Le secteur de l'élevage en Italie

1 527 vues

Publié le

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 527
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le secteur de l'élevage en Italie

  1. 1. 2011 Le secteur de l’élevage en Italie Le présent document est un EXTRAIT de l’étude de marché sur le secteur de l’élevage en Italie. Pour tout approfondissement, merci de s’adresser à Ramark Srl Ramark Srl Strada della Praia 2/a – Buttigliera Alta – TO +39 011 9580474 Giulio.giai@ramark.com 30/01/2011
  2. 2. Ramark S.r.l Market Flash Secteur de l’élevage Market Flash Secteur de l’élevage PAYS: Italie Date : 2011EXTRAITSecteur de l’élevageL’extrait suivant propose un aperçu des tendances relatives au secteur de l’élevage en Italie : élevagebovin, suiniculture, aviculture et pisciculture. SOMMAIRE 1 CONTEXTE PAYS: Italie 2 MARKET FLASH 2.1 Elevage bovin 2.2 Suiniculture 2.3 Aviculture 2.4 Pisciculture 3 OPERATEURS DU SECTEUR 4 SALONS ET REVUES
  3. 3. Ramark S.r.l Market Flash Secteur de l’élevage ELEVAGE BOVIN A souligner une réduction des coûts de production, après deux ans caractérisés par une forte hausse des coûts de production, enRaces élevées en Italie, par ordre d’importance: particulier du fourrage.- Races < 5.000 têtes (respectivement):Valdostana Pezzata nera, Cinisara, Modenese, AVICULTUREReggiana, Agerolese, Montana, Burlina,Cabannina, Pisana;- Races 5.000 - 100.000 têtes: Romagnola, En 2009 s’est vérifiée une augmentation duGrigia, Maremmana, Sardo-Bruna, Sarda, nombre d’animaux destinés à l’abatage, quiPodolica, Valdostana Pezzata rossa, Sardo s’est traduite par +2,4% de viande produite.Modicana, Rendena, Pinzgau, Pezzata rossa La rentabilité des aviculteurs s’est amélioréedOropa; par rapport à l’année précédente, suite à la- Races 100.000 - 1.000.000 têtes: Piemontese, baisse des coûts de production, en particulierMarchigiana, Chianina, Modicana; du prix des céréales, et malgré une diminution- Races largement diffusées également hors de la consommation qui s’est limitée à environd’Italie: Frisona, Bruna, Pezzata rossa. -3% sur l’année. En ce qui concerne les échangesLes données de décembre 2009 relatives au internationaux, viande et préparations à basepatrimoine bovin italien mettent en évidence de poulet ont connu une amélioration de laune diminution de -1,2% sur l’année du balance commerciale, grâce à une diminutionnombre d’animaux élevés (une tendance à la de l’import et une croissance des ventes àbaisse comme pour la plupart des autres pays l’étranger.européens sur la même période). Cependant,toutes les catégories de bovins ne sont pas APISCICULTUREconcernées de la même manière: tendance à labaisse pour veaux et bœufs, tendance à lahausse pour la catégorie des vaches. En 2009, la production aquacole a enregistréEn ce qui concerne le commerce extérieur, les une diminution d’environ -2%, principalement àimportations de bovins ont été supérieures aux cause de la catégorie des mollusques.exportations (déficit de la balance Les espèces euryhalines nationales de petitecommerciale). taille ont ressenti la concurrence des produitsLes entreprises italiennes ont connu des grecs vendus à perte par diverses sociétésmoments difficiles, bien que les coûts de grecques en crise de liquidité.production aient été redimensionnés par Pour les moules, un plus grand recours auxrapport à 2008. importations, face à la stabilité de la production interne, a réduit les marges des producteurs SUINICULTURE italiens. Les cotations des truites ont enregistré uneLa suiniculture italienne se distingue légère augmentation grâce à la reprise de laremarquablement de celle des autres pays demande domestique.européens : en Italie, les porcs sont en grande Au niveau de l’import/export de produitspartie destinés à la production de charcuterie, aquacoles frais, les importations de moules,en particulier de jambons de haute qualité. saumons et bars ont augmenté; en ce quiL’élevage de porcs est donc typiquement concerne les exportations, la demande étrangèreorienté vers des animaux de poids élevé. pour anchois et sardines s’est accrue.Le patrimoine suinicole italien, supérieur à 9millions de têtes, a enregistré en 2009 unediminution du nombre d’animaux élevés de -1%. Dans le détail : 1,4% pour la catégorie destruies, signal de la volonté de redimensionnerl’offre. Note sur méthodologie et sources Les contenus de l’étude présente ont été rédigés à partir de sources secondaires et documents provenant d’Instituts de Recherche, Associations de Catégorie et Ministères compétents sur le thème examiné. Istat – ISMEA – Federalimentare - Universita di Parma – Mipaaf - Irepa

×