Storytelling,fiction durable  Pablo Altés, Designer numérique
Durable ? Tu te fous de nous ?  Je sais, ça fait tarte à la crème.   Développement durable, énergies renouvelables,   con...
Les Marques, une vue de l’esprit  D’abord, les marques existent-elles ? VRAIMENT ?  Pourquoi poser la question, puisqu’e...
Un scénario catastrophe  Commençons par une histoire. Imaginez…  Qu’adviendrait-il si du jour au lendemain, des millions...
Fiction ? Pas sûr !  Ce qui certain et qu’il faudra bien prendre en compte à un   moment ou un autre, c’est que les marqu...
Crise du «Temps de cerveau dispo»  Parce que l’attention du consommateur est une ressource en   voie d’épuisement, au mêm...
Vie, Mort, Renaissance  Alors OK, une marque, ça peut mourir.   D’où question beaucoup plus importante :  Les marques on...
Le come-back de la Morale  Avec un grand « M ». La crise l’a montré, même le Capitalisme   doit se Mo-ra-li-ser !  C’est...
L’esprit d’un siècle qui sera ou pas  Pas la peine de citer encore Malraux, le 21ème siècle,   tout ça. D’ailleurs, il pa...
« Parlons de moi,y’a que ça qui m’intéresse… »  Nos consumers veulent des histoires qui parlent d’eux,   comme ils sont v...
Le Sens en commun  Une histoire, c’est un truc qu’on invente  Une bonne histoire, c’est quand t’y crois  Une super hist...
La Temporalité  Pourquoi est-ce qu’on se souvient encore de   « Mais qu’est-ce tu bois doudou dis donc ? » ou de cette   ...
Comme on dit après        une jolie histoire,« Bonne nuit, les petits… »
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Storytelling - Fiction Durable

834 vues

Publié le

Une petite réflexion sur l\'évolution de la communication, dans le cadre du cercle de réflexion "Courts Circuits", en 2008.

Je précise que c\'était AVANT d\'être exposé aux théories sur la Communication Transformative de Laurent Habib !

Ce n\'est peut-être pas un hasard si je me suis retrouvé à travailler souvent pour C&O...

2 commentaires
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • bien vu, très bien vu !
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • Une petite réflexion sur l'évolution souhaitable de la communication à l'ére du durable, menée dans le cadre du cercle de réflexion 'Courts Circuits' en 2008.

    Je précise donc, AVANT d'être exposé aux théories de Laurent Habib sur la Communication Transformative. Finalement, je ne suis pas venu à travailler souvent pour C&O par hasard ;o)
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
834
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
2
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Storytelling - Fiction Durable

