Day rh methodes strategies commerciales

4 738 vues

Publié le

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 738
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
244
Actions
Partages
0
Téléchargements
150
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Day rh methodes strategies commerciales

  1. 1. Méthodes et stratégiecommerciale à mettre en œuvre Logo de la société
  2. 2. La stratégie commerciale : IntroductionUne étude récente a calculé que les entreprises perdaient en moyenne 50% deleurs clients tous les 5 ans (soit près de 10% chaque année !).si vous vous amusez à faire une rapide soustraction entre vos clients du débutd’exercice et ceux restant en fin d’année, vous verrez généralement une disparitionentre 5% et 15%.En effet, selon le Livre Blanc de la Relation Clients de Sage & IDC, la raison pourlaquelle un client quitte son fournisseur serait dans près de 68% un manque decontacts (pas de relance, pas de newsletter…) et non pas comme on pourrait s’yattendre un problème de prix ou de produit.Pour finir dans la justification de la mise en place d’un programme de fidélisation il fautrappeler que généralement fidéliser coûte 2 fois moins cher que prospecter. Logo de la société
  3. 3. Les nouvelles donnes de la crise1/20 1/3 1/10 1/2 1/4 1/3 1/6 1/4 Logo de la société 3
  4. 4. La stratégie commerciale : Des principes basiques… La volonté : Car c’est exigeant et quand c’est écrit, on doitla suivre. On veut aller de l’avant car sinon c’est la routine !!! L’environnement : Il faut tenir comptes des contraintes, desbesoins différents par segment,mais aussi des opportunitésengendrées par l’environnement et s’adapter pour faire face etanticiper Les objectifs : Absolument nécessaires…Ils doivent êtresimples, atteignables, mesurables, réalistes, limités dans letemps. Trop souvent négligés…car contraignants et engageants Les moyens : Ils vont déterminer les actions etl’organisation que je veux/peux mettre en place. On parle desmoyens humains, financiers, techniques, etc…
  5. 5. Segmenter: et définir adaptéecibles Règle N°4 Avoir une stratégie ses Exemple d’un bobinier industriel sur son marché de la réparation de moteurs électriquesFM = Lensemble des services nécessaires au fonctionnement normal dune entreprises : achats de matériels, de 5fournitures, achat de terrains, construction de bâtiments, gestion des locaux techniques et des fluides: électricité, froid,chauffage, entretien des bâtiments.
  6. 6. Les facteurs clés de succès Il faut fixer les principes généraux d’une stratégie de prospection réussie. On a pour habitude de distinguer : -Le produit et toutes ses composantes (emballage, montage, conditionnement) et sa différenciation par rapport à la concurrence - Le prix (son positionnement par rapport à la concurrence) -La distribution (quel(s)circuit(s) choisir ? -La communication (les principaux axes).
  7. 7. Clarifier son positionnementOn va définir le positionnement, c’est-à-dire clarifier sur un axe la stratégie del’entreprise :- Par rapport aux 2 besoins principaux dela cible- par rapport à la concurrenceOn va soit choisir un positionnement :- De différenciation (on a un axe différent des autres) comme BMW sur l’exemple- De domination par les couts (on a un axe identique aux autres) comme Pronto sur l’exemple01/05/2011
  8. 8. Les objectifsProduits/clients Anciens Produits Produits NouveauxClients actuels 2 m Euros 0,5 m EurosNouveaux clients 2 m Euros 0,5 m Euros Il faut définir les objectifs : - par segment prioritaire - en nouveaux produits et en nouveaux clients - en produits actuels et en nouveaux produits
  9. 9. Décliner les objectifs
  10. 10. Quelle stratégie de prospection ?Quelle En quoi consiste Avantages Inconvénientsstratégie ? t’elle ?Stratégie Tout Azimut On tire sur tout ce qui bouge. Pas de réflexion. Pas de Dépense de beaucoup On prospecte partout et on ciblage. d’énergie. A proscrire même prend tout. si souvent employée.Stratégie de conquête Prospection organisée et Nécessaires si résultats Dépense de beaucoup ciblée. Gestion du fichier. importants en peu de temps d’énergie. Moyens importants.(nouveaux produits, Taux d’ efficacité faible (5 ànouveaux clients) 10%)Stratégie de rebond Vendre la même prestation Taux de succès important Réduit son champs d’action chez d’autres clients potentiels (30%). Savoir-faire, en terme de potentiel client.(nouveaux clients, qui présentent la même références et offres validées Elargit la zone géographique.produits actuels) caractéristique que votre clientèle actuelleStratégie « Tâche Elargir votre prestation chez Le meilleur taux de succès Vous devez être parfait sur la votre clientèle actuelle (50%). qualité de vos prestationsd’huile » (clients actuellesactuels, nouveauxproduits)
  11. 11. Constituer unfichier etqualifier vosclients
  12. 12. Constituer un fichier pour optimiser votre stratégie commerciale L’OUTIL DE BASE : LA GRCLe fichier client est un des outils les plus importants. Vous devez impérativement entenir un. Il permet de consigner tous vos contacts commerciaux et de retracer par lasuite l’historique de votre relation avec chaque client. L’objectif final est bien sûr dedévelopper vos ventes. Mais comment utiliser ce fichier de la manière la plus efficacepossible ?Un fichier client ne sert à rien s’il n’est pas exploité. Il doit servir à réaliser des actionscommerciales concrètes et pour cela, il faut qu’il soit le plus complet possible. Toutdoit y être consigné, de la signature d’un contrat au plus petit détail (nom descontacts, caractéristiques physiques, date du dernier RDV…).
