Est-ce que les partenariats sont la clé pour la préservation de labiodiversité africaine? L’étude de cas de quatre partena...
Problématique   Exploitation de l’ilménite par Rio Tinto dans la forêt de Tsitongambarika, localisée dans le sud-ouest de...
Intervenants                      Rio Tinto                                      Fauna & Flora International    Chef de f...
Phases de restauration                Conception du projet                                                            Conc...
Phases de restauration                 Conception du projet                                                    Conception ...
Phases de restauration                 Conception du projet                                                     Conception...
Phases de restauration                  Tâches préliminaires                                                     Tâches pr...
Phases de restauration     Planification du projet d’implantation                              Tâches d’implantation du pr...
Phases de restauration     Tâches d’implantation après le projet                                              Évaluation e...
Solutions alternatives   En ce qui a trait à la gestion des sites restaurés, elle pourrait être donnée à l’organisme CoBa...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Partie b présentation

983 vues

Publié le

Présentation power point résultats travail noté 3.

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
983
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Partie b présentation

  1. 1. Est-ce que les partenariats sont la clé pour la préservation de labiodiversité africaine? L’étude de cas de quatre partenariats entre des compagnies minières et des ONG de conservation. T R AVA U X D E C O N S E R VAT I O N D E L A F O R Ê T DU LITTORAL DANS LE SUD -EST DE M A D A G A S C A R AV E C R I O T I N T O E T FA U N A & F L O R A I N T E R N AT I O N A L . T R AVA I L P R É S E N T É PA R : PA S C A L E L A R O U C H E
  2. 2. Problématique Exploitation de l’ilménite par Rio Tinto dans la forêt de Tsitongambarika, localisée dans le sud-ouest de Madagascar. Trois sites exploités: Mandena, Petriky et Ste-Luce. La durée de l’exploitation est de 40 à 60 ans et la première mine à être mise en fonction, Mandena, a commencé ses activités en 2009. Point chaud de la biodiversité selon le Conservation International. Plusieurs espèces d’animaux et de plantes sont endémiques à Madagascar. Étant donné la pauvreté présente dans ce pays, aucune base de données complète n’a pu être effectuée pour connaître l’ensemble des espèces présentes à Madagascar. Il y a déjà un grave problème de déforestation dans la forêt de Tsitongambarika. Les populations locales vivant dans cet espace génère une forte pression négative sur la forêt pour leurs besoins de base et de subsistance. Une première évaluation des conséquences de l’exploitation de l’ilménite ne fera qu’aggraver la problématique de la déforestation. Pour atténuer les effets de l’exploitation de l’ilménite, le gouvernement malgache a imposé à Rio Tinto de s’associer avec Fauna & Flora International pour compléter une base de données avec toutes les espèces présentes sur le territoire de la forêt de Tsitongambarika. L’objectif de ce travail a donc consisté à évaluer la réussite d’une telle collaboration entre une entreprise privée et un organisme non-gouvernemental.
  3. 3. Intervenants Rio Tinto Fauna & Flora International Chef de file dans l’exploitation de l’ilménite.  Organisme Non Gouvernemental qui est impliqué Rôle de Rio Tinto: dans des projets à travers le monde. Ces projets sont1. Pour cette étude de cas, le principal rôle de la principalement localisé dans les pays en compagnie est d’exploiter l’ilménite. développement.2. Un rôle plus secondaire a été donné à la compagnie  Rôle de Fauna & Flora International: mais qui fût d’une grande importance. Il a été 1. Protéger la biodiversité à travers le monde convenu que l’entreprise devait compléter une base de données des espèces présentes dans la forêt de 2. Travailler en collaboration avec des entreprises pour Tsitongambarika avant d’entreprendre son projet changer les pratiques et les mentalités pour diminuer d’exploitation de l’ilménite les impacts négatifs de compagnies sur la biodiversité. Principales forces:1. Soutien à des projets de grande envergure  Principale force:2. Initiatrice d’ententes avec des ONG dans des 1. Le plus important organisme de protection de la programmes de protection de la biodiversité. Le biodiversité dans le monde. Global Mining Initiative est un exemple. Principales faiblesses:  Principales faiblesse:1. Ne peut garantir la diminution de la pauvreté à 1. L’organisme a dû s’affilier avec des agences engagées Madagascar par l’implantation de son projet minier. par Rio Tinto pour compléter les travaux de terrain2. Il y aura des impacts négatifs de l’exploitation de lors de l’élaboration de la base de données. l’ilménite dans la forêt de Tsitongambarika.
