Chapitre 26
LA TRANSITION
VII. Les lois de la
guérison (1)
Ceci est un cours en miracles. Par
conséquent, les lois de la g...
Chapitre 26
LA TRANSITION
VII. Les lois de la
guérison (2)
Toute maladie vient de la
séparation. Lorsque la séparation
est...
Chapitre 26
LA TRANSITION
VII. Les lois de la
guérison (3)
La culpabilité demande punition, et sa
requête est accordée. Pa...
Chapitre 26
LA TRANSITION
VII. Les lois de la
guérison (4)
Les lois de la perception sont l’opposé de
la vérité, et ce qui...
Chapitre 26
LA TRANSITION
VII. Les lois de la
guérison (5)
La réponse de Dieu réside là où doit
être la croyance dans le p...
Chapitre 26
LA TRANSITION
VII. Les lois de la
guérison (6)
Il est impossible qu’une illusion soit moins
accessible à la vé...
Chapitre 26
LA TRANSITION
VII. Les lois de la
guérison (7)
Le péché n’est pas une erreur, car il va au-
delà de la correct...
Chapitre 26
LA TRANSITION
VII. Les lois de la
guérison (8)
Rien ne donne une signification où il n’y a pas
de significatio...
Chapitre 26
LA TRANSITION
VII. Les lois de la
guérison (9)
Le pardon enlève ce qui se dresse
entre ton frère et toi. C’est...
Chapitre 26
LA TRANSITION
VII. Les lois de la
guérison (10)
Le salut, parfait et complet, ne demande
qu’un petit souhait :...
Chapitre 26
LA TRANSITION
VII. Les lois de la
guérison (11)
Quelle est la Volonté de Dieu? Il veut que
Son Fils ait tout. ...
Chapitre 26
LA TRANSITION
VII. Les lois de la
guérison (12)
Considérons ce qu’est l’erreur, afin qu’elle
puisse être corri...
Chapitre 26
LA TRANSITION
VII. Les lois de la
guérison (13)
Cause et effet sont un et non séparés. Dieu
veut que tu appren...
Chapitre 26
LA TRANSITION
VII. Les lois de la
guérison (14)
Le miracle est possible quand cause et
conséquence sont mises ...
Chapitre 26
LA TRANSITION
VII. Les lois de la
guérison (15)
Les illusions ont été faites pour servir
le but qu’elles serve...
Chapitre 26
LA TRANSITION
VII. Les lois de la
guérison (16)
Le miracle ne fait qu’appeler ton
ancien Nom, que tu reconnaît...
Chapitre 26
LA TRANSITION
VII. Les lois de la
guérison (17)
Dans la crucifixion la rédemption est
déposée, car il n’est pa...
Chapitre 26
LA TRANSITION
VII. Les lois de la
guérison (18)
Utiliser le pouvoir que Dieu t’a donné
comme Il voudrait qu’il...
Chapitre 26
LA TRANSITION
VII. Les lois de la
guérison (19)
Demeure en paix là où Dieu voudrait
que tu sois. Et sois le mo...
Chapitre 26
LA TRANSITION
VII. Les lois de la
guérison (20)
Ton ancien Nom appartient à tous,
comme le leur t’appartient. ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

VII. Les lois de la guérison

156 vues

Publié le

Un Cours en Miracles - Le Texte
UCEM
Chapitre 26 - LA TRANSITION

Publié dans : Spirituel
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
156
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

