REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIREMINISTERE DE L’ENSEINGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUEUnive...
Les problèmes recontrés avec la MEA et les solvants amines en général se résument à descorrosions provoquées par la présen...
Le travail réalisé se divise en quatre chapitres :Le chapitre 1 : ce chapitre est consacré à quelques rappels bibliographi...
IV.1 But du travailNotre travail vise à mettre en évidence l’utilité de la filtration de la solution de MEArégénérée utili...
2 èmepartie. Analyse de la solution MEA après filtrationConsiste en l’analyse de la même solution de MEA régénéré après fi...
IV.2 Partie expérimentaleIV.2.1 Techniques et appareillages utilisés :* Titrage volumétrique :- Titrate éléctronique* Spec...
IV.2.2 Modes opératoiresIV.2.2.1 Analyse de la MEA pauvre (1 ère partie)a) Titrage acido-basique :Cette technique a pour b...
c) pouvoir moussant de la MEA : Transférer 90ml de la solution MEA à analyser dans une éprouvette graduée de 250ml. Racc...
IV.2.2.2 Analyse de la MEA après filtration (2 ème partie )Le but de ce travail est d’analyser les différentes qualités de...
B) Etablissement de la courbe d’isotheme : On prend 6 flacons numérotés, propres et secs dans les quels on introduit 2,5 ...
IV.3 Résultats et discussionIV .3.1 Titrage acido-basique :Les résultats obtenus par titrage acido-basique de la solution ...
Méthode de calcul :%MEA = M´ * 1.25Où M´ = Nombre de ml d’acide 1N coulés pour le virage à PH 4,5AN :%MEA pauvre = M´ * 1...
Echantillons MEA pauvre MEA traitépar CPMEA traitépar CG[Fe] mg/L 3.49 0.506 1.362Tableau 3 . Les concentrations du fer da...
Où :Aλ : absorbance relative à une longeure d‘onde λ .ξλ : coefficient d’extinction molaire de l’entité en solution exprim...
IV.3.3 Pouvoir moussant de la MEA :La mesure du volume total qu’occupe la solution ou bien la hauteur de mousse aprèspassa...
Tableau récapitulatif des résultats :Le tableau ci-dessous condensse l’ensemble des résultats obtenus desdifférents travau...
IV.3.4 Résultats de l’adsorption :Afin de mettre en évidence la capacité du charbon actif en poudre à concentrer sur sasur...
Méthode de calculOn a à la neutralisation : C1.V1 = C2.V2Pour [MEA]i :C1: concentration de la solution MEA.V1: volume de l...
IV. 3.4.1 Calcul de la normalité de la solution monoéthanolamine :Les volumes de H2SO4 à l’équivalence (pour les trois ess...
IV.4.4.2 Etablissement de la courbe d’isotheme :La détermination de la courbe de l’isotherme d’adsorption est basée sur la...
Flacon 1 2 3 4 5 6VH2SO4 (ml) 10.25 6.39 4.24 3.1 1.7 0.7[MEA]i (mol/l) = Ci 1,33 0,8 0,53 0,4 0,24 0,13[MEA]f (mol/l) = C...
D’après l’isotherme d’adsorption réalisée, nous pouvons conclure que lecharbon actif en poudre, bien qu’il possède une gra...
Conclusion et perspectives
Le travail réalisé a porté sur l’étude de l’adsoprtion de la solution MEA régénéréutilisant les charbons actifs, en poudre...
Par ailleurs, il est à noter que les propriétés de l’adsorbant sont évidemment desparamètres-clés du procédé de l’adsorpti...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Intensification d’un procede amine par filtration sur charbon actif

1 031 vues

Publié le

Les problèmes recontrés avec la MEA et les solvants amines en général se résument à des corrosions provoquées par la présence d’O2 et d’autres impuretés, ainsi à la dégradation du solvant.
Ces facteurs ont fait l’objet de plusieurs études car ils jouent un rôle important dans l’optimisation du fonctionnement des procédés d’extraction.
Nous nous sommes intéressés pour notre part à examiner ces différents problèmes en suggérant un procédé complémentaire et performant qui consiste en la filtration de la solution de MEA (mono-éthanolamine) sur charbon actif .

