PRODUIRE LA WEB-INFORMATION           Quelles sont les armes à notre                   disposition ?     L’écriture     La...
ÉCRIRE POUR LE WEBPremier « cliché » : la longueur des papiers IL PARAIT qu’il faut écrire court sur le Web. Plus court q...
ÉCRIRE POUR LE WEBCertains média cherchent effectivement à faire du court pour le court. En France, Atlantico se vantait ...
ÉCRIRE POUR LE WEBOu on s’en tire avec plus de long que de court au final (pour l’instant ?) Slate, par exemple, fait du ...
ÉCRIRE POUR LE WEBComment organiser un papier Web ?    Quelques petites règles de base (il y en    a quelques-unes, mais f...
ÉCRIRE POUR LE WEBSecond cliché : « Sans référencement, je suis impuissant » En pratique >>> Il est important d’y songer ...
ÉCRIRE POUR LE WEBCeci étant… Vous n’êtes PAS les esclaves de Google !    Les critères « réclamés » sont en soi légers –...
LA PHOTOPlusieurs possibilités de se « fournir » en photos : Les faire soi-même (pas toujours possible…)    Ceci étant, ...
LA PHOTOCreative Commons : késako ? « Creative Commons est une organisation à but non lucratif qui a pour dessein  de fac...
LA PHOTOVia Google : la « Recherche Avancée » permet de sélectionner uniquement    des images en Creative Commons, choisir...
LA PHOTORéaliser des slideshows photos : simple et souple Galerie Flickr : pour regrouper des photos, les organiser en al...
LA PHOTOEditer une photo :   En faire une photo interaactive    Voir même un GIF : Picasion !-    GIMP               :-   ...
LE SONPlusieurs possibilités de se « fournir » en son : Bases de données audio   Gratuites : Freesound, Archive.org   A...
LE SONQue faire du « produit sonore » créé ? Mixcloud   Utilisé surtout par les DJ, il est une plateforme rêvée pour les...
LE SONQue faire du « produit sonore » créé ? Soundcloud   Plateforme audio beaucoup plus « connue » que Mixcloud   Limi...
LE SONQue faire du « produit sonore » créé ? Audioboo   Une utilisation plus axée sur le smartphone que Mixcloud et Soun...
IMAGE + SON = DIAPORAMA SONORE•    Moins lourd à réaliser qu’une vidéo, un diaporama sonore peut tout à     fait convenir ...
IMAGE + SON = DIAPORAMA SONORE•   Moins lourd à réaliser qu’une vidéo, un diaporama sonore peut tout à    fait convenir co...
LA VIDÉOPlusieurs possibilités de se « fournir » en vidéos : Les faire soi-même (pas toujours possible…)    Soit en plat...
LA VIDÉOPlusieurs possibilités de se « fournir » en vidéos (2) Voir chez les agences (payant, évidemment) Embedder des c...
LA VIDÉOQue faire du « produit vidéo » créé ? Deux grands champs de possibilité : L’héberger soi-même    Contrairement a...
LE LIVEFaire du live via le Web peut se faire de plusieurs manières : En vidéo :   Dailymotion autorise le live. Une tél...
LE LIVEFaire du live via le Web peut se faire de    plusieurs manières : En textuel :   Outils de live : le principal a ...
LE LIVEFaire du live via le Web peut se faire de    plusieurs manières : En textuel :   Pas forcément besoin de passer p...
LES DATAPuisque Word ne suffit pas (plus)… Il va falloir passer à Excel !Le « data journalism », ou « journalisme de donn...
LES DATA : MAPPING                     Mapping sorti le 6 mars 2012 :                       étude cartographique de la    ...
LES DATA : MAPPINGMapping perso réalisé pour feu Pigemag sur les élections cantonales en Isère :résultats en temps réel pa...
LES DATA : CE QUE GOOGLE PROPOSEGoogle Chart Tools (pour faire des   graphiques simples) :   http://code.google.com/apis/c...
LES DATA : DATA-VISUALISATIONTableau Public :   http://www.tableausoftware.co   m/public/trainingMany Eyes (IBM) : http://...
L’INFOGRAPHIEInfogr.am permet, à partir d’un ensemble de modèles    préétablis, de réaliser sa propre infographie    inter...
L’INFOGRAPHIEPlus poussé que Infogr.am, Visual.ly sert de   « communauté » des data-visualisations.Catalogue d’outils plus...
