ALLIANCE DES MAISONS D'ÉDUCATION CHRÉTIENNE

PLUTÀROUK

VIE DE CICÉRON

Ud'/of
LIBRAIUI

Otiaua

39003001336121

RUE CASSE...
«

'

0)

c

et

d

<!

"fi

tt>£

fi
S
o et

(A

«

+3

u

a

*
cfi

* S
Ǥ

et

S
tf

°
o

«

r.

& s

3
ce

ce

tf

«

...
ALLIANCE DES MAISONS D'ÉDUCATION CHRÉTIENNE

PLUTÀRQUE

VIE DE CICÉRON
ET

PAB LLÈLE DE DÉMOSTHÈNE ET DE CICÉRON
TEXTE GRE...
'

A

;.-/.

ffi

ce
I?

^
INTRODUCTION

Plutarque

Un Béotien d'intelligence ouverte plutôt que profonde,
d'imagination aimable, de mœurs pures, ent...
I

•

tra

r.

'

>ur«!

Il

M

tlgr»

la
la

•

M.
I.

pP

Il

nstranl

I

lui

app*

mai*

nt nui.

ion



D

II

La Vie...
INTRODUCTION.

5

ron appartient à l'histoire politique comme à l'histoire litil n'est permis d'ignorer ni son civisme, ni...
I

la

i

p

ment,

;

M et

il**

du personn;
elle

à plus

avait
•

latarqoe parla
le l'ilh;
ici
•

Plut

non-

>ien
•

...
INTRODUCTION.

7

le fait vivre, parce que, comme Ta dit J.-J. Rousseau,
Plutarque excelle par les mêmes détails dans lesq...
m;i

i

III.

iii'iir,i -

rr ,fi.

i

'

17

IV.

<n

i

N

Il

—

DES

i

_

(

Y

vr

-

VI

-

n it.- est

1 1 j

•

V...
TABLE DES CHAPITRES.

9
Pages.

— Lentulus, chef des conjurés restés

Chap. XVII.

—

à

Home.
44

Ses espérances

— Preuv...
10

i

i

i

i

I

|iihI
i

Mil

i

I

Cbap i.iy
-

l.

I.

Cbap. XI. 

I

—

Il

XLY1II.
CBAP. l.!

 .*ii

-

**

I

|o|
...
—

nAOYTAPXOÏ

KIKEPQN
CHAPITRE
La

famille de Cicéron.

Kixsptovo; §s

x&t ysyovsva'.

ttjv

'

xaXtoç
2

piv

viv

xvacp...
I



1 1

I

I

:

,

I

1

-

.

Kv1
.

i

1.

1

1

i

'



i

Ttv

1

MHT

:

oqoe

que
classique

au aena de «m

imjet...
CHAPITRE

xvaÔmx

tcoio'j[/.svo;

ovo^ârcov
OCVTl

Ta

tx fj^èv TrpwTa ô'Jo tcov
Mapxov jcat tov Tou)Oaov,

àpyupoOv,
t£

...
14

K'.-

II

I

/.y

|

1

!

i

I

-

II

i

'lat

1.

-•

I

<OQ

—

i

t

,-<•>



re

a
aous-

S

rattaché à

nbut,
r...
CHAPITRE

So£a

pMcvi

vuv ota|/iv€i,

[J<éy?i

15

III.

y.aiTrsp où

(MJtpaç rapt

touç Aoyouç; yeyevyj{/.évy]ç %aivoTO[...
ir.

-

i

t

i

i-i
1

-

i.

i

M
VII

fit

Ml

j.r

inscrire

ton nom api
de prœcn

-s liâtes

semé:
'•

EU

que se* bi...
CHAPITRE
1

[X.SV7JV

ô'vtwç

'EXXaSa,

àtacrceipaç

ai»TÔ

<7W{/.aTQç
t/)v

cTTO^dcy ou

0£pa7retaç

Seot/ivou.

irpocçep...
-

:
I

>

-

Je

1

I

-

.

1

Platoi

pies;
tr

au sujet non

•mIsjmi

-

rerbe» ctfu oo
tous ceux qui

j-.-u:

.

* na...
CHAPITRE

vov

(

toÙ;

'OÔev

'AcrtxvaW

Mo^wvoç
tov

'Atcoaàcjmov

Xejctov,
Tf/Ty.f

osyjSYivai

tov

S

out'

?çxu<JX|i...
.

B

I



«

1

I

I

I

BAPITRE



•

Il

révisât à

Ro«m.

la eeast;

K-<

et

I

I

I

I

.

I

oxvr
-

T

y

.

I

"
...
CHAPITRE V.
touto

TÔV
iv

AtTWTUOV

S'

tôv

6sy.Tpw

Àeu6|/.evov

s'£a>

tgj

TCO

r

T7]v

H

os

TO

vardéçau

àcpvco
...
.

i

II

>ri

nn:i
an

Clcila.

r

-

'

'
I

<i

I

v

i

K
-

l

.