  4. 4. Phases de restauration Conception du projet Conception du projet Localisation du site et ses frontières:  Besoins de restauration écologique: Premier site: 1. Création de la base de données pour connaître toutes les  Sites d’exploitation de l’ilménite:  Mandena espèces à réintégrer après l’exploitation de l’ilménite.  Petriky 2. Connaissance approfondie de la culture malgache pour instaurer  Sainte-Luce les bonnes essences de plants et d’arbres. Lien spirituel avec la  Superficie globale des trois site est de 6 000 hectares et nature important et qui tient également compte d’espèces 750 000 tonnes de minerai sont prévues être exploités d’ici 60 ans. spécifiques de plants lors de certains rituels. Deuxième site:  Forêt de Tsitongambarika  Genre d’écosystème à restaurer  Trois étages de forêt: basse, moyenne et haute altitude  Océan Indien à l’est et montagne à l’Ouest qui lui confère un  La forêt de basse altitude est l’écosystème à restaurer. climat humide.  Superficie globale de la forêt est de 60 509 hectares.  Objectif de restauration Intervenants  La création de la base de données est le principal objectif de Deux principaux: Rio Tinto et Fauna & Flora International. restauration. Prélèvements de terrain: Asity Madagascar et Birdlife International.  Les objectifs qui concerne la restauration après l’exploitation Octroi de permis: minière seront spécifiés dans les autres sections.  MEM (Ministère de l’environnement et des Mines)  OMNIS (Office des mines nationales et des industries stratégiques)  Stress qui ont besoin de régulation  Ministères de l’Environnement et des Forêts 1. La culture du tavy QMM: Société anonyme de droit malaghe (80% Rio Tinto et 2. La déforestation pour le bois de chauffage et pour l’agriculture 20% gouvernement malgache) Missouri Botanical Garden et Museum National d’histoire 3. La culture de la vanille. Naturelle de Paris: rôle de gardien spécimens espèces rares de Madagascar.
  5. 5. Phases de restauration Conception du projet Conception du projet Restrictions de la terre:  Techniques de travail et besoins d’équipement Prélèvement de l’eau potable  Différents selon les espèces étudiées. Voici une brève liste des  Touche deux bassins versants: Manampanihy et Efaho. équipements utilisés  Alimente en eau potable la ville de Tolagnaro  Lunettes d’approche, CD et MP3 pour les oiseaux;  Filets japonais et observation directe pour les chauves-souris;  Protéger également pour la riziculture  Élaboration de lignes parallèles, lampes frontales , torches, Maintien de parcelles de terre pour l’agriculture. Rio Tinto ne capture de relâchement avec pièges Sherman utilisés pour les doit pas empiéter trop sur les terres disponibles pour lémuriens; l’agriculture.  Pièges à fosses et observation directe pour les reptiles et les amphibiens; Sources de financement  Pièges Malais, pièges à plateau jaune, feuille de litière et des1. Avec aide de USAid, investissement 6 millons de dollars extracteur Winkler ont servis pour les fourmis. américains pour reforestation et projets de conservation  Pour comportement des groupes locaux,: consultations, foretières enquêtes, interviews, réunions et observation.2. Organismes à but non lucratif, comme la Durrell Wildlife Conservation, finance des projets de conservation par des dons privés.  Besoins en ressources biotiques et leurs sources3. Imposition de taxes à Rio Tinto par le gouvernement malgache.  Deux besoins: Ce dernier le dépense dans des projets socio-culturels (exemple: 1. Protection et préservation des espèces déjà connues de la forêt amélioration du système scolaire). de Tsitongambarika. 2. Description des espèces non-documentées.
  6. 6. Phases de restauration Conception du projet Conception du projet Besoins d’obtention de permis par les agences  Stratégies pour la gestion et la protection à long terme gouvernementales. 1. Après l’exploitation minière, il y aura plantation aux trois sites1. Permis environnemental (PGE) exploités d’espèces autochtones et à croissance rapide2. Permis d’exploration et d’exploitation de l’ilménite. (eucalyptus); 2. Création de nurseries pour la croissance intiale des plantes (strate arborée (premier étage), arbres discontinus (étage deux), Spécifications des permis, les restrictions du sous-bois arbustif (étage trois); propriétaire et les autres contraintes légales. 3. Maintien des espèces floristiques utilisées par les populations1. But du PGE: minimiser les impacts négatifs de la mine sur la locales; biodiversité et créer un projet de compatibilité entre 4. Développement de la gestion locale des ressources; l’investissement et la conservation de la biodiversité. 5. Instauration du NPI (impact positif net): maintien d’une frange2. Le permis d’exploration et d’exploitation permet à Rio Tinto de forestière aux abords des trois sites exploités durant les travaux détruire la forêt de Tsitongambarika mais à la condition de d’exploitation. restaurer les sites à la fin. Durée du projet Le projet de connaissances des espèces fauniques et floristiques a duré cinq ans. La durée de l’exploitation minière, qui a débuté en 2009, va être de 40 à 60 ans.
