BELGIQUE - BELGIE                                                                                                         ...
blème. On y compte un nombre phé-          plus les « détritus » dans leur quartier    violence meurtrière. Nous laissons ...
pace disponible partagé entre 3 ou        40 de 13 à 18 ans. Il ny a pas de           temps complet, pour permettre aux   ...
C’est aussi une façon de les faire par-   d’acheter très bon marché une              D’avance un tout grand merci.        ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Journal 70 français

286 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
286
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Journal 70 français

  1. 1. BELGIQUE - BELGIE BUREAU DE DÉPÔT : 1099 BRUXELLES X P405286 P.P. Bimestriel 1099 BRUXELLES X BC9802Editeur responsable : Albert Barroo Place de l’Albertine, 2 1000 Bruxelles E D I T O R I A L Des pays émergents, le Brésil est un des tuit, car ils ont eu une formation coûteuse. marchés qui connait la plus forte crois- Ainsi les familles pauvres ont très peu de BIMESTRIEL N° 70 sance au monde. Après diverses crises à la possibilités de faire étudier leurs enfants. JANVIER - FÉVRIER 2011 fin de 20ième siècle, l’économie brésilienne connût un puissant redressement et ac- Les problèmes de l’enseignement public tuellement la croissance connaît une vi- tesse vertigineuse. Cependant il n’y a doivent être pris en mains afin que la for- mation préparatoire permette l’accès à REFLEXION qu’une petite partie de la population qui l’université. En premier lieu, il faut dire profite de cette croissance économique. que la formation des enseignants laisse à Tant que le système scolaire ne sera pas assaini au Brésil, la grande majorité de la désirer. Pour pouvoir enseigner dans une école publique brésilienne, il faut préala- Pendant que population ne pourra pas se développer. blement passer un ‘concurso’, soit un les Brésiliens Sans enseignement de niveau, la chance grand examen. Mais pour réussir cet exa- de trouver un bon emploi et une vie meil- men, certaines communes n’exigent habitent tassés leure est très réduite. même pas de diplôme d’enseignement Les différences entre riches et pauvres se supérieur. En plus la formation des ensei- dans des milliers font également sentir dans l’enseigne- gnants est fort théorique et il est fréquent ment. Cela commence déjà à l’école pri- qu’en fin d’études l’enseignant n’a jamais de favelas maire. Les meilleures écoles primaires sont enseigné devant une classe. En second les écoles privées payantes, où les enfants lieu il y a les problèmes d’infrastructure. dans des grandes brésiliens reçoivent un enseignement de Les locaux sont souvent impropres à l’en- niveau. Pour cela, leurs parents payent des seignement. Ceci vaut surtout dans les métropoles, frais de scolarité fort élevés. Les familles états du Nord-est du Brésil où l’enseigne- moins nanties ont la possibilité d’envoyer ment se fait souvent dans des maisons chaque bœuf leurs enfants dans une école publique. d’habitation. Terrains de sport et biblio- Sans compter l’état misérable des bâti- thèques sont quasi inexistants et l’accès à dispose ments, le niveau de l’enseignement y est souvent particulièrement faible. Internet est un privilège. d’un hectare En grandes lignes c’est pareil pour les En début de premier mandat, le président de terrain… écoles moyennes. Celui qui peut se le per- Lula n’a pas porté beaucoup d’attention à mettre, envoye son enfant dans une école l’amélioration de l’enseignement. Il a été, privée et sera sûr qu’il y recevra un bon et est toujours, fort loué pour son cheval enseignement. L’état des écoles moyen- de parade social, la ‘Bolsa Familia’, qui nes publiques est tout aussi inquiétant consiste à envoyer les enfants des familles que celui des écoles primaires publiques. pauvres à l’école. En contrepartie ces fa- Il y a des exceptions, mais dans ces éta- milles reçoivent une aide financière. blissements-là l’examen d’entrée est très 22 millions de Brésiliens pauvres sont ainsi sévère : l’accès à ces écoles moyennes est montés dans l’échelle sociale jusqu’à la donc réservé aux petits Brésiliens « intel- classe moyenne inférieure, et le groupe ligents » de 11 à 12 ans. d’extrêmement