royaume de France est prédestiné par Dieu157. Raoul Follereau, Éloge et vertus du patriotisme, in L’Œuvre latine, avril 1936, n°101.158. “Gesta dei per francos“ était le titre donné aux chroniques de la première croisadeécrites par l’abbé Guilbert de Nogent. Cette phrase est souvent reprise dans les milieuxultracléricaux pour exprimer le rôle particulier qui serait dévolu à la France, lle aînéede l’Église. Elle gure régulièrement dans les publications éditées par Raoul Follereau,notamment son fascicule "Ce que le monde doit à la France", largement di usé pendantla seconde guerre mondiale.159. Raoul Follereau, L’Œuvre latine, janvier 1933, in Les Appels, op. cit. page 225.p. 54
  35. 35. La contre - enquêteà la défense de l’Église de Jésus-Christ. Victorieux et prospère tant qu’ilrestera dèle à sa foi, rudement châtié toutes les fois qu’il sera in dèle àsa vocation. Il durera jusqu’à la n des temps 160 ». Étienne Thévenin con rme : « Pour lui [Raoul Follereau], la Franceest investie d’une mission dans le monde, une mission qui lui a été con éepar Dieu. Le sort de la France et celui du monde sont indissociablementliés. L’intérêt de la France est identi é à celui du monde et à celui deDieu161. » Dans cette con guration idéologique, l’Édit de Nantes, laphilosophie des Lumières, la révolution de 1789, les lois de laïcisationde 1905, etc. sont considérés comme des accidents de parcours causéscar des puissances occultes et les sociétés secrètes qui dénaturent la« vraie » France, celle que Charles Maurras quali e de « pays réel ». C’est pour cette raison que, pour Charles Maurras et Raoul Follereau,tout ce qui éloigne la France de sa vocation mystique doit êtrebanni : il s’agit des fameux agents de l’Anti-France. Par Anti-France,il faut comprendre toutes celles et tous ceux qui complotent contrecette France catholique, lle aînée de l’Église et empêchent cettedernière de se consacrer à sa « vraie » mission, sa mission divine. Les Protocoles des Sages de Sion, dont nous parlerons plus tard dansce livre, est une des variantes – une des plus connues, en tout cas – dece supposé complot contre la civilisation française et chrétienne. Dans ce cadre, la création, en 1927, de la Ligue de l’Union latinechargée de « défendre la civilisation chrétienne contre tous lespaganismes et toutes les barbaries » et d’« unir et fédérer les éliteslatines pour la défense et la gloire de leur civilisation » prend unesigni cation toute di érente que la simple vocation culturelle quela Fondation Raoul Follereau lui reconnaît aujourd’hui : derrière desmots apparemment positifs, se cache en réalité un homme qui esten croisade morale et politique, dans une guerre implicite qui neporte pas son nom et dans laquelle la civilisation latine est attaquéesubrepticement par des forces occultes et des sociétés secrètes. Ses armes sont doubles. D’un côté, Raoul Follereau dénonceexplicitement les ennemis de la « vraie » France (essentiellement lafranc-maçonnerie et le communisme, mais aussi, de façon plus subtile,160. Raoul Follereau, Paroles de France, février 1943, in Étienne Thévenin, op. cit.page 156.161. Étienne Thévenin, op. cit. page 159. p. 55
  36. 36. Fondation Raoul Follereaules juifs ou les catholiques modérés). De l’autre, Raoul Follereauhonore et promeut autant qu’il peut les missionnaires catholiquesfrançais qui incarnent à ses yeux le « vrai visage de la France 162 ». Mais il les promeut en tant que représentants nationaux duneFrance catholique et non en tant que catholiques. Pour preuve, siRaoul Follereau vantent régulièrement les ordres religieux catholiquesfrançais, jamais, sur la période qui nous intéresse 1927-1943, il ne citedœuvres catholiques étrangères. Deux anecdotes permettent dillustrer cette a rmation : parexemple, quelques années plus tard, dans ses récits de voyages autourdu monde, Raoul Follereau racontera son ravissement d’entendre despetits africains chanter des chants profanes en français. Nous sommescertains qu’il n’aurait pas