Leçon N° 3 : Lean six sigma les 7 Gaspillages

8 722 vues

Publié le

7 minutes chrono les leçons sur lean Six sigma : Les 7 gaspillages présents dans tous les processus

Publié dans : Business, Formation
1 commentaire
5 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
8 722
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
747
Actions
Partages
0
Téléchargements
66
Commentaires
1
J’aime
5
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Leçon N° 3 : Lean six sigma les 7 Gaspillages

  1. 1. 7 gaspillages O r yx C o n s e i l , l a p e r f o r manc e d e l ’ e xé c u t i on www. o r yxc o n s e i l . c o m Oryx Conseil - cabinet de conseil - 17 rue de Constantinople 75008 Paris - Tél 01 53 04 33 53 - marc.predal@oryxconseil.com 1
  2. 2. Surproduction Actions ou tâches réalisées avant qu’elles ne soient demandées ou ne correspondant à aucune exigence du client. La surproduction s’autogénère avec d’autres types de gaspillage. Exemple : réunions inutiles, reporting inutiles monopolisant l’encadrement, mails internes avec un excédent de destinataires, excédents de contrôles ou de signatures…
  3. 3. Temps d’attente Résultat de multiples facteurs tel que l’indisponibilité des personnes, les signatures, une information manquante, etc. Ces facteurs sont des éléments qui retardent la livraison du service au client et le chiffre d’affaires associé. Exemple : dossier en attente d’être traités, retardataires perpétuels aux réunions, réclamations non traitées à temps...
  4. 4. Transport déplacement Flux ou mouvement de personnes, papiers, emails ou gestes qui n’ont pas de valeur pour le client. Cette perte peut être engendrée par une mauvaise organisation physique des bureaux ou le positionnement des équipements. Exemple : envoi de courrier papier substituable par un email, équipements éloignés ou inadaptés, des demandes d’approbation qui nécessitent des déplacements permanents vers les bureaux des managers…
  5. 5. Mauvaise utilisation des ressources Utilisation d’une ressource non nécessaire à la stricte satisfaction du client interne ou externe. C’est le cas d’une mauvaise adéquation des compétences ou d’une utilisation de ressources surqualifiées dans le cadre d’une tâche à faible valeur ajoutée. Exemple : sollicitation excessive d’experts au lieu de capitaliser l’expertise et de la diffuser en interne, managers qui passent des heures à signer des chèques ou des documents…
  6. 6. Stock travaux encours Temps excessif, piles de travail et approvisionnements pléthoriques indisposent, prennent de l’espace et du temps. Les travaux en cours se transforment en temps d’attente pour les nouveaux dossiers et ralentissent les délais d’exécution. Exemple : fournitures de bureau excessives, fichiers obsolètes, vieux dossiers non traités qui interdisent le traitement immédiat des dossiers urgents…
  7. 7. Les défauts Tâches additionnelles qui n’ajoutent aucune valeur au produit ou service et induisent un surplus d’énergie pour corriger le dysfonctionnement. Exemple : erreur de saisie, donnée manquante ou fausse, …
  8. 8. Interruption Dans l’industrie des services, les postes de travail sont souvent multi-procédures. De plus, les employés peuvent être interrompus dans leur tâche par le téléphone, un mail, un changement de priorité ou une demande d’information. Exemple : réunions à toute heure, appels incessants en interne pour des sujets moins urgents, la redéfinition périodique des priorités liées à une mauvaise planification du travail…
  9. 9. 7 gaspillages Oryx Conseil apprend à vos collaborateurs à traquer les tâches inutiles 9

×