  13. 13. Constituer un fichier pour optimiser votre stratégie commerciale PRINCIPES DE BASE : CONNAITRE SES CLIENTS Rappelez-vous également que les données contenues dans le fichier client sont périssables. C’est pourquoi un entretien régulier est indispensable. Veillez à adopter une méthode de tri pour vos clients. L’une des plus employée est la méthode RFM (Récence, fréquence, montant). Ici, la récence représente la date du dernier achat ou contact client, la fréquence représente la fréquence des achats sur une période de référence donnée et le montant est la somme des achats cumulés sur cette même période. Cela vous permet d’identifier les clients les plus importants même si ce n’est qu’à titre indicatif. Plus tard, en vous appuyant sur une GRC à jour et ordonné, toutes sortes d’actions peuvent être envisagées, que ce soit le lancement d’une campagne demailing ou la mise en avant des principaux clients en qualité de témoin de l’efficacité des produits. Encore faut-il posséder des supports de communication adaptés aux actions menées.
  14. 14. Stratégie de conquète : outils
  15. 15. Stratégie de conquète : nouveaux outils 1er outil pour développer ses ventes : Les Réseaux sociaux. Les réseaux sociaux existent depuis des années (voire des siècles avec les différentes confréries et autres organisations par corps de métiers), mais avec l’explosion d’internet leur importance a fortement augmenté… Néanmoins avant de penser internet, il faut déjà utiliser les réseaux de la “vraie vie”. En effet ce n’est pas nécessaire d’aller très loin pour mettre en place un réseau social qui va soutenir vos ventes et générer des prospects. Il suffit d’utiliser ses contacts, les amis de ses amis, ses anciens collègues de son entreprise précédente, les personnes qui ont quitté l’entreprise… En effet très vite on se rend compte que “le monde est petit” est que dans une profession donnée on retrouve toujours les même têtes, et qu’il faut savoir garder de bonnes relations. Bien entendu pour que cela fonctionne il faut “aider” votre réseau à vendre vos produits à votre place. Cela se fait bien entendu en distribuant votre carte de visite, mais surtout en rappelant votre USP (Unique Selling Proposition) et en rappelant bien à qui elle s’adresse exactement. Il ne faut pas rester dans le vague, mais au contraire expliquer exactement ce que font vos produits et qui est susceptible de les acheter (donner des exemples…).01/05/2011
  16. 16. Stratégie de conquète : nouveaux outils 1er outil pour développer ses ventes : Les Réseaux sociaux. Ainsi dès qu’un de vos contacts entendra parler d’une personne qui a un problème qui correspondant exactement à votre description il ne manquera pas de vous rappeler. Etre précis et concret est essentiel, car l’expression “vendre à tout le monde c’est vendre à personne” est d’autant plus vrai dans le cadre des réseaux sociaux où vous n’avez généralement que quelques minutes ou secondes pour laisser une trace dans l’esprit d’un contact… Une autre astuce est de mettre en place un système générateur de leads et de contacts avec des prescripteurs : c’est par exemple organiser 1 fois par semaine un déjeuner “partage d’expériences” avec un acteur majeur dans un domaine proche du votre pour échanger des idées et bonnes pratiques. Le plus simple étant de repérer sur Viadeo, Facebook, Linkedin… ces personnes et de les inviter à un déjeuner totalement informel où vous les invitez à discuter sur leur sujet de prédilection. Grâce à ces déjeuners, vous pourrez d’une part toucher des prescripteurs importants en levant le frein du “il veut me vendre quelque chose” et d’autre part partager des bonnes pratiques qui pourront vous servir.01/05/2011
