CR Aquitaine AMI Numérique aquitain 2015

361 vues

Publié le

CR Aquitaine AMI Numérique aquitain 2015

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
361
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
56
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

CR Aquitaine AMI Numérique aquitain 2015

  1. 1. Appel à Manifestations d’Intérêt Conseil régional AQUITAINE INNOVATIONS NUMERIQUES en AQUITAINE Avec la transformation numérique des entreprises et le développement de la culture numérique, l’innovation dans ce secteur est devenue un élément essentiel de différenciation dans la conquête de nouveaux marchés. Elle est porteuse de création de valeur pour les métiers de l’entreprise, à travers la découverte de nouvelles technologies particulièrement adaptées. Elle permet d’anticiper de nouvelles problématiques et d’apporter un avantage immédiat. Par ailleurs, toutes les activités humaines présentent aujourd’hui des enjeux liés aux progrès des Sciences du Numérique. Les défis que doivent relever les sciences du numérique sont identifiés et portés par le pôle numérique régional, DIGITAL AQUITAINE, à travers des domaines d’excellence tels que la santé, la ville et les transports intelligents, le commerce connecté… Mais les avancées technologiques ont avant tout pour but d’améliorer le quotidien des citoyens et d ‘augmenter la maîtrise de leur environnement. La création de valeur ne doit pas uniquement être vue sous un angle économique : elle doit aussi être synonyme de bien être, de sécurité, de confiance, d’utilisabilité etc. A tire d’exemple, les domaines émergeants que sont les usages innovants de la donnée et l’internet des objets, représentent de véritables opportunités de création de valeur ; le citoyen va pouvoir, grâce au traitement du déluge de données que les objets connectes déversent, mieux maîtriser son environnement, sa santé (self-quantified, détection des signaux faibles sur les maladies etc.), sa consommation individuelle d’énergie (contrôler son chauffage, sa consommation d’eau) ou optimiser ses modes de transports. Nous sommes tous (ou presque) désormais connectés via notre smartphone. Il faut accompagner ces nouveaux usages de moyens pour protéger notre patrimoine numérique individuel, et en premier lieu notre droit à rester anonyme et maître de nos données. De nouveaux modèles sont à inventer pour garantir la liberté de chacun par rapport à ce qui pourrait être perçu comme une surveillance générale organisée et ainsi libérer les potentiels de ce qui pourrait être une nouvelle révolution industrielle.
  2. 2. Contenu 2. Objectifs ..................................................................................................... 3 3. Quels projets ?............................................................................................. 4 4. Qui peut répondre à l’AMI.............................................................................. 5 5. Quels critères de sélection ? .......................................................................... 5 6. Analyse des projets : .................................................................................... 5 7. Quel soutien ?.............................................................................................. 6 8. Modalités de l’AMI ........................................................................................ 7 Calendrier ......................................................................................................... 7 Dépôt des dossiers ............................................................................................. 7 Renseignement et conseil pour la soumission des candidatures ................................ 7
