Newsletter n°11

750 vues

Publié le

Développement des TICs au Maroc

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
750
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
23
Actions
Partages
0
Téléchargements
8
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Newsletter n°11

  1. 1. Newsletter n°11 decembre 2011 edito A la uneLes TIC nous veulent du bienPour les pays émergents, les technologies del’information et de la communication pré-sentent plusieurs atouts et une formidableopportunité de booster leur développement.La première opportunité que permet ledéveloppement des TIC est justement laconstruction d’un secteur d’activité à fortevaleur ajoutée, compétitif au niveau mondial,qui contribue à la création de nouveaux em-plois et à la promotion des exportations.Autre atout, profitable à tous les secteursd’activité : celui de rendre les entreprisesexistantes plus performantes et de leur don-ner plus d’opportunités commerciales et defournitures, mais aussi et surtout de faciliter lacréation de nouvelles entreprises qu’il s’agissed’initiatives locales ou internationales. Le rôle des TIC dans le développe-Citons, également, le développement des ment socio-économiqueservices publics sur des bases saines en ma- Le développement des technologies de compétences, l’élargissement des zones detière de performance, de couverture géo- l’information et de la communication prospection et une personnalisation accruegraphique et de coût pour la collectivité. a-t-il des impacts économiques et so- de la gestion de leurs clients et partenaires. ciaux ? • Pour les services publics et institutions,Dernier atout, mais non le moindre, l’amé- Pour le Sommet mondial sur la société de elles permettent le développement d’unenagement numérique concoure à rendre les l’information (SMSI), la réponse est oui. offre de services aux usagers plus riche,nouvelles zones d’activité plus attractives et Organisé par l’Union Internationale des personnalisée, accessible et efficiente. Ellesà réduire la fracture de la connaissance en- Télécommunications (UIT), une agence de facilitent ainsi les démarches administrativestre les différentes couches sociales quelles l’ONU, le SMSI reconnaît dans l’article 9 de en valorisant davantage le temps des usa- sa déclaration de principes que « Dans des gers (délais passés dans les files d’attente,soient urbaines ou rurales. conditions favorables, les TIC peuvent être allers-retours, etc.) un puissant outil, accroissant la productivité, • Pour l’enseignement scolaire et supérieur,Dans ce numéro de la Lettre des Décideurs, stimulant la croissance économique, favori- qu’il soit initial ou continu, privé ou public,nous vous donnons un aperçu de l’apport sant la création d’emplois et l’employabilité elles permettent une large mise à disposi-des TIC dans le développement économi- et améliorant la qualité de vie de tous ». tion de contenus pédagogiques, leur enri-que et social, du développement des télé- chissement et actualisation continus, descommunications au Maroc et de leurs nou- Quels sont les leviers offerts par les TIC méthodes d’apprentissage de plus en plusveaux enjeux. Nous aborderons, également, dans le développement économique et sophistiquées et un soutien aux profession-le développement de l’innovation à travers social ? nels de l’enseignement pour mener à bien Les TIC offrent aux entreprises et aux ad- la transformation des conditions et besoinsl’exemple de Maroc Numeric Cluster et ministrations de nombreuses opportunités de leurs métiers.enfin du nécessaire pilotage des stratégies d’innovation, de modernisation et de gains • Pour les collectivités, enfin, les TIC contri-mises en œuvre avec l’OMTIC. de productivité : buent fortement au désenclavement des • Pour les entreprises, elles permettent territoires. Elles facilitent la décentralisationBonne lecture. notamment l’accroissement de leur perfor- des moyens et permettent de passer d’éco- mance opérationnelle et financière, le déve- nomies de subsistance à des économies Eric Pradel loppement et la sophistication des produits beaucoup plus diversifiées. ../.. Directeur Associé et services, l’amélioration de la gestion des