L’INFOGRAPHIE : PEARLTREES
L’INFOGRAPHIE : STORIFY           Le principe : agréger des contenus pluriels pour en faire une               histoire com...
L’INFOGRAPHIE : STORIFYExemple du volet d’édition d’une Storify…   Et le résultat >>                                      ...
L’INFOGRAPHIE : STORIFYQuand utiliser une Storify ? Cet outil – à la base – de curation est    particulièrement adapté à c...
L’INFOGRAPHIE : STORIFYL’outil Storify s’adapte automatiquement au CMS Wordpress. Une Storify peut ainsi constituer en 2 ...
L’INFOGRAPHIE : LES CHRONOLOGIESComment organiser un ensemble de dates, d’évènements, sous forme de  frise chronologique ?...
L’INFOGRAPHIE : PREZI> A la base, Prezi est un outil de présentation alternatif à PowerPoint.Très joli, qui bouge tout le ...
Fondamentaux du journalisme web   session 2 - 2013
Fondamentaux du journalisme web   session 2 - 2013
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Fondamentaux du journalisme web session 2 - 2013

863 vues

Publié le

0 commentaire
4 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
863
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
15
Actions
Partages
0
Téléchargements
28
Commentaires
0
J’aime
4
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Fondamentaux du journalisme web session 2 - 2013

  1. 1. PRODUIRE LA WEB-INFORMATION Quelles sont les armes à notre disposition ? L’écriture La photo Le son La vidéo Le live Les data L’infographie
  2. 2. ÉCRIRE POUR LE WEBPremier « cliché » : la longueur des papiers IL PARAIT qu’il faut écrire court sur le Web. Plus court qu’ailleurs en tout cas. L’information se consommerait plus rapidement : il faut donc des contenus courts, stéréotypés selon quelques règles simples…>>> Ce n’est pas totalement faux. La lecture sur écran fatiguerait l’œil 25% plus vite que sur tout autre support selon l’ergonome Jacob Nielsen L’œil est d’autant plus sollicité que le personnel et le professionnel se mélangent allègrement, le « personal stuff » et le « serious business » cohabitent – lire « Le Monde », Facebook, un mail d’une copine, checker le Tweetdeck, le pop-up Google Agenda du rendez-vous de 15h… La surabondance d’information conduit (ou conduirait) à faire concis pour être compris
  3. 3. ÉCRIRE POUR LE WEBCertains média cherchent effectivement à faire du court pour le court. En France, Atlantico se vantait à ses débuts de ne jamais faire plus de 3 000 signes (hors chroniques extérieures qui elles, pour le coup, peuvent atteindre jusqu’à 20 000), calibrage des commentaires (400 signes), « link journalism » (Slate en fait aussi) Drudge Report : l’ancêtre du « link journalism »D’autres font délibérément le choix inverse Le New York Times n’hésite pas à écrire du 20 000 signes SUR LE NET (quitte à découper leurs articles en plusieurs pages) ProPublica ne fait QUE ça : du long sur le Web. Et de l’investigation. Modèle assumé de Mediapart.
  4. 4. ÉCRIRE POUR LE WEBOu on s’en tire avec plus de long que de court au final (pour l’instant ?) Slate, par exemple, fait du « link journalism » mais pond souvent des papiers d’au moins 6 000 signes (Atlantico, au fond, fait de même) OWNI avait pour habitude de faire dans la longueur Hors dépêches, les médias généralistes excèdent régulièrement les 3 feuilletsEt il y a une raison simple à cela : la notion de calibrage est dépassée, le Web a un stockage (quasi) infini ! Info courte vs. Info longue : privilégier la quantité (logique de flux) ou celle de qualité (logiques d’investigation mais aussi de curation) ? (Mais pensez au lecteur quand même, veut-il vraiment s’infliger 9 000 signes ? Une infographie ne ferait-elle pas mieux ?)
