Loisirs et jeux en Ehpad

18 112 vues

Publié le

Ce livre présente des activités ludiques, à l'usage des professionnels et des aidants-familiaux, destinées à animer la vie en maison de retraite : http://www.editionsphalente.fr/produit/4/9782368350072/Loisirs%20et%20jeux

Publié dans : Formation
1 commentaire
4 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
18 112
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3 208
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
1
J’aime
4
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Loisirs et jeux en Ehpad

  1. 1. Dominique Assemaine Loisirs et jeuxFiches d’activités – évaluation – méthodologie Ateliers d’animation séniors
  2. 2. Dominique AssemaineLoisirs et jeux Éditions Phalente
  3. 3. Direction artistique : Cécile Decultieux Maquette : Aurélie Camarasa ©2012 Éditions Phalente SAS – Tous droits réservés 114, rue Michel Ange – 75016 Paris - http://www.editionsphalente.fr ISBN 978-2-36835-006-5 Crédit photo : © aleksander1 - Fotolia.comLe Code de la propriété intellectuelle n’autorisant, selon les termes del’art. L. 122-5 d’une part, que « les copies ou reproductions strictement réservéesà l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et,d’autre part, que « les analyses et courtes citations » dans un but d’exempleou d’illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale ou partiellefaite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droits ou ayants causeest illicite » (art. L. 122-4).Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit,constituerait une contrefaçon sanctionnée par les dispositions pénales des art.L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
  4. 4. Comment utiliser ce livre ?Cet ouvrage est constitué de trois parties :1° La première partie, intitulée Méthodologie, fournit des informationsthéoriques et les connaissances intellectuelles indispensables pourmettre en œuvre les activités figurant dans l’ouvrage.2° La deuxième partie, dénommée Fiches d’activités, est signalée parun onglet vertical. Elle contient des séances d’animations présentées demanière thématique.3° La troisième partie, dénommée Annexes, est constituée d’outilscomplémentaires permettant de mettre en œuvre les activités.Les éditions Phalente souhaitent être au plus proche de ses lecteurs :http://www.atelieranimationsenior.fr/ :- Retrouvez sur ce site tous nos livres ;- Abonnez-vous pour accéder à l’ensemble des fiches d’activités de lacollection. Sur notre page Facebook Ateliers d’animations séniors, suivez l’actualité de la collection, et communiquez avec les auteurs. Suivez l’actualité de la gérontologie sur notre page Twitter : @editionphalenteAttention, cet ouvrage est un outil d’information. L’éditeur et l’auteurs’exonèrent de toute responsabilité pour les conséquences dommageableséventuelles, résultant de la mise en œuvre des activités.
  5. 5. Dans la même collection aux Éditions PhalenteAteliers activités physiques, Delphine Dandois, octobre 2012.Ateliers artistiques, Marie-Claire Borreman, octobre 2012Ateliers mémoire, Emmanuelle Goury-Meyer, octobre 2012.Organiser les fêtes et les sorties, Nadine Friederich, octobre 2012.Abonnez-vous : recevez les 5 ouvrages de la collection et accédez à unecentaine de fiches téléchargeables (voir les conditions d’abonnement surle site http://www.atelieranimationsenior.fr/) Dédicace : À mes parents et à Françoise ABIE.
