Collaboration et Cloud computing

2 953 vues

Publié le

Présentation au petit déjeuner organisé par Xwiki

Publié dans : Business, Technologie
0 commentaire
3 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 953
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
330
Actions
Partages
0
Téléchargements
97
Commentaires
0
J’aime
3
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Collaboration et Cloud computing

  1. 1. La Collaboration : de la nécessité à la mise en pratique au quotidien, le rôle spécifique du Cloud Computing Petit-déjeuner XWiki : Comment la collaboration et le Cloud transforment les organisations USEO SARL 149 rue Saint HonoréAllier technologies et usages 75001 Paris France
  2. 2. USEO en quelques motsUn cabinet de conseil en organisation autour desnouvelles technologies30% de nos ressources investi en R&D :Benchmark et modélisation des usagesAnalyse des solutions du marchéProduction d’études de l’état de l’artSerious GameAnimation pédagogiqueIls nous font confiance : GDF Suez, Ifop, JCD,Saur…Assemblée Nationale, plusieursMinistères et conseil généraux, Grand Lyon,Strasbourg, …Retrouvez nous sur communaute.useo.frpour accéder à l’ensemble des études etressources partagées. 2
  3. 3. USEO et moi  Je suis un directeur chez USEO, spécialisé autour des stratégies de collaboration sociale. 2 projets à mettre en avantUn serious game autour de la maturité Des études sur les réseaux sociauxdes usages 2.0: http://sena.useo.net d’entreprise : http://referentiel.useo.net 3
  4. 4. Quels évolutions pour les entreprises 4
  5. 5. L’héritage managérial du XXe siècle s’oppose au collaboratif Barrières Barrières IlôtsHiérarchiques fonctionnelles déconnectés 5 Source: Martin Roulleaux-Dugage : Gérer la confiance
  6. 6. Les employés ne sont pas amenés à collaborer très souvent, s’ils sont distants de plus de 15 mètresThomas Allen – MIT, 1977 35 30 20 15 10 5 30 40 50 60 6
  7. 7. Accroître la performance de l’entreprise « La contribution du management au XXe siècle : une productivité multipliée par 50 chez le travailleur manuel. La plus importante contribution que le management doive apporter au XXIe siècle ? Accroître à l’identique la productivité du travailleur du savoir. » Peter Drucker (Les défis du Management au XXIème siècle) “Si HP savait ce que HP sait, nous serions 3 fois plus profitables” Lew Platt – Former CEO of HP 7
  8. 8. Les managers passent 2h/jour à rechercher de l’information 50 % de l’information trouvée n’a pas d’utilité 59 % ne voient pas d’information interne qui soit utile 53 % disent qu’elle n’a pas de valeur 36 % disent qu’il y en a trop, rendant difficile la recherche de la bonne informationTiré de la présentation de @ceciiil / Accenture : Survey 1000 middle managers US/UK –8 2007 Jan
  9. 9. Le monde de l’entreprise ne peut ignorer le changement de culture générationnel Baby-Boomers Génération X (1946/1964) (1965/1977) Génération Y (1978/2000) Culture entreprise baby- boomers : •Hiérarchie, procédures, automatisation des tâches Culture entreprise génération X : • Processus, compétences, équipes pluridisciplinaires Culture entreprise génération Y : Technologies • Collaboration, réseaux, communautésOrganisations 9
  10. 10. IDC - 2 décembre 2010« Pour le cabinet détudes IDC, les services encloud, linformatique nomade et les réseauxsociaux vont passer du statut de technologiesdavant-garde à celui dévolution naturellepour les entreprises.Dans le même temps, les réseaux sociauxdentreprise sont de plus en plus considéréscomme un atout pour la productivité, unetendance qui va se maintenir dans les prochainesannées, IDC prévoyant une croissance annuellede ce segment de 38% jusquen 2014.»Gartner – novembre 2010« 20 % des salariés s ’ appuieront sur lesréseaux sociaux pour gérer leurscommunications professionnelles en 2014 » 10
  11. 11. Ok, c’est quoi la collaboration ? 11
  12. 12. Créer des dynamiques qui se trouve sur le web 2.0Des dynamiques:- Collaboratives,- Communautaires,- D’ouverture et de partage,- Transversales et ascendantes 12 12
  13. 13. Matrice des potentiels sociauxRelation Networking Intelligence collective Gestion desrelations entre Valorisation* du capital les membres Valoriser les expertises et social. (déclaratif et maximiser les opportunités analyse de *Effet de levier dépendant de de mise en relation. l’activité ) l’activité des membres Communautaire Dialogue Mise à disposition d’espaces d’expression Développer l’interaction et Historique individuels et valorisation le partage des actions des membres actifs Centré sur le contenu Centré sur la conversation Conversation 13
  14. 14. Cinq familles caractéristiques Mise en relation Coproduction Social Discussion et concertation Collaboration Partage de ressources Ecouter ses clients et échanger avec eux Mettre en relation ses clients et leur permettre Social déchanger autour du produit CRM Co-innover Partage d’expertises et de ressources Social Evaluation des expertises et des contributions Sollicitation du réseau Questions/ Réponses KM Faciliter la circulation de l’information, Constituer des fils d’expertise (Veille), Social S’informer sur la vie interne, Messaging Propager des alertes Créer des synergies Savoir qui fait quoi Social Trouver des opportunités de collaboration Networking Animation de communautés 14
  15. 15. 5 principales familles d’usages – social collaboration Collaboration 1.0 Collaboration 2.0 Social collaboration Partager toute l’information liée à une activité au sein d’une conversation 15
