• JANVIER 20151
D O S S I E R D E P R E S S E
29janau1er
fév2015
Au cœur
de la science
un véritable «think-tank» internati...
• JANVIER 20152
Au programme de la 17ème édition de ce Congrès Mondial Annuel (du 29 janvier au 1er février 2015), encore ...
• JANVIER 20153
 
9innovations TECHNOLOGIQUES
•Impression3D,robotiquesetGoogleGlass.Quevont-ellesmodifierdansnoscomporteme...
• JANVIER 20154
rhinoplastie
Dr Charles EAST
Chirurgien Cervico-Facial
ROYAUME-UNI
Dr Olivier GERBAULT
Chirurgien Plastici...
• JANVIER 20155
Dr Alfredo
HOYOS ARIZA
Chirurgien Plasticien
COLOMBIE
Dr Davi
DE LACERDA
Dermatologue
BRésil
Dr Red ALINSO...
• JANVIER 20156
L’ I M C A S soutien T la recherche
C O N T R E L E C A N C E R D U S E I N
Nous souhaitons remercier les ...
• JANVIER 20157
abstractS
1injectables
1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l
Dr Tatjana PAVICIC
Dermatologue, ...
• JANVIER 20158
Dr Anne LE PILLOUER PROST
Dermatologue, FRANCE
Injectables - cap sur les nouveaux produits et techniques.
...
• JANVIER 20159
abstractS
1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l
Dr Philippe KESTEMONT
Chirurgien maxillo-facia...
• JANVIER 201510
abstractS
1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l
2LASERS
Dr Michael NAOURI
Dermatologue, FRANC...
• JANVIER 201511
Dr Klaus HOFFMANN
Dermatologue, ALLEMAGNE
Lasers et dispositifs à base d’énergie - les nouvelles associat...
• JANVIER 201512
2LASERS
abstractS
1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l
Revenons sur la lipolyse laser, car i...
• JANVIER 201513
abstractS
1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l
Dr Hugues CARTIER						Dr Bernard ROSSI
Derma...
• JANVIER 201514
3vULVO-VAGINAL
abstractS
1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l
Dr Bernard MOLE
Chirurgien pla...
• JANVIER 201515
abstractS
1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l
Dr Red ALINSOD
Chirurgien, éTATS-UNIS
Zoom su...
• JANVIER 201516
4RHINOPLASTIE
Dr Olivier GERBAULT
Chirurgien Plasticien, FRANCE
La rhinosculpture ultrasonique : une véri...
• JANVIER 201517
abstractS
1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l
5remodelage du corps
Dr Gilbert ZAKINE
Chirur...
• JANVIER 201518
6TRAITEMENTS POUR LES HOMMES
Dr Alfredo HOYOS ARIZA
Chirurgien plasticien, COLOMBIE
L’esthétique se conju...
• JANVIER 201519
7LIPOFILLING, CELLULES SOUCHES ET Médecine régénérative
abstractS
1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a...
• JANVIER 201520
abstractS
1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l
8COSMéceutiques
M. Dominique DU CREST
Industr...
• JANVIER 201521
Dr Leslie BAUMANN
Dermatologue, éTATS-UNIS
Cosméceutiques : progrés et nouveautés en matière de soins.
La...
• JANVIER 201522
abstractS
1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l
9innovations TECHNOLOGIQUES
Dr Yakup AVSAR
Ch...
• JANVIER 201523
Bureau de presse IMCAS :
Patricia Bénitah
Agence PB Communication
pbcom@pbcommunication.fr
01 47 31 11 06...
• JANVIER 201524
En 2014, le marché asiatique a dépassé le marché européen, reflétant ainsi le dynamisme annoncé par
l’IMC...
• JANVIER 201525
Check the 2015
exhibitor list AT
www.imcas.com
PARTIE 1 •
LES FAITS ET LES CHIFFRES CLéS
DU MARCHé DE L’E...
• JANVIER 201526
Dans les activités de fusion-acquisition, l’année 2014 a été marquée par
l’offre hostile de Valeant, fina...
• JANVIER 201527
Check the 2015
exhibitor list AT
www.imcas.com
Nouveaux axes de développement
Les techniques, les disposi...
• JANVIER 201528
Check the 2015
exhibitor list AT
www.imcas.com
LES TECHNIQUES CHIRURGICALES : la croissance est moins for...
• JANVIER 201529
Check the 2015
exhibitor list AT
www.imcas.com
Nouvelles tendances en 2015 (SUITE)
Dans le domaine des co...
• JANVIER 201530
Selon une étude de l’ISAPS1
(publiée en 2014 sur les actes invasifs et non-invasifs réalisés en 2013 dans...
• JANVIER 201531
contact@imcas.com
> Pa r i s s i è g e s o c i a l
8, rue Foucault-75116 Paris - France
> H o n g K o n g...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

dossier de presse - IMCAS- janvier 2015

1 808 vues

Publié le

Congrès mondial de l'esthétique médicale et chirurgicale

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 808
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
19
Actions
Partages
0
Téléchargements
23
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

dossier de presse - IMCAS- janvier 2015

  1. 1. • JANVIER 20151 D O S S I E R D E P R E S S E 29janau1er fév2015 Au cœur de la science un véritable «think-tank» international avec plus de 350 orateurs, 5 000 participants et 200 exposants LE congrès mondial DE l’esthétique médicale et CHIRURGICALE Cours International Sur le Vieillissement Cutané
  2. 2. • JANVIER 20152 Au programme de la 17ème édition de ce Congrès Mondial Annuel (du 29 janvier au 1er février 2015), encore plus de révélations et d’innovations ! L’IMCAS est l’un des plus importants congrès mondiaux dédiés à l’interface entre la chirurgie et la dermatologie esthétique. Depuis 17 années, l’IMCAS s’efforce de promouvoir un enseignement de qualité accueillant les leaders d’opinion les plus influents en proposant à ses 5000 participants une traduction simultanée en français, anglais et russe. Les participants de l’IMCAS Paris viennent de plus de 84 pays, contribuant au rayonnement international de ce congrès d’enseignement. L’IMCAS s’exporte depuis 7 ans, à l’international, avec trois autres congrès par an : IMCAS ASIA (Bali, Taiwan), IMCAS CHINA (Shanghai) et IMCAS INDIA (Goa). Mais c’est dans sa ville natale que l’IMCAS présente chaque année plus de 1300 lectures et de nombreux enseignements sur les derniers développements scientifiques du secteur, dans le respect de l’éthique et de «l’evidence based medicine». Travaillant en collaboration avec les principales sociétés savantes telles que la SOFCEP (Société Française des Chirurgiens Esthétiques Plasticiens) et l’ESLD (Société Européenne de Dermatologie Laser), le principal objectif de l’IMCAS est de favoriser les avancées en matière de pratique clinique, d’éducation et de recherche dans ces deux secteurs phares ainsi que les disciplines qui y sont associées (médecine esthétique, anti-âge, occuloplastie, chirurgie maxillo-faciale…). Fidèle à son principe fondateur, qui consiste à être une tribune « au cœur de la recherche scientifique », des experts vous apportent une vision et une analyse planétaire des avancées majeures et de toutes les dernières tendances en date. Pour maintenir une totale transparence quant à ses contenus scientifiques, toutes les communications scientifiques nonsponsoriséesdel’IMCASdoiventêtrelibresdetoutdiscoursmarketingetdoiventfairepreuved’unetotaletransparence et objectivité. Tous les orateurs invités doivent ouvertement déclarer tout conflit d’intérêts (CDI) pouvant influencer le contenu de leur présentation. Nouveauté !Cetteannéel’IMCASconsacreunejournéeentièreàlaCosméceutiqueavec8sessionsenaccèslibre:stratégie marketing, premiers développements, exploration et analyse de toutes les ressources de ce segment prometteur. Quenousréservelefuturdelaprofession?LesnouvellessessionsIMCASBEYOND(conversationscréatives) nousprojettentdanslefuturetnous dévoilenttoutcequivarévolutionnerlesecteurdel’esthétiquemédical La Tribune IMCAS 2015 a collecté et analysé les données disponibles sur le marché de l’esthétique médicale et chirurgicale et a réalisé une analyse exhaustive et unique sur les différents territoires (Europe, USA, Asie-Pacifique, Amérique Latine) entre 2013 et 2019 qui couvre les 4 principaux segments de marché : toxines botuliniques et produits de comblement, produits cosmétiques actifs, équipements à base d’énergie, lasers et équipements destinés au remodelage corporel, et enfin prothèses mammaires implantables (B. ASCHER / L. BRONES / T. CHIGNON / K. POPIS). LE DOSSIER éCONOMIQUE DE LA TRIBUNE 2015 SE TROUVE à la suite de la partie beauté - santé. 2015 bonnes raisons de commencer l’année ensemble à l’IMCAS ! éDITO 1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l - à ne pas rater !
