1	
  
	
  
	
  
	
  
PRESS-BOOK
	
  
 
2	
  
SOMMAIRE
PRESSE GRAND PUBLIC
3	
  DECEMBRE	
  
-­‐ LE	
  FIGARO,	
  Le	
  nouveau	
  e-­‐testament	
  agace	
  les...
 
3	
  
SITES
2	
  DECEMBRE	
  	
  
-­‐ Lefigaro.fr,	
  L’e-­‐testament	
  suscite	
  la	
  colère	
  des	
  notaires	
  –...
 
4	
  
24	
  JANVIER	
  
-­‐ Capital.fr,	
  Faire	
  son	
  testament	
  en	
  ligne	
  rapidement,	
  oui	
  mais	
  ?	
...
 
5	
  
	
  
	
  
	
  
PRESSE	
  GRAND	
  PUBLIC	
   	
  
 
6	
  
	
   	
  
3	
  	
  décembre	
  
323	
  303	
  exemplaires	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  
1	
  233...
 
7	
  
	
  
	
   	
  
5	
  décembre	
  
979	
  440	
  exemplaires	
  
4	
  353	
  000	
  lecteurs	
  
 
8	
  
	
   	
  
6	
  décembre	
  
119	
  418	
  exemplaires	
  
863	
  000	
  lecteurs	
  
 
9	
  
	
   	
  
16	
  décembre	
  
323	
  303	
  exemplaires	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  
1	
  233	
  000	
  lecteurs	
  
 
10	
  
16	
  décembre	
  
 
11	
  
	
   	
  
 
12	
  
	
   	
  
 
13	
  
	
  
	
  
	
  
	
   	
  
16	
  décembre	
  
 
14	
  
	
   	
  
14	
  janvier	
  
 
15	
  
	
   	
  
14	
  janvier	
  
 
16	
  
	
   	
  
14	
  janvier	
  
 
17	
  
	
   	
  
14	
  janvier	
  
 
18	
  
	
   	
  
16	
  janvier	
  
 
19	
  
	
   	
  
 
20	
  
	
   	
  
18	
  février	
  
 
21	
  
	
   	
  
 
22	
  
	
  
	
  
	
  
PRESSE	
  SPECIALISEE	
   	
  
 
23	
  
	
   	
  
Décembre/Janvier	
  
 
24	
  
	
   	
  
Janvier/Février	
  2014	
  
 
25	
  
	
   	
  
Janvier	
  
 
26	
  
	
   	
  
Janvier	
  
24	
  janvier	
  2014	
  
 
27	
  
	
  
	
   	
  
 
28	
  
	
  
	
  
SITES	
  INTERNET	
   	
  
 
29	
  
	
  
http://www.lefigaro.fr/actualite-­‐france/2013/12/02/01016-­‐20131202ARTFIG00519-­‐l-­‐e-­‐testament-­‐susci...
 
30	
  
	
  
http://www.europe1.fr/France/Cinq-­‐choses-­‐a-­‐savoir-­‐sur-­‐le-­‐testament-­‐1728467/	
  
Cinq	
  choses...
 
31	
  
Vienne.	
  C’est	
  généralement	
  lorsqu’un	
  couple	
  ou	
  une	
  famille	
  commence	
  à	
  avoir	
  des	...
 
32	
  
	
  
	
  
http://www.bvoltaire.fr/joriskarl/testamento-­‐votre-­‐mort-­‐en-­‐quelques-­‐clics,43387	
  
Testament...
 
33	
  
	
  
par	
  Marina	
  Cabiten	
  03	
  décembre	
  2013	
  
http://www.francebleu.fr/infos/testament/le-­‐testame...
 
34	
  
Pour	
  qui	
  ?	
  
Testamento	
   ne	
   cache	
   pas	
   que	
   son	
   service	
   est	
   destiné	
   aux	...
 
35	
  
http://www.francetvinfo.fr/internet/ce-­‐qu-­‐il-­‐faut-­‐savoir-­‐avant-­‐de-­‐rediger-­‐son-­‐testament-­‐en-­‐...
 
36	
  
Ensuite,	
   il	
   vous	
   appartient	
   de	
   conserver	
   le	
   document	
   (auquel	
   cas,	
   il	
   ...
 
37	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
http://lci.tf1.fr/france/societe/video-­‐l-­‐e-­‐testament-­‐provoque-­‐la-­‐colere-­‐des-­‐n...
 
38	
  
	
  
	
  
Pascal	
  Samama	
  
http://www.01net.com/editorial/605884/ecrire-­‐ses-­‐dernieres-­‐volontes-­‐en-­‐l...
 
39	
  
	
   	
  
4	
  décembre	
  
 
40	
  
	
  
	
  
	
   	
  
4	
  décembre	
  
 
41	
  
h16free.com	
  
L’innovation	
  en	
  France	
  peut	
  déjà	
  signer	
  son	
  testament	
  en	
  ligne	
  
Pub...
 
42	
  
Eh	
  oui	
  :	
  franchement,	
  internautes	
  de	
  peu	
  de	
  foi,	
  imaginer	
  qu’on	
  pourra	
  ainsi	...
 
43	
  
tu	
  ne	
  laisses	
  pas	
  les	
  jeunes	
  jouer	
  à	
  Call	
  Of	
  Duty	
  tranquillement	
  au	
  lieu	
...
 
44	
  
	
   	
  
4	
  décembre	
  
453	
  086	
  758	
  visites	
  
 
45	
  
	
  
	
  
http://www.leparticulier.fr/jcms/p1_1548970/le-­‐e-­‐testament-­‐est-­‐il-­‐vraiment-­‐utile	
  
Le	
  ...
 
46	
  
	
  
http://www.contrepoints.org/2013/12/04/148722-­‐linnovation-­‐en-­‐france-­‐peut-­‐deja-­‐signer-­‐son-­‐tes...
 
47	
  
Eh	
  oui	
  :	
  franchement,	
  internautes	
  de	
  peu	
  de	
  foi,	
  imaginer	
  qu’on	
  pourra	
  ainsi	...
 
48	
  
avec	
  des	
  clics	
  complexes	
  et	
  des	
  petits	
  caractères	
  flous	
  sur	
  des	
  écrans	
  qui	
 ...
 
49	
  
	
  
	
  
	
  
http://www.boursorama.com/actualites/le-­‐e-­‐testament-­‐fait-­‐grincer-­‐les-­‐dents-­‐des-­‐not...
 
50	
  
	
  
http://www.reponseatout.com/actualites/decryptage/testamento-­‐e-­‐testament-­‐comment-­‐ca-­‐marche-­‐
a101...
 
51	
  
	
  
http://www.20minutes.fr/economie/1259185-­‐20131204-­‐testamento-­‐sadresse-­‐vraiment-­‐testament-­‐ligne	
...
 
52	
  
	
  
http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20131204trib000799269/testament-­‐en-­‐ligne-­‐les-­‐
not...
 
53	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
http://www.liberation.fr/vous/2013/12/05/prendre-­‐ses-­‐dispositions-­‐sur-­‐internet_964456...
 
54	
  
	
  
	
  
http://www.terrafemina.com/culture/culture-­‐web/articles/34183-­‐testamento-­‐le-­‐site-­‐pour-­‐ecrir...
Press book Testamento
Press book Testamento
Press book Testamento
Press book Testamento
Press book Testamento
Press book Testamento
Press book Testamento
Press book Testamento
Press book Testamento
Press book Testamento
Press book Testamento
Press book Testamento
Press book Testamento
Press book Testamento
Press book Testamento
Press book Testamento
Press book Testamento
Press book Testamento
Press book Testamento
Press book Testamento
Press book Testamento
Press book Testamento
Press book Testamento
Press book Testamento
Press book Testamento
Press book Testamento
Press book Testamento
Press book Testamento
Press book Testamento
Press book Testamento
Press book Testamento
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Press book Testamento

650 vues

Publié le

testamento

Publié dans : Droit
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
650
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Press book Testamento

