I. Le lien à la vérité

137 vues

Publié le

Un Cours en Miracles - Le Texte
UCEM
Chapitre 25 - LA JUSTICE DE DIEU

Publié dans : Spirituel
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
137
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

I. Le lien à la vérité

  1. 1. Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU I. Le lien à la vérité (1) Ce ne peut pas être qu’il est difficile d’accomplir la tâche que le Christ t’a assignée, puisque c’est Lui Qui l’accomplit. Et l’accomplissant, tu apprends que le corps semble seulement être le moyen de la faire. Car l’Esprit est le Sien. Ainsi il doit être le tien. Sa Sainteté dirige le corps par l’esprit qui est un avec Lui. Et tu es manifeste à ton saint frère, comme lui à toi. Ici est la rencontre du saint Christ avec Lui-même; et nulles différences perçues pour se dresser entre les aspects de Sa Sainteté, qui se rencontrent et se joignent, et L’élèvent jusqu’à Son Père, entier et pur, et digne de Son Amour éternel.
  2. 2. Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU I. Le lien à la vérité (2) Comment peux-tu manifester le Christ en toi, sauf en regardant la sainteté et Le voyant là? La perception te dit que tu es manifeste dans ce que tu vois. Contemple le corps et tu croiras que tu es là. Et chaque corps que tu regardes te fait souvenir de toi; de ta peccabilité et du mal en toi, et par- dessus tout de ta mort. Ne mépriserais-tu pas celui qui te dit cela, et ne chercherais-tu pas plutôt sa mort? Le message et le messager ne font qu’un. Et tu dois voir ton frère comme toi-même. Encadrée dans son corps, tu verras ta peccabilité, en laquelle tu es condamné. Posé dans sa sainteté, le Christ en lui Se proclame toi.
  3. 3. Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU I. Le lien à la vérité (3) La perception est un choix de ce que tu veux être; du monde dans lequel tu veux vivre et de l’état dans lequel tu penses que ton esprit sera content et satisfait. Elle choisit où tu penses que réside ta sécurité, selon ta décision. Elle te révèle à toi-même tel que tu voudrais être. Et toujours elle est fidèle à ton but, dont jamais elle ne se sépare, pas plus qu’elle n’offre le moindre témoignage de quoi que ce soit que le but dans ton esprit ne soutient pas. La perception est une partie de ce que tu as pour but de contempler, car moyens et fin ne sont jamais séparés. Ainsi tu apprends que ce qui semble avoir une vie à part n’en a pas.
  4. 4. Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU I. Le lien à la vérité (4) Tu es le moyen pour Dieu : ni séparé, ni avec une vie à part de la Sienne. Sa vie est manifeste en toi qui es Son Fils. Chaque aspect de Lui-même est encadré de sainteté et d’une parfaite pureté, d’un amour céleste et si complet qu’il souhaite seulement pouvoir délivrer à soi-même tout ce qu’il regarde. Son rayonnement luit à travers chaque corps qu’il regarde et balaie toutes ses ténèbres dans la lumière en regardant simplement par-delà le corps vers la lumière. Le voile est levé par sa douceur et rien ne cache la face du Christ à ceux qui Le regardent. Toi et ton frère vous tenez devant Lui maintenant, pour Le laisser écarter le voile qui semble vous garder séparés et à part.
  5. 5. Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU I. Le lien à la vérité (5) Puisque tu crois être séparé, le Ciel se présente à toi comme étant séparé aussi. Ce n’est pas qu’il le soit en vérité, mais pour que le lien qui t’a été donné pour te joindre à la vérité puisse t’atteindre par ce que tu comprends. Le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont Un, comme tous tes frères se joignent en ne faisant qu’un dans la vérité. Le Christ et Son Père n’ont jamais été séparés, et le Christ habite en ta compréhension, en la partie de toi qui partage la Volonté de Son Père. Le Saint- Esprit relie l’autre partie — le minuscule souhait fou d’être séparé, différent et particulier — au Christ, pour rendre l’unité claire à ce qui est réellement un. En ce monde cela n’est pas compris mais peut être enseigné.
  6. 6. Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU I. Le lien à la vérité (6) Le Saint-Esprit sert le but du Christ dans ton esprit, afin que le but de particularité puisse être corrigé là où l’erreur réside. Parce que Son but est encore un à la fois avec le Père et avec le Fils, Il connaît la Volonté de Dieu, et ce que la tienne est réellement. Mais cela est compris par l’esprit perçu comme ne faisant qu’un, conscient qu’il est un et ainsi expérimenté. C’est la fonction du Saint-Esprit de t’enseigner comment ressentir cette unité, ce que tu dois faire pour l’expérimenter et où tu dois aller pour le faire.
  7. 7. Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU I. Le lien à la vérité (7) Tout cela tient compte du temps et du lieu comme s’ils étaient distincts, car tant que tu penses qu’une partie de toi est séparée, le concept d’une Unité jointe en ne faisant qu’Un est in-signifiant. Il est clair qu’un esprit si divisé ne pourrait jamais être l’Enseignant d’une Unité qui unit toutes choses en Elle- même. Ainsi, Ce Qui est au-dedans de cet esprit, et unit toutes choses, doit être son Enseignant. Or Cela doit utiliser le langage que cet esprit peut comprendre, dans la condition où il pense être. Et Cela doit utiliser tout apprentissage pour transférer les illusions à la vérité, en prenant toutes les fausses idées de ce que tu es et en te conduisant au-delà d’elles, à la vérité qui est au-delà d’elles. Tout cela peut se réduire très simplement à ceci : • Ce qui est le même ne peut pas être, • et ce qui est un ne peut pas avoir de parties séparées.

×