  3. 3. • JANVIER 20153   9innovations TECHNOLOGIQUES •Impression3D,robotiquesetGoogleGlass.Quevont-ellesmodifierdansnoscomportementsetgestesbeauté?•DrYakupAVSAR VENDREDI 30 JanVIER • DE 9h30 à 12h00 • SALLE PRESSE 1injectables • Nouvelles tendances pour une peau repulpée et jeune plus longtemps • Dr Tatjana PAVICIC • Cap sur les nouveaux produits et techniques • Dr Anne LE PILLOUER PROST • Les tendances du marché en 2015 • Dr Philippe KESTEMONT 5-minutes Q&R 5-minutes Q&R Fin de la Conférence de Presse • Q&R 2LASERS • Innovations high-tech • Dr Michael NAOURI • Les nouvelles associations pour remodeler son corps : graisse, lasers et radiofréquence • Dr Klaus HOFFMANN • Lacryolipolyse:panoramadesintervenantseuropéens,américainsetasiatiques•DrHuguesCARTIER&DrBernardROSSI 3vULVO-VAGINAL • Les dernières procédures et techniques pratiquées •Dr Bernard MOLE • Les interventions non-chirurgicales en forte progression, pourquoi et pour qui ? • Dr Red ALINSOD 4RHINOPLASTIE •Larhinosculptureultrasonique:unevéritablerévolutionenrhinoplastie•DrOlivierGERBAULT 5remodelage du corps • Les nouvelles indications et le futur de l’injection de graisse : jusqu’où peut-on aller ? • Dr Gilbert ZAKINE 6TRAITEMENTS POUR LES HOMMES • L’esthétique se conjugue aussi au masculin, le remodelage 4D • Dr Alfredo HOYOS ARIZA 7LIPOFILLING, CELLULES SOUCHES ET Médecine régénérative • Cellules souches et médecine régénérative : évolution vers un contrôle qualité • DrGuyMAGALON &DrJérémyMAGALON • Aujourd’huic’estdéjàdemain.Rajeuniretsesoigneravecsesproprescellules • Dr AliMOJALLAL 8COSMéceutiques • Cosmétique instrumentale - dynamique & tendances • Dominique DU CREST • Cosméceutiques - les dernières avancées • Dr Hertsel ADHOUTE • Progrès et nouveautés en matière de soins • Dr Leslie BAUMANN CONFéRENCE DE PRESSE 1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l
  4. 4. • JANVIER 20154 rhinoplastie Dr Charles EAST Chirurgien Cervico-Facial ROYAUME-UNI Dr Olivier GERBAULT Chirurgien Plasticien FRANCE LASERS Dr Mark NESTOR Dermatologue FRANCE Dr Daniel CASSUTO Chirurgien Plasticien ITALIE Dr Michael NAOURI Dermatologue FRANCE Dr Klaus HOFFMANN Dermatologue ALLEMAGNE Dr Hugues CARTIER Dermatologue FRANCE Dr Bernard ROSSI Dermatologue FRANCE lipofilling, cellules souches & médecine régénérative REMODELAGE DU CORPS Dr Guy MAGALON Chirurgien Plasticien FRANCE Dr Ali MOJALLAL Chirurgien Plasticien FRANCE Dr Jérémy MAGALON Pharmacologue FRANCE Dr Serge DAHAN Dermatologue FRANCE Dr Gilbert ZAKINE Chirurgien Plasticien FRANCE Dr Benjamin ASCHER Chirurgien Plasticien FRANCE Dr Joel PESSA Chirurgien Plasticien éTATS-UNIS Dr Steven DAYAN Chirurgien Cervico-Facial états-unis VIEILLISSEMENT FACIAL GESTION DU CABINET Dr Michael SCHEFLAN Chirurgien Plasticien ISRAËL Dr Sebastien GARSON Chirurgien Plasticien FRANCE IMPLANTS MAMMAIRES Dr Mukta SACHDEV Dermatologue INDE Dr Sahar GHANNAM Dermatologue KOWËIT Dr Ashraf BADAWI Dermatologue CANADA beauté à travers le monde Inde & Moyen Orient LES EXPERTS 1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l
  5. 5. • JANVIER 20155 Dr Alfredo HOYOS ARIZA Chirurgien Plasticien COLOMBIE Dr Davi DE LACERDA Dermatologue BRésil Dr Red ALINSOD Chirurgien états-unis Dr Bernard MOLE Chirurgien Plasticien FRANCE RAJEUNISSEMENT VULVO-VAGINAL TRAITEMENTS POUR LES HOMMES cosméceutiques Laurent BRONES Industrie FRANCE Michael MORETTI Editeur états-unis Thierry CHIGNON Analyste Financier FRANCE tribune économique Dr Yakup AVSAR Chirurgien Plasticien TURQUIE innovations technologiques Dominique DU CREST Industrie FRANCE Dr Hertsel ADHOUTE Chercheur FRANCE Dr Leslie BAUMANN Dermatologue états-unis Dr Tatjana PAVICIC Dermatologue ALLEMAGNE Dr Anne LE PILLOUER PROST Dermatologue FRANCE Dr Philippe KESTEMONT Chirurgien Cervico-Facial FRANCE injectables LES EXPERTS 1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l
  6. 6. • JANVIER 20156 L’ I M C A S soutien T la recherche C O N T R E L E C A N C E R D U S E I N Nous souhaitons remercier les Laboratoires Vivacy, notre partenaire, pour leur soutien auprès des initiatives humanitaires en 2013 et 2014. Cette initiative a donné naissance à six prix récompensant des missions humanitaires séléctionnées par un jury indépendant, ainsi qu’un annuaire de ces missions dans le monde. C’est à l’occasion du «Dîner de Gala» du samedi 31 janvier 2015, que les Laboratoires Vivacy et l’IMCAS soutiendront la recherche contre le cancer du sein. 20% de chaque ticket vendu lors du dîner de gala sera reversé à un organisme à but non lucratif soutenant cette cause (le nom de cet organisme sera annoncé lors de l’événement puis sur notre site internet imcas.com). A nnuaire des missions htt p : // www . imcas . com / fr / humanitarian - mission - directory Afindevalorisertouteslesinitiativeshumanitairesdechirurgieetdermatologieréparatriceetfaciliterl’accèsàl’information des médecins, infirmier(e)s et membres de l’industrie souhaitant participer, l’IMCAS a créé un directoire des associations humanitaires. Avec la contribution de nos participants et des organisations, nous avons répertorié des informations spécifiques (le nombre de patients, champs d’action…) pour créer un annuaire dynamique vous permettant de comprendre facilement l’action des organisations à travers les critères suivants: lieux d’actions, domaines d’actions (becs de lièvre et fente palatiale, malformations et déformations congénitales, noma…). Si vous souhaitez consacrer du temps à une mission humanitaire, y apporter votre expertise et votre soutien ou donner une formation, ces associations sont à votre disposition. Nous faisons en sorte que toutes les organisations affichées soient étudiées en amont mais n’hésitez pas à nous contacter pour enrichir notre description. thèmeS 1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l
  7. 7. • JANVIER 20157 abstractS 1injectables 1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l Dr Tatjana PAVICIC Dermatologue, ALLEMAGNE Injectables - nouvelles tendances - pour une peau repulpée et jeune plus longtemps. Langue d’écriture originale de l’abstract -> anglais Une peau ferme, lumineuse, lisse et radieuse est un signe de jeunesse. Avec l’âge, la perte de collagène, l’altération des fibres élastiques et la diminution de notre tonifiant naturel (l’acide hyaluronique), la peau manque de fermeté, de rondeur et d’éclat. Les fillers, tout particulièrement ceux à base d’acide hyaluronique, ont connu un grand succès ces dernières années grâce à leur effet repulpant et rajeunissant. Auparavant, ses effets n’étaient visibles qu’après une intervention chirurgicale, aujourd’hui, ils sont instantanés à un coût plus bas et avec peu ou pas de temps de récupération. L’action principale des fillers à base d’acide hyaluronique est de combler les rides et plis et, plus récemment, de cibler les causes de la diminution du volume de la peau liée au vieillissement cutané. D’autres fillers à base d’hydroxylapatite de calcium sont bien connus pour leur effet de « comblement » et pour la stimulation de la production de collagène permettant de corriger les rides, de régénérer la peau et de la rendre plus ferme. Récemment, les autres effets stimulants de l’hydroxylapatite ont été reconnus pour améliorer la qualité de l’élasticité de la peau. Une observation à long terme sur les fillers à base d’acide hyaluronique, après des injections fréquentes, démontre un résultat visible dans le temps avec une diminution des quantités injectées. Les résultats d’une peau plus ferme et plus radieuse ont indiqué que ces fillers comblent non seulement le volume mais pourraient avoir un effet stimulant sur les composants de la matrice extracellulaire de la peau. Ces effets des fillers, à base d’acide hyaluronique, ont été prouvés scientifiquement. De plus, pour parvenir à une peau repulpée, radieuse et bénéficier des effets stimulants sur la peau, il existe de nombreux produits «revitalisants,hydratantsetboostants»composésd’acidehyaluroniquenon-stabilisé,deglycérol,d’anti-oxydantstelsquelemannitole, la vitamine B6 ou des coenzymes. Ils permettent une hydratation en profondeur pour redonner volume, tonicité et luminosité à la peau et ainsi réduire l’apparition des rides et des plis. Le traitement de base de ces produits consiste en une série de micro-injections de 3 sessions toutes les 3 à 4 semaines, puis une injection tous les 6 mois pour maintenir le résultat. Notre pratique quotidienne nous montre que de meilleurs résultats peuvent être obtenus grâce à l’utilisation de produits agissant à la fois sur le court et sur le long terme. En commençant tôt un traitement à base de fillers, nous préservons notre élasticité et notre teint lumineux naturel au lieu de combler les signes de vieillissement.
  8. 8. • JANVIER 20158 Dr Anne LE PILLOUER PROST Dermatologue, FRANCE Injectables - cap sur les nouveaux produits et techniques. Langue d’écriture originale de l’abstract -> français Nouveautés produits 2013/2014 : - Belotero Volume - Ellansé (Sinclair) – polycaprolactone et CMC nouveau produit de comblement et inducteur tissulaire - Filorga : fusion SVR, nouvelle gamme AH « ArtFiller » - Voluma® (Allergan) : étude pivotale FDA approval (seul volumateur) - Volbella®(Allergan) : étude postmarketing lèvres - Restauration intime : Gamme Desirial® (Vivacy) - Redensity II-eye® (Téosyal) - Pour en finir avec le BDDE : étude de De Boulle, Dermatologic Surgery dec 2013 Nouveautés techniques : - Blanching technique : remise au goût du jour - Mésolaser et mésoneedling plus que mésothérapie classique • Problème en dermatologie pour agir en profondeur : barrière cutanée Mésothérapie classique utilise des injections intra-dermiques à l’aiguille Inconvénients : papules, rougeurs et surtout hématomes avec éviction sociale • Principe de ces nouvelles techniques : créer des micropuits dans le derme à une profondeur déterminée pour faire pénétrer des molécules actives jusque dans le derme. • De plus en plus utilisée en thérapeutique en dermatologie après des études in vitro et chez l’animal puis chez l’homme: photothérapie dynamique intensifiée pour les cancers et précancers cutanés, corticoïdes pour les cicatrices… et en médecine en général • Indications en esthétique: celles de la mésothérapie anti-âge, les cicatrices, les vergetures, l’alopécie… • Produits utilisés : en général des produits injectables (car attention les crèmes et pommades ne sont pas faites pour pénétrer en profondeur: l’inocuité de certains de leurs excipients n’est pas prouvée) • NCTF 135 HA de Filorga et autres produits de mésothérapie : cocktails antioxydants, vitamines, acide hyaluronique, dépigmentants, anti-chute de cheveux • Très récemment : Toxine botulique A pour les pattes d’oie, le Sculptra pour les cicatrices atrophiques, le PRP, cellules souches - Injection des bras : Mapping à la canule longue abstractS 1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l 1injectables