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 031
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Intensification d’un procede amine par filtration sur charbon actif

  1. 1. REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIREMINISTERE DE L’ENSEINGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUEUniversité MOHAMED BOUDIAF des Sciences et de la Technologie d’OranFaculté des SciencesDépartement de Chimie IndustrielleMEMOIRE EN VUE DE L’OBTENTION DU DIPLOME DE MASTERDomaine : Sciences et technologie-STFilière : GENIE DES PROCEDES-GPParcours : INGENIERIE BIOMOLECULAIREThèmeSoutenu le : 23 /06/2013 Devant le jury composé de :Présenté par : Mme .TOUMI EncadreurOukil Khaled ibn el-walid Mr.SELLAMI ExaminateurMme .IMINE ExaminateurMme .BOUBERKA .Z ExaminateurINTENSIFICATION D’UN PROCEDE AMINEPAR FILTRATION SUR CHARBON ACTIF.
  2. 2. Les problèmes recontrés avec la MEA et les solvants amines en général se résument à descorrosions provoquées par la présence d’O2 et d’autres impuretés, ainsi à la dégradationdu solvant.Ces facteurs ont fait l’objet de plusieurs études [2] car ils jouent un rôle important dansl’optimisation du fonctionnement des procédés d’extraction.Nous nous sommes intéressés pour notre part à éxaminer ces différents problèmes ensuggérant un procédé complémentaire et performant qui consiste en la filtration de lasolution de MEA sur charbon actif.Il est clair que différents adsorbants minéraux classiques peuvent être utilisés (charbonsactifs, zéolites, alumines, … )Des études antérieures [3] donnent à penser que les charbons actifs classiques etcommerciaux sont les matéraiux de base appropriés pour un procédé d’adsorption, enraison à la fois de leur robustesse chimique, de leur versatilité, de leur capacitéopératoire, de leur bas coût et enfin ils se prêtent bien à des modifications texturalessusceptibles d’améliorer leurs performances.Notre travail s’est donc concentré sur cette famille d’adsorbant.
  3. 3. Le travail réalisé se divise en quatre chapitres :Le chapitre 1 : ce chapitre est consacré à quelques rappels bibliographiquesconcernant l’absoption du CO2 par le procédé amine ainsique le traitement des solvants par adsoprtion.Le chapitre 2 : il sera question dans ce chapitre d’évoquer les problèmesengendrés par l’utilisation de la solution MEA dans le procédéamine.Le chapitre 3 : ce chapitre sera consacré à l’étude des charbons actifs.Le chapitre 4 : ce chapitre traite d’une étude expérimentale mettant au pointune méthode de test pour évaluer les qualités des adsorbantsenvisagés, à savoir le charbon actif en poudre et le charbonactif granulaire.Nous présentons dans ce même chapitre l’ensemble desrésultats obtenus ainsi que les observations et lescommentaires correspondants.Enfin, une conclusion vient clore ce travail résumant l’essentiel des résultatsobtenus.
  4. 4. IV.1 But du travailNotre travail vise à mettre en évidence l’utilité de la filtration de la solution de MEArégénérée utilisant le charbon actif comme adsorbant dans le but de minimiser lesproblèmes engendrés par l’emploi de la solution MEA pour la capture du gaz CO2 .D’autre part, notre étude a porté sur la comparaison entre la filtration utilisant lecharbon actif en poudre et celle utilisant le charbon actif en grain.Notons que les propriétés des deux types de charbon actif commerciaux employés, enpoudre et en grain, sont résumées dans l’annexe 5 (page 58).Nous avons pour celà réalisé différents travaux qui peuvent être classés en troisparties :1 èrepartie. Analyse de la MEA régénéré ( pauvre)En vue de la détermination de : La concentartion de la solution MEA par titrage acido-basique. La teneur en fer dans la solution MEA. Le pouvoir moussant de la solution MEA.
  5. 5. 2 èmepartie. Analyse de la solution MEA après filtrationConsiste en l’analyse de la même solution de MEA régénéré après filtration de cettedernière sur charbon actif. L’analyse du filtrat ayant pour but : L’estimation des pertes éventuelles de MEA. L’évaluation de la quantité de fer adsorbé. détermination de la tendance à mousser.3 èmepartie. Etablissement de l’isotherme de l’adsorptionLa troisième partie, consiste quant à elle à établir l’isotherme d’adsorption de lasolution de MEA sur charbon actif en poudre.
