Dossier de presse IMCAS 2016

620 vues

Publié le

Dossier de presse IMCAS 2016

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
620
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
11
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Dossier de presse IMCAS 2016

  1. 1. janvier v4 www.imcas.com 1 Dossier de presse Conférence de presse Vendredi 29 janvier 2016 à 10h00 IMCAS 18th Annual World Congress 28~ 31 JAN PARIS 2016 International Master Course on Aging Science En avant - première, pour tout voir et tout savoir en médecine et chirurgie esthétique Palais des congrés de Paris Niveau: 3.5, Salle 322-323M
  2. 2. janvierAv4www.imcas.com 2 Nos experts vous donnent rendez-vous le vendredi 29 janvier de 10h00 à 12h00 pour vous apporter une vision globale et une analyse objective des avancées majeures et de toutes les dernières tendances en date : rajeunir avec ses propres cellules régénératives, les techniques pour lifter avec ou sans chirurgie, les nouveaux traitements des imperfections de la peau (tâches pigmentaires, rosacée, cicatrices, acné, vergetures), les tendances chirurgicales validées pour resculpter son corps et celles qui vont bientôt arriver. En accès libre, l’IMCAS dédie une journée à la Cosméceutique. Huit sessions qui débuteront vendredi 29 janvier à 8h00 : les principes fondamentaux du vieillissement, les acquis scientifiques sur les ingrédients et leurs modes d’action, leurs combinaisons avec les probiotiques et autres nutraceutiques, les prochaines générations de cosméceutiques et toutes les pistes de recherche. Enfin, nous vous invitons à identifier les sujets au cœur de vos centres d’intérêt pour organiser, dès à présent, des interviews et des rendez-vous individuels en salle de presse lors du cocktail déjeunatoire de midi à 13h00 (sur demande auprès de Patricia Benitah). LES incontournables en 2016 Au programme de la 18ème édition de ce Congrès Annuel Mondial, toujours plus de révélations et d’innovations. À PROPOS DE L’imcas L’IMCAS est l’un des plus importants congrès mondiaux dédiés à l’interface entre la chirurgie et la dermatologie esthétique. Depuis 18 années, l’IMCAS s’efforce de promouvoir un enseignement de qualité accueillant les leaders d’opinion les plus influents en proposant à ses 6000 participants une traduction simultanée en français, anglais, russe et chinois. Les participants de l’IMCAS Paris viennent de plus de 85 pays, contribuant au rayonnement international de ce congrès d’enseignement aujourd’hui établi en Chine, à Taiwan, en Indonésie, en Inde, ainsi qu’au Mexique. Mais c’est dans sa ville natale que l’IMCAS présente chaque année plus de 1300 lectures et de nombreux enseignements sur les derniers développements scientifiques du secteur, dans le respect de l’éthique et de «l’evidence based medicine». Formation et information, en ligne avec un monde de plus en plus connecté, cette année l’IMCAS lance sa plateforme de e-learning, l’IMCAS ACADEMY. Depuis sa création, l’IMCAS met à l’honneur au cours de sa soirée de gala de nombreux projets qui tiennent à coeur à nos médecins. C’est donc pour la deuxième année consecutive que nous recevrons chercheurs et spécialistes pour la recherche contre le cancer du sein le samedi 30 janvier pour célébrer et soutenir, grâce à un prix, les initiatives de nos confrères. Save the date PARIS 2016programme santé beauté De 10h00 à midi Conférence de presse santé beauté autour d’un café De midi à 13h00 Interviews face-to- face santé beauté autour d’un cocktail déjeunatoire
  3. 3. janvier v4 www.imcas.com 3 programme le vendredi 29 janvier de 10h00 a 12h10 Remodelage du corps Remodelage et lipolyse du corps en 2016 : quoi de neuf ? Dr Hugues CARTIER, Dermatologue, France Cellules souches et médecine régénérative Les Thérapies Cellulaires autologues - Injection de graisse, fraction vasculaire stromale FVS, cellules souches, plasma riche en plaquettes PRP, évolution ? Pr Guy MAGALON, Chirurgien plasticien, France Rhinoplastie Focus sur une révolution chirurgicale mondiale, la rhinosculpture ultrasonique DrOlivierGERBAULT,Chirurgienplasticien,France Prothèses mammmaires Prothèses mammaires : où en sommes-nous ? DrOlivierGERBAULT,Chirurgienplasticien,France Injectables L’induction cellulaire : un nouveau concept de correction des pertes de volume et de ptose avec l’âge Dr Bernard MOLE, Chirurgien plasticien, France Lasers, LEDs, Radiofréquence & Ultrasons Effacer les taches pigmentaires : zoom sur les techniques qui marchent Dr Serge DAHAN, Dermatologue, France Traiter la rosacée : lasers et nouvelles molécules Dr Bernard ROSSI, Dermatologue, France Ovale du visage et double menton : lifter avec ou sans chirurgie ? Lipolyse par injection, radiofréquence et ultrasons : les techniques prometteuses à suivre Dr BenjaminASCHER,Chirurgienplasticien,France Cicatrices, acné, vergetures : les nouvelles lumières pulsées, radiofréquences, lasers - La bonne indication et les limites ? DrAnneLEPILLOUERPROST,Dermatologue,France No pause à la ménopause : comment rester jeune à 50 ans ? DrAnneLEPILLOUERPROST,Dermatologue,France Lipofilling Lipofillingpourlecorps:lesnouveauxdispositifs médicaux - Cas cliniques fesses et jambes Dr Gilbert ZAKINE, Chirurgien plasticien, France Micro - greffes graisseuses des paupières inférieures - Est - ce l’unique solution pour restaurer un regard naturel? DrSébastienGARSON,Chirurgienplasticien,France L’augmentation mammaire en 2016 : Vers des seins toujours plus naturels grâce à l’association d’auto transferts graisseux en complément des implants mammaires Dr Michel ROUIF, Chirurgien plasticien, France Cosméceutiques Cosmétiqueetmédecineesthétique:Lesacquis scientifiques sur les principes actifs et leurs modes d’action Dr Eric ESSAYAGH, Médecin esthétique, France Q & A Procédure d’inscription Nos conférences de presse sont ouvertes à tout journaliste accrédité. Il n’y a pas de frais d’inscription requis mais l’enregistrement préalable est obligatoire et ne peut se faire que sur le site IMCAS. Visitez notre site internet afin de soumettre votre demande d’accréditation. http://www.imcas.com/en/attend/imcas-world-congress-2016/press Unefoissursite,vouspourrezretirervotrebadgePRESSE à votre arrivée avec : › votre lettre de confirmation (envoyée par email) › votre pièce d’identité › votre carte de presse Save the date PARIS 2016 programme santé beauté 10h00 10h08 10h16 10h24 10h32 10h40 10h48 10h56 11h06 11h14 11h22 11h30 11h38 11h46 11h54 Superviseur: Dr ralph Abbou
  4. 4. janvierAv4www.imcas.com 4 1. remodelage du corps Remodelage et lipolyse du corps en 2016 : Quoi de neuf ? Dr. Hugues CARTIER, Dermatologue, France Ice and Heat Le principe du froid et de la compression pour détruire les cellules adipeuses et faire fondre le volume de la cellulite localisée est maintenant bien admis par la communauté scientifique. Faisant suite au leader mondial Zeltig, référence en terme de résultat et de sécurité, une multitude de dispositifs, basés sur le même principe sont disponibles sur le marché mondial à la différence des USA. Les preuves scientifiques de ces autres appareils manquent encore car il faut comparer ce qui est comparable. Chaque industriel garde secret le timing de la délivrance du froid. Trois paramètres sont essentiels à un résultat en toute sécurité : le refroidissement progressif afin de ne pas brûler la peau, la force d’aspiration qui peut également varier au cours de la séance et la durée de la séance. De ce fait, le mode de délivrance du froid et la pression d’aspiration ont une incidence directe sur le résultat et la sécurité. La taille, la forme, le nombre de sonde de refroidissement, le nombre et la forme de la pièce à main travaillant simultanément, le double système de réfrigération pour avoir un froid précis et stable sont aussi des éléments à prendre en compte. Ainsi des Home