  3. 3. 1. Contexte et enjeux Avec pour objectif d’accélérer la croissance numérique sur tout le territoire aquitain, le Conseil régional souhaite accompagner le développement de nouveaux projets numériques d’entreprise, en s’appuyant sur l’expertise de DIGITAL AQUITAINE. Afin d’accompagner de façon optimale les projets, l’AMI Innovations Numériques sera instruit en lien avec les autres appels à Projets 2015 du Conseil régional, notamment sur le Photovoltaïque en Autoconsommation, Bornes de recharge pour véhicules électrique, Bâtiment Basse Energie, Efficacité Energétique des Entreprises, Economie Collaborative ou encore Economie Créative. Il sera aussi le prolongement de certains dispositifs mis en place en 2013 et 2014 tels que l’appel à projets intitulé « usage innovant des données », et permettra d’adresser plus spécifiquement de nouveaux champs d’investigation tels que l’internet des objets ou le « Big data ». Cet AMI embrasse volontairement un champ large de domaines applicatifs et adresse l’ensemble du territoire aquitain. 2. Objectifs Le présent AMI poursuit les objectifs suivants : • favoriser une coopération accrue entre les acteurs, en particulier fournisseurs de technologies et entreprises « non numériques », au travers de projets collaboratifs. • Susciter des opportunités de marchés pour les entreprises du numérique aquitain, • Développer de nouveaux services et usages répondant aux évolutions sociétales, • Accompagner la transformation numérique des entreprises (voir annexe 3) souhaitant proposer des innovations d’usage concernant leurs secteurs d’activité, Comme dans tous les secteurs d’activité, l’intégration du numérique ne peut se faire sans que les professionnels soient concrètement convaincus de son utilité. Les arguments plaidant pour la mise en place de systèmes d’information « connectés » et « smart » ne manquent pas : mieux connaitre les habitudes de consommation et d’usages (commerce connecté, E-sante), anticiper les besoins et mieux gérer/ prévoir l’utilisation des ressources (smart cities), améliorer leur qualité par une meilleure coordination, produire des données de suivi… Mais le changement est difficile pour de nombreuses raisons : manque de temps, de moyens, de savoir-faire numérique, méconnaissance des risques et des opportunités…L’association en "mode projet" de professionnels peut permettre de passer le cap des résistances légitimes.
  4. 4. 3. Quels projets ? L’appel à manifestation d’intérêt soutient les initiatives incluant le développement de technologies, services ou produits numériques innovants. Sont visés par cet AMI : • Les projets permettant à des filières industrielles et de services, de gagner en compétitivité sur leur marché, en développant des services numériques innovants, • Les projets plaçant l’usager au cœur d’une démarche de conception de services ou d’usages innovants grâce à des avancées technologiques à forte valeur ajoutée, UE Ces projets devront s’inscrire dans une des thématiques suivantes, identifiées comme domaines d’excellence ou leviers d’excellence et à fort potentiel en Aquitaine, par Digital Aquitaine : • la santé • la ville et les transports intelligents • le commerce connecté • l'énergie • le tourisme • le patrimoine • la culture • l’éducation, l’apprentissage • l’agriculture connectée • le bâtiment durable Un focus particulier sera fait sur les sujets suivants (voir annexe 1 et 2) :  usage innovant des données et l’internet des objets  l’économie de la mer Les sous thèmes « techniques » pressentis pour chaque thème précité peuvent être (à titre d’exemple) :  confiance numérique  Protocoles et systèmes de communication  Utilisation de composants open source et open hardware  Géolocalisation/micro-localisation  Interopérabilité des systèmes connectés  Interface utilisateur, datavisualisation  Machine learning  les systèmes intelligents (robotique, systèmes embarqués, etc.)
