Chapitre 21
RAISON ET
PERCEPTION
VII. La dernière
question laissée sans
réponse (1)
Ne vois-tu pas que toute ta misère
vie...
Chapitre 21
RAISON ET
PERCEPTION
VII. La dernière
question laissée sans
réponse (2)
Nul ne croit que le Fils de Dieu est i...
Chapitre 21
RAISON ET
PERCEPTION
VII. La dernière
question laissée sans
réponse (3)
Frénétiques, bruyants et forts, ainsi ...
Chapitre 21
RAISON ET
PERCEPTION
VII. La dernière
question laissée sans
réponse (4)
L’armée des impuissants est faible en ...
Chapitre 21
RAISON ET
PERCEPTION
VII. La dernière
question laissée sans
réponse (5) 1/2
Or la haine doit avoir une cible. ...
Chapitre 21
RAISON ET
PERCEPTION
VII. La dernière
question laissée sans
réponse (6) 2/2
Mais qu’il se pose seulement ces
q...
Chapitre 21
RAISON ET
PERCEPTION
VII. La dernière
question laissée sans
réponse (7)
Tu as peut-être déjà répondu aux trois...
Chapitre 21
RAISON ET
PERCEPTION
VII. La dernière
question laissée sans
réponse (8)
N’oublie pas que le choix entre le
péc...
Chapitre 21
RAISON ET
PERCEPTION
VII. La dernière
question laissée sans
réponse (9)
Considère avec soin ta réponse à la
de...
Chapitre 21
RAISON ET
PERCEPTION
VII. La dernière
question laissée sans
réponse (10)
Cela est ta seule décision, cela est ...
Chapitre 21
RAISON ET
PERCEPTION
VII. La dernière
question laissée sans
réponse (11)
Pourquoi la dernière question est-ell...
Chapitre 21
RAISON ET
PERCEPTION
VII. La dernière
question laissée sans
réponse (12)
Par le contenu, toutes ces questions ...
Chapitre 21
RAISON ET
PERCEPTION
VII. La dernière
question laissée sans
réponse (13)
Pourquoi penses-tu que tu n’es pas sû...
Chapitre 21
RAISON ET
PERCEPTION
VII. La dernière
question laissée sans
réponse (14)
Un bonheur qui t’échappe, ou un bonhe...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

VII. La dernière question laissée sans réponse

106 vues

Publié le

Un Cours en Miracles - Le Texte
UCEM
Chapitre 21 - RAISON ET PERCEPTION

Publié dans : Spirituel
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
106
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