devices aux professionnels médicaux, on n’obtiendra pas les mêmes résultats. Ce qui est admis aujourd’hui par la communauté scientifique : - La multiplication des séances sur une même zone traitée ne garantit pas un résultat démultiplié. - L’hyperplasie paradoxale reste rare et inexpliquée ce qui rend difficile à estimer son risque pour chaque patient. - Le volume de réduction de la cellulite est estimé au 1/3 du volume de la pièce à main du dispositif - Il faut absolument avoir des pièces à main adaptées pour les différentes zones traitées afin d’éviter les vagues, de cryolite des organes nobles ou les mauvais résultats. On en dispose maintenant pour le menton ou à angle variable pour les cuisses. Mais les nouveautés remarquables sont - Qu’il es possible de réduire la cellulite avec des cycles successifs de chaud et froid, d’au- dessus du zéro degrés à plus de 40 •C avec une moindre douleur. Pour mémoire, les lipides intracellulaire cristallisent dés les degrés positifs (sous les 8/10•C) et que certains industriels rapportent également des résultats probants sans descendre sous le zéro degrés Celsius. - Qu’il est possible de réduire le volume du pannicule adipeux uniquement avec une nouvelle source de chaleur émise par un laser diode 1060 nm (sculpture Cynosure ) durant une session de moins de 30 minutes. La température cutanée oscille entre les 42 et 47 degrés Celsius. Les premières études sont probantes mais il semble qu’il faille réserver ce laser pour uniformiser une zone et qu’il s’adresse à une cellulite plus superficielle entre 1 et 2,5 cm de profondeur à la différence de la cryolipolyse qui peut traiter au delà des 4/5 cm d’épaisseur. Quant à la durée de la session, il est remarquable que de nouveaux paramètres sont donnés par les industriels avec des températures qui descendent au -delà des 10 degrés avec des séances raccourcies a 30-40 minutes. Mais attention, atteindre de très basses températures ne veut pas dire qu’elles durent toute la durée de la session. Entre le qui peut le plus, peut le mieux et le time is money, il faut être attentif au ratio résultat / risque. D’autres principes physiques qui visent à réduire la cellulite font aussi leur apparition - La radiofréquence de contact en mode balayage avec des courants de fréquences et des pièces à main adaptées au body contouring - Les ultrasons focalisés qui créent des points de fusion de façon régulière et à une certaine profondeur sous cutanée - Le Vaccumed System ou Lower body negative pressure device initialement utilisé en phlébologie donne des résultats intéressants sur la cellulite et le lipoedème. - La cavitation est aussi une alternative qui fait son chemin. De la cosmétique à la chimie - Longtemps décrié, l’association de principes actifs délivrés par le simple massage cutanée pourrait bientôt révolutionner le marché. Save the date PARIS 2016programme santé beauté
  5. 5. janvier v4 www.imcas.com 5 - La lipolyse chimique refait son apparition sous une forme légale. Le desoxycholate souvent associé à la phosohatidylcholine était efficace mais l’absence d’autorisation légale et les effets secondaires de type nécroses cutanées ont sonné son interdiction d’utilisation notamment en Europe et aux USA. Le laboratoire Kythera (Joint venture avec Allergan ) a repensé le mode d’administration et sa dilution. Après plusieurs études pilotes, diligentées depuis 3 ans et publiées dans les revues scientifiques, en Europe et aux USA , le Kybella depuis son autorisation FDA , pourrait devenir l’indication phare pour faire fondre la graisse sous – mentale en 3 à 5 séances espacées de quelques semaines. Si le Kybella induit une apoptose de la cellupopathie ainsi qu’une fibrose après une phase d’œdème inflammatoire de quelques jours, il apparaît intéressant de citer la prochaine génération de ce type de produit avec le lipo-202 du laboratoire Neothetics. Le Salmeterol Xinafoate, composant déjà utilisé comme antiasthmatique, a été proposé pour la cellulite abdominale ( BMI<30) depuis plus d’un an dans différentes études pilotes de phase 2 et 3 soit plus de 800 patients. Il induirait par des mini-injections hebdomadaires sur quelques semaines une vidange des lipides intracellulaire sans détruire la cellule adipeuse, une fonte graisseuse à la carte en quelques sortes. Conclusion Le lipoaspiration chirurgicale a encore de beau jour devant elle mais les nouvelles technologies physiques conjuguées aux chimiques sont en phase de révolutionner la prise en charge de la cellupopathie. N’oublions pas que le pannicule adipeux est une réserve à cellules souches précieuses pour la quête d’éternité avec un renouvellent cellulair ad integrum. Vider les cellules adipeuses de leur graisse sans induire d’apoptose au même titre qu’un régime et une activité sportive, c’est un principe respectueux de notre avenir. 1. remodelage du corps Save the date PARIS 2016 programme santé beauté
  6. 6. janvierAv4www.imcas.com 6 2. CELLULES SOUCHES ET MÉDECINE RÉGÉnÉRATIVE Les Thérapies Cellulaires Autologues Injection de graisse, Fraction Vasculaire Stromale FVS, Cellules souches, Plasma Riche en Plaquettes (PRP), évolution ? Pr. Guy MAGALON, Chirurgien plasticien, France La réinjection de graisse autologue selon la méthode de Sydney Coleman est maintenant bien connue, la technique et les indications sont bien codifiées et les résultats satisfaisants. Depuis l’idée originale, les évolutions ont été multiples : - La Micro réinjection, grâce à du matériel de prélèvement et d’injection beaucoup plus petit, permet d’obtenir des micros lobules de 0,5 mm. Le tissu graisseux devient un véritable filler sous dermique. - La préparation des « nanofat » utilise de nouveaux dispositifs qui éliminent de façon mécanique les cellules graisseuses et gardent les cellules régénératives. On obtient un produit très fluide à usage intra dermique. - La Fraction Vasculaire Stromale (FVS) du tissu adipeux a été découverte en 2001. Il est possible avec 120 gr de graisse et une préparation enzymatique, d’extraire plusieurs dizaines de millions de cellules contenant entre 3 et 5% de Cellules souches multipotentes. La Fraction Vasculaire Stromale sera préparée dans un laboratoire de Thérapies Cellulaires avec un dispositif médical marqué CE et sera utilisée dans le même temps opératoire. - Ce produit peut être aussi cryocongelé, stocké et utilisé plus tard. Le Plasma Riche en Plaquettes (PRP) Il est possible d’isoler les plaquettes sanguines, de les séparer des globules rouges et des globules blancs par une simple centrifugation. Les plaquettes, cellules sans noyau, sont un réservoir de facteurs de croissance qui interviennent dans la cicatrisation, en favorisant la production de collagène, ou encore, en recrutant des cellules souches impliquées dans la régénération tissulaire. L’utilisation de plaquettes est extrêmement populaire en médecine du sport et du fait de leurs propriétés trophiques, dans le rajeunissement des tissus et la repousse des cheveux. L’avenir immédiat est dans la réalisation de mélanges tels que : Plasma Riche en Plaquettes (PRP) ou Fraction Vasculaire Stromale (FVS) avec Graisse ou Micro graisse, car il a été prouvé scientifiquement que les produits autologues lorsqu’ils sont mélangés, se potentialisent. En conclusion, vos cellules utilisées de façon autologues vont permettre de vous soigner, de vous rajeunir. Mais il sera nécessaire d’avoir une collaboration entre les cliniciens, les scientifiques et les industriels, de réaliser des protocoles multi centriques, si possible randomisés en double aveugle pour valider ces nouvelles thérapeutiques. Save the date PARIS 2016programme santé beauté