  17. 17. Stratégie de conquète : nouveaux outils Pour aller plus loin dans l’utilisation des réseaux sociaux, il faut utiliser la puissance d’internet pour démultiplier l’effet de son réseau. Un des moyens les plus efficaces est de créer un groupe (ou d’y participer très activement). Voici un exemple de ce qu’il faut faire pour recruter des prospects et des prescripteurs via les réseaux sociaux : 1 – Lister dans son entreprise quels sont ses spécialistes. 2 – Leur demander de créer un groupe sur votre thématique et de l’animer en apportant toute leur valeur ajoutée et tout leur savoir (articles, études…). 3 – Convier toutes ses relations Pro, amis… à rejoindre ce groupe. 4 – Inviter des profils “cibles” à rejoindre ce groupe (cela peut être également des clients). Plus le groupe sera important mieux c’est, car la foule attire la foule et cela fait vivre le groupe de discussion (et accessoirement plus vous avez de membres, plus haut vous êtes classé parmi les groupes !). 5 – Communiquer sur ce groupe pour en augmenter sa taille et son influence afin d’en faire la référence du secteur (et par la même occasion d’en faire une machine à générer des leads…). Bien entendu, pour que cela fonctionne il faut s’appuyer sur un réseau social important pour bénéficier de sa base installée de membre (en France c’est Viadeo, Facebook, Linkedin, Xing, 6nergies…), mais aussi intégrer les forums spécialisés (ex: Forum-marketing.com pour le marketing générique, Webrankinfo pour le référencement…).01/05/2011
  18. 18. Stratégie de conquète : nouveaux outils 2ième Outil pour développer ses ventes : La Mobilité au travers des PDA et Smartphones ! Le but de la mobilité dans la vente sera d’une part de réduire le cycle de ventes (ex: prise de commande chez le client avec transmission directe au système d’informations de l’entreprise, accès en temps réel aux informations et à l’agenda…) mais également de réduire le taux de déperdition de commandes (c’est-à-dire les commandes prises par les commerciaux lors d’une visite ou d’un appel, mais qui doivent ne sont au final pas renvoyées par le client car annulées faute de temps ou passées plus tard). La mobilité c’est également un très bon outil pour améliorer la productivité des commerciaux : que cela soit en rentrant en live le rapport de vente pendant la visite clients ou juste après, ou en permettant un échange des données en temps réel entre les commerciaux terrains et les télévendeurs (voire la secrétaire située au siège). Cela permet également un travail à distance (ex: travailler de chez soit dans devoir repasser au bureau) ou pour récupérer plus rapidement les informations dus siège (argumentaires, fiches techniques…).01/05/2011
  19. 19. Stratégie de conquète : nouveaux outils 3ème Outil pour développer ses ventes : Internet ! Internet est actuellement utilisé par la plupart des entreprises, mais souvent cet usage n’est que de “niveau 1″ (site plaquette, formulaire de demande de documentation, campagne d’achats de mots clés….). Or internet permet plus. Voici quelques unes des utilisations “niveau 2″ d’internet : - Utiliser les démonstrations via Internet pour éviter les déplacements physiques : même si c’est un outil particulièrement efficace dans l’informatique, les prestations de services… la Web Démo reste un outil efficace pour prendre un premier contact avec un prospect et pour faire un premier tri entre les prospects chauds et froids. De nombreuses solutions existent avec des paiements forfaitaires ou à la minute (www.webex.com, www.genesys.com, www.netviewer.com, www.inquiero.com…). Pour en savoir plus consultez notre article “Comment réussir ses présentation Orales”. - Mettre en place un pont entre son ses logiciels de gestion et son site Web : cela permet par exemple d’intégrer les demandes de documentation de prospects directement aux commerciaux de la région avec déjà une pré- qualification des besoins (grâce à un système d’aiguillage). Cela évite les ressaisies, la perte de temps de transmission d’informations et enfin le suivi des dossiers prospects.01/05/2011