  5. 5. ÉCRIRE POUR LE WEBComment organiser un papier Web ? Quelques petites règles de base (il y en a quelques-unes, mais fort peu)… Pas de révolution : les « 5W » (what, who, where, when, why) doivent arriver vite, de préférence dans la première partie du papier si celui-ci est long Corps de l’article : informations importantes plutôt au début, le secondaire à la fin. Un paragraphe, une idée – quitte à ce qu’ils soient de taille inégale Bref, la « pyramide inversée » est encore plus importante sur le Web que sur un support papier !Et ceci est d’autant plus important que c’est… qui dirige (presque) tout
  6. 6. ÉCRIRE POUR LE WEBSecond cliché : « Sans référencement, je suis impuissant » En pratique >>> Il est important d’y songer après l’écriture d’un article – au niveau du secrétariat de rédaction notamment – car un article bien fichu mais mal référencé a toujours moins de chances d’être lu qu’un mauvais feuillet avec un SEO bien réfléchi … bref, faire plaisir au « Googlebot » !Deux éléments au niveau de la rédaction : Importance des liens sortants : faire référence à d’autres papiers dans votre papier. Et espérer obtenir la réciproque. Un papier bien linké est considéré par le Googlebot comme mieux « rempli » qu’un texte sans URL externe Répéter certains mots-clés fondamentaux de votre papier… mais pas trop, sans quoi votre article serait illisible. Bref, si vous pouvez être le papier de référence (ce que Google aime bien aussi)Deux autres points au niveau de la « mise en page » : Mettre les principaux termes en gras. Importance du chapô et des « sous- titres » : le Googlebot lit en priorité les 1 000 premiers signes d’un papier Réfléchir à une URL optimisée SEO (Slate.fr est le roi de l’URL tarabiscotée mais efficace)
  7. 7. ÉCRIRE POUR LE WEBCeci étant… Vous n’êtes PAS les esclaves de Google !  Les critères « réclamés » sont en soi légers – le gras aide même au confort du lecteur – et chaque « Google guru » aura ses « trucs et astuces » bien à lui  Il n’interdit EN RIEN les textes longs – bien au contraire :  Plus de possibilités de placer des occurrences pertinentes (et ainsi d’éviter de placer 6 fois le même mot dans un feuillet comme on pourrait le croire)  Plus de possibilités d’insérer des liens (enfin, pas trop, il ne s’agirait pas de noyer le lecteur non plus…) Vous pouvez écrire des sujets sérieux !  En lisant les histoires du « Découvrir » de Twitter, on pourrait croire que les sujets « sérieux », « lourds » ne marchent pas sur le Web. Dans Google News, il y a déjà (un peu) plus matière à se réjouir. Mais surtout…  > Un sujet complexe traité avec un format pertinent (infographie, mapping… bref tout ce qu’on va voir dans les prochains slides) SERA LU par le lecteur car CELA L’INTERESSE
  8. 8. LA PHOTOPlusieurs possibilités de se « fournir » en photos : Les faire soi-même (pas toujours possible…)  Ceci étant, les smartphones peuvent fournir des contenus photo de qualité suffisante pour le Web  Au cas où, rajouter un filtre Instagram (juste pour le côté social)/PixlrOmatic/PiMagic Voir chez les agences (payant, évidemment) Explorer le monde du gratuit : les licences Creative Commons.  Deux sources principales : Flickr et Wikimedia Commons  Coexistence de contenus libres de droits et d’autres réservés !  Mention obligatoire de la source (la base, tout de même…) Et, bien entendu, A NE PAS FAIRE : reprendre une image pêchée sur Google sans autorisation car, justement, grâce à Google (et aussi grâce aux données EXIF de la photo) il est aisé de savoir qui s’accapare des contenus photographiques sans en avoir eu le droit !  Exemple de #Fail : la photo de l’affiche de campagne « La France Forte » de Nicolas Sarkozy identifiée comme celle d’une mer de Grèce grâce aux EXIF
  9. 9. LA PHOTOCreative Commons : késako ? « Creative Commons est une organisation à but non lucratif qui a pour dessein de faciliter la diffusion et le partage des œuvres tout en accompagnant les nouvelles pratiques de création à l’ère numérique. » Plusieurs licences permettent pour l’utilisateur de contrôler ce qui peut être réutilisé/remixé de son site, de ses œuvres, … et dans quelles conditions. Cela concerne donc un champ de contenus beaucoup plus large que celui des photos : sons, contenus textuels…Plusieurs moyens de se procurer ces contenus réutilisables…