  16. 16. 5 principales familles d’usages – Social CRMConception 1.0 Automobile SA ?Conception 2.0 Automobile SA 2.0 Social CRM L’entreprise s’ouvre sur l’extérieur et construit ses nouveaux produits en partenariat avec ses clients 16
  17. 17. 5 principales familles d’usages – Social KM Capital 1.0 Capital 2.0 Social KM Associer aux savoirs formalisées, un réseau d’expertise en mesure de converser 17
  18. 18. 5 principales familles d’usages – Social Messaging ! Social Messaging Se créer un fil d’informations en sélectionnant ses sources et rediffuser les informations pertinentes 18
  19. 19. 5 principales familles d’usages – Social Networking Réseau de Réseau de relation 1.0 relation 2.0 Social Networking Maximiser les opportunités de contact et développer le capital social des collaborateurs 19
  20. 20. Gartner – novembre 2010« Une vraie collaboration effective et efficacen’émergera pas sauf si les entreprisesrendent ces possibilités largementaccessibles aux utilisateurs qui devront semontrer à l’aise avec. La technologie estseulement un catalyseur, la culture est unmust pour le succès. » 20
  21. 21. Faire émerger le collaboratif Mettre en Former au Avoir lesVouloir coopérer Savoir coopérer Pouvoir coopérer place un management moyens contrat qui collaboratif et techniques, favorise cette faire évoluer humains et culture l’organisation financiers collaborative pour mettre pour en œuvre pérenniser cette culture cette culture 21
  22. 22. Confiance ? 22
  23. 23. La confiance base du développement du collaboratifL’animation d’une communauté doit permettre aux différents acteurs d’allerau-delà de l’information vers un véritable travail collaboratifConfiance Information Collaboratif Coproduction (synergie et Valeurs complémentarité) communes Production Compréhension parallèle commune (valeurs communes) Dialogue Echange d’informations 23 Martin R. Dugage
  24. 24. Le collaboratif modifie les rapports entre les participantsLa connaissance de l’autre devient plus large : au delà de sa fonction, un collaborateur est également reconnu par ses expertises, ses contributions. Il développe une e- reputation.Une expression accessible à tous : Les canaux de communication ne sont plus limités, des espaces conversationnels publics sont mis en place où chacun peut engager une discussion librement.Une interactivité plus importante et un renforcement des contacts : Chacun peut rester en contact en suivant l’activité de ses collègues ou de sa communauté. Chaque collaborateur identifie autour de lui les collègues qui partagent les mêmes centres d’intérêt et les espaces conversationnels deviennent des lieux d’échanges où naissent de nouvelles synergies. 24
  25. 25. Quelle nécessité de cultiver l’esprit collaboratif ? 25
  26. 26. Les principales raisons des entreprises pour collaborer 1 2 3 4 5 6 7 81 : Connecter les collaborateurs de manière transverse 2 : Faciliter l’accès aux experts3 : Accroître la productivité 4 : Gérer et capitaliser les connaissances5 : Favoriser l’innovation 6 : Réduire la duplication des efforts7 : Réduire les doublons de contenu 8 : Renforcer la cohésion d’équipe 20Adoption council : FinalQ42009 26 Adoptionreport
  27. 27. ROI ou satisfaction ? Quand on lit le « Entreprise 2.0 : state of adoption » de décembre 2009, 82% des organisations interrogées n’ont pas pu calculer un ROI. Cependant si ces mêmes entreprises n’ont pas pu mesurer le ROI de cette initiative 2.0, le même pourcentage (82%) se disent satisfaites d’avoir mis en place une stratégie 2.0 dans leur organisation. Cisco considère que le ROI de son investissement dans des solutions collaboratives est de 900% et que le collaboratif a conduit Cisco en 2008 à économiser 691 millions $ et accroître sa productivité de 4,9%.« On a tendance à surestimer ce qu’on peut mesurer et sous-évaluer ce qui ne peut pas l’être » John Hayes directeur marketing d’American Express 27
  28. 28. Les gains du collaboratif en interne (étude McKinsey) Accroissement des revenus Accroissement de l’innovation Réduction du « time to market » Accès aux experts internesRéduction des coûts de communication Accès plus rapide à l’information 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 28
  29. 29. Les gains du collaboratif avec les partenaires(étude McKinsey) Accroissement des revenus Accroissement de l’innovation Réduction du « time to market » Accès aux experts externesAccroissement de la satisfaction des partenaires Réduction des coûts de communication Accès plus rapide à l’information 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 29
  30. 30. Qu’apporte le Cloud ? Et plus largement le PAAS 30
  31. 31. 31
  32. 32. Collaboration: l’accès universel est incontournable 32 32
  33. 33. La façon la plus simple de mener un pilote collaboratif = 33
  34. 34. Réduire les coûts 34
  35. 35. L’ensemble des éditeurs du marché développent desfonctions sociales 35
  36. 36. Le rôle du DSI 2.0 36
  37. 37. Développeur d’usageAccompagner son organisation dans son apprentissage du 2.0 etnotamment encadrer lusage des plateforme Saas, usages des médiassociaux externes, acculturation de lorganisation, accompagner ledéveloppement des usages (en partenariat avec les métiers)En tant que référent technologique, éclairer lorganisation sur les enjeux etles impacts de lentreprise 2.0Challenger les éditeurs/intégrateurs sur leur promesse 2.0Préparer linfrastructure de demain en parallèle 37
  38. 38. N’ayez pas peur 38
  39. 39. Merci !Blog :http://poncier.org/blog,Anthony Poncier surTwitter, FB, Linkedin,Viadeo 39

×