DOSSIER DE PRESSEL’hôtel Onomo LibrevillePrésenteSIGNARESDeFabrice MONTEIRODU 1er Octobre 2012 au 1er Mars 2013La Sablière...
AVANT PROPOS 3L’ARTISTE FABRICE MONTEIRO 4LES SIGNARES 5L’EXPOSITION SIGNARES 6ONOMO VISUAL ART 8ONOMO INTERNATIONAL 11SOM...
AVANT-PROPOS3Ouvert en Janvier 2012, Onomo Libreville est le deuxième hôtel du nouveauconcept hôtelier d’Onomo Internation...
F a b r i c eMonteiro, belgo-béninois de culture, ne s’orientait pas spécialement versl’Art. Ingénieur industriel de forma...
LES SIGNARES5De la petite côte du Sénégal vers les îles de Gorée et Saint-Louis lesSignares inventèrent le « mariage à la ...
6La série SIGNARES rend hommage à la beauté légendaire de ces femmes,réputées hautaines et inaccessibles.Suite à une renco...
7Signares, format 120x80 cmSignares, format 120x80 cm
8L’hôtel Onomo est une fenêtre sur l’Afrique dynamique, ouverte auxéchanges et respectueuse de ses cultures. Hall, jardin,...
Chaque hôtel Onomo prévoit d’exposer des artistes photographes durantl’année à raison d’au moins deux expositions par an. ...
Une collaboration tout au long de l’exposition est demandée au photographeafin de participer et d’encourager la médiation ...
Onomo International développe une hôtellerie simple, innovante,écologique, technologique et culturelle en Afrique. Co prés...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Exposition de photos de Fabrice Monteiro à l'hôtel Onomo Libreville- Dossier de Presse

363 vues

Publié le

L’hôtel Onomo Libreville a abrité l’exposition SIGNARES De Fabrice MONTEIRO du 1er Octobre 2012 au 1er Mars 2013.
Belgo-béninois de culture, Monteiro, ne s’orientait pas spécialement vers l’Art. Ingénieur industriel de formation puis mannequin de profession, il cultive habilités, savoirs et bagages pour la photographie sans pour autant s’y consacrer directement.

A la frontière entre photo-reportage et photo de mode, Fabrice Monteiro feinte et esquive, brillamment, toute stigmatisation pour laisser exprimer la pleine sensibilité d’une identité non conflictuelle.

De la petite côte du Sénégal vers les îles de Gorée et Saint-Louis les Signares inventèrent le « mariage à la façon du pays » à partir du XVII ème siècle. Ce mariage à caractère politique et économique, était réservé aux rares unions avec des occidentaux.Le nom de « signare » (du portugais « senhora » qui veut dire dame) était un véritable titre attribué aux femmes de ces unions coutumières ainsi qu’à leurs filles métisses.

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
363
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Exposition de photos de Fabrice Monteiro à l'hôtel Onomo Libreville- Dossier de Presse