  9. 9. • JANVIER 20159 abstractS 1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l Dr Philippe KESTEMONT Chirurgien maxillo-facial, FRANCE Injectables - nouvelles tendances - pour une peau repulpée et jeune plus longtemps. Langue d’écriture originale de l’abstract -> français Les tendances pour 2015 du marché des injectables dans le cadre du rajeunissement du visage se définissent selon trois axes majeurs: - La technicité des nouveaux produits - Les progrès des techniques d’injections (stylo injecteur de fillers, de toxine botulique..) - La sécurité et la prévention des complications Les acteurs de l’industrie mondiale de ces produits injectables investissent en recherche et développement de gros moyens dans le but de proposer des «Fillers « modernes. Nous n’imaginons plus aujourd’hui un acide hyaluronique que l’on injecterait dans toutes les zones du visage, des lèvres aux cernes, ou à toutes les profondeurs des tissus (en superficiel comme en profondeur). La «Rhéologie» ou l’étude des propriétés physiques et chimiques de ces produits s’adapte au site en recherchant le «naturel» des résultats, lié à la dynamique du visage et donc à l’élasticité des fillers. Ces produits seront «associés» entre eux, toxines botuliques et fillers, pour une optimisation des résultats et une gamme moderne doit proposer aujourd’hui un portefeuille large de produits. Outre ce caractère plastique et esthétique de ces injectables, leur durabilité est accrue. Enfin, une tendance générale à prévenir les complications par des études cliniques, des formations aux prescripteurs, des travaux de recherches universitaires pour mieux comprendre ces complications et donc les éviter. Ces tendances aboutissent donc à proposer à nos patients des associations d’injectables de natures et d’actions différentes, toxines botuliques, acides hyaluroniques, inducteurs de collagène, dans le cadre d’une prise en charge globale des facteurs de vieillissement. La technique aussi évolue pour proposer des stylos automatiques d’injection d’acides hyaluroniques ou de toxine botulique. Ces procédures permettent une précision accrue, une baisse de la douleur et une reproductibilité des injections. Le respect de la connaissance totale de leurs propriétés, l’usage de la technique adaptée (aiguilles, canules, stylo injecteurs..) et l’analyse des résultats des études cliniques permettront de limiter les complications (granulomes, nécroses tissulaires, allergies...) et d’optimiser les résultats. Des centres universitaires (diplômes universitaires de Nice, Paris, Poitiers) proposent des formations aux médecins de plus en plus spécifiques qui assurent aux praticiens une formation continue et une mise à jour des connaissances. 1injectables
  10. 10. • JANVIER 201510 abstractS 1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l 2LASERS Dr Michael NAOURI Dermatologue, FRANCE Lasers et dispositifs à base d’energie - les innovations high-tech Langue d’écriture originale de l’abstract -> français L’année 2014 a été riche en nouveautés dans le domaine des lasers et dispositifs à base d’énergie. Nous aborderons de manière non exhaustive les nouveautés qui nous semblent les plus marquantes. 1/ Radiofréquences La radiofréquence permet un échauffement des tissus en profondeur pour générer une néosynthèse de collagène. La principale nouveauté concernant cette technique est l’apparition de dispositifs à microaiguilles (technique de radiofréquence intradermique fractionnée «Secret» Ilooda) permettant de déposer in situ de plus fortes énergies dans le but de traiter les cicatrices et le vieillissement demanièresimilaireauxlasersfractionnésmaisavecdessuitesinterventionnellesbeaucoupplusmodestes,l’énergieétantdirectement délivrée en profondeur. Il a également été montré qu’associée aux lasers fractionnés (dispositif «Fraxis Duo» Ilooda), elle permettait d’en potentialiser les résultats. Cette technique a également un intérêt dans le traitement de la transpiration excessive et de l’acné. Autre nouveauté dans les radiofréquences, l’apparition de nouvelles sondes corporelles circulaires (dispositif Endymed) permettant d’optimiser le traitement du relâchement abdominal et de la cellulite. 2/ Cryolipolyse La cryolipolyse est la grande tendance du moment en terme de remodelage corporel. Son principe simple, congeler la graisse pour la détruire, a fait la preuve de son efficacité et de son innocuité au travers de nombreuses études. Le choix est vaste entre les appareils américains, asiatiques ou européens utilisant ce principe mais avec des disparités importantes en termes de sécurité d’utilisation et d’efficacité clinique. Parmi ces nouveaux appareils, une marque française, Deleo, avec la Cryolipolyse Cristal semble avoir tiré son épingle du jeu avec un appareil de qualité en passe de devenir leader du marché français. 3/ Ultrasons microfocalisés Les ultrasons microfocalisés en ciblant le muscle et la graisse du visage promettent un effet de lifting médical. Sans réellement concurrencer une chirurgie, il s’agit néanmoins d’une solution très demandée en pratique. Un dispositif coréen (UltraSkin Won Tech) a récemment fait son apparition et permet de remettre en tension l’ovale du visage et de traiter le double menton. 4/ Lasers Picosecondes Ils’agitdenouveauxlaserspermettantdefragmenterl’encredetatouageauseindestissusdemanièreplusefficaceetmoinsdangereuse que les lasers de détatouage classique. D’un coût important, cette technique n’est actuellement utilisée que dans un nombre limité de centres parisiens (CLIPP Paris) mais présagent une révolution dans le domaine du détatouage laser.
  11. 11. • JANVIER 201511 Dr Klaus HOFFMANN Dermatologue, ALLEMAGNE Lasers et dispositifs à base d’énergie - les nouvelles associations pour remodeler son corps : graisse, lasers et radiofréquence Langue d’écriture originale de l’abstract -> anglais Au cours des 12 derniers mois, la médecine esthétique a fait de grands progrès non seulement, avec l’arrivée de nouveaux lasers picoseconde, mais également avec celle de nouveaux traitements et dispositifs pour cibler la graisse. Récemment, nous avons pu observer l’important développement d’une nouvelle génération de lasers dit « Picoseconde ». Ces lasers sont des amplificateurs de lumière et la lumière qu’ils émettent est mille fois plus puissante que celle des lampes classiques. Les lasers utilisent la lumière comme une source d’énergie concentrée afin de pénétrer les tissus de la peau. Les anciennes générations de lasers fonctionnent par énergie thermique, par exemple, un laser à colorant pulsé vert peut cibler les rougeurs de la peau et détruire les (petits) vaisseaux sanguins. La nouvelle génération de lasers, émet des impulsions d’énergie beaucoup plus rapides et minimise ainsi l’effet thermique sur la peau. Les résultats les plus impressionnants sont observés sur le détatouage ou l’enlèvement de maquillage permanent. La durée de l’impulsion en picoseconde permet de briser l’encre du tatouage au plus profond du derme au lieu de « brûler » la peau. L’énergie de 360 Megawatts utilisée serait capable d’éclairer tout Paris et équivaut à l’énergie d’une centrale nucléaire. Cette énergie, émise pour une durée d’impulsion précise (entre 350-750 picosecondes) nécessite un contrôle rigoureux. Le principal acteur du marché est Cynosure qui a développé ce type de lasers il y a deux ans avec le Picosure®. Plus récemment, d’autres lasers sont entrés sur le marché: Enlighten®, de Cutera ou Picowave® de Syneron. Lestechniquesvisantàréduireletissuadipeuxsedéveloppentégalement,bienqueledébatparmilesexpertsexisteencore:unappareil à base d’énergie sous forme de « plaques » générant de la chaleur, parviendrait-il à pénétrer le tissu adipeux ? Plusieurs appareils transmettant de l’énergie dans le tissu adipeux ont été développés (équivalente à celle d’un micro-onde). Avec de telles machines, il est possible de générer de la chaleur de façon homogène à travers le tissu adipeux avec une température maximale de 42° C (au-delà, les cellules déclenchent leur autodestruction : l’apoptose. Ceci peut prendre de quelques minutes à une heure). Une nouvelle machine de la société BTL à été développée, utilisant la même technique : « Venquisch® ». Très répandue à l’étranger, elle est encore méconnue en Europe. Il ne faut cependant pas oublier les techniques utilisant le froid. Tout comme des températures élevées peuvent entraîner la mort des cellules graisseuses, le froid peut aussi entraîner les mêmes résultats. Au cours de ces 2 dernières années, la compagnie Zeltiq® a connu un grand succès avec leur appareil « Coolsculpting® ». En quelques mois le cours de l’action de la société a grimpé et les a propulsé leader de ce marché aux États-Unis. La société a pu démontrer que plusieurs traitements sur une courte durée (semaines) avaient un effet remarquable sur le tissu adipeux. Les résultats obtenus étaient semblables à ceux observés après une liposuccion. Tout comme la chaleur, le froid peut entrainer une destruction des cellules et une diminution de celles ci les semaines qui suivent. Non invasives et ne nécessitant aucune intervention chirurgicale, les techniques utilisant la chaleur et le froid sont une réelle alternative à la liposuccion pour la fonte des graisses. Pour toutes ces méthodes citées, de nombreuses preuves et documents scientifiques existent. Toutes les machines ont reçu la certification dans le cadre de la réglementation FDA aux états-Unis, beaucoup plus difficile à obtenir que la certification « CE ». Par ailleurs, de nouveaux développements se feront également très certainement sur la région du cou. Pour cette zone, un nouvel applicateur avec la technique « coolsculpting » a été développé ainsi qu’un nouveau médicament qui sera admis aux Etats-Unis cette année (certification FDA attendue pour mai 2015). Ce médicament nommé ATX-101 de chez Kythera, sera bientôt disponible sur le marché européen (lancement prévu aux Etats-Unis en 2015, arrivée en Europe plus tard : licences en cours). Cette version synthétique de l’acide désoxycholique agit directement sur les cellules adipeuses pour les décomposer. Le cou est une zoneparticulièrementpropiceàcetraitement(pourgommerledoublementon).Malheureusementladistributionillégaleoudeproduits non licenciés est de plus en plus forte en Europe. Ces produits entrent sur le marché sans autorisation et sans aucun appui scientifique. Aucune autre institution européenne ne possède un médicament semblable au ATX 101. Les docteurs tout comme les patients doivent être vigilants quant aux produits qui circulent sur le marché et qui ne sont pas certifiés. abstractS 1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l 2LASERS
  12. 12. • JANVIER 201512 2LASERS abstractS 1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l Revenons sur la lipolyse laser, car il existe des lasers capables de transmettre de l’énergie dans le tissu graisseux par le biais d’une fibre de verre. Auparavant, la température atteinte par les lasers ne pouvait être mesurée et certains patients souffraient de brûlures. Désormais, grâce à des appareils tels que Cellulaze® (Cynosure) qui indiquent la température exacte, ces effets indésirables tels que les brûlures ont été supprimés. Nous constatons que tous les tissus se contractent lorsqu’ils sont exposés à la chaleur - contraction du collagène et des fibroblastes. La radiofréquence et les lasers (ex. C02) ont un effet tenseur sur le relâchement cutané. Les lipolasers permettent d’agir de manière localisée et en profondeur sur les amas graisseux. Une action ciblée sur le tissu adipeux est donc possible car les canules en fibre de verre ont un diamètre de 600 -800 µm contrairement aux canules utilisées lors d’une liposuccion nécessitant un certain diamètre pour absorber les graisses. Cette technique plus « fine » laisse la peau plus lisse et la chaleur diffusée à travers la peau renforce les cellules. Il est probable que ces machines soient utilisées avec des techniques de liposuccion sur le relâchement cutané du ventre et des bras. La liposuccion sera effectuée très certainement en parallèle d’interventions avec des lipolasers afin de garantir de meilleurs résultats. Ces dispositifs à base d’énergie permettront aussi de traiter les problèmes de transpiration excessive !