  1. 1.   1         PRESS-BOOK  
  2. 2.   2   SOMMAIRE PRESSE GRAND PUBLIC 3  DECEMBRE   -­‐ LE  FIGARO,  Le  nouveau  e-­‐testament  agace  les  notaires  –      323  303  ex/1  233  000  lecteurs   5  DECEMBRE   -­‐ 20  minutes,  Une  volonté  de  démocratisation  du  testament  –       979  440ex/  4  353  000  lecteurs   6  DECEMBRE   -­‐ Libération,  Prendre  ses  dispositions  sur  Internet  –         119  418ex/  863  000  lecteurs   16  DECEMBRE   -­‐ Le  Figaro  et  Vous,  un  site  web  pour  les  dernières  volontés  –       323  303  ex/  1  233  000  lecteurs   -­‐ Le  journal  de  Saône  et  Loire,  Ils  remontent  le  temps  pour  retrouver  des  héritiers  inconnus   -­‐ La  Gazette  du  Midi,  Le  e-­‐testament  fait  polémique  chez  les  notaires   14  JANVIER   -­‐ L’Est  Eclair,  Le  testament  en  ligne  fait  polémique   -­‐ L’Ardennais,  Le  testament  en  ligne  fait  polémique   -­‐ Libération  Champagne,  Le  testament  en  ligne  fait  polémique   16  JANVIER   -­‐ Journal  du  net,  Testamento  :  «  Certains  notaires  ont  eu  une  réaction  épidermique  »   18  FEVRIER   -­‐ L’Opinion  :  Ces  start-­‐Ups  qui  osent  s’attaquer  aux  professions  juridiques!     PRESSE PROFESSIONNELLE DECEMBRE/JANVIER     -­‐ Notariat  2000,  Les  pieds  dans  le  plat  :  Testament  en  ligne   -­‐ Notaires  Vie  Professionnelle  :  Une  volonté  de  démocratiser  le  testament   JANVIER  2014   -­‐ Droit  et  Patrimoine,  Testamento  pour  cliquer  ses  dernières  volontés   -­‐ Mieux  vivre  votre  argent,  Testamento   24  JANVIER   -­‐ Agriculture  territoire  et  horizon  Nord  -­‐  Pas  de  Calais,  Questions  pratiques  
  3. 3.   3   SITES 2  DECEMBRE     -­‐ Lefigaro.fr,  L’e-­‐testament  suscite  la  colère  des  notaires  –     64  587  561  visites1   -­‐ Europe1.fr,  5  choses  à  savoir  sur  le  testament  –   12  690  928  visites     -­‐ bvoltaire.fr,  Testamento,  votre  mort  en  quelques  clics     3  DECEMBRE   -­‐ Francebleu.fr,  Le  testament  en  ligne  sert-­‐il  à  quelque  chose  ?  –           2  177  789  visites   -­‐ Fancetvinfo.fr,  Ce  qu’il  faut  savoir  avant  de  rédiger  son  testament  en  ligne  –       5  840  828  visites   -­‐ MyTF1news.fr,    L’e-­‐testament  provoque  la  colère  des  notaires   -­‐ 01.net,  Ecrire  ses  dernières  volontés  en  ligne  avec  Testamento   4  DECEMBRE   -­‐ Free.fr,  Le  e-­‐testament  fait  grincer  les  notaires   -­‐ Laposte.net,  L’e-­‐testament  provoque  la  colère  des  notaires   -­‐ H16free.com,  L’innovation  en  France  peut  déjà  signer  son  testament  en  ligne   -­‐ Orange.fr,  Testament  en  ligne  ?  Les  notaires  aimeraient  bien  l’enterrer  –       453  086  758  visites   -­‐ Leparticulier.fr,  Le  e-­‐testament  est-­‐il  vraiment  utile  ?  –             957  556  visites   -­‐ Contrepoints.org,  L’innovation  en  France  peut  déjà  signer  son  testament  en  ligne   -­‐ Boursorama.com,  Le  e-­‐testament  fait  grincer  les  dents  des  notaires  –  30  429  896  visites   -­‐ Réponseatout.com,  Testamento  :  l’e-­‐testament  comment  ça  marche  ?   5  DECEMBRE   -­‐ 20minutes.fr,  Testamento  :  à  qui  s’adresse  vraiment  le  testament  en  ligne  ?  –       24  950  165  visites   -­‐ Latribune.fr,  Testament  en  ligne  ?  Les  notaires  aimeraient  bien  l’enterrer.  –       5  407  066  visites   -­‐ Libération.fr,  Prendre  ses  dispositions  sur  Internet  –             19  619  924  visites   -­‐ Terra  Femina,  Testamento  :  le  site  pour  écrire  son  testament  olographe  sur  Internet   -­‐ Planet.fr,  Rédiger  son  testament  en  ligne  :  mode  d’emploi  –           7  665  791  visites   6  DECEMBRE   -­‐ Yahoo.com,  Prendre  ses  dispositions  sur  Internet   -­‐ LePoint.fr,  Le  testament  2.0  inquiète  les  notaires  –            21  067  958  visites   -­‐ Yahoo.com,  Le  testament  2.0  inquiète  les  notaires   -­‐ Free.fr,  Le  testament  2.0  inquiète  les  notaires   -­‐ Monfinancier.com,  Les  notaires  n’apprécient  guère  le  testament  en  ligne   9  DECEMBRE   -­‐ Objectifsnews.com,  Ecrire  son  testament  sur  Internet  c’est  possible   18  DECEMBRE   -­‐ Billaut.typepad.com,  Testamento,  pour  rédiger  votre  testament…   8  JANVIER   -­‐ Challenges.fr,  Et  si  vous  rédigiez  votre  testament  en  quelques  clics  sur  Internet  ?  –     3  607  242  visites   16  JANVIER   -­‐ Lejournaldunet,  Ces  strats-­‐up  qui  dérangent  les  acteurs  traditionnels   9  AU  22  JANVIER   -­‐ 01  Net,  Les  nouveautés  de  la  quinzaine                                                                                                                             1  OJD  Internet  –  Janvier  2014  
  4. 4.   4   24  JANVIER   -­‐ Capital.fr,  Faire  son  testament  en  ligne  rapidement,  oui  mais  ?  –         2  817  091  visites   -­‐ Fr.finace.yahoo.com  :  faire  son  testament  en  ligne  rapidement  ?  oui  mais…     RADIOS 1ER  DECEMBRE   -­‐ Europe  1  Dimanche  soir,  Sonia  Mabrouck  et  Patrick  Roger   3  DECEMBRE   -­‐ France  Inter,  diffusion  6h,    Hélène  Chevallier  6h,  Nos  dernières  volontés  numériques   -­‐ France  Info,  diffusion  17h15,  Jean  Zeid,  Testamento.fr  :  le  mort  en  cyber   -­‐ La  5,  «  C  à  vous  »,  diffusion  19h15,  Anne-­‐Sophie  Lapix   4  DECEMBRE   -­‐ Europe  1  News,  Diffusion  7h-­‐9h,  Géraldine  Ruiz   -­‐ Radio  Classique,  Diffusion  7h-­‐9h   -­‐ BFM  TV,  Diffusion  information,  Le  e-­‐testament  fait  grincer  les  dents  des  notaires   -­‐ BFM  Business,  direct  13h30,  Karine  Vergniol,  Paris  est  à  vous   20  DECEMBRE   -­‐ Sud  Radio,  diffusion  12h15,  Testamento   TV     3  DECEMBRE     -­‐ La  5,  «  C  à  vous  »,  diffusion  19h15,  Anne-­‐Sophie  Lapix   4  DECEMBRE   -­‐ BFM  TV,  Diffusion  information,  Le  e-­‐testament  fait  grincer  les  dents  des  notaires   -­‐ BFM  Business,  direct  13h30,  Karine  Vergniol,  Paris  est  à  vous   11  DECEMBRE   -­‐ I24NEWS,  diffusion  21h10,  sur  le  web   23  JANVIER   -­‐ La  5,  La  Quotidienne,  diffusion  12h,  Maya  Lauqué  et  Thomas  Isle        
  5. 5.   5         PRESSE  GRAND  PUBLIC    
  6. 6.   6       3    décembre   323  303  exemplaires                         1  233  000  lecteurs  
  7. 7.   7         5  décembre   979  440  exemplaires   4  353  000  lecteurs  
  8. 8.   8       6  décembre   119  418  exemplaires   863  000  lecteurs  
  9. 9.   9       16  décembre   323  303  exemplaires               1  233  000  lecteurs  
  10. 10.   10   16  décembre  
  11. 11.   11      
  12. 12.   12      
  13. 13.   13             16  décembre  
  14. 14.   14       14  janvier  
  15. 15.   15       14  janvier  
  16. 16.   16       14  janvier  
  17. 17.   17       14  janvier  
  18. 18.   18       16  janvier  
  19. 19.   19      
  20. 20.   20       18  février  
  21. 21.   21      
  22. 22.   22         PRESSE  SPECIALISEE    
  23. 23.   23       Décembre/Janvier  
  24. 24.   24       Janvier/Février  2014  
  25. 25.   25       Janvier  
  26. 26.   26       Janvier   24  janvier  2014  
  27. 27.   27        
  28. 28.   28       SITES  INTERNET    
  29. 29.   29     http://www.lefigaro.fr/actualite-­‐france/2013/12/02/01016-­‐20131202ARTFIG00519-­‐l-­‐e-­‐testament-­‐suscite-­‐la-­‐ colere-­‐des-­‐notaires.php   L'e-­‐testament  suscite  la  colère  des  notaires   Par  Delphine  de  Mallevoüe     Une  entreprise  privée  tente  de  se  glisser  sur  le  marché  prometteur  de  la  rédaction  de  testament  en  ligne.   «Réinventer  l'un  des  plus  anciens  outils  juridique  au  monde:  le  testament».  La  formule  claque,  l'ambition  sonne   une   révolution.   Surtout   qu'elle   ne   vient   pas   des  notaires,   mais   d'une   entreprise   privée,   sans   affiliation   à   la   profession,  qui,  mardi,  lance  le  premier  testament  en  ligne.   En  mettant  les  pieds  dans  le  plat  du  notariat,  le  site  iconoclaste,  baptisé  «Testamento»,  crée  la  polémique.  La   démocratisation  de  cet  acte  juridique,  marqueté  à  travers  des  offres  commerciales  allant  de  35  €  à  70  €,  choque   les  experts  sur  le  fond  comme  sur  la  forme,  tant  pour  la  désacralisation  de  ce  choix  aux  implications  existentielles   que   pour   la   dématérialisation   de   l'accompagnement   humain.   Le   «Testament   Express»   prend   «30   minutes   chrono»,  vante  le  site.  En  effet,  en  France,  dans  9  successions  sur  10,  il  n'y  a  pas  eu  de  testament.   Le  service  vise  tout  particulièrement  le  testament  olographe,  qui  est  la  forme  la  plus  simple  et  la  plus  courante   des  testaments.  C'est  le  document  daté,  signé  et  rédigé  à  la  main  que  tout  le  monde  peut  faire  et  conserver  chez   soi.  Or  quand  il  est  fait  seul  à  la  maison  «9  fois  sur  10,  il  y  a  des  omissions,  des  ambiguïtés  ou  des  imprécisions   sujettes  à  interprétation,  ce  qui  le  rend  juridiquement  invalide»,  explique  Me  Barbara  Thomas-­‐David,  notaire  à   Paris.   C'est  précisément  ce  constat,  dressé  par  expérience  personnelle,  qui  a  conduit  Virgile  Delporte  à  créer  un  modèle   type,   «garantissant   une   valeur   juridique»,   dit-­‐il.   Après   avoir   répondu   à   un   questionnaire,   l'internaute   se   voit   proposer  un  testament  type  -­‐  à  imprimer  et  à  recopier  à  la  main.  Libre  ensuite  au  client  de  le  conserver  chez  lui  ou   de  choisir  l'option  enregistrement  au  fichier  central  des  dispositions  des  dernières  volontés  (FCDDV)  -­‐  tenu  par  le   notariat  -­‐  ou  encore  de  le  déposer  chez  un  officier  ministériel.     2  décembre   64  587  561  visites  (janvier  2014)  
