La Bhagavad-gita telle quelle est   Sa Divine Grâce A.C. Bhaktivedānta Swāmī Śrīla Prabhupāda       Le chant de Dieu en 18...
La Bhagavad-gita telle quelle est                              Sa Divine Grâce A.C. Bhaktivedānta Swāmī Śrīla Prabhupāda  ...
La Bhagavad-Gītā                       telle quelle est                                          PRÉSENTATIONLa Bhagavad-G...
Abbay Charan Bhaktivedānta Swāmī Śrīla Prabhupāda-1896, Abbay naquit dans une famille Vaiṣṇava à Calcutta.Son père Gour Mo...
1. Sur le champ de bataille de Kurukṣetra                       2. Aperçu de la Bhagavad-Gītā  Krishna conduit le char dAr...
De leau Je suis la saveur, ô fils de Kunti,        du soleil et de la lune la lumière,      des mantras védiques la syllab...
13. La nature, le bénéficiaire et la conscience                                 14. Les trois guṇas BG 14. 17 Qui en chaq...
Bhagavad-Gītā telle qu’elle est                                                  Sa Divine Grâce                          ...
QUI EST QUI jeu interactif, il s’agit d’assembler les liens de parenté, ou bien les conques des combattants. clic ici     ...
CHAPITRE 1 Sur le champ de bataille de KurukṣetraPrélude au combat (1et2)Alors que se déroule l’intrigue du Mahābhārata, l...
CHAPITRE 2 Aperçu de la Bhagavad-GītāL’étude analytique du corps et de l’âme conduit à la réalisation du soisans attacheme...
CHAPITRE 3 Le Karma-yoga                                                                                         Le corps ...
CHAPITRE 4            Le savoir spirituel et absoluConnaissance transcendantale (1-10)-Dans le chapitre précédent, le karm...
CHAPITRE 5        Laction dans la conscience de KrishnaAu chapitre 3 le savoir nous libère de la nécessité d’accomplir que...
CHAPITRE 6 Le Sāṅkhya-yoga (ou dhyāna-yoga, la méditation)Aussi appelé dhyāna-yoga/ou aṣṭāṅga-yoga, l’octuple sentier est ...
CHAPITRE 7 La connaissance de lAbsolu Les six premiers chapitres de la Gītā ont établi la différence entre l’âme (l’être v...
CHAPITRE 8 Atteindre lAbsoluKrishna répond aux 7 questions d’Arjuna (à l’heure où le Jīva quitte son corps matériel) : (1 ...
CHAPITRE 9          Le plus secret des savoirsLe chapitre précédent de la Gītā qualifiait de « confidentiel » le savoir tr...
CHAPITRE 10 Les gloires de lAbsolu Dès le septième chapitre, Krishna définissait Ses différentes énergies (matérielles et ...
CHAPITRE 11 La Forme UniverselleKrishna décrit Sa forme Universelle (1-8)Arjuna reconnaît la position suprême du Seigneur ...
CHAPITRE 12 Le service de dévotionLa Bhakti dépasse l’impersonnalisme (1-7)Aux chapitres précédents, Krishna expliquait le...
CHAPITRE 13 La nature, le bénéficiaire et la consciencekṣetra et kṣetra-jña (1-7)Le 13ème chapitre de la Gītā traite des d...
CHAPITRE 14 Les trois guṇasLe conditionnement des modes de la nature (1-9)Tel qu’expliqué au chapitre treize, le jīva s’es...
BG 14.                La nature matérielle est formée des trois guṇas : Vertu, Passion et Ignorance . Les 3 guṇas        ...
CHAPITRE 15 La Personne SuprêmeSe détacher du monde matériel (1-5)- Aux chapitres précédents, Krishna prône le bhakti-yoga...
CHAPITRE 16 Natures divine et démoniaqueDans ce chapitre, Krishna décrit et compare deux sortes de qualités et ceux qui le...
Bg condensée
Bg condensée
Bg condensée
Bg condensée
Bg condensée
Bg condensée
Bg condensée
Bg condensée
Bg condensée
Bg condensée
Bg condensée
Bg condensée
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Bg condensée

574 vues

Publié le

Résumé de la Gita

Publié dans : Spirituel
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
574
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Bg condensée

  1. 1. La Bhagavad-gita telle quelle est Sa Divine Grâce A.C. Bhaktivedānta Swāmī Śrīla Prabhupāda Le chant de Dieu en 18 Chapitres résumés Ce document pédagogique est destiné aux étudiants, qu’ils soient débutants ou confirmés. 1. Juste après la présentation du contexte historique, l’étudiant lit 2 ou 3 fois l’introduction et le jeu commence ! Tu dois demander à un ami de te poser les questions que tu viens de lire. FACILE N’EST-CE-PAS ! 2. Après la lecture de chaque chapitre résumé, résume encore en 2 ou 3 lignes. Quand tu as passé les 18 chapitres en revue, va comparer tes résumés avec la dernière page de ce document; ne triche pas, Krishna te regarde !! 3. Les Questions-Réponses à la fin de ce document : Bien s’entrainer avec les Questions-Réponses, les consulter plusieurs fois. 4. Les illustrations dans les tableaux peuvent s’imprimer sur bristol et se découper en jeu de cartes; fais tirer une carte à tes amis, ils doivent dire ce que leur inspire cette carte et s’ils le savent, dire le verset qui correspond ! (tu peux éventuellement écrire au verso ce verset ou juste sa référence) 5. AUTRE JEU : Tu peux commencer un verset et laisser tes amis le terminer : -Mes purs dévots absorbent en Moi leurs pensées … … Ils s’entretiennent de Moi sans fin, et trouvent une satisfaction et une joie immenses.. BG X 9 Ce sont des super animations pour recevoir tes amis ou autour d’un feu de camp; prévoir des récompenses pour les gagnants ! bhagavad-gita.org LES 10 LILAS-INCARNATIONS PRINCIPALES BG 4. 7 Qui est à l’origine de toutes les incarnations : BHAGAVĀN ŚRĪ KṚṢṆA.1 ère colonne : Matsya, Kūrma, Varāha, Nṛsiṁhadeva, Vāmanadeva,2ème colonne : Paraśurāma, Śrī Rāmacandra, Śrī Balarāma, Buddha, Kalki. ecole.namapedia.com
  2. 2. La Bhagavad-gita telle quelle est Sa Divine Grâce A.C. Bhaktivedānta Swāmī Śrīla Prabhupāda Le chant de Dieu en 18 Chapitres résumés Inspiration et Remerciements à lumieredesvedas.com Présentation …… Contexte historique et l’auteur Introduction …… Questions Réponses en mini-quizz Illustrations …… Les 18 chapitres QUI EST QUI …. jeu interactif Chapitre un …… Sur le champ de bataille de Kurukṣetra Chapitre deux…. Aperçu de la Bhagavad-Gītā Chapitre trois …. Le karma-yoga Chapitre quatre... Le savoir spirituel et absolu Chapitre cinq….. L’action dans la conscience de Krishna Chapitre six……. Le sankya-yoga (ou dhyâna-yoga) Chapitre sept…... La connaissance de l’Absolu Chapitre huit…... Atteindre l’Absolu Chapitre neuf….. Le plus secret des savoirs Chapitre dix…… Les gloires de l’Absolu Chapitre onze….. La forme universelle Chapitre douze… Le service de dévotion Chapitre treize…. La nature, le bénéficiaire et la conscience Chapitre quatorze. Les trois guṇas Chapitre quinze… La Personne Suprême Chapitre seize….. Natures divine et démoniaqueBG IV-3 Śrī Krishna dit à Arjuna : Chapitre dix-sept.. Les branches de la foi« Si je t’enseigne aujourd’hui cette science très ancienne, Chapitre dix-huit.. Le parfait renoncementc’est parce que tu es Mon ami et Mon dévot, 40 Versets illustrés et plus encore.et qu’ainsi tu peux en percer le mystère sublime. » Mini-Quizz des 18 chapitres résumésChaque chapitre de la Bhagavad-Gītā est un yoga, la science de la relation :entre l’âme individuelle et l’âme Suprême de Dieu.Les chapitres 1 à 6 parlent de la science de Dieu par les actions.Les chapitres 7 à 12 parlent du cœur de Krishna sur le chemin de la dévotion.Les chapitres 13 à 18 parlent de la science de Dieu par l’intellect.Śrī Krishna parle la Bhagavad-Gītā sur le champ de bataille de Kurukṣetra, il y a 3102 ans avant J.C. ;(l’année du couronnement de Mahārāja Yudhiṣṭhira)L’éternelle connaissance de la Bhagavad-Gītā précède les différentes religions établies des millénaires plus tard.Moïse 2 400 ans av JC, Buddha 600 ans av JC, puis Jésus, Mahomet 570-632.L’historique guerre fratricide entre les Kurus et les Pāṇḍu s’inscrit dans le récit du Mahābhārata écrit parŚrīla Vyāsadeva, l’incarnation littéraire de Śrī Krishna.Dans la Bhagavad-Gītā, Arjuna appelle le Seigneur Suprême Śrī Krishna par 41 noms différents.Quelques noms sont prédominants comme : Acyuta, Bhagavān, Govinda, Hari, Īśvara, Janārdana, Keśava,Hṛṣikeśa, Mādhava, Puruṣottama, Yogeśvara, Vāsudeva, Viṣṇu, Madhusūdana,1785 la Bhagavad-Gītā fut d’abord traduite en anglais par Charles Wilkins;1823 en latin par Schlegel ; 1828 en allemand par Von Humbolt;1846 en français par Lassens; 1848 en grec par Galanos.En l’an 2000, des traductions existent en 50 langues comme le russe, le chinois, le japonais, l’espagnol, l’italien,l’allemand, l’hébreu, le portugais, l’arabe, l’hindi, le bengali, etc. ...De nombreux érudits et notables ont lu la Bhagavad-Gītā et ont célébré son message universel :A. C. Bhaktivedānta Swāmī Prabhupāda : Si un seul homme devait, grâce à la Bhagavad-Gītā, devenir un pur dévotdu Seigneur, nous considérerons que nos efforts ont été couronnés de succès.Olivier Lacombe : Ce chant jouit dans le Brahmanisme de lautorité doctrinale la plus élevée. (La Sorbonne- 1975)Albert Einstein : Quand je lis la Bhagavad-Gītā, je pense à la manière dont Dieu créa l’univers, alors tout devient superflu.Mahatma Gandhi : Je puise dans la Bhagavad-Gītā un réconfort que je ne trouve pas ailleurs...Aldous Huxley : La Bhagavad-Gītā est le témoignage le plus compréhensible de la philosophie éternelle.Madhvācarya (13è siècle) : La Bhagavad-Gītā est apauruseya, ce qui indique son origine divine et éternelle.G.W. Hegel : Par la Bhagavad-Gītā nous pouvons atteindre une idée claire de la plus pratiquée, mais aussi de la plushaute de toutes le religions de l’Inde.André Malraux : Ce sont des paroles divines… l’action est purifiée quand l’homme est en communion suffisante avecDieu pour lui dédier sa vie comme un sacrifice. ecole.namapedia.com