  20. 20. Stratégie de conquète : nouveaux outils 3ème Outil pour développer ses ventes : Internet ! - Proposer un Service Clients en extranet avec la possibilité de faire un suivi de commande, des demandes SAV, consulter une FAQ… Cela permet d’une part de gagner en réactivité (le client peut accéder à ses informations 24h / 24) mais aussi d’automatiser des processus (c’est le client qui fait une partie du travail de saisie du service client et même ajouter des captures écran…). - Proposer un extranet à ses partenaires afin d’avoir un suivi de leur activité : par exemple un suivi des ventes de ses VRP, les remontées de leads de ses affiliés… - Mettre en place des Mashups : une mashup c’est intégrer dans son logiciel des mini applications externes (des API). Cela permet d’intégrer très rapidement et à un coût très faible des fonctionnalités externe soit dans son site internet, soit dans son logiciel de CRM. Un exemple type c’est l’intégration de Google Maps dans la plupart des applications de gestion commerciale ou de CRM, c’est aussi l’intégration de services comme Skype dans les fiches clients…01/05/2011
  21. 21. Stratégie de conquète : nouveaux outils 4ième Outil pour développer ses ventes : Les outils de communication (CTI / Chat). Pour gagner en réactivité, il est conseillé de coupler son logiciel avec tous les outils de communications, dont voici quelques exemples. - Le CTI (Couplage Téléphonie Informatique). Ce couplage permet d’une part de gérer les appels sortants : composition automatique de numéros (plus d’erreur de saisie, création de listes d’appels pour les campagnes de télé- prospection… Et d’autre part pour les appels entrants : remontée automatique de la fiche client (ce qui permet de ne plus avoir à demander de numéro client, d’orienter automatiquement les clients vers le commercial dédié, de gérer des files d’attentes et des messages d’attentes personnalisés (ex: proposer des promos à ses revendeurs, proposer un standard automatique avec aiguillage…)… - Les messages vocaux : relativement nouveau, le message vocal a actuellement énormément de succès pour les compagnes de prospection et de génération de leads. Le but est d’enregistrer un message en studio, puis d’appeler automatiquement son fichier prospects ou clients en leur proposant l’écoute de ce message (cet outil permet aussi de détecter les répondeurs et d’éventuellement laisser un message). Bien entendu le client peut ne pas écouter le message ou demander à ne plus être appelé. Ce type d’outil est01/05/2011 particulièrement efficace si votre marque est connue des appelés.
  22. 22. Stratégie de conquète : nouveaux outils 4ième Outil pour développer ses ventes : Les outils de communication (CTI / Chat). - Le call back (ou Rappel Automatique) : les boutons de rappels automatiques sont principalement utilisés pour augmenter le taux d’appel lors de la visite d’un site internet. Cela se matérialise via un bouton qui est cliqué par l’internaute, il lui suffit ensuite de remplir les son nom et son numéro de téléphone et il est automatiquement rappelé dans les 10 secondes par un conseiller commercial. - Le Live Chat : ce bouton permet aux internautes de dialoguer en direct avec un commercial ou un technicien. C’est encore une fois un outil qui permet d’inciter le prospect à prendre contact avec l’entreprise afin de conclure une vente. Bien qu’il soit encore très orienté “ados”, c’est un outil qui est appelé à se développer dans les mois à venir (le commercial peut avoir plusieurs conversations à la fois, cela permet de donner des informations plus riches (liens, documents, PDF…).01/05/2011
  23. 23. Mesurerl’efficacité de ladémarchecommerciale
  24. 24. Mesurer l’efficacité de la démarche commerciale En regroupant des données des ventes et de la dynamique de votre portefeuilles clients vous pourrez découvrir des informations intéressantes pour mieux piloter votre développement.• Par exemple, vous apprendrez, peut-être : Que pour obtenir 1 nouvelle vente, vous devez toucher 100 contacts. Cela indique concrètement un niveau d’intensité commerciale à mettre en place pour réaliser toute vente supplémentaire.• Que seuls 20% de vos devis sont convertis en vente par votre entreprise : demandez-vous pourquoi et essayer d’augmenter ce taux.• Que chaque mois, vous perdez 10 clients, et que cela présente un panier moyen de X euros. Par conséquent, vous devez toucher au moins 1000 nouvelles personnes, chaque mois, pour équilibrer votre situation et votre chiffre d’affaires.• Que pour augmenter votre chiffre d’affaires de 10% vous devez augmenter vos efforts commerciaux soit via le nombre de contacts initialement touchés lors d’une opération co pour répercuter l’impact sur les nombre de ventes, soit en optimisant la conversion de vos devis en vente, en suivant et relançant vos contacts.• Que l’érosion de votre portefeuille est rapide et que vos ventes se font essentiellement sur vos nouveaux contacts. Vous saurez ainsi qu’il vous faut investir intensivement en prospection pour capter et transformer de nouveaux contacts en clients… Ou bien, qu’il faut mettre vos efforts sur la fidélisation de vos clients pour mieux conserver vos clients déjà conquis.01/05/2011