  6. 6. IV.2 Partie expérimentaleIV.2.1 Techniques et appareillages utilisés :* Titrage volumétrique :- Titrate éléctronique* Spectroscopie ultra-violet :- Les adsorbances ont été enregistrées sur un spectrophotomètre type :« Perkin elmer AA100 » à une longueur d’onde égale à 510 nm.* Diffusion (pouvoir moussant) :- Eprouvette graduée de 250ml.- Tube de dispersion pour le gaz avec extrémité en verre fritté (diffuseur).- Débimètre à air pour régler le débit d’air à 500ml par minute.- Régulateur de pression pour l’air.* Filtration sur charbon actif :- En poudre et en granulé (dont les caractéristiques physico-chimiques utilisés sontprésentées dans l’annexe 5 page 58 ).- une balance électronique.
  7. 7. IV.2.2 Modes opératoiresIV.2.2.1 Analyse de la MEA pauvre (1 ère partie)a) Titrage acido-basique :Cette technique a pour but la détermination de la teneur de la solution de MEA àl’aide d’une solution d’acide sulfurique (H2SO4) 1N . Pipeter 5ml d’échantillon (MEA) et l’introduire dans un erlen ; lui ajouter 20ml d’eaudistillée et 3 gouttes de phénolphtaléine (indicateur coloré) puis titrer jusqu’au viragecorrespondant au pH égal à 8,5. Ajouter 03 gouttes d’indicateur mixte et continuer le titrage jusqu’au virage correspondantau pH égal à 4,5 .b) Spectroscopie éléctronique :Cette méthode permet la détermination de la concentration du fer afin de mettre enévidence la corrosion causée par celui-ci. Prendre 5 ml de l’échantillon (MEA) Ajouter 20 ml d’H2O distilée Ajouter 1 gélule de FERROZINE
  8. 8. c) pouvoir moussant de la MEA : Transférer 90ml de la solution MEA à analyser dans une éprouvette graduée de 250ml. Raccorder le régulateur de pression d’air au cylindre d’air. Avec un tube en PVC (polychlorure de vinyle), raccorder la sortie du régulateur àl’entrée du débimètre. Raccorder aussi la sortie du débimètre au tube de dispersionde gaz (diffuseur) Pendant que l’air s’écoule par le tube, immerger le tube de dispersion dansl’éprouvette . Régler le débit d’air entre 125 - 250ml/mn selon le taux qui donnera la plus grandehauteur de mousse sans dépasser 250ml. Noter la hauteur maximale de la mousse en ml (la hauteur maximale sera atteintedans les 5 mn qui suivent l’écoulement de l’air.)Note : Le volume total qu’occupe la solution plus la mousse est défini comme lahauteur de mousse.
  9. 9. IV.2.2.2 Analyse de la MEA après filtration (2 ème partie )Le but de ce travail est d’analyser les différentes qualités de charbon actif avant etaprès la filtration de la solution de monoéthanolamine. Prendre 2 flacons numérotés, propres et secs, dans les quels sont introduits 100 ml dela solution MEA pauvre à la quelle sont ajoutés 10 gr de charbon actif en poudre dansl’un des flacons et 10 gr de charbon actif en grain dans l’autre. Bien boucher les flacons; les laisser à température ambiante pendant ½ heures jusquàobtention d’équilibre en agitant chaque flacon toutes les 5 minutes. Laisser décanter les solutions puis les filtrer dans une deuxième série de 2 flaconsnumérotés, propres et secs. Essayer de récupérer le maximum de filtrat possible.IV.2.2.3 Etablissement de l’isotherme d’adsorption sur CP (3 ème partie)A) Détermination de la concentration de la solution MEA pauvre :En se basant sur la même technique de dosage acido-basique, la détermination de laconcentration de la solution MEA pauvre est effectuée selon le mode opératoire suivant :On introduit dans un erlen 5 ml de la solution monoéthanolamine en lui ajoutant deuxgouttes de phénolphtaléine. La solution est titrée à l’aide de H2SO4 (1N) .(Trois essais on été effectués).
