Communiqué de presse
Décembre 2009
Contact presse : Patricia Bénitah - P.B Communication
7, Villa des Sablons – 92200 Neui...
Contact presse : Patricia Bénitah - P.B Communication
7, Villa des Sablons – 92200 Neuilly sur Seine - Tel : 01 47 31 11 0...
QUELQUES
EXTRAITS
?





Chap
1
:
TOXINE
BOTULIQUE
‐>
DU
POISON
AU
MEDICAMENT



La
Toxine
Botulique
:
qu’est
ce
c’est
?
P...
Chap
4
:
LE
HAUT
DU
VISAGE
:
LE
«
MUST
»,
LE
BAS
:
LE
COMPLEMENT



Quels
muscles
doivent
être
traités
?



Le
haut
du
vis...
La toxine botulique est un médicament efficace et fiable, qui agit de
manière non définitive en relaxant les muscles respo...
Chez les hommes, les muscles du "lion" et des pattes d’oie sont plus forts,
le front est plus grand, donc les doses de tox...
Rides du "lion"
Cette patiente de 45 ans présente de puissantes rides du "lion", qu’elle
contracte en permanence, et de pl...
Pattes d’oie
Cette patiente de 50 ans présente une belle peau mais ses pattes d’oie
sont trop marquées. À droite : après d...
Les coins de la bouche
Un muscle puissant chez cette jeune femme de 37 ans tire de chaque
côté les coins de la bouche vers...
Pattes d’oie et paupièreS
Cette jeune femme de 35 ans présente une patte " rieuse"; les ridules, fines
mais un peu longues...
Chirurgie des paupières et Toxine
L’excès de peau et de muscle des paupières de cette jeune femme de
47 ans ne peut être t...
Communiqué de presse
Décembre 2009
Contact presse : Patricia Bénitah - P.B Communication
7, Villa des Sablons – 92200 Neui...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Communiqué de Presse Toxine Botulique - Décembre 2009

390 vues

Publié le

INFO OU INTOX ?

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
390
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Communiqué de Presse Toxine Botulique - Décembre 2009