  2. 2. A la une la lettre des décideurs - N°11 decembre 2011 suiteQuelles sont les nouvelles opportunités offertes par les TIC ? Les ruptures technologiques sont propices aux pays en déve-• Le développement de nouvelles activités telles que les métiers de l’offs- loppementhoring et du e-commerce contribuant ainsi à la création d’emplois à Le progrès technique permis par les TIC peut permettre aux pays engrande valeur ajoutée. développement, en général, et au Maroc, en particulier, de réaliser de gran-• L’implantation de nouvelles entreprises dans des territoires distants, des avancées :contribuant aussi bien aux IDE (Investissements Directs à l’Etranger) qu’àdévelopper les exportations et opportunités d’affaires pour les entrepri- • Rendre les entreprises nationales plus compétitives afin de conquérirses locales. des parts de marché à l’international mais aussi rivaliser avec les produits• Les secteurs producteurs de TIC, qu’il s’agisse des métiers de la dis- importés.tribution, de l’édition logicielle, de l’intégration ou du conseil, ont des • Moderniser les métiers clés tels que l’agriculture, l’artisanat, la pêche,retombées économiques et sociales directes et indirectes majeures en le tourisme, la bâtiment et la logistique ; avec une meilleure productivité,matière de création d’emplois et de croissance du PIB et des échanges une qualité accrue, une innovation produit et de nouveaux débouchéscommerciaux. commerciaux. • Développer les services publics et les déconcentrer dans le cadre de laQuels sont les autres effets des TIC ? régionalisation avancée tout en gagnant très fortement en efficience grâceLes nouveaux métiers liés aux technologies de l’information et de la com- notamment au e-government (administration électronique).munication participent sensiblement à la création d’emplois ; cependant, • Donner accès aux TIC à la population pour stimuler la productivitéleur impact sur la transformation des conditions et de l’organisation du dans tous les secteurs, développer l’esprit d’entreprendre, favoriser lestravail est bien plus important. échanges via internet et notamment l’échange de contenus pédagogique de qualité. Les TIC sont une opportunité pour accélérer la résorption d’inégalités sociales et géographiques. LA CONTRIBUTION DU SECTEUR DES POSTES ET TÉLÉCOMMUNICATIONS DANS LE PIB • Faciliter les investissements étrangers au Maroc mais aussi marocains à l’étranger. • Accélérer la mise en œuvre des stratégies sectorielles et transverses 25,0 3,1% 3,1% 3,2% 3,1% 3,0% 3,5% du Pays. 3,0% • Faire de l’industrie TIC, une industrie clef dans la région Eurafrique en 20,0 2,5% favorisant l’excellence, l’innovation et l’émergence de leaders. 15,0 2,0% Les progrès techniques sont des opportunités clés permettant l’émer- 21,4 22,1 10,0 19,9 1,5% gence économique et social. 16,6 18,1 1,0% 5,0 Quelle place pour le Maroc ? 0,5% Selon l’indice de développement des TIC (IDI) de l’UIT, le Maroc a gagné 0,0 0,0% 13 places entre 2007 et 2010, et devient, ainsi, l’un des pays les mieux no- 2005 2006 2007 2008 2009 tés du Maghreb avec un IDI de 3,29. Cette note est venue sanctionner la Le secteur des postes et télécommunications en Mrds forte progression du Royaume dans les domaines accès et usage. Contribution du secteur dans le PIB Source : ministères des finances Il n’en demeure pas moins qu’au niveau mondial, le Maroc est classé au 90ème rang ; les pays les plus développés étant autour d’un IDI de 7.De ce fait, les TIC poursuivent le mouvement de réallocation de la maind’œuvre amorcé par le progrès technique dans l’industrie, grâce aux gains A l’instar des pays qui doivent leur émergence aux TIC, le Maroc devrade productivité, et dans le tertiaire, grâce à la suppression des tâches davantage saisir les opportunités offertes par les technologies de l’infor-répétitives et à faible valeur ajoutée. mation et de la communication pour devenir un leader dans la zone Eura- frique.Plus particulièrement, les TIC peuvent entraîner aussi• une optimisation des besoins en ressources humaines quel que soit leurniveau de qualification,• l’externalisation de certaines tâches, voire leur délocalisation,• une plus grande pression sur les prix,• un impact sur l’environnement en termes de consommation d’énergie,de déchets, etc.Comment quantifier les effets des TIC sur un pays ?Les effets des TIC doivent être quantifiés de manière macro et micro-économique pour prendre en compte les spécificités de l’environnementéconomique, social, géographique et politique. L’approche doit inclurel’évaluation du PIB, des investissements, des emplois et des exportationsdu secteur TIC lui même, des transformations opérées sur les différentssecteurs d’activités impactés par les TIC, des nouvelles activités permi-ses uniquement par les TIC (offshoring, IDE, internationalisation, etc.), deseffets indirects sur l’ensemble de l’économie (ex : sous-traitance) et destransformations au niveau des services publiques.Ces quantifications requièrent, préalablement, une connaissance fine desdifférents secteurs d’activités, des moyens, usages et économies des TICau travers d’observatoires et études ad hoc (cf. article sur l’OMTIC).