  10. 10. B) Etablissement de la courbe d’isotheme : On prend 6 flacons numérotés, propres et secs dans les quels on introduit 2,5 gr decharbon actif en poudre. A l’aide d’une éprouvette graduée on verse les quantités d’eau distillée et demonoéthanolamine figurants dans le tableau 1. Bien boucher les flacons; les laisser à température ambiante pendant ½ heures jusquàobtention d’équilibre en agitant chaque flacon toutes les 5 minutes. Laisser décanter les solutions puis les filtrer dans une deuxième série de 2 flaconsnumérotés, propres et secs. Essayer de récupérer le maximum de filtrat possible. A L’aide d’une solution d’acide sulfurique (H2SO4) 1N nous effectuons un dosage deséchantillons de chaque filtrat, après avoir fait des prélèvements suivants : 10ml dessolutions 1, 2, 3, 4, 5, 6.N° flacon 1 2 3 4 5 6Eau (ml) 0 10 15 17,5 20,5 22,5MEA (ml) 25 15 10 7,5 4,5 2,5Tableau 1 . Quantités deau distillée et de la solution MEA utilisées pour lesessaies dadsorption
  11. 11. IV.3 Résultats et discussionIV .3.1 Titrage acido-basique :Les résultats obtenus par titrage acido-basique de la solution aqueuse de MEA pauvre,avant et après la filtration, à l’aide d’une solution d’acide sulfurique (1N) sontreprésentés dans le tableau 2 ci-dessous :Echantillons MEA pauvre MEA traitépar CPMEA traitépar CG% MEA 10.63 8.37 8.54Tableau 2 . Teneur de MEA avant et après filtration sur charbons actifsComme précisé au paravant, les pertes de MEA peuvent être causées parentraînement de la solution, par dégradation ou par évaporation. Entre autre, ladétermination par titrage acido-basique de la teneur de MEA après filtration sur lescharbons actifs ( CP et CG ) a montré une autre source de perte éventuelle de lasolution de MEA, à savoir l’adsoption de cette dernière sur le charbon actif.En effet, d’après le tableau 2,nous notons l’adsorption de MEA sur les deux charbonsactifs, néanmoins les quantités adsorbées sont assez faibles et voisines, soit d’environs2% .Ainsi, nous pouvons affirmer que l’emploi de charbon actif ne semble pas présenterd’inconvénients vis-a-vis les pertes de MEA.
  12. 12. Méthode de calcul :%MEA = M´ * 1.25Où M´ = Nombre de ml d’acide 1N coulés pour le virage à PH 4,5AN :%MEA pauvre = M´ * 1.25 = 8.50 * 1.25 = 10.63%MEA traité par CP = M´ * 1.25 = 6.7 * 1.25 = 8.37%MEA traité par CG = M´ * 1.25 = 7.1 * 1.25 = 8.875IV .3.2 Spectroscopie éléctronique :Les tests d’activité réalisés dans le laboratoire du complexe ont permis de comparer lesdifférents adsorbants envisagés, à savoir charbon actif en poudre (CP) et charbon actifgranulaire (CG).La mesure de l’absorbance se fait grâce à un spectrophotomètre. Les concentrations du ferdans les différents échantillons, à savoir dans la MEA pauvre et dans la MEA traitée parcharbon actif en poudre et en grain sont déduites de l’équation de Beer-lambert(voir méthode de calcul ci-dessous) et dont les valeurs sont représentées dans le tableau 3suivant :
  13. 13. Echantillons MEA pauvre MEA traitépar CPMEA traitépar CG[Fe] mg/L 3.49 0.506 1.362Tableau 3 . Les concentrations du fer dans les différents échantillons de MEAComme le montre le tableau des résultats, la concentration du fer dans la solution de MEAa nettement diminuée après filtration sur les deux types de charbon utilisés .Notons par ailleur que la quantité de fer adsorbée sur le charbon actif en poudre et plusappréciable ( 85% ) comparée à celle adsorbée sur le charbon actif granulaire ( 61% ).Nous concluons alors que le pouvoir de rétention du charbon actif en poudre vis-à-vis dufer est relativement supérieur à celui du charbon actif en grain.Méthode de calcul :Le calcul de la concentration du fer dans la solution MEA est basé sur la loi du Beer-lambert exprimant la propotionnalité entre la concentration et l’absorbance :Aλ = ξλ.l.C