exprimé le même ravissement si ces petitsafricains avaient chanté la gloire de Dieu mais dans leur proprelangue : pour Raoul Follereau, les religieux missionnaires français ontdavantage pour mérite de faire aimer la France chrétienne que defaire aimer Dieu. Autre exemple, lorsque Raoul Follereau participe en 1956 àune conférence retranscrite dans un livre intitulé Patrie française etprincipes chrétiens, il entame son intervention de la façon suivante :« Un petit bled perdu dans un coin de l’Afrique. Tellement perdu que j’enai oublié le nom. Nous nous étions arrêtés, histoire de refroidir un peu lemoteur. Nous étions juste devant le presbytère. (…) Allons dire bonjourau curé ! Le curé est ici un prêtre indigène. Nous frappons. Nous entrons.Très occupé, il ne nous a pas entendu venir. Il est penché sur desdocuments, brochures, photos qu’il contemple avec une évidente joie.Nous avons maintenant l’impression d’être indiscrets et ne savons plusquelle contenance prendre. Je tousse un peu… Il se retourne, surprispuis souriant. En se retournant, il fait tomber quelques photos. Je meprécipite pour les ramasser : Lourdes, Lourdes encore, puis Lisieux, puisNotre-Dame de Paris. Et puis Lourdes à nouveau. Je lève les yeux, ému. — Je regardais la France, me dit-il simplement 163. »162. Expression fréquemment utilisée par Raoul Follereau qu’il convient de relier auconcept du « pays réel » cher à Charles Maurras.163. Association universelle des amis de Jeanne d’Arc, Patrie Française et principeschrétiens, Nouvelles éditions latines, 1956.http://books.google.fr/books?id=TSZ5nv92YOYC&lpg=PA97&dq=follereau&pg=PA97p. 56
  37. 37. La contre - enquête Cette anecdote n’a rien d’anodin. Bien au contraire, elle est 164extrêmement révélatrice : dans la narration de Raoul Follereau, cen’est pas la Sainte Vierge ou Dieu ou le Saint Sacrement que le prêtrevénère mais la France. Nous disposons là d’une illustration de cedétournement systématique auquel se livre Raoul Follereau : Lisieux,Notre Dame de Paris ou Lourdes, autrement dit, les hauts lieux de lareligion catholique en France, sont les moyens de glori er la France. Raoul Follereau a très probablement la Foi. Mais il s’agit d’une Foi patriotique dans laquelle la religioncatholique est instrumentalisée au service de sa vision de la France.#v=onepage&q=follereau&f=falseNous pouvons di cilement ne pas relever quelques éléments d’information sur cetouvrage édité en 1956 qui mériterait probablement une section entière de notre livre.Ici encore, à l’instar de nombreux documents révélés dans nos pages, la proximitéde Raoul Follereau avec certaines personnalités de la droite dite nationale estincontestable.L’association universelle des amis de Jeanne d’Arc fut fondée en 1953 par Pierre Virion,un journaliste de sensibilité catholique traditionaliste proche des milieux nationalisteset par le général Weygand qui fut entre 1940 et 1942 le bras droit du Maréchal Pétain.Alors qu’il était Délégué général en Algérie française n 1940, le général Weygandn’hésita pas, avec le soutien du recteur d’Alger Georges Hardy, à aller plus loin que laloi sur le statut des Juifs en excluant, sans aucune base légale, donc, les enfants juifsdes écoles et des lycées d’Algérie. En 1951, le général Weygand soutient la création del’ADMP (association pour défendre la mémoire du Maréchal Pétain) qui entend obtenirla révision du procès de 1945.Le livre Patrie Française et principes chrétiens, quant à lui, est édité par les NouvellesÉditions Latines, société d’édition proche des milieux d’extrême-droite dont lefondateur, Fernand Sorlot fut un proche de L’Action Française entre les deux guerres.Son comportement sous l’Occupation lui vaudra d’ailleurs d’être condamné à vingtans d’indignité nationale et à la con scation de ses biens.Parmi les autres co-auteurs de ce livre, outre Raoul Follereau, nous retrouvons legénéral Weygand, ainsi que Georges Hardy, déjà cités ci-dessus pour leur rôle en 1940en Algérie contre les enfants juifs, mais