VII. La dernière question laissée sans réponse

  1. 1. Chapitre 21 RAISON ET PERCEPTION VII. La dernière question laissée sans réponse (1) Ne vois-tu pas que toute ta misère vient de l’étrange croyance que tu es impuissant? Être impuissant est le coût du péché. L’impuissance est la condition du péché, la seule qu’il requiert pour être cru. Seuls les impuissants pourraient croire en lui. L’énormité n’a aucun attrait, sauf pour les petits. Et seuls ceux qui croient d’abord être petits pourraient y voir une attraction. La trahison du Fils de Dieu est la défense de ceux qui ne s’identifient pas à lui. Et tu es pour lui ou contre lui; ou tu l’aimes ou tu l’attaques; tu protèges son unité ou tu le vois mis en pièces et mis à mort par ton attaque.
  2. 2. Chapitre 21 RAISON ET PERCEPTION VII. La dernière question laissée sans réponse (2) Nul ne croit que le Fils de Dieu est impuissant. Ceux qui se voient eux-mêmes impuissants doivent croire qu’ils ne sont pas le Fils de Dieu. Que peuvent-ils être, sinon son ennemi? Et que peuvent-ils faire, sinon lui envier son pouvoir et par leur envie s’en rendre eux- mêmes apeurés? Ceux-là sont les ténébreux, silencieux et apeurés, seuls et ne communiquant pas, qui ont peur que la puissance du Fils de Dieu ne les frappe à mort, et qui dressent leur impuissance contre lui. Ils rejoignent l’armée des impuissants pour livrer leur guerre de vengeance, d’amertume et de malveillance contre lui, pour le rendre un avec eux. Parce qu’ils ne connaissent pas qu’ils sont un avec lui, ils ne savent pas qui ils haïssent. Ils forment certes une bien triste armée, chacun aussi susceptible d’attaquer son frère ou de se retourner contre lui-même que de se souvenir qu’ils pensaient avoir une cause commune.
  3. 3. Chapitre 21 RAISON ET PERCEPTION VII. La dernière question laissée sans réponse (3) Frénétiques, bruyants et forts, ainsi semblent être les ténébreux. Or ils ne connaissent pas leur « ennemi », sauf qu’ils le haïssent. Dans la haine ils se sont rassemblés mais sans se joindre les uns aux autres. Car s’ils l’avaient fait, la haine serait impossible. L’armée des impuissants doit être démantelée en présence de la force. Ceux qui sont forts ne sont jamais traîtres, parce qu’ils n’ont aucun besoin de rêver de pouvoir ni de passer du rêve à l’acte. Comment une armée agirait-elle en rêve? N’importe comment. On pourrait la voir attaquer n’importe qui avec n’importe quoi. De raison, il n’y en a pas dans les rêves. Une fleur se change en épée empoisonnée, un enfant devient un géant et une souris rugit comme un lion. Et l’amour est tourné en haine tout aussi facilement. Ceci n’est pas une armée, mais une maison de fous. Ce qui semble être une attaque planifiée est un chahut.
  4. 4. Chapitre 21 RAISON ET PERCEPTION VII. La dernière question laissée sans réponse (4) L’armée des impuissants est faible en effet. Elle n’a pas d’armes et pas d’ennemi. Bien sûr, elle peut envahir le monde et chercher un ennemi. Mais elle ne peut jamais trouver ce qui n’est pas là. Bien sûr, elle peut rêver qu’elle a trouvé un ennemi, mais cela changera alors même qu’elle attaque, de sorte qu’elle courra aussitôt s’en chercher un autre sans jamais arriver à se reposer dans la victoire. Et tout en courant elle se retourne contre elle-même, pensant avoir entrevu le grand ennemi qui échappe toujours à son attaque meurtrière en se changeant en quelque chose d’autre. Comme cet ennemi paraît traître, qui change tellement qu’il est même impossible de le reconnaître.
  5. 5. Chapitre 21 RAISON ET PERCEPTION VII. La dernière question laissée sans réponse (5) 1/2 Or la haine doit avoir une cible. Il ne peut y avoir de foi dans le péché sans un ennemi. Qui, croyant dans le péché, oserait croire qu’il n’a pas d’ennemi? Pourrait-il admettre que personne ne l’a rendu impuissant? La raison lui enjoindrait sûrement de ne plus chercher ce qui ne peut être trouvé. Or il doit d’abord être désireux de percevoir un monde où il n’est pas. Il n’est pas nécessaire qu’il comprenne comment il peut le voir. Et il ne devrait pas essayer. Car s’il se concentre sur ce qu’il ne peut comprendre, il ne fera qu’accentuer son impuissance et laisser le péché lui dire que son ennemi doit être lui-même.
  6. 6. Chapitre 21 RAISON ET PERCEPTION VII. La dernière question laissée sans réponse (6) 2/2 Mais qu’il se pose seulement ces questions, sur lesquelles il doit se décider, et cela sera fait pour lui : • Est-ce que je désire un monde que je gouverne plutôt qu’un monde qui me gouverne ? • Est-ce que je désire un monde où je suis puissant plutôt qu’impuissant? • Est-ce que je désire un monde dans lequel je n’ai pas d’ennemis et ne peux pécher ? • Et est-ce que je veux voir ce que j’ai nié parce que c’est la vérité ?
