OCTOBRE 2012                                                                                   Tableau 1Le marché en revue...
relance, déclarant ouvertement la guerre aux taux deéconomiques publiées à l’égard du troisième trimestre                 ...
obligations, les actions vous offrent de meilleuresperspectives de valorisation du capital à long terme. Enconséquence, vo...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Commentaires d\'octobre 2012

265 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
265
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Commentaires d\'octobre 2012

  1. 1. OCTOBRE 2012 Tableau 1Le marché en revue Sommaire des résultats des principaux marchés Rendements des indices* Septembre T3 2012 CDA S&P/TSX composé 3,1 % 6,2 % 3,0 %FAITS SAILLANTS DE T3 S&P 500 2,4 % 5,8 % 14,6 % Profondément anémiques au deuxième trimestre, les marchés - en dollars canadiens 2,2 % 2,1 % 10,8 % mondiaux ont repris du poil de la bête, les investisseurs ayant été de MSCI EAEO 1,2 % 3,9 % 6,0 % plus en plus convaincus que les efforts déployés par les responsables - en dollars canadiens 2,3 % 2,5 % 3,5 % des banques centrales du monde entier faciliteront l’expansion de MSCI Marchés émergents 4,1 % 5,1 % 8,5 % l’économie de leur pays respectif au lieu de la brimer (consultez le tableau 1). Indice obligataire universel DEX** 0,7 % 1,2 % 3,3 % Une vague d’opérations « à risque élevé » a donc déferlé sur les Indice des obligations de sociétés marchés, les secteurs boursiers cycliques, ceux des produits de base et notées BBB** 1,1 % 2,3 % 6,5 % des obligations de sociétés offrant une performance supérieure à celle **Monnaie nationale (à moins d’indication contraire); cours seulement de leurs homologues de nature plus défensive. **Rendement total, obligations canadiennes « Faire le nécessaire » – Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne, annonce une politique visant les transactions monétaires directes (Outright Monetary Transactions, ou OMT). Il s’agit d’un Tableau 2 nouveau plan de rachat de dettes « sans limite » décrété pour soutenir Autres cours et résultats les pays de la zone euro qui tirent le diable par la queue. Cours Septembre CDA «Aussi longtemps que nécessaire » – Ben Bernanke, le grand patron $ US par $ CA 1,017 $ 0,3 % 3,3 % de la Réserve fédérale américaine, annonce un troisième gros plan de Pétrole (West Texas)* 92,05 $ -4,5 % -7,0 % détente quantitative, plan sans date d’expiration prédéterminée. Il Or* 1 774 $ 6,0 % 12,7 % comporte des mesures radicales pour stimuler l’économie des États- Unis et favoriser la relance des emplois. Indice CRB Reuters-Jefferies* 309,30 $ -0,1 % 1,3 % * En dollars US « Plus que le nécessaire » – Les décideurs de par le monde (y compris au Canada, au R.-U., en Chine et en Australie) ont maintenu les taux d’intérêt le plus bas possible et/ou ont accentué leurs mesures de Tableau 3 relance afin de soutenir la croissance de leur économie. Résultats sectoriels du marché canadien Résultats sectoriels du Septembre T3 2012 CDA S&P/TSX composé*REBOND ESTIVAL S&P/TSX composé 3,1 % 6,2 % 3,0 %L’anticipation des programmes de relance et de détentequantitative a fait flamber les actions au cours de l’été. Énergie 2,0 % 7,7 % -2,1 %Vers la fin de la saison, les engagements pris par lesbanquiers centraux ont contribué à la prolongation de la Matériaux 9,7 % 12,8 % 0,1 %reprise. En effet : Industrie -0,3 % 2,0 % 5,8 % Consommation discrétionnaire 0,7 % 1,4 % 13,1 % Biens de consommation de La Banque centrale européenne a déposé son -1,5 % 2,6 % 10,7 % base plan le plus audacieux pour résoudre la crise des dettes souveraines. Santé 7,9 % 7,9 % 20,1 % La Chine a majoré ses dépenses Finance 1,9 % 3,7 % 7,2 % d’infrastructures d’environ mille milliards de Technologies de l’information 1,7 % 2,0 % -9,7 % yuans. Télécommunications -0,4 % 3,8 % 3,2 % La Réserve fédérale américaine a lancé un Services aux collectivités 1,4 % 0,9 % -0,9 % *Cours seulement troisième plan de détente quantitative (QE3). Source : Bloomberg, MSCI Barra, Financière BN, PC Bond, RBC Marchés des Capitaux marquée du Canada dans le secteur des ressources, quiLe regain de confiance des investisseurs dans l’avenir avait comprimé les résultats au tout début de l’année, as’est traduit par l’abandon des valeurs en espèces et été payante au troisième trimestre (consultez le tableaudes titres à revenu fixe au profit des actions. 