Formation sst (tres interessant)

22 647 vues

Publié le

Publié dans : Développement personnel
5 commentaires
13 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
22 647
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
149
Actions
Partages
0
Téléchargements
820
Commentaires
5
J’aime
13
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Formation sst (tres interessant)

  1. 1. ORGANISATION DE LA FORMATION SST Dans le cadre de l’enseignement technologique et professionnelObjectif de la formation : Modalités de la formation :Faire acquérir aux élèves et • formationde 14 heuresaux personnels un pour un groupe de 12comportement efficace et adapté personnesface à une situation d’urgence. • La validation de la formation est faite après une évaluation continue des stagiaires. Un certificat de SST est délivré suite à la validation de la formation. • Recyclage obligatoire la première année et ensuite tous les 2 ans
  2. 2. PROGRAMME DE FORMATION SST• 1ière journée • 2ième journéematin : Matin :- Présentation de la formation- Les rôles du SST -Révisions des gestes- Formation générale à la prévention effectués lors de la 1ière- Les 4 actions du SST journée- Secourir une victime qui saigne -Secourir une victime abondamment inconsciente et qui ne respire plusAprès-midi :- Secourir une victime qui s’étouffe Après-midi :- Secourir une victime inconsciente et qui MSAS respire Validation de la formation- Secourir une victime qui présente des signes de malaises, des brûlures, des fractures, des petites plaies
  3. 3. Qu’est-ce qu’ un SST ?• C’est un membre du personnel volontaire ou désigné pour porter secours en cas d’accident. Il doit être capable de porter secours à tout moment au sein de l’entreprise à toute victime d’un accident du travail, dans l’attente de l’arrivée des secours spécialisés.• Art. R241-39 du code du travail : rend obligatoire la présence d’un membre du personnel ayant reçu l’instruction nécessaire pour donner les premiers secours en cas d’urgence, dans chaque atelier où sont effectués des travaux dangereux et sur chaque chantier occupant 20 personnes au moins…• Arrêté du 5 décembre 2002 + décret du 24 juillet 2007 : le SST détient aussi l’unité d’enseignement PSC 1• Établissements scolaires : mise en place des PPMS (Plan Particulier de Mise en Sécurité), CHS (Commission d’ Hygiène et de Sécurité)
  4. 4. Les fonctions du SST LE SST doit : Avant l’accident Pendant l’accident Après l’accident :  connaître les  avoir les connaissances et les prévenir les risques propres à réflexes suffisants pour se risques de son entreprise protéger soi-même et autrui, « sur- alerter et porter secours à la accident », en  Être en relation victime. particulier en avec les agents de L’intervention du SST est limitée cas sécurité, dans : d’électrisation, l’infirmerie d’incendie, - le temps (quelques minutes qui suivent l’accident) d’atmosphère Connaître toxique l’emplacement du - l’espace (principalement matériel de l’entreprise) mais comme tout autre secours, du citoyen il doit porter secours à registre d’hygiène toute personne en danger (art. et de sécurité 223-6 du code pénal) - les moyens : le délai  Faire remonter d’intervention très court compense des observations à le peu de moyens dont il dispose. l’encadrement et Le 3 premières minutes sont aux instances cruciales.Le SST est donc un acteur de la prévention des risques professionnels
  5. 5. Avec dans l’ordre    PROTEGER FAIRE SECOURIR EXAMINER ALERTER
  6. 6. PROTEGER• Pourquoi ? - éviter un sur-accident - éviter l’aggravation de l’état de la victimeQui ?- soi-même- la victime- les autres
  7. 7. PROTEGER Phase d’analyse Le SST doit se poser les questions suivantes : que s’est-il passé ? Persiste-t-il un danger ? Chaleur,feu,explosion Électricité D’asphyxie (eau,gaz,fumées,produits….) Physiques,mécaniques,Phase d’action Supprimer, isoler le risque Baliser la zone dangereuse Effectuer un dégagement d’urgence de la victime en toute sécurité pour le SST
  8. 8. PROTEGER : l’alerte aux populations
  9. 9. EXAMINER Déceler une urgence vitale• La victime saigne-t-elle abondamment ?En respectant la position de la victime et en lui parlant : rechercher les saignements abondants cachés en regardant la victime et son environnement, si besoin palper les membres, le cou. Ne pas oublier de regarder les oreilles.• La victime s’étouffe-t-elle ?Rechercher les signes d’un étouffement total et brutal en repérant le comportement de la victime et en lui posant la question « est-ce que tu t’étouffes ? »
