« Are we a brain in a head » ?

Reformulation du problème posé par Hilary Putnam à
l’aube des neurosciences.
Noé Gross
Dan...
question qu’il s’agit alors de poser est de savoir si nous pourrions, étant des cerveaux dans
une cuve, penser réellement ...
La question ne serait plus « sommes nous ce cerveau dans une tête » mais « sommes nous
cette situation », cette histoire d...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Are we a_brain_in_a_head__-libre

142 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
142
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Are we a_brain_in_a_head__-libre

  1. 1. « Are we a brain in a head » ?
 Reformulation du problème posé par Hilary Putnam à l’aube des neurosciences. Noé Gross Dans son article « Neuroethics : the practical and the philosophical », Martha J.Farrah discute les implications éthiques des neurosciences, ce qu’on appel la neuroéthique, en distinguant les enjeux pratiques et philosophiques. Ce qui m’intéresse particulièrement ici, c’est quand elle explique entre autres comment des traits psychologiques peuvent trouver des corrélas neuronaux avec l’imagerie cérébrale, ce qui pose la question de : si mon action est déterminé par une fonction de mon cerveau, suis- je dés lors juste un corps conçu comme machine, une machine simple, ou y a-t-il quelque chose comme l’esprit qui existerait et que ne pourrait pas être expliqué en termes neuronales, en termes chimiques, mais qui devrait être expliqué en terme spirituel et où la science n’aurait plus grand chose à faire. Déjà le classique dualisme entre le corps, matériel, et l’esprit, l’âme, immatérielle, a indubitablement perdu beaucoup de terrain, et l’étape suivante serait de dire que finalement l’esprit est en définitive une manifestation de l’activité de mon cerveau. C’est l’approche matérialiste la plus répandue aujourd’hui. Nous serions un corps matériel qui serait une sorte de machine complexe, une machine dirigé par le cerveau. Les neurosciences tendent ainsi à tout expliquer en termes de neurones. On voit ici apparaître la problématique du déterminisme biologique, le déterminisme neuronal. Si on peut tout expliquer en termes de neurones, alors l’identité est analysable en termes neuronales, je ne suis rien d’autres que mes neurones. La question n’est plus alors la fameuse expérience de pensée de Putnam : « are we a brain in a vat ? » « sommes-nous des cerveaux dans une cuve ? » mais elle est transformée en « are we a brain in a head ? » « sommes-nous des cerveaux dans une tête ? ». Suis-je ce cerveau, ces neurones qui interagissent dans ma tête et qui commandent au corps d’agir de telles manières ? Selon l’approche scientifique, la perspective matérialiste, il semblerait bien. Cette expérience de pensée de Putnam touche de façon directe à la question du rapport entre nos représentations et ce qu’elles représentent. Nous retrouvons ce faisant un problème classique de scepticisme vis-à-vis du monde extérieur. « Supposons qu’un savant fou place, après un grave accident que nous avons subi, notre cerveau dans une cuve et s’arrange non seulement pour le maintenir en vie, mais pour lui donner l’impression qu’il est bien le cerveau d’un corps réel dans un monde réel. A la façon dont les choses se passent dans le film Matrix, les terminaisons nerveuses du cerveau sont reliées à un super-ordinateur qui procure à la personne l’illusion que tout est normal. Le programme est si sophistiqué que lorsque le cerveau veut bouger telle partie du corps (telle main par exemple), le programme d’ordinateur réagit parfaitement et génère une sensation de mouvement. Nous pouvons être à plusieurs dans cette cuve, le programme informatique continuant à nous donner l’impression que nous sommes bien dans un monde réel. La