  1. 1. Communiqué de presse Décembre 2009 Contact presse : Patricia Bénitah - P.B Communication 7, Villa des Sablons – 92200 Neuilly sur Seine Tel : 01 47 31 11 06 – E-Mail : pbcom@wanadoo.fr Toxine botulique INFO ou INTOX ? Auteur : Docteur Benjamin Ascher aux Editions Presses du Chatelet, Jean Daniel Belfond Sortie en Librairie le 12 janvier 2010 Enfin le premier ouvrage qui dit STOP aux idées reçues et qui, en 50 questions/réponses donne toutes les clés pour passer de la beauté jadis figée à la beauté actuelle, au naturel… La toxine botulique, des chiffres et des faits fiables et précis NON à l’intox, OUI à l’info : 10 millions de patients traités par an, depuis les années 2000, et plus de 15 ans de recul. Aujourd’hui l’injection de toxine botulique « Botox », traitement esthétique le plus pratiqué au monde, est totalement fiable et sécurisé. Dans le premier guide pratique accessible à tous, médecins et patients, le Docteur Benjamin Ascher, chirurgien plasticien, qui a introduit la toxine botulique en France il y a 16 ans pour ses indications esthétiques, publie pour la première fois tout ce qu’il faut savoir, en 50 questions/réponses. Qui sait:  que la toxine botulique est d’abord et depuis 30 ans un médicament efficace utilisé couramment dans de nombreux domaines médicaux, notamment en neurologie ?  qu’à ce jour, sans intervention chirurgicale, c’est le meilleur traitement des rides dites d’expression du visage ?  qu’il n’existe pas un mais 3 produits disponibles ?  que la toxine botulique est loin d’avoir révélé tous ses secrets ? La « French Touch » : La toxine botulique incarne parfaitement, aujourd’hui, l’évolution radicale de la chirurgie esthétique française et mondiale qui devient médico-chirurgicale, avec des techniques particulièrement efficaces, mais plus douces, plus ciblées, moins invasives. Du figé au naturel : en France, en Europe, sur la côté Est des Etats-Unis et de plus en plus dans le monde, la tendance qui s’impose est de restituer et maintenir chez les patients une beauté NATURELLE, non stéréotypée, sans vouloir être jeune quel qu’en soit le prix. La toxine botulique illustre parfaitement cette tendance. Résultat : un visage moins ridé, mais surtout plus détendu, reposé, épanoui et rafraichi. La raison d’être de ce livre est de montrer en 50 questions/réponses, d’abord que bien qu’elle soit botulique, cette toxine n’a rien de toxique. Cet ouvrage entend aussi présenter les nombreuses indications esthétiques et thérapeutiques. S’adressant à un large public, ainsi qu’à la communauté médicale, ce vade-mecum dresse un tableau tant pratique, historique, prospectif, que sociologique et économique, de toutes les questions que l¹on peut légitimement se poser. Pratique : le résultat peut-il enfin être naturel ? Est-ce dangereux, douloureux, combien de temps durent les effets ; à partir de quel âge peut-on y penser ; à qui s’adresser ; quelles sont les contre-indications ; comment se passe un traitement ; comment ça marche ? etc. Autant de questions auxquelles il donne une réponse simple et concise dans le premier ouvrage européen sur ce sujet destiné au grand public. Historique : du poison au médicament, du médicament à l’anti-rides, la molécule botulique du départ n’a plus rien à voir avec celle qui soigne et traite les rides. Sociologique : existe-t-il une norme sociale de la beauté et une obligation de jeunesse éternelle, jusqu’à quel âge doit-on paraître jeune ? Qu’est ce que la « French Touch », le traitement au naturel ? Economique : le « Botox » business est un vecteur de croissance incroyable pour les 4 laboratoires qui produisent actuellement ces produits. Prospectif : cette toxine recèle un formidable potentiel qui fait d’elle une molécule d’avenir. Dans les laboratoires, on expérimente aujourd’hui les applications de demain. Totalement en phase avec l’actualité, ce livre démonte point par point toutes les accusations et polémiques infondées suscitées par des affaires qui ont fait la une et prouve que l’INFO de qualité peut triompher de l’INTOX. Prix public conseillé : 20€ - 200 pages Pionnier en France de la toxine botulique, le Docteur Benjamin Ascher, spécialiste en chirurgie esthétique, plastique et réparatrice, a traité ses premières patientes et publié dès 1993 sur ses indications en esthétique. Il a conduit de nombreuses