  3. 3. La Bhagavad-Gītā telle quelle est PRÉSENTATIONLa Bhagavad-Gītā est universellement reconnue comme le joyau de la sagesse spirituelle de lInde.Elle représente lessence de la littérature védique. La nature de Dieu, de lâme, du cosmos, du temps,ainsi que le karma, la réincarnation, les différentes formes de yoga, la libération, le service de dévotion,et bien dautres sujets essentiels sont traités dans la Bhagavad-Gītā.La Bhagavad-Gītā présente un dialogue entre Śrī Kṛṣṇa la Personne Suprême,et Arjuna Son dévot, ami intime et disciple.Arjuna interroge Kṛṣṇa qui lui répond en exposant la science de la réalisation spirituelle.La Bhagavad-Gītā fait partie du Mahābhārata que compila Śrīla Vyāsadeva, lavatāra-Écrivain,paru sur Terre il y a 5 000 ans, comme Śrī Kṛṣṇa, pour faire le bien des générations à venir en mettantpar écrit la sagesse védique. LE CONTEXTE HISTORIQUE La matière du Mahābhārata est constituée par le récit historique des hauts faits du grand roi Bhārataet de ses descendants, jusquaux trois fils du roi Vicitravīrya : Dhṛtarāṣṭra, Pāṇḍu et Vidura.Dhṛtarāṣṭra aveugle de naissance, eut cent fils, dont le principal se nommait Duryodhana.Pāṇḍu hérita du trône (en raison de la cécité de son frère), il eut cinq fils:Yudhiṣṭhira, Bhīma, Arjuna, Nakula et Sahadeva;Jamais Dhṛtarāṣṭra navait accepté la prééminence de son jeune frère, et il éleva ses fils pour qu’ilsrègnent sur le monde, à la place des Pāṇḍavas, les fils de Pāṇḍu. Pāṇḍu mourut prématurément, et sesfils furent désormais placés sous la tutelle de Dhṛtarāṣṭra qui attenta à leur vie et à celle de leur mère,Prtha, quon appelle aussi Kuntī. Mais les complots de laveugle furent déjoués, grâce à la sainte in-tervention de Vidura, loncle des Pāṇḍavas, et à la protection aimante de Śrī Kṛṣṇa. Les guerriers et les chefs kṣatriya observaient un code de chevalerie qui leur interdisait de refuserun défi, pour le combat ou pour le jeu. Abusant de ce code, Duryodhana parvint à dépouiller lescinq frères de leur royaume par le jeu, et les força à un exil de douze ans. Ces douze annéesécoulées, les Pāṇḍavas se rendirent à la cour de Duryodhana, et lui demandèrent quelque terre où régner,car selon le code kṣatriya, un guerrier ne pouvait remplir dautres fonctions que de protecteur ou desouverain, mais Duryodhana les accabla de son mépris: jamais il ne leur accorderait fût-ce assez deterre pour planter une aiguille.Arjuna et ses frères neurent donc dautre choix que de recourir aux armes.Śrī Kṛṣṇa tenta dintervenir en faveur dun règlement pacifique, mais Duryodhana était déterminéà gouverner la Terre comme bon lui semblait et à se défaire des Pāṇḍavas, dont lexistence mêmemenaçait son droit à la couronne.Les Pāṇḍavas, purs dévots du Seigneur, et de la plus haute vertu morale,reconnaissaient Kṛṣṇa comme Dieu la Personne Suprême;mais les fils de Dhṛtarāṣṭra, privés dune telle vertu, saveuglaient sur Sa nature divine.Śrī Kṛṣṇa offrit cependant de participer à la bataille, en respectant le désir de chacun des antagonistes.Arjuna choisit Śrī Kṛṣṇa qui devint le conducteur du char,et Duryodhana choisit les armées du Seigneur.Alors commença la Bhagavad-Gītā : les armées furent déployées en ordre de combat, et Dhṛtarāṣṭra inquiet, demanda à son secrétaire, Sañjaya, de lui décrire la situation. "Quont fait mes fils et les fils de Pāṇḍu?" La bataille de Kurukṣetra dura dix-huit jours, entraîna la mort de 640 millions dhommes, uniquement des militaires accourus du monde entier pour se mettre au service des Kurus ou des Pāṇḍus. La défense dans la civilisation védique utilisait des armes nucléaires (brahmāstra) plus subtiles que les nôtres, mais aussi des armes psychiques,et dautres encore agissant par leau, lair, le feu, toutes dotées dun grand pouvoir destructeur. ecole.namapedia.com
  4. 4. Abbay Charan Bhaktivedānta Swāmī Śrīla Prabhupāda-1896, Abbay naquit dans une famille Vaiṣṇava à Calcutta.Son père Gour Mohan avait un magasin de tissus, mais son occupation première était le pūjā.Il voulut que son fils joue du mṛdaṅga et soit un dévot de Rādhārāṇī.Il refusa de l’envoyer en Angleterre pour étudier le droit et devenir un alcoolique et un coureur de jupons.-Abhay était un enfant chéri. Sa mère remplissait ses poches de Kachauri ‘friandise salée’.Il pleura pour avoir deux pistolets en disant : ‘c’est parce que j’ai deux mains !’.Il conduisit un mini Jagannātha Ratha-yātrā, le festival du Seigneur de l’Univers.Il peignit personnellement le char avec les seize colonnes, le cheval en bois et le cocher.-1902, son père lui acheta des petites Déités de Rādhā-Kṛṣṇa, Abbay les mettaient au lit; il offrait sanourriture et des lampes de ghee. Abbay Charan disait : ‘Je jouais au cerf-volant avec ma sœur Pishima,elle priait Govinda, alors son cerf-volant volait plus haut que le mien !’-1922, Abbay achève ses études à lUniversité de Scottish Church à Calcutta. Afin de protester avecMahātma Gandhi contre l’occupation britannique, il refusa ses diplômes de philosophie et d’économie.-1922, Abbay rencontra Śrīla Bhaktisiddhānta, le fondateur des 64 Gauḍīya-Maṭha ‘Vedic institutes’;Le maître ordonna à Abbay de prêcher la conscience de Krishna au public anglais.-1932, Śrīla Śrīmad Bhaktisiddhānta Sarasvatī Gosvāmī Mahārāja Prabhupāda mena une processionde mille dévots autour de Vraja. Śrīla Bhaktisiddhānta convainquit des prêtres de Vṛndāvana,que l’on est un brāhmaṇa en qualités et pas de naissanceet qu’un homme ordinaire peut devenir un brāhmaṇa s’il est initié par un maître authentique,tout comme le fer mélangé au mercure se transforme en or;toute personne qui chante Hare Kṛṣṇa devrait être reconnue comme une personne sainte.-1933, Śrīla Bhaktisiddhānta initia Abbay à Allahabad.-1935, À Rādhā Kuṇḍa, Śrīla Bhaktisiddhānta dit :« Si un jour tu as de l’argent, imprime des livres pour le monde occidental. »-1936, Śrīla Bhaktisiddhānta, son maître spirituel quitta ce monde.-1944, Abbay rédigea tout seul le BTG, Back To Godhead, un magazine bi-mensuel.-1947, la Société Gauḍīya Vaiṣṇava l’honora avec le titre Bhaktivedānta. mridanga & kartal-1950-54, il adopta le vānaprastha, l’ordre du renoncement.-1959, il reçut sannyās de Śrīla Bhakti Prajñāna Keśava Mahārāja à Mathurā, imprima trois livres du Śrīmad-Bhāgavatam. Il écrivit Easy Journey to Other Planets.-Au temple Rādhā Dāmodara, il resta cinq ans jusqu’en 1965.-1965, il supplia Sumati Morarji « Je dois partir, Mon maître spirituel me l’a ordonné. »Elle lui donna le ticket, il embarqua pour l’Amérique sur le Jaladhuta, cargot à vapeur.Il souffrit de deux attaques cardiaques.A New-York il trouva un vieux magasin ‘le cadeau sans pareil’ et ouvrit un temple avec ses disciples.-1966, en juillet, il enregistra ISKCON. Śrīla Prabhupāda et ses disciples firent des kīrtanas (chant religieux) à Tompkins Square Park. La devise était ‘vie simple et hautes pensées’.-1971, SP prêche à Moscou.-1972, SP enseigne le sanskrit dans la première école de Dallas, le Gurukula .-1974, SP et ses disciples chantent devant 10 000 personnes à San Francisco au festival du Ratha-yātrā.-1975, SP ouvre le temple Krishna-Balarāma à Vṛndāvana; et Śrīdhāma Māyāpur au Bengale-1977, SP retourne à Dieu, le 14 novembre. SP fit 12 fois le tour du monde, fit 5000 disciples, fonda 108 temples, des ashrams, des écoles, des fermes communautaires. Il écrivit soixante volumesutilisés dans de nombreux collèges, traduits en 11 langues, puis 50 langues en l’an 2000. Rādhā Dāmodara 1965 1975 1965 ecole.namapedia.com
  5. 5. 1. Sur le champ de bataille de Kurukṣetra 2. Aperçu de la Bhagavad-Gītā Krishna conduit le char dArjuna, Son pur dévot. La transmigration de lâme BG 2. 13 Copywright asitis.com 3. Le karma-yoga 4. Le savoir spirituel et absoluQu’est-ce qui, même contre son gré, pousse l’être au Il te faut, armé du glaive du savoir, trancher les doutes péché, comme s’il y était contraint ? BG 3. 36 que lignorance a fait germer en ton coeur… BG 4. 42 5. L’action dans la conscience de Krishna 6. Le sankya-yoga Lhumble sage … voit dun oeil égal le brāhmaṇa Qui a maîtrisé le mental, et ainsi gagné la sérénité, noble et érudit, la vache, léléphant, … BG V 18 a déjà atteint lAme Suprême … BG 6. 7 ecole.namapedia.com
  6. 6. De leau Je suis la saveur, ô fils de Kunti, du soleil et de la lune la lumière, des mantras védiques la syllabe OM. Je suis le son dans léther, et dans lhomme laptitude. BG 7. 8 7. La connaissance de l’Absolu BG 7. 6 8. Atteindre l’Absolu De toutes choses en ce monde, matérielles comme ...celui qui toujours se souvient de Moi, sans écart, spirituelles, sache que Je suis lOrigine et la Fin. Matteint sans peine, ô fils de Pṛthā BG 8. 14 9. Le plus secret des savoirs BG 9. 22 10. Les gloires de l’Absolu Ceux qui Madorent avec dévotion, … Je comble … Je dissipe, du flambeau lumineux de la connais- leurs manques et préserve ce quils possèdent. sance, les ténèbres nées de lignorance. BG 10. 11 11. La forme universelle 12. Le service de dévotion… Je te confère les yeux divins par quoi tu pourras Simplement fixe ton mental sur Moi, Dieu, la Per-contempler Mes inconcevables pouvoirs. BG 11. 8 sonne Suprême, et loge en Moi toute ton intelligence. Ainsi, nul doute, tu vivras toujours en Moi. BG 12. 8 ecole.namapedia.com
  7. 7. 13. La nature, le bénéficiaire et la conscience 14. Les trois guṇas BG 14. 17 Qui en chaque être voit lAme Suprême, partout la même, De la vertu naît le savoir véritable, et de la passion lavidité. ne laisse pas son mental lentraîner à la dégradation. La folie et la sottise, lillusion aussi, viennent de lignorance. Ainsi parvient-il au but suprême et absolu. BG 13. 29 15. La Personne Suprême BG 15. 06 16. Natures divine et démoniaque BG 16. 7 Ce Royaume suprême, le Mien, ni le soleil, ni la lune, Ce quil faut ou ne faut pas faire, les êtres démoniaques ni la force électrique ne léclairent. lignorent. En eux, ni pureté, ni juste conduite, ni véracité. Pour qui latteint, point de retour en ce monde. Vivasvān, Brahmā, Śiva BG 17. 417. Les branches de la foi - Les hommes gouvernés par: 18. Le parfait renoncement BG 18. 57-la vertu vouent leur culte aux dévas, Dans tous tes actes, ne dépends que de Moi, et place-toi-la passion, aux êtres démoniaques, toujours sous Ma protection. Ce service de dévotion,-lignorance, vivent dans le culte des fantômes et autres esprits. accomplis-le en pleine conscience de Ma Personne. ecole.namapedia.com