  2. 2. question qu’il s’agit alors de poser est de savoir si nous pourrions, étant des cerveaux dans une cuve, penser réellement que nous sommes des cerveaux dans une cuve. La réponse de Putnam à cette question est négative. »1 Mais la question que posait Hilary Putnam soulevait un autre enjeu important sur lequel je voudrais revenir et c’est la place du corps. C’est à dire qu’on ne peut pas concevoir un cerveau isolé d’un corps qui puisse fonctionner uniquement par stimuli électrique. Avec la reformulation que je fais de Putnam, le cerveau est là bien lié à un corps, il se trouve dans un corps, un corps qui lui permet d’être en interaction causal avec le monde. Pour Putnam il n’y a pas de rapport direct entre nos représentations et la réalité, on ne peut pas faire référence à des réalités comme des arbres ou des cuves si on a pas la possibilité d’avoir des relations causales avec ceux-ci. La place du corps marque cette possibilité, ce qui est important car chez l’homme, pour des raisons non résolues, le traitement de l’information s’accompagne d’expérience subjective. Cela veut dire que à l’homme contrairement à l’ordinateur, le traitement de l’information fait quelque chose. Il s’accompagne d’une expérience subjective. Ici on peut déjà essayer de reformuler notre problème; certes il y a déterminisme biologique dans le traitement de l’information mais celui-ci est accompagné d’une expérience subjective. C’est à dire que je peux être l’activité de mon cerveau mais cette activité ne peut jamais être déliée d’émotions et d’affectivité. Cette activité de mon cerveau est donc liée aux affects de ma vie, à l’histoire de mes interactions avec le monde et les autres et donc c’est bien mon cerveau, il est individuel puisque je suis ce que je suis et j’ai eu toutes les expériences que j’ai eu dans ma vie. Le déterminisme biologique est donc MON déterminisme biologique. De là on pourrait tendre vers une nouvelle éthique. Les événements que l’on a rencontré font ce que l’on est, autant pour la réalité culturelle (je suis né fils de un tel, tel pays, telle ville, telle école, tels amis, tels professeurs) que pour la réalité biologique (la construction de mon cerveau, MON déterminisme biologique). Si les traits psychologiques ont des corrélas neuronaux et peuvent être ainsi compris (comme c’était expliqué dans l’article de Martha Farrah), on pourrait dire que les corrélas neuronaux en sont l’explication seulement parce qu’ils font partie de la même histoire. Les corrélas neuronaux ont eux aussi une histoire à raconter. Une grande histoire des affects. Les corrélas neuronaux et les traits psychologiques seraient le résultat d’une même histoire prise sous des perspectives différentes. Cette histoire elle est propre à chaque individu et le constitue lui-même en tant qu’individu, c’est à dire qu’elle l’individualise. C’est notre propre situation, ce qui fait que nous c’est nous. Cette histoire c’est ce qui ferait qu’on est en affinité avec tel type de problème, tel type de pensée, tel type d’objet. Ce qui nous affecte, ce qui nous fait penser, ce qui nous fait agir, détermine donc ce que l’on est. Nous ne sommes rien en dehors de cette situation qui est la nôtre. Raphaël Gély, extraits du cours d’ « Epistémologie des sciences humaines », cours enseigné à l’Université de Saint1 Louis, page 81.
  3. 3. La question ne serait plus « sommes nous ce cerveau dans une tête » mais « sommes nous cette situation », cette histoire des affects tellement particulière, histoire qui se manifeste sur un plan psychologique et sur un plan biologique (et probablement sur de multiples autres plans). En ce qui concerne la discipline des neurosciences il s’agirait alors, ayant pris acte de ceci, de ne pas retenir le champ de recherche dans une perspective mais d’investir pour eux- mêmes les différents plans sur lesquels cette histoire se manifeste. Cependant il ne faut pas tomber dans une interdisciplinarité affichée mais qui reste molle, il faut redonner de la consistance et du contenu à ce terme en le prenant comme différentes perspective sur une histoire, différents plans dont certains sont accessibles et d’autres pas encore et ne pas croire qu’un plan pourrait finalement être expliqué par un autre plan. Il faudrait ainsi mettre en connexion ces diverses perspectives.

×