aussi Léon Bérard, ambassadeur du régime deVichy au Vatican ou encore Marcel Clément, éditeur ultramontain du journal catholiqueL’Homme nouveau, très marqué à droite.En avril 2011, l’Association universelle des amis de Jeanne était représentée au 4èmeCongrès nationaliste aux côtés de divers auteurs ou mouvements d’extrême-droite,dont Rivarol, Civitas, Renouveau français, l’ADMP déjà citée ci-dessus, le GUD, Présent,le Parti de la France, etc.164. Est-elle seulement véridique ou n’est-elle qu’un stratagème de conférencierpour mieux attirer l’attention de son auditoire ? Nul ne le saura jamais. Cependant,comme nous le verrons plus tard dans ce livre (cf. infra la section Le Faussaire de sapropre histoire) Raoul Follereau ne s’embarrassait pas de la vérité : conformément aumot d’ordre typiquement maurrassien « Par tous moyens ! », il usait de tous ses talentsd’auteur-orateur-comédien pour faire passer ses idées. p. 57
  38. 38. Fondation Raoul Follereau Au service de l’Internationale fasciste Cette pensée politique amène Raoul Follereau à devenir le hérautd’une cléricale-latinité à la française. D’ailleurs, Henry Coston, célèbrehitlérophile et antisémite professionnel dont nous parlerons pluslonguement ci-après, parlera de son « ami » Follereau 165 comme du« champion, en France, de la latinité 166 ». Cependant, l’action de Raoul Follereau ne va pas se limiterau territoire national. Grâce à ses réseaux (notamment l’Alliancefrançaise), Raoul Follereau va multiplier les déplacements, en Europeet en Amérique du Sud, pour l’essentiel (citons l’Égypte ou le Liban,également). Ce sera l’occasion pour lui d’exprimer sa sympathie, sonsoutien et parfois son aide à la plupart des leaders fascisants desannées trente. Le premier d’entre eux fut certainement son mentor en politique,l’inventeur du fascisme, le Duce italien Benito Mussolini : « L’Action française voyait [dans l’Italie fasciste de Benito Mussolini]toutes les idées qu’elle défendait mises en place par le régime dès lesannées vingt : lutte contre le communisme, le parlementarisme, lesyndicalisme, l’individualisme avec, en plus, la bénédiction du pape etl’assentiment du roi 167. » Ouvrons ici une parenthèse pour souligner le fait que parlerde bénédiction du pape du régime fasciste italien ici est bienévidemment une interprétation très personnelle de lhistoire de lapapauté. Étienne Thévenin fait probablement allusion aux accordsdu Latran du 11 février 1929 mais les relations entre Mussolini etle Vatican se tendront très rapidement et les points de con it aveclautorité ponti cale furent nombreux.165. Cf. infra la section L’ami d’Henry Coston.166. Henry Coston, Dictionnaire de la vie politique française, 2000, page 465http://www.scribd.com/doc/34079407/Dictionnaire-de-la-politique-francaise-ed-2000-Henry-Coston167. David Mataix, L’Europe des Révolutions Nationales, 1940-1942 : l’impossible unionlatine, édition L’Harmattan, 2006, page 294h t t p : / / b o o k s . g o o g l e . f r / b o o k s ? i d = f 0 j s A r O N s c o C & l p g = PA 4 3 & o t s = l y sD-iyYXt&dq=»Comité d’Action pour l’Universalité de Rome»&pg=PA2 -v=onepage&q=maurras&f=falsep. 58
  39. 39. Version limitée.La version complète chez votre libraire ou sur internet http://www.golias.fr/
  40. 40. Fondation Raoul Follereau L’antisémite Sur ce point, nous devons mentionner l’avis d’Étienne Thévenin :« On peut remarquer qu’à aucun moment, dans ses écrits, Raoul Follereaune verse dans l’antisémitisme. Ses sentiments chrétiens le préserventde tels égarements 209. » Par la suite, il réitère plusieurs fois la mêmea rmation 210. Tout d’abord, nous apprécions à sa juste valeur la précision « dansses écrits » qui laisse supposer bien des choses quand on sait queRaoul Follereau fut surtout un conférencier. Concernant les écrits, justement, dont nous disposons, et ensupposant que les œuvres complètes de Raoul Follereau publiéespar la Fondation Raoul Follereau en 2002 soient e ectivementcomplètes 211 nous avons malgré tout