  8. 8. Bhagavad-Gītā telle qu’elle est Sa Divine Grâce A.C. Bhaktivedānta Swāmī Śrīla Prabhupāda Lire une fois les Questions-Réponses, demandez à quelqu’un de vous poser les questions. Les réponses sont en rouge. C’est facile !Que représente cette image ? Citez les 5 relations avec Dieu :les 5 chevaux: les 5 sens appelées : svarūpa-siddhiles rênes : le mental -śānta : neutre ... l’herbe,le chauffeur : l’ intelligence les arbres, les animauxle passager : l’âme -dāsya : service de dévotionle chariot : le corps -sakhya : amical comme ArjunaQuels sont les quatre défauts -vātsalya : parental, Yaśodā...de l’être humain ? -mādhurya: conjugal Śrī Rādhé1) commettre des erreurs,2) être illusionné, Quels sont les attributs de Sur les planètes supérieures3) tromper autrui, Dieu dans sa forme complète comme la lune et le soleil, y a-t-il4) avoir des sens imparfaits ‘vigraha’ de Syamasundara ? naissance, mort, maladie etQuels sont les trois modes de -sat : éternité du Brahman vieil âge comme sur lesla nature matérielle ? planètes intermédiaires: la terrevertu -passion -ignorance ‘aspect impersonnel de l’absolu’ planètes inférieures: PātālalokaSattva guṇa -raja guṇa -tama guṇa Sandhinī-śakti OuiKrishna dit j’incarne la BG : -cit : connaissance du Paramātmā ‘âme suprême en chaque être’ Ce monde matériel représenteCh. 1 à 5 : mes 5 têtes un quart de Goloka VṛndāvanaCh. 6 à 15 : mes bras Samvit-śakti -ānanda : joie de Bhagavān le ciel spirituel; de ce ciel émaneCh. 16 : mon estomac une lumière qui s’appelle ?Ch. 17-18 : mes 2 pieds de lotus. ‘possesseur des six opulences’ Hlādinī-śakti Brahmajyoti Bg 15.6Pourquoi le Seigneur descend- Un homme qui tue un animal Comment se souvenir duil dans ce monde mortel ? crée -t-il du karma ? Seigneur, 24 heures par jour ? Pour montrer Ses divertisse- (réaction bonne ou mauvaise) Écouter, chanter, se souvenirments joyeux à Vṛndāvana, Oui il est responsable; des noms de Dieu. SB 7.5.23avec Ses amis les pâtres, les un animal qui en tue un śravaṇaṁ kīrtanaṁ viṣṇoḥ ...gopīs, les vaches, tout ses amis. autre n’est pas responsable. Citez 5 vérités essentielles de la science de Quelle est la religion éternelle, Dieu appelée Vérité Absolue : BG VII - 5 qui n’a ni début ni fin ? sanātana-dharma 1. īśvara : contrôleur dans le cœur de chacun. Qu’est-ce que la svarūpa de chacun ? 2. jīvas : les êtres vivants subordonnés à Dieu. C’est la position constitutionnelle de chacun 3. prakṛti : la nature cosmique temporaire. de pouvoir rendre service au Suprême, 4. karma : l’action temporaire. tout comme un ami sert un autre ami. 5. kala : la durée de vie de l’univers. Puisque l’humanité a besoin d’unité, Devinez à quoi est comparé ? que Srila Prabhupada propose t-il? Qu’il y ait : La Bhagavad-gītā : à une vache, une sainte écriture : Bhagavad-gītā, Śrī Kṛṣṇa : à un pâtre, un Dieu : Śrī Kṛṣṇa, L’essence des Védas : à du lait, un mantra : Hare Kṛṣṇa, Arjuna buvant le lait : au veau. un travail : le service à Dieu la Personne Suprême. Les 4 chatur ślokas : BG X 8,9,10,11 10 -Ceux qui toujours Me servent et M’adorent 8 -De tous les mondes spirituels et matériels, avec amour et dévotion, Je leur donne l’intelli- Je suis la source, de Moi tout émane. gence par quoi ils pourront venir à Moi. Les sages qui connaissent parfaitement cette 11-Vivant dans leur cœur, vérité, de tout leur cœur Me servent et M’adorent. et plein pour eux de compassion, Je dissipe, 9 -Mes purs dévots absorbent en Moi leurs pensées ... du flambeau lumineux de la connaissance, Ils s’entretiennent de Moi sans fin, les ténèbres nées de l’ignorance. et trouvent une satisfaction et une joie immenses.. ecole.namapedia.com
  9. 9. QUI EST QUI jeu interactif, il s’agit d’assembler les liens de parenté, ou bien les conques des combattants. clic ici CAMP DES KAURAVAS CAMP DES PĀṆḌAVAS Dhṛtarāṣṭra + Gāndhārī. Pāṇḍu + Kuntī et Mādrī. Sañjaya : secrétaire de l’aveugle roi Dhṛtarāṣṭra. Yudhiṣṭhira : l’aîné des Pāṇḍavas engendré par Dharmarāja, Vyāsadeva (l’incarnation littéraire de Kṛṣṇa) lui conféra le le garant des principes religieux et de la justice. don de vision afin de narrer la bataille de Kurukṣetra; La dispute de sa succession au trône fut à l’origine de la il fut également un roi dans la dynastie Ikṣvāku. bataille de Kurukṣetra. Ensuite il fut nommé empereur du monde à la cérémonie rājasūya-yajña. Bhīṣma : fils de Mahārāja Śantanu et Gaṅgā-dévī. Il n’eut jamais d’enfant mais éduqua les princes Dhṛtarāṣṭra Bhīmasena : 2ème Pāṇḍava, la reine Kuntī invoqua le déva et Pāṇḍu. Il est un des 12 mahājanas qui enseignent le servi- Vāyu pour l’engendrer, car son mari Pāṇḍu ne pouvait ce de dévotion. Il est l’aïeul des guerriers Kuru qui conduisit concevoir d’enfant à cause d’un mauvais sort. les armées de Duryodhana. Le 10è jour de la bataille de Combattant à la masse, mangeur vorace, impitoyable envers Kurukṣetra, il fut assailli par les flèches d’Arjuna. les agresseurs, il tua tous les frères Kaurava. Il trépassa glorieusement à un moment de son choix. En présence de Śrī Kṛṣṇa, il instruisit Yudhiṣṭhira pendant 52 jours. Arjuna : 3ème Pāṇḍava et grand archer. La reine Kuntī invoqua le déva Indra (Dieu de la pluie) pour l’engendrer. Śakuni : frère de Gāndhārī. Il tricha au jeu de tric-trac Kṛṣṇa conduisit son char, et lui enseigna la Bhagavad-gītā (les échecs) pour faire perdre aux Pāṇḍavas leur royaume, juste avant la bataille de Kurukṣetra. leur épouse. Complotant avec Duryodhana, il les obligea à Dans sa vie passée, Arjuna était Nara, un associé eternel du s’exiler pendant 12 années et la 13è année ils devaient rester Seigneur Nārāyaṇa à Badarikā (Himālayas), pratiquant de incognito. À la bataille de Kurukṣetra il fut tué par Sahade- sévères austérités pour le bienfait du monde. va (le 5ème Pāṇḍava). Drupada : roi de Pāñcāla, père de Draupadī et Dhṛṣṭadyumna. Duryodhana : premier des 100 fils de Dhṛtarāṣṭra. À la suite de sa querelle avec Droṇa son ami d’enfance, Afin de devenir le roi du monde, il attenta plusieurs fois à il organisa une cérémonie pour obtenir un fils qui tuerait la vie de ses cousins les Pāṇḍavas. Droṇa et une fille qui marierait Arjuna. Mais finalement Avec arrogance il ignorait les conseils de Bhīṣma, Drona c’est Droṇa qui le tua à la bataille de Kurukṣetra. et Kṛṣṇa. Il entraina les Kurus dans la bataille de Kurukṣetra. Comme tous ses frères, il périt des mains de Bhīma qui le Draupadī : fille de Drupada et épouse des cinq Pāṇḍavas. frappa à la cuisse, pour avoir désiré Draupadī. Lors du svayaṁvara le choix de l’époux, Arjuna gagna sa main en tirant une flèche dans l’œil d’un poisson qui tour- Duḥśāsana : deuxième fils de Dhṛtarāṣṭra. Il humilia la nait sur une girouette. princesse Draupadī en la trainant par ses cheveux sanctifiés, Pour avoir tenter de la déshabiller dans l’assemblée royale, devant toute l’assemblée des Kurus. Il fut tué par Bhīma les Kurus furent condamnés à l’annihilation de leur dynastie. pendant la bataille de Kurukṣetra. (Droṇa Parva, Mahābhārata) Grande dévote de Kṛṣṇa, Surya, le dieu du soleil lui donna un récipient qui fournissait de la nourriture une fois par jour. Dronācārya : un brāhmaṇa puissant qui devint expert dans les arts martiaux. Il enseigna les Pāṇḍavas et les Dhṛṣṭadyumna : frère jumeau de la princesse Draupadī; Kauravas. Au service de Dhṛtarāṣṭra, il combattit en tant Drupada les fit naître pour détruire la dynastie Kuru. que général des Kauravas. Son fils était Aśvatthāmā. Général des armées, dans le camp des Pāṇḍavas, Il fut tué par Dhṛṣṭadyumna (le fils de Drupada). il trancha la tête de Droṇa selon la prédiction de son père. (Pourtant Droṇa lui avait communiqué tous ses secrets guerriers). Aśvatthāmā : fils de Droṇācārya, ami de Duryodhana Il fut tué par Aśvatthāmā à la fin de son sommeil. il combattit contre les Pāṇḍavas. À la fin de la bataille, il se vengea désespérément en tuant les cinq fils des Abhimanyu : fils unique d’Arjuna et Subhadrā. Pāṇḍavas pendant leur sommeil. Il n’avait pas 20 ans quand il fut pris au piège par les Kuru, Il attenta aussi à l’embryon de Uttarā, Mahārāja Parīkṣit le et tué par le fils de Duḥśāsana. dernier héritier qui fut finalement protégé par Kṛṣṇa. Son épouse Uttarā, était enceinte du futur Mahārāja Parīkṣit. Kṛpācārya : fils de Śaradvān. Brāhmaṇa de naissance, Kāśīrāja : roi de Kāśī : Bénarès, ville favorite de Śiva, enclin au devoir guerrier, il enseigna le Dhanur-Veda : (vers Prayāga au bord de la Gaṅgā). L’un des 7 lieux sacrés la science de la guerre : aux princes Pāṇḍavas et Kauravas. qui confèrent la libération. Bhīṣma y kidnappa 2 princesses Il fut un général dans le camp des Kauravas. qui deviendront les mères de Dhṛtarāṣṭra et Pāṇḍu. Plus tard il enseigna Mahārāja Parīkṣit. Lieu où Śrī Caitanya convertit au Vaiṣṇavisme, ‘le bhakti- yoga’, l’impersonnaliste Prakāśānanda Sarasvatī. Karṇa : fils caché de Kuntī, né avant son mariage avec le roi Pāṇḍu. Elle avait reçu un mantra de Durvāsā Muni qui Kṛṣṇa : Dieu la Personne Suprême dans Sa forme originelle, lui permettait d’appeler des dévas et concevoir des enfants. assume le rôle d’un jeune pâtre à Vṛndavana. À l’âge de 10 En toute innocence elle appela Sūrya, le dieu-soleil et ans, Il partit à Mathura et Dvāraka où Il fut un vaillant prince. Karṇa fut conçu. Par crainte de sa famille, elle abandonna Śrī Kṛṣṇa est l’origine de toutes les incarnations. son enfant dans un panier qui navigua sur la rivière. Il fut recueilli par le cocher Adhiratha et Rādhā. Vyāsadeva : fils de Parāśara et Satyavati, Après la mort de Droṇācārya il était devenu général des il rédigea le Mahābhārata. Il guida souvent les Pāṇḍavas. armées. Il combattit contre les Pāṇḍavas, fut tué par Arjuna. Il vit toujours à Badarikāśrama dans les Himālayas. À la demande de sa mère, il féconda les princesses Ambikā et Ambālikā qui engendrèrent Dhṛtarāṣṭra et Pāṇḍu. Le représentant de Vyāsa s’assoit sur un vyāsāsana. ecole.namapedia.com
  10. 10. CHAPITRE 1 Sur le champ de bataille de KurukṣetraPrélude au combat (1et2)Alors que se déroule l’intrigue du Mahābhārata, les armées antagonistes,les Pāṇḍavas contre les Kauravas se préparent à l’offensive.La diplomatie de Duryodhana (3à11)Duryodhana rappelle à Dronācārya son erreur d’avoir communiquéses secrets au fils de son ennemi; également il ne devra pas être indulgentenvers les Pāṇḍavas qui furent ses élèves affectueux.Signes de la victoire des Pāṇḍavas (12à20) bhagavad-gita.org-Kurukṣetra (à 90 miles Delhi-Nord) est un lieu de culte sacré de la dynastie Kuru. Brahmā avait béni le roi Kuru que celui qui mourrait à Kurukṣetra pendant la bataille, serait promu directement sur les planètes édéniques.-Śrī Kṛṣṇa conduit le char d’Arjuna; là où est Kṛṣṇa, la déesse de la fortune est aussi présente. Hanumān aussi est présent.-Les Pāṇḍavas soufflent glorieusement dans leur conques divines, (le symbole de Visṇu). Ils ont totale confiance en Kṛṣṇa.Krishna est Bhakta-Vātsala la relation parentale (21à27)Krishna a accepté de conduire son char, Il est Acyuta, il ne manque jamais d’affection envers son dévot.Arjuna, horrifié, voit alors ses proches et ses amis dispersés dans les deux camps, prêts à livrer bataille.Arjuna est Gudakeśa, celui qui a conquis, sommeil et ignorance; Kṛṣṇa est Hṛṣīkeśa maître des sens de tous les êtres.Les 5 nobles raisons de ne pas combattre (28-46) [Krishna répondra aux 5 raisons d’Arjuna au chapitre 2]1) la compassion : Arjuna est accablé de chagrin, il ne veut pas tuer ses proches. (28,29,30)2) la réjouissance : Que peut apporter de bon ce combat, où sera massacrée ma propre famille? (31-35)3) destruction de la famille : Arjuna pense que ses rivaux ne comprennent pas les conséquences néfastes dun tel défi. (37-38)4) crainte des réactions pécheresses : Faire périr les anciens est une faute capitale; Une progéniture indésirable envahira la société. (39-44)5) indécision : Mieux vaut mourir ..., sans armes et sans faire de résistance, que de lutter contre eux. (44-46) Śrīla Vyāsadeva écrit cette épopée Bhīṣma, l’aïeul a fait ce vœu déchirant de ne jamais engendrer de la Bhagavad-Gītā ; afin de laisser le trône aux 2 fils de Satyavati, la 2ème épouse Il est fils de Parāśara et de Satyavati, de son père Mahārāja Śantanu. Bien qu’il fut un ascète, il engendra 3 fils : Bhīṣma fut blessé le 10è J de la bataille. Dhṛtarāṣṭra : l’aveugle Pāṇḍu : le blême Vidura : le fils d’une servante ecole.namapedia.com
