Exemple de la tomate

330 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
330
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
11
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Evolution autour de Partenaires Stratégiques ( Producteurs et Industriels) et Partenaires Associés (Institutions financières, Institutions publiques, Fournisseurs, Transporteurs, etc.)
  • On constate une évolution de 700 ha à 3000ha entre 1993 et 2006.Les quelques baisses observées sont liées à une année « blanche » de la tomate ou grève des producteurs de tomate industrielle en 1996, à une attaque des mouches blanches de la tomate en 1997 et des pluies diluviennes en 2001. Ces deux aléas ont entraîné, l’année suivante, à chaque fois une baisse des superficies. Il y a eu aussi l’application de la gestion de l’offre par les superficies.
  • Constats d’augmentation de 1993 à 2006, sauf trois baisses de rendement liées à des problèmes de pluies diluviennes (96) et d’accès tardif aux engrais (2002,2004 et 2006). On peut aussi souligner que ces résultats sont obtenus grâce à la collaboration entre la recherche (ISRA) et les services d’appui conseil (SAED)sur l’itinéraire technique et le paquet technologique, mais aussi du respect des paysans aux bonnes pratiques!
  • Constats d’augmentation continue de la production, sauf l’année « blanche » de la tomate (96), mouches blanches (97) et problème d’engrais de 2005! On peut noter que les pluies diluviennes n’ont eu d’incidence sur le volume de production à cause de l’augmentation des superficies dans la même année.
  • Constats d’augmentation des prix au producteur tous les deux ans entre 2F et 3F par kg, sauf en 97, l’année qui a suivi la grève de la tomate (5F) le kg. On constate aussi une augmentation de 2,5F le kg l’année de la dévaluation (94) soit 8% et un total des hausses, de 93 à 06, de 17 F par kg, soit 102 F sur le kg du double concentré de tomate.
  • Constats d’augmentation jusqu’en 2000, soit 7 ans, et une baisse presque tous les deux ans. L’augmentation importante a été constatée à la dévaluation (94) et elle a été de 39% équivalent au taux d’inflation de l’époque! Rappelons que l’augmentation du prix au producteur n’a été que de 8% pour la même époque ! On constate aussi que la baisse se fait à partir de 38000 tonnes de production de tomate fraîche livrées à l’usine. La baisse, en 7 ans, s’élève à 125 FCFA, alors qu’il y a un cumul d’augmentation de 102 FCFA au niveau du producteur. Notons que l’industriel organise, depuis 2001, une fête de la tomate où il prime les meilleurs producteurs (billets pour aller à la Mecque), conseillers agricoles, transporteurs, etc.
  • Exemple de la tomate