  7. 7. janvier v4 www.imcas.com 7 3. rhinoplastie Focus sur une révolution chirurgicale mondiale, la rhinosculpture ultrasonique Dr Olivier GERBAULT, Chirurgien plasticien, France La rhinosculpture ultrasonique est adoptée comme procédé de référence pour remodeler le nez à travers le monde. En effet, 3 ans après la mise au point de cette technique révolutionnaire en matière de rhinoplastie, la rhinosculpture ultrasonique s’est répandue à travers le monde, elle est désormais utilisée par les meilleurs chirurgiens rhinoplasticiens dans leur pays. Ses avantages ont été confirmés sur les cinq continents: Il est possible désormais de sculpter le nez de façon douce sous contrôle visuel direct pour changer sa forme, au lieu de le casser à l’aveugle comme cela se faisait jusqu’à présent. Les patients sont très peu marqués après leur intervention et ils peuvent reprendre leur travail au bout d’une semaine. La majorité des complications esthétiques des rhinoplasties peuvent maintenant être évitées grâce à cette nouvelle technologie. Les principaux congrès scientifiques à travers le monde organisent des ateliers de formation des chirurgiens à cette nouvelle technique et l’on peut penser que les instruments traditionnels seront progressivement remplacés au bénéfice des patients. 4. PROTHÈSES MAMMAIRES Faut-il avoir peur des prothèses mammaires en 2016? Dr Olivier GERBAULT, Chirurgien plasticien, France Après les différents débats faisant suite au scandale PIP et aux questions soulevées par les quelques rares cas de cancers associés aux prothèses mammaires, les fabricants de prothèses mammaires et des chirurgiens internationaux experts en matière d’augmentation et de reconstruction mammaire se sont réunis durant le congrès annuel de l’IMCAS. Différentes études réalisées en Europe et aux États-Unis montrent que les augmentations mammaires restent l’intervention pour laquelle le taux de satisfaction des patientes est le plus élevé en chirurgie esthétique. Par ailleurs le taux de complications reste relativement faible lorsque l’intervention est effectuée par un chirurgien plasticien compétent: L’usure des prothèses, les coques périprothétiques, et les malpositions prothétiques restent les trois complications les plus fréquentes, mais celles-ci se corrigent habituellement facilement. Il n’y a pas plus de cancer chez les femmes implantées, et leur suivi particulièrement attentif leur permet d’être dépistées beaucoup plus tôt en cas de cancer. Les prothèses mammaires restent donc en 2016 un procédé d’augmentation mammaire particulièrement sûr et fiable. Save the date PARIS 2016 programme santé beauté
  8. 8. janvierAv4www.imcas.com 8 5. injectables L’induction cellulaire : un nouveau concept de correction des pertes de volume et de ptose avec l’âge Dr. Bernard MOLE, Chirurgien plasticien, France À côté des corrections de volume classiquement obtenu avec les acides hyaluroniques, un nouveau concept s’impose peu à peu le but étant de stimuler le propre collagène du patient à fin d’obtenir une correction à la fois naturelle et de durée prolongée. Ces inducteurs tissulairesaunombrede3pourlemomentenFrance(Ellansé*,Radiesse*,Sculptra*)s’injectent exactementcommeunacidehyaluroniquemaisdansunplangénéralementplusprofond.L’effetvolumateur est immédiat obtenu par le vecteur de l’inducteur (généralement la carboxymethylcellulose largement employée dans les dispositifs médicaux depuis très longtemps) ; celui-ci est éliminé progressivement en quelques semaines, remplacé par le propre collagène du patient produit sous l’effet de l’inducteur (Polycaprolactone pour Ellansé*, hydroxy apatite de calcium pour Radiesse*, acide polylactique pour Sculptra*). Il est ainsi possible d’obtenir avec une seule injection une correction solide d’une durée de 1 à 2 ans, voire davantage. Une révolution technique dans le comblement des petites rides : l’injection anté traçante Il s’agit d’obtenir le comblement des rides fines notamment au niveau des lèvres, de la patte d’oie, des rides du front, du cou et du décolleté par l’injection progressive du produit de comblement généralement un acide hyaluronique de viscosité intermédiaire d’avant en arrière et non classiquement par points séparés ou d’arrière en avant (injection rétro traçante) ; ceci est possible grâce à l’utilisation d’un système d’injection automatisé, le TeosyalPen. L’injection est beaucoup moins désagréable (aucune anesthésie locale n’est nécessaire même au niveau des lèvres) et très économique car il n’y a aucune perte du gel injecté par défaut de profondeur (on peut estimer l’économie obtenue entre 20 et 30%).
  9. 9. janvier v4 www.imcas.com 9 6. LASERS, LEDs RADIOFRÉQUENCE & ULTRASONS Effacer les taches pigmentaires : zoom sur les techniques qui marchent Dr. Serge DAHAN, Dermatologue, France Lorsquel’onparlede«taches pigmentaires » il fautdifférencier d’emblée lentigoetmélasma. I - Le mélasma Ilestliéàunehyperpigmentationbénigneacquiseduvisage,souventbilatéraleetsymétrique qui apparaît surtout chez les personnes d’origine méditerranéenne et asiatiques (phototypes III, IV). Il touche le plus souvent les femmes à l’occasion d’un changement de statut hormonal (contraception orale, grossesse) et il est aggravé ou déclenché par l’exposition solaire et le stress. Cette hypermélanose peut être soit épidermique (70% des cas, bon pronostic), soit mixte (20%), soit dermique (10% des cas, difficile à traiter). Une augmentation de l’intensité de la pigmentation en lumière de Wood orientera vers un mélasma épidermique alors que son atténuation sera en faveur d’une localisation dermique. Le retentissement du mélasma sur la qualité de vie est très important et il est parfois sous-estimé. Il est important d’interroger le patient sur son relationnel, sa vie familiale, affective… Le traitement du mélasma fait appel à des préparations dépigmentantes ou crèmes dépigmentantes associées à des séances de peelings et séances de LEDs. 1- Les dépigmentants seront proposé dans un premier temps : Parmi les actifs dépigmentants fréquemment employés, on peut citer l’acide phytique, les flavonoïdes (lutéoline), l’arbutine, la méthylarbutine, les dérivés phénoliques soufrés ( N2-4acétoxyphénylthioéthylacétamide),laglabridine(licorice),lesrétinoïdes(trétinoïne,adapalène),l’acide azélaïque,lavitamineC,l’acidecitrique,l’acidecaféique,lesdérivéscinnamiquesetdesassociationsd’actifs. L’hydroquinone est un dépigmentant souvent utilisé dans des préparations magistrales . Il pourra être proposé 6 mois au maximum en cas d’inefficacité des autres dépigmentants. 2- Les peelings seront associés si le traitement dépigmentant n’est pas suffisant. Peelings aux AHA, avec agents dépigmentants… Il est important de pratiquer des traitements peu agressifs pour éviter les effets de pigmentation rebond. 3- Les LEDs, diodes électro luminescentes peuvent être utilisées seules ou en association avec de bons résultats. 4- Les lasers pigmentaires sont le plus souvent inefficaces dans cette indication, cette affection s’inscrivant dans un phénomène dynamique d’auto-entretien. Des lasers déclenchés Nd Yag , des lampes pulsées , les lasers fractionnés peuvent parfois être proposées sur des phototypes foncés, en association avec des crèmes dépigmentantes avant et après le traitement. II - Le lentigo actinique Il se présente sous forme de macules pigmentées de petites tailles (de quelques millimètres à quelques centimètres), plus ou moins sombres, apparaissant vers 40 ans, augmentant avec l’âge, placées sur les zones photoexposées et plus fréquentes chez les personnes de phototypes I et II. Au dermoscope, on voit un réseau pigmenté irrégulier, mal limité (zone plus sombre et quelques points noirs). Du point de vue histologique, le lentigo actinique est caractérisé par une hyperplasie mélanocytaire dendritique, associée à une hypermélanisation basale, des macromélanosomes et une élastose solaire. Il est à différencier des éphélides, du lentigo simplex, du lentigo réticulaire et du mélanome de Dubreuilh (lentigo malin).