  13. 13. • JANVIER 201513 abstractS 1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l Dr Hugues CARTIER Dr Bernard ROSSI Dermatologue, FRANCE Dermatologue, FRANCE La cryolipolyse : panorama des intervenants européens, américains et asiatiques. Langue d’écriture originale de l’abstract -> français L’adipocytolyse par le froid avec compression/aspiration est en passe de devenir un classique de la prise en charge des excès graisseux cutanés. Si l’observation clinique de la fonte graisseuse est bien connue depuis les amazones, l’idée de mettre au point un dispositif revient à l’équipe du Professeur Rox Anderson de l’université de Harvard. Le dispositif princeps est proposé par la société Zeltiq qui fait référence tant sur le plan des résultats cliniques que sur le plan de la méthodologie scientifique. Quand l’idée est bonne, elle fait souvent l’objet de plagiat ce qui a induit de nombreux litiges entre cet industrieletdenouveauxconcurrents.Néanmoinsendehorsdeceuxquiplagientledispositifprinceps,onnotelaprésencedenouveaux dispositifs européens et coréens qui marquent leurs différences notamment par des appareils multibras pour traiter plusieurs zones en même temps, des procédés à double système de froid pour une meilleure maîtrise de la courbe et de la stabilisation de la réfrigération, des systèmes aspiratifs et compressifs de tailles variables sous forme de pince classique comme un gaufrier mais aussi sous forme de dôme pour une meilleure homogénéisation du froid, des systèmes de sécurité, des algorythmes décisionnels pour des réglages encore plus précis pour optimiser les résultats. La place de l’adipocryocytolyse est indéniable dans les propositions thérapeutiques, elle doit néanmoins rester dans le domaine médical pour des raisons de sécurité mais aussi pour déterminer des bonnes indications. Car les effets secondaires de type ecchymoses, brûlures, panniculite au froid, aggravation de la cellulopathie, dépression en vague, ne sont pas si rares. La cryolipolyse est une marque déposée de la société Zeltiq qui a mis au point le premier dispositif. à ce jour, il fait référence mais de nouveaux appareils voient le jour pour un résultat tout aussi probant pour un coût d’usage moindre et un paramétrage à la carte. Autre auteur : Hans Laubach 2LASERS
  14. 14. • JANVIER 201514 3vULVO-VAGINAL abstractS 1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l Dr Bernard MOLE Chirurgien plasticien, FRANCE Rajeunissement vulvovaginal - les dernières procédures & techniques pratiquées. Langue d’écriture originale de l’abstract -> français La restauration génitale est un concept relativement récent en France mais qui s’est imposé très rapidement ces dernières années. L’IMCAS consacre cette année une journée entière à ce nouveau chapitre en réunissant des orateurs venus du monde entier dans des domaines qui sont pour le moment souvent assez mal connus des praticiens français. Il nous a paru important de rester des réparateurs car s’aventurer sur le terrain de « l’esthétique génitale » pure nous semble à la fois extrêmement réducteur et source de malentendus. Dans une région anatomique hautement symbolique et source de beaucoup de fantasmes, mettre en avant des « normes esthétiques » ne relève pas de notre mission. En revanche rassurer, conseiller et traiter doit entrer dans le domaine de compétence de tous les praticiens amenés à s’occuper de problèmes génitaux chez la femme et en premier lieu gynécologues, dermatologues, chirurgiens plasticiens, urologues etc. C’est pourquoi nous avons fondé, il y a un an, le GRIRG (Groupe de Recherche et Innovation en Restauration Génitale) qui a pour vocation de réunir le maximum de compétences afin de fournir à ses membres une plate-forme d’informations et de formations. Il est également prévu d’ouvrir le site au grand public prochainement: www.grirg.org Nous disposons actuellement d’un certain nombre de thérapeutiques qui ouvrent des solutions nouvelles à des problèmes jusque-là soit négligés, soit ignorés, soit occultés souvent par difficulté d’expression ou manque d’écoute. La mise sur le marché d’un acide hyaluronique spécifiquement destiné à la région génitale (Desirial) est une petite révolution en soi : il existe sous deux formes, l’une davantage dédiée aux problèmes de structure, l’autre dans le but de traiter les sécheresses vaginales. De nombreuses femmes en France souffrent de cette pathologie spontanément, soit à la suite d’un traitement pour cancers hormono dépendants pour lesquels la prise d’une hormone est contre-indiquée. Nous ne reviendrons pas sur son utilisation dans l’amplification du point G, déjà très répandue. Lelipofillingpeutentrerencompétitionavecl’acidehyaluroniquepourtouteslesrestaurationsstructurelles:atrophievulvaire,manque de tonicité, cicatrices douloureuses etc. C’est également un geste qui peut soulager les patientes atteintes de séquelles d’irradiation du périnée à la suite d’un cancer régional. Il peut également améliorer de façon étonnante les incontinences urinaires d’efforts en dehors de tout prolapsus important. La chirurgie garde toute sa place dans la restauration des clitoris enfouis spontanément ou après excision ; elle est irremplaçable dans l’hypertrophie labiale, intervention de plus en plus souvent pratiquée mais dont l’indication doit être strictement réservée à des cas d’hypertrophie véritable. On sera notamment vigilant chez l’adolescente fragile ne présentant pas de déformation réelle mais cherchant une chirurgie normative. Dans le rétablissement du tonus vaginal, la chirurgie est aujourd’hui très concurrencée par des procédés non chirurgicaux : ceux-ci utilisent une source de chaleur soit par laser(CO2 ou Erbium), soit par radiofréquence, grâce à la création de pièces à main spécialement adaptées à cette anatomie, rendant le procédé très peu inconfortable. On peut compter sur un résultat se prolongeant au moins six mois. Certains praticiens parviennent même à corriger des prolapsus moyens ou modérés avec ses procédés grâce à la rétraction musculo muqueuse entraînée. De toute évidence, grâce à ces nouvelles réponses, nous sommes au début d’une approche dynamique et concrète de la prise en charge de cette région anatomique dans des conditions de confort et d’efficacité de plus en plus performantes.
  15. 15. • JANVIER 201515 abstractS 1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l Dr Red ALINSOD Chirurgien, éTATS-UNIS Zoom sur le ‘‘rajeunissement’’ vulvovaginal : les interventions non-chirurgicales en forte progression, pourquoi et pour qui ? Langue d’écriture originale de l’abstract -> anglais Introduction/objectif : le vieillissement, la perte de collagène et les naissances peuvent entrainer un relâchement vulvo-vaginal et une sècheresse externe ainsi qu’interne. Une perte de satisfaction sexuelle et d’estime de soi sont deux résultats que l’on peut observer lorsqu’une femme a une ouverture vaginale et un canal vaginal trop grands. La descente d’organes, l’étirement et l’affaiblissement des nerfs sont des entraves connues à la satisfaction sexuelle. Nous avons fait une étude pilote afin de traiter tous les tissus vulvo-vaginaux (lèvres externes, orifice vaginal et canal vaginal) grâce à la radiofréquence contrôlée par la température. Matériels et méthodes : étude prospective, non aléatoire de 15 femmes ayant eu des enfants, actives sexuellement et âgées de 21 à 65 ans. Utilisation de RF contrôlée par la température (Thermo RF) appliquée sur les petites et grandes lèvres externes, le périnée, l’ouverture du vagin, les zones autour du clitoris et sur toute la longueur du vagin. Les participants ont reçu 20 à 30 minutes de traitement une fois par mois pendant trois mois (3 séances par femme). Un seul médecin a effectué les 45 traitements. Les instruments utilisés pour mesurer sont le « FSFI » (Female Sexual Function Index), « VLQ » (Vaginal Laxity Questionnaire), « SSQ » (Sexual Satisfaction Questionnaire), « GRA » (Global Response Assessment), « SQ » (Satisfaction Questionnaire), et «Adverse Reporting Questionnaire». Pendant et après l’administration du traitement, les patients ont du dire quel était leur niveau de douleur sur une échelle de 10, « 0 » étant pas de douleur ressentie et « 10 » étant la pire douleur possible ressentie. Le FSFI est un index de 19 étapes validé et reconnu. Le VLQ est un questionnaire de 7 niveaux utilisé afin d’évaluer le niveau de resserrement / relâchement vaginal (très relâché, modérément relâché, un peu relâché, ni relâché ni serré, un peu serré, modérément serré,trèsserré).Deplus,leSSQ,àéchellede6niveaux,permetd’obtenirdesinformationssurleniveaudesatisfactionsexuellependant les rapports. Le GRA, à échelle de 7, est utilisé pour avoir une réponse à la question « Comment allez vous maintenant (vagin relâché/ serré et satisfaction sexuelle) après le traitement ? Les participantes devront également remplir un questionnaire de satisfaction. Résultats : Pour les 15 patientes, le relâchement de la vulve et du vagin ont été considérablement réduits dès le premier traitement puis ont continué de s’améliorer après le 3ème traitement. Toutes ont ressenti que l’entrée du vagin et le canal vaginal ont été resserrés. Une patiente a vu une amélioration qu’à partir de son deuxième traitement. Toutes ont noté avoir des grandes lèvres plus charnues, plus fermes avec une peau plus douce, moins de relâchement et une apparence plus attrayante. Les patientes en ménopause ont constaté une augmentation de leur humidité vaginale et moins d’irritation vulvaire. Six patientes incontinentes avant la procédure ont remarqué une diminution des fuites urinaires. Six patientes ayant du mal à atteindre l’orgasme ont constaté une amélioration (plus facile à atteindre et en moins de temps). 10 des 15 patientes ont déclaré avoir des contractions musculaires plus fortes et coordonnées lors des exercices de Kegel. Dans tous les cas, la patiente a indiqué une augmentation dans le VLQ et SSQ d’au moins 3 points (VLQ de très relâché à très serré, SSQ de mauvais à très bon). L’évaluation globale a montré que toutes les patientes étaient entièrement d’accord avec le fait qu’elles recommanderaient la procédure à une amie ou un membre de leur famille et qu’elles étaient très satisfaites avec la série de traitements. Il n’y a eu aucune cloque, brûlure ou complication pendant l’étude. Il n’y a pas eu d’effets indésirables. Il y a eu très peu de pics de température provoquant une gêne passagère et toutes les patientes disent avoir été à l’aise lors des traitements. Aucune ne s’est plainte de pertes vaginales ou de douleurs post traitement. Il n’y a eu aucun temps d’arrêt pendant la procédure et l’activité sexuelle était conseillée. 3vULVO-VAGINAL
