La construction des problèmes sociaux Le rôle de la communication 07-05-2010  Université de Paris XII Pina Lalli Master Sc...
Les hypothèses du constructivisme <ul><li>Les problèmes sociaux ne sont pas le reflet de conditions objectives, car ils so...
Les hypothèses du constructivisme <ul><li>Les problèmes sont définis  et évoluent par effet de  l’interaction parmi des ac...
Les hypothèses du constructivisme <ul><li>L’étude des problèmes sociaux  ne concerne pas les conditions objectives, mais p...
Constructivisme: exemple de la médecine <ul><li>Examiner le contenu de la connaissance médicale cherchant à démontrer les ...
Constructivisme: exemple de la médecine <ul><li>Premier pas montré par les approches constructivistes: on  médicalise la «...
<ul><li>Les dynamiques collectives pour la définition des problèmes engagent nombre de  niveaux de relation entre les suje...
Une question  <ul><li>Dans cet horizon qu’on imagine aussi large de possibilités, quels sont les mécanismes de mobilisatio...
Une mise en perspective <ul><li>Les acteurs du processus décrit par ce modèle ne sont pas des  ég a ux, mais ce qui fait l...
Une mise en perspective <ul><li>H&B nous  décrivent donc le schéma social qui rend possible la  montée  ou le  declin  d’u...
<ul><li>Les définitions des problèmes sociaux exigent  légitimation  et  reconnaissance </li></ul><ul><li>Dans nos société...
Sources de médiation possibles <ul><ul><li>Réseaux proxémiques :  le  capital social   </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>   ...
Arènes sociales et attention:  une hypothèse constructiviste
Concurrence    sélection    interprétation <ul><li>Sélection    établir l’agenda des priorités légitimes      «  Agend...
Arènes: exemples <ul><ul><li>Gouvernement, Parlement institutions similaires (nationales, internationales et locales) </li...
Source : mon élaboration à partir de Hillgartner & Bosk (1988)
Un mélange  de fonctionnalisme et phénoménologie <ul><li>Le processus de construction de nos soucis sociaux devient ainsi ...
Du concept au phénomène… <ul><li>L’hypothèse des ar èn e s plurielles dessinant l’espace publique comme  fabrique sociale ...
Du concept au phénomène… <ul><li>La  bataille   symbolique  pour la « bonne »  défi nition ou pour imposer la priorité d’u...
Médiations - Interactions <ul><li>C’est dans la matrice complexe des médiations et hybridations possibles  qui s’insèrent ...
7 Négociation sociale des soucis de santé: les médias - Opinion Leaders - Spécialistes - Organisations sanitaires - ONG, A...
Un exemple - La santé: acteurs dans un contexte moderne  10 Lay definitions : différences historiques, socioculturelles, é...
Agenda building: la construction des problèmes 8 Espace public de discussion Qui est-ce qui décide quelles sont les thèmes...
Un espace fragmenté dans nombre d’arènes, mais… 9 Agenda setting e agenda building Les espaces sociaux où il peut se const...
La communication comme participation à un processus de  gatekeeping communicateur acteurs sociaux (source: adaptation de L...
L’approche de la négociation devient dominante <ul><li>La négociation  peut se déguiser en marketing gestionnaire visant l...
<ul><li>Professionnalisation  progressive de compétences sur les discours, les signes et les images, qui restent souvent i...
<ul><li>La mise en parole des actions collectives  pourrait-elle devenir - pour les pouvoirs publiques ou les acteurs soci...
<ul><li>Peut-on penser que les compétences professionnelles  pratiquées dans la communication à plusieurs niveaux  pourrai...