  30. 30.   30     http://www.europe1.fr/France/Cinq-­‐choses-­‐a-­‐savoir-­‐sur-­‐le-­‐testament-­‐1728467/   Cinq  choses  à  savoir  sur  le  testament   Par  Damien  Brunon         Parmi  les  règles  qui  régissent  le  testament,  il  faut  notamment  qu'il  soit  écrit  à  la  main.  ©  MAXPPP     MODE   D’EMPLOI   -­‐   Alors   qu’un   Français   sur   dix   a   déjà   fait   un   testament,   un   site   promet   d’en   simplifier   la   rédaction.   L’INFO.   “Mince,   c’est   vrai   que   je   suis   mortel”,   c’est   grâce   à   cette   accroche   que   le   site   Testamento   espère   convaincre  ses  clients  de  réaliser  leur  testament  sur  Internet.  Le  service,  mis  en  ligne  mardi,  permet  de  donner  ses   dernières   volontés   rapidement   et   sans   passer   par   le   conseil   d’un   notaire.   Le   fondateur   espère   rajeunir   la   population  qui  fait  son  premier  testament  et  simplifier  la  procédure.   >>  Alors  qu’un  Français  sur  dix  a  déjà  prévu  le  sien,  Europe  1  vous  détaille  ce  qu’il  recouvre.   •  Qui  fait  un  testament  ?   “Les  personnes  qui  font  des  testaments  se  trouvent  dans  toutes  les  couches  de  la  population  et  tous  les  âges”,   affirme  Me  Boris  Vienne,  notaire  dans  la  région  de  Toulouse,  à  Europe1.fr.  Malgré  les  idées  reçues,  les  dernières   volontés  ne  sont  pas  réservées  aux  grandes  fortunes  ou  aux  personnes  âgées.   “Un  testament  peut  simplement  servir  à  transmettre  une  armoire  de  famille  que  l’on  veut  voir  aller  à  l’un  de  ses   enfant  dont  on  sait  qu’il  va  bien  s’en  occuper”,  confirme  Me  Laurent  Monpert,  notaire  en  Vendée,  à  Europe  1.   •  Pourquoi  fait-­‐on  un  testament  ?   Deux  grandes  raisons  motivent  les  personnes  à  donner  leurs  dernières  volontés  :  les  questions  patrimoniales  et   matrimoniales.   “La   famille   la   plus   importante   est   celle   relative   à   la   transmission   des   biens”,   détaille   Me   Boris   2  décembre   12  690  928  visites  
  31. 31.   31   Vienne.  C’est  généralement  lorsqu’un  couple  ou  une  famille  commence  à  avoir  des  biens  qu’elle  se  décide  écrire   ses  dernières  volontés.       Plus  rares,  les  raisons  familiales  mènent  de  plus  en  plus  les  personnes  à  rédiger  un  testament.  “Il  n’est  pas  rare  de   voir  que  des  personnes  demandent  à  ce  que  la  garde  des  enfants  soit  confiée  à  telle  ou  telle  personne”,  ajoute   Me  Laurent  Monpert.     •  Combien  de  personnes  ont  un  testament  ?   En   France,   environ   une   personne   sur   dix   a   déjà   rédigé   ses   dernières   volontés   selon   le   Conseil   Supérieur   du   Notariat.  Depuis  1971,  tous  les  testaments  qui  passent  par  un  notaire  sont  ensuite  enregistrés  dans  le  Fichier   Central  des  Dispositions  de  Dernières  Volontés  (FCDDV).   Depuis  la  mise  en  fonctionnement  de  ce  dernier,  un  peu  plus  de  4,5  millions  de  testaments  ont  été  comptabilisés.   Cela  dit,  des  testaments  peuvent  aussi  être  gardés  au  domicile  des  personnes  et  être  valables.  Le  nombre  réel  de   testament  est  donc  difficile  à  estimer  précisément.   •  Comment  fait-­‐on  un  testament  ?   Il  y  a  trois  types  de  testaments  en  vigueur  en  France.  Ce  sont  des  actes  juridiques  très  précis  et  régis  par  le  droit.   Le  non-­‐respect  de  certaines  règles  peut  provoquer  leur  nullité.  Le  testament  olographe,  le  plus  répandu,  est  celui   qui  est  écrit,  daté  et  signé  de  la  main  du  testamentaire.  On  en  compte  environ  3,3  millions  depuis  1971.   Le  testament  authentique  est  dicté  à  un  notaire  en  présence  de  deux  témoins  ou  bien  dicté  à  deux  notaires.  Enfin,   le  testament  mystique,  désormais  très  rare,  est  écrit  par  le  testamentaire  ou  un  tiers,  et  est  clos,  caché  et  scellé   puis  remis  en  présence  de  témoins  à  un  notaire.   •  A  quoi  sert  le  notaire  ?   Le  notaire,  s’il  n’est  pas  nécessaire  à  toutes  les  étapes,  apporte  une  sécurité  juridique  à  l’acte  en  lui  même.  Dans   un  premier  temps,  il  peut  d’abord  jouer  le  rôle  de  conseil  mais  c’est  aussi  par  lui  que  passera  l’enregistrement  au   FCDDV.   “De  toute  façon,  au  moment  de  la  succession,  on  passera  devant  un  notaire”,  ajoute  de  son  côté  Me  Boris  Vienne.   C’est  en  effet  le  notaire  qui  a  pour  rôle  de  mettre  en  exécution  les  dernières  volontés  d’un  testamentaire.                  
  32. 32.   32       http://www.bvoltaire.fr/joriskarl/testamento-­‐votre-­‐mort-­‐en-­‐quelques-­‐clics,43387   Testamento,  votre  mort  en  quelques  clics             Si   vous   n’en   pouvez   déjà   plus   d’attendre   que   Hollande   dissolve   ou   qu’un   Oswald   le   dissolve   lui-­‐même,   vous   pouvez  au  moins  passer  aux  choses  sérieuses  avant  de  mettre  fin  à  vos  jours.  Et  fini  la  crainte  d’une  incivilité  qui   tourne  mal  dans  le  métro  ou  d’un  accident  style  Fast  and  Furious.  Vos  proches  vivront  désormais  dans  la  quiétude   éternelle,  parce  que  maintenant,  il  y  a  Testamento  !   Testamento,  c’est  le  nouveau  site,  lancé  ce  mardi  3  décembre,  qui  vous  permet  d’écrire  vos  dernières  volontés  en   ligne.  C’est  cool,  c’est  fun,  c’est  speed.  C’est  le  progrès,  quoi.   Sur  une  musique  vaguement  flippante  mais  pas  trop,  le  site  propose  une  petite  vidéo  d’explication.  On  vous  met   gentiment  en  garde,  car  vous  savez,  dans  la  vie,  il  peut  «  vous  arriver  quelque  chose  ».  C’est  si  joliment  dit.  Alors   cliquez,   et   faites   votre   testament   express   en   une   demi-­‐heure.   Ce   sera   entre   35   et   70   euros,   m’sieurs   dames,  «  pour  protéger  votre  partenaire  de  vie  »,  nous  dit-­‐on.  Partenaire  de  vie  :  encore  une  drôle  de  trouvaille  !   On  croirait  parler  d’un  coéquipier  dans  je  ne  sais  quel  sport.  Bref,  beaucoup  moins  cher  que  chez  un  notaire  tradi.   À  l’origine  du  nouveau  concept  (enfin  nouveau…  plutôt  pompé  [funèbre]  sur  les  Ricains),  les  frangins  Delporte,   dont   Virgile,  «  ancien   commercial   dans   les   nouvelles   technologies  »,   et   Sylvain,  «  spécialiste   de   sécurité   informatique  ».   Deux   garçons,   le   cœur   sur   la   main,   qui   disent   vouloir  «  rajeunir   et   démocratiser   l’accès   au   testament.  Nous,  on  propose  un  portail  qui  permet  de  créer  un  testament  de  A  à  Z,  prêt  à  être  enregistré  par  un   notaire  partenaire.  »(Le  Parisien,  17  octobre  2013)   L’idée  choque,  parce  que  là,  attendez,  c’est  quand  même  du  sérieux.  On  parle  de  votre  mort,  nom  de  Dieu.  OK,  ça   peut  encourager  les  pacsés  à  se  bouger  et  à  faire  le  nécessaire  :  il  est  précisé,  en  guise  d’avertissement,  que  ces   énergumènes   postmodernes   ne  «  sont   pas   automatiquement   héritiers   l’un   de   l’autre,   sauf   s’ils   ont   rédigé   un   testament  ».     On  imagine  les  notaires  de  France  et  de  Navarre,  englués  dans  leur  bureau  désuet,  scotchés  dans  leur  naphtaline   mentale,  à  l’annonce  de  ce  concurrent  électronique.  La  réplique  n’a  pas  tardé  :  «  Vendre  cette  démarche  juridique   comme   un   produit   fini   sur   Internet,   laisser   croire   aux   gens   à   cette   simplification   et   à   l’inutilité   des   conseils   de   l’officier   public,   c’est   dangereux,   contraire   à   la   déontologie,   inacceptable  »,   a   dit   au  Figaro  Laurent   Mompert,   porte-­‐parole  du  Conseil  supérieur  du  notariat.  Dans  la  même  gazette,  Maître  Thomas-­‐David  est  plus  direct  :  «  On   ne  rédige  pas  un  testament  comme  on  achète  une  baguette  de  pain.  »   Et  pourquoi  pas,  faut  bien  être  moderne,  non  ?     2  décembre  
  33. 33.   33     par  Marina  Cabiten  03  décembre  2013   http://www.francebleu.fr/infos/testament/le-­‐testament-­‐en-­‐ligne-­‐sert-­‐il-­‐quelque-­‐chose-­‐1074184   Le  testament  en  ligne  sert-­‐il  à  quelque  chose  ?   Un  nouveau  service  de  testament  en  ligne  est  lancé  mardi  par  un  site  privé.  Un  service  payant,  qui  dans  beaucoup   de  cas  ne  vous  permettra  pas  de  vous  passer  de  notaire.       Virgile  Delporte,  créateur  du  site  Testamento    ©  MaxPPP     Testamento,  site  de  testament  en  ligne,  a  été  lancé  mardi  par  une  société  privée.  Il  ne  s'agit  pas  d'un  site  de   notaires.   Ce   sont   les   testaments   olographes   qui   sont   concernés,   c'est-­‐à-­‐dire   les   testaments   écrits   à   la   main.   Testamento  génère  donc  des  documents  types  qu'il  faut  ensuite  recopier,  et  éventuellement  enregistrer  auprès   d'un  notaire.   Comment  ça  marche  ?     L'inscription  est  gratuite.  Ensuite,  il  faut  répondre  à  quelques  questions  :  sexe,  âge,  situation  maritale,  ville  de   naissance,   adresse   etc.   Rapidement,   Testamento   vous   propose   deux   choix   :  une   formule   à   35   euros,   pour   un   testament  à  conserver  soi-­‐même,  ce  qui  ne  l'empêche  pas  d'être  valide  mais  est  plus  risqué.  Ou  alors,  pour  70   euros,  le  site  vous  propose  de  se  charger  à  votre  place  d'enregistrer  votre  document  sur  le  fichier  national  officiel,   en  passant  par  un  notaire.       3  décembre   2  177  789  visites  