  10. 10. janvierAv4www.imcas.com 10 Les lasers et lampes pulsées sont utilisés pour le traitement du lentigo : • Lasers déclenchés Q-switchés Nd-Yag, Alexandrite … Ces lasers sont utilisés en nano ou pico secondes avec de bons résultats dans les 2 cas . Ce traitement est rapide et efficace en 2 à 5 séances. Des petites coutèles apparaissent, puis la cicatrisation se fait sur 5 à 10 jours. Il est bien toléré et l’on n’observe pas de pigmentation péri-lésionnelle • Les lampes pulsées sont également utilisées pour la réjuvénation épidermique sur de grandes zones (4 à 5 séances). L’intérêt est de balayer une zone de traitement. • Les lasers vasculaires (KTP,colorant pulsé) avec des pièces à main adaptées au traitement des lentigos. • La photothérapie dynamique (PDT) n’est pas spécifique du traitement des lentigos mais peut être proposées en cas de kératoses actiniques associées. • Les méthodes fractionnelles peuvent être efficaces si «relissage » associé. Elles ne sont pas spécifiques du traitement des lentigos. En conclusion : une prise en charge globale est nécessaire. Pour le lentigo : Les lasers et technologies apparentées sont efficaces Les lasers Q-switchés, les lampes pulsées ou lasers vasculaires permettent un traitement efficace et plus « esthétique » que l’azote ou neige carbonique. La protection solaire est conseillée car il faut se méfier des éventuelles récidives. Pour le mélasma : Le processus est plus complexe et il faut donc essayer d’agir à tous les niveaux. Letraitementfaitappelàl’associationdecrèmesdépigmentantes,peelingsetLEDs.Leslasersneproduisant que des résultats modérés. Dans tous les cas, le traitement doit être prolongé avec des dépigmentants et une protection solaire. Le risque de récidive est important avec des conséquences psychologiques à ne pas négliger. Traiter la rosacée : Lasers et nouvelles molécules Dr. Bernard ROSSI, Dermatologue, France Quelques mots tout d’abord sur la physiopathologie de la rosacée : Elle fait intervenir deux éléments principaux : 1) La composante vasculaire : a) érythrose sur le territoire de drainage de la veine faciale b) télangiectasies (petits capillaires de forme curieuse) c) les bouffées vasomotrices paroxystiques qui sont dues à des retards de vidange des plexus veineux du visage sous la dépendance de médiateurs vasoactifs certains libérés à partir de la muqueuse gastrique notamment lors de l’absorption d’alcool ou d’une boisson chaude (le sang veineux facial sert à diminuer la température du cerveau) 2) La composante inflammatoire : a) Dans la forme érythématotélangiectasique il existe un infiltrat lymphohistiocytaire autour des capillaires et une présence discrète dans le derme superficielle b) Dans la forme pustuleuse : il y a des collections de polynucléaires neutrophiles. Ce n’est pas une simple folliculite staphylococcique sur une rougeur de fond. Les causes de l’inflammation ne sont pas connues Le rôle du staphylocoque et de l’Helicobacter pylori a été écarté. Il reste le demodex folliculorum, ce saprophyte contribue en partie à la création de cette inflammation L’immunité active joue également un rôle par l’augmentation des peptides de la cathelicidine, par la production de radicaux oxygénés pro inflammatoires (rôle de l’exposition solaire) dans le rhinophyma (homme de plus de 50 ans) le rôle d’une cytokine la TGF bêta 1. 6. LASERS, LEDs RADIOFRÉQUENCE & ULTRASONS Save the date PARIS 2016programme santé beauté
  11. 11. janvier v4 www.imcas.com 11 Classification clinique : • Rosacée vasculaire avec un érythème et télangiectasies • Rosacée pustuleuse avec des papules en plus • Rosacée hypertrophique Traitement médical Avec AMM en France • la doxycycline à la dose de 100 mg par jour pendant trois mois • le metronidazole topique deux fois par jour • l’acide azélaïque à 15 % Sans AMM sont également utilisés : • Le Peroxyde de pinceau • La Clindamycine topique • L’Érythromycine solution • Le Tacrolimus et le Pimecrolimus (rosacées stéroïdiennes) • Le Métronidazole per os • L’Isetretinoine (papules et pustules) Pour les poussées vasomotrices, nous n’avions aucun traitement jusqu’ à l’arrivée de Mirvaso. En dermocosmétiques, il y a les Retinaldehydes, Vitamine B 3, Vitamine C, Pentapeptide de lupin, etc. Les traitements physiques • L’électrocoagulation a longtemps été le traitement supplanté par les lasers • Travaillant en photocoagulation pour les télangiectasies et en photothermolyse pour l’érythrose • Citons les laser colorant pulsé 595nm, KTP 532 nm , NdYag 1064nm , les lampes Les nouveautés thérapeutiques Mirvasso 3 mg /g gel de Brimonidine qui traite l’érythème facial c’est un agoniste des récepteurs alpha 2 adrénergiques, traitement hautement sélectif il agit localement en réduisant l’érythème par une vasoconstriction cutanée directe. Une prise par jour par 24 heures au moment qui convient le mieux aux patients, à la dose de 1 gramme par jour en cinq petits pois pour les cinq zones du visage (front menton joues nez) Les contre-indications sont liées à cette nature vasculaire: problème coronaire, vasculaire, syndrome de Raynaud le dépression, tension basse, syndrome de Sjogren, sclérodermie, grossesse, pédiatrie, plus de 65 ans. Les effets secondaires sont à 10 % de type allergique et d’eczéma et une sensation de brûlure. Plus récemment est arrivé le Soolantra (Ivermectine topique) utilisable sur les lésions papulo-pustuleuses à la dose d’une fois par jour grâce à une action anti-inflammatoires et une action lytique sur les acariens dont nous avons parlé précédemment les Demodex. Les précautions sont liées à l’insuffisance hépatique. Les effets secondaires reportées sont actuellement la sensation de brûlures cutanées, mais il s’agit d’un très jeune médicament. Je profite de l’occasion pour vous convier à nos journées du groupe laser le 3 et 4 juin à Paris. Hans Laubach président de l’ESLD lancera nos initiatives de santé publique concernant l’amélioration de la qualité de vie des femmes après leur radiothérapie pour cancer du sein. 6. LASERS, LEDs RADIOFRÉQUENCE & ULTRASONS Save the date PARIS 2016 programme santé beauté
  12. 12. janvierAv4www.imcas.com 12 6. LASERS, LEDs RADIOFRÉQUENCE & ULTRASONS Ovale du visage et double menton : Lifter avec ou sans chirurgie ? Lipolyse par injection, radiofréquence et ultrasons, des techniques prometteuses à suivre Dr Benjamin ASCHER, Chirurgien plasticien, France Pour redessiner un ovale et un cou, enlever des bas joues et un double menton, le mini lift du bas du visage et du cou reste le must et le plus durable, mais pour celles ou ceux qui ne veulent pas ou plus de chirurgie, ou qui ont un relâchement modéré, des techniques récentes minimales invasives performantes apparaissent. La lipolyse par injection • Le 1er agent performant, la Phosphatidyl Choline, a été introduit dès 1950 par un Français Michel PISTOR mais c’est Adam ROTUNDA, dermatologue américain qui en 2000, montre que le 2ième agent actif, le Désoxy-cholate est le plus performant. La solution injectée contient de la lécithine de farine de soja et est généralement indiquée comme thérapie intraveineuse pour des embolies graisseuses et pour réduire le taux de graisse dans le sang. • Le protocole est rigoureux, et la lipolyse par injections ne peut être pratiquée que par un médecin formé à cette technique. Après une anesthésie locale, le produit va être injecté directement dans le tissu adipeux avec de petites aiguilles fines; 2 à 3 séances sont nécessaires, avec un intervalle de 3 semaines. Après un délai de 1 mois, la fonte graisseuse apparaît et les résultats sont stables sur plusieurs années avec un effet tenseur sur le cou et l’ovale. L’injection-Lipolyse est adaptée aux patients ayant des petits excès graisseux ne pouvant être diminués par un régime alimentaire ou une activité sportive. L’injection-Lipolyse ne sert en aucun cas à la réduction de poids. • Elle est particulièrement indiquée pour : le double menton, et convient également pour des petits amas graisseux de l’abdomen, des flancs , des hanches généralement en association avec les ultrasons et la radio fréquence, le dos, les bras, les cuisses internes, les genoux, les plis sous fessiers. • Des réactions immédiates peuvent apparaître; elles sont résolutives généralement en 8 à 15 jours : des « bleus » peuvent perdurer quelques jours. Le gonflement s’installe