  6. 6. SOMMAIREméthodologieI. L’animateur, artisan du bien-être ......................................................................... 9II. Organiser des animations...................................................................................12fiches d’activités1. ACTIVITÉS SOCIOCULTURELLESFICHE 1 : Revue de presse ............................................................................................19FICHE 2 : Séance cinéma ............................................................................................. 23FICHE 3 : Connaissance du monde .......................................................................... 27FICHE 4 : Écriture ........................................................................................................... 31Fiche 5 : Café philosophie ......................................................................................... 35FICHE 6 : Rencontres intergénérationnelles :création de masques de carnaval ............................................................................ 392. ACTIVITÉS ARTISTIQUESFICHE 7 : Chant............................................................................................................... 43FICHE 8 : Écoute musicale .......................................................................................... 47FICHE 9 : Sons et percussions .....................................................................................51 LOISIRS ET JEUX
  7. 7. SommaireFICHE 10 : Fables de La Fontaine ...............................................................................57FICHE 11 : Contes et légendes ...................................................................................... 61FICHE 12 : Théâtre .......................................................................................................... 65FICHE 13 : Comédie musicale ..................................................................................... 69FICHE 14 : Théâtre d’ombres balinais........................................................................75FICHE 15 : Art floral .........................................................................................................83FICHE 16 : Jardinage .......................................................................................................873. ACTIVITÉS LUDIQUESFICHE 17 : Quiz.................................................................................................................. 91FICHE 18 : Jeu du petit Bac .......................................................................................... 93FICHE 19 : Jeu de dextérité ...........................................................................................97FICHE 20 : Loto ................................................................................................................ 994. ACTIVITÉS SENSORIELLESFICHE 21 : Atelier olfactif ........................................................................................... 103FICHE 22 : Bien-être : massage douceur ............................................................... 107annexesANNEXE 1 : Fiche d’évaluation de séance ............................................................... 113ANNEXE 2 : Répertoire de chansons ........................................................................ 115 LOISIRS ET JEUX
  8. 8. Méthodologie Retrouvez toutes les fiches sur : http://www.atelieranimationsenior.fr
  9. 9. “ Le présent est plaisir ; le futur est désir Voltaire, Dictionnaire philosophique MÉTHODOLOGIE Animer, selon l’étymologie du mot, c’est donner une âme, donner dela vie. Grâce à l’animation, les résidents continuent leur vie dans la joie devivre, la bonne humeur et le bien-être. Le plaisir et le désir des résidents doivent être sans cesse stimulés pourinciter les résidents à participer aux activités ludiques, créatives et debien-être qui sont les objectifs principaux de l’animation. L’animation en gérontologie se situe au croisement de l’action socialeet culturelle, et suppose l’existence d’un public : les personnes âgées dé-pendantes ou désorientées hébergées en institution. L’animation au sein d’une résidence est une attitude permanente quidoit être partagée par tous afin de dynamiser les résidents, le personnel, FICHESfavoriser les échanges, créer et préserver le lien social. Ainsi l’animationcontribue à donner du sens à la vie des résidents.I. L’animateur, artisan du bien-être Sa mission s’inscrit dans le cadre de la politique sociale gérontologique,du projet institutionnel et de vie défini par la résidence. L’animateur meten œuvre les projets d’animation en étroite collaboration avec le directeur. ANNEXES 1. Une fonction d’accompagnement L’animateur évalue les besoins, les désirs et les attentes des résidents. Il s’informe sur l’histoire de vie des personnes accueillies. Les infor-mations recueillies comme leur lieu de naissance, leur enfance, leursrites, leurs croyances, leur vie familiale, leur profession, guideront l’ani-mateur dans le choix des activités ludiques, récréatives et de bien-être enfonction des aspirations et des préférences du résident. LOISIRS ET JEUX 9