  14. 14. Où :Aλ : absorbance relative à une longeure d‘onde λ .ξλ : coefficient d’extinction molaire de l’entité en solution exprimé en L.mol-1.cm-1.l : longueur du chemin optique traversé par la lumière dans la solution. (cette longueurcorrespond à l’épaisseur de la cuve (1cm) ).C : concentration molaire de la solution traversée, exprimée en mol.L-1.A.N :Concentration = Absorbance /Facteur facteur = 9.2[Fe] MEA pauvre = 32.108 / 9.2 = 3.49[Fe] MEA traitéepar CP = 4.655 / 9.2 = 0 .506[Fe] MEA traitéepar CG = 12.53 / 9.2 = 1.362
  15. 15. IV.3.3 Pouvoir moussant de la MEA :La mesure du volume total qu’occupe la solution ou bien la hauteur de mousse aprèspassage d’un courant d’air à travers un tube de dispersion de gaz dans une éprouvettegraduée de 250ml contenant 90ml d’échantillon à analyser a révélé les résultats suivants(tableau 4) :Echantillons MEA pauvre MEA traitéepar CPMEA traitéepar CGMoussage (ml) > 250 environ 160 > 190Tableau 4 . Le pouvoir moussant dans les solutions de MEANous concluons, en se basant sur les indications de la tendance à mousser (voirannexe 4, page 57) que la solution de MEA pauvre, avant filtration sur charbon actifprésente une très haute tendance à mousser.Cependant, ce pouvoir moussant semble bien diminuer après filtration sur les deuxcharbons actifs et notamment dans le cas du charbon actif en poudre où on note unetendance à mousser bien légère.Ceci peut être expliqué par l’aptitude du charbon actif en poudre à adsorber lescontaminants organiques, promoteurs de moussage.Il s’agit en l’occurrence des hydrocarbures lourds dissous et les produits dedégradation de la solution MEA.
  16. 16. Tableau récapitulatif des résultats :Le tableau ci-dessous condensse l’ensemble des résultats obtenus desdifférents travaux réalisés :Echantillons %MEA [Fe] (mg/l) Moussage(ml)MEA pauvre 10.63 3.49 > 250MEA traitée parCP8.37 0.506 environ160MEA traitée parCG8.875 1.362 > 190Tableau 5 . Tableau récapitulatif
  17. 17. IV.3.4 Résultats de l’adsorption :Afin de mettre en évidence la capacité du charbon actif en poudre à concentrer sur sasurface certaines substances ( fer, contaminants organiques …) pour les extraire de lasolution de MEA, nous avons réalisé une isotherme d’adsorption en suivant le modeopératoire décrit précédemment dont les résultats sont représentés dans le tableau 6suivant :Flacon 1 2 3 4 5 6VH2SO4 (ml) 10.25 6.39 4.24 3.1 1.7 0.7[MEA]i (mol/l) 1,33 0,8 0,53 0,4 0,24 0,13[MEA]f (mol/l) 1,02 0,63 0,42 0,31 0,17 0, 07[MEA]i -[MEA]f 0.31 0.17 0.11 0.09 0.07 0, 06Tableau 6 . Concentrations de la solution MEA adsorbée sur le charbon actif en poudre[MEA]i est la concentration initiale de la solution monoéthanolamine [mol/l].[MEA]f est la concentration finale de la solution monoéthanolamine [mol/l].
  18. 18. Méthode de calculOn a à la neutralisation : C1.V1 = C2.V2Pour [MEA]i :C1: concentration de la solution MEA.V1: volume de la solution MEA ajouté au charbon et leau distillée.C2 : [MEA]iV1 : volume total (eau + MEA) ajouté au charbon.Pour [MEA]f :C1: concentration de l’acide sulfuriqueV1: volume de l’acide sulfurique à léquilibre.C2 : [MEA]fV1 : volume du filtrat prélevé pour le dosage.
  19. 19. IV. 3.4.1 Calcul de la normalité de la solution monoéthanolamine :Les volumes de H2SO4 à l’équivalence (pour les trois essais) sont représentés dans letableau suivant ( Tableau 7 ) :Essais 1 2 3VH2SO4(ml) 6.67 6.67 6.7Tableau 7 . volume d’acide sulfurique H2SO4 à l’équivalenceVH2SO4 moy = 6.67 mlà l’èquivalence Na.Va = Nb.Vb (réaction acido-basique)Na : le titre de la solution d’acide H2SO4 ( 1N )Va : le volume de l’acide H2SO4 à la neutralisationNb :le titre de la solution de MEA ( à déterminer)Vb : le volume de la solution MEA utilisé ( 5ml )de l’équation d’équivalence : Nb = Na.Va / VbAN : Nb = 1. 6,67 / 5Nb = 1, 334 N.
