Chapitre 15
L’INSTANT SAINT
VIII. La seule relation
réelle (1)
L’instant saint ne remplace pas le besoin
d’apprendre, car ...
Chapitre 15
L’INSTANT SAINT
VIII. La seule relation
réelle (2)
Écoute-Le avec joie, et apprends de Lui
que tu n’as pas du ...
Chapitre 15
L’INSTANT SAINT
VIII. La seule relation
réelle (3)
N’entre en relation qu’avec ce qui ne te
quittera jamais, e...
Chapitre 15
L’INSTANT SAINT
VIII. La seule relation
réelle (4)
Réfléchis à ceci ne serait-ce qu’un
instant : Dieu t’a donn...
Chapitre 15
L’INSTANT SAINT
VIII. La seule relation
réelle (5)
Le Saint-Esprit est la tentative de Dieu
pour te libérer de...
Chapitre 15
L’INSTANT SAINT
VIII. La seule relation
réelle (6)
Dans le Saint-Esprit seul réside la
conscience de ce que Di...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

VIII. La seule relation réelle

288 vues

Publié le

Un Cours en Miracles - Le Texte
UCEM
Chapitre 15 - L'INSTANT SAINT

Publié dans : Spirituel
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
288
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

VIII. La seule relation réelle

  1. 1. Chapitre 15 L’INSTANT SAINT VIII. La seule relation réelle (1) L’instant saint ne remplace pas le besoin d’apprendre, car le Saint-Esprit ne doit pas te quitter en tant qu’enseignant tant que l’instant saint ne s’est pas étendu bien au- delà du temps. Pour une tâche d’enseignement comme la Sienne, Il doit tout utiliser en ce monde pour ta délivrance. Il doit Se ranger avec chaque signe ou chaque gage de ton désir d’apprendre de Lui ce que doit être la vérité. Il est prompt à utiliser tout ce que tu Lui offres pour cela. La préoccupation et le soin qu’il a de toi sont illimités. Face à ta peur du pardon, qu’il perçoit aussi clairement qu’il connaît que le pardon est délivrance, Il t’enseignera à te souvenir que le pardon n’est pas une perte, mais ton salut. Et que dans le pardon complet, où tu reconnais qu’il n’y a rien à pardonner, tu es absous complètement.
  2. 2. Chapitre 15 L’INSTANT SAINT VIII. La seule relation réelle (2) Écoute-Le avec joie, et apprends de Lui que tu n’as pas du tout besoin de relations particulières. Tu ne cherches en elles que ce que tu as jeté. Et par elles jamais tu n’apprendras la valeur de ce que tu as jeté, mais désires encore de tout ton cœur. Joignons-nous pour faire ensemble de l’instant saint tout ce qui est, en désirant qu’il soit tout ce qui est. Le Fils de Dieu a tant besoin de ton désir d’aspirer à cela que tu ne saurais concevoir si grand besoin. Voilà le seul besoin que Dieu et Son Fils partagent, et qu’Ils ont pour volonté de satisfaire ensemble. Tu n’es pas seul en cela. La volonté de tes créations t’appelle à partager avec elles ta volonté. Tourne-toi, donc, en paix, de la culpabilité vers Dieu et vers elles.
  3. 3. Chapitre 15 L’INSTANT SAINT VIII. La seule relation réelle (3) N’entre en relation qu’avec ce qui ne te quittera jamais, et ce que tu ne peux jamais quitter. La solitude du Fils de Dieu est la solitude de son Père. Ne refuse pas la conscience de ta complétude, et ne cherche pas à te la rendre toi-même. Ne crains pas de confier ta rédemption à l’Amour de ton Rédempteur. Il n’échouera pas, car Il vient de Celui Qui ne peut échouer. Accepte ton sentiment d’échec comme étant une erreur, et rien de plus, sur qui tu es. Car le saint hôte de Dieu est au-delà de l’échec, et rien de ce qu’il a pour volonté ne peut être nié. Tu es pour toujours dans une relation si sainte qu’elle appelle chacun à s’évader de la solitude, et à se joindre à toi dans ton amour. Et là où tu es chacun doit chercher, et te trouver là.
  4. 4. Chapitre 15 L’INSTANT SAINT VIII. La seule relation réelle (4) Réfléchis à ceci ne serait-ce qu’un instant : Dieu t’a donné la Filialité, pour assurer ta création parfaite. C’était Son don, car de même qu’il ne S’est pas refusé Lui-même à toi, Il ne t’a pas refusé Sa création. Il n’est rien qui ait jamais été créé qui ne t’appartienne. Tes relations sont avec l’univers. Et cet univers, étant de Dieu, est bien au-delà de la somme insignifiante de tous les corps séparés que tu perçois. Car toutes ses parties sont jointes en Dieu par le Christ, où elles deviennent comme leur Père. Le Christ ne sait rien d’une séparation d’avec Son Père, Qui est Sa seule relation, dans laquelle Il donne comme Son Père Lui donne.
  5. 5. Chapitre 15 L’INSTANT SAINT VIII. La seule relation réelle (5) Le Saint-Esprit est la tentative de Dieu pour te libérer de ce qu’il ne comprend pas. Et à cause de sa Source, elle réussira. Le Saint-Esprit te demande de répondre comme Dieu le fait, car Il voudrait t’enseigner ce que tu ne comprends pas. Dieu répondrait à chaque besoin, quelque forme qu’il prenne. Ainsi Il garde ce canal ouvert pour recevoir Sa communication avec toi, et la tienne avec Lui. Dieu ne comprend pas ton problème de communication, car Il ne le partage pas avec toi. Il n’y a que toi qui crois qu’il est compréhensible. Le Saint- Esprit connaît qu’il n’est pas compréhensible, et pourtant Il le comprend parce que tu l’as fait.
  6. 6. Chapitre 15 L’INSTANT SAINT VIII. La seule relation réelle (6) Dans le Saint-Esprit seul réside la conscience de ce que Dieu ne peut connaître, et de ce que tu ne comprends pas. C’est Sa sainte fonction d’accepter les deux, et en enlevant chaque élément discordant, de les joindre en un. Il fera cela parce que c’est Sa fonction. Laisse, donc, ce qui à toi semble être impossible, à Celui Qui connaît que ce doit être possible parce que c’est la Volonté de Dieu. Et laisse Celui Dont l’enseignement est seulement de Dieu t’enseigner la seule signification des relations. Car Dieu a créé la seule relation qui ait une signification, et c’est Sa relation avec toi.

×