  11. 11. CHAPITRE 2 Aperçu de la Bhagavad-GītāL’étude analytique du corps et de l’âme conduit à la réalisation du soisans attachement aux fruits de l’action.La confusion : (1-10)- Suite à l’indécision d’Arjuna, Krishna l’appelle non-aryen, celui qui ignore les valeurs de la vie (2). La théorie de l’invasion des Aryens venant de l’Iran a été prouvé fausse en 1990. La vérité est que les Aryens sont des Hindous d’origine.- Plutôt que de rester perplexe et confus devant les problèmes de lexistence, il faut demander l’aide du maître spirituel. Arjuna sen remet à Krishna pour recevoir son enseignement : « La défaillance m’a fait perdre tout mon sang-froid; je ne vois plus où est mon devoir. Indique-moi clairement la voie juste. Je suis à présent Ton disciple et m’en remets à Toi; Śrī Kṛṣṇa sourit en voyant que éclaire-moi, je T’en prie. » (7) Son ami a choisi de devenirJñāna-yoga - l’âme est éternelle sat, le corps est temporaire asat (11à30) Son disciple. BG 2. 10-Kṛṣṇa confirme Son individualité dans le passé, le présent et le futur, (12) ainsi que les êtres distincts qui sont des émanations de Lui-même.-Ce qui fait l’individualité de l’âme sont ses caractéristiques éternelles : non née, immortelle, originelle, elle ne peut-être fendue, brûlée, mouillée, desséchée. (23) elle est invisible, inconcevable.-Celui qui est sobre dhīraḥ ou sage paṇḍitāḥ, n’est pas troublé par le changement de corps, ni par les joies et les peines. (14)-Krishna argumente à la première raison de ne pas combattre : la compassion d’Arjuna. Afin de calmer Arjuna, horrifié à l’idée de tuer ses proches, Krishna met en contraste la nature éternelle de l’âme(le vrai soi) avec la nature temporaire du corps matériel (l’enveloppe extérieure de l’âme).- L’âme (âtmâ) est éternelle; elle continue d’exister même après la mort du corps :« L’âme ne connaît ni la naissance ni la mort. Vivante, elle ne cessera jamais d’être.Non née, immortelle, originelle, éternelle, elle n’eut jamais de commencement et jamais n’aura de fin.Elle ne meurt pas avec le corps. » (20)- À la mort, l’âme transmigre dans un nouveau corps : « À l’instant de la mort, l’âme revêt un nouveau corps etquitte l’ancien, devenu inutile, de même qu’on se défait de vêtements usés pour en revêtir de neufs. » (22)-La violence est autorisée seulement si Krishna l’ordonne. (29 et 30)-Si le corps est un assemblage de particules chimiques, selon les athées, pourquoi se lamenter sur une telle perte !Karma-kāṇḍa (31-38) enseigne les devoirs prescrits « Tu connais tes devoirs de kṣatriya : ils t’enjoignent de combattre selon les principes de la religion; tu ne peux donc hésiter. » (31)- Réponse de Krishna à la 2è raison de ne pas combattre du chapitre 1. - quelle réjouissance y a-t-il à combattre :Arjuna ne devrait pas s’affliger d’avoir à tuer le corps temporaire dans l’exécution de son devoir de kṣatriya (soldat),qui consiste à prendre part à la bataille imminente :Vainqueur, Arjuna obtiendra le royaume; tué au combat, il verra souvrir pour lui la porte des planètes édéniques.Quoiquil arrive, le combat tournera à son avantage. (32)- Réponse de Krishna à la 4è raison de ne pas combattre du chapitre 1. - crainte des réactions pécheresses :-Tu pécheras pour avoir manqué au devoir, et perdras ainsi ton renom de guerrier. (33)-Les hommes, à jamais, parleront de ton infamie, et pour qui a connu les honneurs, la disgrâce est pire que la mort. (34)Buddhi-yoga (39-53) accomplir le service de dévotion en étant détaché du fruit de l’action.Qui marche sur cette voie est résolu dans son effort, poursuit un unique but (41).Krishna explique ensuite l’art d’agir, le karma-yoga.«Sois ferme dans le yoga, ô Arjuna. Fais ton devoir, sans être lié ni par le succès ni par léchec.Cette égalité dâme, on lappelle yoga.» (48).Sthita-prajñā être situé au niveau spirituel (54-72) 2. 54 Arjuna dit: A quoi reconnaître……………..(Les réponses de Krishna)1) Celui qui baigne ainsi dans la Transcendance? ... (2. 55) le sthita-prajñā s’affranchit des milliers de désirs ...2) Comment parle-t-il, et avec quels mots? ……….(2. 56) les trois formes de souffrance ici-bas naffectent plus …3) Comment sassied-il et ………………………….(2. 58,59) lâme incarnée goûte une joie supérieure4) Comment marche-t-il, ô Keśava? ……………….(2. 64) Il maîtrise ses sens en observant les principes régulateurs. ecole.namapedia.com
  12. 12. CHAPITRE 3 Le Karma-yoga Le corps de tout être subsiste grâce aux alimentsRenoncement ou travail (1à9) dont les pluies permettent la croissance.Arjuna est déconcerté par les instructions de Krishna, il croit à tort que Et les pluies coulent Ses instructions sont équivoques : (1-2). du yajña, le sacrifice quaccomplit lhomme-Comment peut-on se livrer simultanément à l’action en sacquittant des devoirs qui lui sont-et maîtriser ses sens, fixant ses pensées et son intelligence sur le Suprême ? prescrits. BG 3. 14Du Karma-kāṇḍa au karma-yoga (10à16)Krishna lui demande de s’engager dans la guerre, remplis ton devoir.Le Karma, l’action intéressée, apporte souffrances et plaisirs matériels.Agréables ou non, les fruits de l’action nous lient au cycle des morts et renaissancessuccessives en l’Univers matériel.Mais Krishna ajoute que l’inaction ne suffit pas à nous protéger contre les chaînesde la matière qui nous asservissent.Par nature, chacun se voit contraint d’agir, ne serait-ce que pour maintenir son corpsphysique.Il s’agit donc de travailler de façon à ne pas s’empêtrer davantage dans la matière.Cet art d’agir le karma-yoga consiste à œuvrer pour la satisfaction de l’Être Suprême (Viṣṇu ou Kṛṣṇa) :« Mais l’action, il convient de l’offrir en sacrifice à Vishnu, de peur qu’elle enchaîne son auteur au monde matériel.Aussi, ô fils de Kuntī, remplis ton devoir afin de Lui plaire, et à jamais tu seras libéré des chaînes de la matière. » (9)- Le karma-yoga nous élève graduellement jusqu’au bhakti-yoga, le pur service de dévotion à Krishna.Le yajña (sacrifice), cest-à-dire les devoirs prescrits dans les Védas, et qui peu à peu purifient, élevant leur auteur del’action intéressée à l’action spirituelle (10-16).Niṣkāma-karma yoga (17-35)connaissance et détachement pour la satisfaction de Viṣṇu.- L’être pleinement réalisé n’a plus besoin d’accomplir de tels devoirs, par la nature.étant d’ores et déjà entièrement pur et son service rendu lumineux par le Seigneur.Il doit cependant continuer d’exécuter ses devoirs pour montrer l’exemple aux êtresattachés aux fruits du travail (17-29). Il n’est pas l’auteur de ses actesConcluant Ses instructions sur le karma-yoga et le yajña, Krishna prie Arjuna :«Me consacrant toutes tes actions, absorbant tes pensées en Moi, libre de touteindolence, de tout égoïsme et de toute motivation personnelle, combats. » (30)Arjuna demande pourquoi on doit agir ainsi, Krishna explique le karma-yoga,ou l’art d’accomplir des actions libres de tout désir de gain intéresséet dédiées à l’Âme Suprême (35).Concupiscence et colère (36-43)« Qu’est-ce qui, même contre son gré, pousse l’être au péché, comme s’il y était contraint ?» (36)Krishna répond : « C’est la concupiscence, ce dévastateur de la connaissance et de la réalisation spirituelle. »Il prescrit la façon de conquérir cette source de péché : la maîtrise des sens inspirée par le savoir spirituel.Les sens (indriyas), le mental (manas) et l’intelligence (buddhi), voilà où se loge cette concupiscence. Sachant le soi au-delà des sens, mental et intelligence matériels : « Maîtrise ta nature inférieure par ta nature supérieure et conquiers ainsi cet ennemi insatiable, la concupiscence. » (37-43) ecole.namapedia.com
  13. 13. CHAPITRE 4 Le savoir spirituel et absoluConnaissance transcendantale (1-10)-Dans le chapitre précédent, le karma-yoga (l’action désintéressée) et le yajña (le sacrifice) furent recommandés pour l’élévation spirituelle.-Au quatrième chapitre, Krishna explique que le jñāna-yoga, l’élévationà la conscience de Dieu par la culture du savoir spirituel est supérieur,car le karma-yoga et le yajña culminent dans un tel savoir. Donc jñāna-yoga > karma-yoga + yajñaLa science spirituelle la connaissance de Dieu, du jīva (l’âme distincte)et leur relation éternelle est élaborée dans ce chapitre de la Gītā.Krishna trace d’abord l’histoire de la transmission orale de la Gītādont Il est la source à travers la succession disciplique (paramparā).Mais la succession s’étant rompue au fil du temps, Krishna énonce à nou-veau la Gītā à Arjuna qui, en tant que dévot du Seigneur, est qualifié pour« en percer le mystère sublime. » (1-3)- Krishna explique la nature transcendantale du Suprême, Il descend régulièrement en l’Univers matériel Le varṇāśrama-dharma BG 4. 13 pour rétablir le dharma, les principes de la spiritualité (4-8). 4 ordres sociaux et 4 ordres religieux.Qui comprend la nature absolue de Son avènement et de Ses actes atteint Jai créé les quatre divisions de la société...la libération. (9) Quiconque cherche refuge en Lui est purifié par ce savoir Mais sache que si Je les ai créées, elles neet développe son amour pour Lui. (10) Me contiennent pas, car Je suis immuable.Krishna est le but de tous les varṇāśrama (11-15)Krishna échange avec les jīva selon le degré de leur abandon à Lui (11).Krishna crée les quatre divisions de la société afin que les êtres puissentsatisfaire leurs désirs et progresser vers la libération (13).Karma-yoga (16-24)Krishna à nouveau explique toute la complexité de l’action et le moyende s’affranchir des suites karmiques.L’être éclairé, pleinement conscient que l’âme est de nature spirituelle et BG 4. 9soumise au Seigneur Suprême, renonce aux actions égoïstes pour n’agir Celui, ô Arjuna, qui connaît labsolu de Monque pour Lui. Abandonnant tout sentiment de propriété sur ses biens avènement et de Mes Actes naura plus à re-et n’œuvrant que pour les éléments nécessaires à sa survie, naître dans lunivers matériel; quittant sonil n’est pas touché par les suites de l’action : corps, il entre dans Mon royaume éternel.« Celui qui, affranchi de la dualité et de lenvie,voit dun même œil léchec et la réussite,satisfait de ce qui lui vient naturellement,celui-là, bien quil agisse, ne senlise jamais. » (22)Les sacrifices conduisent à la Connaissance transcendantale (25-33)Krishna décrit diverses formes de sacrifices qui culminent tousdans le savoir spirituel et absolu (33).Comme il a été dit ce qu’il convient de faire (3. 9-16) :Mais laction, il convient de loffrir en sacrifice à Viṣṇu,de peur quelle enchaîne son auteur au monde matériel.Aussi, ô fils de Kunti, remplis ton devoir afin de Lui plaire,et à jamais tu seras libéré des chaînes de la matière.Résumé de la Connaissance transcendantale (34-42)-Puis, Krishna révèle la façon d’acquérir ce savoir en approchant Libres de toute attache, un maître spirituel réalisé afin de comprendre que tous les êtres affranchis de la peur et de la font partie intégrante de Krishna (34-35). colère, complètement absorbés-Le savoir spirituel détruit les suites du karma et apporte en Moi et en Moi « la plus haute paix spirituelle. » (36-39) cherchant refuge, nombreux-Mais ceux qui doutent de ce savoir sacré, cependant, ceux qui devinrent purifiés en ne peuvent ni devenir conscients de Dieu ni connaître de bonheur (40). apprenant à Me connaître,-En conclusion, Krishna exhorte Arjuna à détruire ses doutes et tous développèrent ainsi un pur à l’aide du savoir absolu : amour pour Moi. BG 4. 10« Fort de l’arme du yoga, lève-toi et combats. » (41-42) ecole.namapedia.com
