Recherche :La participation des usagers dans l’aide               alimentaire
L’aide d’urgence          sous pression• Augmentation du recours à l’aide :  – Banque Alimentaire : 90 000 en 2000 et 117 ...
Recherche-action concernant les possibilitésintégrantes et « activantes » de l’aide alimentaire en y   associant ses bénéf...
Panorama de l’enquête quantitative                 (en ligne)• Collaborations sollicitées:  AFSCA, Saint-Vincent de Paul, ...
Formes d’aides alimentairesLa distribution de colis alimentaires est largement majoritaire, elleconcerne 73% des organisat...
Intérêt de l’aide            alimentaire• Répondre à un besoin de base : se nourrir• Alléger un budget (déjà étroit)• Un c...
Formes de participation                239/369 (65%)
Pratiques inspirantes     Observation participante, interviews, focus groupes              et Méthode d’Analyse en GroupeC...
CPAS de Beerse et l’ASBL     “De Schakel” de BeerseL’asbl « De Schakel » de Beerse est l’une des 130associations promouvan...
CPAS Roeselare et    l’ASBL “De Graancirkel”L’ASBL “De Graancirkel” a été fondée par le CPASde Roeselare. Le CPAS siège au...
L’épicerie Sociale “Filet Divers”                d’AnversProvient de différentes organisations de bien-être. Volontéde lai...
VZW Toontje           voedselbedeling GentbruggeFait partie de l’ASBL « KRAS », une coupole réunissant lesorganisations œu...
La Ferme de la Vache      (antenne du CPAS de Liège)   Projet d’économie sociale :      Potager = approvisionnement de l...
ASBL La Rochelle      (antenne de promotion Famille à Roux)   La coopérative d’achat      = alimentaire + vêtement + meu...
CPAS de Libin   Colis Alimentaire :   Réelle demande qui ne cesse de croître   Permet de réduire la violence et l’agres...
Comité de la Samaritaine(Maison de quartier dans les Marolles)   Restaurant social     Inclusion des usagers dans le pro...
Vzw-asbl Bij Ons/Chez nous                        (centre ville Bruxelles)•   Public cible : les plus pauvres et exclus (S...
Collaborations enrichissantesPour les CPAS,–   Réorientation et enquête sociale–   Nouvelles approches (possibilités de ch...
Les motivations• Pour les usagers :   – S’évader, se changer les idées,      sortir de sa « bulle à problèmes »   – Recrée...
Facteurs de succès• La participation doit rester libre, elle ne peut pas être une  condition à l‘accès à l’aide alimentair...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La participation des usagers dans l'aide alimentaire

838 vues

Publié le

Présentation de la recherche de la participation des usagers dans l'aide alimentaire pendant les rencontres provinciales du printemps 2012

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
838
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La participation des usagers dans l'aide alimentaire

  1. 1. Recherche :La participation des usagers dans l’aide alimentaire
  2. 2. L’aide d’urgence sous pression• Augmentation du recours à l’aide : – Banque Alimentaire : 90 000 en 2000 et 117 440 en 2011 – BIRB : 204 000 en 2011• L’aide alimentaire européenne en sursis : – Suppression graduelle en 2013 – Organisation d’un colloque• Des centaines d’organisations touchent les personnes précaires, leur permettent de participer.
  3. 3. Recherche-action concernant les possibilitésintégrantes et « activantes » de l’aide alimentaire en y associant ses bénéficiaires d’une manière active• Enquête réalisée pour• Enquête menée par les FUSL, la KdG et la FdSS.• 3 phases : – webenquête: 369 organisations – Analyse de 11 bonnes pratiques (4 F. – 4 W. – 3B.) – 3 MAG (méthode d’analyse en groupe réunissant bénéficiaires, travailleurs sociaux et directions)
  4. 4. Panorama de l’enquête quantitative (en ligne)• Collaborations sollicitées: AFSCA, Saint-Vincent de Paul, une sélection d’associations de la «sociale kaart», Welzijnsschakels, Sociale kruideniers, Croix- Rouge, REPIS, Concertation aide alimentaire, l’Armée du Salut, Les Restos du Cœur, CPAS via SPP IS, BIRB, Banques alimentaires,…• Résultats : 369 organisations ont répondu au questionnaire Wallonie (170), Flandre (169), Bruxelles (30)
  5. 5. Formes d’aides alimentairesLa distribution de colis alimentaires est largement majoritaire, elleconcerne 73% des organisations.