progressivement en 4 à 5 jours puis décroîtra en 8 à 10 jours. Une sensation de perte ou d’accentuation de la sensibilité souvent liée à une sensation de chaleur ou de cartonnement peut persister plusieurs semaines. La patiente ne retrouvera en fait sa sensibilité normale qu’au bout de quelques jours. • Beaucoup de préparations contenant le desoxycholote, sont disponibles, notamment sur internet, mais une seule, le Kybella® d’Allergan, ne contenant que du Desoxycholate, après de très bonnes études cliniques et une population d’étude d’environ 2500 patients, a reçu un enregistrement légal aux USA en Avril dernier, et uniquement pour le double menton. Les autorisations en Europe devraient apparaître dans les prochains mois. La radio fréquence par micro-aiguilles et les ultrasons focalisés : • Permettent une remise en tension des tissus, en chauffant le derme, sans toucher à l’épiderme de surface. Cet effet est obtenu par la production de nouveau collagène (néocollagènese). Pour induire cette production, il est nécessaire d’augmenter la température du collagène à plus de 63°Celsius. Le chauffage se fait aussi dans la partie superficielle de la graisse ce qui permet aussi dans le même temps une fonte graisseuse modérée (lipolyse par production d’énergie). • La radio fréquence (RF) agit classiquement par un faisceau externe focalisé sur la peau : c’est le cas du Thermage®, et du E-Matrix® de Syneron Candela. Les suites (œdème, inflammation) sont au plus de 24 heures. L’échauffement de l’épiderme est protégé par un système de refroidissement. Save the date PARIS 2016programme santé beauté
  13. 13. janvier v4 www.imcas.com 13 La radio fréquence par micro aiguilles permet une pénétration de l’énergie plus au contact des tissus cible. Endymed® utilise des micro-électrodes de 300 microns. Le procédé devant être répété 3 à 6 fois, tous les mois. Un topique anesthésique est nécessaire une ½ heure avant. Le nouveau système de Syneron, le Profound® possède des micro-aiguilles plus pénétrantes contrôlées par un système de refroidissement et une radiofréquence fractionnée puissante et très focalisée. L’anesthésie locale permet un confort total. 1 seul traitement est nécessaire. Les résultats, tant européens que américains, sont prometteurs. L’œdème peut durer 3 jours. Nouveau également surtout pour l’Europe, est le système Thermi® qui délivre la RF par une canule (comparable à une canule d’injection d’acide hyaluronique) introduite sous le menton. L’effet lipolytique et de stimulation dermique particulièrement puissant, nécessite une formation approfondie dans un milieu aseptique. Un seul traitement permet des résultats durables. L’œdème peut perdurer une semaine. Il permet d’autres indications comme l’ablation des glandes sudoripares (hyperhydrose), la réjuvenation vulvo-vaginale. Les ultrasons focalisés : la machine Classys® utilise des ultrasons focalisés de haute intensité (HIFU) par application externe. Sur un plan technique, les faisceaux d ‘ultrasons sont émis de façon convergente pour provoquer un échauffement dermique de 70°. La néocollagénèse produit un bon effet tenseur associé à une lipolyse modérée. Il est important de noter que le traitement est indépendant de l’exposition solaire et peut être pratiqué en toute saison . La séance, peu douloureuse, dure une heure environ. Un gel ultrasons est appliqué sur la peau pour une bonne conduction des ultrasons. Les effets secondaires sont fugaces : rougeur, sensibilité accrue, et micropunctures disparaissant en 24 heures. Ces techniques minimales invasives sont destinées aux patients qui ont un relâchement du visage et du cou modéré, ou qui ne veulent plus ou pas de chirurgie. Elles peuvent par contre venir avant ou après pour encadrerlachirurgie(lifting,lipofilling,filstenseurs)etentretenirlesrésultats.Ellespeuventparfaitementêtre combinées pour une plus grande efficacité : traitement plus en surface comme le Classys® ou le Profound®, lipolyse et stimulation dermique plus profonde par injection de Desoxycholate et microcanule Thermi®. 6. LASERS, LEDs RADIOFRÉQUENCE & ULTRASONS Save the date PARIS 2016 programme santé beauté
  14. 14. janvierAv4www.imcas.com 14 6. LASERS, LEDs RADIOFRÉQUENCE & ULTRASONS Cicatrices, acné, vergetures : Les nouvelles Lumières Pulsées, radiofréquences, Lasers : la bonne indication et les limites ? Dr. Anne LE PILLOUER PROST, Dermatologue, France Cicatrices Beaucoup d’études sur « la prévention », l’atténuation des cicatrices post-chirurgicales ou post-traumatiques grâce à des interventions laser précoces : • le jour de la chirurgie, juste avant ou après la suture, grâce à des appareils dédiés à cette application (laser UrgoTouchTM des laboratoires Urgo : Diode 1210 nm, utilisable et sécuritaire pour tous les phototypes) ou d’autres laser notamment les lasers fractionnés ablatifs • le jour du retrait des points : laser à colorant pulsé (ou IPL ou autre laser vasculaire) ou laser fractionné puis 3 ou ‘ séances espacées de 4 à 6 semaines en alternant les 2 types de laser qui agissent à des niveaux différents (le laser à colorant pulsé sur la couleur et la vascularisation, le laser fractionné sur la souplesse et la hauteur) • si les cicatrices deviennent pathologiques :excessives, gonflées, rouges, avec démangeaisons « anormales » pour l’âge de la cicatrice, au-delà du 4ème mois surtout. On associe alors des lasers et une compression 24h sur 24h, des injections ou des applications de corticoïdes suivant le laser utilisé Les résultats des autres techniques comme la photobiomodulation par LED ou la photothérapie dynamique sont encore difficiles à évaluer, il faut beaucoup de séances même si l’on sait maintenant que l’on peut les espacer. Les meilleures longueurs d’ondes, la quantité d’énergie à délivrer (faible) et l’utilisation de modes pulsés ou non restent à déterminer Pour les cicatrices atrophiques, en creux, d’acné : l’évolution des lasers fractionnés non ablatifs mais aussi ablatifs, les radio-fréquences fractionnées bipolaires, la combinaison synchrone de CO2 et de RF dans certains appareils permettent d’améliorer chaque année les résultats sans augmenter les effets secondaires et de diminuer le nombre de séances nécessaires. Acné La photobiomodulation par LED à effet anti-inflammatoire permet souvent de passer un cap difficile notamment pour les acnés excoriées ou quand il existe une contre-indication aux antibiotiques. On associe du rouge et du bleu, les séances peuvent être progressivement espacées d’un mois, pour certains patients cela est suffisant. La photothérapie dynamique reste très efficace en détruisant la glande sébacée mais les effets secondaires immédiats sont majeurs et nécessitent une éviction sociale d’une semaine. Une nouvelle technique appelée « Sebacia » en provenance de recherches effectuées à Boston à Harvard par l’équipe du Pr Rox Anderson semble prometteuse. On applique une solution contenant des microparticules d’or qui pénètrent spécifiquement bien dans les glandes sébacées à l’origine de l’acné puis on active ces microparticules avec un laser (les lasers épilatoires habituels sont utilisables). Vergetures Les techniques actuellement les plus utilisées par les dermatologues sont les techniques dites « pro- cicatrisantes » (blessures entrainant des chocs ou stress cellulaires avec en réponse une stimulation des cellules dermiques et une synthèse de collagène) : lasers fractionnés surtout ablatifs, radio-fréquences fractionnées, microneedling. De plus en plus on combine les techniques en associant à la fin de la séance une séance de LED rouge, elle-même pro-cicatrisante et anti-inflammatoire, et éventuellement l’application de produits de mésothérapie (anti-oxydants, vitamines, acide hyaluronique) qui vont ainsi pénétrer par les micropuits de façon rapide et homogène pour augmenter le bénéfice du traitement. Certain(e) s patient(e) s restent de meilleurs répondeurs que d’autres en fonction en grande partie de leur propre génétique de cicatrisation. Save the date PARIS 2016programme santé beauté