R
I

-

"

.

K
"

1.1'.—

habi-

•

'



>

.v.;«-...
CHAPITRE
X£0(i)V,

TOUTOV

VOOVOV

TGV

£^aOuu.^cry.t TravTàiuocciv,

àyavèç

T7,V 7c6ÀtV

^l^OUÇ,

èa'JTtp

U.OV
2

COÇ

...
.

•

/

»
I

ri

:

1

-

I

.

I

penonne

'.a
i

1

du

tnuv«cr

'

I

vt'Jt:

noms

<

t

:er les

et

cher:

pour

-o...
,

CHAPITRE
TûOAAOtVç
(^TiAov

ypovoç

xipwv

[/.Y]

àva&piva;

xal

ttî;

2:i

àva<r:àç

xpwriç,

v^

~

cpepetv

Ki-

6
...
r

•.

>

.

<

K

.

«

MAPITRB Mil

.

franc».

ou de

-ateur

pen élerée que celle

on
lonpemsNC
•

en
•

dont

pari-

...
CHAPITRE

Tr ç

àiro

<pepovT8Ç

à)vV otov

%spôoç,

liroiVjffaTO

8ï

izoX'kk

vvfcou,

t

Zi

VIII.

*

tîkov,

xyopàv

...
I

I

I

1

/.

I

I

I

BAP1TRE

l

Ltciniu» Macer.

i

—

Plaisanterie

"

1:



y.

;

m

y.

- -

M

4

.

-77/

/

1
...
CHAPITRE

ôç

ocOOcç

vevix7)x<i>ç,

Rpa(7<70U

TT,V

7USpl

àyopàv

sïç

tw Ktxépam o^av

Taïç

sx^w/.s

aTpe^aç xal xxTa...
b

im

vu:

:

lûrv

J;

-

.

Tci*; t

o"

I

.

,

I

.

.

!

I

-

I

CHAPITRE
Causes de

I

la



conjuration de Cstû...
CIIAPITRE X.
àoyvj
Ù7TO

ypovoi»

È'yeiv

ou

OÙ

£tb>V,

^sTaOe^vaL

8ï

SV

IlovTw

lv

U.Y108[/.taÇ

'P(0|X,7)

TYJ

àç...
<

BAPITBE
«ni,

I

I

malgré

l

loi effort*

I

/.y.
!

•z

lea

forme

«le

j

I

j

i

/

i

«

>



1

m

dant %

foû...
33

CÏ1APITRE XII.

xal

Se

tio'vtcov

Taïo; 'Avtwvioç
KixÉpcov

6

7)p£'0*/i(7a.v.

tiwtMCOu

1?

7)V

[ao'voç

RcaTot t...
I

-

I

.


1

I

.

7

"
I

-

7



.

.

.

'pérant q

qui

.

sembi

h

page
ivec les

.

gouTernee des
iche* province...
CHAPITRE
ocAÀa
où

ïizzafyzi

(3ouAy]V

tt)v

piovov

aXkiùv à7royvwva.'. tquç

x.sXsuaa;

tov

£C,££a.À£

£x,£Îvov

CoDtO...
I

«

Sta

I

I

•

CHAPITRE

i

menace d'écU

MNM encore une

T

Il

]

fois.

.7
-

-

cbez les
ptup,

proposée
re les q...
CHAPITRE XIV

RaTiAivxv

*

xxl

S'JaXx

01

gJyipéOi^ov

^CXTC£Cpl>/tOT£Ç

txlç Tuppr,vtxat;

(Aa.yi{JLtL)Ta.TOi

7r6A£(7...
I

I

K

Mvj:"o

1

La conjuration

w

BAPITOE

i

énat remet plein pou roi r

est dé

an conanl.

OÙ %

j
:

'

A'Jtlv

1...
CHAPITRE XV.

TaXoy t(o{/ivcov

?

r (JL£pa.;

Oegiv

2

uiaaç vuxraç

tttpi

TWTaTOt
x.oç MàpxeA'Xoç
xai

<^S

yvoùç

T(i...
m
i

.

i

I

BAHTRE Wl

oénm.

— La
de ilome

it

I

K

y T 1

rou

tomç

,

K

VI

;ra

y-

-

±-

>

mu,

V air, plane....
CHAPITRE XVI.
MàÀA'.OV

TOV

TCOOÇ

RÉOviyov

xal

Ôusaç

wç

ecoBev

"Xaêovraç

V^fAÉpX,

Ôav viyavaxTOuv xal xaTsêdwv

f...
K

(M
tulm

cb'-f

âm

vii

lMii;l-

conjuré* resté* à

— Ses espérances.

Rom*.

I

K

J

j

.1



;

XVOX1

$£
-

-

/. ...
CHAPITRE
atTtaç.

TOtauTYjç
4

(jLteuwv

auyvà

,

Stsçôsipev.

xat

Aoyov

'Ev Totç xaTz 2uAAav ypovoiç Tatôv ô7)[/.oauov...
-

.