2.) Les cours du cuivre (+6,8 %), de l’or (+11,1 %) et du pétrole (+8,5 %) ont grimpé en flèche durant la période.La politique annoncée récemment par les banquierscentraux stimule la croissance économique mondiale et Parmi ses homologues, le marché boursier américain,est, par conséquent, très favorable aux actifs tangibles, représenté par l’indice S&P500, se distingue car ilaidant ainsi les actions canadiennes à creuser l’écart qui connaît jusqu’ici une année fabuleuse, avec des gains àles sépare de leurs homologues d’ailleurs. La présence deux chiffres. Même si, dans l’ensemble, les données Groupe de gestion d’actifs GLC 1 de 3 www.groupeglc.com
  2. 2. relance, déclarant ouvertement la guerre aux taux deéconomiques publiées à l’égard du troisième trimestre chômage obstinément élevés aux États-Unis.sont contrastées, les investisseurs ont préféré seconcentrer sur les points positifs : amélioration de la Depuis que le monde est monde, les banques centralesconjoncture du marché de l’habitation, bénéfices accrus (en particulier, celles des grands pays industrialisés)dans les entreprises et détermination de la Réserve sont surtout considérées comme des entités désuètes,fédérale américaine à maintenir son train de mesures de archaïques et rigides. Les choses ont bien changé. Derelance, et ce pendant plus longtemps. nos jours, les principales banques centrales sont en quête de solutions hors normes et radicales pourIl est entendu que les souscripteurs d’obligations sont combattre la menace d’un ralentissement économique etbeaucoup plus cyniques que les souscripteurs d’actions. le spectre d’une spirale déflationniste à l’échelleComme il fallait s’y attendre, la propension au risque mondiale. Le but de la croissance n’est pas seulementaccrue des investisseurs a initialement pénalisé les de stimuler l’économie. Elle doit être assez rapide etcours obligataires. Toutefois, la hausse des taux s’est d’une durée assez longue, pour relancer l’emploilittéralement volatilisée vers la fin de septembre. En (surtout aux États-Unis), et faciliter la réalisationeffet, inquiets de la mise en œuvre des programmes d’objectifs soutenables au chapitre desprévus par les mesures de relance, les souscripteurs déficits/dépenses.d’obligations ont délibérément opté pour une approchemoins flamboyante, en pratiquant de « l’attentisme ». Aucun des objectifs précités n’est censé se réaliser du jour au lendemain et, même si les derniersÀ notre avis, la confiance des investisseurs est toujours développements sont encourageants, il n’en demeurefragile et plus ou moins instable. Au cours des mois à pas moins vrai que cette approche, de par sa naturevenir, il n’y aura pas de pénurie d’événements politico- même, n’est pas vérifiée. Nous demeurons prudemmentéconomiques à la Une des quotidiens et des magasines. optimistes à plus long terme, étant convaincus queCitons, entre autres, les changements de leadership l’assouplissement synchronisé des politiques monétairespolitique en Chine, aux États-Unis et en Italie, sans pratiquées par les autres pays aura l’effet désiré, enoublier le compte à rebours avant les précipices rendant l’économie mondiale et les marchés boursiersbudgétaires, les cibles d’austérité et les plafonds aptes à croître d’une manière plus robuste.d’endettement. À court terme, nous prévoyons que lavolatilité boursière restera de la partie, mais à la lumièredes résultats du dernier trimestre, celle-ci ne contribue DICTONS LATINSpas uniquement à plomber les résultats. À ce chapitre, Compte tenu des tendances constatées au Canadales investisseurs qui ont abandonné le marché canadien