  5. 5. 4. Qui peut répondre à l’AMI • Majoritairement des entreprises • des acteurs de type associatif, collectivités, établissements de recherche, établissements publics au travers de partenariat avec des entreprises. La Région Aquitaine a choisi de privilégier l’accompagnement des entreprises qui souhaitent s’engager dans une dynamique d’innovation, seules ou en partenariat avec d’autres entreprises, des laboratoires de recherche ou des instituts techniques de type CATIE (Centre Aquitain des Technologies de l'Informatique et de l'Electronique) ou des Fablab de type COH@bit (www.coh@bit.fr) et visant la mise sur le marché de nouveaux produits ou services. Les soumissionnaires doivent être situés en Aquitaine (ils doivent pouvoir justifier, à la date du dépôt du dossier, de l’existence d’un établissement en Aquitaine, cet établissement devant être celui où la majorité des travaux relatifs au projet seront réalisés). 5. Quels critères de sélection ?  projets coopératifs, conçus de manière partenariale et pluridisciplinaire animés par un mode de gouvernance clair et défini de manière explicite - sera principalement apprécié le niveau de collaboration entre les partenaires ;  La dimension innovante en termes d’usages et d’apports des technologies numériques ;  projets inscrivant l’expérience utilisateur au cœur du dispositif pour une appropriation du service / produit développé ;  qualité, pertinence, interopérabilité et originalité des technologies permettant l’innovation recherchée ;  Les retombées économiques du projet (activités, emplois, compétences)  Sa viabilité technique, économique et financière ;  Capacité du soumissionnaire à assurer un rôle de portage et de coordination sur les plans technique, administratif et financier. Une attention particulière sera portée aux projets associant un organisme de recherche et/ou de transfert de technologie et/ou centre technique ainsi qu’aux projets associant une entreprise non numérique et une entreprise numérique (spécialiste métier+ spécialiste techno). 6. Analyse des projets : Les dossiers seront envoyés au Conseil régional Aquitaine. La région Aquitaine sollicitera l’expertise et la labellisation du pôle DIGITAL AQUITAINE en lien avec les autres clusters et pôles d'expertises (SYSOLIA, CREADH, Route des Lasers...) au regard du secteur d’activité concerné. Les services instructeurs de la région se réservent le droit de fixer des conditions supplémentaires ou de suspendre sa décision à l’obtention d’informations ou de
  6. 6. précisions complémentaires dont il pourra faire la demande auprès des porteurs de projets. Les porteurs de projet seront informés par courrier, après délibération, des suites réservées à leur demande. 7. Quel soutien ? Un financement régional plafonné à 250 000 € par projet, représentant, au maximum, 50 % des dépenses éligibles engagées. Une part d’autofinancement est attendue des porteurs de projets. a. Coûts éligibles : - Coûts de conception - Coûts de prototypage matériel - Frais de personnel mobilisés sur le projet - Coûts des services de consultants ou prestataires, utilisés exclusivement pour le projet - Coûts de communication (inférieurs à 10 % du montant du projet) b. Durée du projet : 3 ans maximum c. Accompagnement : Une phase d’accompagnement au montage des dossiers par Digital Aquitaine (en vue d’une labélisation) ou Aquitaine Développement Innovation permettra de finaliser les dossiers qui le souhaitent. d. Modalités de soutien : La subvention n’est pas accordée à titre général mais affectée à la réalisation du projet. Pour les entreprises, s'appliquera soit le régime d’aide à la R&D 520a/2007, soit le régime d’aide De minimis. Nota bene :  Le régime RDI prévoit que l’aide versée à l’entreprise ne peut dépasser le montant de son capital social.  Le régime de minimis : le Règlement 1998/2006 du 15 décembre 2006 en vigueur depuis le 1er janvier 2007, précise que « le montant total des aides de minimis octroyées à une même entreprise ne peut excéder 200 000 € sur une période de trois exercices fiscaux.» Par ailleurs, les projets pourront, le cas échéant, faire l’objet d’un co-financement FEDER.