    1. 1. CNCR/SENEGAL Expérience de commercialisation contractuelle : cas de la tomate au Sénégal
    2. 2. OBJECTIFS: Défendre l’intérêt de la filière PORTEURS: CNCFTI LOCALISATION: VFS DUREE DE L’EXPERIENCE: Depuis 1995 FINANCEMENT: Producteurs & Industriels • CONTEXTE: Désengagement dans l’agriculture à partir de 1984:
    3. 3. • Libéralisation aussi dans la filière Tomate (Coton, Riz, Arachide, etc.); • Les paysans de la VFS prennent leur destinée en main (comité de défense en 1993); • Mise en place du collège des producteurs et du comité national de concertation de la filière tomate en Mars 1995
    4. 4. FAITS MAJEURS COMPOSITION DU COMITÉ • Huit collèges: - Producteurs; - Industriels; - Transporteurs; - Fournisseurs; - Institutions financières - Institutions Publiques; - Commerçants; - Consommateurs • Bureau : Présidence (producteurs) Trésorerie (Industriels) secrétariat (IP)
    5. 5. RÔLE DU COMITE • Contrôler la superficie à cultiver (gestion de l’offre et contrats entre l’Industriel et les Producteurs); • Arbitrer la fixation du prix au producteur (tous les trois ans, maintenant); • Faire des appels d’offre pour l’achat groupé des intrants; • Défendre et représenter les intérêts de la filière.
    6. 6. DEROULEMENT DE LA CAMPAGNE • recensement des intentions de culture • négociation sur les termes du contrat de cultures: industriels et Collège des Producteurs • lancement appel d’offres aux fournisseurs par le comité • ouverture des plis et adjudication: marches intrants • Confection expression de besoins et dépôt à la CNCAS, avec visa du Comité comme garantie pour le crédit; • Réactualisation de la fiche technique
    7. 7. Déroulement de la campagne (suite) • Rencontres hebdomadaires ou par quinzaine: comité technique de suivi de campagne • Réunions de préparation des évacuations et de la commercialisation • Virement à la CNCAS par la SOCAS et paiement aux OP • Atelier Bilan
    8. 8. Evolution de la Filière de 1993 à 2012 • Superficies sous contrats:700 à 3200 ha; • Prix aux producteurs (TF) : 30 à 52F/kg • Production livrée : 12.000 à 80.000 T • Rendements évacués: 17 à 25 T/ha • Prix concentré de Tomate: 540 – 1250 – 1.000F/kg
    9. 9. Evolutions des superficies sous contrats Evolution des Superficies sous contrats en ha 1993 - 2006 0 500 1 000 1 500 2 000 2 500 3 000 3 500 C am pagne 93/94 94/95 95/96 96/97 97/98 98/99 99/2000 2000/01 2001/02 2002/03 2003/04 2004/05 2005/06 Campagnes ha Superficies
    10. 10. Evolution des rendements 0 5 10 15 20 25 30 35 40 tonne/ha Campagne Evolution des rendements évacués 1993 - 2006 Rendements
    11. 11. Evolution production livrée à l’usine Evolution de la Production livrée à l'usine en Tonnes 1993 - 2006 0 5 000 10 000 15 000 20 000 25 000 30 000 35 000 40 000 45 000 50 000 55 000 60 000 65 000 70 000 75 000 80 000 93/94 94/95 95/96 96/97 97/98 98/99 99/2000 2000/01 2001/02 2002/03 2003/04 2004/05 2005/06 Campagnes Tonnes Production
    12. 12. Evolution prix payés aux producteurs Evolution du Prix au producteur en FCFA d'un KG de Tomate Fraîche 1993 - 2006 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50 93/94 94/95 95/96 96/97 97/98 98/99 99/2000 2000/01 2001/02 2002/03 2003/04 2004/05 2005/06 Campagnes FCFA/kg Prix au producteur
    13. 13. Evolution prix kilo de concentré Evolution du Kg de Double Concentré de Tomate en FCFA(Grossiste) 1993 - 2006 0 200 400 600 800 1 000 1 200 1 400 93/94 94/95 95/96 96/97 97/98 98/99 99/2000 2000/01 2001/02 2002/03 2003/04 2004/05 2005/06 Campagnes FCFA/kg Prix gros kg concentré tomate
    14. 14. Quelques leçons tirées • Rôle important de l’interprofession (CNCFTI) : - comme cadre de concertation (les acteurs se parlent et se respectent); - de fixation du prix au producteur avant campagne; - de régulation (gestion de l’offre par les superficies, de stimulation, de décision et de défense des intérêts des acteurs de la filière); - de structure technique (élaboration de fiche technique et de fiche pour les bonnes pratiques agricoles); - d’accès au crédit (150 millions à 1,7 milliard Fcfa), aux intrants (utilisation engrais de 600kg/ha), aux matériels agricoles (Achats de tracteurs par les OP); - Ressources du comité :Prélèvement de 1f/kg pour la gestion du Comité (0,5F/kg producteur et la même chose pour l’industriel). Ce Compte sert de garantie et de fonctionnement
    15. 15. Quelques leçons tirées…….(suite) • Importance de l’augmentation du prix au producteur, comme effet de levier des autres indicateurs. Elle a été d’un élément certain de motivation pour la mobilisation et l’engagement des paysans et de leurs organisations dans la gestion de la filière ; • Filière organisée où les producteurs gagnent, les industriels gagnent, donc un esprit « Gagnant-Gagnant » où les intérêts des consommateurs sont pris en compte dans la fixation des prix au gros, allant jusqu’à baisser le prix (Fête de la Tomate et récompenses données par l’Industriel) ; • Création d’emplois (plusieurs centaines), de richesses (105 milliards de FCFA) de 1997 à 2012 et de fixation des populations rurales dans leur terroir (39 milliards de CFA payés aux producteurs dans les richesses créées pour la même période).
    16. 16. Quelques leçons tirées…….(suite et fin) • Importance de l’existence d’un collège des Producteurs fort, solidaire dans l’action et responsable (rigueur, régularité et résultats) qui défend les intérêts des producteurs au sein de la filière ; … mais aussi des autres acteurs, notamment Industriels solvables(ex du Riz dans la VFS) • Rôles importants de la puissance publique, notamment, l’ISRA et la SAED, dans la participation de la définition d’un paquet technologique adapté (doses de fertilisants et de produits phytosanitaires à l’hectare), le suivi, le conseil et l’encadrement technique, notamment l’appui pour des appels d’offre pour les intrants et pour l’organisation de réunion hebdomadaire du bureau du CNCFTI pendant la campagne de production (Novembre- Mai). • Les Petits producteurs ont résisté plus que les « Agro-business » et sont devenus très productifs (Rend moyen 40T/ha); • De plus au niveau central, on peut aussi noter la prise de certaines mesures incitatives (protection adéquate à la frontière, notamment plus de 30% en droits de douanes et taxes sur les importations de double concentré de tomate, mais aussi la mesure récente du Gouvernement Sénégalais d’annuler les taxes sur les engrais et produits phytosanitaires ;
    17. 17. Des difficultés….. • Variétés plus adaptées augmentant la période de culture; • Installation des nouveaux industriels dans la zone de culture; • Délais de paiement (après les récoltes et un mois après la facturation de la fin des évacuations)

    ×