  6. 6. Intérêt de l’aide alimentaire• Répondre à un besoin de base : se nourrir• Alléger un budget (déjà étroit)• Un complément important à l’aide octroyée par le CPAS• Touche à l’insertion socioprofessionnelle• Travail de liaison : rompre l’isolement, reconstruire les liens sociaux et renforcer la cohésion sociale - Une amorce ou un outil pour le travail social• Mise en œuvre d’un capital humain, des dizaines de volontaires engagés
  7. 7. Formes de participation 239/369 (65%)
  8. 8. Pratiques inspirantes Observation participante, interviews, focus groupes et Méthode d’Analyse en GroupeC.P.A.S. Libin Comité de la Samaritaine C.P.A.S. Liège C.P.A.S. Uccle
  9. 9. CPAS de Beerse et l’ASBL “De Schakel” de BeerseL’asbl « De Schakel » de Beerse est l’une des 130associations promouvant les liens sociaux et le bien-être enFlandre, dans lesquelles les volontaires travaillent avec desfamilles en situation de pauvreté et d’exclusion. Elle estreconnue comme une association ou les pauvres prennentla parole.54 bénévoles dont 17 sont assistants de groupes cibles4 portes d’entrées : espace de rencontres, magasin deseconde main, Pampers and Co, club de loisirsParticipation active du CPAS : participation inscrite au LSB(politique sociale locale sans représentants politiques)En concertation avec le groupe cible, parcours spécialautour de l’aide alimentaire: exercice d’équilibre entre lesréponses aux besoins, la liberté de choix et unealimentation saine et/ou adaptée. Le CPAS donne deschèques alimentaires (Tickets S) à dépenser dans lesupermarché local
  10. 10. CPAS Roeselare et l’ASBL “De Graancirkel”L’ASBL “De Graancirkel” a été fondée par le CPASde Roeselare. Le CPAS siège au C.A., a un déléguéau “Het Hope”, un espace où les pauvres prennentla parole.Avec le soutien d’un travailleur social du CPAS àmi-temps, les 12 bénévoles prennent en charge ladistribution de l’aide alimentaire. Le travailleursocial supervise et prend en charge les aspectsadministratifs (inventaire, etc.).Dans le même bâtiment se trouvent divers projetstels que l’ASBL “Koekegoed”, une associationd’insertion socioprofessionnelle et une maison del’emploi. L’ASBL “Koekegoed” gère les légumescultivés par les bénéficiaires, achetés ou offertspar des commerçants locaux, utilisés en salades etsoupes pour la distribution de nourriture.
  11. 11. L’épicerie Sociale “Filet Divers” d’AnversProvient de différentes organisations de bien-être. Volontéde laisser participer les gens en situation de pauvretéPour l’instant, 60 volontaires soutenu par troisprofessionnels (1.3 ETP), 5 art 60 et par des personnes enassistance de travail.Activités : épicerie sociale, espace de rencontre, groupe deconversation en néerlandais, atelier cuisine, atelier bois etle groupe « Ensemble plus fort ». Les accompagnateurs desgroupes cibles participent à toutes les activités.Filet Divers collabore avec les organisations suivantes :Protestants Sociaal Centrum Open Huis, CAW De Terp, DeAcht, De Loodsen, Het Wagenwiel en Bond zonder Naam-sociaal. Avec le CPAS, collaboration avec les épiceriessociales d’Anvers.