  16. 16. • JANVIER 201516 4RHINOPLASTIE Dr Olivier GERBAULT Chirurgien Plasticien, FRANCE La rhinosculpture ultrasonique : une véritable révolution en rhinoplastie. Langue d’écriture originale de l’abstract -> français La majorité des demandes en rhinoplastie concerne des nez trop forts, trop larges, avec une bosse à corriger. Depuis l’origine de la rhinoplastie, il y a plus de 100 ans, les chirurgiens sont amenés à casser les os du nez à l’aveugle pour corriger ces problèmes, avec des instruments qui datent des débuts de la rhinoplastie, même s’ils ont été quelque peu « affinés » depuis. Cela aboutit parfois à des fractures non voulues, des irrégularités ou enfoncements osseux, des aspects pincés du nez, sans compter d’éventuelles répercussions néfastes sur la respiration. Confronté à ces problèmes fréquents en rhinoplastie, le Dr Olivier Gerbault a collaboré avec de grands fabricants d’équipements médicaux pour mettre au point de nouveaux instruments miniaturisés spécifiquement conçus pour la rhinoplastie. Ces outils sont actionnés par un moteur ultrasonique (piézoélectrique) qui leur fait effectuer des micro-mouvements de va-et-vient très rapides et précis, afin de râper, couper, ou bien désépaissir l’os. Ces instruments ultrasoniques sont beaucoup moins traumatisants que les instruments classiques, car ils n’abîment pas les tissus fragiles autour des os du nez (peau, muqueuse, cartilages, vaisseaux sanguins). Ainsi, les patients n’ont plus de bleus et peuvent reprendre leur travail une semaine après l’intervention. Des résultats plus fiables et plus naturels. Ces instruments sont atraumatiques (ils n’endommagent pas les tissus adjacents) ainsi, il est désormais possible pour le chirurgien de travailler sur la pyramide nasale osseuse, qui était considérée inaccessible jusqu’à présent. La technique de rhinosculpture par ultrasons mise au point par le Dr Olivier Gerbault, permet de travailler de façon extrêmement précise sous contrôle de la vue, et non plus à l’aveugle comme dans une rhinoplastie traditionnelle. Dans la majorité des cas, il n’est plus nécessaire de casser les os du nez : il suffit de les désépaissir ou de les « resculpter ». Cela rend, de fait, l’opération moins traumatisante pour le patient. Cette technique permet, en outre, un remodelage osseux adapté à la correction d’asymétries du nez. Elle est également très utile chez les patients plus matures, dont les os sont plus fragiles et cassants. Des suites opératoires plus légères. Plus de 150 patients ont bénéficié à ce jour de cette technique, et les résultats ont été spectaculaires : les défauts osseux qui pouvaient s’observer auparavant ont presque entièrement disparu, et les opérés reprennent une vie sociale normale dès le retrait de leur attelle, 5 à 6 jours après l’opération. Cette technique augmente un peu le temps opératoire, notamment parce qu’elle permet au chirurgien de pratiquer des ajustements plus minutieux et précis des os du nez. En résumé, la rhinosculpture ultrasonique permet un remodelage sur mesure des os du nez. Il s’agit d’une réelle rupture technologique, car il est désormais possible de resculpter très précisément les os du nez sans avoir à les casser, avec des suites plus légères et un retour précoce à la vie active. Une innovation récompensée en 2014. Le Dr Olivier Gerbault a été primé en 2014 par la société américaine de rhinoplastie qui lui a décerné le prix de la meilleure innovation. Quelques-uns des meilleurs chirurgiens mondiaux en rhinoplastie commencent à utiliser cette technique depuis plusieurs mois. Ils constatent les mêmes avantages sans que cela n’occasionne de complications spécifiques. Les instruments ultrasoniques utilisés actuellement sont encore au stade de prototypes. Ils seront commercialisés prochainement. Pour les chirurgiens, la rhinosculpture ultrasonique n’aura pas d’incidence sur le coût global de l’opération. En revanche, cette technique rend l’intervention plus simple, plus contrôlable et plus prévisible pour le praticien. abstractS 1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l
  17. 17. • JANVIER 201517 abstractS 1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l 5remodelage du corps Dr Gilbert ZAKINE Chirurgien Plasticien, FRANCE Resculpter son corps-les nouvelles indications et le futur de l’injection de graisse. Jusqu’où peut-on aller ? Seins, fesses, mollets. Langue d’écriture originale de l’abstract -> français La réinjection de graisse (ou lipofilling) est une technique qui connait un développement récent important. La technique consiste à prélever de la graisse au bloc opératoire, le plus souvent sous anesthésie générale, de la purifier et de la réinjecter durant la même intervention. Le prélèvement se fait par lipoaspiration dans les zones où la graisse sous cutanée est en excès. La purification peut se faire par décantation, filtration ou centrifugation en fonction de la zone à traiter et de la quantité de graisse utilisée. Les nouvelles indications esthétiques sont les seins, les fesses et les mollets. La réinjection de graisse se fait par plusieurs orifices à l’aide de canules de 3 mm de diamètre maximum, ce qui laisse des cicatrices très discrètes voire invisibles. Elle doit être effectuée dans plusieurs plans pour permettre une meilleure tenue de la graisse. La graisse qui ne se résorbe pas et persiste permet de traiter de façon définitive un creux ou un manque de volume. De plus, grâce à la présence de cellules souches adipocytaires, la qualité du tissu et la trophicité cutanée sont améliorées. Bien entendu, la graisse réinjectée est « autologue » c’est-à-dire que la patiente reçoit sa propre graisse. L’injection de graisse dans les seins peut se faire de façon combinée avec la mise en place d’un implant ou de façon isolée sans implant. Le résultat obtenu est très naturel et va évoluer avec les prises ou pertes de poids de la patiente. Latechniqueestlimitéeparl’augmentationdevolumedésiréeetsurtoutparlaquantitédegraisseprésentechezlapatiente.Uncontrôle mammographie avant et après le lipofilling ainsi qu’une surveillance est nécessaire. L’augmentation de volume des fesses par lipofilling est une technique en plein essor, qui permet de remplacer avantageusement les implants fessiers et en même temps de modifier totalement l’aspect de la zone fessière. La lipoaspiration retire de la graisse là où il y en a trop (culotte de cheval, hanches, flancs, dos et région sacrée) et le lipofilling permet d’en rajouter là où il n’y en a pas assez (partie haute et moyenne des fesses et zone sous les hanches). Le lipofilling des mollets, s’il n’est pas aussi efficace que les implants de mollets (implants spécifiques de forme allongée), permet une augmentation naturelle, rapide, indolore, et qui peut être combinée avec une augmentation fessière par graisse. Demain, il est probable que la réinjection de graisse soit utilisée de façon plus fréquente pour rajeunir le visage ou pour augmenter des volumes ; le lipofilling des seins, des fesses et des mollets se développant encore. Un autre intérêt du lipofilling est d’utiliser des cellules souches dites « adipocytaires » qui permettent d’apporter des facteurs de croissance en particulier angiogéniques (revascularisants) aux tissus. Des études cliniques sur des tissus aussi divers que de l’os, le cartilage, le myocarde (cœur), les muqueuses, le tissu sous cutané ou la peau, ont montré que l’apport de cellules souches graisseuses pouvait améliorer la vascularisation (l’irrigation) et la qualité des tissus, ou aider à la réparation d’un tissu lésé (cicatrisation). Nous ne sommes probablement qu’au début de l’étude de cette cellule étonnante et simple à prélever (par lipoaspiration) qu’est la cellule graisseuse.
  18. 18. • JANVIER 201518 6TRAITEMENTS POUR LES HOMMES Dr Alfredo HOYOS ARIZA Chirurgien plasticien, COLOMBIE L’esthétique se conjugue aussi au masculin, le remodelage 4D. Langue d’écriture originale de l’abstract -> anglais Contexte : depuis l’apparition de nouvelles techniques de remodelage pour sculpter et muscler le corps, le nombre de consultations des hommes n’a cessé de croître. Il y a 11 ans, le Dr Alfredo Hoyos a créé et définit une toute nouvelle procédure de Liposuccion Haute Définition. Depuis, de nombreuses améliorations ont suivi mais ce n’est qu’en 2011, qu’est née la Liposculpture 4D décrite par l’auteur. Méthodes/Technique : la Liposculpture 4D se base sur la « dynamique » des muscles et leur apparence après une intervention chirurgicale. Une liposuccion ciblée permet de redéfinir l’ensemble des contours de manière harmonieuse et de faire apparaître un relief musculaire plus important. Lors du premier développement de la Liposculpture 4D, ses indications étaient limitées à certains candidats. Aujourd’hui, cette méthode a évolué et peut être utilisée pour le modelage d’autres zones (cou, jambes, mollets, bras) et lors d’une adbominoplastie lorsque les patients souffrent d’obésité morbide ou pour des patients (ayant connus une importante perte de poids) suite à une chirurgie bariatrique. La zone pectorale, zone érogène, nécessite une attention toute particulière avec un remodelage très précis des contours et des muscles. L’intervention doit être complétée par un traitement de la gynécomastie afin d’éviter une apparence trop féminine. Résultats : un taux de satisfaction élévé chez les patients. L’élimination sélective de la graisse dans différentes zones du corps donne une apparence naturelle, musclée et tonique. Les précautions post-opératoires et la liposuccion à ultrasons ont permis de diminuer les cas de contusion, de gonflement prolongé et de séromes liés à la chirurgie. Conclusion : la nouvelle Liposculture 4D pour les hommes donne d’excellents résultats et redessine les muscles abdominaux, fessiers, jambiers, les bras et le torse. Une silhouette « d ‘athlète » est obtenue grâce à ce procédé qui agit à la fois en profondeur et sur l’ensemble des groupes musculaires. abstractS 1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l
  19. 19. • JANVIER 201519 7LIPOFILLING, CELLULES SOUCHES ET Médecine régénérative abstractS 1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l Dr Guy MAGALON Dr Jérémy MAGALON Chirurgien Plasticien, FRANCE Pharmacologue , FRANCE Cellules souches et médecine régénérative : évolution vers un contrôle qualité. Langue d’écriture originale de l’abstract -> français La France a toujours été pionnière dans le domaine de la thérapie cellulaire, discipline qui consiste à traiter, atténuer ou prévenir une maladie par l’injection de cellules. Georges Mathé en 1958 réalisa des greffes de moelle osseuse pour restaurer l’hématopoïèse de cinq physiciens yougoslaves très lourdement irradiés en travaillant près d’un réacteur nucléaire à Vinca. En 1989, Eliane Gluckman réalisa la première greffe de sang de cordon. Le développement de dispositifs médicaux en système fermé par les laboratoires pharmaceutiques a facilité la démocratisation de la thérapie cellulaire en chirurgie plastique et en médecine régénérative. Deux produits y sont particulièrement populaires : • le plasma riche en plaquettes (PRP) obtenu par simple centrifugation d’un prélèvement sanguin. Le produit obtenu est un concentré de plaquettes qui sont dépourvues de noyau mais constituant un réservoir de facteurs de croissance intervenant dans la cicatrisation, favorisant la production de collagène ou le recrutement endogène de cellules souches. • la Fraction Vasculaire Stromale du tissu adipeux, contient différents types de cellules, dont des cellules souches multipotentes aux capacités de régénération tissulaire et capables de se multiplier, se différencier ou d’être mises en culture pour être obtenues en grande quantité. • Il s’agit de préparations autologues, c’est-à-dire que le produit obtenu sera utilisé pour le patient chez qui a été effectué le prélèvement de tissu adipeux ou la prise de sang. Ce sont donc vos cellules qui serviront à vous soigner ou vous rajeunir. Cependant, ces cellules médicaments sont contenues en quantité différente dans chacun d’entre nous. Et comme pour chaque médicament, il est nécessaire de trouver la dose et le protocole efficace dans chaque indication. Seules les collaborations entre cliniciens, scientifiques et industriels à travers la réalisation de protocoles multi centriques, si possible randomisés, permettront de valider ces nouvelles thérapeutiques. De même, l’utilisation de ces thérapeutiques en médecine de ville doit s’astreindre à un contrôle de qualité du produit injecté. Concernant les injections de PRP, des automates miniatures sont déjà disponibles pour contrôler la quantité de plaquettes injectées et commencent à être utilisées. La caractérisation complète de la Fraction Vasculaire Stromale n’est pour l’heure possible qu’au sein de laboratoire de thérapie cellulaire hospitalier. Le défi des industriels est désormais de fournir des éléments permettant de contrôler la quantité de cellules injectées au patient qui repartira avec un compte rendu précis. Dr Ali MOJALLAL Chirurgien plasticien, FRANCE Lipofilling - aujourd’hui c’est déjà demain. Rajeunir et se soigner avec ses propres cellules. Langue d’écriture originale de l’abstract -> français Le tissu adipeux, longtemps méprisé représente la plus grande source de cellules souches mésenchymateuses de l’organisme. Cescellulescapablesdesemultiplieretdesedifférencierendifférenteslignéesmésenchymateuses,sécrètentégalementdeshormones de la voie métabolique et vasculaire. Depuis plus d’une décennie, la greffe de cellules adipeuses est devenue une technique courante de comblement en chirurgie esthétique. Depuis que l’extraction des cellules souches du tissu adipeux est devenue une procédure maîtrisée, les applications de celles-ci se multiplient dans tous les domaines de la médecine régénérative. Noustravaillonsenrecherchefondamentaleetcliniquesurleseffetsdescellulessouchesgraisseusessurlapeau.Ceseffetsconcernent les voies de cicatrisation, mais aussi la redensification du derme et le rajeunissement cutané.