  20. 20. IV.4.4.2 Etablissement de la courbe d’isotheme :La détermination de la courbe de l’isotherme d’adsorption est basée sur la théorie delangmuirMéthode de calculTracé du graphe de type : m/ci = ƒ (m)Où :m : la masse adsorbéeci : la concentration initiale de la solution monoéthanolamine.On se basant sur léquation de Langmuir : m = m0.bc/(1+bc) ………(1)Oùm0 : la masse nécessaire pour couvrir toute la surface dune couchemonomoléculaire.Et m est la masse adsorbée.(1) > m.(1+bc)=m0.bc> m + (bc.m)/c = m (bc/c) > m/c + bm = m b> m/c = mb – bm avec m = (Ci - Cf)/2.5g (de charbon)Les résultats sont résumés dans le tableau 8 suivant :
  21. 21. Flacon 1 2 3 4 5 6VH2SO4 (ml) 10.25 6.39 4.24 3.1 1.7 0.7[MEA]i (mol/l) = Ci 1,33 0,8 0,53 0,4 0,24 0,13[MEA]f (mol/l) = Cf 1,02 0,63 0,42 0,31 0,17 0, 07[MEA]i - [MEA]f 0.31 0.17 0.11 0.09 0.07 0, 06m (mole/g) 0.124 0.068 0.044 0.036 0.028 0.024m /Ci 0.09 0.085 0.08 0.09 0.11 0.18Tableau 8 . La quantité de MEA adsorbée par le charbon actif en poudreFigure 5. Courbe d’isotherme d’adsorption de la solution MEA sur le CP00.020.040.060.080.10.120.140.160.180.20 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12 0.14m/Cimm /Ci= f(m)m /Ci= f(m)Linéaire (m /Ci= f(m))
  22. 22. D’après l’isotherme d’adsorption réalisée, nous pouvons conclure que lecharbon actif en poudre, bien qu’il possède une grande surface spécifique,Cependant, son pouvoir de rétention envers le produit amine est plus faible .Ces résultats viennent confirmer ceux obtenus par titrage acido-basique.
  23. 23. Conclusion et perspectives
  24. 24. Le travail réalisé a porté sur l’étude de l’adsoprtion de la solution MEA régénéréutilisant les charbons actifs, en poudre et granulaire.Cette démarche vise à évaluer l’efficacité de l’adsorption d’une part et le choix du typede charbon actif comme adsorbant d’une autre part.Cette étude nous a permis de mettre en exergue un certain nombre de points fortimportants dont : La filtration de la solution MEA sur les charbons actifs en poudre et granulaire amontré une faible rétention de cette solution (environ 2%). Une adsorption notable de la quantité de fer sur les deux charbons utilisés, maismeilleure dans le cas du charbon actif en poudre en comparaison avec le charbonactif granulaire. Une diminution importante de la tendance à mousser après filtration sur les deuxcharbons actifs et notamment sur le charbon actif en poudre.A la lumiére de ces résultats, nous pouvons conclure, que la prise en compte de lafiltration sur le charbon actif est une étape incontournable pour remédier auxproblèmes évoqués.L’adsoption sur charbon actif en poudre, comme on s’y attendait, est privillégiée à cellesur charbon actif granulaire.Ceci peut être expliqué par la structure poreuse finementdivisée du charbon actif en poudre offrant une grande surface spécifique.
  25. 25. Par ailleurs, il est à noter que les propriétés de l’adsorbant sont évidemment desparamètres-clés du procédé de l’adsorption, qui déterminent largement la dimensiondes équipements, mais aussi les conditions opératoires. Ceci constitue une autreraison, outre les raisons déjà évoquées dans l’introduction, pour la quelle s’est baséenotre choix de charbon actif.En effet, l’unité de filtration sur charbon actif existe déjà, faisant partie du procédé deliquéfaction du gaz naturel. Cependant, et pour des raisons inexplicables, le procédé enquestion fût interrompu depuis environs deux décennies.Espérons, enfin, que ce modeste travail sensibilisera et motivera les responsables àprendre les mesures nécessaires pour redémarrer l’opération de l’adsoption etminimiser ainsi les problèmes évoqués.Nous recommandons pour cela l’intégration, ou plutôt la réintégration du procédé del’adsorption qui peut faire l’objet d’une étude complémentaire.

×