  12. 12. VZW Toontje voedselbedeling GentbruggeFait partie de l’ASBL « KRAS », une coupole réunissant lesorganisations œuvrant dans la lutte contre la pauvreté dans legrand Gand.61 bénévoles actifs dans 6 activités : distribution de colis, servicesocial, vestiaire de second main, accès à la culture à bas prix,espaces de rencontres et cafétéria.Les bénévoles sont utilisés sans distinction avec toutes leursconnaissances et compétences dans toutes les activités. Dans lesassemblées générales de l’ASBL sont représentés les personnesmenant les activités, dont des accompagnateurs de groupe cible.Le CPAS de Gent n’octroie pas lui-même une aide alimentaire.Beaucoup de personnes sont redirigées par le CPAS vers lesassociations donnant une aide alimentaire avec lesquels le CPASconclut un protocole.
  13. 13. La Ferme de la Vache (antenne du CPAS de Liège) Projet d’économie sociale :  Potager = approvisionnement de l’épicerie  Potager = formation dans le cadre du SIS  Epicerie ≠ épicerie sociale : pas de produits de première nécessité. Equipe : 4 professionnels, 1 coordinatrice, 6 articles 60, une trentaine de bénéficiaires Activités : ateliers SIS (cuisine, brico, découverte, jardin) + activités de quartier (table d’hôte, journal, épicerie, fêtes de quartier) + animations « nature » pour enfants Participation :  Nombre et diversité des activités proposées  Environnement/Cadre  Equipe/Ambiance  Insertion sociale et apprentissage dans la visée à long terme d’une possible insertion professionnelle• Collaboration : CPAS, quartier, associations
  14. 14. ASBL La Rochelle (antenne de promotion Famille à Roux) La coopérative d’achat  = alimentaire + vêtement + meubles + jardin communautaire  Objectif : choix des produits + rendre les personnes actrices directement de l’aide Les 5 Espaces SIS :  Théâtre, Cuisine, Echange de savoirs, Informatique,  Couture = collaboration à la « coopérative vêtement » Espace de développement communautaire (EDC) :  Permet de prolonger les SIS  Favorise une logique d"entre aides" • Jardin communautaire : apprentissage+ approvisionnement • Caverne d’Ali baba (≠ école devoirs) :activités socioculturelles Equipe : 2 professionnels à mi temps, 1 coordinateur, 2 articles 60, 5 bénéficiaires encadrant, une vingtaine de bénéficiaires bénévoles La participation :  Grande liberté laissée aux personnes  Forte identification au lieu (ouverture/flexibilité)  Investissement bénévole important  Economie de moyens Collaboration : avec le CPAS local et régional (Charleroi), la structure promotion famille , des associations (inspiration chrétienne), collaboration ponctuelles (journée lutte contre la pauvreté, etc.)
  15. 15. CPAS de Libin Colis Alimentaire : Réelle demande qui ne cesse de croître Permet de réduire la violence et l’agressivité (concret)  Colis excédent CEE (BIRB) : guidance budgétaire  Colis Colruyt (achats sur fonds propres) : usagers CPAS  Colis Proxy (dons de supermarchés de proximité) : tous Activités : Sorties culturelles et nature (art. 27 + CRIEE) Pause enfants Parents (PEP)  Soutien à la parentalité (apprentissage, partage, etc.)  travail de réseau important Développement Encadrement Formation Intégration par le Travail et la Socialisation (DEFITS)  Espace de rencontre et d’échange  Activités collectives et participatives  Préparation et accompagnement vers l’emploi Participation : Adaptée aux différents publics Encouragée dans un milieu très rural (ambassadeurs) Travail social global et de proximité Collaboration : Avec d’autres CPAS avoisinants Avec des associations (Croix-Rouge, etc.) Avec d’autres structures (ONE, etc.)