  14. 14. CHAPITRE 5 Laction dans la conscience de KrishnaAu chapitre 3 le savoir nous libère de la nécessité d’accomplir quelque devoir prescrit.Au chapitre 4 Krishna informa Arjuna que toute forme de sacrifice culmine dans le savoir, néanmoins Arjunadoit combattre. Arjuna est confus, croyant que l’action et le renoncement sont incompatibles.Au chapitre 5 Krishna explique que l’acte dévotieux tout empreint de savoir n’entraîne aucune réaction matérielleet ne diffère donc pas du renoncement à l’action. Mais plus haute est l’action dévotionnelle (2).Karma-yoga = renoncer à l’action (1-6)Krishna dit à Arjuna : ‘Le renoncement aux actes et lacte dévotieux mènent chacun à la libération, mais plus haut est lacte dévotieux’. (2) Ainsi le bhakta peut rapidement et facilement atteindre Krishna.Comment accomplir le Karma-yoga (7-12)Bien que toujours actif, jamais il ne tombe dans les rets du karma (7)Le péché naffecte pas celui qui, sans attachement, sacquitte de son devoir, (10)(de même que l’eau ne mouille pas les feuilles du lotus).Lâme établie dans la dévotion trouve, en Moffrant les résultats de tous ses actes, une paix sans mélange (12)Jīva-l’être vivant, Paramātmā-l’Âme Suprême, Prakṛti-la nature (13-16)-Quand lâme incarnée Jīva, domine sa nature inférieure Prakṛti; ce Jīva renonce par la pensée, à toute action.L’âme vit en paix dans la cité aux neuf portes [le corps] et naccomplit, ni ne cause, aucun acte matériel. (13)Jamais lEtre Suprême ne peut être tenu pour responsable des actes, vertueux ou coupables, de quiconque. (15)Se libérer en concentrant sa conscience sur Paramātmā (17-19)-Celui dont lintelligence et le mental, dont le refuge et la foi reposent en lAbsolu, celui-là voit la connaissance pure le débarrasser de tous ses doutes; il avance alors dun pas ferme sur le sentier de la libération. (17)-Lhumble sage, éclairé du pur savoir, voit dun œil égal le brāhmaṇa noble et érudit, la vache, léléphant, ou encore le chien et le mangeur de viande. (18) Il prend conscience de leur nature spirituelle au-delà du corps matériel.-Celui dont le mental demeure toujours constant a déjà vaincu la naissance et la mort. Sans faille, comme le Brahman Suprême, il a déjà établi sa demeure en Lui. (19)-N’étant pas attiré par la jouissance matérielle, il goûte au bonheur intérieur, s’absorbant dans la pensée de l’Être Suprême (18-28).La formule de la paix (29) le sage Me connaît comme : le but ultime, le souverain, l’ami et bienfaiteur. bhoktāraṁ yajña-tapasāṁ Parce quil Me sait le But ultime de tous les sacrifices, de toutes les austérités, sarva-loka-maheśvaram Souverain de tous les astres et de tous les dévas, suhṛdaṁ sarva-bhūtānāṁ ami et bienfaiteur de tous les êtres, jñātvā māṁ śāntim ṛcchati le sage trouve la cessation des souffrances matérielles. ecole.namapedia.com
  15. 15. CHAPITRE 6 Le Sāṅkhya-yoga (ou dhyāna-yoga, la méditation)Aussi appelé dhyāna-yoga/ou aṣṭāṅga-yoga, l’octuple sentier est une forme de méditation destinée à maîtriser lessens et le mental pour focaliser son attention sur l’Âme Suprême - Paramātmā - la forme de Krishna sise dans le cœur.Yoga-ruruksu et Yogarudha (1-9)Ayant affirmé l’importance de la maîtrise mentale (verset 5-6), Krishna décrit le yogi qui y parvient (7-9).Les 8 étapes pratiques du yoga (10-27)Śrī Kṛṣṇa résume la méthodologie de l’aṣṭāṅga-yoga : le yoga de Patañjali (en huit parties) (10-19) :- yama; maîtrise des sens.- niyama; observance des principes régulateurs de la vie spirituelle.- āsana; pratique de diverses postures pour la purification du mental et des sens.- prāṇāyāma; maîtrise du souffle par divers exercices.- pratyāhāra; restriction des sens du contact avec leurs objets.- dhāraṇā; concentration du mental.- dhyāna; pratique de la méditation sur la forme personnelle du Seigneur : Paramātmā dans le cœur- samādhi; pleine absorption dans la méditation.« Maître du mental, le yogi demeure ferme dans sa méditation sur lEtre Suprême,tel une flamme qui à labri du vent, point ne vacille.» (19)«... le mental et les sens purifiés le yogi goûte un bonheur spirituel infini, … demeurant imperturbable.Telle est la vraie libération de toutes les souffrances nées du contact avec la matière » (20/23)La perfection du yoga : réaliser l’Âme Suprême (28-36)Arjuna considère toutefois la pratique du yoga trop difficile :« Car le mental, ô Krisna, est fuyant, fébrile, puissant et tenace;le subjuguer me semble plus ardu que maîtriser le vent. » (33-34)Krishna répond qu’il est certes malaisé de dompter le mental, mais« qu’on y parvient cependant par une pratique constante et par le détachement.» (35)Destination du yogi (37-45)Arjuna s’enquiert ensuite du sort du yogi qui abandonne avant d’atteindre la perfection (37-39).Krishna lui répond qu’une telle personne, renaissant au sein d’une famille riche, vertueuse ou de sages,reprend sa pratique et, après plusieurs naissances, atteint enfin la perfection (40-45).Le plus haut de tous les yogis (46-47)La conclusion de ce sixième chapitre – et de l’entière première partie de la Bhagavad-Gītā –est énoncée dans les deux derniers versets : « Le yogi est plus haut que l’ascète, le philosophe et ceux qui aspi-rent aux fruits de leurs actes. En toutes circonstances, sois donc un yogi, ô Arjuna. (46)-Et de tous les yogis, celui qui, avec une foi totale, demeure toujours en Moi et M’adorent Me servant avecamour, celui-là est le plus grand, et M’est le plus intimement lié. » (47)Le bhakti-yoga (le service de dévotion à Krishna) est dit être le sommet, l’apogée, au-delà de :l’ascèse (tapasya) : acceptation volontaire des austérités afin de progresser dans la vie spirituelle.karma-yoga : Le processus de réalisation divine en offrant à Dieu les fruits de son travail.Les matérialistes s’engagent dans les actions intéressées afin d’obtenir des bienfaits personnels.jñāna-yoga : La discipline spirituelle qui permet de cultiver la connaissance transcendantale qui fait la différenceentre le corps, l’esprit et l’âme. Il y a aussi le jñāna empirique : la connaissance qui ne s’appuie que sur l’expé-rience, l’observation et la spéculation mentale.aṣṭāṅga-yoga : le yoga mystique en 8 phases de Patañjali, afin de réaliser Paramātmā, le Seigneur du cœur.haṭha-yoga : les postures et les exercices de respiration afin de contrôler les sens.rāja-yoga : le processus de Patañjali où les 3 formes de la Vérité Absolue sont imaginées.Le vrai sāṅkhya-yoga : l’étude analytique de l’esprit, de la matière et du service de dévotion originellement ensei-gné par Kapiladéva à sa mère Devahūti, mais fut plus tard interprété de façon athée par un autre Kapila. ecole.namapedia.com
  16. 16. CHAPITRE 7 La connaissance de lAbsolu Les six premiers chapitres de la Gītā ont établi la différence entre l’âme (l’être vivant) et la matière. L’être (le jīva) qui s’identifie à la matière peut s’élever à la réalisation spirituelle, grâce à diverses formes de yoga sāṅkhya-yoga, karma-yoga, jñāna-yoga, aṣṭāṅga-yoga. Ces yogas culminent dans le bhakti-yoga (le service de dévotion). Les chapitre sept à douze, c’est le cœur de la Gītā, Krishna Lui-même, la Divine Personne Suprême; ainsi que la relation éternelle entre les jīvas et Lui, fondée sur le bhakti-yoga. Le septième chapitre traite de la façon d’acquérir la connaissance de Krishna. ‘Tu Me connaîtras tout entier’ (1-7) Les trois premiers versets servent de prélude, où Krishna dit en essence : « La dévotion apporte la pleine connaissance de Ma Personne. / Dans sa totalité, Je te révélerai la connaissance du matériel et du spirituel, bien qu’il soit rare de Me connaître en vérité. » (2) Krishna est la source des énergies matérielles et spirituelles (8-12) Krishna commence par définir Ses deux principales énergies : l’énergie inférieure (aparā prakṛti), formée de huit éléments, et Son énergie supérieure (parā-prakṛti), composée des jīvas maintenant empêtrés dans la matière (4-5). Il est « l’origine et la dissolution » des deux énergies, la Vérité Suprême (6-7). Krishna décrit ensuite comment Il Se manifeste dans tout phénomène, Il est : « la saveur de l’eau, la lumière du soleil et de la lune... l’intelligence de l’intelligent »... (7à12) Krishna contrôle les 3 guṇas, se soumettre - Egaré par les trois guṇas [Vertu, passion et ignorance], lUnivers entier ignore qui Je suis, Moi le Suprême, lIntarissable, qui transcende ces influences matérielles. (13) - Lénergie que constituent les trois guṇas, cette énergie divine, la Mienne, on ne peut, sans mal, la dépasser. Mais qui sabandonne à Moi en franchit facilement les limites. (14) Il existe 4 sortes d’athées et 4 ordres de vertueux qui Me servent (7. -16). qui ne s’abandonnent pas à Moi (7. -15)Les sots : les derniers des hommes, De quatre ordres, ô Arjuna,ceux dont le savoir est dérobé par lillusion, les vertueux qui avec dévotion Me servent :les démoniaques, le malheureux, le curieux, lhomme qui poursuit la richesseces mécréants ne sabandonnent pas à Moi. et celui qui désire connaître lAbsolu, ô prince des Bharatas.L’adoration des dévas (20-25)-Les sots (matérialistes), par contre, se vouent aux dévas en vue de bienfaits immédiats, mais limités et éphémères.Les impersonnalistes (24-26)-Les hommes sans intelligence, ... croient que Jemprunte cette Forme (24)-Je ne Me montre jamais aux sots ni aux insensés; par Ma puissance interne [yoga-māyā], Je suis pour eux voilé. Ce monde égaré ne Me connaît donc point, Moi le Non-né, lImpérissable. (26).L’illusion de l’être vivant (27-30)Dans les quatre derniers versets, Krishna conclut que les êtres vertueuxet intelligents, aspirant à l’affranchissement des chaînes de la matière,cherchent refuge en Lui par le service de dévotion,sachant qu’Il est le Seigneur Suprême. Ces personnes, dit Krishna, « peuvent, le mental fixe, même à l’instant de mourir, Me saisir et Me connaître. » ecole.namapedia.com