identi é les preuves d’un réelantisémitisme chez Raoul Follereau. Encore faut-il savoir parfois lire entre les lignes, autrement dit,débusquer les insinuations et les clins d’œil qui, sans être forcémentexplicites, sont parfaitement compréhensibles par ceux auxquels ilss’adressent. Par exemple, dans son livre La trahison de l’intelligence, publié en1936, Raoul Follereau écrit : « L’ordre de Lénine, ce Moïse rouge, était clair 212 . (…) » L’association des noms Lénine et Moïse, qui plus est quali é de lacouleur rouge, est une allusion claire à la théorie du complot judéo-bolchevique selon laquelle la révolution russe de 1917 aurait étémanigancée par les israélites dans le but d’accéder au commandementdu monde. Cette association de Lénine avec Moïse n’est pas nouvelle.Elle a notamment été employée par le nazi allemand Dietrich Eckart,compagnon d’infortune d’Adolf Hitler lors de son putsch raté deMunich en 1923 et auteur d’un livre dont le titre laisse peu de doutessur son contenu : Le bolchevisme de Moïse à Lénine.209. Étienne Thévenin, op. cit. pages 133.210. Étienne Thévenin, op. cit. pages 152, 153 et 154.211. Nous avons déjà vu ci-dessus qu’il n’en est rien : cf. supra la section Au service del’Internationale fasciste.212. Raoul Follereau, La trahison de l’intelligence, op. cit. page 151.p. 68
  41. 41. Version limitée.La version complète chez votre libraire ou sur internet http://www.golias.fr/
  42. 42. Fondation Raoul Follereau L’ami d’Henry Coston Avec Henry Coston, nous changeons de catégorie pour passer à lacatégorie « antisémite poids lourd ». Henry Coston, un « des théoriciens les plus connus del’antisémitisme 247 », ne dispose pas des mêmes capacitésintellectuelles de Maurras et il va le prouver dans le journal La LibreParole qu’il relance en 1930. Il su t de jeter un simple coup d’œil surles premières de couverture pour s’en convaincre 248. « La Libre Parole, le célèbre journal fondé par Édouard Drumont en1892, avait disparu en 1924 ; il fut ressuscité une première fois en 1928-1929, sans grand succès, puis une seconde fois en 1930 par Henry Costonqui réussit à maintenir cette feuille en vie jusqu’à la veille de la guerre ;Coston rassembla autour de lui de nombreuses signatures connues dansle monde de l’antisémitisme, notamment celles de Jacques Ploncard,Jean Drault, Henri-Robert Petit, Albert Monniot, Mathieu Degeilh, LouisTournayre, Jacques Ditte (…) 249. » Un peu plus tard, en 1938, La Libre Parole sera quali ée de « feuillenéo-hitlérienne » par le quotidien L’Aube 250. À partir de 1936, La Libre Parole est éditée par le Centre deDocumentation et de Propagande fondé par Henri-Robert Petit etspécialisé dans les publications d’une violence antisémite extrême. « Le centre de documentation et de propagande créé au début de1936 par Henri-Robert Petit, imprima de nombreux documents danslesquels les Juifs étaient attaqués sous les formes les plus diverses(…) dans la seule année 1936 un total de 1.800.000 tracts, 425.000247. Ralph Schor, L’antisémitisme en France dans l’entre-deux-guerres : prélude à Vichy,Éditions Complexe page 35http://books.google.fr/books?id=PbvpzzZgprgC&printsec=frontcover -v=onepage&q&f=false248. Cf. le site (apparemment) antisémite Wawa Conspihttp://www.the-savoisien.com/wawa-conspi/viewtopic.php?pid=294249. Ralph Schor, op. cit. page 33http://books.google.fr/books?id=PbvpzzZgprgC&printsec=frontcover -v=onepage&q&f=false250. L’Aube 25 mai 1938 in Ralph Schor, Dossier Philosémites chrétiens – Présentation,Archives Juives 1/2007 (Vol. 40), p. 4-13,http:/www.cairn.info/revue-archives-juives-2007-1-page-4.htmp. 78
  43. 43. Version limitée.La version complète chez votre libraire ou sur internet http://www.golias.fr/