  10. 10. EXAMINERContrôler la conscience  La victime répond-elle ? Rechercher si la victime est consciente en posant des questions, en demandant de serrer la main et de cligner des yeux. Si la victime est à plat ventre, la retourner sur le dos. Cas particulier : le nourrisson, faire du bruit en claquant des doigts et le stimuler au niveau des mainsContrôler la respiration  La victime respire-t-elle ? Si la victime est à plat ventre, la retourner sur le dos. Libérer les voies respiratoires en basculant prudemment la tête en arrière et repérer des signes visibles de respiration pendant 10 secondes en se penchant sur la victime : JOY : Joue pour sentir le souffle, Oreille pour écouter, Yeux pour regarder le thorax se soulever Cas particulier : le nourrisson, mettre la tête dans la position naturelle
  11. 11. FAIRE ALERTER 15 : le SAMUNuméros à 18 : les pompierscomposer 112 : N° de la communauté européenne endroit du téléphone et N° à composer -Éléments du Lieu de l’accident (établissement, rue ville département) - message Cause de l’accident - Nombre des victimes - État des victimes - Gestes pratiqués par le SST - Risques persistants - - répéter le messageConsignes à Raccrocher le dernier -donner au(x) Revenir rendre compte - témoin(s) Aller attendre les secours - prévenir la hiérarchie et l’infirmier(e) -
  12. 12. SECOURIR une victime qui saigne abondamment1. Repérer l’origine du saignement et constater l’état de la plaie :  La plaie est accessible et sans corps étranger :  comprimer directement l’endroit qui saigne par une compression manuelle directe ou si nécessaire poser  un tampon relais (2 tours avec un lien large maintenu par 2 nœuds simples) : pour remplacer la compression manuelle en cas de plusieurs victimes ou en cas d’autre geste vital à effectuer ou si on est seul pour aller alerter . Si la pose d’un tampon relais n’arrête pas le saignement, nécessité d’en poser un deuxième sur le premier.
  13. 13. SECOURIR une victime qui saigne abondamment (suite)  La plaie présente un corps étranger ou une fracture ouverte : appliquer les consignes du 152. Allonger la victime3. Faire alerter ou alerter4. Surveiller l’état de la victime
  14. 14. SECOURIR une victime qui s’étouffe• Chez un adulte et un enfant :1. Laisser la victime dans la position où elle se trouve2. Constater l’obstruction totale et brutale des voies aériennes en posant la question : « est-ce que tu t’étouffes ? »3. Désobstruer les voies aériennes en effectuant 1 à 5 claques dans le dos4. En cas d’inefficacité des claques, réaliser de 1 à 5 compressions abdominales (méthode d’Heimlich)5. Constater l’efficacité des manœuvres de désobstruction6. Installer la victime au sol en position demi-assise ou respecter la position où elle se sent le mieux7. Couvrir la victime8. Réconforter la victime9. Demander un avis médical
  15. 15. SECOURIR une victime qui s’étouffe • Chez un nourrisson :  Donner 5 claques dans le dos du nourrisson, couché à plat ventre sur soi, tête penchée en avant.  Si les claques sont inefficaces : réaliser 5 compressions thoraciquesObstruction totale + victime devient inconsciente ! quelque soit l’âge RCP
  16. 16. SECOURIR une victime qui ne répond pas et qui respire• Placer la victime en position latérale de sécurité (PLS)
  17. 17. SECOURIR une victime qui ne répond pas et qui respire (suite)• Alerter les secours• Surveiller la victime (couvrir et contrôler conscience et respiration en attendant les secours)• Cas particuliers : – Femme enceinte : PLS sur le côté gauche – Victime traumatisée : PLS du côté atteint – Victime avec des convulsions : ne pas toucher la victime pendant les convulsionsRemarque : le danger de détresse respiratoire prime sur l’éventualité de l’aggravation d’une lésion traumatique lors de la mise en PLS
  18. 18. SECOURIR une victime qui se plaint de et/ou présente des signes anormaux1. Observer les signes du malaise2. Mettre la victime au repos3. Ecouter, questionner la victime et son entourage : (Où a-t-elle mal, est-ce la première fois, depuis combien de temps, suit-elle un traitement ?…)4. Prendre un avis médical5. Surveiller la victime • signes de l’AVC • traitement efficace si administré dans les 4 h 30 •130 000 personnes atteintes d’AVC par an 1ère cause d’handicap 2ème cause de démence après Alzheimer 3ème cause de mortalité
  19. 19. SECOURIR une victime qui se plaint de brûlures• Brûlures THERMIQUES:1. Supprimer la cause ou soustraire la victime à la cause2. Refroidir le plus tôt possible en arrosant la surface brûlée3. Faire alerter les secours4. Mettre au repos la victime5. Surveiller la victime• Brûlures CHIMIQUES :Même conduite à tenir mais en rinçant la partie brûlée, déshabiller la victime• Brûlures ELECTRIQUES :1. Allonger et parler régulièrement à la victime2. Demander un avis médical3. Suivre les consignes• Brûlures internes par INHALATION, par INGESTION1. Placer la victime en position demi-assise pour faciliter sa ventilation2. Parler régulièrement à la victime3. Demander un avis médical