[email_address] Merci http://www.compass.unibo.it
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Construction des problèmes sociaux et communication pour la santé

1 112 vues

Publié le

Séminaire au Ceditec, Université de Paris XII, mai 2010

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 112
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
13
Actions
Partages
0
Téléchargements
16
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Construction des problèmes sociaux et communication pour la santé

  1. 1. La construction des problèmes sociaux Le rôle de la communication 07-05-2010 Université de Paris XII Pina Lalli Master Sciences de la communication publique et sociale Département Disciplines de la Communication
  2. 2. Les hypothèses du constructivisme <ul><li>Les problèmes sociaux ne sont pas le reflet de conditions objectives, car ils sont le produit d’un processus de définition collective les l ég i timant comme des thèmes et des définitions qui ont la priorité </li></ul><ul><li> ceux dont il faut s’occuper avant tout et dont la « définition » gagnante propose déjà la piste de solution </li></ul><ul><li> processus d’agenda building et de framing (les premières propositions venant de Blumer et Gusfield, ensuite Cobb et Elder les appliquent aux médias, et d’autres en poursuivent l’élaboration théorique et produisent nombre d’analyses empiriques) </li></ul>
  3. 3. Les hypothèses du constructivisme <ul><li>Les problèmes sont définis et évoluent par effet de l’interaction parmi des acteurs différents dans des arènes sociales de débat et de communication </li></ul><ul><ul><li> on étudie le processus par le quel ils gagnent une priorité dans les médias, les tribunaux, les institutions, les parlements… </li></ul></ul><ul><ul><li> ce qui implique souvent l’idée que les problèmes ont une relative stabilité (« putative conditions »): ce qui change c’est la manière de les considérer </li></ul></ul><ul><ul><li> ils peuvent donc avoir une sorte de « cycle » de vie (dans le temps et dans l’espace) </li></ul></ul>
  4. 4. Les hypothèses du constructivisme <ul><li>L’étude des problèmes sociaux ne concerne pas les conditions objectives, mais plutôt les valeurs, les stratégies et les intérêts d’individus et de groupes qui les soutiennent et les revendiquent («  claims-makers  ») </li></ul><ul><li> le but est d’influencer l’espace public pour qu’il donne une solution à la situation définie comme problématique </li></ul><ul><li>Ce processus de construction est très compétitif (nombre d’acteurs « claims-making » et nombre de définitions) </li></ul><ul><li>Il consiste à réussir à dépasser / transformer les frontières des particularités pour persuader qu’il s’agit d’un intérêt collectif (portée, intensité et visibilité sont les trois principes évoqués pour le qualifier) </li></ul>
  5. 5. Constructivisme: exemple de la médecine <ul><li>Examiner le contenu de la connaissance médicale cherchant à démontrer les dépendances culturelles de cette connaissance et les facteurs sociaux qui sont implicites dans sa structure </li></ul><ul><li>La communication sur les styles de vie « sains » - par exemple - si d’un coté néglige les inégalités sociales, de l’autre coté conduit une opération hégémonique dans le sens qu’elle partage - et se soutient sur- une d éf inition de sant é (et de maladie) issue de la connaissance m éd icale comme si elle ét ait sans contraintes sociales et donc comme si elle ne ressortissait pas d’une construction sociale </li></ul><ul><li>Alors que la construction de la connaissance épidé miologique ne serait pas construite hors d’une sch ém atisation «    culture-bound  » </li></ul><ul><li>ex. : le cadrage post-moderniste de l’individualisme responsable et de l’individualisation de la maladie </li></ul>
  6. 6. Constructivisme: exemple de la médecine <ul><li>Premier pas montré par les approches constructivistes: on médicalise la « déviance  » </li></ul><ul><li>Deuxième pas: en médicalisant la déviance on ne la soustrait pas à la morale , car on individualise la maladie comme responsabilit é  « morale » de l’individu vis- à -vis de la société </li></ul><ul><ul><li>(et surtout du Welfare State et ses d ép e nses, avec ses d éc i sions concernant les malaises qui donnent ou ne donnent pas le droit à la reconnaissance d’un engagement public) </li></ul></ul><ul><li>La connaissance médicale tend à assumer la place de la morale , les données épidémiologiques devenant ainsi une sorte de fondement statistique de normes morales légitimant des lois, justifiant de différences d’assurance maladie, etc. </li></ul>