  3. 3. a l’honneur la lettre des décideurs - N°11 decembre 2011Maroc Numeric Cluster,le fer de lance de la stratégie Maroc Numeric 2013. Depuis maintenant 2 ans, la stratégie gouvernementale Maroc Numeric 2013 a été lancée avec une enveloppe totalisant 5,2 milliards de Dirhams d’investissement. Lancée par Monsieur Ahmed Réda Chami, Ministre de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies, cette stratégie s’articule autour de 4 priorités : la transformation sociale, la mise en œuvre des services publics orientés usagers, l’informatisation des PME et le développement de l’industrie locale des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC). C’est à ce dernier enjeu, relatif aux TIC que vient répondre l’initiative Maroc Numeric Cluster (MNC).Avec une gouvernance mixte Public/Privé re- Le premier comité stratégique de MNC s’est Au niveau international, MNC a signé, le 12groupant plusieurs acteurs (Etat, Grandes en- tenu le 7 Février 2011, en présence de mes- juillet dernier, un partenariat stratégique avec letreprises, PME, opérateurs de l’enseignement sieurs Ahmed Réda Chami et Sylvain Dorsch- pôle de compétitivité mondial Systematic, pôleet de la recherche et organismes d’aide et de ner, délégué général du Cluster français Syste- totalisant 1 milliard d’euros d’efforts de R&D,financement), l’initiative MNC a pour objectif matic. Il a été l’occasion de présenter, valider sous forme d’un «Memorandum Of Unders-final de faire émerger des projets innovants et et promouvoir le Plan Stratégique 2011-2013. tanding» (MOU). Le Partenariat a été conclu enà forte valeur ajoutée dans 4 niches d’excel- présence de monsieur Ahmed Réda Chami et Un autre événement majeur pour MNC a étélence des TIC : de son homologue monsieur Eric Besson, mi- le « Sommet de l’Innovation », organisé par le - Les services mobiles nistre français de l’Industrie et des Nouvelles Ministère de l’Industrie du Commerce et des - La sécurité, la monétique et les droits nu- Technologies dans le cadre de la coopération Nouvelles Technologies et dont la deuxième mériques bilatérale entre le Royaume et l’hexagone. édition s’est tenue le 1er Mars 2011 au Pa- - Le multimédia lais des congrès de Skhirat dans le cadre de la Le dernier volet de contribution de Capi- - Les progiciels « Stratégie Maroc Innovation ». tal Consulting a concerné la préparation duL’assemblée générale constitutive, tenue le 24 contrat programme avec l’Etat Marocain, com- La collaboration Maroc Numeric Cluster –novembre 2010, a permis de créer la structure prenant les indicateurs stratégiques, le budget, Capital Consulting s’est poursuivie à travers lalégale soutenant Maroc Numeric Cluster ainsi le plan d’action et le dossier de subvention va- mise en place et l’animation de la cellule deque d’élire les membres du comité exécutif, lidé par l’Etat. Ce contrat programme, signé le pilotage (Project Management Office - PMO)dont le président est Mehdi Kettani (PDG 6 septembre dernier en présence du Ministre pour le comité exécutif, cellule assurant lade Bull Maroc), le Vice Président Mohamed de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles bonne exécution de la feuille de route définieLakhlifi (DG Logica North Africa) et le Tréso- Technologies, permet la mise en œuvre de la précédemment. Ainsi, les missions d’accompa-rier Patrick Berthié (VP Stratégie Inwi). «Stratégie Maroc Innovation» pour sa compo- gnement de Capital Consulting ont concerné : sante «promotion des clusters».MNC a lancé son plan de mise en place opé- - La définition du processus détaillé de sélec-rationnelle dès début 2011. L’intervention de tion et de validation des projets innovants ; Aujourd’hui, Maroc Numeric Cluster est lan-Capital Consulting a permis d’accompagner - La structuration des modèles économiques cé. Plusieurs initiatives ont été mises en placeMNC dans l’élaboration de son premier Plan des projets innovants ; pour initier le développement du réseau pro-Stratégique 2011-2013. Ce plan, fruit d’une - Le pilotage du plan de communication ; fessionnel autour de ce cluster, tant au niveauformidable dynamique engagée par le comité - Le développement de partenariats. national qu’international.stratégique du Cluster, établit entre autres lesobjectifs de MNC, décrit ses ambitions, sonorganisation, sa gouvernance et la feuille deroute pour atteindre ces objectifs.Le Plan Stratégique retient 5 engagements chiffrésà l’horizon 2013 : Développer le cluster et sonécosystème, Développer des projets innovants,Mobiliser les compétences du secteur, Faciliterl’accès au marché pour l’innovation et Connecterl’innovation marocaine à l’international.