études ayant fortement contribué aux autorisations d’utilisation de ces produits, il est aujourd’hui l’un des seuls investigateurs à diriger les travaux sur les 3 toxines botuliques disponibles en Europe. En 25 ans, Le Docteur Benjamin Ascher a développé de nombreuses techniques performantes tant chirurgicales que médicales. - Il est le directeur scientifique des Congrès IMCAS, l’un des leaders mondiaux de l’enseignement pour les chirurgiens plasticiens, et les dermatologues dans le domaine esthétique. - Il est le Codirecteur du premier diplôme universitaire sur « les injectables en chirurgie plastique », à l’Université de Paris V – Paris XII, et à l’Hôpital Tarnier où il enseigne les méthodes d’injections de toxine botulique et des produits comblement des rides, tout comme celles de ré harmonisation des volumes.
  2. 2. Contact presse : Patricia Bénitah - P.B Communication 7, Villa des Sablons – 92200 Neuilly sur Seine - Tel : 01 47 31 11 06 – E-Mail : pbcom@wanadoo.fr TOXINE BOTULIQUE: INFO ou INTOX ? Auteur : Docteur Benjamin Ascher aux Editions Presses du Chatelet , Jean Daniel Belfond - Sortie en Librairie le 12 janvier 2010 SOMMAIRE Chap 1 : TOXINE BOTULIQUE -> DU POISON AU MEDICAMENT 1) La Toxine Botulique : qu’est ce c’est ? Pourquoi toute cette polémique ? 2) Quelle est son histoire ? 3) Pourquoi non pas une mais des toxines botuliques ? Chap 2 : TOXINE BOTULIQUE -> DU MEDICAMENT A L’ANTI- RIDE 4) Quelles maladies ça guérit ? 5) Comment et où ça agit en esthétique ? du muscle à la ride 6) Pourquoi mon visage parait fatigué, soucieux ? 7) Vieillissons nous tous pareillement ? 8) Quel type de vieillissement çà traite ? 9) Quelles sont les autres techniques qui traitent les rides « musculaires »? 10) Quelles sont les autres techniques de rajeunissement du visage ? 11) Quelles sont les différentes toxines botuliques antirides, les plus pures, les contrefaçons ? 12) Quels sont les contre-indications et les risques? 13) Y a t-il des lois à respecter pour l’injecter ? Chap 3 : MON MEDECIN ET MOI 14) De quel traitement ai-je réellement besoin, est-ce le moment ? 15) Comment se défatiguer sans changer ? 16) Comment vérifier si c’est un pro qui me reçoit ? 17) Comment sont formés les médecins spécialistes ? 18) Pourquoi un questionnaire médical ? 19) Pourquoi me donner un devis ? 20) Pourquoi me donner la liste des risques (consentement éclairé) ? 21) Pourquoi des photos ? 22) Est ce que ça fait mal ? 23) Combien de temps ça dure ? 24) Est-il bon d’en parler ouvertement ? Chap 4 : LE HAUT DU VISAGE : LE « MUST », LE BAS : LE COMPLEMENT 25) Quels muscles doivent être traités ? 26) Y a t il une technique adaptée à chaque toxine botulique ? 27) Faut il me préparer avant l’injection ? 28) Est-ce rapide? 29) Pourquoi les 3 « must » sont-ils : le «lion », le front, et les pattes d’oie ? 30) Et autour de la bouche ? 31) Et les pommettes, le nez, les paupières ? 32) Et le bas du visage ? Les « bas joues », le pli d’amertume, le menton ? 33) Et le cou ? 34) Que dois-je faire et ne pas faire après les injections ? Chap 5 : DES INDICATIONS ESTHETIQUES PARTICULIERES 35) Est ce que çà marche sur le decolletté, les seins ? 36) Pourquoi en Asie on traite avant tout les grosses « joues » et les « gros mollets » ? 37) Pourquoi ça traite très bien la sueur des mains, des aisselles, des pieds ? 38) Pourquoi un traitement spécifique pour les hommes ? 39) Quelles particularités si j’ai le sourcil bas ? 40) Est-ce pareil si la peau est épaisse ou fine ? Chap 6 : LE GRAND « PLUS » -> LES TRAITEMENTS ASSOCIES 41) Pourquoi c’est nécessaire d’associer les traitements esthétiques, d’agir par étapes ? 42) Pourquoi souvent associe-t-on la toxine botulique aux lasers, aux peelings, à la photoréjuvenation? 43) Pourquoi aux injections repulpantes, aux traitements tenseurs, à l’anti-age ? 44) Pourquoi à une chirurgie douce par liftings ou fils, à la chirurgie des paupières ? Chap 7 : LA TOXINE BOTULIQUE -> LA SECURITE ET LE NATUREL 45) Comment se porte le marché de la toxine botulique? 46) Qu’a–t on à gagner à se faire injecter à l’étranger ? 47) Quelle sécurité à long terme? 48) Quelles sont les toxine botuliques de l’avenir ? 49) Pourquoi de l’éthique dans la chirurgie esthétique ? 50) Qu’est-ce que la chirurgie esthétique au naturel ? La « French Touch »
  3. 3. QUELQUES
EXTRAITS
?
 