  25. 25. Mesurer l’efficacité de la démarche commercialePour évaluer la dynamique commerciale de votre entreprise, il fautaussi mesurer l’activité de votre portefeuille clients et prospects : Nombre de nouvelles personnes ou sociétés contactées (ou touchées) chaque mois ou semaine selon votre activité. Nombre de nouveaux contacts captés (c’est-à-dire des personnes ou sociétés avec lesquelles vous avez eu un échange privilégié, transmis une demande d’informations ou identifié un besoin auquel vous allez répondre) Nombre de rendez-vous pris. Nombre de devis réalisés pour les nouveaux contacts captés, et sur anciens clients par période. Evaluez la part que représente chaque catégorie. Nombre nouveaux clients acquis : c’est-à-dire le nombre de nouvelles personnes ou sociétés ayant acheté Nombre de clients perdus sur chaque période et le panier moyen qu’ils représentaient Taux d’acquisition clients : (nouveaux acheteurs / nouveaux contacts captés sur la période) x100 ou bien (nouveaux acheteurs / nouvelles personnes ou sociétés touchées sur la période) x 100. Taux de transformation de devis en vente : nombre de commandes émises/ nombre de devis réalisés. Vous pouvez aussi évaluer ce critère uniquement pour les nouveaux contacts.01/05/2011
  26. 26. Mesurer l’efficacité de la démarche commerciale Des indicateurs de suivi commercial de base Les premières données clés à suivre sont :Le volume de vente : nombre de ventes par mois, par semaine ou par jour selonvotre activitéLes ventes en valeur : chiffres d’affaires réalisé sur les mêmes périodesLe taux d’évolution par mois et par trimestre des volumes et valeurs des ventes.Une évolution se calcule de la manière suivante : ((valeur du mois en cours - valeurdu mois précédent)/valeur du mois précédent) x 100.Le nombre d’acheteurs uniquesLe panier moyen : chiffres d’affaires réalisés / Nombre d’acheteurs uniques. Vouspouvez le calculer sur différentes périodes, pour le comparer et voir son évolution.Si vous avez plusieurs profils de clients qui achètent des produits distincts, séparezles informations par segments de clientèle afin de mieux apprécier l’informationdélivrée.01/05/2011
  27. 27. Mesurer l’efficacité de la démarche commerciale Un autre aspect à suivre est lié à la performance de chaque action commerciale que vous menez pour accompagner votre développement. Cette analyse vous permettra d’identifier les actions les plus performantes en terme de retombées commerciales. Les principales informations à comparer sur chacune des actions (emailing, phoning, foires ou salons, etc.) sont :• Les ventes générées en volume et en valeur.• Le taux de retour : nombre de demandes d’information ou devis, par exemple, sur le nombre total de contacts touchés.• Le taux de ventes : nombre de commandes passées (ou nombre de produits vendus) sur le nombre total de contacts touchés ou sur le nombre de contacts captés (c’est-à-dire avec prise de contacts, demande d’information ou devis)• Le coût d’acquisition clients : c’est la valeur que représente la conquête d’un nouveau contact, soit le chiffre d’affaires générés par l’action sur le coût global engagé par l’action.01/05/2011
  28. 28. Guillaume BIARE Erick NION 06 19 66 67 12 06 84 20 35 62 g.biare@expertys-team.fr e.nion@expertys-team.fr Jean-Michel PIRLET Richard HERBER 06 71 10 10 75 06 10 82 23 77jm.pirlet@expertys-team.fr r.herber@expertys-team.fr Sophie PERRON Didier LEQUEUX 06 14 11 71 57 06 73 41 89 56 s.perron@expertys-team.fr d.lequeux@expertys-team.fr Tél : 03 23 05 42 39 www.expertys-team.fr contact@expertys-team.fr SAINT QUENTIN - AMIENS - LILLE METROPOLE - STRASBOURG
  29. 29. Quel commercial pour mon entreprise ?