  34. 34.   34   Pour  qui  ?   Testamento   ne   cache   pas   que   son   service   est   destiné   aux   personnes   ayant   des   demandes   simples,   plutôt   les   "30/50  ans  en  couple".  Ce  qui  représenterait  déjà  10  millions  de  personnes.  Les  testaments  olographes  sont  la   forme  la  plus  simple  de  testament,  mais  pourtant  beaucoup  ne  sont  finalement  pas  validés  juridiquement  à  cause   d'erreurs  :  pas  de  date,  pas  de  signature,  ou  encore  des  imprécisions  qui  ne  permettent  pas  de  trancher  sur  qui   obtient  quoi.  Testamento  a  l'avantage  de  vous  assurer  un  modèle  viable.   Le  notaire  toujours  indispensable   Mais  le  service  ne  se  substitue  pas  à  un  passage  chez  le  notaire.  Or  dans  certains  cas,  cette  étape  est  obligatoire,   notamment  quand  des  biens  immobiliers  entrent  en  jeu.  Et  de  manière  globale,  il  est  conseillé  de  faire  enregistrer   son  testament  plutôt  que  de  le  garder  pour  soi.     Si   Testamento   affirme   donc   ne   pas   vouloir   empiéter   sur   les   terres   notariales,   une   partie   de   la   profession   n'apprécie  pas  cette  initiative.  "On  ne  rédige  pas  un  testament  comme  on  achète  une  baguette  de  pain"  selon  Me   Thomas-­‐David  dans  le  Figaro.  Le  marché  des  successions  représente  autour  de  60  milliards  d'euros  par  an.          
  35. 35.   35   http://www.francetvinfo.fr/internet/ce-­‐qu-­‐il-­‐faut-­‐savoir-­‐avant-­‐de-­‐rediger-­‐son-­‐testament-­‐en-­‐ligne_473218.html   Ce  qu'il  faut  savoir  avant  de  rédiger  son  testament  en  ligne   Un  site  internet  propose  de  rédiger  son  testament  sur  internet.  Mais  cela  convient-­‐il  à  tout  le  monde  ?   Avant  de  quitter  cette  terre,  êtes-­‐vous  prêts  à  mettre  vos  dernières  volontés  dans  le  "cloud",  ce  nuage  de   données  ?  Depuis  son  lancement  mardi  3  décembre,  le  site  internetTestamento  propose  aux  internautes  de   rédiger  en  ligne  leur  testament.   Ce  nouveau  service  est  facturé  35  euros  pour  un  testament  "express".  Il  grimpe  jusqu'à  environ  100  euros   pour  une  version  plus  spécifique.  Ce  qui  scandalise  les  notaires,  écritLe  Figaro.fr.  Si  toutefois  cela  vous  tente,   francetv  info  vous  liste  les  pièges  à  éviter.     Ne  croyez  pas  que  tout  se  joue  en  ligne...     Même   sans   internet,   la   rédaction   d'un   testament   n'exige   pas   la   présence   d'un   notaire.   Le   testament   "olographe",   que   vous   rédigez   vous-­‐même,   doit   répondre   à   trois   conditions   pour   être   valide.   Elles   sont   listées  sur  le  portail  service-­‐public.fr.  :  "l'écrire  en  entier  à  la  main  (il  ne  doit  jamais  être  tapé  à  la  machine,   même   en   partie),   le   dater   précisément   (l'indication   du   jour,   du   mois,   et   de   l'année   sont   indispensables),   le   signer."   Ainsi,  une  fois  que  vous  avez  réalisé  votre  testament  via  le  site  internet,  il  est  indispensable  d'aller  au  bout   de  votre  démarche  pour  authentifier  le  document,  et  de  prendre  votre  stylo  :  "Vous  recopiez  votre  modèle  de   testament  intégralement  à  la  main  (c'est  obligatoire)",  précise  Testamento.       3  décembre   5  840  828  visites  
  36. 36.   36   Ensuite,   il   vous   appartient   de   conserver   le   document   (auquel   cas,   il   est   indispensable   d'en   informer   vos   proches,  afin  qu'il  ne  se  perde  pas)  ou  de  le  faire  inscrire  au  Fichier  central  des  dispositions  des  dernières   volontés  (FCDDV).   Dans  ce  cas,  vous  aurez  besoin  d'un  "notaire  partenaire"  du  site.  Dans  Le  Parisien,  le  fondateur  du  site,  Virgile   Delporte,  assure  donc  que  son  ambition  n'est  pas  de  "[concurrencer]  les  notaires".     ...  Ni  que  cela  vous  dispense  de  passer  chez  le  notaire     Par   ailleurs,   il   est   recommandé   d'inscrire   son   testament   au   FCDDV,   poursuit   service-­‐public.fr.   Surtout,  le   site  note  que  le  recours  à  un  notaire  est  parfois  obligatoire  dans  le  cadre  d'une  succession  :  "En  présence  de   biens   immobiliers   dans   la   succession,   pour   faire   établir  l'attestation   de   propriété   immobilière,  pour   obtenir   un  acte   de   notoriété  lorsqu'il   n'a   pas   été   possible   d'obtenir   un  certificat   d'hérédité  pour   prouver   sa   qualité   d'héritier  de  la  personne  décédée,  quand  il  y  a  un  testament  ou  une  donation  entre  époux."   Pour  Laurent   Mompert,   porte-­‐parole   du  Conseil   supérieur   du   notariat,   cité   par   Le   Figaro.fr,  "vendre   cette   démarche   juridique   comme   un   produit   fini   sur   internet,   laisser   croire   aux   gens   à   cette   simplification   et   à   l'inutilité   des   conseils   de   l'officier   public,   c'est   dangereux,   contraire   à   la   déontologie,   inacceptable",   s'est-­‐il   indigné.   Sachez  estimer  vos  besoins   Le   site   ne   cache   pas   que   ses   principaux   clients   devraient   être   non   pas   des   familles   recomposées   ou   nombreuses,   avec   des   situations   patrimoniales   complexes,   mais   "les   30-­‐50   ans   en   couple",  note-­‐t-­‐il.   Ce   qui  "représente  déjà  à  lui  seul  un  marché  de  10  millions  de  personnes".   Les   testaments   types   proposés   par   Testamento   sont   personnalisés   à   partir   d'un   questionnaire   en   ligne.   Avant  de  se  lancer,  mieux  vaut  être  certain  de  ne  pas  avoir  de  requêtes  trop  complexes.  En  revanche,  si  vous   avez   recours   aux   services   du   site,   vous   serez   assuré   de   sa   valeur   juridique.   Dans   le   cas   des   testaments   olographes,  "9  fois  sur  10,  il  y  a  des  omissions,  des  ambiguïtés  ou  des  imprécisions  sujettes  à  interprétation,  ce   qui  le  rend  juridiquement  invalide",  a  expliqué,  au  Figaro,  Barbara  Thomas-­‐David,  notaire  à  Paris.   Et  pour  vos  données  numériques  ?     Testamento  propose  de  formuler  vos  dernières  volontés  sur  internet,  mais  il  existe  un  tout  autre  type  de   testament   en   ligne   :   celui   de   Google.   L'application   "Gestionnaire   de   compte   inactif"  "vous   permet   de   demander  la  suppression  de  votre  compte  après  qu’il  a  été  inactif  pendant  une  période  de  temps  que  vous   précisez,  entre  trois  mois  et  un  an,  a  précisé  Slate.fr  en  avril.     "Cela  nettoiera  vos  vidéos  YouTube,  vos  posts  Google  +,  vos  fichiers  Google  Drive,  vos  e-­‐mails,  et  tout  le  reste.  Ou   vous   pouvez   demander   à   ce   que   tout   cela   soit   envoyé   à   vos   proches."  C'est   plutôt   cela,   un   véritable   cyber-­‐ héritier.        
  37. 37.   37           http://lci.tf1.fr/france/societe/video-­‐l-­‐e-­‐testament-­‐provoque-­‐la-­‐colere-­‐des-­‐notaires-­‐8324271.html   NOTRE  SOCIETE     Le  site  internet  "Testamento"  vient  de  lancer  mardi  un  concept  unique  en  France  :  rédiger  son  testament  en   ligne.  Une  pratique  qui  suscite  déjà  la  colère  des  notaires.     Un   testament   tout   prêt   en   seulement   30   minutes,   c'est   désormais   possible.   Un   nouveau   site   (testamento.com)  propose  depuis   mardi   aux   internautes   un   service   d'"e-­‐testament"   ou   comment   écrire   eux-­‐ mêmes  leur  testament  en  ligne.  Le  tout  à  des  prix  cassés  allant  de  35  à  70  euros.  Venu  tout  droit  des  Etats-­‐Unis,   ce   concept   unique   en   France   crée   déjà   la   polémique   et   ne   ravit   pas  les   notaires  qui   voient   à   travers   la   démocratisation  de  cet  acte,    une  dématérialisation  de  l'accompagnement  humain.   Ce  service  en  ligne  propose  les  mêmes  garanties  qu'un  testament  "classique".  Effectivement,  dans  notre  pays  10%   des  successions  seulement  se  règlent  par  le  biais  d'un  testament.  Afin  de  rassurer  les  internautes,  les  créateurs   Virgile  Delporte  et  son  frère  Sylvain,  affirment  que  le  site  a  été  conçu  "avec  des  notaires  et  avocats".   Malgré   l'intérêt   qu'il   suscite,   ce   service  provoque   d'ores   et   déjà   l'agacement   des   notaires.  Selon   Me   Fabrice   Gauthier,   "rédiger   son   testament   sans   s'entourer   des   conseils   d'un   professionnel   c'est   comme   faire   seul  la   vidange  de  sa  voiture.  Dans  20%  des  cas,  vous  n'allez  pas  mettre  la  bonne  huile,  ou  mal  reboucher  le  bouchon  et   faire   fondre   votre   moteur".   Pour   ce   notaire,   "il  n'y   a   pas   de   plus-­‐value   à   se   priver   des   conseils   d'un   notaire"   puisque  les  prix  dans  un  cabinet  ne  sont  pas  beaucoup  plus  excessifs  que  ceux  pratiqués  par  le  site  testamento.         3  décembre  