  16. 16. Comité de la Samaritaine(Maison de quartier dans les Marolles) Restaurant social  Inclusion des usagers dans le projet : bénévolat  Principe de cogestion : formation, responsabilisation, prise de décisions, accompagnement professionnel + réunion mensuelle Accompagnement psychosocial global  Travail de proximité (accompagnement informel)  Mobilisation vie de quartier Méthodes d’interventions complémentaires  accompagnement individuel, actions communautaires, restaurant social Activités : Objectif à long terme : Comité Gestion Usagers par projets Projet potager communautaire, atelier « cuisine », petits déjeuners thématiques, souper thématique mensuel, sorties culturelles (art.27) Equipe : 1 coordinatrice, 3 travailleuses sociales Participation : Rôle fondamental de l’informel Grande souplesse d’accueil Forte identification à l’ASBL Collaboration : nombreuses et très riches Au sein du quartier (associations et structures) Avec la Régie Foncière Très peu de contacts avec le CPAS
  17. 17. Vzw-asbl Bij Ons/Chez nous (centre ville Bruxelles)• Public cible : les plus pauvres et exclus (SDF, sans-papiers, etc.)• Personnel : 1 coordinateur ACS, 2 assistants sociaux, 2 cuisiniers ACS et 1 article 60 + bénévoles• Permanence sociale : avec ou sans rendez-vous.• Restaurant social : pas de critère de sélection : 1 euro/repas – permet la première approche• Douches et vestiaires + Groupes de paroles• Participation  Via le bénévolat lié au restaurant : 2 types de bénévoles : spontanés + sous contrats (rémunérés selon la loi)  Via les groupes de paroles, une thématique émerge (deux exemples : logement et toilettes publiques) et actions collectives mises en place pour répondre à ce besoin (squat occupé et pression sur politique pour un réseau de toilettes publiques). • Collaborations : Réseau flamand des associations où les pauvres prennent la parole (Vlaamse Netwerk van verenigingen waar armen het woord nemen), CPAS, STIB, le 123 Logement (projet occupation squat), Rassemblement bruxellois pour le droit à l’habitat, les travailleurs de rue (suivi des gens en partenariat), Les infirmiers de rues, collectif « morts de la rue » (enterrement pour indigents), travaux d’intérêt généraux, participation aux réunions de AMA et FdSS.
  18. 18. Collaborations enrichissantesPour les CPAS,– Réorientation et enquête sociale– Nouvelles approches (possibilités de choisir, alimentation saine, etc.)– Faciliter l’implication et l’encadrement (coaching) des bénévoles– Insertion socioprofessionnellePour les organisations qui offrent une aide alimentaire,– Atteigne un public plus large– Peuvent assumer des tâches partielles– Facilitent la participation à des activités socioculturelles– Engager en tant que travailleur du groupe cible des personnes qui ont vécu lexpérience de la précarité contribue à une aide plus effective et efficace
  19. 19. Les motivations• Pour les usagers : – S’évader, se changer les idées, sortir de sa « bulle à problèmes » – Recréer du lien social – Accéder à des activités/des loisirs à bas prix – Apprendre, acquérir des connaissances pratiques – Se valoriser par la transmission de ses compétences, savoir-faire, expériences • Pour les travailleurs sociaux : – Nouer des relations différentes avec les usagers – Réinventer le métier – S’autoriser des espaces de créativité et d’inventivité • Pour les associations, la participation permet : – de renforcer les usagers (empowerment) – d’écouter les demandes des usagers (expression des besoins des usagers) – de collaborer, d’ouvrir à des partenariats (favorise la visibilité)
  20. 20. Facteurs de succès• La participation doit rester libre, elle ne peut pas être une condition à l‘accès à l’aide alimentaire• Adapter les projets et les méthodes participatives aux spécificités et aux besoins des groupes cibles.• Renforcer l’encadrement des projets et processus participatifs en dégageant du temps de travail et des moyens financiers. Importance d’un soutien professionnel à l’investissement bénévole• Renforcer la coordination du secteur : – Favoriser la collaboration CPAS/associatif – Echanges de bonnes pratiques – Faciliter l’approvisionnement alimentaire afin de dégager du temps pour la participation

×