 
 Chap
1
:
TOXINE
BOTULIQUE
‐>
DU
POISON
AU
MEDICAMENT
 
 La
Toxine
Botulique
:
qu’est
ce
c’est
?
Pourquoi
toute
cette
polémique
?
 
 Peu
de
gens
savent
que
la
toxine
botulique
telle
que
nous
la
connaissons
aujourd’hui
est
d’abord
un
médicament
efficace.
 
 Cette
mauvaise
réputation
remonte
à
ses
origines,
car
il
s’agit
en
fait
d’un
médicament
dérivé
d’un
poison.
Pourtant,
toutes
 les
substances
médicinales
sont
des
poisons.
«
Ce
qui
différencie
un
poison
d’un
remède,
c’est
la
juste
dose
»,
disait
 Paracelse,
médecin
suisse
du
XVIe
siècle.
 
 la
toxine
botulique
médicament
n’est
pas
une
toxine,
bien
au
contraire.
La
bactérie
sécrète
une
substance
toxique
 constituée
d’un
assemblage
de
protéines,
avec
une
molécule
centrale
et
des
 molécules
périphériques.
Seule
une
portion
de
ce
dernier
assemblage
a
un
effet
toxique.
Le
reste
assure
la
protection
de
la
 toxine
au
sein
du
système
gastrique
si
elle
est
ingérée.
 Le
«
principe
actif
»
réside
dans
la
molécule
centrale.
Cette
protéine
centrale
est
la
partie
toxique,
mais
dans
le
médicament
 certaines
protéines
périphériques
ont
disparu
ce
qui
rend
la
protéine
centrale
non
toxique
à
la
dose
où
elle
est
employée
 dans
le
médicament.
[…]
Le
médicament
n’exploite
que
ce
principe
actif.
 
 Pourquoi
non
pas
une
mais
des
toxines
botuliques
?
 
 Contrairement
aux
idées
reçues,
les
produits
ne
sont
pas
tous
les
mêmes.
Les
bactéries
qui
fabriquent
ce
produit
 biologique,
les
méthodes
de
production,
les
caractéristiques
des
molécules,
les
unités
de
traitement
ne
sont
pas
les
mêmes.
 
 Chap
2
:
TOXINE
BOTULIQUE
‐>
DU
MEDICAMENT
A
L’ANTI‐
RIDE
 
 Y
a
t‐il
des
lois
à
respecter
pour
l’injecter
?
 
 On
a
trop
souvent
fait
l’amalgame
entre
Botox®
et
Dysport®
qui
ont
pourtant
des
propriétés
différentes.
Or,
si
selon
la
 plupart
des
études
connues,
les
effets
de
l’Azzalure®,
dérivé
du
Dysport®,
seraient
particulièrement
rapides,
efficaces,
et
 persistants
à
long
terme
aux
doses
les
plus
employées,
il
possède
des
spécificités
différentes
de
celles
du
Botox®.
Chaque
 expert
doit
donc
être
familier
avec
le
maniement
des
deux
produits.
 
 Chap
3
:
MON
MEDECIN
ET
MOI
 
 Quels
sont
les
contre‐indications
et
les
risques
?
 
 Bien
que
cela
semble
paradoxal,
la
toxine
botulique
étant
un
poison
sous
sa
forme
originelle
brute,
les
risques
sont
très
 faibles
;
nous
avons
trente
ans
de
recul
pour
l’affirmer.
 
 Cette
sécurité,
cette
tolérance
du
médicament
n’est
pas
assez
connue
par
le
grand
public,
nous
le
savons
bien,
or
le
recul
 que
nous
avons
pour
l’affirmer
qui
est
de
plus
de
30
ans.
 
 Est‐ce
le
moment
?
 
 La
réponse
à
cette
question
reste
forcément
totalement
subjective.
[…]
Il
faut
donc
clairement
en
ressentir
le
besoin.
 Toutefois,
le
fait
d’agir
tôt,
quand
la
ride
apparaît,
en
limite
l’aggravation.
Dans
ce
cas,
il
s’agit
d’un
vrai
traitement
 préventif.
Mais
on
ne
se
fait
pas
traiter
comme
on
va
chez
le
coiffeur,
comme
pourraient
le
faire
penser
certains
articles.
 
 Comment
vérifier
si
c’est
un
pro
qui
me
reçoit
?
 
 Alors
comment
en
savoir
plus
sur
un
praticien
?
Tout
simplement
par
des
recherches
menées
sur
Internet,
voire
au
 téléphone,
mais
avec
prudence,
nous
le
verrons
plus
loin.
Elles
permettent
 de
savoir
rapidement
si
le
médecin
dispose
des
qualifications
légales.
Rappelons
qu’en
France
seuls
sont
habilités
à
injecter
 de
la
toxine
botulique
les
chirurgiens
plasticiens,
les
dermatologues,
les
ORL,
les
ophtalmologues
et
les
chirurgiens
maxillo‐ faciaux.
L’annuaire
du
Conseil
national
de
l’ordre
des
médecins
accessible
sur
son
site
Internet
(www.conseil‐ national.medecin.fr)
permet
de
vérifier
la
qualification
revendiquée
par
le
médecin.
 