  4. 4. reportage la lettre des décideurs - N°11 decembre 2011L’Observatoire Marocain des Technologies del’Information et de la Communication (OMTIC)Un dispositif de pilotage et de mesure de lasociété de l’Information au Maroc Partant d’une stratégie visant à positionner le Maroc parmi les pays émergents les plus dynamiques dans le domaine des Technologies de l’Information et de la Communication, le Ministère de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies a élaboré en 2009 la stratégie « Maroc Numeric 2013 ». Le pilotage de cette stratégie a été érigé en tant qu’axe prioritaire afin de coordonner et harmoniser la réalisation du plan d’action de cette stratégie. Parmi les instances et les outils de pilotage mis en place pour servir cette stratégie, l’Observa- toire Marocain des Technologies de l’Information et de la Communication (OMTIC) occupe une place centrale.L’OMTIC : outil d’aide à la prise de décisionL’OMTIC se veut être un dispositif de pilotage et de mesure de la sociétéde l’Information au Maroc. C’est un outil de suivi et d’évaluation des TICet de la stratégie « Maroc Numeric 2013 ». Il servira comme tableau debord pour la prise de décisions et le suivi des actions et progrès réalisésen matière d’édification de la société de l’information et de mise en placede l’économie numérique.Au niveau international, la mesure de la société de l’information et de l’éco-nomie numérique est un domaine qui revêt une importance cruciale, enraison des enjeux que le secteur des technologies de l’information et dela communication présente et des défis qu’il relève pour le développementsocio-économique des nations.Au Maroc, la collecte et la diffusion de données statistiques concernantles indicateurs TIC présente jusque là un certain nombre de lacunes : mul-titude d’intervenants, manque de coordination au niveau national, dispersion etredondance de l’information, manque de données pertinentes, etc.Tenant compte de ces considérations, l’OMTIC se donne pour rôle de fédé-rer l’ensemble des observatoires, des travaux d’études et d’enquêtes statis-tiques réalisés dans notre pays. L’Observatoire se fixe, ainsi, 3 objectifs :- Etre la référence en matière d’information sur le secteur TIC. Cela implique lacollecte, l’agrégation, l’évaluation et l’analyse de l’information, la production ainsique la publication des indicateurs, bulletins d’information et rapports annuels surles TIC ;- Produire des éléments statistiques sur l’état des lieux du développement des TIC auMaroc, afin d’assister les administrations et organisations marocaines impliquée dansla communication auprès des institutions et organisations internationales des NationsUnies (Banque Mondiale, OCDE, UIT, CNUCED, etc.)- Elaborer une veille sur les tendances, les usages innovants et les bonnes pratiques en matière de TIC.La plateforme électronique de l’OMTICLe Ministère de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies a également conçu une plateforme électronique dédiée à l’OMTIC afinde générer des enquêtes en ligne, ainsi qu’un portail permettant la diffusion et la communication des statistiques sur les TIC.Les statistiques couvertes par l’OMTIC portent sur des indicateurs pertinents qui permettent de mesurer l’état de la société de l’information etd’évaluer et surveiller la fracture numérique au sein de notre pays afin de piloter le plan Maroc Numéric 2013 et y apporter les ajustements néces-
  5. 5. reportage la lettre des décideurs - N°11 decembre 2011 suitesaires. L’OMTIC produira également des indicateurs permettant de se administrations et organisations socioprofessionnelles, mais égalementcomparer à d’autres pays et de se positionner au niveau international. avec les fournisseurs et producteurs de données sur les TIC.Les statistiques recouvrent ainsi des thématiques comme la situation Ces accords ont pour objectifs de développer la coopération entrede l’infrastructure mise en place par les opérateurs, l’accès aux TIC l’OMTIC et ses partenaires dans les domaines de la définition, de l’har-au niveau des ménages et des particuliers, l’industrie et le commerce monisation et du partage des méthodes et des outils de collecte des indi-des TIC, l’utilisation des TIC par les entreprises, l’équipement des ad- cateurs, ainsi que l’échange des données et des résultats des enquêtes.ministrations et institutions publiques en TIC, les services offerts aux Dans ce cadre, des conventions de coopération ont été signées entreentreprises