  30. 30. LE RECRUTEMENT : 1er fondement Les bons candidats sont rares, il faut donc les détecter, les séduire et les embaucher rapidement. Nous parlons donc d’un processus inversé ou l’entreprise va devoir se vendre et entreprendre une véritable démarche « contre la montre » pour ne pas se faire « voler » son candidat.
  31. 31. LE RECRUTEMENT : 2ème fondement On ne recrute plus sur les compétences (qui peuvent s’acquérir) mais sur le comportement et les valeurs de la personne en face de nous. Nous parlons donc d’un processus de recrutement ou on va s’attacher à comprendre l’homme avant le candidat.
  32. 32. LE RECRUTEMENT : 3ème fondement Il n’y a pas de mauvais candidat. Il y a juste mauvaise adéquation du candidat avec le poste dans notre entreprise avec les collègues et responsables en place. Nous allons donc nous intéresser à l’entreprise, au manager, aux collègues, clients, fournisseurs, etc…) et vérifier les complémentarités ou les incompatibilités
  33. 33. LE RECRUTEMENT : 4ème fondement Il faut laisser peu de place au subjectif et à l’affectif pour laisser la même chance et les évaluer dans le même environnement (même approche, même temps de parole, mêmes questions). Tout est basé sur une démarche analytique et des critères objectifs mais la place de l’humain demeure prépondérante dans le choix final (atomes crochus).
  34. 34. LE RECRUTEMENT : 5ème fondement Il faut mieux ne pas recruter si on est pas sûr d’un candidat mais une fois décidé, on prévoit du temps et on investit sur son intégration. Nous préconisons la mise en place d’un véritable programme d’intégration destiné aussi bien à former, valider et intégrer le nouveau candidat.
  35. 35. LE RECRUTEMENT : 6ème fondement Définir un profil de poste en matière de comportement et de valeurs le plus précis possible. Nous allons recruter de manière rationnelle non pas en excluant systématiquement les candidats + ou - éloignés du poste mais en définissant les risques liés à leur recrutement.
  36. 36. Le Nouveau Modèle du recrutement AVANT MAINTENANT Créer une relation de 40% 10% confiance Rechercher 30% 20% les attentes « Vendre » le 20% 30% poste 10% 40% Signer le contrat L’ancien modèle
  37. 37. LES PRINCIPESTrop fréquemment, les recrutements sontmenés de façon uniquement intuitive, sansréelle analyse ni de la fonction à pourvoir,ni du profil souhaité pour le poste. La cléd’entrée, c’est trop souvent l’expérience(savoir-faire supposé) ou le savoir(formations) au détriment du Savoir-être.Sans méthode et analyse du savoir-être,cet acte de recrutement se conclut souventpar des échecs.
  38. 38. Pour le postulantIl s’agit de s’impliquer dans un travail dontvont dépendre ses conditions de vie. Laqualité et la véracité des informations qui luisont fournies, seront déterminantes pour sonchoix et son implication future. Pour l’entrepriseIl s’agit de donner à un « inconnu », desfonctions (donc des responsabilités) qui vontavoir un impact (+ ou – fort selon le poste)sur la qualité du travail, la qualité desrelations, l’image et les résultats de l’équipeet de l’entreprise.
  39. 39. Les différents types de besoins  Besoins personnels  Besoins professionnels  Besoins exprimés  Besoins cachés
  40. 40. Schéma de la personne COMMENT ?QUOI ? COMPORTEMENT COMPETENCES INTELLIGENCES EXPERIENCES CROYANCES VALEURS FORMATION EDUCATION POURQUOI ?
  41. 41. Schéma de la personne COMMENT ?QUOI ? COMPORTEMENT COMPETENCES INTELLIGENCES EXPERIENCES CROYANCES VALEURS FORMATION EDUCATION POURQUOI ?