VII. Les lois de la guérison

  1. 1. Chapitre 26 LA TRANSITION VII. Les lois de la guérison (1) Ceci est un cours en miracles. Par conséquent, les lois de la guérison doivent d’abord être comprises afin que le but de ce cours puisse être atteint. Passons en revue les principes que nous avons traités, et arrangeons-les de façon à résumer tout ce qui doit se produire pour que la guérison soit possible. Car une fois qu’elle est possible, elle doit se produire.
  2. 2. Chapitre 26 LA TRANSITION VII. Les lois de la guérison (2) Toute maladie vient de la séparation. Lorsque la séparation est niée, elle disparaît. Car elle a disparu aussitôt que l’idée qui l’a amenée a été guérie et remplacée par la santé d’esprit. La maladie et le péché sont vus comme conséquence et cause, dans une relation gardée cachée à la conscience afin d’être soigneusement préservée de la lumière de la raison.
  3. 3. Chapitre 26 LA TRANSITION VII. Les lois de la guérison (3) La culpabilité demande punition, et sa requête est accordée. Pas en vérité, mais dans le monde d’ombres et d’illusions bâti sur le péché. Le Fils de Dieu a perçu ce qu’il voulait voir, parce que la perception est un souhait satisfait. La perception change, faite pour prendre la place de la connaissance inchangeable. Or la vérité est inchangée. Elle ne peut pas être perçue, mais seulement connue. Ce qui est perçu prend de nombreuses formes, mais aucune d’elles n’a de signification. Porté à la vérité, le caractère insensé en est apparent. Tenu à part de la vérité, il semble avoir une signification et être réel.
  4. 4. Chapitre 26 LA TRANSITION VII. Les lois de la guérison (4) Les lois de la perception sont l’opposé de la vérité, et ce qui est vrai de la connaissance n’est pas vrai de quoi que ce soit qui est à part d’elle. Or Dieu a donné une réponse au monde de la maladie, qui s’applique à toutes ses formes. La réponse de Dieu est éternelle, bien qu’elle œuvre dans le temps, où il est besoin d’elle. Or, parce qu’elle est de Dieu, les lois du temps n’affectent pas son fonctionnement. Elle est dans ce monde, mais n’en fait pas partie. Car elle est réelle, et elle demeure là où doit être toute réalité. Les idées ne quittent pas leur source, et leurs effets n’en sont séparés qu’en apparence. Les idées sont de l’esprit. Ce qui est projeté au-dehors, et semble être extérieur à l’esprit, n’est pas du tout à l’extérieur, mais un effet de ce qui est au-dedans et n’a pas quitté sa source.
  5. 5. Chapitre 26 LA TRANSITION VII. Les lois de la guérison (5) La réponse de Dieu réside là où doit être la croyance dans le péché, car c’est là seulement que ses effets peuvent être complètement défaits et sans cause. Les lois de la perception doivent être renversées, parce qu’elles sont des renversements des lois de la vérité. Les lois de la vérité à jamais seront vraies, et elles ne peuvent pas être renversées; or elles peuvent être vues sens dessus dessous. Et cela doit être corrigé là où réside l’illusion de renversement.
  6. 6. Chapitre 26 LA TRANSITION VII. Les lois de la guérison (6) Il est impossible qu’une illusion soit moins accessible à la vérité que les autres. Mais il est possible qu’à certaines une plus grande valeur soit donnée, et qu’elles soient offertes moins volontiers à la vérité pour la guérison et pour l’aide. Aucune illusion n’a la moindre vérité en elle. Or il semble que certaines soient plus vraies que d’autres, quoique cela n’ait manifestement aucun sens. Tout ce qu’une hiérarchie d’illusions peut montrer, c’est une préférence et non la réalité. En quoi la préférence concerne-t-elle la vérité? Les illusions sont des illusions et sont fausses. Ta préférence ne leur donne pas de réalité. Aucune n’est vraie en aucune façon, et toutes doivent céder avec la même facilité devant ce que Dieu a donné comme réponse à toutes. La Volonté de Dieu est Une. Et n’importe quel souhait qui semble aller contre Sa Volonté n’a pas de fondement dans la vérité.
  7. 7. Chapitre 26 LA TRANSITION VII. Les lois de la guérison (7) Le péché n’est pas une erreur, car il va au- delà de la correction jusqu’à l’impossibilité. Or la croyance qu’il est réel a fait que certaines erreurs semblent être à jamais sans espoir de guérison, et des raisons durables pour l’enfer. S’il en était ainsi, alors au Ciel s’opposerait son propre opposé, aussi réel que lui. Alors la Volonté de Dieu serait divisée en deux, et toute création serait soumise aux lois de deux pouvoirs opposés, jusqu’à ce que Dieu devienne impatient, divise le monde et Se charge Lui-même de l’attaque. Ainsi a-t-Il perdu l’Esprit, proclamant que le péché Lui a pris Sa réalité et a porté Son Amour enfin aux pieds de la vengeance. Avec un tableau aussi insane, on peut s’attendre à une défense insane, mais elle ne peut pas établir que le tableau doit être vrai.