pauvres a diminué de 34,5 millions à 19,6 millions. Le succès de Dans l’enseignement supérieur, le para- la Bolsa Familia et l’augmentation du sa- doxe du système scolaire brésilien devient laire minimum sont néanmoins principa- visible: les universités publiques offrent un lement le fruit de la conjoncture écono- meilleur enseignement que les universités mique positive au Brésil. Mais le pays privées payantes (sauf quelques rares ex- sera-t-il capable de persévérer dans son ceptions). Mais les universités publiques élan ? Il faut dire que le nombre d’enfants Brièvement dans ce numéro appliquent des examens d’entrée très sé- scolarisés a fort augmenté. Mais il ne suf- vères, qui ne peuvent être réussis sans une fit évidemment pas d’aller à l’école, en-  Editorial bonne formation. Et cette bonne forma- core faut-il qu’ils y apprennent quelque tion on ne la reçoit que dans les écoles chose.  Mundo Livre, projet de moyennes privées payantes. Souvent les développement étudiants de familles riches jouissent d’un Le Brésil est un pays immense et l’exploi- communautaire meilleur enseignement universitaire gra- tation des enfants reste un grand pro-
  2. 2. blème. On y compte un nombre phé- plus les « détritus » dans leur quartier violence meurtrière. Nous laissons lanoménal d’enfants de la rue. Ils d’habitation. parole à Madame Silvia dos Santos,s’adonnent souvent aux drogues les fondatrice de “Mundo Livre”, récem-plus nuisibles, comme la colle ou les Enfance Tiers Monde est active depuis ment en visite en Belgique. Nous vousdiluants à peinture. Le Brésil a eu plus de 40 ans au Brésil. A Salvador souhaitons une agréable lecture etmauvaise réputation à cause des as- de Bahia nos deux partenaires luttent vous remercions d’avance de biensassinats de sang-froid sur des enfants quotidiennement pour l’amélioration vouloir soutenir son combat. Ide la rue: des centaines ont été tués de la vie des plus pauvres : pour éloi-d’un coup de fusil par des « équipes gner les enfants et les jeunes des Johanna Vandammede nettoyage » qui ne supportaient drogues, de la prostitution et de la Secrétaire générale Projet “Mundo Livre” au Brésil : un développement nécessaireContexte: un quartier déshérité dans une banlieue pauvre de SalvadorDans la périphérie de Salvador, la Lorsque nous avons demandé aux en- en dehors de la communauté. Diffu-communauté du Bole-Bole est parti- fants leurs souhaits pour Noël, beau- sion de connaissances sur les diffé-culièrement déshéritée. Un lieu où le coup ont demandé moins de violence rentes cultures européennes et afri-manque de qualifications profession- et de morts et de meilleures condi- caines, de façon à élargir leur visionnelles des adultes, généralement anal- tions de vie dans le quartier. Le Brésil du monde, valoriser et protéger la cul-phabètes, les conduit à un marché de a beaucoup progressé sur la question ture locale.travail de faible salaire ou sans rému- de la mortalité infantile mais perd cenération fixe. Cette « marginalisa- gain avec les adolescents. Lidée est de former des sujetstion » produit dans ces familles de conscients de leur origine ethnique etnombreux problèmes pour les en- Le projet Mundo Livre raciale au sein dune communautéfants, principalement au sortir de len- (qui veut dire : Monde Libre) défavorisée et multiculturelle, prenantfance, lorsqu’ils découvrent un mon- en compte l’organisation et la solida-de où “lavoir” mène au pouvoir. Il est J’ai donc mis en pratique un programme rité communautaire pour les popula-courant de voir des enfants et adoles- daccès à léducation dans le cadre du tions vulnérables.cents sur le marché du travail infor- développement communautaire.mel, ou ayant fui la misère familiale. Sociales : Tout commença en 2004, dans un en- Réalisation dactivités sportives (nata-Tout commence à se définir à l’âge de trepôt qui nous avait été prêté. Les tion) et éducatives (renfort scolaire, in-8 ans, où commence le processus qui enfants recevaient des cours de fran- formatique, civisme, anglais) avecpeut mener le jeune à la violence cri- çais, de danse, et du renfort scolaire. lobjectif de mieux préparer les futursminelle. De plus en plus d’enfants ou Lidée évolua avec lenthousiasme des citoyens sur le plan politique, culturelde