  1. 1. Storytelling,fiction durable Pablo Altés, Designer numérique
  2. 2. Durable ? Tu te fous de nous ?  Je sais, ça fait tarte à la crème. Développement durable, énergies renouvelables, constructions pérennes. Tout le monde en parle, mais personne n’y croit vraiment.  Pas ENCORE.  Tout voudrait être durable, et c’est normal, dans un monde ultra éphémère comme le notre. Vouloir CE QU’ON EST PAS pour compenser ce que l’on est vraiment, c’est à dire, RIEN.
  3. 3. Les Marques, une vue de l’esprit  D’abord, les marques existent-elles ? VRAIMENT ?  Pourquoi poser la question, puisqu’elles sont partout dans nos vies ? Surtout, c’est grâce à elles que vous et moi mangeons. C’est pour elles qu’on travaille.  Souvent, elles viennent nous demander de nous occuper d’elles, d’être leur Jiminy Cricket. Et le meilleur conseil à donner à Pinocchio est « Il ne faut pas mentir !»  Mais qui a dit qu’on ne pourrait pas se passer d’elles ?
  4. 4. Un scénario catastrophe  Commençons par une histoire. Imaginez…  Qu’adviendrait-il si du jour au lendemain, des millions de consommateurs découvraient qu’ils pouvaient vivre sans marques ?  Si la profusion de logos, d’images et de nouveaux produits dont nous sommes abreuvés quotidiennement suscitait tout à coup un rejet ? Si pris d’une frénésie de hard-discount, les consommateurs se mettaient à détester ce qu’ils ont tant aimé ? Pire encore, si du jour au lendemain, tous ces malheureux n’en avaient soudainement plus rien à faire, et que tous les communicants que nous sommes se retrouvaient à devoir cultiver des patates sur le toit de leur bel immeuble, en face de la Seine, pour avoir quelque chose à becqueter ?
  5. 5. Fiction ? Pas sûr !  Ce qui certain et qu’il faudra bien prendre en compte à un moment ou un autre, c’est que les marques sont mortelles, comme nous, comme les villes, comme les civilisations, comme toutes les créations humaines.  Les marques sont nos idoles modernes. Les idoles, si puissantes soient-elles, ont des pieds d’argile. (insérer pub GL avec L. Casta qui danse autour d’un € géant, si tu la trouves pas, mettre juste LC à poil).  Voilà (à mon avis) la grande leçon d’humilité qui risque de coûter la vie à certaines et faire fleurir celles qui sauront l’entendre.
  6. 6. Crise du «Temps de cerveau dispo»  Parce que l’attention du consommateur est une ressource en voie d’épuisement, au même titre que le pétrole. Là, on revient à l’idée de Durable.  L’acceptation béate de tous les messages qui venaient nous séduire dans leurs fringues pailletées est terminée. Plus de petit papa noël pour nous apporter tous ces beaux joujous que l’on voyait en rêve. Plus de croissance infinie du produit publicitaire brut.  Aujourd’hui la réalité cogne à notre porte, elle martèle même, car il n’est pas question que l’on la laisse dehors, défoncés que nous sommes par toutes nos baselines et nos jeux de stratégie.
  7. 7. Vie, Mort, Renaissance  Alors OK, une marque, ça peut mourir. D’où question beaucoup plus importante :  Les marques ont-elles une âme ? Si oui, est-elle immortelle ?  On en sait rien, on réfléchit. Mais les consommateurs veulent surtout qu’on leur parle de leur âme à eux, de ses états et de l’envie qu’ils ont de transformer, EUX, notre poubelle ronde en monde meilleur, à travers ce qu’ils font et ce qu’ils achètent. Tendance Treehugger.  D’où arrivée du Bio, retour de l’Humanisme, des marques respectueuses de l’environnement, surveillées par Greenpeace, qui ne font pas fabriquer par des petites enfants de la Chine, etc. etc. etc.
  8. 8. Le come-back de la Morale  Avec un grand « M ». La crise l’a montré, même le Capitalisme doit se Mo-ra-li-ser !  C’est comme pour le durable, personne n’y croit vraiment, pourtant…  Mythe fondateur : Un jour, Moïse est descendu de la montagne, avec ses tables de la Loi sous le bras, et a trouvé les hébreux en pleine party autour du Veau d’Or. Ça l’a foutu en rogne super grave… Moralité, tu n’oublieras pas la Morale.  Rappel du huitième commandement : Pas de faux témoignage (C’est d’ailleurs pour ça qu’on jure sur la Bible dans les séries américaines)  Amis Pharisiens, pas de panique, c’est un cycle.
  9. 9. L’esprit d’un siècle qui sera ou pas  Pas la peine de citer encore Malraux, le 21ème siècle, tout ça. D’ailleurs, il paraît que c’est pas lui qui l’a dit. En tous cas, on y est. Où ça ? Dans l’ère de la Spiritualité. Et c’est pas la crise des valeurs matérielles qui va arranger ça.  Donc, arrêter de montrer des voitures qui te font une plus grosse bite, les gens en ont marre.  Au contraire, bâtir de l’immatériel, du service, de la communauté…
  10. 10. « Parlons de moi,y’a que ça qui m’intéresse… »  Nos consumers veulent des histoires qui parlent d’eux, comme ils sont vraiment ou comme ils s’imaginent ou se projettent (Hein, d’ailleurs, moi aussi je pourrais être une star si je savais chanter…)  Bien sûr, il s’agit d’un « Moi » élargi à la famille, au groupe social, à tous ceux qui me font sentir être moi quand je suis avec eux.  Intuitivement, l’être humain est capable d’empathie et de sympathie, c’est à dire qu’il se reconnaîtra et adhérera à toute histoire humaine qu’il jugera véridique.
  11. 11. Le Sens en commun  Une histoire, c’est un truc qu’on invente  Une bonne histoire, c’est quand t’y crois  Une super histoire, c’est quand tu vibres en l’écoutant  Une histoire de folie, c’est le dernier truc qui m’est arrivé  La meilleure histoire, c’est le jour où je suis devenu un héros au yeux de tous  En résumé : Imagination, participation, intégration, valorisation sociale liée à l’utilité.
  12. 12. La Temporalité  Pourquoi est-ce qu’on se souvient encore de « Mais qu’est-ce tu bois doudou dis donc ? » ou de cette mère qui quand elle fait de la purée Mousline, elle est sûre que tout le monde en reprend ? Parce que c’était les meilleures pubs du monde ? Je ne crois pas.  Parce qu’elles sont passées pendant des années. Pareil pour cette golden shower de chocolat qui tombe en pleine poire d’une musique jazzy, qui n’a pas changé pendant 20 ans. C’est de la pub durable.  Il faut revenir au long tail, à une histoire inscrite dans le temps, qui est par définition la dimension narrative propre.
  13. 13. Comme on dit après une jolie histoire,« Bonne nuit, les petits… »

×