  17. 17. CHAPITRE 8 Atteindre lAbsoluKrishna répond aux 7 questions d’Arjuna (à l’heure où le Jīva quitte son corps matériel) : (1 à 4)1. On appelle Brahman lêtre spirituel, impérissable;2. le moi est sa nature éternelle,3. et le karma, les actes qui engendrent et déterminent les corps successifs.4. La manifestation matérielle est en permanente mutation,5. et lunivers, avec tous ses dévas, constitue Ma forme universelle.6. et Je suis ce Seigneur, le Maître du sacrifice, qui en tant quAme Suprême,7. habite dans le cœur de chaque être incarné.Se souvenir de Krishna (5 à 9).- Krishna informe Arjuna que quiconque, à l’instant même de quitter le corps, se souvient de Lui, atteint Sa demeure (5).- La qualité de notre conscience au trépas détermine notre prochaine destination (6).- Le contenu de nos pensées et souvenirs à l’heure de la mort étant influencés, par nos actes et notre conscience en cette vie; Krishna décrit à Arjuna la façon de penser au Seigneur Suprême :-Il faut méditer sur le Seigneur Suprême en tant que lEtre omniscient, le plus ancien, le Maître et Soutien de tout, qui, plus ténu encore que le plus ténu, est inconcevable, au-delà de lintelligence matérielle, et toujours demeure une personne. Resplendissant comme le soleil, Il transcende ce monde de ténèbres. (9)Yogamiśra bhakti - yoga mondain (10-13)-Ces quatre versets décrivent la voie difficile de l’aṣṭāṅga-yoga en vue d’une promotion aux planètes spirituelles (planètes Vaikuṇṭhas).Le pur service de dévotion (14-16).-Krishna conclut alors que la dévotion indéfectible (bhakti-yoga) permet de Latteindre sans peine (14).- Quand il atteint le royaume spirituel, le bhakti-yogi ne revient jamais plus en ce monde, où règne la souffrance (15-16).Comparaison des mondes matériels et spirituels (17-22).Au-delà de l’Univers matériel, soumis à un cycle de création et de destruction perpétuel, se trouve le monde spiri-tuel – séjour éternel et suprême de Krishna –; pour qui l’atteint, point de retour (17-21).- C’est par la dévotion pure, Krishna le répète, qu’on atteint cette destination suprême (22).Suprématie dévotionnelle (23-28)- Le Seigneur décrit les moments propices et non propices pour le yogi qui quitte ce monde, selon qu’il aspire aux planètes édéniques ou à la libération.Le bhakti-yogi demeure cependant indifférent à de telles considérations (23-27).-En conclusion, Krishna déclare que Son dévot, le bhakti-yogi, n’est en rien privé des fruits d’autres voies d’évolu-tion spirituelle. À l’instant de la mort, il – ou elle – rejoint Krishna en Son royaume absolu (28). ecole.namapedia.com
  18. 18. CHAPITRE 9 Le plus secret des savoirsLe chapitre précédent de la Gītā qualifiait de « confidentiel » le savoir traitant de la différence entre l’âmeet le corps. Maintenant, ce neuvième chapitre décrit « la science royale » (rāja-vidyā), « le secret d’entre les secrets»(rāja-guhyam) – la connaissance de la fonction, de l’activité intrinsèque, éternelle de l’âme: le sanātana-dharma,ou service de dévotion (bhakti yoga)Ecouter parler de Krishna (1- 3).Au début du chapitre, Krishna dit qu’Il va maintenant révéler « la sagesse la plus secrète »,qui affranchira Arjuna (dont la foi ferme le qualifie pour recevoir cet enseignement) de toute souffrance.- Krishna explique ensuite que l’entière Création repose en Lui.Krishna et le monde matériel (4- 10).Or, bien qu’Il soit l’origine, le soutien et le régent de l’Univers, Il demeure transcendantal.Adorateur des dévas et non adorateur (11-19).- Krishna décrit ensuite les sots (mūḍha) qui, ignorants de Sa suprématie totale, dénigrent Sa forme personnelle;Il les met en contraste avec les grandes âmes (mahātmā) qui, conscientes de Sa divinité, L’adorent avec dévotion(11-14).Puis, Krishna dépeint différents adorateurs qui vénèrent le Brahman impersonnel, les dévas ou la forme univer-selle et Se décrit comme le véritable, l’ultime objet d’adoration (15-21), le protecteur de Ses dévots (22)et l’ultime bénéficiaire de tous les sacrifices offerts aux dévas (23-24).D’autres adorateurs atteignent les séjours de leur objet d’adoration.Mais « c’est auprès de Moi que vivront Mes dévots. » (25)Adoration des dévas ou dévotion à Krishna (20-28).Krishna parle de Ses dévots. En faisant de Lui l’objet de toute action, offrande et austérité,ceux-ci s’affranchissent des chaînes du karma et viennent à Lui (26-28).Adorer directement Krishna (27-34).Bien qu’impartial, Krishna favorise quiconque Le sert avec amour (29).Même s’ils commettent quelque tort, il faut voir les voir comme des saints, car sur la voie parfaite;le service de dévotion en soi les rendra sans reproche et les élèvera jusqu’à l’ultime perfection (30-31).De plus, même ces personnes dites socialement inférieures peuvent atteindre Krishna en prenant refuge en Lui,que dire alors de celles de noble descendance (32-33).En guise de conclusion, Krishna déclare que celui ou celle qui se voue entièrement à Lui L’atteindra:« Emplis toujours de Moi ton mental, deviens Mon dévot,offre-Moi ton hommage et voue-Moi ton adoration.Parfaitement absorbé en Moi, certes tu viendras à Moi. » (34) ecole.namapedia.com
  19. 19. CHAPITRE 10 Les gloires de lAbsolu Dès le septième chapitre, Krishna définissait Ses différentes énergies (matérielles et spirituelles). Au dixième chapitre, Il explique à Arjuna Ses gloires spécifiques, manifestées à travers Ses énergies omniprésentes. Krishna l’origine de tout (1-7) - Krishna affirme avant tout que les sages, sachant qu’Il est le Seigneur Suprême et l’origine de tout, sont libres de toutes les suites du péché; ils Le servent avec une dévotion pure, désintéressée (2-8). - Puis sont décrits les traits sublimes de tels purs dévots / dévotes (9). - Krishna dissipe l’ignorance de Ses serviteurs et les guide jusqu’à Lui (10-11). Les catur-ślokī : les quatre versets 8-9-10-11 incarnent l’essence de la Gītā. Ne pas confondre avec les 4 versets du Śrīmad-Bhāgavatam [2. 9. 33à36] parlés par Śrī Kṛṣṇa à Brahmā au moment de la création. - Les opulences de Kṛṣṇa : 8 -De tous les mondes spirituels et matériels, Je suis la source, de Moi tout émane. Les sages qui connaissent parfaitement cette vérité, de tout leur cœur Me servent et M’adorent. - Aimer Kṛṣṇa : 9 -Mes purs dévots absorbent en Moi leurs pensées ... Ils s’entretiennent de Moi sans fin, et trouvent une satisfaction et une joie immenses. - Les dévots Me servent : 10 -Ceux qui toujours Me servent et M’adorent avec amour et dévotion, Je leur donne l’intelligence par quoi ils pourront venir à Moi.- Kṛṣṇa illumine les cœurs : 11-Vivant dans leur cœur, et plein pour eux de compassion, Je dissipe, du flambeau lumineux de la connaissance, les ténèbres nées de l’ignorance. La soumission d’Arjuna et sa requête (12-18) - Krishna décrit alors Ses principales gloires et ce, jusqu’à la conclusion de ce chapitre : d’entre les sources de lumière, Il est le soleil; parmi les eaux, l’océan; parmi les masses inébranlables, l’Himalaya. Il est du sage la sagesse, la force du fort, l’éclat de tout ce qui resplendit. Tout ce qui est beau, puissant, glorieux, dans les mondes matériels ou spirituels, éclot d’un simple fragment de Sa splendeur et de Ses divines puissances. Les opulences de Krishna (19-42) Étant ainsi la cause de toutes les causes, Krishna incarne l’objet suprême d’adoration de tous les êtres vivants. - Au dernier verset de ce chapitre, Krishna dit qu’il est encore plus important de comprendre que tout existe grâce à Sa présence en tant qu’Âme Suprême (Paramātmā), qui pénètre et soutient l’Univers entier (42). ecole.namapedia.com
  20. 20. CHAPITRE 11 La Forme UniverselleKrishna décrit Sa forme Universelle (1-8)Arjuna reconnaît la position suprême du Seigneur Krishna et Luidemande de lui révéler Sa forme universelle, Viśva-rūpa (1-4).Krishna montre à Arjuna une vision de Sa forme universelle (5-8).Sañjaya décrit la forme Universelle (9-31)Sañjaya brièvement décrit la forme universelle etégalement la réaction dArjuna en voyant cette forme (9-14).Alors quil la contemple de son chariot, Arjuna décrit la forme universelle,et ensuite demande au Seigneur den expliquer la portée (15-31).Deviens un instrument (32-34)Emerveillé, Arjuna glorifie Krishna en décrivant Sa grandeuret quelques unes de Ses opulences.La viraṭ-rūpa (comprend les 24 éléments de la manifestation matérielle)est la forme du temps tout-puissant,lequel détruira tous les ennemis dArjuna sur le champ de bataille.Il conseille donc à Arjuna de se lever pour combattre etdagir comme Son instrument.Les prières d’Arjuna (35-46) Sans commencement,Arjuna prie le Seigneur de lui pardonner sans milieu et sans fin,pour sa conduite amicale quil juge maintenant trop familière (35-44). Tu es de tout lorigine.Arjuna demande à Krishna de lui montrer Sa forme à quatre bras et Sans nombre sont Tes bras, sans nombre Tes yeux grandioses,ensuite Sa forme à deux bras. et parmi eux, le soleil et la lune.La forme à deux bras de Krishna (47-55) Tes bouches crachent un feu brûlant, et de Ta radiance,Krishna répond avec joie à sa requête et Tu réchauffes cet univers tout entier.informe Arjuna que Sa forme à deux bras est suprême et BG 11. 19que seuls Ses purs dévots peuvent en comprendre la réelle portée (45-55). Tous les dévas, par groupes, se soumettent et entrent en Toi. Terrifiés, les mains jointes, ils Tadressent des prières et chantent les hymnes védiques. BG 11. 21 ecole.namapedia.com
