Nabil rahmouni - Agora de la Réhabilitation

686 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
686
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
22
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Nabil rahmouni - Agora de la Réhabilitation

  1. 1. Agora de la RéhabilitationLe 16 Mai 2011 CARTE DU MAROC Salé
  2. 2. Population Taux d’accroissement démographique 1982/94 et 94/2004 1994 2004Préfecture Population1982 Population 1992 Population TAM 94/04 TAM 82/94SALE 380.144 631.803 4,32 823.485 2,7Contexte régional et vocations principales de la ville :Ville assurant une fonction dortoir avec une vocation industrielle, mais avec un rayonnementqui se limite au territoire régional, voire local.Principales activités économiques : Activités agricoles : Les communes de Sidi Bouknadel et Shoul, constituent le poumonmaraîcher de la zone de Salé avec 2 769 ha ;Développement des secteurs de l’élevage qui profite largement de la présence des espacesforestiers.Industrie du textile et la confection et l’artisanat :Développement de l’industrie du textile et de la confection et l’artisanat. Rappel Historique • La ville de Salé est une cité médiévale dont le premier noyau remonte à lépoque de la principauté des Beni Ifren au début du XIème siècle. Certains auteurs avancent une origine antique romaine, voire phénicienne que les archéologues nont pas réussie à ce jour à confirmer. • Salé a joué un rôle de premier plan depuis linstallation des premières dynasties régnantes au Maroc. Rivalisant par son rôle économique, religieux, culturel et sa personnalité originale avec des cités comme Fès, Marrakech ou Sabta (Ceuta). • Salé sest hissée au rang de cité Hadaria1, fait remarqué jadis par les visiteurs étrangers et caractérisé par le raffinement de sa population, son remarquable esprit de citadinité et son goût prononcé pour la culture; caractéristiques auxquelles, seules quelques rares villes marocaines pouvaient prétendre.Architecture et Urbanisme,Sous les Almohades1 (XII ème siècle) le Calife Abdel Moumen décida en 1132 de démolir la partie sud des remparts pourdissuader la population de toute velléité de révolte. Son successeur Abou Yacoub Youssef dota la ville dune véritablegrande mosquée (al Masjid al Aadham) dont la superficie dépassait de loin toutes les mosquées du Maroc jusquà lafondation de la mosquée Hassan II de Casablanca.Un pont de 10 mètres de largeur relia les deux rives de Bouregreg, il fût bâti en pierre et en poutrelles de bois.Suite à loccupation de Salé en 1260 par les Castillans qui lavaient saccagée durant deux semaines avant de prendre lafuite, le dispositif défensif de la ville fut complété sous la dynastie mérinide par lédification du rempart manquant et par laconstruction dun arsenal gigantesque.Larchitecture religieuse ne fut pas négligée non plus, Salé aura au XIVème siècle droit à une belle medersa dun pur styleandalou mauresque, à une zaouïa monumentale (zaouïa Annoussak) parrainée par lÉtat mérinide et à deux oratoires. Unebâtisse qui servait de caravansérail depuis le XIIème siècle, sera aménagée pour abriter un hôpital (Bimaristane) nomméaussi "Al madrassa al Ajiba". Cest sans doute au sultan mérinide Abou al Hassan quil faut attribuer laqueduc de SourLakouas qui alimente la ville en eau.