  7. 7. <ul><li>Les dynamiques collectives pour la définition des problèmes engagent nombre de niveaux de relation entre les sujets et les arènes </li></ul><ul><li>Les influences peuvent ê tre mutuelles et donner lieu à des chaînes d’interaction </li></ul><ul><li>Il y a donc interaction parmi les problèmes et la dynamique de la concurrence concerne à la fois des questions d’ espace et de temps </li></ul>La suggestion constructiviste de Hilgartner et Bosk (AJS 1988)
  8. 8. Une question <ul><li>Dans cet horizon qu’on imagine aussi large de possibilités, quels sont les mécanismes de mobilisation de l’action collective sur certaines définitions dont certains acteurs réclament légitimité? </li></ul><ul><li>Hilgartner et Bosk nous proposent un modèle pour identifier quels sont les m éc a nismes ou les principes de s éle ction principaux </li></ul>
  9. 9. Une mise en perspective <ul><li>Les acteurs du processus décrit par ce modèle ne sont pas des ég a ux, mais ce qui fait l’int érêt de la proposition est la possibilit é d’une mise en perspective: </li></ul><ul><ul><li>de leurs relations voire interactions </li></ul></ul><ul><ul><li>des moyens qui leur sont disponibles à un moment donn é </li></ul></ul><ul><ul><li>des espaces diff ér e nts qu’ils peuvent habiter par leur actions (et donc des r èg l es organisationnelles les r ég i ssant) </li></ul></ul><ul><ul><li>des raisons et des sentiments collectifs agissant en profondeur (l’analyse sociologique pouvant identifier le « taken for granted » - ce qui est supposé allant de soi, le quasi-naturel - du sens social de l’action commune l égi time) </li></ul></ul><ul><ul><li>du poids des enjeux symboliques impliqu és dans une situation socio-historique d ét e rmin ée </li></ul></ul><ul><ul><li>des int érêt s m ê me éc o nomiques qui peuvent être en jeu </li></ul></ul><ul><ul><li>des contraintes structurelles inhérents non pas aux problèmes, mais aux arènes elles-m êmes </li></ul></ul>
  10. 10. Une mise en perspective <ul><li>H&B nous décrivent donc le schéma social qui rend possible la montée ou le declin d’un souci social par rapport à l’autre </li></ul><ul><li>Mais aussi des chances de changement partant de « niches » o ù des soucis survivent et d’o ù leur force peut à un moment donn é s’avérer envahissante, si certains conditions ou inter-actions le permettent </li></ul><ul><li>C’est une proposition de lecture sociologique dont l’hypoth ès e est que la soc iété est une «  fabrique » de sens composés par plusieurs départements à la fois séparés et communiquant - une machine à faire du sens des probl èm e s sociaux (pour reprendre une expression de Moscovici) – dont le fonctionnement est identifiable par l’analyse des facteurs (et des acteurs) influen ça n t la s él e ction de ceux qui s’imposent à l’attention publique </li></ul>
  11. 11. <ul><li>Les définitions des problèmes sociaux exigent légitimation et reconnaissance </li></ul><ul><li>Dans nos sociétés modernes, en principe les définitions légitimes – ex. maladie, santé, pollution, écologie... – tendent à se justifier partant d’une communauté scientifique - les experts - mais il existent nombre de sources de médiations entre l’univers expert et le monde consensuel de la vie quotidienne, où les acteurs de l’espace public « habitent » </li></ul><ul><li>Plusieurs acteurs - autres que ceux institutionnels et scientifiques - peuvent revendiquer un pouvoir d’influence sur les priorités devenant « claim-makers » pour les « decision-makers » </li></ul>Médiations - filtres
  12. 12. Sources de médiation possibles <ul><ul><li>Réseaux proxémiques : le capital social </li></ul></ul><ul><ul><ul><li> relations formelles et informelles (inégales) </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Les médias: moyens techniques de communication “à distance” </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Ils ont leur contraintes institutionnelles et organisationnelles - par des formes différentes (information « directe » et « indirecte ») </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Différents moyens et outils techniques professionnels pour la « bonne » identification / vérification / comparaison / imposition de la légitimation des sources (« autrui éloigné » de Schutz) </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Inégalité d’accès liée même à la «  taille  » des sources  ils s’agencent des stratégies </li></ul></ul></ul>
  13. 13. Arènes sociales et attention: une hypothèse constructiviste
  14. 14. Concurrence  sélection  interprétation <ul><li>Sélection  établir l’agenda des priorités légitimes    « Agenda building  » </li></ul><ul><li>Importance cognitive et pratique («  Salience  ») </li></ul><ul><li>Interprétation dans le cadre de référence de la connaissance partagée («  Framing  ») </li></ul><ul><li>Interprétation dans l’horizon de l’expérience (« Relevance  ») </li></ul>