  38. 38.   38       Pascal  Samama   http://www.01net.com/editorial/605884/ecrire-­‐ses-­‐dernieres-­‐volontes-­‐en-­‐ligne-­‐avec-­‐testamento/   Écrire  ses  dernières  volontés  en  ligne  avec  Testamento     La  révolution  numérique  s’immisce  dans  les  successions  avec  Testamento  qui  propose  de  rédiger  un  testament   puis  de  le  faire  valider  légalement.   Internet  est  un  lieu  de  vie  qui,  comme  les  autres,  s’ouvre  à  la  mort.  Après  les  cimetières  virtuels,  pour  humain  et   animaux   de   compagnie,   deux   experts   en   nouvelles   technologies   se   sont   engagés   dans   une   voie   jusque-­‐là   inexplorée  en  France  :  les  testaments  en  ligne.   Le  service  Testamento,  propose  au  public  de  rédiger  ses  dernières  volontés  en  ligne  puis  de  les  faire  enregistrer   légalement  auprès  des  autorités  compétentes.  Testamento  est  accessible  au  public  depuis  ce  mardi  3  décembre   2013.  Pour  le  client,  cet  acte  coutera  100  euros.   Du  Net  au  testament  olographe,  en  passant  par  un  PDF   Si  aux  États-­‐Unis  ce  type  de  service  existe,  Testamento  est  une  première  en  France.  La  start-­‐up  de  cinq  personnes   a  été  créée  par  deux  frères,  Virgile  et  Sylvain  Delporte,  qui  sont  des  spécialistes  des  nouvelles  technologies.  Le   premier  a  travaillé  pour  SoftKinetic  et  Dassault  Systèmes  et  a  aussi  créé  Workogether,  une  société  de  conseil  en   high-­‐tech.  Quant  à  Sylvain,  c’est  un  spécialiste  de  la  sécurité  informatique.   L’idée  des  deux  complices  est  d’enregistrer  son  testament  en  ligne,  puis  de  générer  une  sortie  PDF  qu’il  faudra   recopier  et  envoyer  par  courrier  pour  le  faire  enregistrer  par  un  notaire  membre  du  réseau  Testamento.  Cette   dernière  étape  est  obligatoire  puisque,  pour  être  légal,  un  testament  doit  être  rédigé  à  la  main  puis  daté  et  signé   par  son  auteur.         3  décembre  
  39. 39.   39       4  décembre  
  40. 40.   40           4  décembre  
  41. 41.   41   h16free.com   L’innovation  en  France  peut  déjà  signer  son  testament  en  ligne   Publié le 4 décembre 2013 Même  si  la  France  a  bien  des  problèmes  à  apprendre  à  lire  et  à  écrire  à  ses  enfants,  même  si  elle  n’a  pas  de   pétrole  (et  ne  veut  pas  trop  toucher  à  son  gaz  de  schiste),  il  lui  reste  toujours  ses  fertiles  idées,  maintenant   protégées  par  un  Patent  Troll  Pool  d’État  que  le  monde  nous  envie,  et,  surtout,  fortement  encouragées  par  un   Président  dynamique  qui  en  veut  toujours  plus.   Et  c’est  donc  dans  ce  contexte  que  le  président  pédalo-­‐flambyste  a  lancé  à  Paris  le  Concours  d’Innovation   Mondiale  qui,  selon  lui,  doit  permettre  au  pays  de  retrouver  son  rang  dans  ce  domaine,  car  «  La  France  est  un   grand   pays   de   recherche  »  et   surtout   parce   que   mes   petits   amis,  nos   emplettes   sont   nos   emplois  pardon  «  L’innovation,  c’est  la  croissance  de  demain  »,  et  envoyez  la  Marseillaise,  à  vous  les  studios.   Manifestement,  François  Hollande  a  de  nouveau  chiqué  du  poil  de  licorne.   Pendant  ce  temps,  dans  le  monde  réel,  il  en  va  un  peu  différemment  et  l’innovation  n’est  pas   toujours  accueillie  avec  la  joie  et  l’ardeur  qui  serait  pourtant  utile  à  son  développement.  J’en   veux   pour   preuve   la   récente   mise   sur   le   marché   d’un   nouveau   service   au   travers   des   intertubes  numériques  et  qui  vise  à  dématérialiser  ce  bon  vieux  testament  des  familles  qui   était   jusqu’à   présent   cantonné,   pour   ainsi   dire,   à   l’artisanat   local.   En   effet,   deux   frères   viennent  de  lancer«  Testamento  »,  un  site  qui  ne  vend  pas,  contrairement  à  ce  que  le  nom   pourrait   faire   penser   des   esprits   ludiques,   un   Mentos   d’Outre-­‐Tombe,   mais   bien   la   possibilité   pour   tout   internaute   de   générer   son   testament   en   ligne,   en   tenant   compte   de   quelques   paramètres  personnels,  puis  de  le  soumettre  (ou  pas)  à  l’enregistrement  notarié.   Le  principe  est  simple  :  il  s’agit  de  proposer  une  aide  internet  à  la  rédaction  du  testament  olographe,  forme  la   plus  simple  et  la  plus  courante  des  testaments,  et  qui  consiste  en  un  document  manuscrit,  daté  et  signé,  et   que  tout  le  monde  peut  faire  et  conserver  chez  soi  sans  autre  forme  de  paperasserie  administrative  (Car  si,   si,  en  France,  des  actes  aussi  simples  peuvent  exister  sans  l’onction  –  souvent  extrême  –  de  l’administration,   même  si,  il  faut  bien  le  reconnaître,  ils  sont  de  plus  en  plus  rares).  Rassurez-­‐vous,  ce  testament  olographe  ne   met  pas  en  danger  la  profession  des  notaires  puisque  dans  9  cas  sur  10  en  moyenne,  il  y  a  des  omissions,  des   ambiguïtés,  des  imprécisions,  des  petits  pâtés,  des  ratures,  des  trucs  et  des  machins  sujets  à  interprétations   qui  rendent  le  papelard  juridiquement  invalide  et  permettent  ainsi  de  renvoyer  la  famille  (et  le  mort)  dans   les  bras  des  Notaires,  qui  se  frottent  alors  les  mains  avec  la  componction  qu’une  perte  douloureuse  dans  les   familles  de  clients  accompagne  bien  évidemment.   Dans  le  cas  qui  nous  occupe,  le  document  produit  par  Testamento  permet  justement  d’éviter  ces  petits  tracas   (je  parle  des  pâtés  et  des  ambiguïtés,  hein),  en  produisant  un  résultat  juridiquement  valable.  Il  n’en  a  pas   fallu   plus   pour   observer   comme  une   petite   réticence  de   la   part   des   principaux   concernés   par   cette   innovation,  les  notaires.  Choqués  sur  le  fond  comme  sur  la  forme,  la  profession  vient  de  se  recroqueviller  sur   elle-­‐même  après  un  petit  cri  strident  et  quelques  articles  bien  sentis.   4  décembre  
  42. 42.   42   Eh  oui  :  franchement,  internautes  de  peu  de  foi,  imaginer  qu’on  pourra  ainsi  aider  les  gens  par  un  tel  service,   c’est  forcément  du  pipeau  !  Me  Laurent  Mompert,  porte-­‐parole  du  Conseil  supérieur  du  notariat,  tempête   ainsi  :   «  Vendre   cette   démarche   juridique   comme   un   produit   fini   sur   Internet,   laisser   croire   aux   gens   à   cette   simplification   et   à   l’inutilité   des   conseils   de   l’officier   public,   c’est   dangereux,   contraire   à   la   déontologie,   inacceptable.  »   Ben  oui  quoi,  un  service  qui  se  simplifierait  par  internet  et  qui  obligerait  une  profession  à  se  remettre  en   cause  pour  se  concentrer  sur  sa  vraie  valeur  ajoutée,  c’est  inacceptable  !  Ne  l’acceptons  pas,  d’ailleurs  :  tout   le   monde   sait   qu’on   ne   peut   pas,   qu’on   ne   doit   pas   rédiger   un   testament   comme   on   achète   une   vulgaire   baguette   de   pain,   entre   deux   courses   et   dans   des   boutiques   interlopes   aux   pratiques   douteuses   !   Non,   môssieu,  le  testament,  c’est  un  truc  complexe  de  chez  complexe  avec  des  situations  familiales  tendues,  des   règles  bien  précises  et  un  besoin  évident  de  sur-­‐mesure.   Bon.  Certes.  Mais  il  y  a  aussi  tout  de  même  un  paquet  de  cas  standards  pour  lesquels  un  testament  de  base   peut   très   bien   fonctionner,   et   on   comprend   qu’un   tel   service   internet   permettrait   de   démocratiser   le   testament  olographe  qui  pour  le  moment  est  surtout  réservé  à  une  faible  minorité  de  personnes.  Mais  non.  Il   ne  faut  pas.  C’est  mal.  Ce  serait  la  porte  ouverte  à  un  changement  de  routine  dans  laquelle  les  notaires  sont   maintenant   placés   depuis   quelques   siècles,   ce   qui   provoquerait,   à   n’en   pas   douter,   des   angoisses   et   des   ongles  cassés.   Évidemment,   on   retombe   ici   sur   la   sempiternelle   constatation   d’un   pays   sacrément   sclérosé   face   à   l’innovation  dont  se  gargarise  pourtant  François  Hollande.  Tout  comme  les  chauffeurs  de  taxi  qui  s’affolent   de  plus  en  plus  devant  les  VTC,  tout  comme  s’exciteront  sans  nul  doute  les  banques  centrales  à  mesure  que   les   crypto-­‐monnaies   prendront   de   l’importance,   les   notaires   ne   supportent   pas   l’intrusion   des   nouvelles   technologies  dans  leur  petit  monde  douillet.   Soit.   Cependant,   on   peut   noter,   en   parallèle   à   la   réaction   outrée,   passéiste,   rigolote  et  parfaitement  inutile  des  notaires,  la  façon  très  particulière  que   les  médias  ont  choisie  pour  faire  mention  de  cette  nouveauté.  Si  l’article  du   Figaro  était  à  peu  près  neutre  (bien  que  donnant  une  parole  démesurée  aux   notaires  et  quasiment  rien  aux  entrepreneurs),  il  en  va  différemment  des   voix  officielles  de  la  République,  à  savoir  FranceTVInfo  et  FranceBleu       Le  premier  joue  gentiment  l’aspect  didactique  sur  le  mode  «  avant  d’aller  cliquer  bêtement  sur  ce  site  louche,   rappelez-­‐vous   qu’il   vous   sera   difficile   de   vous   passer   de   notaire  »,   avec   cette   petite   pointe   subtile   de   dénigrement  qui  permet  de  bien  remettre  les  inventeurs/entrepreneurs  à  leur  place  de  vilains  méchants  qui   tentent  de  piquer  le  travail  des  officiers  de  la  République  haletante  et  égalitaire.  Le  second,  encore  moins   raffiné,  se  contente  dès  le  titre  de  poser  la  question  qui  tue  :  «  Le  testament  en  ligne  sert-­‐il  à  quelque  chose   ?  »  puisqu’après  tout,  comme  il  va  falloir  à  un  moment  ou  un  autre  voir  un  notaire  (mais  si,  puisqu’on  vous   dit  qu’il  faut,  même  quand  ce  n’est  pas  obligatoire),  hein,  bon,  après  tout,  pourquoi  se  cogner  les  intertubes   avec  des  clics  complexes  et  des  petits  caractères  flous  sur  des  écrans  qui  scintillent  ?  Hein,  Mamie,  pourquoi  