 Combien
de
temps
ça
dure
?
 
 Selon
les
premières
études
effectuées
vers
1995,
la
toxine
botulique
a
d’abord
été
évaluée
comme
efficace
pour
une
durée
 de
3
mois.
Les
nombreuses
études
actuelles
montrent
de
bons,
voire
très
bons,
résultats
au
moins
à
6
mois.[…]
C’est
en
 général
lors
de
la
troisième
ou
de
la
quatrième
injection
que
la
durabilité
s’installe
et
qu’on
arrive
aux
6
mois
d’efficacité.
 

  4. 4. Chap
4
:
LE
HAUT
DU
VISAGE
:
LE
«
MUST
»,
LE
BAS
:
LE
COMPLEMENT
 
 Quels
muscles
doivent
être
traités
?
 
 Le
haut
du
visage
constitue
la
région
dans
laquelle
se
trouvent
la
plupart
des
bonnes
indications
pour
la
toxine
botulique,
 celles
qui
ont
bâti
la
réputation
de
ce
traitement.
Ce
haut
du
visage
correspond
aux
rides
du
lion
(verticales
et
horizontales),
 aux
rides
du
front
(horizontales),
et
à
la
patte‐d’oie
(rides
entre
la
région
orbitaire
et
les
cheveux).
 
 Chap
5
:
DES
INDICATIONS
ESTHETIQUES
PARTICULIERES
 
 Pourquoi
un
traitement
spécifique
pour
les
hommes
?
 
 Les
hommes
montrent
un
intérêt
croissant
pour
l’ensemble
des
procédures
esthétiques.
Le
chiffre
retenu
à
l’échelle
 mondiale
se
situe
entre
10
et
13
%
d’hommes
qui
consultent
pour
des
problèmes
de
type
esthétique.
Mais
le
chiffre
est
 bien
plus
élevé
aux
États‐Unis
et
dans
les
pays
anglo‐saxons
en
général.
Les
techniques
d’injection
classique
de
toxine
 botulique
sont
tout
à
fait
adaptées
à
l’homme.
Mais
il
existe
des
particularités.
 
 Sur
le
plan
physiologique,
l’homme
a
une
épaisseur
de
peau
particulière
et
il
sécrète
de
la
testostérone.
Sa
couche
cornée
 est
plus
épaisse.
Cela
ne
modifie
pas
la
technique
d’injection.
Mais
la
masse
musculaire
au
niveau
du
lion
et
du
front
étant
 plus
importante,
les
doses
nécessaires
seront
plus
fortes
pour
obtenir
le
même
effet.
 
 Chap
7
:
LA
TOXINE
BOTULIQUE
‐>
LA
SECURITE
ET
LE
NATUREL
 
 Quelle
sécurité
à
long
terme?
 
 Une
sécurité
prouvée
sur
plus
de
30
ans.
La
sécurité
du
produit
est
un
sujet
paradoxal
à
partir
du
moment
où
l’on
parle
de
«
 poison
»
ou
de
«
toxine
».
Même
si
nous
avons
vu
tout
au
long
de
ce
livre
que
la
toxine
botulique,
sous
sa
forme
de
 médicament,
ne
correspond
pas
à
la
molécule
qui
provoque
la
maladie
appelée
«
botulisme
».
Au
contraire,
il
s’agit
d’un
 extrait
de
cette
molécule
qui
a
des
effets
thérapeutiques,
donc
bénéfiques.
Concernant
la
sécurité,
les
chiffres
et
 l’ancienneté
parlent.
 Cette
molécule
est
étudiée
dans
le
cadre
de
la
pathologie
en
tant
que
médicament
depuis
30
ans.
Et
dans
le
cadre
 esthétique
depuis
environ
20
ans.
Dans
la
majeure
partie
des
traitements
mis
au
point
pour
les
pathologies,
il
y
a
 statistiquement
eu
très
peu
d’effets
secondaires.
Dans
le
cas
des
traitements
esthétiques,
il
n’y
a
jamais
eu
un
effet
 secondaire
ou
un
accident
grave,
ni
la
moindre
séquelle
ou
encore
un
problème
d’allergie.
Cela
vient
également
du
fait
que
 la
dose
employée
est
très
faible
:
20
fois
moins
minimum,
voire
50
fois
moins,
que
celle
employée
dans
le
cadre
de
 certaines
pathologies.
 
