La Révolution française
Une affiche patriotique (gravure de Petit Le Jeune, musée Carnavalet, Paris.)
La fête de la Fédération, le 14 juillet 1790  (peinture de Ch. Thévenin, musée Carnavalet, Paris)
La monarchie constitutionnelle
<ul><li>A partir du document 3 page 71, dites quelles sont les 3 idées sur laquelle repose la Constitution de 1791. </li><...
1 / ……………..…. La République La chute de la royauté A partir du document 2 page 75 et du cours page 74, expliquez la phrase...
Fuite de Varennes
 
<ul><li>&quot; Je courus aux Champs-Elysées : d'abord parurent des canons [...] puis, au milieu d'une horde de tout âge et...
2 / La prise des Tuileries <ul><li>Après avoir fait des recherches dans votre manuel, dites qui est pour et qui est contre...
La salle des Manèges envahie par la foule, le 10 août 1792 (dessin de François Gérard, XVIIIe siècle musée du Louvre, Paris)
l'assaut des Tuileries, le 10 août 1792 par les sans-culottes parisiens et les fédérés venus de toutes la France. Peinture...
La Convention girondine suivie de la convention montagnarde
 
Le procès du Roi Louis XVI <ul><li>Les accusateurs </li></ul><ul><li>Les défenseurs </li></ul>Quels arguments peut-on avan...
La République en danger Les révoltes  intérieures Les ennemis étrangers
 
Le manifeste de Brunswick (1) ( 25 juillet 1792)  <ul><li>&quot; Un but qui tient au cœur des deux souverains, c'est d'arr...
Brunswick Général de l'armée prussienne
Composé par Rouget de Lisle, à Strasbourg en 1792, le &quot;Chant de guerre pour l'armée du Rhin&quot; devint la  Marseill...
<ul><li>1er couplet : </li></ul><ul><li>Allons enfants de la Patrie, Le jour de gloire est arrivé ! Contre nous de la tyra...
Rouget de l'Isle chantant « La Marseillaise » , 1849, Isidore Pils, Musée des Beaux-Arts de Strasbourg
C / Sauver la République, mais à quel prix ?
 
L'opposition entre Girondins et Montagnards  <ul><li>&quot; Les désorganisateurs sont ceux qui veulent tout niveler, les p...
L'assassinat de Marat (13 juillet 1793) (gravure anonyme, BNF, Paris)
Le gouvernement révolutionnaire (1793-1794)
Un tribunal révolutionnaire juge un bourgeois (gravure de J. B. Huet, 1793, BNF, Paris)
Robespierre guillotine le bourreau après avoir fait guillotiner tous les Français (Gravure de 1793, musée Carnavalet, Pari...
La marmite épuratoire des Jacobins 1793 Armé d'une écumoire le cuisinier Robespierre coiffé d'un bonnet phrygien, examine ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La Premiere RéPublique

2 177 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 177
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
15
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La Premiere RéPublique