et citoyens, et enfin l’intégration des TIC au niveau de l’en- le MICNT et ses partenaires - à savoir l’Agence Nationale de Régle-seignement secondaire, supérieur et de la formation professionnelle. mentation des Télécommunications, le Haut Commissariat au Plan, leEn outre, il est à noter que la plateforme intégrée de l’OMTIC, dont Ministère chargé de la Modernisation des Secteurs Publics, le Secré-l’administration et la gestion seront assurées par le Ministère de l’In- tariat d’Etat auprès du Ministre de l’Education Nationale, de l’Ensei-dustrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies, sera partagée et gnement Supérieur, de la Formation des Cadres et de la Recherchealimentée par les différentes parties concernées. Pour assurer la réus- Scientifique, le Ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnellesite et l’usage optimal de cette plateforme, le MICNT a programmé des (Département de la Formation Professionnelle) et l’Association desséances de transfert de compétence en faisant bénéficier les représen- Professionnels des technologies de l’Information, des Télécommunica-tants des partenaires de l’OMTIC d’une formation de dix jours sur les tions et de l’Offshoring.outils de ladite plateforme. En mettant à la disposition des décideurs une information pertinente et régulière, l’OMTIC permettra, sans aucun doute, d’accompagner favo-Le partenariat, volet essentiel de l’OMTIC rablement l’essor que connaît le Maroc dans le domaine des TIC… un secteur qui représente une importance cruciale pour le Maroc de partDans le cadre de la mise en place de l’OMTIC, le MICNT a établi des les enjeux qu’il présente et les défis qu’il relève pour le développementaccords de coopération avec ses partenaires stratégiques que sont les socio-économique de notre pays.Les enjeux des télécommunications venus des opérateurs mobiles a atteint près user) face à la baisse des prix en développant de 3% du PIB du Maroc. La pénétration du des contenus à valeurs ajoutée ciblant les mobile a atteint 112,3% à fin septembre der- nouvelles tendances Smartphone, tablette, nier, selon l’ANRT, dépassant ainsi celle de la Smart TV, etc. L’ARPU peut être aussi amé- France qui a atteint 103,2% pour la même lioré via le développement des forfaits post période selon le régulateur français ARCEP. payés car le parc mobile compte, selon le La croissance à deux chiffre qu’avait connu dernier tableau de bord de l’ANRT, 96% de le secteur quelques année plutôt est révolue. clients prépayés. Le secteur est entrain de connaitre une forte - Accompagner les entreprises marocaines et concurrence entre les opérateurs. Cette les organismes publics dans la transformation concurrence est profitable au client final. vers le e-business en apportant des offres fa- Une baisse des prix est ressentie, appuyée cilitant le changement et répondant à leurs par des promotions de plus en plus agressi- besoins spécifiques. ves. Ainsi, selon le dernier tableau de bord de - Réaliser la transformation haut débit en dé- l’ANRT, les prix des comminations, mesurés ployant des nouvelles technologies telles que par le ARPM (average revenue per minute), LTE,WIMAX, fibre optique, etc. ont baissé de 35% pour le mobile et de 5% - Réduire la fracture numérique en adaptant pour le fixe comparés à 2010. Ce contexte des offres aux couches qui sont restées en Les avancées technologiques ont permis une met les opérateurs face à des défis majeurs : dehors de la révolution numérique. Des forte croissance du secteur des télécommu- programmes du gouvernement ont permis nications dans le monde. Il pèse aujourd’hui - Augmenter les parts de marché tout en fi- de réduire ce fossé, tels que le programme 2% du PIB mondial et on estime que vers délisant les clients existants. La portabilité des GENIE. Cependant la généralisation du nu- 2015 près de 7,1 milliards de mobiles seront numéros permet désormais aux opérateurs mérique permettra le développement et le en utilisation, soit un mobile pour chaque ha- ayant amélioré l’expérience client d’augmen- désenclavement des régions qui sont jusqu’à bitant de la planète. Le marché africain est ter leur part de marché et de réduire le churn aujourd’hui exclues de ce mouvement. considéré par l’association GSMA comme (Taux de déperdition) à travers un marketing Le secteur des télécommunications national étant le 2ème dans le monde après celui de adapté, une différenciation via la qualité de est leader dans la région et les