  43. 43.   43   tu  ne  laisses  pas  les  jeunes  jouer  à  Call  Of  Duty  tranquillement  au  lieu  de  mobiliser  connement  ta  machine   pour  entrer  ton  testament  standard  et  t’éviter  ainsi  une  péniblerie  au  notaire  du  coin  ?   Pas   de   doute   :   si   le   corporatisme   fossilisé   des   notaires   ne   surprendra   bien   sûr   personne,   la   réaction   des   journalistes,  en  filigrane,  est  tout  aussi  charmante  et  parfaitement  alignée  avec  cet  état  d’esprit  si  français   face  à  l’innovation.  Si,  il  y  a  quelques  décennies  de  cela,  le  peuple  français  embrassait  l’innovation  à  bras   ouverts,   tout   indique   actuellement   que   sa   population   est   maintenant   persuadée   que   tout   changement   provoquera   des   heurts,   des   bosses   et   des   horions,   justifiant   dès   lors   impérativement   de   tuer   dans   l’oeuf   toute  velléité  d’amélioration.  Après  tout,  à  tenter  des  trucs  et  des  machins  comme  ça,  on  sait  ce  qu’on  perd,   ma  brave  dame,  mais  on  ne  sait  pas  ce  qu’on  peut  gagner,  alors  ne  faisons  rien  !  Principe  de  précaution  !   Hollande  est  amusant.  Avec  son  Concours  d’Innovation  Mondiale,  il  ne  se  rend  pas  compte  qu’il  ne  s’adresse   finalement  pas  du  tout  aux  Français.  Ceux  qui  innovent  sont  déjà  partis,  ceux  qui  restent  n’innovent  pas,  et   ceux  qui  tentent  d’innover  sont  minutieusement  pourchassés  par  les  corporations  zombies  et  les  rabats-­‐joie   vendeurs  de  moraline  par  barils  entiers.   Pas  de  doute.  Ce  pays  est  foutu.      
  44. 44.   44       4  décembre   453  086  758  visites  
  45. 45.   45       http://www.leparticulier.fr/jcms/p1_1548970/le-­‐e-­‐testament-­‐est-­‐il-­‐vraiment-­‐utile   Le  e-­‐testament  est-­‐il  vraiment  utile  ?     Un   nouveau   site   propose   de   rédiger   son   testament   sur   internet.   Un   service   payant  qui,  dans  certains  cas,  ne  dispense  pas  des  conseils  d'un  notaire.     Rédiger  son  testament  en  30  minutes  et  quelques  clics,  sans  consulter  de  notaire.   C'est  ce  que  promet  le  nouveau  site  internet  Testamento  pour  un  prix  allant  de  35   à   70   €.  L'internaute   doit   répondre   à   un   questionnaire,   puis   opter   pour   un   modèle   type   de   testament,   qui   est   ensuite  généré  en  PDF.  Il  est  alors  possible  de  l'imprimer  pour  le  conserver  ou  de  le  recopier  à  la  main  en  vue   de  l'envoyer  à  un  notaire,  qui  le  transmettra  au  Fichier  central  des  dispositions  des  dernières  volontés  (FCDDV).     L'établissement   d'un  acte   consignant   les   souhaits   d'une  personne   qui   veut   organiser   la   transmission   ses   biens,   après   son   décès,   n'exige   pas,   en   pratique,  la   présence   d'un   notaire.  Désigné   sous   le   titre   de   "   testament   olographe",   chacun   peut   coucher   lui-­‐même,   par   écrit,   l'ensemble   de   ces   dernières   volontés.   Toutefois,   le   document   doit  alors   respecter  trois   conditions   pour   être   valide   :   il   doit   écrit   à   la   main,   daté   et   signé   (voir   :Comment  faire  pour  rédiger  soi-­‐même  son  testament  ?).       "L'ambition   de  Testamento  n'est   pas   de   concurrencer   les   notaires   mais,   au   contraire   de   trouver   des   partenaires  parmi   ces   professionnels",   indique   Virgile   Delporte,   cofondateur     du   site.   Selon   lui,   ses  principaux   clients   devraient   être   non   pas   des   familles   recomposées   ou  présentant   des   situations   complexes,   mais   plutôt   des  concubins  et  des  partenaires  de  PACS,  qui  ne  sont  pas  héritiers  l'un  de  l'autre.  Plus  généralement,  le  marché   visé  est  celui  des  30-­‐50  ans  qui  totalisent  10  millions  de  personnes.     Face   aux   critiques   des   instances   notariales,   Virgile   Delporte   se   veut   rassurant   et   affirme   qu'il   apportera   aux   notaires  "une  nouvelle  clientèle",  différente  de  celle  qui  se  rend  habituellement  dans  leurs  études.   Stéphanie  Alexandre       4  décembre   957  556  visites  
  46. 46.   46     http://www.contrepoints.org/2013/12/04/148722-­‐linnovation-­‐en-­‐france-­‐peut-­‐deja-­‐signer-­‐son-­‐testament-­‐en-­‐ ligne   L’innovation  en  France  peut  déjà  signer  son  testament  en  ligne   Publié  le  4  décembre  2013   Même  si  la  France  a  bien  des  problèmes  à  apprendre  à  lire  et  à  écrire  à  ses  enfants,  même  si  elle  n’a  pas  de   pétrole   (et   ne   veut   pas   trop   toucher   à   son   gaz   de   schiste),   il   lui   reste   toujours   ses   fertiles   idées,  maintenant   protégées  par  un  Patent  Troll  Pool  d’État  que  le  monde  nous  envie,  et,  surtout,  fortement  encouragées  par  un   Président  dynamique  qui  en  veut  toujours  plus.   Et   c’est   donc   dans   ce   contexte   que   le   président   pédalo-­‐flambyste   a   lancé   à   Paris   le   Concours   d’Innovation   Mondiale  qui,  selon  lui,  doit  permettre  au  pays  de  retrouver  son  rang  dans  ce  domaine,  car  «  La  France  est  un   grand   pays   de   recherche  »  et   surtout   parce   que   mes   petits   amis,  nos   emplettes   sont   nos   emplois  pardon  «  L’innovation,   c’est   la   croissance   de   demain  »,   et   envoyez   la   Marseillaise,   à   vous   les   studios.   Manifestement,  François  Hollande  a  de  nouveau  chiqué  du  poil  de  licorne.     Pendant  ce  temps,  dans  le  monde  réel,  il  en  va  un  peu  différemment  et  l’innovation  n’est  pas   toujours  accueillie  avec  la  joie  et  l’ardeur  qui  serait  pourtant  utile  à  son  développement.  J’en   veux  pour  preuve  la  récente  mise  sur  le  marché  d’un  nouveau  service  au  travers  des  intertubes   numériques  et  qui  vise  à  dématérialiser  ce  bon  vieux  testament  des  familles  qui  était  jusqu’à   présent   cantonné,   pour   ainsi   dire,   à   l’artisanat   local.   En   effet,   deux   frères   viennent   de   lancer«  Testamento  »,   un   site   qui   ne   vend   pas,   contrairement   à   ce   que   le   nom   pourrait   faire   penser   des   esprits   ludiques,   un   Mentos   d’Outre-­‐Tombe,   mais   bien   la   possibilité   pour   tout   internaute  de  générer  son  testament  en  ligne,  en  tenant  compte  de  quelques  paramètres  personnels,  puis  de  le   soumettre  (ou  pas)  à  l’enregistrement  notarié.   Le  principe  est  simple  :  il  s’agit  de  proposer  une  aide  internet  à  la  rédaction  du  testament  olographe,  forme  la  plus   simple  et  la  plus  courante  des  testaments,  et  qui  consiste  en  un  document  manuscrit,  daté  et  signé,  et  que  tout  le   monde  peut  faire  et  conserver  chez  soi  sans  autre  forme  de  paperasserie  administrative  (Car  si,  si,  en  France,  des   actes  aussi  simples  peuvent  exister  sans  l’onction  –  souvent  extrême  –  de  l’administration,  même  si,  il  faut  bien  le   reconnaître,   ils   sont   de   plus   en   plus   rares).   Rassurez-­‐vous,   ce   testament   olographe   ne   met   pas   en   danger   la   profession   des   notaires   puisque   dans   9   cas   sur   10   en   moyenne,   il   y   a   des   omissions,   des   ambiguïtés,   des   imprécisions,   des   petits   pâtés,   des   ratures,   des   trucs   et   des   machins   sujets   à   interprétations   qui   rendent   le   papelard  juridiquement  invalide  et  permettent  ainsi  de  renvoyer  la  famille  (et  le  mort)  dans  les  bras  des  Notaires,   qui   se   frottent   alors   les   mains   avec   la   componction   qu’une   perte   douloureuse   dans   les   familles   de   clients   accompagne  bien  évidemment.   Dans  le  cas  qui  nous  occupe,  le  document  produit  par  Testamento  permet  justement  d’éviter  ces  petits  tracas  (je   parle  des  pâtés  et  des  ambiguïtés,  hein),  en  produisant  un  résultat  juridiquement  valable.  Il  n’en  a  pas  fallu  plus   pour  observer  comme  une  petite  réticence  de  la  part  des  principaux  concernés  par  cette  innovation,  les  notaires.   Choqués  sur  le  fond  comme  sur  la  forme,  la  profession  vient  de  se  recroqueviller  sur  elle-­‐même  après  un  petit  cri   strident  et  quelques  articles  bien  sentis.   4  décembre  