  44. 44. La contre - enquête Antisémite ? Synthèse et discussion En synthèse de ces dernières sections, nous ne pouvons queressentir un profond malaise. : cet homme que la Fondation RaoulFollereau entend faire canoniser, cette homme dont Étienne Thévenina rme que les sentiments chrétiens préservent de tels égarements,cet homme qui, par la suite, prétendra avoir consacré toute sa viepour les lépreux, cet homme fut, en réalité, un acteur et un complicede lhystérie antisémite des années les plus sombres de lhistoire deFrance Ses écrits, sa contribution aux activités de La Libre Parole dontnous venons d’exposer quelques extraits explicites, la participationen qualité de conférencier à au moins une réunion du Centre deDocumentation et de Propagande d’Henri-Robert Petit, le lien amicalavec Henry Coston, les tournées de conférences en Algérie avecles groupuscules Unions latines, Amitiés latines et autres RNAS, sespropos explicitement antisémites tenus à Tiaret 281 sur le complotjudéo-bolchevique, sa citoyenneté d’honneur de la ville de Sidi-Bel-Abbès, réputée être un « petit Berlin », dont le maire, a lié au PPF, etune majeure partie du conseil municipal sont des membres actifs dela Ligue d’Union latine, tous ces éléments réunis forgent notre intimeconviction selon laquelle Raoul Follereau a, avec tout le talent dont ildisposait, contribué à un antisémitisme particulièrement radical. Qui plus est, et ce point mérite dêtre souligné, Raoul Follereaun’a jamais ni rejeté ni condamné, même longtemps après la guerre,ces idéologies nauséabondes. Au contraire, comme nous l’avonsdéjà vu, il a préféré faire graver deux vers de Charles Maurras sur satombe. 282 Nous souhaitons apporter deux précisions à notre propos. En premier lieu, Étienne Thévenin indique que Madame Rougier 283lui aurait con é que Raoul Follereau aurait aidé quelques juifs281. et probablement pas qu’à Tiaret …282. Cf. supra la section Le maurrassien283. Nous devons préciser que Madame Rougier est l’épouse de Louis Rougier,universitaire français, fervent soutien du maréchal Pétain et du régime de Vichy. Il seranotamment membre directeur de l’Association pour Défendre la Mémoire du MaréchalPétain dès 1951. p. 87
  45. 45. Version limitée.La version complète chez votre libraire ou sur internet http://www.golias.fr/
  46. 46. Fondation Raoul Follereau Le marchand du temple Nous abordons maintenant une facette des relations entre RaoulFollereau et Charles de Foucauld. Nous allons exposer dans quelles circonstances Raoul Follereaua été quali é de « marchand du temple » et d « a airiste » par LouisMassignon. Fin 1936, Raoul Follereau franchit une nouvelle étape essentielle :il découvre à ce moment-là Charles de Foucauld lors d’un pèlerinagesur les traces du frère universel et y retrouve tous les fondamentauxpolitiques et religieux qui lui paraissent essentiels. Raoul Follereau décide alors d’utiliser le nom et l’image de Charlesde Foucauld pour promouvoir ses idées. Procédons tout d’abord à quelques rapides rappels sur sa vie. Charles de Foucauld est un missionnaire catholique françaisassassiné en 1916 au n fond du désert algérien. Sa vie se caractérisenotamment par une conversion personnelle radicale, passant d’unevie de luxe et de débauche à une vie quasi érémitique au milieu dupeuple touareg. Mais Charles de Foucauld est également un ancien o cier del’armée française qui a gardé de forts liens avec ses anciens frèresd’armes. C’est aussi un patriote fervent qui a pu écrire ou tenir despropos ambigus287. C’est à cause de cette dualité de visage que les catholiques se sontdivisés, dès l’entre-deux-guerres, quant à l’interprétation de l’œuvrede Charles de Foucauld. Certains membres du clergé catholique français ont cru pouvoirreconnaître en Charles de Foucauld un représentant modèle de laFrance conquérante, nationaliste et colonialiste. Raoul Follereau vas’engou rer dans cette brèche. Il est en e et convaincu de retrouveren Charles de Foucauld les fondamentaux nationaux-catholiques287. Jean-Marie Müller, Lettre ouverte aux amis de Charles de Foucauldhttp://www.non-violence-mp.org/muller/lettreouverte.htmp. 90
  47. 47. Version limitée.La version complète chez votre libraire ou sur internet http://www.golias.fr/