  15. 15. Arènes: exemples <ul><ul><li>Gouvernement, Parlement institutions similaires (nationales, internationales et locales) </li></ul></ul><ul><ul><li>Tribunaux </li></ul></ul><ul><ul><li>Mass media </li></ul></ul><ul><ul><li>Mouvements, partis </li></ul></ul><ul><ul><li>Communautés scientifiques, écoles, universités </li></ul></ul><ul><ul><li>Organisations religieuses </li></ul></ul><ul><ul><li>Groups professionnels </li></ul></ul><ul><ul><li>Fondations et entreprises </li></ul></ul><ul><ul><li>Associations </li></ul></ul><ul><ul><li>Individus et groupes composant l’espace public </li></ul></ul><ul><ul><li>Minorités actives </li></ul></ul>
  16. 16. Source : mon élaboration à partir de Hillgartner & Bosk (1988)
  17. 17. Un mélange de fonctionnalisme et phénoménologie <ul><li>Le processus de construction de nos soucis sociaux devient ainsi un mod èl e « fonctionnel » où il faut identifier – d’une fa ço n ph én o m én o logique: </li></ul><ul><ul><li>les espaces  de discussion et leurs caract ér i stiques </li></ul></ul><ul><ul><li>les acteurs à chaque fois significatifs </li></ul></ul><ul><ul><li>les enjeux culturels, politiques et éc o nomiques dans leur interaction pratique </li></ul></ul><ul><ul><li>les moyens utilis és pour imposer la l ég i timation partag ée </li></ul></ul><ul><ul><li>le type de partage dans un espace publique d ét ermin ée </li></ul></ul><ul><li>D’un cot é , rien de nouveau : certaines variables sociologiques classiques sont toujours à l’oeu v re </li></ul><ul><li>De l’autre cot é , un outil int ér e ssant pour nous aider à modéliser notre analyse sp éc i fique </li></ul>
  18. 18. Du concept au phénomène… <ul><li>L’hypothèse des ar èn e s plurielles dessinant l’espace publique comme fabrique sociale puissante du sens l ég i time de nos soucis sociaux, pourrait s’envisager non pas comme un concept: </li></ul><ul><ul><li>mais plut ôt comme un outil pour comprendre des ph én o mèn es sp éc i fiques </li></ul></ul><ul><li>Les imp ér a tifs de visibilit é impos és par ce qu’on appelle dans un sens large « communication » pourraient montrer à la fois leur force et leur dép e ndance des enjeux collectifs de l’interaction sociale </li></ul>
  19. 19. Du concept au phénomène… <ul><li>La bataille symbolique pour la « bonne » défi nition ou pour imposer la priorité d’un probl ème est largement une bataille de « communication » dont le jeu est à lire – en cette perspective sociologique – étudiant et identifiant les acteurs et les espaces « en lutte » </li></ul><ul><li>Une bataille entre des acteurs diff ér e nts (et donc inégaux ) par « taille » (au sens large), par ar ène publique disponible et diff ér e mment organis ée , par choix possible des moyens et des formes rh ét o riques, par force et poids de « justification », de mobilisation et de n ég o ciation </li></ul>
  20. 20. Médiations - Interactions <ul><li>C’est dans la matrice complexe des médiations et hybridations possibles qui s’insèrent les stratégies et le questions posées par la communication </li></ul><ul><li>Le marketing des idées cherche de se positionner dans cette bataille symbolique où il n’a pas que l’hégémonie mais une concurrence des définitions, des valeurs et des sources qui interagissent </li></ul><ul><li>Les médiations ont des techniques et suivent des procédures différentes </li></ul><ul><li>Mais la force et la « taille » (et donc le pouvoir) des acteurs et des espaces engagés dans les interactions ne sont pas égalitaires </li></ul>
  21. 21. 7 Négociation sociale des soucis de santé: les médias - Opinion Leaders - Spécialistes - Organisations sanitaires - ONG, Associations - Industries (alimentaires, - pharmaceutiques, wellness business, etc.) - Politiciens, partis, syndicats, mouvements.... N O R M E S Etat de santé Facteurs socio-économiques et culturels Codes de perception (salience) Codes interprétation (sens de santé bien-etre, etc.) Appartenance sociale et enjeu identitaire… MEDIA CONTENU FORMAT A U T E U R S Enjeux de la communication: normes et valeurs d’action. Un exemple de “transmission” médiatisé sur le thème “santé” parmi des sujets différentes et aux effets complexes ( Fonte: mon élab. de Renaud L., Mode du fa ço nnement des normes par les processus m éd iatiques , in Communication : Horizons de pratiques et de recherche , sous la direction de di P. Mongeau e J. Saint-Charles, PUQ, 2005, pp. 235-254