  10. 10. LA PHOTOVia Google : la « Recherche Avancée » permet de sélectionner uniquement des images en Creative Commons, choisir un type de licence particulier…  http://support.google.com/websearch/bin/answer.py?hl=fr&answer=295 08Via Wikimedia Commons : http://commons.wikimedia.org/wiki/Main_PageEt sinon, pour coordonner tout ceci, une seule adresse (et pas que pour les photos d’ailleurs) : http://search.creativecommons.orgCeci étant, si vous êtes en rédac, vous parlerez plutôt en photosAFP/Reuters/AP (mais individuellement on va plutôt s’en tenir à du gratuitpour l’instant)
  11. 11. LA PHOTORéaliser des slideshows photos : simple et souple Galerie Flickr : pour regrouper des photos, les organiser en album… Un usage « à la base » personnel mais qui peut tout à fait être professionnel – tout dépend du mode de partage des contenus choisi. Exemples d’utilisation  Les slideshows du groupe CCM Benchmark (L’Internaute, Journal du Net…) : http://www.journaldunet.com/management/emploi-cadres/entreprises-qui- recrutent/  France TV Info : http://www.francetv.fr/info/un-oeil-sur-l-actu_69151.htmlA noter : comment connaître l’origine d’une photo ? Tineye : http://www.tineye.com En retirer son EXIF : Jeffery’s Exif Viewer
 - http://regex.info/exif.cgi (Comme ça, si quelqu’un vole une photo, c’est TROP FACILE de le choper)
  12. 12. LA PHOTOEditer une photo : En faire une photo interaactive Voir même un GIF : Picasion !- GIMP :- Photoshop - Thinglink (annotation)- Pixlr - Stipple (annotation sociale)- Social Media - Dermandar (panorama) Image Maker
  13. 13. LE SONPlusieurs possibilités de se « fournir » en son : Bases de données audio  Gratuites : Freesound, Archive.org  A noter : Jamendo (Creative Commons) Plateformes spécialisées  Mixcloud : peu de contenus média – et non téléchargeables – mais peut constituer une base de sources  Soundcloud : plus souple que Mixcloud, les média y arrivent tranquillement… Et, bien entendu, les faire vous-même (mais ça coule de source…)
  14. 14. LE SONQue faire du « produit sonore » créé ? Mixcloud  Utilisé surtout par les DJ, il est une plateforme rêvée pour les podcasts  Pas de limite dans la taille des uploads  Possibilité d’étiqueter des épisodes (« timecode »)  Impossibilité de télécharger (question de droits d’auteur) mais embeddable  Encore assez méconnu par les média, en dehors de Newsweek et la NPR (National Public Radio, USA)
  15. 15. LE SONQue faire du « produit sonore » créé ? Soundcloud  Plateforme audio beaucoup plus « connue » que Mixcloud  Limite dans la taille des uploads en mode gratuit (2 heures de son sur un compte)  Possibilité de paramétrer le partage et le téléchargement des fichiers  (Un peu) plus facile de l’utiliser via un mobile que Mixcloud  Média qui l’utilisent : France 24, RFI, ESPN (sport), Radio Campus France (si si) et quelques journalistes indépendants  (D’ailleurs, je parle de celui de Radio Campus Grenoble ou pas ?)
  16. 16. LE SONQue faire du « produit sonore » créé ? Audioboo  Une utilisation plus axée sur le smartphone que Mixcloud et Soundcloud  Possibilité d’ajouter des photos de votre téléphone à votre son (« boo ») pour faire un diaporama sonore basique à partir de votre seul mobile  Alternative moins commode (mais illimitée en temps d’upload) : Minch Via lecteur intégré au site : dépend de la plateforme/CMS utilisée.  Conseil d’ami : si le site est paramétré en Real Player, gifler le webmaster et demander autre chose.
  17. 17. IMAGE + SON = DIAPORAMA SONORE• Moins lourd à réaliser qu’une vidéo, un diaporama sonore peut tout à fait convenir comme produit journalistique si le besoin d’ « animation » n’est pas primordial. • A retenir : un diaporama sonore peut tout à fait être considéré comme une vidéo quand vous aurez besoin de le mettre sur une plateforme comme Youtube. Principal logiciel de création de diaporamas sonores : Soundslides (version gratuite limitée, version de base à $40) Alternative à Soundslides : VUVOX.