  7. 7. Phases de restauration Tâches préliminaires Tâches préliminaires Gestionnaires du projet qui sont en charge de tous les  Établir l’écosystème de référence aspects de la restauration  La forêt de référence est celle de Bermangidy-Ivohibe dans1. Rio Tinto et Fauna & Flora International. Tsitongambarika III.2. Pour ce qui est des travaux à plus petite échelle, il a été suggéré de faire affaire avec des organismes locaux.  Établir une liaison avec la public et publiciser le projet  Avec Asity Madagascar, des projets locaux ont été créés pour Nommer les équipes de restauration impliquer la population et également leur faire connaître les1. La Direction Biodiversité (groupe international); différentes étapes du projet d’exploitation minière et de2. Deuxième groupe est composé de spécialistes nationaux qui conservation de la biodiversité. exercent dans les domaines de la conservation et de la  Par exemple, à chaque année, il y a un concours qui donne des biodiversité; prix à celui ou celle qui s’est le plus démarqué dans la3. Le dernier groupe est indépendant de Rio Tinto et du connaissances d’espèces d’oiseaux. gouvernement malgache. Ce sont des organismes internationaux qui donnent leur avis sur les stratégies utilisées  Participation du public dans la planification du projet et sur l’évolution des travaux employés par Rio Tinto. et implantation du projet  Association avec les écoles pour expliquer le projet aux enfants; Déterminer les paramètres à surveiller avant le projet  Association avec des organismes comme CoBas (communautés d’exploitation minière de base) dans la gestion de projets à petite échelle.1. Lémuriens: le lémur à collier roux , hapalémur gris, le aye- aye;  Installation de routes et d’infrastructures nécessaires2. Chauve-souris: roussette ou renard volant de Madagascar; pour faciliter l’implantation du projet3. Reptiles et amphibiens: 4 espèces de grenouilles (boophis sp.,  Le port d’Ehoala; mantidactylus spp.), , un gecko diurne , un serpent (Liophidium sp.)  Construction de routes pour le transport du minerai jusqu’au port;4. Croissance de la population qui a un impact sur la déforestation.  Seuil déservoir pour ne pas contaminer l’eau douce.
  8. 8. Phases de restauration Planification du projet d’implantation Tâches d’implantation du projet en cours Description des intervenants établis pour prélever les  Marquer les limites et l’aire de travail données de terrain 1. Dans une zone comprise entre 85 et 775 mètres d’altitude;1. Pour le prélèvement des données de terrain, les intervenants les 2. Les prélèvements ont pour la majorité eu lieu près de Tolagnaro mieux placés sont les acteurs locaux de par leurs connaissances 3. La forêt de Bernangidy-Ivohibe dans la zone du terrain et des espèces présentes. Tsitongambarika III a servi comme site de prélèvement2. Pour ce qui est de la coordination, ce sont des organismes pour la plupart des espèces. comme CoBas qui ont été mise en charge. 4. Pour la restauration et réhabilitation des trois sites3. Pour ce qui est de la conservation des espèces, ce sont des miniers: environ 6000 hectares de terrain. organismes comme le Missouri Botanical Garden qui ont été impliqué dans le dossier du prélèvement des données.  Installation des équipements permanents de surveillance Horaire des tâches nécessaires pour la cueillette des  Voici une liste exhaustive qui permet d’avoir une idée générales données de terrain des principaux endroits idéaux pour installer des équipements Une série de prélèvement fût effectuée entre 2005 et 2006. en permanence. Selon les espèces, des prélèvements ont été faits soit de jour ou 1. Des parois rocheuses et des caves (chauve-souris); de nuit ou soit les deux. Selon certains besoins, à chaque plage 2. Des aires protégées (herpétofaune); horaire de la journée, différentes interventions eurent lieu. (3 interventions le matin et 2 la nuit). 3. Des nids (oiseaux).
  9. 9. Phases de restauration Tâches d’implantation après le projet Évaluation et publicité Implanter les procédures de gestion adaptées au projet  Accès aux données de surveillance pour déterminer si1. Création d’aires protégées et de parcs nationaux; les standards de performance du projet ont été atteints2. Gestion de ces derniers par les populations locales 1. En ce qui a trait à la base de données, les références utilisées3. En ce qui a trait aux sites miniers, Rio Tinto peut se baser sur pour ce travail ont bien démontrées que les standards ont été les travaux effectués pour la base de données pour surveiller atteints. l’évolution de la réintégration des espèces. 2. En ce qui concerne les travaux de restauration et de réhabilitation, les standards ne peuvent être évalués en ce moment. Voir la section sur les stratégies pour la gestion à long terme pour l’intégration des plantes.  Déterminer quels buts culturels ont été rencontrés  4 communes interpelées:  Mahatalaky;  Iabakoho;  Manantenina;  Ifarantsa  Enquêtes effectuées pour connaître les besoins de chaque communauté sur des sujets qui concernent, entre autres, l’éducation, la santé, le travail, la famille et l’environnement.
  10. 10. Solutions alternatives En ce qui a trait à la gestion des sites restaurés, elle pourrait être donnée à l’organisme CoBas; Création de parcs nationaux et d’aires protégées; Création de différents plans de restauration de sites miniers  PGEP (Project Environmental Management Plan);  PGES (Sector Environmental Management Plan);  BAP (Biodiversity Action Plan);  LUMP (Land Use ans Management);  IPD (Integrated Development Program). Écotourisme

×