  48. 48. La contre - enquête Le propagandiste au service du régime de Vichy Avec l’avènement du maréchal Pétain, le 10 juillet 1940, lessympathisants de L’Action française vont se scinder en plusieurstendances. Certains, minoritaires, considèrent que le salut de la France nepeut plus passer que par de Gaulle : ils entrent alors, souvent très tôt,dans la dissidence gaulliste306. Les autres font primer leur sens de l’obéissance et privilégie lasolution Pétain. Cependant, au sein de ceux-là, plusieurs sous tendances sedessinent : certains rejoindront la Résistance un peu plus tard soitpar déception vis-à-vis de Pétain, soit par opportunisme, certainsautres, à l’inverse, basculeront dans l’ultra collaborationnisme. Entreces deux courants, un troisième courant incarné par Charles Maurrasen personne s’en tient à une règle stricte : la France, toute la France,rien que la France, toute autre solution étant à proscrire car elle vientde l’étranger (alliés dans un cas, allemands dans l’autre). Charles Maurras, nous l’avons vu précédemment 307, ne veut nides Allemands, ni des alliés et encore moins des gaullistes. CharlesMaurras croit dans le redressement moral de la France (de « sa »France) sous les e ets conjugués de la Révolution nationale et d’unestricte collaboration, dans l’esprit de l’armistice, avec l’Allemagnevictorieuse. Raoul Follereau s’inscrit dans cette logique également. « Maurras préconise le repli sur la seule France a n de la renouveler et la soustraire à toute in uence extérieure. (…) Comme Maurras, Follereau considère de Gaulle comme un dissident et le drame de Mers el-Kébir le rend plus anglophobe que jamais 308. »306. Ce qui aurait fait dire au général de Gaulle : « À Londres, je n’ai trouvé que lasynagogue et la Cagoule », faisant allusion aux juifs et aux dissidents de l’Actionfrançaise du CSAR qui l’avaient rejoint dès l’été 1940.307. Cf. supra la section Le Maurrassien.308. Étienne Thévenin, op. cit. page 154. p. 101 p. 101
  49. 49. Fondation Raoul Follereau Raoul Follereau voue pour le maréchal Pétain une admiration quin’est pas nouvelle : en 1937, déjà, Raoul Follereau vantait dans sonnuméro de mai de L’Œuvre latine son « prestige », son « autorité » et sa« gloire universelle ». À propos des cérémonies de couronnement du roi Georges VI« un homme seul eut pu représenter tout le pays [la France], il avait leprestige nécessaire, une autorité, une gloire universelle. Seul le maréchalPétain eut été digne de symboliser la France au cours d’une tellecérémonie » 309. En juin 1940, « l’arrivée au pouvoir du maréchal Pétain bouleverseles perspectives de la vie nationale et Raoul Follereau fonde sur lui de trèsgrands espoirs »310. « Tous les combats du Raoul Follereau des années trente semblaientperdus en juin 1940, mais l’arrivée au pouvoir du maréchal Pétainbouleverse tout 311. » Pour Raoul Follereau, le maréchal Pétain « est l’homme providentielqui gomme la période 1789-1940, (…) le sauveur envoyé à la France auxyeux que ceux qui depuis des années rêvaient de héros et de personnagesexemplaires et fustigeaient la IIIe République » 312. Le 10 juillet 1940, date à laquelle les parlementaires françaisréunis à Vichy accordent les pleins pouvoirs à Philippe Pétain,Raoul Follereau s’y trouve également. Est-ce étonnant ? Depuis le1er juillet, Vichy est « subitement investie par les plus hautes autorités dela République, anquées de hauts fonctionnaires, bientôt suivis par unenuée de journalistes, de quémandeurs, d’ambitieux et d’aventuriers ». 313 Cela a-t-il porté ses fruits ? Étienne Thévenin a rme que lemaréchal Pétain lui aurait fait des propositions de postes, dont unimportant, mais que Raoul Follereau les aurait déclinées, souhaitantœuvrer autrement en faveur de la « renaissance morale de laFrance »314.309. Étienne Thévenin, op. cit. page 152.310. Étienne Thévenin, op. cit. page 150.311. Étienne Thévenin, op. cit. page 151.312. Étienne Thévenin, op. cit. page 151.313. Christian Brosio, La IIIème République sombre à Vichy, Valeurs Actuelles, 8 juillet2010http://www.valeursactuelles.com/histoire/actualités/iiie-république-sombre-à-vichy20100708.html314. Étienne Thévenin, op. cit. page 152.p. 102