  18. 18. IMAGE + SON = DIAPORAMA SONORE• Moins lourd à réaliser qu’une vidéo, un diaporama sonore peut tout à fait convenir comme produit journalistique si le besoin d’ « animation » n’est pas primordial.• Exemple d’utilisation simple d’un diaporama Soundslides : ICI• Tous les échantillons de diaporamas sonores du Guardian : ICI• Site spécialisé dans les diaporamas sonores : le « Diasporamas » de Morgane Tual
  19. 19. LA VIDÉOPlusieurs possibilités de se « fournir » en vidéos : Les faire soi-même (pas toujours possible…)  Soit en plateau  Soit avec une caméra de télévision « normale »  Soit avec des outils type Smartphone : la qualité est souvent suffisante pour les standards de la publication vidéo en ligne.  Quid de Vine, déjà utilisé par Euronews ?  Youtube Capture, sur le même modèle  Tout, entre Vine et réseau social people  Soit avec des outils en ligne : Skype, Twitcam, Livestream, Ustream, Google+ Hangout…
  20. 20. LA VIDÉOPlusieurs possibilités de se « fournir » en vidéos (2) Voir chez les agences (payant, évidemment) Embedder des contenus existants  Vidéos Youtube, Dailymotion, Vimeo, Wat, LiveLeak, Metacafe…  Vidéos de média sur leurs propres sites  Deux limitations à noter : les vidéos sont à prendre tel quel… Et tous les média et/ou posteurs de vidéo n’autorisent pas forcément l’embed ! (genre l’AFP)
  21. 21. LA VIDÉOQue faire du « produit vidéo » créé ? Deux grands champs de possibilité : L’héberger soi-même  Contrairement aux documents et sons (et encore, ceci est tout relatif), les fichiers vidéo sont beaucoup plus lourds en termes de taille  Nécessité d’avoir un FTP résistant et un gros stockage Passer par l’upload chez Youtube, Dailymotion, Vimeo…  Création d’une chaîne spécialisée pour vous ou votre média  Beaucoup plus facile à partager  Que ce soit sur les réseaux sociaux…  … que de fixer les modalités de ce partage, justement !  (et si vous n’avez pas de vrai serveur dédié, à vrai dire, vous n’aurez pas le choix)
  22. 22. LE LIVEFaire du live via le Web peut se faire de plusieurs manières : En vidéo :  Dailymotion autorise le live. Une télé dans votre ordinateur pour les programmes qui acceptent d’être « streamés » !  Exemple : « Des clics et des claques » d’Europe 1  Aussi sur Youtube, avec le « Vinvinteur » de France 5  Les outils de stream : Livestream, Ustream, Twitcam
  23. 23. LE LIVEFaire du live via le Web peut se faire de plusieurs manières : En textuel :  Outils de live : le principal a longtemps été CoverItLive  « Le Monde » utilise une solution maison qui en est très proche (et développée par CIL)  ScribbleLive est la meilleure alternative  Storify (que l’on développera plus tard) est un outil intéressant de « live différé »
  24. 24. LE LIVEFaire du live via le Web peut se faire de plusieurs manières : En textuel :  Pas forcément besoin de passer par un outil spécifique… si on pense à Google  Beaucoup de sites gardent le format textuel brut qu’ils alimentent au fur et à mesure…  … en modifiant la date de « publication » du contenu…  … pour que Google croit que c’est un nouveau papier…  … et qu’il le remonte sur Google News !
  25. 25. LES DATAPuisque Word ne suffit pas (plus)… Il va falloir passer à Excel !Le « data journalism », ou « journalisme de données », rend les data – sur le papier si barbantes – plus intéressantes… et graphiquement parlantes.Il existe une multitude d’outils permettant, sur la base de ces données, de réaliser de jolies choses : Mapping :  Google Maps : http://maps.google.com/maps?hl=fr&tab=Xl  Open Heart Map : http://www.openheatmap.com/gallery.html  CommunityMap (technologie Google) : http://www.communitywalk.com/  CartoDB, ZeeMaps, MapTales, MapBox (cartes dans le « cloud »)… Data-visualisation : Google Fusion Tables, Tableau Public…
  26. 26. LES DATA : MAPPING Mapping sorti le 6 mars 2012 : étude cartographique de la pauvreté en Angleterre (Guardian) Différents niveaux de lecture : risque de pauvreté, risque de maladies pulmonaires, de déscolarisation… Sous la forme d’un « rank » de 1 à 280 (280 comtés en Angleterre)
  27. 27. LES DATA : MAPPINGMapping perso réalisé pour feu Pigemag sur les élections cantonales en Isère :résultats en temps réel par localisation.