dans le cadre de l’affectation des flux de trésorerie netsau premier semestre de l’année auraient certes subi des à des fonds de placement à long terme, nous pouvonspertes, mais ils n’auraient pas pu non plus profiter de la affirmer sans hésitation que la position adoptée par lestendance haussière omniprésente durant tout l’été. Il est investisseurs est dans l’ensemble trop défensive. Ayantdonc clair qu’il est avantageux de miser à plus long examiné les marchés financiers nord-américains, nousterme en matière d’investissement. concluons que les cours boursiers demeurent inférieurs aux moyennes historiques (donc très bas) et que lesUNE NOUVELLE GARDE AVANT-GARDISTE obligations demeurent en grande partie survendues26 juillet 2012 - Mario Draghi, président de la Banque (donc très onéreuses). Par contre, les moyennes necentrale européenne déclare que la BCE est prête à vous adressent pas la parole – nous le comprenons fortfaire « tout ce qui est nécessaire » pour préserver l’euro. bien. Ce qui est bon pour vous et pour votre portefeuille d’investissement à long terme est une affaire personnelle qui a tout à voir avec votre capacité à tolérer23 septembre 2012 - Ben Bernanke, le grand patron de les quiproquos (expression latine qui signifie « quelquela Réserve fédérale américaine, annonce que la Fed est chose pour quelque chose »). Comparativement auxprête à aller « vers l’infini et au-delà » en matière de© GLC, tous droits réservés. Vous ne pouvez ni reproduire, ni distribuer, ni utiliser autrement toute partie du présent article sans l’autorisation écrite préalable du Groupe degestion d’actifs GLC.Les opinions exprimées dans le présent commentaire n’engagent que le Groupe de gestion d’actifs GLC ltée (GLC) à la date de leur publication etpeuvent changer sans préavis. Ce commentaire n’est présenté qu’à titre d’information et n’a pas pour but d’inciter le lecteur à acheter ou à vendre desproduits de placement précis, ni de fournir des conseils juridiques ou fiscaux. Tout investisseur potentiel devrait étudier avec soin les documents deplacement avant de prendre la décision d’investir et s’adresser à son conseiller pour obtenir des conseils en fonction de sa situation particulière.Groupe de gestion d’actifs GLC 2 de 3 www.groupeglc.com
  3. 3. obligations, les actions vous offrent de meilleuresperspectives de valorisation du capital à long terme. Enconséquence, vous êtes prêt à faire face à un degré devolatilité plus élevé, surtout à court terme.Comparativement aux actions, les obligations sontmoins menacées par la volatilité. C’est pour cette raisonque vous acceptez des perspectives moins séduisantesau plan de la valorisation du capital à long terme. Enbref, le terme quiproquo est l’équivalent latin del’expression « tout se paie ».dans le monde del’investissement.Caeteris paribus (locution latine qui signifie « Touteschoses égales (par ailleurs). »), presque tous lesinvestisseurs peuvent bénéficier d’une approchediversifiée et équilibrée en matière d’actions etd’obligations, afin d’adapter correctement la volatilité à lacroissance d’un portefeuille d’investissement à longterme. Carpe diem! (Profitez du moment présent!)© GLC, tous droits réservés. Vous ne pouvez ni reproduire, ni distribuer, ni utiliser autrement toute partie du présent article sans l’autorisation écrite préalable du Groupe degestion d’actifs GLC.Les opinions exprimées dans le présent commentaire n’engagent que le Groupe de gestion d’actifs GLC ltée (GLC) à la date de leur publication etpeuvent changer sans préavis. Ce commentaire n’est présenté qu’à titre d’information et n’a pas pour but d’inciter le lecteur à acheter ou à vendre desproduits de placement précis, ni de fournir des conseils juridiques ou fiscaux. Tout investisseur potentiel devrait étudier avec soin les documents deplacement avant de prendre la décision d’investir et s’adresser à son conseiller pour obtenir des conseils en fonction de sa situation particulière.Groupe de gestion d’actifs GLC 3 de 3 www.groupeglc.com

×