  15. 15. janvier v4 www.imcas.com 15 6. LASERS, LEDs RADIOFRÉQUENCE & ULTRASONS No pause à la ménopause : comment rester jeune à 50 ans ? Dr. Anne LE PILLOUER PROST, Dermatologue, France La dermatologie esthétique et correctrice est en plein essor, non invasive, de plus en plus efficace • Ordonnance de cosmétiques : Fondamentale (long terme), personnalisée… - Prévention avec la protection solaire (exemple des jumelles) - Actifs connus de longue date… - Progrès récents dans le décodage de certaines marqueurs moléculaires du vieillissement cellulaire cutané, de la sécheresse et de la plus grande facilité de la peau à s’irriter après la ménopause avec en corollaire des actifs spécifiques « densifiants », anti-glycation, apaisants …etc • Actes techniques esthétiques et correcteurs visage - Peelings - Laser et DBE (IPL, radio-fréquence, ultrasons…) - Photothérapie dynamique - Toxine botulique -Gammesdeproduitsdecomblement,mésothérapie,volumateurs,inducteurstissulairesetfilstenseurs - Délivrance assistée intradermique de topiques (« méso-laser » ou « méso-needling » : produits de mésothérapie en topique après microporation) • Combinaison des techniques : éviter les écueils des surcorrections ! - ET pour le corps…cosmétiques, mésothérapie, inducteurs et des techniques de lipolyse s’adressant cellulite diffuse (LPG, laser de basse énergie, radio-fréquences mono ou bipôlaires, maintenant parfois fractionnées à aiguilles isolées pour agir en profondeur, ultra-sons…) ou aux amas graisseux localisés (cryolipolyse surtout avec de nouveaux applicateurs pour l’appareil de référence de Zeltiq : coolsmooth Pro et cool-mini, cavitation, Nd-YAG) et sous peu possibilité d’injection d’un lipolytique la phosphatidylcholine • La peau oui mais aussi d’autres cibles pour la lutte anti-âge : Perte de masse musculaire, ostéopénie bouffées de chaleur, diminution de la libido et de la qualité des rapports sexuels, troubles de l’humeur, altérations des fonctions supérieures. • Déficits hormonaux - Traitement hormonal de la ménopause (THM…on ne dit plus THS !) : personnalisé Recommandation HAS Mai 2014 (Littérature : Absence d’augmentation du risque du cancer du sein) : association d’oestrogènes à dose minimale efficace, si possible voie percutanée et de progestérone naturelle, à introduire le plus tôt possible dès le début de la ménopause, sans limitation de durée dans le temps - Autres : hypothyroidies fréquentes, à dépister et traiter ; hormone de croissance, DHEA et testostérone : pas de preuves de bénéfices, risques • Interventions non médicamenteuses - Nutrition : Manger moins et mieux et bouger…. Pourquoi? Plus de stockage – en moyenne : + 0,8 kg/an entre 42-50 ans (abdomen), avec augmentation du risque cardio-vasculaire (LDL-chol.), ostéoporose, cancer et autres pathologies et attraction vers les sucreries (avec diminution de la ration protéique et fonte musculaire) Comment : Diminuer 1/3 apport en sucres (pas plus de 3 verres de vin/j), consommer des aliments à index glycémique bas, augmenter apport en eau (citronnée, herbes,épices…),consommerdes«bonnes»graisses(rapportω3/ω6),conserverunerationprotéique suffisante (1g/kg/j) dont 1/3 animales (surtout poissons) et 2/3 végétales, ne pas oublier le calcium et vitamine D : eaux minérales, amandes, produits laitiers (végétaux). Pour les anti-oxydants et les micronutriments, le sujet reste débattu. Ils doivent être naturels pour être assimilés, et plutôt prescrits uniquement si carences (Mg, Zn), probiotiques après bilans… - Activité physique : Elle est indispensable pour préserver la masse musculaire, limiter la décalcification osseuse (importance du maintien d’un taux d’IGF-1) mais participe également à une plasticité positive pour l’activité neuronale comme les stimulations cognitives. Il y a donc beaucoup à faire… l’hygiène de vie reste au premier plan avec la nutrition et l’activité physique mais aussi le sommeil, l’humeur, le sourire, les autres… Save the date PARIS 2016 programme santé beauté
  16. 16. janvierAv4www.imcas.com 16 7. lipofilling Lipofilling des fesses et des mollets : les nouveaux disposi- tifs médicaux Dr. Gilbert ZAKINE, Chirurgien plasticien, France Parallèlementàl’importantdéveloppementrécentdesdemandesd’augmentationdesfesses, des seins ou des mollets par réinjection de graisse autologue (ou lipofilling), de nouveaux dispositifs médicaux servant au prélèvement, à la purification et à la réinjection de la graisse sont proposés. Ces dispositifs permettent d’optimiser le taux de prise de la graisse et donc d’améliorer les résultats obtenus. Le lipofilling, effectuée au bloc opératoire et le plus souvent sous anesthésie général, est composée de trois temps qui se succèdent. Le premier est le prélèvement de la graisse situé dans une zone qui en contient suffisamment; le second la purification de la graisse et le troisième sa réinjection dans la zone que l’on veut traiter : ces trois étapes se succèdent donc durant la même intervention. Le prélèvement se fait par lipoaspiration dans les zones où la graisse sous cutanée est en excès. Les zones les plus souvent lipoaspirées sont : l’abdomen et les membres inférieurs. Des techniques nouvelles de prélèvement comme la lipoaspiration assistée par vibration de la canule ou vaporisation d’eau permettent de réduire le traumatisme des tissus. La purification peut se faire par décantation, filtration, lavage ou centrifugation en fonction de la zone à traiter et de la quantité de graisse utilisée. Des dispositifs médicaux nouveaux ou récents permettent de purifier efficacement cette graisse pour en améliorer la survie une fois réinjectée. La réinjection de graisse se fait par plusieurs orifices à l’aide de canules de 3 mm de diamètre maximum pour le corps (et de plus petits diamètres pour traiter le visage), ce qui laisse des cicatrices très discrètes. Elle doit être effectuée dans plusieurs plans pour permettre une meilleure répartition et tenue de la graisse. La graisse qui ne se résorbe pas et persiste permet de traiter de façon définitive un creux ou un manque de volume. De plus grâce à la présence de cellule souche adipocytaire, la qualité du tissu et la trophicité cutanée sont améliorés. Bien entendu la graisse réinjectée est « autologue » c’est à dire que le patient reçoit sa propre graisse. Les indications esthétiques connaissant un engouement récent sont les seins, les fesses et les mollets. L’injection de graisse dans les seins peut se faire de façon combinée avec la mise en place d’un implant ou de façon isolée permettant de ne pas mettre d’implant. Le résultat obtenu est très naturel et va évoluer avec les prises ou perte de poids de la patiente. La technique est limitée d’une part par l’augmentation de volume désirée (qui ne sera pas le même pour la patiente Japonaise ou pour la patiente Sud-Américaine) et d’autre part par la quantité de graisse présente chez la patiente. Un contrôle mammographie avant et après lipofilling ainsi qu’une surveillance est nécessaire. Les indications sont esthétiques mais aussi réparatrices. L’augmentation de volume des fesses par lipofilling est une technique en plein essor, qui permet de remplacer avantageusement les implants fessiers et surtout de modifier totalement l’aspect de la zone fessière. La lipoaspiration retire de la graisse là où il y en a trop (culotte de cheval, hanches, flancs, dos et région sacrée) et le lipofilling permet d’en rajouter là où il ni en a pas assez (partie haute et moyenne des fesses et zone sous les hanches). L’importance du volume souhaité dépend d’avantage de la culture et de la nationalité de la patiente que de l’effet de la mode. Des fesses jugées comme idéales par la plupart des patientes Parisiennes seront considérée comme petites et beaucoup trop plates par des patientes Brésiliennes ou Africaines. Le lipofilling des mollets, s’il n’est pas aussi efficace que les implants de mollets (implants spécifiques de forme allongée), permet une augmentation naturelle, peu douloureuse, et qui peut être facilement combinée avec une augmentation fessière.   Save the date PARIS 2016programme santé beauté