  50. 50. La contre - enquête Qu’en est-il exactement ? Di cile de le savoir faute d’avoir accèsaux sources de l’époque. Néanmoins, une source démontre que Raoul Follereau ne s’estpas autant tenu à l’écart des arcanes du pouvoir que Thévenin veutbien le dire. Une vidéo de l’époque, sans son, montre Raoul Follereauà Vichy, durant l’été 1940, avec des diplomates sud-américains. Ladescription écrite des images est en anglais : « 811 H (04:31:38): Vichy, (with Leblay camera) Meeting of thediplomatic envoys of the Latin states of South America in Vichy, as theywatch the developments of the political situation. There was a strongfeeling that the Latin states in South America and Europe might playan important part when peace conditions were discussed. LS, interior,meeting, from left to right : Brazilian Minister Gonzales-Videla ; MexicanMinister Luis Rodriguez ; Brazilian Ambassador L.M. de Souza-Dantas,who presided over the meeting ; Argentine Ambassador Miguel AngelCarcano; Uruguay Minister Cesar Guttierez. Same listening to RaoulFollereau, President of the League of Latin Union, who exposed theFrench point of view. 04:32:44 LS, ministers and ambassadors walkingdown the street, arriving at the meeting at a villa on Blvd. des États-Unis. The men entering and exiting the villa. Scene repeats with RaoulFollereau arriving and entering the building with the other men 315. » Raoul Follereau semble donc avoir joué un rôle, pro tantprobablement de ses contacts avec les ambassadeurs sud-américainspour « présenter le point de vue français » sur les conditions de la paix.Nous n’en savons malheureusement pas davantage, il nous est doncdi cile d’être a rmatif dans un sens ou dans un autre. Quoiqu’il ensoit, la question de la participation o cielle de Raoul Follereau aurégime de Vichy ne nous paraît pas aussi dé nitivement close. Ce dont nous sommes certains, en revanche, c’est que, sitôtdémobilisé, après l’armistice, Raoul Follereau continue d’exercer, dès1940, le métier qui est le sien : conférencier. « Il multiplie les conférences dans les communes de toute taille. (…)Raoul Follereau parle de la France, de ses héros, de la reconstruction àmener. Il développe les thèmes moraux de la Révolution nationale 316. »315. United States Holocaust Memorial Museum, www.ushmmm.orghttp://resources.ushmm.org/film/display/main.php?search=simple&dquery=Tape+Number%3A+2385&cache_file=uia_fzZEqs&total_recs=6&page_len=25&page=1&rec=6& le_num=3465316. Étienne Thévenin, op. cit. page 155. p. 103
  51. 51. Fondation Raoul Follereau Les extraits de Paroles de France que nous avons reproduits ci-aprèspermette de saisir la fréquence des conférences que Raoul Follereauanime pour di user ses convictions sur sa « véritable France ». Cettefastidieuse liste des villes et villages honorés du passage de RaoulFollereau pendant la période 1940-1944 nous permet néanmoins dedémentir un des mythes que Raoul Follereau s’est créé : il aurait été,dès juillet 1940, «traqué» par la Gestapo. Ainsi, Étienne Thévenin écrit qu’en juillet 1940 « Raoul Follereauapprend (…) que les Allemands ont posé les scellés à la porte de sondomicile et qu’ils le recherchent »317. Pour accréditer cette thèse, les di érents biographes de RaoulFollereau soulignent la tonalité germanophobe d’un article qu’auraitécrit Raoul Follereau en d’avril 1939 dans lequel Hitler était quali éd’Antéchrist. Étienne Thévenin excelle dans l’art de la dramatisation : en 1942,« Raoul Follereau se sent menacé des Allemands, et pas seulement àcause de ses textes d’avant guerre. Il lui faut trouver un refuge encoreplus sûr que les précédents. Il est désormais hébergé, avec son épouse,par les sœurs de Notre-Dame-des-Apôtres à Vénissieux »318. Étienne Thévenin va même jusqu’à avancer ce motif pour justi erle soi-disant peu de documents disponibles sur les années 1920 et1930 de