  1. 1. DOSSIER DE PRESSEL’hôtel Onomo LibrevillePrésenteSIGNARESDeFabrice MONTEIRODU 1er Octobre 2012 au 1er Mars 2013La SablièreQuartier Nouvelle Ambassade USLibrevilleBP 23791 LibrevilleTel : + 241 01 45 91 00onomo.libreville@onomohotel.comwww.onomohotel.com
  2. 2. AVANT PROPOS 3L’ARTISTE FABRICE MONTEIRO 4LES SIGNARES 5L’EXPOSITION SIGNARES 6ONOMO VISUAL ART 8ONOMO INTERNATIONAL 11SOMMAIRE2
  3. 3. AVANT-PROPOS3Ouvert en Janvier 2012, Onomo Libreville est le deuxième hôtel du nouveauconcept hôtelier d’Onomo International.Des hôtels au cœur de l’Afrique, l’Afrique au cœur de l’hôtel est le credo decette nouvelle chaîne hôtelière.Onomo se veut économique dans sa conception, interactif dans sacommunication, écologique dans son ambition et culturel dans sa vocation.
  4. 4. F a b r i c eMonteiro, belgo-béninois de culture, ne s’orientait pas spécialement versl’Art. Ingénieur industriel de formation puis mannequin de profession, ilcultive habilités, savoirs et bagages pour la photographie sans pour autantdirectement s’y consacrer.Parcourant le monde dans le cadre de son activité modiste, il rencontre en2007 le photographe new-yorkais Alfonse Pagano qui, rapidement devientson ami et mentor pour une discipline à laquelle il l’initie. Sa force créativeassumée, il s’attèle à la construction d’un univers visuel à son image:métissé.A la frontière entre photo-reportage et photo de mode, Fabrice Monteirofeinte et esquive, brillamment, toute stigmatisation pour laisser exprimer lapleine sensibilité d’une identité non conflictuelle.Profondément et génétiquement transculturel, il ne se laisse pas surprendrepar le clivage ou le parti-pris, mais cultive sa richesse caractéristique par laprojection d’un double regard sur les thématiques qu’il aborde.http://fabricemonteiro.viewbook.com4L’ARTISTE FABRICE MONTEIRO
  5. 5. LES SIGNARES5De la petite côte du Sénégal vers les îles de Gorée et Saint-Louis lesSignares inventèrent le « mariage à la façon du pays » à partir du XVII èmesiècle. Ce mariage à caractère politique et économique, était réservé auxrares unions avec des occidentaux. Il était reconnu comme valable par le roide France et léglise catholique et ne durait que le temps de la présence desEuropéens dans la colonie. Il s’agissait dunions libres entre femmes lébousou wolofs parfois faisant partie de laristocratie avec des cadres bourgeoisou aristocrates français, anglais ou portugais. Ces mariages étaient doncélitistes et avaient pour objet de construire en France et en Angleterre depuissants réseaux daffaires familiaux.Le nom de « signare » (du portugais « senhora » qui veut dire dame) étaitun véritable titre attribué aux femmes de ces unions coutumières ainsi qu’àleurs filles métisses. Elles constituèrent la haute société de Saint-Louis et deGorée jusquau milieu du XIXème siècle. Celles-ci étaient réputées pour leurbeauté envoûtante et leurs richesses, quelles firent fructifier habilement.Les enfants métis nés de ces unions prenaient le nom de leur père ethéritaient habituellement des biens de celui-ci dans le pays.Cette pratique cessa avec la modernisation des conditions de vie de lacommunauté blanche et la découverte de traitements préventifs desmaladies tropicales qui permirent aux européennes de suivre leur époux.« Signare je chanterai ta grâce, ta beauté. Des maîtres de Dyong, jai apprislart de tisser tes paroles plaisantes. Paroles de pourpre à te parer, princessenoire dElissa.»Chantées par Léopold Sédar Senghor, ces femmes métissées de Gorée,Saint Louis et de la Petite-Côte ont marqué de leur empreinte, l’histoirecoloniale du Sénégal.
  6. 6. 6La série SIGNARES rend hommage à la beauté légendaire de ces femmes,réputées hautaines et inaccessibles.Suite à une rencontre fortuite avec la styliste Mame Fagueye Ba, FabriceMonteiro découvre les costumes des signares qu’elle avait réalisé pour lesbesoins du film « les caprices d’un fleuve » de Bernard Giraudeau. Interpellépar le rôle important que ces femmes ont joué dans l’Histoire du Sénégal,l’artiste a souhaité le retranscrire en le restituant dans son contextehistorique, entre Gorée et Saint Louis.L’art de Fabrice Monteiro consiste à restituer cette partie de la réalitéafricaine en respectant son souci d’esthétisme perfectionniste.L’image culturelle d’un peuple doit en effet correspondre à ses attentes et àsa réalité, et non à des dogmes extérieurs cultivant l’uniformisation quiprône des standards internationaux fades et sans âmes.Selon lui la photographie doit avoir un sens et susciter la réflexion. Il chercheà éviter un résultat caricatural, voire exotique, pire selon lui « ethnique ». Enquête d’une approche profonde, tentant d’aborder au plus près un regard« intérieur » dans lequel n’importe quel sénégalais pourrait s’identifier.Voilà ce que Fabrice Monteiro souhaite projeter dans sa création, etSIGNARES ne déroge pas à la règle.Seize œuvres sont réparties au niveau de la mezzanine de l’hôtel. Cesphotographies ont toutes été prises en 2011 à Saint-Louis et sur l’île deGorée au Sénégal. Les tirages sont réalisés aux encres pigmentaires etprésentés en contrecollé au format 120x80.L’EXPOSITION SIGNARES