  10. 10. Les fichesd’activités Retrouvez toutes les fiches sur : http://www.atelieranimationsenior.fr
  11. 11. Sons et percussions Public : tout public MÉTHODOLOGIE Groupe : 20 participants Durée : 40 minutes (vers 15 h) Lieu : salle d’animation Budget : 150 à 200 euros Moyens humains : l’animateur et le personnel1. présentation Cette activité a pour but de produire des Cet atelier estsons en frappant sur des instruments à percus- parfaitementsion. Les résidents créent leurs propres rythmes adapté aux FICHESet leurs propres sons. C’est un langage par les personnessons qui rétablit, améliore la communication, désorientéeslorsque la communication orale devient difficile, qui, sans s’expri-défaillante ou absente. mer oralement, Tous les peuples ont depuis longtemps uti- tapent enlisé ce mode de communication. En Afrique, rythme sur leursles griots, communicateurs traditionnels dépo-sitaires de la tradition orale, tapaient de diffé- instruments.rentes façons sur des tambourins pour annoncerun évènement : mariage, décès, une visite. D’autres peuples utilisent ANNEXESles percussions pour accompagner des danseurs. Ces danses peuventêtre à caractère religieux ou festif : les gongs chez les bouddhistes ou ledjembé utilisé pour danser, au cours des mariages au Maroc. En Inde, lesdanseuses attachent des clochettes à leurs chevilles pour exécuter desdanses sacrées. Cet atelier est parfaitement adapté aux personnes désorientées qui,sans s’exprimer oralement, tapent en rythme sur leurs instruments outapent avec leurs mains ou leurs pieds pendant la séance. LOISIRS ET JEUX 51
  12. 12. Activités artistiques 2. Objectifs >> Sur le plan intellectuel : apprendre d’autres langages que la forme orale. Susciter la curiosité des résidents pour découvrir d’autres cultures. Se sentir fier de créer ses propres sons et ses propres rythmes. >> Sur le plan affectif et émotionnel : exprimer ses émotions à travers les instruments : colère, joie. Partager des moments de détente et de convivialité avec chacun. >> Sur le plan physique : accélère la circulation du sang et de l’éner- gie et les pulsations du cœur, réchauffe, mobilise les muscles et les articulations. >> Sur le plan social : communiquer avec les autres résidents, le personnel, les familles. Renforcer la tolérance vis-à-vis des personnes désorientées qui ont un réel plaisir à participer à cet atelier. >> Échanger ses connaissances et ses idées entre les résidents et les familles. 3. Modalités d’intervention Les ateliers s’effectuent toujours dans un même lieu, dans la salle Matériel d’animation ou une autre salle iden- tifiable par les résidents. • Ordinateur et accès internet L’activité est toujours program- • Lecteur CD mée à heures fixes pour faciliter • Disques avec percussions les repères temporels, par exemple, • Tambourin, maracas, djembé tous les vendredis à 15 heures, pour • 2 tambourins avec cymba- terminer vers 15 heures 45. lettes Chaque résident est informé par • Carillon diatonique affichage du lieu et du rythme de l’activité. 4. Déroulement de la séance Accueillir les résidents avec chaleur. Les asseoir confortable- ment. Les participants sont placés en ovale ouvert, pour accueillir d’autres résidents qui peuvent arriver. Commencer la séance par un exercice : mettre deux résidents dos à dos avec un tambourin et leur demander de dialoguer entre eux à l’aide des sons. Le premier résident tape et le deuxième résident lui répond. Recueillir les impressions des autres résidents : le dia-52 LOISIRS ET JEUX
  13. 13. Sons et percussions – Fiche no 9logue est-il doux ? S’agit-il d’une question ? Les questions émisespar les percussions sont-elles imprégnées de colère, d’irritabilité ?Faire un second exercice, chaque résident frappe ou émet dessons à l’aide de son instrument de percussion. La première per-sonne qui commence conserve son propre son, puis la personneassise à côté produit, elle aussi, son propre son, ainsi de suitejusqu’au dernier résident. Chacun garde son propre son jusqu’à lafin de l’exercice. Cette activité oblige le résident à se concentrer MÉTHODOLOGIEsur l’émission de son propre son et de son propre rythme et de leconserver jusqu’à la fin de l’exercice.Faire choisir les instruments. À partir de l’écoute de morceaux