jeunes cessent daller à lécole et habitants qui virent la possibilité de et économique au travers de pra-déambulent dans les rues à la merci donner une occupation à leurs en- tiques participatives, de renforcer les-de la marginalisation et dautres ris- fants en dehors de lécole, qui est mi- time de soi, de manière aussi à leurques présents dans leur environne- temps au Brésil. Depuis nous assu- permettre de mieux affronter les défisment. mons une fonction sociale en offrant dun marché de travail toujours plus aux jeunes une vie sociale différente, compétitif.Ce facteur, associé aux faiblesses des en proposant une éducation solidairefamilles où le pouvoir dachat se ré- et ouverte à tous les enfants prove- Défis pour le futursume souvent à lextrêmement indis- nant de lécole publique.pensable, et où même lindispensable La question centrale que nous devonsnest pas garanti, les empêchent une En 2006 un local fut construit, qui of- affronter est non seulement le mieux-fois adultes dêtre à égalité de chan- frait des conditions de travail nette- être et léducation de lenfant ou deces face à la compétition générée ment améliorées. Mundo Livre a ac- ladolescent, mais aussi le fonction-dans notre pays par la globalisation cueilli depuis plus de 500 enfants et nement de la famille toute entière.économique, culturelle et technolo- adolescents. Léducation étant la Emploi et revenu sont des aspects im-gique. Il arrive aux enfants privés de condition absolue dexistence. portants, mais aussi des valeurs tellessoutien gouvernemental ou familial que la famille elle-même, la solidaritéde mûrir précocement et dans bien Le local est situé à la limite des quar- dans la famille et dans la commu-des cas, de nourrir des sentiments de tiers de Pernambués et Saramandaia, nauté.révolte. zone connue comme secteur A, vul- Or cette communauté est marquée gairement BOLE-BOLE, une zone to- par :Déjà le fait dêtre pauvre les voit dis- talement oubliée, dont lunique • Les emplois accessibles à cette po-criminés, la société agissant souvent contact avec les autorités se fait via le pulation : lavandière, employée do-comme sils étaient marginaux, les secrétariat de la Sécurité Publique et mestique, vendeur ambulant depréjugés de couleur de peau sajou- via la police, pour la résolution de produits piratés, vendeurs de pro-tant à ceux concernant leurs vête- crises sociales (assassinat, trafic de duits maraîchers provenant du po-ments et leurs lieux de vie. drogue, vols et désordres de manière tager communautaire, couturière, générale). récupérateur de déchets dans lesTout ceci contribue à les transformer poubelles, prostitution, trafic deen “soldat idéal” pour les trafiquants ETM a soutenu nos initiatives drogue.de drogue qui les “adoptent”. On es- • Les conditions de vie des enfantstime quau Brésil 33.504 jeunes de 12 Artistico culturelles : qui grandissent dans des famillesà 18 ans sont ou seront assassinés Offre dateliers, organisation dévéne- recomposées, une grande promis-entre 2006 et 2012. ments artistiques et éducatifs dans et cuité, un surpeuplement de les- page 3
  3. 3. pace disponible partagé entre 3 ou 40 de 13 à 18 ans. Il ny a pas de temps complet, pour permettre aux 4 générations, dans des maisons place pour plus. mères de travailler. Il faut aussi aider qui sont souvent des taudis. On les femmes du quartier à parvenir à rencontre fréquemment des mères Offrir deux collations par jour aux en- un emploi et à des revenus. célibataires avec plusieurs enfants fants, un bol de soupe à la commu- élevés en partie dans la rue, des fa- nauté une fois par semaine et distri- Propositions milles déstructurées où sévissent buer des produits alimentaires une lalcoolisme et la violence. fois par mois aux familles font partie (1) Créer une crèche qui donnerait la • La rue aussi est violente et dange- de notre projet "sécurité alimentaire". possibilité aux enfants de 2,5 ans et reuse, il y a souvent des victimes in- Les aliments ont été collectés auprès plus déchapper à la misère et à la nocentes lors des échanges de tirs des grands distributeurs qui font don faim. Un local sain, dirigé avec com- entre trafiquants. de produits près de léchéance de leur pétence avec des professeurs capa- • Un autre problème important est