  20. 20. • JANVIER 201520 abstractS 1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l 8COSMéceutiques M. Dominique DU CREST Industrie, FRANCE Cosmétique instrumentale : dynamique & tendances. Langue d’écriture originale de l’abstract -> anglais L’objectif de cette présentation est de faire un tour d’horizon du marché des «Home Skin Care Devices” (dispositifs esthétiques à usage domestique) en Europe, aux états-Unis et en Asie, de déterminer les appareils utilisés à des fins esthétiques et ceux liés au traitement de la peau et enfin d’évaluer la réaction des médecins face à ces nouveaux appareils. Cette étude a été effectuée par le biais de recherches de mots clés sur PubMed, Google Chrome, Chrome Scholar et Slide Share et via plusieurs blogs et sites internet. Nous avons eu accès au rapport 2013 du cabinet de consulting & recherche Kline et avons effectué plus de 30 interviews entre juin 2013 et juin 2014 avec des dermatologues, des chirurgiens plasticiens et des infirmiers de 3 continents et 10 pays différents. Alors que les consommateurs sont toujours à l’affût des appareils électriques utilisés pour éliminer l’acné, les traitements anti-âge, le nettoyage, l’épilation etc. , les médecins esthétiques sont témoins de l’émergence de nouveaux appareils de haute technologie au service de l’esthétique. En parallèle, les dermatologues voient l’apparition de nouveaux dispositifs thérapeutiques (pour l’acné en 2011 et la psoriasis en 2014). Les moteurs de croissance de ce marché sont les multinationales, la disponibilité de ces produits sur le marché, le soutien grandissant des médecins et de meilleures preuves scientifiques. La tendance de ces nouveaux appareils à usage domestique basés sur la pratique professionnelle va croître et voir le nombre de consommateurs rapidement augmenter s’ils sont prouvés rentables, ne nuisent pas à la santé et sont efficaces sur le long terme. Toutes les entreprises de cosmétiques et d’appareils domestiques et professionnels cherchent à pénétrer ce marché. L’intervention d’un spécialisteavecunappareilàusagedomestiquepourunepratiquedesoinsréguliersseraencouragéecarlesdeuxsontcomplémentaires. Certains grands médecins voient ces nouveaux appareils comme une opportunité de développer leur activité. Il est primordial que cette nouvelle tendance soit encadrée par une réglementation et une recherche scientifique poussée afin de prouver scientifiquement leurs effets sur la santé et leur efficacité. A l’avenir, le « quantified self » (mouvement permettant de contrôler sa santé par la biais d’outils et d’application) sera intégré dans tous les appareils à usage domestique afin d’assurer un meilleur suivi, une meilleure prise en charge et une qualité de soin optimale. Dr Hertsel ADHOUTE Chercheur, FRANCE Cosméceutiques - les dernières avancées. Langue d’écriture originale de l’abstract -> anglais • Ingrédients actifs (peptides, vitamines, plantes, produits marins) • Excipients (ingrédients inactifs, parfums, véhicules) (nanoémulsions, nanosphères, etc.) • Méthode d’évaluation de sécurité et d’efficacité. • Aspects juridiques et réglementaires.
  21. 21. • JANVIER 201521 Dr Leslie BAUMANN Dermatologue, éTATS-UNIS Cosméceutiques : progrés et nouveautés en matière de soins. Langue d’écriture originale de l’abstract -> anglais Quoi de neuf dans le monde des cosméceutiques ? Auxétats-Unis,lesmédecinscommencentàutiliserunnouveauprocédépourdéterminerfacilementleBaumannSkinType®dupatient et prescrire un soin spécifique adapté à son type de peau. Bien que la plupart des consommateurs achètent leurs soins sur internet, dans des pharmacies ou magasins spécialisés, les dermatologues restent les mieux formés pour donner un avis médical sur les traitements de soins cutanés. La science des cosméceutiques est de plus en plus pointue et les médecins ont l’expertise pour interpréter les arguments marketing et faire la part des choses entre fiction et réalité. Il faut cependant du temps pour bien diagnostiquer le type de peau d’un patient et mettre au point un traitement efficace et adapté. Les médecins américains utilisent un nouveau système de diagnostic qui leur permettent d’accéder à des marques et des produits exclusifs. Les patients ne peuvent acheter les produits ni chez leur médecin ni en ligne avant d’avoir effectué le diagnostic de la peau « Skin Type Solutions System » pour lequel les médecins certifiés et les collaborateurs suivent une formation. Des études ont démontré que le diagnostic « Skin Type Solutions » produit de meilleurs résultats chez les patients et réduit le nombre de retours de produits tout en augmentant les ventes. La certification STS garantit que tous les produits sont formulés et manufacturés selon un processus strict et ne sont pas des « copies » (la contrefaçon et les produits de soins périmés sont un phénomène de plus en plus répandu aux états-Unis). La franchise pour le diagnostic STS n’est encore disponible qu’aux états-Unis mais son développement dans plusieurs pays est actuellement en cours. abstractS 1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l 8COSMéceutiques
  22. 22. • JANVIER 201522 abstractS 1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l 9innovations TECHNOLOGIQUES Dr Yakup AVSAR Chirurgien Plasticien, TURQUIE Les innovations technologiques de demain - impression 3d, robotiques et Google Glass. Que vont-elles modifier dans nos comportements et gestes beauté ? Langue d’écriture originale de l’abstract -> anglais L’impression 3D, la robotique et Google Glass sont les innovations technologiques révolutionnaires de demain. Comment vont-elles modifier le présent et l’avenir de la profession? Ceci est une question que nous pouvons tous nous poser. En tant que médecins, nous sommes les utilisateurs finaux de ces nouvelles technologies. Au cours de ces dernières années, l’impression 3D a pris de l’essor dans le domaine de la technologie et désormais plusieurs techniques d’impression 3D existent et de nouvelles sont inventées chaque jour. Initialement utilisée pour créer des prototypes dans des secteurs technologiques variés, l’impression 3D se déploie aujourd’hui dans la production de masse pour réaliser des objets complexes. En tant que médecins, nous pouvons nous servir de ces imprimantes de nombreuses façons, notamment pour créer de nouveaux instruments, réaliser des implants et employer des « bio-imprimantes» pour produire des fragments tissulaires voire des organes... Modeler et simuler « l’avant » et « l’après », nous l’avons intégré à nos activités quotidiennes. Ces procédés d’impression requièrent un logiciel de Conception Assistée par Ordinateur (CAO), une imprimante 3D spécifique et un logiciel de modélisation tel que CAD. Nous pouvons concevoir de nouveaux équipements robotisés pour nous assister lors d’opérations tels que des pinces robotisées capables de tenir une vidéo à capacité endoscopique et qui pourraient servir lors d’opérations de microchirurgie, de rhinoplastie et pour les augmentations mammaires, fessiers et cuisses. Da Vinci est actuellement le leader en robotique pour la chirurgie des abdominaux et la chirurgie cardiothoracique. C’est un système macro-mécanique qui doit être très précis pour être utilisé lors de chirurgies plastiques. Google Glass est une autre technologie très intéressante pour les médecins car le contrôle vocal de cet outil permet une facilité d’action dans la salle opératoire ou s’il y a des urgences. Cette technologie sous forme de lunette est très utile pour communiquer à distance et accéder rapidement aux données, le tout sans l’utilisation de câbles et des mains. Dans le futur d’autres outils avec une technologie « mains libres » vont apparaître dans le quotidien des médecins.
  23. 23. • JANVIER 201523 Bureau de presse IMCAS : Patricia Bénitah Agence PB Communication pbcom@pbcommunication.fr 01 47 31 11 06 à l’IMCAS : Joanna ou Olympe press@imcas.com 01 40 73 82 82 ANALYSE, PERSPECTIVES ET TENDANCES DU MARCHé DE L’ESTHéTIQUE MéDICALE & CHIRURGICALE 2013-2019 La Tribune IMCAS 2015 collecte et analyse les données disponibles sur le marché de l’esthétique médicale et chirurgicale, fournies par (i) les Sociétés d’études de marché(MilléniumResearchGroup&MIINEWS),(ii)lesanalystesfinancierset(iii) les industriels présents à la Tribune 2015 : Allergan, Cynosure, Galderma, Lumenis, Merz Pharmaceuticals, Skinceuticals, Sinclair IS Pharma, Syneron Medical, Vivacy, Teoxane ainsi que les données de l’étude réalisée par l’ISAPS1 sur les différentes interventionspratiquéesen2013. LaTribuneIMCASadoncréaliséuneanalyseexhaustiveetuniquesurlesdifférents territoires (Europe, USA, Asie-Pacifique, Amérique Latine) entre 2013 et 2019, exprimée en Euros et US $, qui couvre les 4 principaux segments de marché: toxines botuliniques et produits de comblement, produits cosmétiques actifs, équipements de basse énergie, lasers et équipements destinés au remodelage corporel, et enfin prothèses mammaires implantables. BUREAU DE PRESSE B. ASCHER L. BRONES K. POPIST. CHIGNON à PROPOS DE L’IMCAS Premier congrès européen dédié aux chirurgiens plasticiens, aux dermatologues, et aux différents experts du monde de l’esthétique médicale et chirurgicale, l’IMCAS World Congress (du 29 janvier au 1er février 2015) est devenu en 17 ans l’un des plus importants rendez-vous mondiaux de la profession. Cette manifestation reçoit chaque année, plus de 5 000 participants provenant de 84 pays différents. Cetéchangeentrelespluséminentsspécialistesinternationauxfaitdel’IMCASlaréférencedel’excellenceenmatièredeformationetd’information. Sesprincipauxobjectifssontlamiseenavantdesstandardslesplusélevésdanslestraitements,laformationetlarechercheenchirurgieplastiqueet dermatologie cosmétique, ainsi que dans les disciplines associées (chirurgie maxillo-faciale, médecine esthétique et anti-âge etc.). L’IMCAS s’exporte depuis 7 ans, à international, avec trois autres congrès par an : IMCAS ASIA (Bali, Taiwan), IMCAS CHINA (Shanghai) et IMCAS INDIA (Goa). PARTIE 1 •LES FAITS ET LES CHIFFRES CLES DU MARCHE DE L’ESTHETIQUE MEDICALE & CHIRURGICALE PARTIE 2 •LE SECTEUR INDUSTRIEL PARTIE 3 • LES NOUVEAUX AXES DE DEVELOPPEMENT ET TENDANCES DE LA PROFESSION PARTIE 4 • INTERVENTIONS CHIRURGICALES ET PROCEDURES NON INVASIVES SOMMAIRE C O M M U N I Q U é D E P R E S S E é C O T R I B U N E 2 0 1 5
  24. 24. • JANVIER 201524 En 2014, le marché asiatique a dépassé le marché européen, reflétant ainsi le dynamisme annoncé par l’IMCAS et soutenu par les nombreux congrès IMCAS en Asie. Cette évaluation révèle les faits marquants suivants : Le marché mondial B2B est évalué à 5,7 milliards d’Euros en 2014, soit +14,3% comparé à 2013. En hausse par rapport à notre estimation de l’an dernier, du fait de la réévaluation du marché chinois. Le taux de croissance 2015 est estimé à +8,4% pour un marché mondial devant atteindre 6,2 milliards d’Euros (7,7 milliards US$), marquant un dynamisme toujours solide de ce secteur dans un contexte économique encore difficile de certaines zones géographiques. Les chiffres confirment : •Une Europe qui a été affectée par la crise, particulièrement l’Europe du Sud mais dont le marché est relancé (environ 6%/an tous segments confondus) •Une situation plus favorable aux USA (environ 7%/an de croissance) •L’Amérique latine, avec une croissance moyenne de près de 8%, reste affectée par le ralentissement et les événements au Brésil •La zone Asie-Pacifique qui tire toujours la croissance globale avec un taux à plus de 13%/an •Le marché Européen est évalué à 1,2 Mds€ en 2015 pour atteindre 1,6 Mds€ en 2019. L’Asie connaitra la plus forte croissance jusqu’en 2019, passant de 1,4 Mds€ en 2015 pour atteindre 2,4 Mds€ en 2019 avec une croissance moyenne annuelle de 13,2%. PARTIE 1 • LES FAITS ET LES CHIFFRES CLéS DU MARCHé DE L’ESTHéTIQUE MéDICALE & CHIRURGICALE Le marché des USA en 2019 représentera toujoursprèsdelamoitiédumarchémondial (44%), suivi de l’Asie (28%) puis de l’Europe (18%) et de l’Amérique Latine (10%). Les données 2014 ont été réévaluées suite à une étude menée en Asie, notamment en Chine par MRG. De cette analyse il ressort que le marché des fillers était assez largement sous estimé et il a donc été revu à la hausse; ce qui explique notre ajustement en 2014.