  7. 7. 8. Modalités de l’AMI Calendrier Ouverture de l’AMI : 02/03/2015 Date limite de dépôt de dossiers : 12/06/2015 à 12.00. Les projets seront instruits au fil de l'eau, et présentés en Commission Permanente une fois le dossier validé. Une même personne morale ne peut être porteuse de plus d’un projet candidat à l’AMI. Le descriptif détaillé des modalités de l’appel à manifestation d’intérêt et les dossiers de candidature peuvent être téléchargés sur : http://les-aides.aquitaine.fr/article1141.html Dépôt des dossiers Par voie électronique uniquement : aminumerique@aquitaine.fr Et si besoin simultanément par courrier : Région Aquitaine - Délégation TIC - 14, rue François de Sourdis - 33077 Bordeaux – France Renseignement et conseil pour la soumission des candidatures Labelisation : Digital Aquitaine – Vincent Ribes : labellisation@digital-aquitaine.com Projets de transformation numérique : Aquitaine Développement Innovation (ADI) - Eric Culnaert : e.culnaert@aquitaine-dev-innov.com Région Aquitaine – - Pole développement économique et emploi. Direction du développement industriel. Olivier Girel – chargé de mission énergie et numérique Tél : 05 57 57 09 10 @ : olivier.girel@aquitaine.fr - Delegation TIC Cyrille HARNAY – chargé de mission data et objets connectés Tél : 05 57 57 86 09 @ : cyrille.harnay@aquitaine.fr
  8. 8. Annexe 1 : usage innovants de la données et objets connectes Depuis l’avènement du web 2.0, la donnée est devenue le véritable or noir de ce 21ème siècle. Tous les acteurs (entreprises, acteurs publics, citoyens) ont perçu non seulement l’importance de la collecte de données mais surtout la valeur qui pouvait émerger de son traitement et du croisement de sources hétérogènes, permettant de comprendre des phénomènes complexes et multimodaux, ou d’anticiper des processus et des comportements (modèles prédictifs). En effet, la donnée brute ne devient « smart » (intelligente) que lorsqu’elle est qualifiée, traitée, voire partagée, et ce quelle que soit sa nature (small, big ou open data). En 2013, la région Aquitaine lançait son premier appel à projets intitulé « usage innovant des données : qualité et interopérabilité » ; Elle identifiait déjà que les enjeux portent moins sur les technologies de gestion des données que sur des problématiques d’intelligibilité des données et des processus. Sur sa lancée, la région Aquitaine proposait en 2014 un nouvel appel à projet autour de l’usage innovant des données. Celui-ci mettait cette fois ci l’accent sur les notions de partage, d’exploitation et de valorisation. On voyait ainsi émerger certains thèmes récurrents tels que : - les moteurs prédictifs - la détection de signaux faibles émis sur les réseaux sociaux en particulier - la data visualisation - la détection de classes comportementales Certains projets identifiaient déjà les problématiques liées à la captation des données et à l’anonymisation de celles-ci, ou bien les opportunités offertes par l’utilisation d’objets connectés issus de l’open hardware. Ces appels à projet ont permis d’identifier des start up reconnues au niveau national sur le traitement de la donnée. La richesse qu’offre le territoire en matière d’entreprises spécialisées dans les logiciels embarqués, le cloud computing ou l’électronique permet désormais de mettre en convergence et en cohérence, objets connectés et données. C’est la raison pour laquelle ce sujet bénéfice d’un focus particulier dans cet appel à manifestation d’intérêt. L’appel à manifestation d’intérêt vise à soutenir des projets mêlant analyse/traitement de la donnée et objets connectés ; Voici une liste non exhaustive de domaines d’application possibles : - Santé : montres connectées, capteurs santé, habits/textiles intelligents, détection d’épidémie, - Transport : inter modalité, optimisation des véhicules, analyse des comportements, optimisation et suivi des flottes, sécurité des usagers, reports de trafic - Commerce : étiquettes intelligentes, magasins connectés, publicité personnalisée, analyses comportementales, prédictifs de vente, agencement digital, paiement sans contact, monnaies virtuelles
  9. 9. - Energie : consommation eaux, électricité, consolidation chez les producteurs pour lissage des pics, - Littoral : calculs d’affluence, propagation de messages d’alerte, prédiction d’érosion - domotique : électroménager connecté, sécurité, éclairage, - services : assurance (refonte des grilles tarifaires en fonction des comportements), stockage (pilotage des conditions a distance), - industrie : amélioration de la supply chain, pilotage à distance, gestion de la ressource - agriculture : pilotage machines, analyses parcelles, modèles prédictifs, - sports : suivi de performance, surveillance santé, - etc. Pour tout renseignement concernant un projet lié à l’internet des objets ou à l’usage innovant des données, contacter : - Delegation TIC Cyrille HARNAY – chargé de mission data et objets connectés Tél : 05 57 57 86 09 @ : cyrille.harnay@aquitaine.fr