  47. 47.   47   Eh  oui  :  franchement,  internautes  de  peu  de  foi,  imaginer  qu’on  pourra  ainsi  aider  les  gens  par  un  tel  service,  c’est   forcément  du  pipeau  !  Me  Laurent  Mompert,  porte-­‐parole  du  Conseil  supérieur  du  notariat,  tempête  ainsi  :   «  Vendre   cette   démarche   juridique   comme   un   produit   fini   sur   Internet,   laisser   croire   aux   gens   à   cette   simplification   et   à   l’inutilité   des   conseils   de   l’officier   public,   c’est   dangereux,   contraire   à   la   déontologie,   inacceptable.  »   Ben  oui  quoi,  un  service  qui  se  simplifierait  par  internet  et  qui  obligerait  une  profession  à  se  remettre  en  cause   pour  se  concentrer  sur  sa  vraie  valeur  ajoutée,  c’est  inacceptable  !  Ne  l’acceptons  pas,  d’ailleurs  :  tout  le  monde   sait  qu’on  ne  peut  pas,  qu’on  ne  doit  pas  rédiger  un  testament  comme  on  achète  une  vulgaire  baguette  de  pain,   entre  deux  courses  et  dans  des  boutiques  interlopes  aux  pratiques  douteuses  !  Non,  môssieu,  le  testament,  c’est   un  truc  complexe  de  chez  complexe  avec  des  situations  familiales  tendues,  des  règles  bien  précises  et  un  besoin   évident  de  sur-­‐mesure.   Bon.  Certes.  Mais  il  y  a  aussi  tout  de  même  un  paquet  de  cas  standards  pour  lesquels  un  testament  de  base  peut   très   bien   fonctionner,   et   on   comprend   qu’un   tel   service   internet   permettrait   de   démocratiser   le   testament   olographe  qui  pour  le  moment  est  surtout  réservé  à  une  faible  minorité  de  personnes.  Mais  non.  Il  ne  faut  pas.   C’est   mal.   Ce   serait   la   porte   ouverte   à   un   changement   de   routine   dans   laquelle   les   notaires   sont   maintenant   placés  depuis  quelques  siècles,  ce  qui  provoquerait,  à  n’en  pas  douter,  des  angoisses  et  des  ongles  cassés.   Évidemment,  on  retombe  ici  sur  la  sempiternelle  constatation  d’un  pays  sacrément  sclérosé  face  à  l’innovation   dont  se  gargarise  pourtant  François  Hollande.  Tout  comme  les  chauffeurs  de  taxi  qui  s’affolent  de  plus  en  plus   devant  les  VTC,  tout  comme  s’exciteront  sans  nul  doute  les  banques  centrales  à  mesure  que  les  crypto-­‐monnaies   prendront  de  l’importance,  les  notaires  ne  supportent  pas  l’intrusion  des  nouvelles  technologies  dans  leur  petit   monde  douillet.   Soit.   Cependant,  on  peut  noter,  en  parallèle  à  la  réaction  outrée,  passéiste,  rigolote   et  parfaitement  inutile  des  notaires,  la  façon  très  particulière  que  les  médias   ont  choisie  pour  faire  mention  de  cette  nouveauté.  Si  l’article  du  Figaro  était  à   peu   près   neutre   (bien   que   donnant   une   parole   démesurée   aux   notaires   et   quasiment  rien  aux  entrepreneurs),  il  en  va  différemment  des  voix  officielles   de  la  République,  à  savoir  FranceTVInfo  et  FranceBleu           Le  premier  joue  gentiment  l’aspect  didactique  sur  le  mode  «  avant  d’aller  cliquer  bêtement  sur  ce  site  louche,   rappelez-­‐vous   qu’il   vous   sera   difficile   de   vous   passer   de   notaire  »,   avec   cette   petite   pointe   subtile   de   dénigrement  qui  permet  de  bien  remettre  les  inventeurs/entrepreneurs  à  leur  place  de  vilains  méchants  qui   tentent  de  piquer  le  travail  des  officiers  de  la  République  haletante  et  égalitaire.  Le  second,  encore  moins   raffiné,  se  contente  dès  le  titre  de  poser  la  question  qui  tue  :  «  Le  testament  en  ligne  sert-­‐il  à  quelque  chose   ?  »  puisqu’après  tout,  comme  il  va  falloir  à  un  moment  ou  un  autre  voir  un  notaire  (mais  si,  puisqu’on  vous   dit  qu’il  faut,  même  quand  ce  n’est  pas  obligatoire),  hein,  bon,  après  tout,  pourquoi  se  cogner  les  intertubes  
  48. 48.   48   avec  des  clics  complexes  et  des  petits  caractères  flous  sur  des  écrans  qui  scintillent  ?  Hein,  Mamie,  pourquoi   tu  ne  laisses  pas  les  jeunes  jouer  à  Call  Of  Duty  tranquillement  au  lieu  de  mobiliser  connement  ta  machine   pour  entrer  ton  testament  standard  et  t’éviter  ainsi  une  péniblerie  au  notaire  du  coin  ?   Pas   de   doute   :   si   le   corporatisme   fossilisé   des   notaires   ne   surprendra   bien   sûr   personne,   la   réaction   des   journalistes,  en  filigrane,  est  tout  aussi  charmante  et  parfaitement  alignée  avec  cet  état  d’esprit  si  français   face  à  l’innovation.  Si,  il  y  a  quelques  décennies  de  cela,  le  peuple  français  embrassait  l’innovation  à  bras   ouverts,   tout   indique   actuellement   que   sa   population   est   maintenant   persuadée   que   tout   changement   provoquera   des   heurts,   des   bosses   et   des   horions,   justifiant   dès   lors   impérativement   de   tuer   dans   l’oeuf   toute  velléité  d’amélioration.  Après  tout,  à  tenter  des  trucs  et  des  machins  comme  ça,  on  sait  ce  qu’on  perd,   ma  brave  dame,  mais  on  ne  sait  pas  ce  qu’on  peut  gagner,  alors  ne  faisons  rien  !  Principe  de  précaution  !   Hollande  est  amusant.  Avec  son  Concours  d’Innovation  Mondiale,  il  ne  se  rend  pas  compte  qu’il  ne  s’adresse   finalement  pas  du  tout  aux  Français.  Ceux  qui  innovent  sont  déjà  partis,  ceux  qui  restent  n’innovent  pas,  et   ceux  qui  tentent  d’innover  sont  minutieusement  pourchassés  par  les  corporations  zombies  et  les  rabats-­‐joie   vendeurs  de  moraline  par  barils  entiers.   Pas  de  doute.  Ce  pays  est  foutu.                            
  49. 49.   49         http://www.boursorama.com/actualites/le-­‐e-­‐testament-­‐fait-­‐grincer-­‐les-­‐dents-­‐des-­‐notaires-­‐ a5c352a8d78b582f27dd935c2b058408   Le  e-­‐testament  fait  grincer  les  dents  des  notaires:   Une   entreprise   privée   tente   de   se   glisser   sur   le   marché   prometteur   de   la   rédaction   de   testament   en   ligne   et   "réinventer  l'un  des  plus  anciens  outils  juridique  au  monde".  Mais  en  mettant  les  pieds  dans  le  plat  du  notariat,  le   site  iconoclaste,  baptisé  "Testamento",  crée  la  polémique.       4  décembre   30  429  896  visites  
  50. 50.   50     http://www.reponseatout.com/actualites/decryptage/testamento-­‐e-­‐testament-­‐comment-­‐ca-­‐marche-­‐ a1011712   Testamento  :  l’e-­‐testament,  comment  ça  marche  ?   Lancé hier, le site internet Testamento propose aux internautes de concevoir en ligne leur testament. Comment s’y prendre exactement ? Quels sont les pièges à éviter ? Zoom sur un dispositif qui scandalise les notaires.   Les  notaires  sont   en   colère.   La   faute   à  Testamento,  un   site  ouvert   le   3   décembre  et  permettant  à  qui  le  veut  de  rédiger  son  testament  sur  internet.   Son  cofondateur,  Virgile  Delporte,  assure  qu’il  ne  tient  pas  à  concurrence  les   notaires.  Quelle  est  la  démarche  à  suivre  ?  Quels  sont  les  avantages  et  les  inconvénients  de  la  rédaction  en  ligne  ?   Réponses.   Testamento  :  la  rédaction  à  la  main  reste  indispensable   Le  service  coûte  entre  35  euros  (testament  «  express  »  en  trente  minutes)  et  70  euros  (version  plus  aboutie).  Pour   réaliser   son   e-­‐testament,   il   suffit   de   s’inscrire   sur   Testamento   puis   de   répondre   à   quelques   questions   (sexe,   situation   martiale,   état   civil,   etc.)   qui   vont   permettre   à   un   logiciel   de   générer   un   modèle   personnalisé   de   testament.  Le  plus  :  la  garantie  d’une  valeur  juridique.  Le  testateur  évite  ainsi  les  imprécisions  ou  les  omissions.  Le   moins  :  l’internaute  devra  faire  simple  et  mettre  de  côté  les  problématiques  complexes.  Par  ailleurs,  le  site  est   pour  le  moment  réservé  aux  personnes  souhaitant  privilégier  leur  partenaire  de  vie  (mariés,  pacsés,  etc.).  Les   célibataires  et  les  veufs  ne  peuvent  donc  pas  créer  leur  e-­‐testament.   Attention,  pour   être   valide,   le   testament   doit   être   entièrement   écrit,   daté   et   signé   de   la   main   du   testateur   (olographe),  indique  le  site  Service-­‐public.fr.  La  présence  d’un  notaire  n’est  pas  obligatoire  lors  de  la  rédaction.   Pour  authentifier  le  document,  il  est  donc  nécessaire  de  recopier  le  modèle  enregistré  sur  le  site  «  intégralement   à  la  main  »,  précise  Testamento.   Testamento  :  l’e-­‐testament  est-­‐il  vraiment  utile  ?   Deuxième   étape   :   conserver   précieusement   le   document   ou   le   faire   enregistrer   (conseillé)   par   un   notaire   partenaire  du  site  au  Fichier  central  des  dispositions  des  dernières  volontés  (FCDDV).  Testamento  rappelle  que   l’intervention  d’un  notaire  est  parfois  obligatoire  «  en  présence  de  biens  immobiliers  dans  la  succession,  pour   faire  établir  l'attestation  de  propriété  immobilière,  pour  obtenir  un  acte  de  notoriété  lorsqu'il  n'a  pas  été  possible   d'obtenir   un   certificat   d'hérédité   pour   prouver   sa   qualité   d'héritier   de   la   personne   décédée,   quand   il   y   a   un   testament  ou  une  donation  entre  époux.  »   Les  notaires  sont  nombreux  à  critiquer  le  dispositif.  «  Vendre  cette  démarche  juridique  comme  un  produit  fini  sur   internet,   laisser   croire   aux   gens   à   cette   simplification   et   à   l'inutilité   des   conseils   de   l'officier   public,   c'est   dangereux,  contraire  à  la  déontologie  »,  estime  Laurent  Mompert,  porte-­‐parole  du  Conseil  supérieur  du  notariat,   cité  par  Le  Figaro.  Et  vous,  pour  ou  contre  l’e-­‐testament  ?         4  décembre  