  28. 28. LES DATA : CE QUE GOOGLE PROPOSEGoogle Chart Tools (pour faire des graphiques simples) : http://code.google.com/apis/cha rt/image/docs/making_charts.ht mlGoogle Fusion Tables : http://www.google.com/fusionta bles/public/tour/index.htmlPlus complexe : Google RefineExemple d’utilisation de Fusion Tables
  29. 29. LES DATA : DATA-VISUALISATIONTableau Public : http://www.tableausoftware.co m/public/trainingMany Eyes (IBM) : http://www- 958.ibm.com/software/data/cog nos/manyeyes/page/Data_Form at.htmlVidi : http://www.dataviz.org/
  30. 30. L’INFOGRAPHIEInfogr.am permet, à partir d’un ensemble de modèles préétablis, de réaliser sa propre infographie interactive. Comme ici sur ce blog de la « Monde Académie ».Service gratuit et simple, encore en version bêta.Très fort potentiel de développement.
  31. 31. L’INFOGRAPHIEPlus poussé que Infogr.am, Visual.ly sert de « communauté » des data-visualisations.Catalogue d’outils plus confidentiels mais servant pour des besoins précis : la boîte à outils de l’Expoviz !Et l’indispensable DataBlog du Guardian
  32. 32. L’INFOGRAPHIE : PEARLTREES
  33. 33. L’INFOGRAPHIE : STORIFY Le principe : agréger des contenus pluriels pour en faire une histoire complète.  Photos : Flickr, Instagram  Twitter : recherche par hashtag, par utilisateur…  Facebook : statuts  Liens URL  Google : résultats de recherche, images, vidéos (+ Youtube)  Autres Storify  Et on peut aussi ajouter du texte à l’intérieur de la Storify (en plus du titre et du chapô) C’est donc à la fois un outil de live et de curation – « séparer le bon grain de l’ivraie » est une expression qui lui correspond particulièrement bien… La « machine à écrire » du XXIème siècle ?
  34. 34. L’INFOGRAPHIE : STORIFYExemple du volet d’édition d’une Storify… Et le résultat >> Storify de la manifestation anti-ACTA du 25 février 2012
  35. 35. L’INFOGRAPHIE : STORIFYQuand utiliser une Storify ? Cet outil – à la base – de curation est particulièrement adapté à certains types d’utilisation : Evènements en live. La simplicité de l’interface et sa connexion en temps réel aux différents réseaux sociaux imbriqués (Twitter, Facebook, Flickr) lui permet une très grande instantanéité  Manifestations  Conférences  Cérémonies (Oscars) Comptes rendus d’activité sur les réseaux sociaux. Storify permet en quelques clics de resituer des débats/discussions qui ont eu lieu sur les réseaux, que ce soit en matière politique, économique ou plus généraliste
  36. 36. L’INFOGRAPHIE : STORIFYL’outil Storify s’adapte automatiquement au CMS Wordpress. Une Storify peut ainsi constituer en 2 CLICS maximum un article comme un autre sur un site d’information fonctionnant sous ce CMSEncore peu utilisé en France (hors « Le Lab » d’Europe 1 et des sites liveurs comme Europe 1 ou Atlantico qui fort du Storify-like) mais à l’international plusieurs s’y sont déjà mis : Le LA Times ou encore le Washington Post l’utilisent (genre, pour rendre compte des Grammy Awards http://storify.com/washingtonpost/grammy-awards-2012) BBC pour rendre compte… du Marathon de Londres ! http://storify.com/bbclondonnews/your-story-of-marathon-2011 Breaking News (qui a écrit l’une des Storify les plus vues avec ce compte-rendu en images d’une série de tempêtes dans le sud des Etats-Unis  http://storify.com/breakingnews/storms-in-the-south)La Storify automatique ?  http://storify.com/sxsw
  37. 37. L’INFOGRAPHIE : LES CHRONOLOGIESComment organiser un ensemble de dates, d’évènements, sous forme de frise chronologique ?- Dipity, l’ancêtre- TimelineJS Niveau ultime de la chronologie interactive (pour l’instant > les dix ans de Last.fm (basée sur une architecture JS)
  38. 38. L’INFOGRAPHIE : PREZI> A la base, Prezi est un outil de présentation alternatif à PowerPoint.Très joli, qui bouge tout le temps mais avec des possibilités de personnalisation encore limitées (à moins d’y mettre un peu le prix)Applications : Un CV Prezi, c’est rigolo http://prezi.com/nw3u4c18mk9o/web-cv/ Une utilisation média de Prezi, c’est encore rare http://www.francetv.fr/info/la- galaxie-sarkozy_63135.html

×