  1. 1. La Révolution française
  2. 2. Une affiche patriotique (gravure de Petit Le Jeune, musée Carnavalet, Paris.)
  3. 3. La fête de la Fédération, le 14 juillet 1790 (peinture de Ch. Thévenin, musée Carnavalet, Paris)
  4. 4. La monarchie constitutionnelle
  5. 5. <ul><li>A partir du document 3 page 71, dites quelles sont les 3 idées sur laquelle repose la Constitution de 1791. </li></ul><ul><li>A partir du manuel, complétez le tableau ci-contre. </li></ul>Réorganisation Décisions concrètes Administrative Judiciaire Financière Économique Religieuse
  6. 6. 1 / ……………..…. La République La chute de la royauté A partir du document 2 page 75 et du cours page 74, expliquez la phrase de Fontanges extraite de ses « Relations » marquant le retour du roi à Paris le 21 juin 1791 : « Celui qui applaudira le Roi aura des coups de bâton, celui qui l’insultera sera pendu ».
  7. 7. Fuite de Varennes
  8. 9. <ul><li>&quot; Je courus aux Champs-Elysées : d'abord parurent des canons [...] puis, au milieu d'une horde de tout âge et de tout sexe, marchaient à pied les Gardes du Corps. [...] Ensuite venait la députation de l'Assemblée nationale ; les voitures du roi suivaient : elles roulaient dans l'obscurité poudreuse d'une forêt de piques et de baïonnettes [...]. Des chiffonniers en lambeau, des bouchers tabliers sanglants aux cuisses, couteaux nus à la ceinture, manches de chemises retroussées, cheminaient aux portières [...]. On tirait des coups de fusil et de pistolet ; on criait : &quot;Voici le boulanger, la boulangère et le petit mitron !&quot; &quot; F. R. de Chateaubriand , Mémoires d'outre-tombe , tome 1, 1849. </li></ul>
  9. 10. 2 / La prise des Tuileries <ul><li>Après avoir fait des recherches dans votre manuel, dites qui est pour et qui est contre le Roi le 10 août 1792. </li></ul>Pour le Roi Contre le Roi
  10. 11. La salle des Manèges envahie par la foule, le 10 août 1792 (dessin de François Gérard, XVIIIe siècle musée du Louvre, Paris)
  11. 12. l'assaut des Tuileries, le 10 août 1792 par les sans-culottes parisiens et les fédérés venus de toutes la France. Peinture de Jean-Duplessi-Bertaux datée de 1793. Musée du chateau de Versailles.
  12. 13. La Convention girondine suivie de la convention montagnarde
  13. 15. Le procès du Roi Louis XVI <ul><li>Les accusateurs </li></ul><ul><li>Les défenseurs </li></ul>Quels arguments peut-on avancer ?
  14. 16. La République en danger Les révoltes intérieures Les ennemis étrangers
  15. 18. Le manifeste de Brunswick (1) ( 25 juillet 1792) <ul><li>&quot; Un but qui tient au cœur des deux souverains, c'est d'arrêter les attaques portées au trône et à l'autel 2 , de rétablir le pouvoir légal, de rendre au Roi la sécurité et la liberté dont il est privé.      La ville de Paris et tous ses habitants seront tenus de se soumettre sur le champ et sans délai au Roi, de lui rendre sa pleine et entière liberté, et de lui assurer, ainsi qu'à toutes les personnes royales, le respect que doivent les sujets à leur souverain. Si le château des Tuileries est attaqué, s'il est fait la moindre violence, le moindre outrage au Roi, à la Reine ou à la famille royale, alors leurs majestés impériale et royale 3 en tireront une vengeance exemplaire et à jamais mémorable : ils livreront la ville de Paris à une exécution militaire, et les révoltés coupables d'attentats auront les supplices qu'ils méritent. &quot; 1 . Brunswick est le chef des armées prussienne et autrichienne. 2 .L'autel, c'est-à-dire l'Église.  3 . Le roi de Prusse et l'empereur d'Autriche. </li></ul>
  16. 19. Brunswick Général de l'armée prussienne
  17. 20. Composé par Rouget de Lisle, à Strasbourg en 1792, le &quot;Chant de guerre pour l'armée du Rhin&quot; devint la Marseillaise et fut décrété hymne national en 1795. Paroles et musique. la Marseillaise
  18. 21. <ul><li>1er couplet : </li></ul><ul><li>Allons enfants de la Patrie, Le jour de gloire est arrivé ! Contre nous de la tyrannie, L'étendard sanglant est levé, (bis) Entendez-vous dans les campagnes Mugir ces féroces soldats ? Ils viennent jusque dans vos bras Egorger vos fils, vos compagnes ! </li></ul>Couplet 2 : Que veut cette horde d'esclaves, De traîtres, de rois conjurés ? Pour qui ces ignobles entraves, Ces fers dès longtemps préparés ? (bis) Français, pour nous, ah ! quel outrage Quels transports il doit exciter ! C'est nous qu'on ose méditer De rendre à l'antique esclavage ! Refrain : Aux armes, citoyens Formez vos bataillons Marchons, marchons ! Qu'un sang impur Abreuve nos sillons !
  19. 22. Rouget de l'Isle chantant « La Marseillaise » , 1849, Isidore Pils, Musée des Beaux-Arts de Strasbourg
  20. 23. C / Sauver la République, mais à quel prix ?
  21. 25. L'opposition entre Girondins et Montagnards <ul><li>&quot; Les désorganisateurs sont ceux qui veulent tout niveler, les propriétés, l'aisance, le prix des denrées, les services, etc., qui veulent que l'ouvrier reçoive l'indemnité du législateur ; qui veulent niveler même les talents, les connaissances, les vertus, parce qu'ils n'ont rien de tout cela ! [...] Le peuple est fait pour servir la Révolution, mais quand elle est faite, il doit rester chez lui et laisser à ceux qui ont plus d'esprit que lui la peine de la diriger. &quot; Brissot , Discours à la Convention , 24 octobre 1792. &quot; Ce sont les intrigants de la République qui ne veulent constituer la République que pour eux-mêmes. [...] Ils s'appliquent à modifier la forme du gouvernement suivant les principes aristocratiques et l'intérêt des riches. [...] n'entendent gouverner que dans l'intérêt des riches et des fonctionnaires publics. [...] Ils sont les honnêtes gens, les gens comme il faut de la République. Nous sommes les sans-culottes et la canaille. &quot; D'après Robespierre , Discours aux Jacobins , (28 octobre 1792). </li></ul>
  22. 26. L'assassinat de Marat (13 juillet 1793) (gravure anonyme, BNF, Paris)
  23. 27. Le gouvernement révolutionnaire (1793-1794)
  24. 28. Un tribunal révolutionnaire juge un bourgeois (gravure de J. B. Huet, 1793, BNF, Paris)
  25. 29. Robespierre guillotine le bourreau après avoir fait guillotiner tous les Français (Gravure de 1793, musée Carnavalet, Paris)
  26. 30. La marmite épuratoire des Jacobins 1793 Armé d'une écumoire le cuisinier Robespierre coiffé d'un bonnet phrygien, examine à la loupe Anarcharsist Cloots tandis que Chaumette, Page, Hébert, Danton et Desmoulins sont dans la marmite. Séance du 9 thermidor à la Convention 9 Thermidor an II On voit Robespierre tentant de monter à la tribune et Tallien brandissant un poignard menaçant de tuer Robespierre si la Convention ne le décrétait pas d'accusation.

×