  7. 7. 7Signares, format 120x80 cmSignares, format 120x80 cm
  8. 8. 8L’hôtel Onomo est une fenêtre sur l’Afrique dynamique, ouverte auxéchanges et respectueuse de ses cultures. Hall, jardin, chambres sont deslieux privilégiés qui donnent la parole aux artistes africains contemporains– photographes, designers, décorateurs – et développent des partenariatsavec les principaux acteurs culturels.”Dans le domaine culturel nous pensons qu’il est JUSTE de témoigner de ladiversité culturelle et de respecter le pays d’implantation.La politique culturelle que Onomo va mettre en place est basée sur la créationcontemporaine africaine et s’appuie sur l’image à travers des œuvres dephotographes et de cinéastes. Nous souhaitons offrir à nos clients le visaged’une Afrique qui bouge, créative car nous sommes persuadés qu’un enjeuimportant de la mondialisation se fera par le respect et la connaissance desautres cultures.”Philippe Colleu, Co Président Onomo International« Onomo Visual Art » représente et concrétise la volonté et la philosophiedu groupe Onomo International. Il est le label culturel du groupe OnomoInternational. Il promeut l’art lié à l’image, la photo et la vidéo d’artistescontemporains africains.Les objectifs étant de :• Faire d’Onomo un espace de diffusion des photographescontemporains africains,• Faire d’Onomo un lieu de diffusion de films d’auteurs et desvidéastes africains,• S’inscrire dans le paysage artistique en partenariat avec lesstructures artistiques et culturelles locales,ONOMO VISUAL ART
  9. 9. Chaque hôtel Onomo prévoit d’exposer des artistes photographes durantl’année à raison d’au moins deux expositions par an. La parole est donnéeaux photographes, cinéastes, vidéastes à la recherche d’un espace dediffusion.Le principe est d’avoir un échange équitable avec l’artiste. Les hôtelsOnomo mettent à disposition des espaces de diffusion privilégiés etatypiques.« Onomo Visual Art » n’impose pas de thématique. L’artiste présente lasérie de photos de son choix. Un comité de sélection sera mis en placepour étudier et valider la candidature pour tous les hôtels du groupe tousles six mois.« Onomo Visual Art » souhaite simplement montrer une Afrique dynamiqueet tournée vers l’avenir. L’artiste sélectionné travaillera en lien avec lachargée de développement culturel sur la scénographie et la productiondes œuvres.Afin d’être cohérent dans notre démarche, nous prenons soin de réaliser letirage des photographies et la production des supports sur place. Uneimprimerie de la place effectue le tirage des photographies en numériqueavec l’appui constant du photographe.Les œuvres sont en dépôt vente. « Onomo Visual Art » prend en chargeles frais de production et de scénographie liés à l’exposition.Cependant afin de financer les frais de productions des expositionssuivantes, 25% sur le montant total des ventes seront restitués à l’hôtelexposant.Les photographies seront numérotées et le tirage limité à 10 exemplairesselon les formats retenus pour l’exposition.9
  10. 10. Une collaboration tout au long de l’exposition est demandée au photographeafin de participer et d’encourager la médiation avec la clientèle et le publicextérieur.Une collaboration équitable donc, dans le plus grand respect des droits del’artiste.Tout au long de l’année, des évènements culturels en lien avec l’imageponctueront la vie de l’hôtel. L’intérêt étant d’être actif et de travailler en lienavec les artistes et les structures locales.« Onomo Visual Art » encourage la création et participe à l’actualitéartistique en soutenant la production et l’organisation d’une exposition dansses murs.« Onomo Visual Art » souhaite devenir à long terme une vitrine de lacréation et de l’art africain contemporain liée à l’image en Afrique.10
  11. 11. Onomo International développe une hôtellerie simple, innovante,écologique, technologique et culturelle en Afrique. Co présidé par PhilippeColleu et Christian Mure, le groupe bénéficie de capitaux africains eteuropéens et soutient une ambition forte sur le continent africain. Deuxhôtels Onomo sont ouverts à Dakar et Libreville. Onomo Abidjan ouvre cettefin d’année et celui de Bamako est en construction. Une vingtaine denouveaux projets sont à l’étude dont près de la moitié sont en cours denégociation.11ONOMO INTERNATIONAL

×