  17. 17. janvier v4 www.imcas.com 17 Demain il est probable que la réinjection de graisse soit utilisée de façon plus fréquente pour rajeunir le visage ou pour augmenter des volumes ; les demandes de lipofilling des seins, des fesses et des mollets se développeront probablement encore. Un autre intérêt du lipofilling est qu’il permet la réinjection des cellules souches dites « adipocytaires » présentes dans la graisse et qui apportent des facteurs de croissance en particulier angiogéniques (revascularisant) aux tissus. Des études cliniques sur des tissus aussi divers que de l’os, le cartilage, le myocarde (cœur), les muqueuses, le tissu sous cutané ou la peau, ont montré que l’apport de cellules souches graisseuses pouvait améliorer la vascularisation (l’irrigation) et la qualité des tissus, ou aider à la réparation d’un tissu lésé (cicatrisation). Nous ne sommes probablement qu’au début de l’étude de cette cellule étonnante et simple à prélever (par lipoaspiration) qu’est la cellule graisseuse. Le développement de nouveaux dispositifs médicaux permettant d’améliorer les résultats de la réinjection de graisse autologue, répond à une demande croissante de la part des patientes et à une exigence plus forte de la part des chirurgiens plasticiens. 7. lipofilling Micro greffes graisseuses des paupières inférieures - Est - ce l’unique solution pour restaurer un regard naturel ? Dr. Sébastien GARSON, Chirurgien plasticien, France L’analyseduvieillissementfacialapermiscesdernièresannéesd’affinernotrecompréhension de son évolution. Néanmoins il existe à l’heure actuelle deux interprétations concernant l’évolution des paupières inférieures. Ces dernières représentent une demande récurrente que ce soit chez les femmes comme pour les hommes. Plus que la paupière seule, il s’agit en particulier de l’évolution de la jonction entre la joue et la paupière qui stigmatise le vieillissement du regard. Ce sillon est donc un point clef à corriger. L’apport de volume que se soit avec de l’acide hyaluronique ou de la graisse semble bien entendu une technique de prédilection. Ces derniers temps l’évolution des transferts de graisse tend vers les micro transferts comprendre par ce terme que les particules de graisse greffées sont de plus en plus fines pour éviter les risques de complications post opératoires. Néanmoins la compréhension de l’ensemble du remaniement de cette région nous permet d’affiner notre réponse technique pour intégrer les transferts de graisse avec la réalisation d’une suspension médiofaciale. L’objectif est de limiter autant que faire ce peut les suites post opératoires et d’obtenir une stabilité sur le long terme tout en restant naturel. Save the date PARIS 2016 programme santé beauté
  18. 18. janvierAv4www.imcas.com 18 7. lipofilling L’augmentation mammaire en 2016: Vers des seins toujours plus naturels grâce à l’association d’auto transferts graisseux en complément des implants mammaires Dr. Michel ROUIF, Chirurgien plasticien, France La mise en place d’implants mammaires demeure la technique la plus simple et la plus fiable dans l’augmentation mammaire esthétique grâce à des dispositifs le plus souvent remplis de gel de silicone cohésif entouré d’une enveloppe siliconée. Depuis de nombreuses années des implants dits «anatomiques», (le plus souvent à base ovale, par opposition aux implants à base ronde) permettent d’obtenir des résultats très naturels. Ils sont particulièrement utiles dans certaines formes de seins, permettant d’adapter au mieux le volume choisi de l’implant et de positionner plus souvent ce dernier en avant du plan musculaire pectoral à condition de disposer d’une épaisseur cutanée et glandulaire suffisante en regard de l’implant. Dans ces conditions, ils rendent les suites opératoires immédiates plus confortables. Malgré cet avantage réel, la rotation de l’implant, même peu fréquente, est possible, et constituetoujoursunrisquedontlespatientesdoiventêtreinformées.Pourlimitercetincident,lesfabricants ont systématiquement associé à ces implants des enveloppes texturées ou micro texturées (c’est-à-dire un peu rugueuses et non lisses). Une alternative intéressante est proposée depuis quelques années, favorisée par l’amélioration et le développement des techniques d’auto greffes graisseuses (prélevées sur la patiente elle-même), de plus en plus fréquentes, initialement utilisées dans la chirurgie reconstructrice du sein. Ces techniques «composite » permettent dans de nombreux cas d’associer des implants mammaires à des techniques de greffes graisseuses en périphérie de l’implant. La majorité du volume est apportée par l’implant mammaire, le plus souvent rond et l’amélioration de la forme et le camouflage de l’implant en particulierdanslapartiehauteetinternedusein,sontassuréespardesinjectionsgraisseusesavecdepetites canules, à la périphérie de l’implant, entre ce dernier et la peau. Cela permet de sculpter le sein, de façon la plus naturelle possible et de diminuer la fréquence des implantations en arrière du muscle. Le volume graisseux joint à l’implantation prothétique correspond à environ 20% de l’augmentation volumique. Cette intervention est un peu plus longue mais revêt incontestablement l’avantage d’être plus « sur mesure » et plus modelante. En outre, elle permet de mieux s’adapter à des particularités anatomiques assez fréquentes telles que des asymétries de volume et de forme des seins, mais aussi plus rarement de forme du thorax. Dans certains cas, on peut même proposer une augmentation de volume simplement par des auto transferts graisseux. Cela permet alors de traiter un excès graisseux localisé gênant la patiente comme une culotte de cheval. Les techniques de préparation de ces autogreffes graisseuses, prélevées de plus en plus souvent par la technique de liposuccion, bénéficient de plus en plus de techniques standardisées, par centrifugation ou de plus en plus souvent par lavage et filtrage destinées à les rendre plus rapide et plus facilement fiables et reproductibles. Elles ne permettent pas néanmoins des augmentations de volume aussi importantes en un seul temps opératoire comme le permettent les augmentations mammaires par prothèses. De plus, lorsque ces augmentations mammaires par auto greffes graisseuses sont pratiquées seules (sans implant), la diminution de volume post opératoire doit être bien expliquée aux patientes au risque de les décevoir un peu. La perte de volume liée en grande partie à l’œdème post opératoire est de l’ordre de 30%. Par ailleurs, les variations de poids auront une incidence plus forte sur des seins dont l’augmentation volumique est exclusivement graisseuse par rapport aux seins augmentés de façon composite (Implant + auto greffes graisseuses) dont la composante graisseuse est moindre. Enfin, il est important de bien sélectionner les patientes en pré opératoire en fonction de leur âge et des facteurs de risque personnels ou familiaux. Les recommandations des sociétés scientifiques (SoFCPRE, SOFCEP)etplusrécemmentdel’HAS(2015)sontdeneproposerlesgreffesgraisseusesqu’auxpatientesdont les risques de cancer du sein familiaux et/ou personnel sont très faibles. Un bilan préopératoire d’imagerie est indispensable (mammographie et/ou échographie en fonction de l’âge) mais aussi postopératoire dans l’année qui suit l’intervention au minimum. Save the date PARIS 2016programme santé beauté
  19. 19. janvier v4 www.imcas.com 19 8. CosmÉceutique Cosmétique et médecine esthétique : Les acquis scientifiques sur les principes actifs et leurs modes d’action Dr. Eric ESSAYAGH, Médecin esthétique, France Le vieillissement de la peau et ses conséquences sont au cœur des préoccupations du médecinesthétiquequireçoituneformationpousséeàcesujet(cf.programmedeformations du DIU de Médecine Morphologique et anti-âge, DU injectables face et cou, Collège de Médecine Esthétique, etc.). En pratique la demande cosmétique est omniprésente de la part des patients qui nous font confiance avec deux grandes questions : 1. Que puis-je mettre sur ma peau pour entretenir les soins que vous me faites? 