Raoul Follereau :« La documentation pour la période de l’entre-deux-guerres est limitée etfragmentaire, Raoul Follereau ayant dû se protéger des Allemands 319. » Il faudra nous expliquer comment un homme qui doit se cachercar il se sent menacé peut, en même temps, parcourir villes et villagesde la France libre pour y prononcer des conférences publiques quifont l’objet d’annonces et de publicités diverses plusieurs semainesauparavant. Si nous comptons les seules conférences annoncées publique-ment dans Paroles de France, Raoul Follereau anime, toujours en zonelibre ou en Afrique du Nord, a minima : - au moins douze conférences en métropole entre juillet et n novembre 1940 ;317. Étienne Thévenin, op. cit. page 150.318. Étienne Thévenin, op. cit. page 164.319. Étienne Thévenin, op. cit. page 597.p. 104
  52. 52. La contre - enquête - au moins neuf conférences en métropole pendant la première quinzaine de décembre 1940 ; - plus de quatre-vingt-dix conférences en Afrique du Nord entre le 15 décembre et le mois d’avril 1941 (il y retourne en 1942 pour de très nombreuses conférences, mais nous ne disposons pas du chi re précis) ; - au moins vingt conférences en Rhône-Alpes pour le seul mois de mai 1942 ; - au moins quinze conférences en Rhône-Alpes au mois de juin 1942 ; - au moins dix-neuf conférences dans le sud de la France, en octobre 1942 ; - autant, en novembre 1942, dans toute la France du sud-est ; - au moins onze conférences en février 1943 entre la région centre et les Pyrénées ; - en juin 1943, Paroles de France célèbre la trentième conférence au pro t des lépreux d’Adzopé depuis la première d’Annecy du 15 avril 1943. Soit plus de 225 conférences dans des villes de toutes tailles. Il est à noter que l’invasion de la zone libre, en novembre 1942, nechange rien dans ses habitudes de conférencier. Qui peut croire qu’unhomme soi-disant traqué puisse parcourir aussi librement la Francelibre pour y tenir des conférences publiques annoncées à grand renfortde presse ? Il y a là un paradoxe insoluble qui nous amène à penserque la thèse de l’homme « traqué » est particulièrement fantaisiste ;mais il est bien évidemment plus opportun, lorsqu’on veut valoriserquelqu’un, de monter en épingle un article hitlerophobe à grandsrenforts de sous-entendus (« pas seulement à cause de ses textes d’avantguerre »), que de s’étendre sur la propagande cléricale-fasciste, puisvichyste, à laquelle se livre, depuis 1927, Raoul Follereau. Revenons à ses conférences, Ce que le monde doit à la France,notamment. Grâce à elles, Raoul Follereau entreprend derehausser l’image de la France dans les yeux et dans le cœur deses contemporains. Telle est, en tout cas, la vision o cielle portée,notamment, par André Récipon. Mais, est-ce réellement la nalitépoursuivie par Raoul Follereau ? *** p. 105
  53. 53. Fondation Raoul Follereau Pour bien comprendre quelle fut la démarche de Raoul Follereau,nous devons la recontextualiser et revenir aux fondamentaux durégime de Vichy. C’est ainsi que nous comprendrons mieux le sensprofond de ses initiatives. Pour le maréchal Pétain, ce n’est pas la guerre qui a causél’e ondrement de la France. La guerre n’est que le symptôme d’unmal qui est bien plus profond. Il l’a rme sans détours dans sesdiscours radiodi usés dès le 25 juin 1940 : « Notre défaite est venue de nos relâchements. L’esprit de jouissancedétruit ce que l’esprit de sacri ce a édi é. C’est à un redressementintellectuel et moral que, d’abord, je vous convie. » « Le désastre n’est (...) que le re et, sur le plan militaire, des faiblesseset des tares de l’ancien régime politique. » Des propos du même ordre sont repris dans le discours programmedu 11 octobre 1940. Dans l’idéologie vichyste, la débâcle de 1940 est la conséquencedirecte d’un siècle et demi de délitements moraux et spirituels causéspar la Révolution française de 1789. Raoul Follereau ne pense pas à autre chose, lorsqu’il écrit, en1943 : « Le royaume de France est prédestiné par Dieu à la dÀeure‘

×