le période de validité. bles dans différents domaines, afin fait que des petits enfants passent Nous avons aussi pour objectif des ini- dobtenir une véritable intégration. tout seuls une grande partie de leur tiatives économiques en faveur des Nous accorderons une grande impor- temps dans la rue, une piste de parents avec lintention de promou- tance à la sécurité alimentaire des en- terre où passent les égouts. Ils voir la valorisation dune identité lo- fants accueillis: un sandwich comme jouent au milieu des détritus véhi- cale tournée vers lentreprenariat, déjeuner pour ceux qui restent toute culant germes, parasites et produits face à un marché très concurrentiel. la journée. Ces actions cherchent à toxiques… contribuer à une alternative saine • A partir de 5 ans, les enfants et par- pour le développement bio-psycho- ticulièrement les filles, doivent as- social de ces petits enfants qui sont sumer le rôle de mère pour leurs exclus du bénéfice des richesses so- frères et soeurs plus jeunes. ciales et culturelles dans notre pays. • Les enfants souffrent de carences Nous utilisons la technologie pour alimentaires, non vraiment de faim renforcer la mise en oeuvre de ce mais il ny a ni diversité, ni qualité, qu’ordonne notre constitution dans ni quantité suffisante dans leur ali- son article 227 et de ce qui nous mentation. Ceci est cause d’échec donne une référence de base, le Sta- scolaire, de travail infantile, de tut de l’Enfant et de l’Adolescent. mendicité et destime de soi pré- Le local actuel du projet Mundo Livre caire, vu que la faim conduit vite au (2) Deux de nos futurs projets sont la désespoir et à perdre de vue les li- création d’une chocolaterie artisanale mites de la morale afin de satisfaire Mundo livre se trouve à un tournant: et d’une crèche communautaire, ainsi aux nécessités de base. il faut à la fois pérenniser ce qui a déjà les femmes, de préférence les mères été construit, améliorer les services de famille de la communauté, obtien- Aujourdhui le siège de Mundo livre prestés et agrandir la structure dac- nent une formation, un emploi et un accueille 80 enfants en deux groupes, cueil de façon à absorber un nouveau revenu qui pourraient garantir le mi- divisés en 40 enfants de 6 à 12 ans et public (les petits de 2,5 à 5 ans) à nimum vital pour leur famille. page 4 EXONÉRATION FISCALEA PA RT I R D E 4 0 € S U R B A S E A N N U E L L E V O U S R E C E V R E Z U N E AT T E S TAT I O N F I S C A L E . B E 5 7 0 0 0 0 0 3 9 9 9 9 3 5 E N F A N C E T I E R S M O N D E A S B L P L A C E D E L ‘ A L B E R T I N E , 2 1 0 0 0 B R U X E L L E S
  4. 4. C’est aussi une façon de les faire par- d’acheter très bon marché une D’avance un tout grand merci. Imprimé sur papier certifié FSC - SGS-COC-003924ticiper au projet qui s’occupe de leurs petite maisonnette voisine s’offre àenfants et de renforcer leur motiva- nous.tion à les y maintenir au lieu de lesmettre au travail précocement. Des Pour tous ces projets nous avons be- Silvia dos Santos,relations suivies avec leurs mères ren- soin de votre aide. Si le travail accom- Présidente et fondatriceforceraient la motivation des enfants pli depuis des années vous paraît cré-et des adolescents. dible, apportez-nous votre soutien de Mundo Livre pour la consolidation du projet enIl faut donc aménager un espace mentionnant « Mundo Livre 2011 »d’accueil plus grand. L’opportunité au bas de votre virement. IMPORTANT ! L’article 176 du Code des Impôts CIR92 prévoit une adaptation automatique de certains montants, après dépassement d’un indice pivot. Suite à l’évolution de l’indice des prix de consomma- tion sur lannée 2010, on devait sattendre à ce changement. Il est maintenant certain et officiellement confirmé par le SPF Finances : le montant minimal des dons devra s’élever à 40 € ou plus, pour être fiscalement déductible. Cette augmentation concerne les libéralités effectuées dès le 1er janvier 2011. Il sagit bien du montant total des dons faits par an à la même association agréée. Toutes nos félicitations à la famille Hamzehlu-Smets à l’occasion de la naissance de Dena. Collaboration  Silvia dos Santos  Catherine Weill  Johanna Vandamme Logo  Slava P. Bersier Traduction  Danielle Kegels Coordination et corrections  Johanna Vandamme

×