demusiques, les résidents improvisent leurs propres percussions surces morceaux. L’animateur pourra diffuser des CD de percussion-nistes africains ou de musiques cubaines (Compay Segundo, parexemple).Terminer par des rythmes plus doux, par exemple, des percus-sions sur des bambous.Puis, pour finir, pendant que les résidents se reposent, les initier àla maîtrise des sons sur un djembé.Expliquer comment on obtient certains sons :a) Le son « basse » FICHESC’est un son grave, obtenu en frappant la partie centrale de l’ins-trument avec toute la main, à l’exception du pouce qui est relevé.La main doit être suffisamment avancée pour ne pas être à chevalsur le bord du djembé, mais il n’est pas nécessaire d’avancer lapaume jusqu’au milieu de la peau. La main ne doit pas rester col-lée sur la peau, car le son serait étouffé.b) Le son « tonique »C’est un son plein qui se situe dans les fréquences médianes. Pourobtenir ce son, on frappe le bord de la peau avec l’ensemble desdoigts resserrés ; ni le pouce ni la paume de la main ne doivent ANNEXEStoucher la peau (il est aussi possible d’obtenir ce son en jouantavec la main un peu plus avancée, jusqu’à environ un tiers dela paume). La main ne doit pas rester « collée » sur la peau, carcelle-ci doit résonner librement. Le son doit être bref : on identi-fie souvent un problème de structure (mauvais profil de la frappe,cerclages supérieurs non parallèles au fût entraînant des irrégu-larités de tension de la peau…) ou de tension de la peau lorsque leson « tonique » sonne long : généralement on perçoit des harmo-niques métalliques. c) Le son « claqué »C’est le son le plus aigu, souvent considéré – à tort – comme leplus puissant (nb : chez Famoudou Konaté, comme chez d’autres LOISIRS ET JEUX 53
  14. 14. Activités artistiques grands djembéfolas, ce sont les toniques qui sont plus fortes que les claqués). On l’obtient de deux manières différentes : - la claque dite « malienne » est obtenue en avançant la main par rapport à la position du son tonique, de telle sorte que le pouce, qui est un peu relevé, soit presque au niveau du cerclage en fer. La main est légèrement en cuiller afin que seul le bout des doigts vienne frapper la peau (le bas de la paume vient en contact avec le bord du djembé). La position exacte dépend de la dimension du djembé, de la longueur des doigts de celui ou de celle qui joue. Cette technique ne peut être acquise que par la pratique. Le son ainsi obtenu est plus sec qu’avec la méthode qui suit. - La claque dite « guinéenne » est obtenue en adoptant sensible- ment la même position que pour le son tonique mais en écartant légèrement les doigts ; c’est toute la surface des doigts, augmen- tée d’environ un tiers de la paume, qui vient claquer sur la peau. Là encore, l’explication ne suffit pas ; seule une pratique assidue et régulière permet de maîtriser les différents sons que l’on peut tirer d’un djembé. En plus de ces trois sons principaux, il en existe d’autres que l’on retrouve dans le jeu traditionnel. d) Le son « matté » C’est le son étouffé, obtenu en empêchant la peau de vibrer. Une des deux mains est posée sur la peau (même position que pour la basse) pendant que l’autre frappe. Il existe donc le matté claqué et le matté tonique. e) Le « fla » Ce n’est pas un son à proprement parler, mais une technique de jeu intervenant dans de nombreux morceaux. Il s’agit de deux frappes très rapprochées dans le temps, se chevauchant presque et produisant une sorte de « mini-roulement ». Au sein des membres du personnel, certains de nos soignants, peuvent apporter leurs touches personnelles car ils savent parfai- tement se servir des percussions, comme dans mon institution où l’un des collaborateurs nous a offert de petits djembés.54 LOISIRS ET JEUX
  15. 15. Sons et percussions – Fiche no 9 Les maracas peuvent être fabriqués par les résidents en atelier créatif. Pour cela, récupérer des petites bouteilles plastiques de coca cola, les remplir de riz, puis les décorer avec un papier de motif afri- cain. MÉTHODOLOGIE Conseils d’expert >> Cette activité peut être menée par un membre du personnel ou par des membres de la famille. >> Cette activité peut déboucher sur une démonstration du travail effectué par les résidents aux familles, au moment de fêtes, par exemple. >> Des rencontres intergénérationnelles peuvent être aussi pro- grammées avec les résidents lors de l’organisation d’un goûter autour d’un joueur de djembé. FICHESRéférences• Compay Segundo : http://fr.wikipedia.org/wiki/Compay_Segundo• Cours de Djembé pour débutants : http://www.youtube.com/ watch?v=Q4mUV2ZtVc4• Communauté francophone du Djembé : http://www.djembefola.fr/ ANNEXES LOISIRS ET JEUX 55

×