2. Existe –il des crèmes efficaces ? Pour répondre à ces questions il faut d’abord expliquer les trois mécanismes principaux du vieillissement: 1.génétiques, 2.extrinsèques par le biais du stress oxydant et 3.glycation des protéines. C’est ainsi que se visualisent directement sur la peau les effets de l’abus de soleil ou du tabac qui sont de grands vecteurs de stress oxydant. La peau étant la dernière « servie » parmi tous les autres organes lors d’apport par voie orale en antioxydants et autres éléments nutritifs comme la vitamine C par exemple, il parait utile d’apporter directement les éléments nécessaires par un produit cosmétique de qualité, d’autant qu’en moins de 30 secondes un cosmétique appliqué sur la peau peut atteindre la circulation sanguine et 60% de ce qui est appliqué sur la peau est absorbé par le corps. C’est alors que le marché cosmétique ne manque pas de proposer des centaines de produits dont certains aux effets miraculeux comme ceux capables en quelques secondes d’effacer un cerne ou de remplir une dépression. Il s’agit ici de matrices de silicone mélangées à de l’eau qui en s’évaporant produit un effet tenseur appréciable pour quelques heures. Cela n’apporte néanmoins aucun bénéfice à moyen ou long terme sur la peau. Ce genre de produit peut être utile au médecin pour simuler un résultat à venir obtenu de manière plus durable par une autre technique mais ne constitue pas l’essentiel de la démarche en cosmétologie médicale. En effet, plus de 5000 études ont été publiées au niveau scientifique et ont permis de lister un certain nombre de principes actifs réellement efficaces sur la peau. On peut les répertorier en 8 groupes : 1. antioxydants (SOD, acide ferrulique), 2. stimulant de la matrice extracellulaire DMAE, isoflavonnes , vit C), 3. anti inflammatoires (rutine), drainant, prévenant les hyperpigmentation ( acide azélaique) , 4. réparateurs de la barrière cutanée et hydratant ( comme l’acide hyaluronique, Aloe vera), 5. régulateurs de la kératinisation ( acide glycolique) , 6. régulateurs de l’hyper séborrhée ( acide salicylique), 7. régulateurs de la pigmentation ( arbutine, acide kojique, etc.), 8. régulateurs de la flore cutanée (lactopeptides, etc.) Le produit cosmétique idéal serait-il un produit fini contenant un ou plusieurs de ces principes actifs, ou une préparation magistrale, ou un produit en demi-mesure où le médecin pourrait agir en introduisant à sa demande les actifs opportuns ? L’idéal en consultation est de suivre la démarche diagnostique qui consiste d’abord à recueillir les signes cliniquesparuninterrogatoireetuneanalysecliniquedelapeau,d’endéduireensuiteunchoixdemolécules actives, d’en déterminer le dosage utile pour la patiente, et de définir enfin une durée de traitement au regard de l’objectif à atteindre. Save the date PARIS 2016 programme santé beauté
  20. 20. janvierAv4www.imcas.com 20 8. cosmÉceutique C’est le cas en pratique par exemple lorsque l’on souhaite traiter un mélasma par une préparation dépigmentante que le pharmacien va fabriquer spécifiquement. C’estégalementpossibleaujourd’huiaucabinetmédicalenchoisissantunegammedeproduits(UNIVERSKIN) qui permet de sélectionner parmi 20 principes actifs à introduire dans une base sans conservateur ni parabène, ceux qui seront nécessaires à la patiente. Cette façon de faire est personnellement séduisante car ce n’est plus à la patiente de s’adapter à un produit mais au produit de s’adapter à la peau. Néanmoins beaucoup de produits finis existent et méritent de l’être de par leur efficacité et leur tolérance (Skinceuticals, Filorga, Vivacy, etc.) et c’est là qu’une donnée fondamentale est à prendre en considération pour le choix du produit : quel confort, quelle sensation agréable apporte le produit sur la peau lors de son utilisation par le patient ? De cela dépend inévitablement son acceptation. Pour beaucoup de fabricants, cet aspect reste le principal. Save the date PARIS 2016programme santé beauté
  21. 21. janvier v4 www.imcas.com 21 Save the date PARIS 2016 programme santé beauté 8h00 - 9h00 Skin aging: basic and applied research CHAIRS: Vivian BUCAY, Jean KRUTMANN • Identification of genes patheway controlling skin youthfulness Anne Lynn CHANG • Wrinkles fibroblast : from biology to clinics Philippe HUMBERT • The basic science and anti-aging clinical benefits of a nuclear factor-kB inhibitor on photodamaged skin Thierry ODDOS • Proteomics & skin aging Nukhet CAVUSOGLU 9h00 - 10h00 What’s new since last year and level of evidence CHAIRS:MaritaKOSMADAKI,SusanWEINKLE • Introduction Hertsel ADHOUTE • The new trends in cosmeceutical solutions for skin whitening Pin Chi CHIU • Air pollution and skin aging / pigmentation Jean KRUTMANN • What’s new concerning cosmeceuticals combined with procedures Hema SUNDARAM • Cosmeceuticals in combined aesthetic interventions for restoration and prevention Martina KERSCHER 10h30 - 11h30 Ingredients and level of evidence CHAIRS: Vincent CASTRONOVO, Berthold RZANY • Cosmeceutical ingredients Vivian BUCAY • Retinoids – a review of skin aging & level of evidence Marita KOSMADAKI • Functional ingredients against skin inflammaging Claudine MASSON • New generation cosmeceuticals: myth vs evidence-based reality Neil SADICK 11h30 - 12h30 Probiotics, prebiotics, nutraceutics, nutraceuticals & level of evidence CHAIRS: Sahar GHANNAM, Mukta SACHDEV • Probiotics and prebiotics in anti-aging Patricia K FARRIS • Nutraceutics and nutraceuticals in anti-aging Vincent CASTRONOVO • Can dietary intake influence perception of and measured appearance? A systematic review Kristine PEZDIRC • Neutraceutics: what functional ingredients and scientific evidence Harry ARAMPATZIS 13h30 - 14h30 pm Connected Beauty CHAIRS: Pin Chi CHIU, Patricia K FARRIS • Introduction to Connected Beauty Dominique DU CREST • Facebook and Instagram's view on beauty Florence TROUCHE • Samsung's commitment in healthcare and beauty Jean Hwan KIM • Revolutionizing beauty through augmented reality Parham AARABI • Technology meets beauty: personalization, connected diagnosis, and real-life data Guive BALOOCH 14h30 - 15h30 pm Delivery systems for cosmetic actives CHAIRS: Anne Lynn CHANG, Martina KERSCHER • Nanocarriers for skin drug and cosmeceutical delivery Celine TRY • Mesotherapy: facial rejuvenation (new concept with combined treatment) Jules MARTHAN • Laser-assisted delivery of anti-aging products : promises and risks in 2016 Anne LE PILLOUER PROST • Anemone mico-injection d​elivery of collagen and γ-PGA for anti-aging benefits Amir TOREN 16h00 - 17h00 Live demonstrations CHAIRS: Vivian BUCAY, Uliana GOUT, Anne LE PILLOUER PROST, Mukta SACHDEV Clinical cases analysis - post-treatment cosmeceuticals Frank ROSENGAUS, Roberto PIZZAMIGLIO Vivian BUCAY Martina KERSCHER 17h00 - 18h00 Conclusion & debate: what can we expect in the next 5 years? Chairs: Hertsel ADHOUTE, Dominique DU CREST • Global trends in cosmeceuticals April LEE • Emerging trends in anti-aging Alexandra VALLON EBERHARD • Round table industry versus doctors: ROC (JOHNSON&JOHNSON), SKINCEUTICALS, TEOXANE de 8h00 à 18h00 Salle 2 en anglais La journÉe cosmÉceutique Vous pouvez également assister à la journée dédiée à la Cosméceutique. Huit sessions qui examineront les principes fondamentaux du vieillissement, les acquis scientifiques sur les ingrédients et leurs modes d’action, leurs combinaisons avec les probiotiques et autres nutraceutiques, les prochaines générations de cosméceutiques et toutes les pistes de recherche.
  22. 22. janvierAv4www.imcas.com 22 Notes
  23. 23. janvier v4 www.imcas.com 23 Hall Passy ► WELCOMEarea ► BADGEPICK-UP ► cloakroom Niveau 3 Niveau 2 Niveau 2.5 Niveau 0 HOSPITALITYSUITE CLINICALDERMVILLAGE WORLDSQUARE Photobooth treatmentroom(221,222) Access:lifts club lounge & preview room (speakers only) LECAFEPARISIEN (MEMBERPLUSonly) exhibition translationheadphones posters conferencerooms storageroom (exhibitorsonly) TRAININGVILLAGE mezzanine WEBCASTSTUDIO SECURITY Access:stairs VIP3,VIP2,VIP1 Access:stairs INFODESK GREENCOURTYARD Meetingarea ORANGECOURTYARD Networkingcocktail (Thursday6.30pm) E-learningstation Meetingarea Journalcorner Selfiecorner INDUSTRY/ VIDEOPAPERSTAGE BLUECOURTYARD Meetingarea COFFEE/LUNCH alldayhotandsoftdrinks HUB COSMECEUTICALVILLAGE IMCASCONTROLROOM 3 2 4 1 8 6 5 7 MAININFODESK repÉrez-vous
  24. 24. AGENDAThe leading subjects on aesthetic science, surgery and cosmetic dermatology Paris ( f ra n ce ) H ead O f f ice I M C A S - 7, rue de la M a n ute n tio n 75116 Paris , F R A N C e paris ( f ra n ce ) tel : +3 3 1 4 0 7 3 8 2 8 2 By email : press @ imcas . com www.imcas.com contactez-nous ASIA TAIPEI JULY 29 to 31 2016World Congress PARIS JAN 28 to 31 Palais des Congrès de Paris 2016 India GOA November Radisson Blu Resort Goa 2016 China SHANGHAI APRIL Kerry Pudong Hotel & Convention Center 2017 Cancún JULY 1 to 3 Americas 2016 EN AGENCE Contact: Patricia Bénitah Bureau de Presse Patricia Bénitah 7, Villa des Sablons 92200 Neuilly sur Seine Teléphone Mobile +33 1 47 31 11 06 +33 6 29 44 83 09 By email: pbcom@pbcommunication.fr À l’imcas Contact: Joanna or Anastasia

×