  7. 7. Chapitre 21 RAISON ET PERCEPTION VII. La dernière question laissée sans réponse (7) Tu as peut-être déjà répondu aux trois premières questions mais pas encore à la dernière. Car celle-là semble encore apeurante et différente des autres. Or la raison t’assurerait qu’elles sont toutes les mêmes. Nous avons dit que cette année ferait ressortir l’identité des choses qui sont identiques. Cette ultime question, qui est en effet la dernière sur laquelle tu auras besoin de te décider, semble encore contenir une menace que les autres ont perdue pour toi. Et cette différence imaginaire atteste ta croyance que la vérité est peut-être l’ennemi qu’il te reste à trouver. Là donc semblerait être ton dernier espoir de trouver le péché et de ne pas accepter le pouvoir.
  8. 8. Chapitre 21 RAISON ET PERCEPTION VII. La dernière question laissée sans réponse (8) N’oublie pas que le choix entre le péché et la vérité, l’impuissance et la puissance, c’est le choix entre l’attaque et la guérison. Car la guérison vient de la puissance et l’attaque de l’impuissance. Celui que tu attaques, tu ne peux pas vouloir le guérir. Et celui que tu voudrais voir guéri doit être celui que tu choisis pour être protégé contre l’attaque. Et cette décision, n’est-ce pas le choix entre le voir avec les yeux du corps et le laisser t’être révélé par la vision? Comment cette décision mène à ses effets, cela n’est pas ton problème. Mais ce que tu veux voir doit être ton choix. Ce cours porte sur la cause et non sur l’effet.
  9. 9. Chapitre 21 RAISON ET PERCEPTION VII. La dernière question laissée sans réponse (9) Considère avec soin ta réponse à la dernière question que tu as laissée encore sans réponse. Puis laisse ta raison te dire qu’elle doit trouver réponse, et qu’elle la trouve dans les trois autres. Alors il sera clair pour toi, en regardant les effets du péché sous quelque forme que ce soit, que la seule chose que tu as besoin de faire, c’est de te demander : • Est-ce cela que je voudrais voir? • Est-ce que je veux cela ?
  10. 10. Chapitre 21 RAISON ET PERCEPTION VII. La dernière question laissée sans réponse (10) Cela est ta seule décision, cela est la condition de ce qui se produit. C’est sans rapport avec la façon dont ça arrive, mais pas avec le pourquoi. Tu as le contrôle de cela. Et si tu choisis de voir un monde sans ennemi, dans lequel tu n’es pas impuissant, les moyens de le voir te seront donnés.
  11. 11. Chapitre 21 RAISON ET PERCEPTION VII. La dernière question laissée sans réponse (11) Pourquoi la dernière question est-elle si importante? La raison te dira pourquoi. Elle est la même que les trois autres, sauf dans le temps. Les autres sont des décisions sur lesquelles tu peux revenir, que tu peux prendre et reprendre. Mais la vérité est constante et suppose un état où les vacillements sont impossibles. Tu peux désirer un monde que tu gouvernes et qui ne te gouverne pas, puis changer d’esprit. Tu peux désirer échanger ton impuissance pour la puissance, puis perdre ce même désir dès qu’une petite lueur de péché t’attire. Et tu peux vouloir voir un monde sans péché puis laisser un «ennemi» te tenter d’utiliser les yeux du corps et changer ce que tu désires.
  12. 12. Chapitre 21 RAISON ET PERCEPTION VII. La dernière question laissée sans réponse (12) Par le contenu, toutes ces questions sont les mêmes. Car chacune demande si tu es désireux d’échanger le monde du péché pour ce que voit le Saint-Esprit, puisque c’est cela que nie le monde du péché. Par conséquent, ceux qui voient le péché voient le déni du monde réel. Or la dernière question ajoute le souhait de constance à ton désir de voir le monde réel, de telle sorte que ce désir devienne le seul que tu aies. En répondant «oui» à la dernière question, tu ajoutes la sincérité aux décisions que tu as déjà prises sur toutes les autres. Car alors seulement tu as renoncé à la possibilité de changer à nouveau d’esprit. Quand c’est cela que tu ne veux pas, les autres ont pleinement trouvé réponse.
  13. 13. Chapitre 21 RAISON ET PERCEPTION VII. La dernière question laissée sans réponse (13) Pourquoi penses-tu que tu n’es pas sûr que les autres aient trouvé réponse? Si elles avaient leur réponse, serait-il nécessaire de les poser aussi souvent? Jusqu’à ce que la dernière décision ait été prise, la réponse est à la fois « oui » et « non ». Car tu as répondu «oui» sans percevoir que «oui» doit vouloir dire «pas non». Nul ne décide d’aller contre son bonheur, mais il peut le faire s’il ne voit pas qu’il le fait. Et s’il voit son bonheur comme une chose toujours changeante, tantôt ceci et tantôt cela, et tantôt une ombre fugitive qui n’est attachée à rien, alors il décide d’aller contre lui.
  14. 14. Chapitre 21 RAISON ET PERCEPTION VII. La dernière question laissée sans réponse (14) Un bonheur qui t’échappe, ou un bonheur aux formes changeantes qui varie selon le temps et le lieu, cela est une illusion qui n’a pas de signification. Le bonheur doit être constant, parce qu’il est atteint en renonçant au souhait de l’inconstant. La joie ne peut être perçue que par une vision constante. Et la vision constante ne peut être donnée qu’à ceux qui souhaitent la constance. La puissance du désir du Fils de Dieu reste la preuve qu’il est dans l’erreur, celui qui se voit lui-même impuissant. Désire ce que tu veux, et tu le verras et tu penseras que cela est réel. Il n’est pas une pensée qui n’ait le pouvoir de délivrer ou de tuer. Et pas une qui puisse quitter l’esprit du penseur ou le laisser inaffecté.

×