  21. 21. CHAPITRE 12 Le service de dévotionLa Bhakti dépasse l’impersonnalisme (1-7)Aux chapitres précédents, Krishna expliquait les conceptions personnelles, impersonnelles et universelles del’Absolu, ainsi que les différents yogas permettant de L’approcher. Au douzième chapitre, Krishna affirme que lebhakti-yoga, le service d’amour et de dévotion, est la voie de réalisation spirituelle la plus haute et la plus directe.Il énonce aussi les traits sublimes de ceux qui adoptent cette voie suprême.Ce chapitre s’ouvre également sur une question d’Arjuna. Quoique Krishna ait déjà établi la suprématie del’adoration de Sa forme personnelle, et la dévotion à Sa Personne comme l’incarnation du plus haut yoga,Arjuna veut s’assurer qu’il a bien compris. Au premier verset, il demande donc à Krishna qui sont les plus parfaits– ceux et celles qui Le servent avec dévotion ou ceux qui se vouent au Brahman impersonnel, Son aspect omni-présent, non manifesté (1). Krishna de répondre : «Celui qui attache sur Ma forme personnelle son mental,et toujours s’engage dans Mon adoration, plein d’une foi spirituelle ardente, Je le tiens pour le plus parfait. » (2)Krishna informe Arjuna que les adeptes de la conception impersonnelle de la Vérité Absoluefinissent par L’atteindre, mais que cette voie est plus difficile, car indirecte (3-5).Il assure Arjuna que pour celui qui s’absorbe dans la dévotion pure, Il est :« le libérateur qui bientôt l’arrachera à l’océan des morts et des renaissances. » (6-7)Les étapes de la dévotionIl enseigne à Arjuna de fixer son mental et son intelligence sur Lui pour L’atteindre par cette méthode simple (8).Pour ceux incapables de le faire spontanément et sans faillir,Krishna définit la voie indirecte par quoi on peut atteindre graduellement cet état : (9-12).Être cher à Krishna (13-20)Dans la dernière partie de ce chapitre, Krishna cite les qualités et les traits de Son pur dévot, répétant à la fin dechaque description qu’une telle âme « M’est très chère. » Libre de toute dualité et désir matériels, affranchi dufaux ego et faisant de Krishna le but suprême, le dévot s’engage à Son service avec détermination, son mental etson intelligence en totale harmonie avec Lui. Simplement fixe ton mental sur Moi, (8) si tu ne peux, observe les principes régulateurs (9) sādhana-bhakti ou consacre Moi tes œuvres (10) karma-yogaou renonce aux fruits des actes, (peut conférer, pour le mental, toute paix) (11) karma-phala-tyāga ou cultive la connaissance (12) jñāna ou mieux la méditation. (12) dhyāna Si toutefois tu ne peux te soumettre Si tu ne peux, ô Mon cher Arjuna, ô conquérant des trésors, aux principes régulateurs du bhakti-yoga, attacher sur Moi ton mental sans faillir, alors essaie de Me consacrer tes œuvres, observe les principes régulateurs du bhakti-yoga; car en agissant pour Moi, tu acquerras ainsi le désir de matteindre. BG 12. 9 tu atteindras létat parfait. BG 12. 10 ecole.namapedia.com
  22. 22. CHAPITRE 13 La nature, le bénéficiaire et la consciencekṣetra et kṣetra-jña (1-7)Le 13ème chapitre de la Gītā traite des différences et des rapports entre :-Le corps, le champ d’action de l’âme; il est formé de 24 éléments matériels.-L’âme, le jīva qui habite le corps est appelé le connaissant du champ d’action ou kṣetra-jña. Les symptômes de vie et toute activité en l’Univers matériel sont dus à l’interaction de l’âme avec la matière.-L’Âme Suprême, Paramātmā, sise dans tous les corps, accompagne éternellement l’âme distincte en tant que témoin et soutien intérieur.Au début du chapitre, Arjuna s’enquiert de six choses :1. la nature matérielle (prakṛti),2. le bénéficiaire (puruṣa),3. le champ d’action (kṣetra-le corps),4. le connaissant du champ d’action (kṣetra-jña-l’âme),5. le savoir (jñāna) et6. l’objet du savoir (jñeya) (1).- Krishna affirme être le connaissant de tous les corps, mais l’âme individuelle est consciente que d’elle-même. puis définit le savoir comme la compréhension des trois : le corps, l’âme distincte et l’Âme Suprême (3).Les deux «connaissants du champ d’action» sont :-l’âme distincte qui s’avère faillible, étant soumise à l’influence polluante et illusoire de la matière.-l’Âme Suprême qui est infaillible, imperméable à toute influence matérielle.- Puis, Il énumère les 24 éléments matériels qui constituent le champ d’action, représenté par le corps (4-7).L’objet du savoir (8-12)- Il dénombre ensuite les items qui constituent le procédé de l’acquisition du savoir, procédé non différent de l’émancipation spirituelle par quoi l’âme incarnée est libérée de l’esclavage de la matière (8-12).- Krishna décrit ensuite « ce qu’on peut connaître » (jñeya): l’Âme Suprême qui existe partout, dans le mobilecomme dans l’immobile. Bien qu’Elle semble divisée, l’Âme Suprême est Une; soutien de tous les êtres,Elle transcende les guṇas, ou influences de la nature (bien qu’Elle en soit maître) et dépasse le pouvoir de percep-tion et d’entendement des sens matériels (13-19).Apara-Prakṛti : la nature matérielle, formée des trois guṇas.para-prakrti : la nature spirituelle des êtres vivants.& Puruṣa : le Seigneur Suprême créant le monde matériel (20-26)- Puis le Seigneur décrit la cause et la nature de l’empêtrement du jīva dans la matière (20-24).- Les modes de réalisation de l’Âme Suprême : dhyāna-yoga, sāṅkhya-yoga et karma-yoga; ainsi que celui du savoir reçu auprès d’autorités (25-26).jñāna caksusa - la vision du savoir (27-35)- Aux derniers versets, Krishna S’étend sur le thème essentiel du chapitre 13 :les rapports entre la matière, l’âme distincte et l’Âme Suprême. Toute action, nous dit-Il, résulte de l’union dukṣetra et du kṣetra-jña (le corps et l’âme), au-delà desquels est l’Âme Suprême.L’Âme Suprême et l’âme distincte sont toutes deux éternelles et transcendantales au corps (27-34).En guise de conclusion, Krishna déclare que celui (ou celle) qui, à la lumière de la connaissance, voit ce qui dis-tingue le corps de l’âme, et qui comprend la voie par laquelle l’âme se libère du corps, atteint le but suprême. (35)Quiconque peut analytiquement comprendre que l’entière manifestation cosmique résulte de l’union de l’âmeavec les éléments matériels, et qu’au-delà Se trouve l’Âme Suprême, cette personne est digne de la libération. ecole.namapedia.com
  23. 23. CHAPITRE 14 Les trois guṇasLe conditionnement des modes de la nature (1-9)Tel qu’expliqué au chapitre treize, le jīva s’est enlisé dans la matière à cause de son contact avec les trois guṇas.Dans ce quatorzième chapitre, Krishna explique en quoi ceux-ci consistent, comment ils opèrent et nous en-chaînent, et comment nous libérer de leur influence.- Au début du chapitre, Krishna déclare à Arjuna qu’Il lui dévoilera à nouveau« cette sagesse suprême, le plus haut des savoirs », dont la compréhension permet d’atteindre à« la nature spirituelle et absolue » et de se défaire des morts et renaissances répétées (1-2).- Krishna explique d’abord que tous les êtres naissent en ce monde lorsqu’Il les injecte dans la nature matérielle.-Aussi est-Il « le père qui donne la semence » de toutes les espèces de vie au sein de l’Univers matériel (3-4).- La nature matérielle est formée des trois guṇas: Vertu (sattva), Passion (rajas) et Ignorance (tamas).Ces trois modes d’influence conditionnent l’être vivant qui prend naissance en ce monde de matière (5).Krishna définit et explique les caractéristiques et symptômes des trois modes, et comment ils conditionnent etenchaînent le jīva, en plus de décrire les différents sorts qui, selon la nature de son conditionnement, le guettentaprès sa mort (6-18).Transcender les modes (19-27)- On peut transcender l’influence des guṇas et atteindre Krishna en saisissant comment ils opèrent et en voyantque Krishna les transcende (19). En transcendant les guṇas, on peut s’affranchir des affres de la naissance, de lavieillesse et de la mort et « jouir d’ambroisie en cette vie même » (20).- Arjuna pose ensuite trois questions au Seigneur :« À quels signes se reconnaît l’être qui a dépassé les trois guṇas ? Comment se comporte-t-il ?- Krishna répond : ayant réalisé sa véritable identité spirituelle au-delà de la matière, la personne qui a transcendé lestrois guṇas n’est pas affectée et ne se soucie guère des actions et réactions propres à l’Univers matériel. Libre de tou-te dualité matérielle, dont le plaisir et la souffrance, l’éloge et le blâme, elle renonce à toute entreprise intéressée.- la troisième question d’Arjuna : Et par quelles voies l’être transcende-t-il ces guṇas ? » (21).- Krishna dit que c’est grâce à la pratique du bhakti-yoga qu’on transcende les guṇas et atteint le niveau duBrahman, niveau spirituel préliminaire qui se caractérise par l’absence de toute souillure matérielle (26).-- Au dernier verset du chapitre, Krishna dit être le fondement – ou la source – du Brahman (27).En accédant à ce niveau, on se qualifie pour servir avec dévotion le Brahman Suprême, Param Brahman-Śrī Kṛṣṇa. BG 14. 26 BG 15. 9māṁ ca yo ’vyabhicāreṇa Celui qui tout entier sabsorbe dans Comme lair emporte les odeurs, lêtre vivant, bhakti-yogena sevate le service de dévotion, sans jamais faillir, en ce monde, emporte avec lui, dun corps à un sa guṇān samatītyaitān transcende dès lors les trois guṇas autre, les diverses manières dont il conçoit la vie. brahma-bhūyāya kalpate et atteint par là le niveau du brahman. ecole.namapedia.com