 Quelles
sont
les
toxines
botuliques
de
l’avenir
?
 
 C’est
un
sujet
qui
passionne
les
grands
laboratoires.
Dans
l’avenir
immédiat,
le
point
fondamental
sera
d’optimiser
les
 résultats
du
traitement
:
cela
concerne
la
rapidité
d’installation
du
produit,
 la
qualité
et
la
durée
de
l’effet
du
produit.
 
 La
toxine
botulique
prévient‐elle
le
vieillissement
cutané
?
 
 De
plus
en
plus,
les
traitements
qui
s’attaquent
aux
effets
du
vieillissement,
quand
ils
sont
appliqués
relativement
tôt,
 ralentissent
le
vieillissement
lui‐même.
[…].
La
relaxation
musculaire
diminue
de
facto
le
nombre
de
microtraumatismes
 causés
par
les
contractions
musculaires
à
chaque
seconde,
minute,
jour,
et
année.
Ce
qui
provoque
un
ralentissement
du
 vieillissement
de
ce
tiers
supérieur
du
visage
et
la
diminution
de
l’apparition
des
rides
d’origine
musculaire.
Si
on
traite
par
 la
toxine
une
femme
d’environ
35
ans
qui
présente
un
début
de
vieillissement,
on
va
certainement
ralentir
son
 processus
de
vieillissement.
 
 Qu’est‐ce
que
la
chirurgie
esthétique
au
naturel
?
La
«
French
Touch
»
 
 La
manière
actuelle
de
traiter
par
la
toxine
botulique
en
esthétique
résume
parfaitement
ce
qu’est
la
chirurgie
esthétique
 au
naturel
aujourd’hui.
Avec
la
toxine
botulique,
on
a
d’abord
essayé
de
produire
un
bon
résultat.
Globalement,
les
dix
 premières
années
de
ce
développement
ont
été
consacrées
à
faire
de
l’efficace,
avec
une
sécurité
maximale
bien
sûr.
Dès
le
 départ,
les
patientes
étaient
satisfaites
du
résultat
même
si
le
produit,
injecté
en
doses
parfois
un
peu
trop
importantes,
 entraînait
une
certaine
fixité.
Ce
faciès
fixe,
mais
sans
ride,
c’est
la
fameuse
«
frozen
face
»
(visage
figé)
des
Américains.
 Encore
que
le
visage
kabuki
du
théâtre
nippon,
où
l’inexpressivité
du
visage
contraste
avec
la
mobilité
du
corps,
soit
un
 must
pour
les
Japonais.
Aujourd’hui,
grâce
à
une
meilleure
connaissance
des
muscles
et
une
maîtrise
des
doses
et
des
 points
d’injection,
après
un
long
apprentissage,
on
traite
de
manière
beaucoup
plus
légère
avec
la
toxine
botulique
qu’il
y
a
 dix
ans.
Nous
recherchons
la
dose
minimale
pour
un
résultat
plus
naturel
mais
tout
aussi
durable
[…]
Il
ne
faut
pas
associer
 notre
chirurgie
esthétique
à
une
caricature
[…]
Nous
en
avons
assez
des
visages
et
des
corps
caricaturaux
vus
dans
les
 médias,
au
cinéma,
à
la
télé,
sur
le
Net,
qui
ne
reflètent
pas
du
tout
notre
métier.