avancées réa- l’Asie. Selon le rapport de GSMA African Mo- service et une relation client répondant au lisées ont déjà permis la démocratisation des bile Observatory 2011, publié en novembre mieux aux besoins des utilisateurs. services télécoms. Cependant, la réalisation 2011, le secteur compte pour 3,4% du PIB - Développer un marché adressable à travers de l’e-transformation permettra au Maroc de africain. Le continent compte aujourd’hui 649 les extensions de couverture de nouvelles suivre d’encore plus près les tendances mon- millions de mobiles et devrait atteindre 735 villes et zones. Les opérateurs sont amenés diales et drainera plus d’investissements dans millions à l’horizon 2012. à développer des produits répondant aux le secteur des TIC. Avec la Transformation besoins des différents segments avec un Le secteur des télécommunications au Ma- que connait le Maroc, le secteur présente meilleur positionnement ‘‘perception de qua- roc a connu une très forte croissance durant un levier important et incontournable de la lité # perception de prix’’. les dernières années. La contribution des re- croissance nationale. - Maintenir l’ARPU (average revenue per
  6. 6. News la lettre des décideurs - N°11 decembre 2011 Capital Consulting au visite du corps des mines de Forum Trium Paris promotion 2011. Capital Consulting était présent à l’édition 2011 du Forum Trium, le 12 octobre dernier, au Parc des Expositions de la Porte de Versailles à Paris. Organisé par les élèves de trois Grandes Écoles d’ingénieurs (Mines ParisTech, Ecole des Ponts ParisTech, ENSTA ParisTech), en partenariat avec l’ENSAE ParisTech, le Forum Trium est un rendez-vous annuel incontournable rassemblant étudiants, jeu- nes diplômés et représentants de plus de 160 entreprises d’en- vergure mondiale. Dans le cadre de leur tour du monde initiatique, les étudiants du corps des mines de Paris (MINES ParisTech) font escale Pendant une journée, les quelque 3 500 visiteurs ont eu accès à pour la deuxième année consécutive au Maroc. Et pour la de nombreux stand, dont celui de Capital Consulting tenu par deuxième fois, les futurs décideurs français ont rendu visite à Radia Chaoui El Faiz (Responsable Ressources Humaines) et Eric Capital Consulting le 31 octobre 2011. Pradel (Directeur Associé). Des ateliers de simulation d’entre- Cette nouvelle promotion du corps recrutée parmi les pre- tien et de création de CV, des tables rondes, des petits déjeu- miers de l’Ecole Polytechnique et de l’Ecole Normale Supé- ners débats et de nombreuses conférences étaient également rieure s’est vu présenter par les associés les développements au programme. des métiers du Conseil et des Technologies de l’information au Maroc, au Maghreb et en Afrique subsaharienne. … et prochainement au Karim Alami Forum Horizons Consultant 93, Boulevard Al Massira Al Khadra, 20100 Casablanca - Maroc Capital Consulting sera également présent au Forum Horizons Ma- Tél. +212 5 22 23 47 00 - Fax : +212 5 22 23 47 41 karim.alami@capitalconsulting.ma www.capitalconsulting.ma roc les 14 et 15 janvier 2012 à l’ESCP Europe à Paris. Organisé par les Marocains des Grandes Ecoles, le Forum Hori- zons en est à sa 16ème édition et se positionne comme le premier forum de recrutement des compétences marocaines à l’étranger. Mehdi SAHEL, nouveau Directeur Associé en charge du Pôle Banque de détail et Assurance Mehdi SAHEL vient de rejoindre le cabinet de conseil Capital Consulting pour prendre en charge le Pôle Banque de détail et Assurance Ingénieur en systèmes de communication, diplômé de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), Mehdi SAHEL entame sa carrière professionnelle en 1998 en tant que consultant dans un cabinet de conseil Anglo-saxon à Paris. Cinq ans plus tard, il rentrait au Maroc et revêtait la casquette de banquier. Il a occupé des postes à res- ponsabilité dans 2 des 3 premières banques du Royaume avant de retourner au monde du conseil et des nouvelles technologies en tant que Directeur Général en charge des activités au Maroc de la plus importante société de services informatiques d’Asie. Fort de ses expériences réussies dans le Conseil et dans la Finance, Mehdi SAHEL dirigera, depuis Casablanca, des projets sur une dizaine de pays d’Afrique et d’Europe. 93, Boulevard Al Massira Al Khadra, 20100 Casablanca - Maroc Tél. : +212 5 22 23 47 00 - Fax : +212 5 22 23 47 41 info@capitalconsulting.ma - www.capitalconsulting.maConception et Réalisation :

×