  25. 25. • JANVIER 201525 Check the 2015 exhibitor list AT www.imcas.com PARTIE 1 • LES FAITS ET LES CHIFFRES CLéS DU MARCHé DE L’ESTHéTIQUE MéDICALE & CHIRURGICALE Concernant les DIFFÉRENTS SEGMENTS DE MARCHÉ, les produits injectables (toxines botuliques et produits de comblement essentiellement à base d’acide hyaluronique) demeurent le premier marché en valeur (38%), mais n’afficheront une croissance que de 8%/an jusqu’en 2019 pour atteindre 3,2 Mds€. Si la demande en toxines et produits de comblement était équivalente en 2013, la croissance plus soutenue pour celui des toxines rend ce dernier nettement supérieur désormais. Les équipements à base d’énergie (laser, radiofréquence, ultrasons...), associés à ceux destinés au remodelage corporel, doivent continuer leur croissance de plus de 9,8%/an, suite à la baisse d’activité liée aux crises financières des années 2008-2009. Ils représenteraient en 2019 plus de 3 Mds€ soit 35% du marché mondial. Les équipements destinés au remodelage corporel connaitront la plus forte croissance à +13,2%/an. Les cosméceutiques (produits de cosmétique active), afficheront une tendance à 7,3%/an et atteindront 14% du marché mondial (1,2 Md€), les positionnant devant les prothèses mammaires implantables. Les prothèses mammaires implantables connaitront une progression moindre évaluée à 4,9%/an jusqu’en 2019 pour atteindre 1,1 Md€ (confirmation de la même tendance notée ces dernières années). Les segments de marché sont par ordre décroissant : 1. Produits injectables (toxines et produits de comblement) a.De 2,3 Mds€ en 2015, projeté à 3,2 Mds € en 2019 b.Croissance moyenne annuelle 2014-2019 : +8,2% c.Zones principales par importance décroissante : USA, Asie, EU, Amérique du Sud. 2. Équipements (à base d’énergie et destinés au remodelage corporel) a.De 2 Mds€ en 2014, projeté à 3 Mds€ en 2019 b.Croissance moyenne annuelle 2014-2019 : +10,8% c.Zones principales par importance décroissante : USA, Europe, Asie, Amérique du Sud. 3. Cosméceutiques (cosmétique active) a.De 913 M€ en 2015, projeté à 1,2 Mds € en 2019 b.Croissance moyenne annuelle 2014-2019: +8,2% c. Zones principales par importance décroissante : USA, Asie, EU, Amérique Latine 4. Prothèses mammaires implantables : a.De 875 M€ en 2015, projeté à 1,06 Mds € en 2019 b.Croissance moyenne annuelle 2014-2019: +4,9% c.Zones principales par importance décroissante : USA, Amérique Latine, EU, Asie. Notons que le marché des cosméceutiques dépasse en 2015 celui des prothèses mammaires.
  26. 26. • JANVIER 201526 Dans les activités de fusion-acquisition, l’année 2014 a été marquée par l’offre hostile de Valeant, finalement rejetée par Allergan au profit de Actavis. Le secteur industriel connait ainsi de profonds bouleversements. Les principaux acteurs industriels sont basés aux États-Unis, en Europe et désormais en Asie. Parmi les pays européens, la France est extrêmement dynamique et très présente dans tous les domaines sauf celui des équipements à base d’énergie. En effet si dans le monde il existe seulement une quinzaine de fabricants de prothèses mammaires, 3 sont basés en France, 1 en Allemagne, 2 aux USA, 2 en Corée du Sud et 2 au Brésil. Une des premières toxines botuliniques utilisées en esthétique a été développée par un Laboratoire Français : Ipsen. Dans le domaine des produits de comblement et des cosméceutiques, les sociétés françaises connaissent un succès grandissant avec une présence mondiale : citons par exemple Skinceuticals (filiale de L’Oréal), Vivacy et Filorga. Certaines sociétés suisses sont aussi très actives telles Teoxane et Anteis, rachetée récemment par l’allemand Merz. La société Galderma, désormais intégralement sous le giron de Nestlé est un challenger important pour le futur acquéreur d’Allergan grâce à une offre de qualité en matière de rajeunissement facial intégrant produits de comblement et toxines botuliniques. Le rachat de ces activités sur le marché US à Valéant devrait lui permettre un nouveau rôle sur le plan mondial, grâce à une présence en direct sur le marché nord américain. En Asie, la Corée du Sud est extrêmement dynamique en particulier dans le domaine pharmaceutique des toxines puisque sur 7 fabricants mondiaux, 3 sont basés dans ce Pays (USA 1, Chine 1, France 1, Allemagne 1). Concernant les activités de fusion-acquisition, Michel Dyens & Co résume ainsi l’année 2014 : Une ré-accélération des fusions et acquisitions, dynamique entraînée par certaines transactions surdimensionnées : • Augmentation du nombre total de transactions • Augmentation de la valeur globale des transactions de 2014, poursuivant la tendance de croissance à deux chiffres enregistrée de 2010 à 2013 • Augmentation de la valeur des transactions : les multiples de chiffres d’affaires et d’EBITDA sont élevés • Le secteur se maintient, voire se développe dans une conjoncture défavorable avec un ralentissement de la croissance du PIB mondial Les pays développés et les États-Unis maintiennent leur avance • Tant en termes de nombre que de valeur des transactions • Cela a été fortement soutenu par quelques grandes transactions visant les actifs américains : Actavis s’offre Allergan et l’acquisition des droits de Valeant des marques de l’esthétique médicale en Amérique du Nord par Nestlé-Galderma, ainsi que l’acquisition de Ulthera par Merz Pharma. Plusieurs opérations importantes de M & A en 2014 (acheteur / cible) •Actavis / Allergan; EV / Ventes = 10.0x; EV / EBITDA = 30.6x (63 milliards $ US) en espèces et en actions Actavis •Merz / Ulthera; EV / Ventes = 6.0x (US $ 600 millions) en espèces •Galderma/Valeant(Restylane,Perlane,Emarvel,DysportetSculptra);EV/Ventes= 5.0x(1,4milliard$US)enespèces •Nestlé / L’Oréal de 50% de Galderma; EV / Ventes = 3,8x (8.0 Mds$ US ) de la trésorerie La valeur totale des offres en 2014 est quatre fois plus élevée qu’en 2013. Abstraction faite de l’accord Actavis / Allergan, la valeur moyenne des fusions & acquisitions transactionnelles a connu encore une croissance exponentielle au cours des 5 dernières années et constitue un record absolu. PARTIE 2 • LE SECTEUR INDUSTRIEL
  27. 27. • JANVIER 201527 Check the 2015 exhibitor list AT www.imcas.com Nouveaux axes de développement Les techniques, les dispositifs et les produits sont de plus en plus sûrs et efficaces, au niveau du visage comme au niveau du corps, ce qui n’exclut pas un renforcement de la vigilance et le renforcement des contrôles en matière d’autorisations de mise sur le marché, (AMM médicaments pour les toxines et marquage CE pour les dispositifs médicaux, comme produits de comblement et dispositifs à base d’énergie). L’IMCAS, comme d’autres associations scientifiques de la profession, milite toujours en faveur de la nécessité de renforcer les études cliniques préalables à l’introduction des produits, ainsi que le niveau de formation des médecins habilités à pratiquer ces techniques. L’Europe a déjà renforcé son dispositif de contrôle des essais cliniques pour les dispositifs médicaux en particulier de classe III (Directive 2007/47/CE). Le parlement européen travaille maintenant sur un nouveau règlement pour tous les dispositifs médicaux, comprenant des dispositions particulières pour la mise sur le marché des dispositifs de classe III. Les récentes discussions sur une nouvelle évolution réglementaire sont importantes et suivies de près par l’IMCAS. Une croissance à deux vitesses entre 2014 et 2015 caractérisée par : • une augmentation d’environ 13,2% en Asie • une augmentation d’environ 6% pour le reste du monde LES TECHNIQUES MÉDICALES OU NON-INVASIVES Les techniques médicales ou non-invasives connaissent de nombreux développements et un succès croissant comme en attestent les données évoquées plus haut, car plus accessibles, moins coûteuses et avec des effets indésirables moindres comparés à la chirurgie. Loin de s’opposer à la chirurgie, ces techniques peuvent aussi préparer à l’acte chirurgical et / ou le maintiennent. Avec un marché mondial qui dépassera les 1,2 milliards d’euros en 2019, le marché des cosméceutiques anti âge (ou cosmétique active) devient un acteur essentiel dans la pratique des techniques d’esthétique médicale combinées. La diffusion des traitements via différentes spécialités permet d’élargir le recrutement et les réponses en esthétique. La demande des patients pour des traitements cosméceutiques de prévention et de suivi prescrits par le médecin est croissante, 43% de patients suivent un traitement cosméceutique afin de préparer la peau à recevoir les traitements combinés anti-âge proposés par le praticien. Cela permet à ces patients de bénéficier de leurs premiers traitements, d’entrer dans le domaine de l’anti-âge et de s’orienter plus tard vers des traitements médicaux esthétique type peelings (32%), fillers et botox (23%), microdermabrasion, voire des traitements chirurgicaux. Les patients dépensent ainsi environ 80€ par an dans l’achat des cosméceutiques. Les acquisitions récentes des sociétés leaders sur ce marché, démontrent l’intérêt croissant des cosméceutiques: Allergan-Skinmedica, Valéant-Obagi, Merz-Néocutis. Ce développement est cependant encore variable en fonction de la législation du pays. Certains pays comme la France interdisent encore la vente des produits par les médecins, notamment ceux à visée esthétique. Le succès des techniques de remodelage corporel et des équipements à base d’énergie continue (notamment ultrasons et radio fréquences), en particulier dans le traitement de la cellulite, des amas graisseux, l’épilation et le rajeunissement facial. Certaines techniques éprouvées et sécurisées comme les lasers IPL et les LED sont désormais accessibles au grand public et sont vendues en grande surface pour une utilisation au domicile. Il sera intéressant de mesurer à l’avenir la diffusion de ces produits « grand public ». PARTIE 3 • L’I MCAS DECRYPTE LES NOUVEAUX AXES DE DÉVELOPPEMENT ET LES TENDANCES DE LA PROFESSION