  10. 10. Annexe 2 : Transformation numérique des entreprises En novembre 2014, Philippe Lemoine a remis au gouvernement le rapport qui lui avait été commandé sur la transformation numérique de l’économie française, sous le titre « La nouvelle grammaire du succès » (www.economie.gouv.fr/files/files/PDF/rapport_TNEF.pdf). Ce rapport distingue entre les technologies, outils et plateformes numériques, et les grands mécanismes transformateurs liés au numérique, tous secteurs d’activité confondus. Autant les premiers sont en évolution rapide et parfois instable, donnant aux entreprises non spécialisées le sentiment d’une jungle où il est très difficile de s’orienter et de faire des choix pérennes, autant les seconds se révèlent, avec le recul dont on dispose désormais, plutôt stables et compatibles avec les cycles de vie de l’entreprise : automatisation (gains de productivité à différents niveaux), dématérialisation (nouveaux canaux de communication et de distribution, baisse des coûts de production et de transaction…), désintermédiation-réintermédiation (réorganisation des chaînes de valeur, nouveaux modes d’organisation et de production). Ces grands mécanismes transformateurs, qui se combinent entre eux, sont potentiellement à l’œuvre dans tous les domaines d’activité. On cite souvent les spectaculaires cas de rupture comme Airbnb dans la location touristique ou Uber dans les transports de personnes en ville, mais en France et en Aquitaine, également, des entreprises se créent ou se transforment grâce à l’utilisation du numérique. Les TPE-PME et les indépendants connaissent bien ECL Direct, un cabinet d’expertise en ligne fondé en 2009 qui, ayant misé sur internet et les réseaux sociaux pour répondre de façon dématérialisée au besoin spécifique de production de liasse fiscale que rencontre sa cible, connaît depuis une croissance remarquable dans toute la France. Mais on peut également citer Piso-Barrail, une entreprise de Léognan, en Gironde, spécialisée dans la vente et la location d’instruments de pesage « du milligramme à la tonne » : accompagnée par la Région Aquitaine et le FEDER, elle a développé un portail de gestion externalisée des opérations de maintenance en métrologie, Gedeom, qui lui a permis d’optimiser le suivi de son parc installé, mais également de proposer de nouveaux services et de diversifier ses modèles de revenus – avec la généralisation des objets connectés et leur capacité à recueillir et transmettre des données d’exploitation, on peut imaginer que demain Piso- Barrail, grâce à ce qu’on appelle le « big data » se dote d’outils de maintenance prédictive (déjà déployés dans l’aéronautique, en cours de déploiement dans l’automobile) pour offrir encore de nouveaux service à ses clients et conserver son avantage compétitif. Avec la même ambition que celle de l’AMI Usine du Futur lancé par la Région Aquitaine en 2014, l’approche que souhaite encourager la Région Aquitaine est, plutôt que d’inviter les entreprises à se « numériser » à tout crin (le plus souvent dans une logique back office qui conduit à se perdre dans la profusion des outils et des technologies), partir de la stratégie de l’entreprise, se concentrer sur son interface avec son marché : ses produits, ses services, ses modèles de revenus, ses modes de distribution et de commercialisation. Objets connectés, usages innovants des données, places de marché, automates logiciels, etc. : autant d’outils au service de la transformation numérique des entreprises d’Aquitaine, par la transformation de leurs produits et services, dans tous les secteurs d’activité. L’enjeu étant de leur permettre à la fois de faire face à la concurrence des nouveaux entrants, les « barbares » numériques, mais également de se développer, voire de se positionner elles-mêmes en rupture et de prendre des positions dominantes.