  24. 24. BG 14. La nature matérielle est formée des trois guṇas : Vertu, Passion et Ignorance . Les 3 guṇas Que lêtre distinct, impérissable, touche la nature matérielle,(classification) ô toi aux-bras-puissants, et il se trouve conditionné par ces trois guṇas. BG 14. 5 La Vertu La Passion LIgnorance 9 - attache lêtre au bonheur 9 - aux fruits de ses actes, 9 - à la folie10 - cest la Vertu qui vainc. 10 - la Passion lemporte; 10 - lIgnorance renverse11- le flot lumineux du savoir, 12 - grandissent les signes 13 - quand monte lignorance, croît en puissance. de grand attachement, naissent les ténèbres, de désirs incontrôlables, linertie, daspirations ardentes, defforts intenses. la démence et lillusion.14 - Qui meurt sous la vertu gagne les 15 - Qui meurt sous la passion 14 - qui meurt sous lignoranceplanètes supérieures, renaît parmi les hommes qui se vouent renaît dans le monde des bêtes.où vivent les grands sages. à laction intéressée.16 - Il est dit que les actes accomplis 16 - sous linfluence de la passion, 16 - et sous lignorance, la sottise.sous légide de la vertu entraînent la détresse,la purification de leur auteur;17 - De la vertu naît le savoir véritable, 17 - de la passion naît lavidité. 17 - La folie, la sottise, lillusion viennent de lignorance.18 - Ceux que gouverne la vertu 18 - ceux que domine la passion 18 - et ceux quenveloppent lignorancepeu à peu sélèvent demeurent sur les planètes moyennes, choient dans les mondes infernaux.jusquaux planètes supérieures, terrestres,BG 14. 21 Quels sont les signes de celui qui a dépassé les trois guṇas : ...Tout est dégale valeur...BG 14. 22/25 - … Celui ô fils de Pāṇḍu, qui néprouve nulle aversion quil soit devant léclairement, lattachement ou lillusion,qui néprouve également nulle soif de ces choses en leur absence;qui, au-dessus de ces fruits ..., se tient comme neutre, toujours inflexible, conscient de ce que rien nagit en dehors deux;qui regarde dun même œil le plaisir et la souffrance, et pour qui la motte de terre, lor et la pierre sont dégale valeur,qui est sage et tient pour identiques léloge et le blâme; qui nest affecté ni par la gloire ni par lopprobre,qui traite également amis et ennemis, et qui a renoncé à toute entreprise intéressée, …26 - Celui qui tout entier sabsorbe 27- Je suis le Fondement du Brahman impersonnel,dans le service de dévotion, sans jamais faillir, qui est immortel, intarissable, éternel,transcende dès lors les trois guṇas et qui constitue le principe même du bonheur ultime.et atteint par là le niveau du brahman.BG 17. 4 - La foi (selon les guṇas) ceux que domine la passion et ceux quenveloppe lignoranceles vertueux vouent leur culte aux dévas, aux êtres démoniaques, vivent dans le culte des fantômes et autres esprits.BG 17. 8/10 - Les aliments de la vertu Les aliments trop amers, acides, sa- Et chers aux hommes quenveloppepurifient lexistence, prolongent la durée; lés, piquants, secs ou chauds, sont lignorance, les aliments cuits plusils procurent force, santé, joie aimés de ceux que domine la Passion. de 3 heures ..., les aliments privés deet satisfaction. Ils sont doux, juteux, Ils engendrent souffrance, goût, de fraîcheur, malodorants,gras et pleins de saveur. malheur et maladie. décomposés ou impurs, voire les restes.11 - Parmi les sacrifices, celui quon 12 - Mais le sacrifice accompli en vue 13 - Quant au sacrifice … oú nulleaccomplit par devoir, selon les règles des de quelque résultat ou bienfait maté- nourriture consacrée nest distribuée,Ecritures, et sans en attendre aucun fruit riel, ou dune manière ostentatoire, par nul hymne chanté, où les prêtres nepour soi-même, appartient à la vertu. orgueil, sache quil naît de la passion, reçoivent aucun don en retour, ô meilleur des Bhāratas. il est dit relever de lignorance.14 - Respecter le culte du Seigneur 15 - User dun langage vrai, dirigé vers 16 - Sérénité, simplicité, gravité,Suprême, des Brahmanas, du maître le bien de tous, mais encore éviter les maîtrise de soi et pureté de la pensée,spirituel, … observer la pureté, la sim- mots blessants, ainsi que réciter assi- -telles sont les austérités du mental.plicité, la continence et la non-violence, dûment les Védas,telles sont les austérités du corps. -telles sont les austérités du verbe.17 - … la triple union des austérités 18 - Quant aux pénitences ostentatoire, 19 - Enfin, les pénitencesdu corps, du verbe, du mental qui recherchent le respect, lhonneur et et austérités accomplies par sottise,procède de la Vertu. la vénération des hommes, on les dit et faites de tortures obstinées, appartenir à la passion. ... ou subies en vue de blesser, de détruire, on les dit issues de lignorance.20 - La charité que dicte le devoir, 21 - Mais la charité quinspire lespoir 22 - Enfin, la charité qui nest faite nifaite sans rien attendre en retour, en de de récompense, ou le désir dun fruit en temps ni en lieu convenables, ni ajustes conditions de temps et de lieu, matériel, ou encore faite à contrecœur, des gens qui en sont dignes, ou quiet à qui en est digne, cette charité, on la celle-là est dite appartenir à la passion. sexerce de façon irrespectueuse et mé-dit saccomplir sous le signe de la vertu. prisante, on la dit relever de lignorance. ecole.namapedia.com
  25. 25. CHAPITRE 15 La Personne SuprêmeSe détacher du monde matériel (1-5)- Aux chapitres précédents, Krishna prône le bhakti-yoga, voie par excellence pour Arjuna qui désire s’arracher àl’enlisement dans la matière. Le principe fondamental de ce yoga réside dans le détachement de l’action matérielleen faveur de l’attachement dévotionnel offert à Krishna.- Le quinzième chapitre, s’ouvre en décrivant la façon de briser l’attachement au royaume de la matière(pour atteindre le monde spirituel), et se termine sur l’affirmation emphatique de Krishna que Sa Divinité Suprêmeincarne l’essence des Écritures védiques. Qui comprend cette vérité adopte le bhakti-yoga. L’Univers matériel, avec ses activités intéressées (karma) et ses suitesqui enchaînent, est comparé à un arbre banian à l’enchevêtrement inextricable.Les diverses parties de cet arbre (racines, branches, ramilles, feuilles, fruits, etc.)sont comparées à :l’action intéressée,la piété et l’impiété,les sens, les objets des sens,les fruits de l’action intéressée,les hymnes védiques visant l’élévation,les différents systèmes planétaires, et ainsi de suite.En s’adonnant à l’action intéressée (qui repose sur le désir de satisfaire ses sens),le jīva se voit forcé d’errer de branche en branche(cest-à-dire d’un corps à un autre et d’une planète à une autre) sur cet arbre..Krishna déclare alors : « Qui connaît cet arbre, connaît les Védas. »En d’autres mots, le but ultime du savoir védique consiste à comprendre cet arbrequ’est le monde matériel et auquel il faut s’arracher (1-2). Krishna décrit ensuite comment y parvenir et atteindre le monde spirituel :« Mais il faut, avec détermination, trancher du glaive du détachement ce banian aux puissantes racines,chercher le lieu d’où, une fois qu’on l’atteint, il n’est pas de retour. Puis là, s’abandonner à Dieu la PersonneSuprême, de qui tout a commencé, et en qui tout demeure depuis des temps immémoriaux. »Krishna définit ensuite la manière dont s’opère cet abandon et donne un bref aperçu du royaume spirituel (3-6).La transmigration (6-11) Krishna dépeint les âmes conditionnées en ce monde et la transmigration d’un corps à un autre.Ces âmes sont Ses « fragments éternels ».Selon la mentalité qui l’habite, le jīva enchaîné développe un corps de matière grossièredoté d’un réseau de sens spécifique, grâce auquel il jouira d’une gamme propre d’objetsdes sens. Krishna affirme que les sots ne sauraient concevoir comment s’opère cettetransmigration, mais que les sages le peuvent. (10)Krishna maintient tout (12-25)Krishna traite de Sa nature suprême, transcendantale et ce, jusqu’à la fin du chapitre.Énumérant quelques-unes de Ses manifestations dans l’Univers matériel par quoiIl soutient tout, y compris la totalité des êtres vivants,Il affirme être la source du soleil, de la lune et du feu.C’est Lui qui maintient les planètes dans leur orbite;Lui le feu de la digestion, l’Âme Suprême dans le cœur de chaque être,la source et le but ultime des Védas (12-15).Le Vedānta-sūtra est un résumé des Upaniṣads, écrit par Dvaipāyana Vyāsa. (16-20) Le but de tout les VédasKrishna explique qu’il existe deux ordres d’êtres: est de Me connaître- le « faillible » (les âmes conditionnées de l’Univers matériel) BG 15 15- et l’« infaillible » (les âmes libérées du monde spirituel).Mais au-delà est le Seigneur en personne, qui soutient les mondes matériels et spirituels (16-17).Aussi « le monde et les Védas Me célèbrent comme cette Personne Suprême [Puruṣottamam]. » (18)Quiconque Le connaît ainsi, « sa connaissance embrasse tout », et il Le sert avec amour et dévotion (19).Krishna conclut que la connaissance de Sa suprématie et le service qu’on Lui offre incarnent l’essence des Écrituresvédiques. Un tel entendement mène à la sagesse et à la perfection (20). ecole.namapedia.com
  26. 26. CHAPITRE 16 Natures divine et démoniaqueDans ce chapitre, Krishna décrit et compare deux sortes de qualités et ceux qui les possèdent.Les qualités divines, (1-9) riches en Vertu, favorisent l’évolution spirituelle;Les êtres dotés d’attributs divins mènent une vie réglée, en accord avec les Écritures, et accèdent à la perfection.- Krishna énumère les vingt-trois attributs spirituels « nés de la nature divine » (1-3).Ces attributs, sont propices au progrès vers la libération, hors de l’Univers matériel.Krishna affirme que les qualités divines servent la libération.Les qualités démoniaques, ((10-18) arrogance, orgueil, colère, suffisance, âpreté, ignorance.Ces qualités sont saturées de Passion et dIgnorance, s’avèrent néfastes au progrès spirituel, mènent à une naissanceinférieure et asservissent l’âme. Les êtres aux attributs démoniaques agissent selon leur caprice (sans se référeraux Écritures) et demeurent prisonniers de la nature matérielle.Les attributs diaboliques poussent à l’asservissement.Une activité pieuse (4-5).- Krishna assure Arjuna qu’il n’a rien à craindre, car né « avec les qualités divines ». Ainsi Krishna l’encourage-t-Ilen indiquant que son rôle dans le conflit n’est pas démoniaque, puisqu’il n’agit pas par colère, par orgueil ou âpreté.Selon les injonctions scripturaires régissant la classe sociale dont il est membre, combattre pour des valeurs reli-gieuses est une activité pieuse, mais manquer à ce devoir serait faire preuve d’irréligion.Des activité impieuses (6-18).- Krishna fait une description assez crue des démoniaques.En essence, il s’agit d’athées et de matérialistes qui violent les préceptes des Écritures réglant la conduite humaine,aux niveaux social et spirituel.Ces êtres voient le monde sans but ni fondement et sont donc enclins à des actes aussi capricieux que destructeurs.Pour eux, le but ultime de la vie serait de satisfaire nos sens.Fascinés par l’éphémère, le matériel, enchaînés par de multiples désirs, ils entassent des richesses coûte que coûte.Suffisants, concupiscents et arrogants, leur angoisse ne connaît pas de fin.S’élever ou se dégrader (19-24)De telles personnes, renaissant au sein des espèces inférieures, « sombrent dans la condition la plus sinistre », etne peuvent jamais approcher Krishna (19-20).- Tout être sain d’esprit, nous prévient Krishna, doit renoncer à la concupiscence, à la colère et à l’avidité, ce sont« trois portes qui ouvrent sur l’enfer ». En évitant celles-ci, on peut s’élever à la réalisation spirituelle et « le but suprême » (21-22).- Krishna conclut en disant que quiconque vit selon son caprice, sans suivre les préceptes des Écritures(conçus pour nous élever vers la réalisation du soi), n’atteint ni la perfection ni le bonheur;par contre, qui comprend les préceptes védiques et mène sa vie en conséquence, s’élève graduellementjusqu’à la perfection spirituelle. (23-24). ecole.namapedia.com

×