  28. 28. • JANVIER 201528 Check the 2015 exhibitor list AT www.imcas.com LES TECHNIQUES CHIRURGICALES : la croissance est moins forte en Europe du Sud. Les deux interventions phares restent, en Europe comme dans le monde, la lipoaspiration et l’augmentation mammaire par prothèses. Après l’affaire PIP; la suspicion semble disparaître progressivement et la demande en prothèses mammaires progresser à nouveau dans les pays affectés précédemment comme en Europe. Le lipofilling (injection de graisse) présente également un développement de plus en plus important tant au niveau du visage qu’au niveau des seins et des fesses. Après un moratoire de 10 ans, la Société Française de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique avalise dans certaines indications, l’injection de graisse dans les seins tout comme dans les fesses. Ces injections, associées à celles de cellules souches et de facteurs de croissance, sont beaucoup plus durables. Nouvelles tendances en 2015 Lestraitementscombinés-associantplusieurstechniques-tantauniveauduvisagequeducorpssedéveloppent. Les traitements combinés concernent : •l’application de plus d’un traitement (par exemple, produits de comblement, toxine botulique, dispositifs à base d’énergie, cosméceutiques, fils, et / ou la chirurgie, etc.) •dans une zone unique (visage ou corps) en une seule session, ou •dans divers zones (visage ou corps) en une seule session, ou •dans une ou plusieurs zones dans plusieurs sessions successives Selon une étude menée par Merz 46%, des patients voient leur médecin expert pour le traitement de plusieurs régions du visage. 15% demandent d’abord un traitement pour une région puis décident ensuite de bénéficier de traitements sur plusieurs régions. L’utilisation des traitements combinés va s’accentuer dans les années à venir parce que : •Les patients désirent des résultats esthétiques avec des attentes de plus en plus élevées et sont de mieux en mieux informés des différentes options dans ce domaine. •Il existe une meilleure compréhension du processus de vieillissement et de structures anatomiques sous-jacentes •Il faut harmoniser les différentes parties du visage et du corps (mains, visage et cou) •L’offre des sociétés présentes sur ce marché est de plus en plus complète La demande entre Est & Ouest est différente. En Asie, le marché des produits de comblement et toxines connait la plus forte croissance mondiale. Il se situe dès maintenant juste derrière le marché américain. Chez les asiatiques, le contour du visage est plus carré et la peau plus épaisse qu’en Occident. Le processus de vieillissement est plus lent, avec moins de rides mais plus de tâches pigmentaires. Tous ces stigmates génèrent une demande plus forte chez les femmes asiatiques dès la tranche d’âge 20-30 ans, mais aussi chez les hommes, pour obtenir un visage en 3D, mince et triangulaire conforme aux standards des peuples à l’Ouest. Le nombre croissant d’injections de produits de comblement est privilégié en Asie devant celles de toxine botulinique. Une étude réalisée par Millenium Research Group, Toronto, Canada durant le congrès IMCAS Shanghai en octobre 2013 sur le marché asiatique et particulièrement chinois révèle les faits suivants : si les asiatiques et les européens demandent en priorité un traitement des sillons nasogéniens, les zones les plus demandées divergent ensuite. En effet tandis que les européens demandent une augmentation des lèvres ou des commissures labiales; les asiatiques préfèrent une correction du nez, puis des pommettes et du menton, ainsi que la diminution de la forme carrée du bas du visage par réduction du volume des masseters par injections de Botox. PARTIE 3 • L’IMCAS DECRYPTE LES NOUVEAUX AXES DE DÉVELOPPEMENT ET LES TENDANCES DE LA PROFESSION
  29. 29. • JANVIER 201529 Check the 2015 exhibitor list AT www.imcas.com Nouvelles tendances en 2015 (SUITE) Dans le domaine des cosméceutiques, les patients asiatiques ont tendance à se concentrer majoritairement sur les traitements de blanchiment de la peau pour atteindre une peau plus claire. Les patients occidentaux ont tendance à exposer davantage leur peau au soleil pour obtenir un teint hâlé, ce qui produit plus de rides, de rosacée, de cancers cutanés. Ils vont compenser en augmentant leur utilisation de produits cosméceutiques de protection solaire. Les patients d’Amérique du nord souhaitent corriger les rides et privilégient légèrement les injections de toxine à celles des produits de comblement même si la popularité des procédures est quasi identique. Ils restent les plus gros consommateurs sur les injectables et les cosmétiques. Après avoir atteint de nombreux secteurs, la révolution digitale continue d’impacter le marché de l’esthétique médicale et chirurgicale. Les réseaux sociaux d’informations aux consommateurs apparaissent tels Realsef.com, Zestehtic.fr ou TouchMD. com de Strathspey Crown. Realself annonce par exemple que 324 Millions de pages dédiées aux traitements esthétiques ont été chargées en 2014 par le grand public. Le partage des informations on-line sur les stigmates à traiter entre patients et praticiens constitue un outil de développement important pour ces derniers. Dans cette recherche d’informations Realself confirme que les patients recherchent avant tout l’avis des autres patients (7 sur 10), suivi par les photos avant-après, les réponses aux questions et enfin les vidéos et photos des patients. Le prix des actes n’étant pas une considération majeure à ce stade. Les réseaux sociaux et internet jouent dorénavant un rôle prépondérant dans le choix des patients en ce qui concerne les traitements esthétiques, tout comme le choix du praticien, devant le bouche-à-oreille et la notoriété. La communication via internet apportant une information rapide, souvent bien documentée s’impose mais parfois attention, elle est souvent erronée, car tout peut être dit en bien et en mal, sans pouvoir le vérifier. Une réglementation réelle manque gravement. Donc le côté néfaste de cette communication directe ou indirecte peut engendrer des dérapages incontrôlés (dénigrements injustifiés) et des dommages collatéraux tels que par exemple ceux perçus en Asie avec l’arrivée de contrefaçons de marques bien établies. Selon une étude réalisée par Millenium Research Group, Toronto, Canada en 2014, les patients sont plus de 30% à rechercher l’information produit, et des techniques sur le net et veulent aussiéchangeroutémoignersurlesproduits,lestraitementsreçusousurlesmédecinsquipratiquentlestechniques anti-âge via des blogs, des forums des sites spécialisés. D’autres études vont même jusqu’à établir que plus de 50% des patients commencent par consulter d’abord le net dans la recherche de RV. Les simulations de résultats avant/après traitement et la fourniture d’informations sur les traitements esthétiques constituent les « apps » préférées sur les tablettes et Smartphones. La révolution digitale contribuera sans nul doute à la formidable popularisation de ces techniques dans les années à venir en brisant certainesbarrièresetenfavorisantsonaccès;générantd’énormesopportunitéspourlemondemédicaletindustriel. Mais tous ces partenaires devront jouer un rôle majeur et devront maitriser autant que possible le contenu des informations sur le net et choisir les modes de communication les plus adaptés à la sécurité sur la toile. PARTIE 3 • L’IMCAS DECRYPTE LES NOUVEAUX AXES DE DÉVELOPPEMENT ET LES TENDANCES DE LA PROFESSION
  30. 30. • JANVIER 201530 Selon une étude de l’ISAPS1 (publiée en 2014 sur les actes invasifs et non-invasifs réalisés en 2013 dans 10 pays dans le monde par les chirurgiens plasticiens. Les pays couverts dans cette étude sont : USA, Argentine, Brésil, Colombie, Mexique, Venezuela, Allemagne, Espagne, Italie, Iran. Notons que la France et la GB ainsi que les pays asiatiques n’y figurent pas. Cette étude couvrant cependant environ 70% des traitements pratiqués dans le monde, le Top 5 des actes mon- diaux figurent ci-dessous : PARTIE 4 • INTERVENTIONS CHIRURGICALES ET PROCÉDURES NON- INVASIVES : UNE ÉVOLUTION LIÉE AUX BOULEVERSEMENTS ÉCONOMIQUES MONDIAUX •Les femmes représentent 87% des procédures esthétiques (chirurgicales ou non-invasives) •Le Brésil dépasse les États-Unis en nombre de procédures chirurgicales (les États-Unis restent devant sur la globalité si on inclut le non-invasif, bien plus populaire aux États-Unis qu’au Brésil – 4 fois plus de procédures non-invasives aux États-Unis qu’au Brésil) •Le lipofilling rentre dans le top 5 des procédures chirurgicales les plus pratiquées (au détriment de l’abdominoplastie dans les données 2011) •Aux États-Unis et au Brésil, c’est d’abord les procédures chirurgicales d’augmentation mammaire, puis le corps et enfin le visage. Alors qu’en Europe (Espagne, Allemagne, Italie), c’est d’abord le visage puis l’augmentation mammaire et enfin le corps. TRAITEMENTS INVASIFS TRAITEMENTS NON-INVASIFS 1 International Society of Aesthetic Plastic Surgery
  31. 31. • JANVIER 201531 contact@imcas.com > Pa r i s s i è g e s o c i a l 8, rue Foucault-75116 Paris - France > H o n g K o n g Suite 1801-5, 18/F, Tower 2, China Hong Kong City, 33 Canton Road TST, Kowloon, Hong Kong SAR > Sh a n g h a i / 英卡思有限公司: Room 519 5 floor, Standard Chartered tower No 201, Century avenue, Pudong New area Shanghai, 200120, PR China Pa r i s +33 1 40 73 82 82 S H ANG H AI +86 158 0090 0796 GET SOCIAL & JOIN THE DISCUSSION WITH HASHTAG #IMCAS www.imcas.com INFOS générales 1 7 è m e c o n g r è s m o n d i a l a n n u e l BUREAU DE PRESSE EN AGENCE PB COMMUNICATION 7 Villa des Sablons 92200 Neuilly sur Seine France Contact : Patricia Benitah pbcom@pbcommunication.fr 01 47 31 11 06 / 06 29 44 83 09 à L’IMCAS 8 rue Foucault 75016 Paris France Contact : Joanna ou Olympe press@imcas.com 01 40 73 82 82 RETENEZ LES DATES ! SHANGHAI 10 au 12 AVRIL, 2015 India GOA NOVEMBRE 2015 PARIS 29 JANV. au 1er FEV. 2015 Science at its core BALI 31 JUIL. au 2 AOÛT, 2015 Annual World Congress Science at its core China ASIA India

×