  20. 20. SECOURIR une victime qui se plaint d’une douleur empêchant certains mouvements la victime se plaint après un traumatisme du dos, de la tête ou de lanuque :1.Ne jamais mobiliser la victime2.Conseiller fermement au blessé de ne faire aucun mouvement en particulier dela tête3.Faire alerter les secours4.Maintenir en permanence la tête dans la position où elle se trouve5.Surveiller la victimeLa victime se plaint d’un traumatisme de membre :1.Interdire toute mobilisation du membre atteint2.Faire alerter3.Respecter les recommandations données par les secours4.Surveiller la victime5.Couvrir la victime
  21. 21. SECOURIR une victime qui se plaint d’une douleur empêchant certains mouvements La victime a reçu un coup sur la tête et présente plusieurs minutes après :
  22. 22. SECOURIR une victime qui se plaint d’une plaie qui ne saigne pas abondamment1. Identifier la gravité de la plaie2. En cas de plaie grave : installer la victime en position d’attente3. Demander un avis médical4. Couvrir la victime5. Surveiller la victime le MAL : Mécanisme d’apparition Aspect localisation
  23. 23. SECOURIR une victime qui se plaint d’une plaie qui ne saigne pas abondamment• Plaie au thorax :  Respecter la position de la victime ou position demi-assise• Plaie à l’abdomen :  Position à plat dos, cuisses et genoux fléchis• Plaie à l’œil :  Position à plat dos, tête calée et yeux fermés• Les amputations :  Arrêter le saignement de la victime  Récupérer le membre sectionné et mettre dans un sachet étanche, déposer le sachet sur un récipient contenant des glaçons ou de l’eau fraîche
  24. 24. SECOURIR une victime qui se plaint d’une plaie qui ne saigne pas abondamment La victime présente une plaie simple :1. Se laver les mains2. Nettoyer la plaie3. Protéger par un pansement4. Demander à la victime si elle est vaccinée contre le tétanos et depuis quand5. Si la plaie devient chaude, rouge, si elle gonfle ou si elle continue de faire mal dans els 24 heures, consulter sans tarder un médecin car la plaie s’infecte.
  25. 25. SECOURIR une victime adulte qui ne répond pas et qui ne respire pasAprès examen de la victime et constat d’arrêt respiratoire, 1. Faire alerter les secours et réclamer un DAE 2. Pratiquer une RCP : Réanimation Cardio-Pulmonaire en réalisant des cycles de 30 compressions et 2 insufflations jusqu’à l’arrivée du DAE 3. Mettre en œuvre le plus tôt possible le DAE
  26. 26. SECOURIR un enfant qui ne répond pas et qui ne respire pas Après examen de la victime et constat d’arrêt respiratoire, faire alerter les secours et réclamer un DAE Pratiquer 5 insufflations et être attentif aux réactions de l’enfant (réflexes de toux et de mouvements et reprise de la respiration) Si pas de réactions, réaliser la RCP pendant 5 cycles et mettre ensuite en place les électrodes d’un DAE adapté à l’enfant. Si un DAE adulte est utilisé, placer une électrode en avant au milieu du thorax et une au milieu du dos.
  27. 27. SECOURIR un nourrisson qui ne répond pas et qui ne respire pas Après examen de la victime et constat d’arrêt respiratoire, faire alerter les secours très rapidement Pratiquer 5 insufflations et être attentif aux réactions de l’enfant (réflexes de toux et de mouvements et reprise de la respiration). Les insufflations se font par la technique du bouche à bouche et nez Si pas de réactions, réaliser la RCP : 30 compressions et 2 insufflations NE JAMAIS UTILISER UN DAE SUR UN NOURRISSON
  28. 28. Victime ne répond pas, ne respire pasAdulte Faire alerter, Mise en œuvre 5 séries de demander RCP 30/2 du DAE, suivre RCP 30/2 après un DAE les instructions un chocEnfant Faire alerter, 5 insufflations Mise en œuvre 5 séries de demander puis 5 cycles du DAE, suivre RCP 30/2 après un DAE RCP 30/2 les instructions un chocNourrisson Faire alerter 5 insufflations puis RCP 30/2
  29. 29. Cas particulier avec le DAE• Le secouriste est seul en présence d’une victime adulte : alerte dès constat arrêt respiratoire• Le secouriste est seul en présence d’une victime enfant et nourrisson : alerte après 5 cycles de RCP• La victime présente un timbre autocollant médicamenteux sur la zone de pose des électrodes : le décoller• Le sauveteur constate une cicatrice et perçoit un boîtier sous la peau à l’endroit où il doit poser l’électrode sous la clavicule droite : aller 1 cm en dessous• La victime est allongée sur une surface métallique : déplacer la victime ou l’isoler avec une couverture• La victime est allongée sur un sol mouillé, bord de piscine, pluie : la mettre dans un endroit sec• Au cours de l’analyse ou du choc le DAE détecte un mouvement : vérifier les signes de vie• Après avoir collé et connecté les électrodes au DAE, l’appareil demande toujours de les connecter : changer les électrodes.

×