  3. 3. Lune des conséquences immédiates de létablissement des Andalous dans les villes du Bouregreg fut le développement dune flottille dans le but dattaquer les navires chrétiens et de les confisquer. Très vite une véritable industrie va éclore, la course. Pour gérer et organiser cette activité et pour signifier leur autonomie vis à vis du pouvoir chancelant des Saadiens, une forme de gouvernement vit le jour en 1627, cest le Diwane appelé communément la république de Salé. Cet État autonome incluait-il la cité de la rive droite? La question reste confuse car à la même époque cette dernière était le centre dun émirat qui contrôlait le nord du Maroc sous la bannière dal Ayyachi qui sétait levé contre les occupants ibériques. . Avec le XIXe siècle s’annonce la fin du rôle commercial prépondérant dont jouissait la ville, et Salé s’enferma sur elle-même et demeura, au cours du XIe siècle et pendant l’époque des protectorats français et espagnol, un haut lieu de culture et de la vie religieuse.• Politique• Salé a acquit ses titres de noblesse pendant la période du protectorat français. Pendant les décennies qui précédent lindépendance du Maroc, la ville fut le fief des mouvements de résistance nationale. Salé a toujours ouverte aux nationalistes de tous bords a abrité le 28 aout 1930 la centaine de signataires de la pétition contre le Dahir Berbère promulgué en mai 1930• . L’appel au « latif » lancé a SALE, relayé dans les principales cités du Maroc, et la pétition ci-dessus remise au Sultan Mohamed V et au Résident général conduira la France au retrait du Dahir Berbère, perçu par les intellectuels de l’époque comme une tentative de division du peuple marocain. Ce texte aura entraîné la première réaction nationaliste des élites marocaines contre loccupant et consacré leur volonté de résistance. Nombreux s’accordent aujourd’hui à reconnaître que cet épisode constitue l’acte fondateur de la prise de conscience politique qui conduira quatorze ans plus tard à la signature du manifeste de l’indépendance du 11 janvier 1944 par de nombreux slaouis.• Salé est aussi connu pour être un fief du mouvement Al Adl Wal Ihssane, le guide spirituel du mouvement y résida en effet, ainsi que de nombreux disciples et sympathisants. Ceci est aidé par le fait que la ville a connu un très grand exode rural ces dernières années. Situation de la Médina
  4. 4. CARTE DELA MEDINADE SALÉTISSU MEDINAL ET SES SPECIFICITES• Agglomération; Oudayas, Médina, Rabat, Chellah• Port à l’intérieur des Remparts• Portes du port se fermant• Séparation de l’espace Economique du Cultuel• Présence de place publique rectangulaire
  5. 5. Salé Bab LamrissaSalé Bab Dar Assinaa
  6. 6. Masjid Al AadamBorj Eddoumoue
  7. 7. BorjRoukniProcessio n des Cires
  8. 8. Souq LakbirMédersa
  9. 9. Médersa Zaouiat Annoussak
  10. 10. PROBLEMATIQUE POSEE• Place de la médina dans l’agglomération, dans la ville• Les dangers de sa marginalisation et son nouveau rôle• Evolution démographique• Evolution de l’activité• Etat du bâti• Tendances actuelles POLITIQUES DE GESTION• Intervenants, Commune, Préfecture, Mhat, M de la Culture, Artisanat, ONG, etc..• Stratégies Sectorialisées• Essai de Coordination par la Préfecture• Non Implication de la population
  11. 11. SUPPORT D’INTERVENTION• Population• Habitat• Equipement en Infrastructures• Equipement en Superstructure• Activités• Espaces publiques• Qualité des Services Urbains• Les Abords EVOLUTION DU TISSU• Démographie par Quartier• Activités en déclin et en expansion• Les Infrastructures et les équipements• Les services urbains• Le Bâti; Les structures foncières, les Biens Habous, les Foundouqs, les grandes demeures, les lieux d’activités (tanneries..)• Projet d’Aménagement de la Vallée du Bou Regreg
  12. 12. Les Berges en 1920Porte du Site de Chellah
  13. 13. Qasbat des Oudayas & Médina de Rabat Projet du Bou Regreg
  14. 14. Projet du Bou RegregProjet du Bou Regreg & Médina
  15. 15. MONTADA• Implication de la population• Sensibilisation• Fierté retrouvée• Appropriation• Prise en charge directe par la population qui elle va porter le flambeau CHOIX DES THEMES• Choix consensuel entre Administration, Elus , Personnes Ressources et Population• Discussion Ouverte• Culture Commune Matériel le et Immatériel• Activités d’animation Communes autour du Patrimoine
  16. 16. Forum de DéfinitionForum de Plan d‘Actions
  17. 17. Visite des MonumentsRedécouverte de sa Propre Culture

×