  8. 8. Chapitre 26 LA TRANSITION VII. Les lois de la guérison (8) Rien ne donne une signification où il n’y a pas de signification. Et la vérité n’a pas besoin de défense pour la rendre vraie. Les illusions n’ont pas de témoins et pas d’effets. Qui les regarde n’est que trompé. Le pardon est la seule fonction ici et il sert à apporter la joie que ce monde nie à chaque aspect du Fils de Dieu où il pensait que le péché régnait. Tu ne vois peut-être pas le rôle que joue le pardon pour mettre fin à la mort et à toutes les croyances qui surgissent des brumes de la culpabilité. Les péchés sont des croyances que tu imposes entre ton frère et toi. Ils te limitent à un temps et à un lieu, et donnent un petit espace à toi, un autre petit espace à lui. Cette séparation d’avec le reste est symbolisée, dans ta perception, par un corps qui est clairement séparé et une chose à part. Or ce que ce symbole représente n’est que ton souhait d’être à part et séparé.
  9. 9. Chapitre 26 LA TRANSITION VII. Les lois de la guérison (9) Le pardon enlève ce qui se dresse entre ton frère et toi. C’est le souhait que tu sois joint à lui et non à part. Nous l’appelons « souhait » parce qu’il conçoit encore d’autres choix et n’a pas encore entièrement dépassé le monde du choix. Or ce souhait est en accord avec l’état du Ciel, et non en opposition avec la Volonté de Dieu. Bien qu’il n’aille pas jusqu’à te donner ton plein héritage, il enlève les obstacles que tu as placés entre le Ciel où tu es, et la re-connaissance de où et de ce que tu es. Les faits sont inchangés. Or les faits peuvent être niés et donc inconnus, bien qu’ils fussent connus avant d’être niés.
  10. 10. Chapitre 26 LA TRANSITION VII. Les lois de la guérison (10) Le salut, parfait et complet, ne demande qu’un petit souhait : que ce qui est vrai soit vrai; un petit désir de passer sur ce qui n’est pas là; un petit soupir qui parle pour le Ciel par préférence à ce monde que la mort et la désolation semblent gouverner. En joyeuse réponse, la création s’élèvera au-dedans de toi, pour remplacer le monde que tu vois par le Ciel, entièrement parfait et complet. Qu’est-ce que le pardon, si ce n’est le désir que la vérité soit vraie? Qu’y a-t-il qui puisse rester non guéri et arraché d’une unité qui tient toutes choses en elle-même? Il n’y a pas de péché. Et chaque miracle est possible dès l’instant que le Fils de Dieu perçoit que ses souhaits et la Volonté de Dieu ne font qu’un.
  11. 11. Chapitre 26 LA TRANSITION VII. Les lois de la guérison (11) Quelle est la Volonté de Dieu? Il veut que Son Fils ait tout. Et cela, Il l’a garanti lorsqu’il l’a créé tout. Il est impossible que quoi que ce soit soit perdu, si ce que tu as est ce que tu es. Voilà le miracle par lequel la création est devenue ta fonction, que tu partages avec Dieu. Cela n’est pas compris à part de Lui et n’a donc pas de signification en ce monde. Ici le Fils de Dieu ne demande pas trop mais bien trop peu. Il voudrait sacrifier sa propre identité avec tout pour trouver un petit trésor qui lui soit propre. Et cela il ne peut le faire sans un sentiment d’isolement, de perte et de solitude. Voilà le trésor qu’il a cherché à trouver. Et il ne pouvait qu’en avoir peur. La peur est-elle un trésor? L’incertitude peut-elle être ce que tu veux? Ou est-ce une méprise sur ta volonté, et sur ce que tu es réellement?
  12. 12. Chapitre 26 LA TRANSITION VII. Les lois de la guérison (12) Considérons ce qu’est l’erreur, afin qu’elle puisse être corrigée, et non protégée. Le péché est la croyance que l’attaque peut être projetée à l’extérieur de l’esprit où la croyance a surgi. Ici la ferme conviction que les idées peuvent quitter leur source est rendue réelle et signifiante. Et de cette erreur le monde du péché et du sacrifice surgit. Ce monde est une tentative pour prouver ton innocence, tout en chérissant l’attaque. Son échec vient du fait que tu te sens encore coupable, bien que sans comprendre pourquoi. Les effets sont vus comme étant séparés de leur source et semblent être au-delà de ce que tu peux contrôler ou prévenir. Ce qui est ainsi gardé à part ne peut jamais être joint.
  13. 13. Chapitre 26 LA TRANSITION VII. Les lois de la guérison (13) Cause et effet sont un et non séparés. Dieu veut que tu apprennes ce qui a toujours été vrai : qu’il t’a créé comme partie de Lui, et cela doit être encore vrai parce que les idées ne quittent pas leur source. Telle est la loi de la création : que chaque idée que l’esprit conçoit ne fait qu’ajouter à son abondance et jamais ne lui enlève. Cela est aussi vrai des souhaits futiles que de ce qui est véritablement ta volonté, parce que l’esprit peut souhaiter être trompé mais il ne peut pas faire de lui-même ce qu’il n’est pas. Et croire que les idées peuvent quitter leur source, c’est inviter les illusions à être vraies, mais sans succès. Car jamais le succès ne sera possible à tenter de tromper le Fils de Dieu.