  11. 11. Dans cet objectif, la Région soutient déjà la réflexion préalable des entreprises (quelle stratégie pour mon entreprise dans le contexte des grands mécanismes transformateurs facilités et accélérés par le numérique ?), par des dispositifs dédiés au cofinancement de cette réflexion et par le mandat confié à son agence Aquitaine Développement Innovation pour l’accueil et le conseil des entreprises. Le présent appel à manifestation d’intérêt vise non seulement cette phase préalable mais la mise en œuvre d’une stratégie de transformation numérique, depuis le choix et la mise en place des outils numériques jusqu’aux éventuels enjeux de réorganisation nécessaires à en tirer tous les bénéfices. Une attention particulière sera accordée aux projets visant à « réinventer » les produits et services de l’entreprise en leur intégrant une dimension numérique. Pour tout renseignement concernant un projet de transformation numérique, contacter : - Aquitaine Développement Innovation (ADI) Eric Culnaert : e.culnaert@aquitaine-dev-innov.com
  12. 12. Annexe 3 : Le numérique au service de l’économie de la mer en Aquitaine La marétique est un champ d'activité permettant de mieux comprendre le développement des usages générés par les TIC dans les activités maritime. Les technologies de la modélisation et de la simulation existent d’ores et déjà pour prévoir, anticiper, faciliter la prise de décision, démontrer, former, éviter des erreurs, corriger,… Elles concernent de nombreuses activités maritimes et de nombreux professionnels de la mer : la pêche, le transbordement de passagers, la logistique portuaire, le transport de marchandises, la sécurité en mer, la gestion de la ressource, la connaissance des fonds marins, le nautisme, l’environnement, la gestion des risques, l’aménagement côtier et les interfaces terre-mer, la navigation, la conception des navires,… Ces technologies sont à la fois variées et évolutives. Variées, car elles couvrent la modélisation mathématique, le modèle numérique haute résolution, le calcul algorithmique, la réalité virtuelle, la 3D, le rendu réaliste, la génération de formes,… Evolutives dans la mesure où la recherche les fait progresser extrêmement rapidement. L’Economie de la Mer : une priorité pour l’Aquitaine L’Aquitaine se caractérise par des ressources naturelles marines d’une grande diversité, une culture maritime qui renaît, un tissu professionnel performant et des perspectives ambitieuses dans les énergies marines renouvelables. Quelques données pour illustrer : L’Aquitaine est un territoire maritime avec une façade littorale 250 km en ligne droite, et 350 km pour la future grande Région,  1 aquitain sur 5 habite sur le littoral, soit 455 573 habitants sur 3 150 879  60% des aquitains fréquentent le littoral pendant leur temps libre  15% des entreprises aquitaines et 13% des emplois se situent sur le littoral  23 ports de plaisance (63 dans la future grande Région) dont 1 port Grand Port Maritime à Bordeaux et un port d’intérêt régional à Bayonne.  Construction navale en Aquitaine : 2300 emplois - 90 entreprises - 370 M€ de chiffres d'affaires  Filière nautique en Aquitaine : 2400 emplois - 400 entreprises - 300 M€ de chiffres d'affaires  3,4 millions de touristes fréquentent le littoral de mai à septembre générant 1,4 milliard d’euros par an  L’emploi saisonnier sur le littoral aquitain représente près de 25 000 emplois  Filière Glisse en Aquitaine : 3 500 emplois - 400 entreprises - 1,6 milliards d’€ de chiffre d'affaires  24 écoles de voile agréées et 210 clubs nautiques  17 000 m3 de déchets /an ramassés en moyenne sur le littoral landais  14 000 t de déchets ramassés en 2004 dans les Pyrénées-Atlantiques  1 Parc Naturel Marin en Aquitaine (Bassin d’Arcachon)  1 projet de parc naturel marin sur l’Estuaire de la Gironde et les Pertuis charentais  Potentiel énergétique des Energies Marines Renouvelables : 450 MW pour l’éolien Offshore posé - 100 MW pour l’hydrolien fluvio-estuarien - 1,5 GW pour le houlomoteur
  13. 13. Consciente de l’immense potentiel lié à l’économie de la mer, la Région Aquitaine produira en 2015 une feuille de route sur l’économie de la mer autour des thématiques suivantes : - Sécurité et sûreté maritimes - Naval et nautisme - Ressources énergétiques et minières marines : énergies marines renouvelables et offshore profond - Ressources biologiques marines : pêche-aquaculture, biotechnologies - Environnement et aménagement du littoral - Ports, infrastructures et transport maritimes Pour tout renseignement concernant un projet numérique sur l’économie de la mer, contacter : - Conseil regional d’aquitaine Olivier Girel – chargé de mission numérique @ : olivier.girel@aquitaine.fr

×