  5. 5. La toxine botulique est un médicament efficace et fiable, qui agit de manière non définitive en relaxant les muscles responsables des rides. Le médecin expert doit avoir une connaissance très approfondie des carac- téristiques de chaque muscle du visage et du cou à injecter et des doses à employer suivant les produits (Les 3 muscles les plus traités du haut du visage : O = Orbiculaire, G = Glabelle, F = Frontal).
  6. 6. Chez les hommes, les muscles du "lion" et des pattes d’oie sont plus forts, le front est plus grand, donc les doses de toxine nécessaires seront gé- néralement plus fortes que celles utilisées chez la femme pour obtenir le même effet naturel. Le spécialiste doit avoir également une connaissance des équilibres entre les muscles. Par exemple, la queue du sourcil - contrai- rement à ce que l’on fait pour les femmes - ne doit pas remonter mais rester horizontale, respectant ainsi une forme plus virile.
  7. 7. Rides du "lion" Cette patiente de 45 ans présente de puissantes rides du "lion", qu’elle contracte en permanence, et de plus légères rides du front. La photo de droite montre le résultat à six mois après injection de toxine adaptée à chaque muscle : les rides sont estompées, le regard et le front paraissent détendus, sereins. La peau est plus belle en surface. Paupières et pattes d’oie Cette patiente de 48 ans n’a pas eu de chirurgie des paupières. À droite, de simples injections de toxine botulique, bien dosées au niveau des pattes, du "lion" et très légères au niveau des paupières inférieures, produisent ce résultat harmonieux. Elle sourit sur les deux photos de la même manière, pour que le résultat soit facile à comparer.
  8. 8. Pattes d’oie Cette patiente de 50 ans présente une belle peau mais ses pattes d’oie sont trop marquées. À droite : après deux traitements à six mois d’inter- valle, le regard ne change pas mais l’aspect ridulé a nettement diminué. CHEZ l’homme La toxine botulique est également recommandée pour les hommes. Ils ont souvent, comme chez ce monsieur, des rides profondes, des sourcils et des paupières lourds et relâchés qui leur font contracter en permanence le front, comme un tic. À droite, le résultat à six mois, sans aucune chirurgie, montre que non seulement les rides ont disparu, mais aussi que les injections, en tenant compte de l’équilibre entre les différents muscles, ont redessiné avec jus- tesse les sourcils et les paupières.
  9. 9. Les coins de la bouche Un muscle puissant chez cette jeune femme de 37 ans tire de chaque côté les coins de la bouche vers le bas, et crée les fameux "plis d’amer- tume", rendant l’expression triste. Les points bleus montrent où seront pla- cés les points d’injection permettant la correction. Sur la photo de droite, huit mois après les injections, les plis d’amertume ont disparu ; la bouche est souriante et l’expression rajeunie. Les "cordes" du cou Ici les muscles du cou (les platysmas) ont vieilli non par relâchement de la peau, mais en se contractant sous forme de "cordes", comme celles d’un arc. C’est une bonne indication pour la toxine botulique. À droite, à six mois, quelques points d’injection bien dosés dans le muscle, ont fait disparaitre ces cordes. Le cou est rafraîchi.
  10. 10. Pattes d’oie et paupièreS Cette jeune femme de 35 ans présente une patte " rieuse"; les ridules, fines mais un peu longues, la gènent surtout au sourire. À droite : des doses modérées de toxine ont permis de supprimer ces ri- dules sans modifier la forme de l’oeil, et surtout l’expression du sourire. Lifting et Toxine Les contours relâchés du visage et du cou de cette femme de 58 ans sont traités par un lifting modéré, le plus naturel possible. Un lifting, en revanche, ne peut traiter les rides du lion, les pattes d’oie, les cordes du cou, qui sont liées aux contractions musculaires. À droite : les injections de toxine botulique qui ont été pratiquées trois semaines avant le lifting au niveau du front, des pattes et du cou, ont permis d’optimiser les résultats de la chirurgie. Le visage est plus détendu, reposé, épanoui et véritablement rafraîchi.
  11. 11. Chirurgie des paupières et Toxine L’excès de peau et de muscle des paupières de cette jeune femme de 47 ans ne peut être traité que par une chirurgie plaçant les cicatrices dis- crètes dans le pli en haut et sous les cils en bas. À droite : le résultat durable obtenu est certes du à la chirurgie, mais aussi au fait que tous les ans, ont été pratiquées des injections de toxine bo- tulique relaxantes dans les muscles des paupières responsables des rides d’expression. Loin de s’opposer à la chirurgie, la toxine en optimise et pro- longe les résultats.
  12. 12. Communiqué de presse Décembre 2009 Contact presse : Patricia Bénitah - P.B Communication 7, Villa des Sablons – 92200 Neuilly sur Seine Tel : 01 47 31 11 06 – E-Mail : pbcom@wanadoo.fr

×