  22. 22. Un exemple - La santé: acteurs dans un contexte moderne 10 Lay definitions : différences historiques, socioculturelles, économiques Définitions médicales-scientifiques (occidentales) Médecine Evidence-based - Médecine predictive based Définitions économiques-sociales (les coûts, le prévisions épidémiologiques, les services, le système établissant les priorités pour l’allocation des ressources, la recherche, les soins, les PR, etc.…) Définitions économiques -structurelles ou fonctionnels (ex.: intérêt des parties prenantes) Modèles médiatisés de bien être et santé: espace directs et indirects Définitions juridiques-légales et règles en général (assurances, les impôts, les responsabilités…). Nombre d’opinion leaders, alliances et collusions possibles Définitions d’autres marchés de la santé (médecine douce et similaires)
  23. 23. Agenda building: la construction des problèmes 8 Espace public de discussion Qui est-ce qui décide quelles sont les thèmes légitimes de la discussion? Plusieurs acteurs sont en concurrence pour définir et légitimer les significations dominantes ou hégémoniques qui influencent la communication Chaque acteur peut utiliser la communication comme une stratégie d’influence pour imposer sa propre autorité et crédibilité “ Champs de bataille” symbolique où les concurrents se battent pour obtenir attention et légitimation et donc influencer les pratiques et les décisions
  24. 24. Un espace fragmenté dans nombre d’arènes, mais… 9 Agenda setting e agenda building Les espaces sociaux où il peut se construire un problème sont nombreux Mais dans la pratique il arrive souvent que les représentations des problèmes cernés comme les plus importants sont limitées, dans un certain contexte historique-social: un numéro réduit de problèmes occupent tout l’espace publique… («  hégémonie  ») même s’ils en restent des “ niches ” L’ordre du jour ( agenda setting ) d’une société a tendance à trouver des significations hégémoniques (et idéologiques) partagées, et souvent très délimitées Les stratégies de communication ou de marketing vont devenir des instruments de plus en plus importants pour le processus d’ agenda building  mais cela est vrai tant pour le majorités “fortes” que pour les minorités “faibles”
  25. 25. La communication comme participation à un processus de gatekeeping communicateur acteurs sociaux (source: adaptation de Les Robinson 1998) La communication comme gatekepeer dans et parmi les arènes pour l’ouverture/fermeture des portes…
  26. 26. L’approche de la négociation devient dominante <ul><li>La négociation peut se déguiser en marketing gestionnaire visant le consensus imposé par influence caché par des instruments de persuasion </li></ul><ul><li>Mais en revanche, elle peut s’accompagner à une transformation impliquant l’action collective sur la distribution des connaissances, des ressources et des intér ê ts (éducatifs, économiques, politiques, rhétoriques) qui auraient le pouvoir de négocier voire de “résister” </li></ul>
  27. 27. <ul><li>Professionnalisation progressive de compétences sur les discours, les signes et les images, qui restent souvent implicites, suivant des méthodes, des « autorités » de légitimation et des procédures difficiles à catégoriser </li></ul><ul><li>“ Liminarité” ou hybridation d’actions et fonctions de « communication » envahissant plusieurs domaines de l’action sociale </li></ul><ul><li>Positionnement organisationnel et prise de décision sur l’ « ordre du jour »  l’agenda building dépasse-t-il l’espace publique médiatisé et comment contribue-t-il sous masque de « technique » au processus de construction de nos problèmes sociaux? </li></ul>Questions
  28. 28. <ul><li>La mise en parole des actions collectives pourrait-elle devenir - pour les pouvoirs publiques ou les acteurs sociaux - moins une réponse technique aux impératifs de visibilité, qu’un processus de réflexion dont on ne connaît pas encore tous les chemins et qui mérite exploration empirique? </li></ul><ul><li>Ne fut-il que pour mieux comprendre tant la part de nouvelle forme communicationnelle de contrôle de la visibilité que l’enjeu d’une nouvelle façon de se confronter aux idéaux « responsables » d’une démocratie faisant appel à la « gouvernementalité » … </li></ul>Hypothèse: des espaces pluriels?
  29. 29. <ul><li>Peut-on penser que les compétences professionnelles pratiquées dans la communication à plusieurs niveaux pourraient nous signaler des itinéraires de recherche sur les formes d’explicitation des discours publiques dans des arènes plus ou moins élargies encore qu’inégalitaires ? </li></ul><ul><li>Est-ce qu’on peut demander aux communicateurs de reconnaître d’une façon réflexive leur fonction de service face à des «  entrepreneurs moraux  » contribuant à la formation et à la distribution de la connaissance sociale légitime? </li></ul>En guise de conclusions
  30. 30. [email_address] Merci http://www.compass.unibo.it

×