  42. 42. Success Insights
  43. 43. Success Insights Précis Fonceur Réservé Énergique Formel Rapide Analytique Direct Prudent Indépendant Réfléchi Exigeant Attentionné Expansif Calme Enthousiaste Coopérant Communicatif Patient Démonstratif Modeste Sociable Fiable Tonique
  44. 44. Organisateur Solutions basées sur les faits. Évaluateur Gestion de temps efficace. Conducteur Analyse faits et données. Méthodologie efficace. Orienté-résultats. Exactitude. Étude et solution de problèmes. Prise de décision ferme-rapide.Sécurité et prudence. Espace Décisions logiques. Pensée créative Exerce ses responsabilités. de travail ordonné. et originale. Expéditif. Relève les défis. Suit les procédures. Audacieux-volontaire. Standards de haute qualité. Motivateur Coordinateur Compétition avec les Diplomatie et autres. Essaie de coopération. nouvelles idées. Analyse faits et Résultats pardonnées. Respecte la l’entremise de marche à suivre. quelqu’un. Travail de routine. Communicateur Adhère aux persuasif. Enthousiaste. standards. Agent de changement.Orientation de tâche. Supporteur Promoteur Pensée logique. Contact humain. Routine systématique. Solutions aux problèmes. Capable de clore. Optimiste. Rythme détendu. Exprime pensées et idées. Participation en équipe. Facilitateur Activités variées. Sécurisant. Travail d’équipe. Soutien et Mobile. assistance. Rend service. Environnement de travail harmonieux. Sécurisant. Assistance aux clients.
  45. 45. Commercial Coordinateur de projets Commercial Commercial spécialiste vente Technicien Produits en R1 type particuliersCommercial à l’aise Commercial à l’aisedans l’entretien de en prospection clientèleCommercial conseil Commercial VenteVente de solutions Pdts de rêve-captifs Fidélisateur Commercial Relation Fidélisateur
  46. 46. Motivations COMMENT ? COMPORTEMENTQUOI ? COMPETENCES INTELLIGENCES EXPERIENCES CROYANCES VALEURS FORMATION EDUCATION POURQUOI ? ATTITUDES 46
  47. 47. Points clés des motivationsLes motivations ce sont: Une manière d’évaluer la vie Un guide des moteurs & de nos raisons d’agir Déterminantes des actions et des directions Relativement constantes S’expriment par le style de comportement Interaction entre elles Les raisons de nos démotivations 47
  48. 48. E. Spranger : les 6 attitudes selon votre vision de la vieLa vérité, la connaissance L’attitude cognitiveL’harmonie, l’équilibre L’attitude esthétiqueUn système de principes L’attitude traditionalisteLe contrôle, le pouvoir L’attitude individualisteLa fin de la souffrance L’attitude socialeLe retour sur investissement L’attitude utilitariste
  49. 49. Quelles sont les motivations de base ? Cognitif Esthétique Matérialiste EGO Individualiste Tradition Altruiste Traditionaliste 49
  50. 50. Les 6 motivations Attitudes descriptif Utilisation de mon besoin cognitif pour apprende,Cognitive découvrir et systématiser la verité. Chaque investissement doit me rapporter un retour surMatérialiste investissement J’apprécie et recherche l’harmonie, la cohérence et laEsthétique beauté des choses qui m’entourent. J’investis toutes mes ressources pour aider les autres àAltruiste réaliser leur potentiel dans leur vie. Je veux atteindre une position sociale élévée, etIndividualiste acquérir du pouvoir. De toutes les approches de la vie, je veux interpréter,Traditionaliste comprendre et penser un système de vie. 50
  51. 51. Les motivations Commercial avec un Commercial fort engagement et curieux et fort en défendant des découverte client valeurs Commercial Commercial R.S.I. à l’aise aimant rendre dans laservice et aidant négociation Commercial vendant Commercial à l’aise sa relation et des dans rapport de pdts de rêve force. Autonome.
  52. 52. Guillaume BIARE Erick NION 06 19 66 67 12 06 84 20 35 62 g.biare@expertys-team.fr e.nion@expertys-team.fr Jean-Michel PIRLET Richard HERBER 06 71 10 10 75 06 10 82 23 77jm.pirlet@expertys-team.fr r.herber@expertys-team.fr Sophie PERRON Didier LEQUEUX 06 14 11 71 57 06 73 41 89 56 s.perron@expertys-team.fr d.lequeux@expertys-team.fr Tél : 03 23 05 42 39 www.expertys-team.fr contact@expertys-team.fr SAINT QUENTIN - AMIENS - LILLE METROPOLE - STRASBOURG

×