Charles Baudelaire:   <br /> Une expérienceaudelàduréel…<br />
Entre le Romantisme et le Décadentisme…<br />Le Symbolisme<br />« Le principe de la poésie est, strictement et simplement,...
Le poètmaudit : La vie comme un moyen d’échapper à la misérableconditionhumane. <br />Le Paradisartificiel….<br />"Le goût...
«Il me semble que je serais toujours bien là où je ne suis pas, et cette question de déménagement en est une que je discut...
Le spleen de Baudelaire et<br /> le mal dusiècle de Chateaubriand.<br />« Mais ce que je sens, c'est un immense découragem...
"Je me crois malade, et un malade, même imaginaire, est un malade. Qu'est ce que c'est que ces peurs perpétuelles, ces ess...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Baudelaire par Federica

872 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
872
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Baudelaire par Federica

  1. 1. Charles Baudelaire: <br /> Une expérienceaudelàduréel…<br />
  2. 2. Entre le Romantisme et le Décadentisme…<br />Le Symbolisme<br />« Le principe de la poésie est, strictement et simplement, l'aspiration humaine vers une beauté supérieure, et la manifestation de ce principe est dans un enthousiasme, une excitation de l'âme, - enthousiasme tout à fait indépendant de la passion qui est l'ivresse du coeur, et de la vérité qui est la pâture de la raison. »<br />
  3. 3. Le poètmaudit : La vie comme un moyen d’échapper à la misérableconditionhumane. <br />Le Paradisartificiel….<br />"Le goût frénétique de l'homme pour toutes les substances, saines ou dangereuses, qui exaltent sa personnalité, témoigne de sa grandeur. Il aspire toujours à réchauffer ses expériences et à s'élever vers l'infini."<br />
  4. 4. «Il me semble que je serais toujours bien là où je ne suis pas, et cette question de déménagement en est une que je discute sans cesse avec mon âme. »<br />
  5. 5. Le spleen de Baudelaire et<br /> le mal dusiècle de Chateaubriand.<br />« Mais ce que je sens, c'est un immense découragement, une sensation d'isolement insupportable, une peur perpétuelle d'un malheur vague, une défiance complète de mes forces, une absence totale de désirs, une impossibilité de trouver un amusement quelconque. »<br />
  6. 6. "Je me crois malade, et un malade, même imaginaire, est un malade. Qu'est ce que c'est que ces peurs perpétuelles, ces essoufflements et ces palpitations, surtout pendant le sommeil ?"<br />La poèsie et la mortcommerecherce de l’absolu…<br />

×