  14. 14. Chapitre 26 LA TRANSITION VII. Les lois de la guérison (14) Le miracle est possible quand cause et conséquence sont mises ensemble, et non gardées séparées. La guérison de l’effet sans la cause peut simplement faire passer les effets à d’autres formes. Et cela n’est pas délivrance. Jamais le Fils de Dieu ne pourrait se contenter de moins que le plein salut et l’évasion hors de la culpabilité. Car autrement il demande encore d’avoir à faire quelque sacrifice, et par là il nie que tout est à lui, illimité par aucune sorte de perte. Un minuscule sacrifice est exactement pareil dans ses effets à toute l’idée de sacrifice. Si la perte est possible sous quelque forme que ce soit, alors le Fils de Dieu est rendu incomplet et non lui-même. Et il ne se connaîtra pas lui- même, ni ne reconnaîtra sa volonté. Il a désavoué son Père et lui-même, et fait des Deux ses ennemis dans la haine.
  15. 15. Chapitre 26 LA TRANSITION VII. Les lois de la guérison (15) Les illusions ont été faites pour servir le but qu’elles servent. Et de leur but elles tirent quelque signification qu’elles semblent avoir. Dieu a donné à toutes les illusions qui ont été faites un autre but qui justifierait un miracle, quelque forme qu’elles aient prises. Dans chaque miracle réside toute la guérison, car Dieu a répondu à elles toutes ne faisant qu’un. Et ce qui est un pour Lui doit être le même. Si tu crois que ce qui est le même est différent, tu ne fais que te tromper toi- même. Ce que Dieu appelle un sera un à jamais, et non séparé. Son Royaume est uni; ainsi il fut créé et ainsi il sera toujours.
  16. 16. Chapitre 26 LA TRANSITION VII. Les lois de la guérison (16) Le miracle ne fait qu’appeler ton ancien Nom, que tu reconnaîtras parce que la vérité est dans ta mémoire. Et c’est ce Nom que ton frère invoque pour sa délivrance et la tienne. Le Ciel luit sur le Fils de Dieu. Ne nie pas le Fils de Dieu, afin d’être délivré. À chaque instant il est né à nouveau, jusqu’à ce qu’il choisisse de ne pas mourir à nouveau. Dans chaque souhait de blesser, il choisit la mort au lieu de ce que son Père veut pour lui. Or chaque instant lui offre la vie parce que son Père veut qu’il vive.
  17. 17. Chapitre 26 LA TRANSITION VII. Les lois de la guérison (17) Dans la crucifixion la rédemption est déposée, car il n’est pas besoin de guérison là où il n’y a ni douleur ni souffrance. Le pardon est la réponse à quelque sorte d’attaque que ce soit. Ainsi l’attaque est privée de ses effets, et à la haine réponse est donnée au nom de l’amour. Toute gloire à toi pour toujours à qui il a été donné de sauver le Fils de Dieu de la crucifixion, de l’enfer et de la mort. Car tu as le pouvoir de sauver le Fils de Dieu parce que son Père a voulu qu’il en soit ainsi. Et tout le salut repose entre tes mains, pour être à la fois offert et reçu ne faisant qu’un.
  18. 18. Chapitre 26 LA TRANSITION VII. Les lois de la guérison (18) Utiliser le pouvoir que Dieu t’a donné comme Il voudrait qu’il soit utilisé, cela est naturel. Ce n’est pas arrogant d’être tel qu’il t’a créé ni de faire usage de ce qu’il a donné pour répondre à toutes les erreurs de Son Fils et le libérer. Mais il est arrogant de mettre de côté le pouvoir qu’il a donné, et de choisir un petit souhait insensé au lieu de ce qu’il veut. Le don que Dieu te fait est illimité. Il n’y a pas de circonstance à laquelle il ne puisse répondre, et pas de problème qui ne soit résolu dans sa gracieuse lumière.
  19. 19. Chapitre 26 LA TRANSITION VII. Les lois de la guérison (19) Demeure en paix là où Dieu voudrait que tu sois. Et sois le moyen par lequel ton frère trouve la paix dans laquelle tes souhaits sont satisfaits. Unissons- nous pour bénir le monde du péché et de la mort. Car ce qui peut sauver chacun d’entre nous peut nous sauver tous. Il n’y a pas de différence parmi les Fils de Dieu. L’unité que nie la particularité les sauvera tous, car ce qui est un ne peut avoir de particularité. Et tout appartient à chacun d’eux. Il n’y a pas de souhaits qui se trouvent entre un frère et les siens. Obtenir de l’un, c’est les priver tous. Et pourtant, en bénir un seul, c’est les bénir tous ne faisant qu’un.
  20. 20. Chapitre 26 LA TRANSITION VII. Les lois de la guérison (20) Ton ancien Nom appartient à tous, comme le leur t’appartient. Invoque le nom de ton frère et Dieu répondra, car c’est à Lui que tu fais appel. Pourrait-Il refuser de répondre alors qu’il a déjà répondu à tous ceux qui Lui font appel? Un miracle ne peut faire aucun changement. Mais il peut faire que ce qui a toujours été vrai soit reconnu par ceux qui ne le connaissent pas; et que par ce petit don de la vérité simplement laissée être elle-même, il soit permis au Fils de Dieu d’être lui-même, et que toute la création soit rendue libre d’invoquer le seul Nom de Dieu.

×