  51. 51.   51     http://www.20minutes.fr/economie/1259185-­‐20131204-­‐testamento-­‐sadresse-­‐vraiment-­‐testament-­‐ligne   Testamento:  A  qui  s’adresse  vraiment  le  testament  en  ligne?   Mis  à  jour  le  05/12/2013   Mathieu  Bruckmuller                                                                               Un  homme  avec  un  ordinateur.  PURESTOCK/SIPA   SOCIETE  -­‐  Testamento.fr  ambitionne  de  «rajeunir  et  de  démocratiser  l’accès  au  testament».  L’initiative  n’est   pas  toujours  appréciée  chez  les  professionnels...   Faire   son   testament   en   ligne   en   30   minutes   chrono   à   partir   de   35   euros.   C’est   la   promesse   de   la   plateforme  www.testamento.fr,   ouverte   depuis   mardi.   «Alors   que   près   d’un   Américain  sur   deux   a   pris   ses   dispositions,   une   immense   majorité   de   la   population   française   reste   à   l’écart   de   cette   démarche   pourtant   indispensable  et  incontournable  pour  la  protection  des  siens.  Nous  voulons  rajeunir  et  démocratiser  l’accès  au   testament,  notamment  pour  les  concubins  et  partenaires  de  pacs,  qui  ne  sont  pas  automatiquement  héritiers  l’un   de  l’autre»,  assure  Virgile  Delporte,  le  cofondateur,  qui  rappelle  que  dans  l’Hexagone,  neuf  successions  sur  dix  se   font  sans  testament.   Trois  formules  de  35  à  70  euros   Pour  y  remédier,  Testamento  propose  trois  formules  de  35  à  70  euros.  Après  avoir  répondu  à  quelques  questions,   l’internaute   n’a   plus   qu’à   recopier   à   la   main,   dater   et   signer   le   document   afin   de   réaliser   un   testament   dit   olographe.  En  théorie,  il  peut  être  fait  seul  et  gratuitement.  Mais  «trop  souvent,  en  l’absence  de  conseils,  il  ne   respecte  pas  toutes  les  dispositions  légales  de  forme.  Il  peut  être  aussi  difficile  de  les  trouver  quand  la  personne   est  décédée»,  reconnaît  Maître  Maury,  notaire  à  Colombes  (Hauts-­‐de-­‐Seine).   5  décembre   24  950  165  visites  
  52. 52.   52     http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20131204trib000799269/testament-­‐en-­‐ligne-­‐les-­‐ notaires-­‐aimeraient-­‐bien-­‐l-­‐enterrer.html   Testament  en  ligne?  Les  notaires  aimeraient  bien  l'enterrer           Dans  neuf  successions  sur  dix,  il   n'y   a  pas  de  testament,  ou   il  est  invalide.  Le  site  Testamento  propose   des   modèles  en  ligne.  Mais  cela  ne  plaît  pas  aux  notaires.   Un  nouveau  site  internet  propose  de  rédiger  en  ligne  son  "Testament  Express"  en  "trente  minutes  chrono"   pour  un  prix  allant  de  35  euros  à  70  euros.  Émoi  chez  les  professionnels.   Régler   votre   succession   en   trente   minutes   chrono   et   pour   une   somme   modique.   C'est   ce   que   propose   le   site   Testamento  depuis  mardi.  Les  successions  représentent  environ  60  milliards  d'euros  par  an,  mais  dans  neuf  cas   sur  dix,  elles  se  font  sans  testament.  Seulement  200.000  testaments  olographes,  c'est  à  dire  rédigés  de  la  main  de   la  personne  qui  prépare  sa  succession,  sont  enregistrés  chaque  année.  Les  autres,  qui  souffrent  souvent  d'une   trop  grande  ambiguïté  ou  de  manque  de  clarté  sont  pour  la  plupart  invalides.   Un  marché  de  10  millions  de  personnes                                                                                                                                                                                                         Flairant  un  filon,  Virgile  Delporte  a  créé  un  modèle  en  ligne  "garantissant,  selon  lui,  une  valeur  juridique".  Ainsi  est   né  Testamento,  le  site  internet  qui  pour  un  prix  allant  de  35  euros  à  70  euros  vous  offre  son  "Testament  Express"   en  "trente  minutes  chrono".  Libre  ensuite  à  la  personne  de  faire  enregistrer  ce  document  au  fichier  central  des   dispositions  des  dernières  volontés  (FCDDV)  tenu  par  les  notaires,  ou  tout  simplement  de  le  conserver  chez  soi.  Le   cœur  de  cible?  Les  30-­‐50  ans  en  couple,  qui  représenteraient  un  marché  potentiel  de  10  millions  de  personnes,   selon  le  site,  cité  par  le  Figaro.   Les  notaires  ne  l'entendent  pas  de  cette  oreille                                                                                                                                                                                                                 Évidemment,  l'idée  n'est  pas  du  tout  du  goût  des  notaires.  "Vendre  cette  démarche  juridique  comme  un  produit   fini  sur  Internet,  laisser  croire  aux  gens  à  cette  simplification  et  à  l'inutilité  des  conseils  de  l'officier  public,  c'est   dangereux,  contraire  à  la  déontologie,  inacceptable",  s'indignait  mardi  dans  les  colonnes  du  Figaro  Me  Laurent   Mompert,  porte-­‐parole  du  Conseil  supérieur  du  notariat.   "On  ne  rédige  pas  un  testament  comme  on   achète  une  baguette  de  pain",  soulignait  quant  à  elle  Me  Barbara   Thomas-­‐David,  notaire  à  Paris.  Les  situations  familiales  sont  de  plus  en  plus  complexes  et  nécessitent  souvent  du   sur-­‐mesure",   complétait-­‐elle.   A   noter   par   ailleurs   qu'en   France,   l'exercice   illégal   d'une   profession   juridique   est   répréhensible  devant  la  loi.  La  bonne  idée  de  Virgile  Delporte  pourrait  donc  bien  se  heurter  à  un  mur  légal.   5  décembre   5  047  066  visites  
  53. 53.   53           http://www.liberation.fr/vous/2013/12/05/prendre-­‐ses-­‐dispositions-­‐sur-­‐internet_964456       Prendre  ses  dispositions  sur  Internet     Manquait  plus  que  lui  :  on  peut,  depuis  cette  semaine,  rédiger  son  testament,  oui  les  quelques  lignes  datées,   signées,  qu’on  laisse  à  ses  héritiers,  surwww.testamento.fr,  un  site  qui  en  assure  la  légalité,  contre  30  à  75  euros.     De  fait,  quand  on  fait  ça  seul  dans  son  coin,  le  résultat  est  souvent  inexploitable.  Sur  le  site,  l’internaute  remplit   un  questionnaire  puis  accède  à  un  testament  type  qu’il  recopie.  Il  peut  ensuite  le  déposer  chez  un  notaire  ou  le   garder  chez  lui.     Seuls   200   000  testaments   olographes   sont   enregistrés   tous   les   ans   en   France,   ce   qui   fait   peu   pour   le   nombre   d’habitants.  Mais  les  notaires  sont  furax  :  concurrence  déloyale,  marketing  d’actes  juridiques,  situations  familiales   complexes…  Ils  plaident  pour  le  «sur-­‐mesure».         5  décembre   19  619  924  visites  
  54. 54.   54       http://www.terrafemina.com/culture/culture-­‐web/articles/34183-­‐testamento-­‐le-­‐site-­‐pour-­‐ecrire-­‐son-­‐ testament-­‐olographe-­‐sur-­‐internet-­‐modeles-­‐et-­‐prix.html     Testamento  :  le  site  pour  écrire  son  testament  olographe  sur  Internet  (modèles  et  prix)   En  moins  de  30  minutes,  le  site  Internet  Testamento  propose  de  rédiger  son  testament  sur  Internet  pour  pas  cher,   cela  afin  de  protéger  ses  proches  en  cas  de  décès  et  d’économiser  un  passage  chez  le  notaire.  Le  tout  en  toute   légalité.   Petit  coup  de  tonnerre  sur  Internet  avec  le  site  Testamento  qui  propose  aux  particuliers  de  rédiger  un  testament   sur  Internet  en  moins  de  30  minutes  et  en  toute  légalité.  Cela  dans  le  but  de  protéger  ses  proches  en  cas  de   décès,  puisque  comme  le  rappelle  le  site,  lorsque  l’on  n’est  pas  marié,  le  conjoint  n’est  pas  automatique  l’héritier.   Comment  rédiger  son  testament  sur  Internet  ?   Pour  cela  il  suffit  de  suivre  trois  étapes  très  rapide.  Tout  commence  évidemment  par  une  inscription  sur  le  site   Testamento,  puis  on  répond  à  quelques  questions  afin  de  générer  un  modèle  de  testament  et  on  recopie  le  tout  à   la  main  pour  obtenir  un  testament  olographe.  Le  site  propose  même  de  faire  enregistrer  ce  testament  par  un   notaire.  Niveau  prix,  il  faut  compter  jusqu’à  70  euros.     Ci-­‐dessous,  vous  pouvez  découvrir  en  image  comment  fonctionne  précisément  ce  service  qui  fait  déjà  beaucoup   parler  de  lui.  Notons  tout  de  même  que  ce  service  ne  propose  pas  les  mêmes  explications  que  donnerait  un   notaire  lors  de  l’enregistrement  d’un  testament  et  qu’en  cas  de  situation  compliquée,  il  est  préférable  de   rencontrer  un  notaire  qui  ne  coûtera  pas  forcément  plus  cher.     5  décembre  

×