14

BAP1TRE wiii

i

i

i

i

;

II

sem-

di

-ujet.

ais le ser.

En

oppose.

réalité, l'infini"

>tyle indirect
...
CHAPITRE
viaotûv
toov

*

Se
8l

Sicpv)

,

<7TU7T7U£ÏOV /.al
aTu-izéiov zal

/.al

gtov

o'ieKAYi'pwaav,

éîcxTTcp

id>'
...
-

UAPITBB l

I

Lecture

d- n

ItttfN saisies.

— Anesta
<!•:

Ce»



•

/.y.

/

1

.

T.'j't'ti

.

vi'/jr/.T.,;



x-....
Al

CHAPITRE XIX.
TTiyûv
tyî

xal,

2

7cp£7couffav

OOtoç

.

7raG£^oO*/iGav etç a^ea(AOv
â'

HSv]

vovtoç àÔpowç,
toiç

...
V II

I

w

CHAPITBB
ron à la léTérit*.

sénat

l

i

I

— Le

.
i
I

I

Or »aVj
I

/.

rf

-

|

K

•.

'

;

I

prrdund'...
49

CHAPITRE XX.



KlttSptoV

6

(p*/i<JLV

^£TaAa(J.êaV0U<7a

7C0>,tTHCÛV

TOJV

1

SX£lVCp)

Toiv

jcal

Ta

aTUo

[/.s...
.

I

i

o
i

K

I

<

Wl

HAPITRE
•lu

lél

'DfUmiuUon de* oonjwA».

I

~
I

I

(

K3 t /

:

.

'

.

•

tfopimer.

*.'
...
CHAPITRE XXI.

51

Aùto^ yàp àvaGTotç éve^eipYiaev
sic é*a-irpoTepa, toc oè Tvj yv(6[xv] RafcaTa j7.£v ty,
'

t>,txpàv.

T...
vie di

>

>f

BAPfTRB Wll

I

—

ré*

cwpWl

Kcbec

d

.

'

I

,

m

I

1

a

rr,(

-

-

/.v.

Q

T7

-

ÉOtoX

10

:

...
CHAPITRE XXII.

53

sÇaoTCayTiVat, cpOey^àfAsvo; ptiya xpoç aÙTOuç, « "EÇr,TO.V

»

'

£l7T5V.

6ï

OuTfc)

'Ptojy.aitoV

...
I

I

I

:

K7-



.

:

I



CHAPITRE Wili
Les ennemis

n essaient de soulrrer l'opinion contre
Il

de

'

la patrie ».

...
.

CHAPITRE XXIII.
6svts;

pzQpa,

yXk'

èx&suov,

à7uo[y.oc7avTa

wç

rcapieffav

K&csivoç

Jtai,

y£vop.£V/)ç

TTûOTiXôt...
M»

!

I

I

BAPITRB

WlV
pM U

iclot

d roi une

«lu

-

1
I

i

nxl



)•;.<,:

/-r//

1

Mj



,-

t

;

(

v.

|

y/.;...
-

CHAPITRE XXIV.
'ApiffTOT&ou;

ort ^pu<7toi> 7TOTa[/.ôç

,

^pyjdÔai

7w£(puît£V

outw

,

iïioLkzyoyÂvou
2

<ppa<7TOV g...
«



-

K

:es*l

11

J:

I

K

!

I

I

.1

:

.

-.

Il

i

I

CHAPITRE 
Bons mots de

I

-:',

j-.i

y.

-

l.
l

.

Ce...
CHAPITRE XXV.
à7UO<puycov

ty]V

£/»£Îvoç

Stîtïiv

Saétvov, otjTw ^ÉysTat
oWt'

gtiTÊÎv:

£V

Cpom

<jga»JTo'v

Rpséccov
...
Jl7

Ut



<

M

IIMMIIII.

W

I

1

K

i

1
I

i
I

I

:

I

I

i

1

:

i.

: I

7

Qpoa

Ji

b6q

-

le

de

for.

.

J...
'

CHAPITRE XXVI.
OTt

rjOLQÙÇ

y copav

Katcapt,

Ss

'Eicel

>caTav£jj//)0^va'.

l^ixryepaivov
Tt

ojxou

~

gv

wv,

«
...
1



.1

1

!

•

M

N
I

1

II-

 iwrrc



S

<~

1

i

ttrfh
/.y.

l

)

'.'

/.

-

M

K

'

•

I

'/,7

-r.'rOflti

qu...
I

CHAPITRE XXVII.

63

CHAPITRE XXVI
Bons mots de Cicéron

TÔ
&'

st'j^e

olç

<7uvY)y6

juiroç

My.px.ov

àaç, "ASpaaTOv...
ï,

I

I

.

i

:r,v

:

IIU'IIHL WIII

<

(

—

ron.

•

riixlia* pénctn- rhe*

Dé

I

Cotr
II

à l'occaatoo de*

eai acc...
CHAPITRE XXIX.
ATfcscOai

7îl(e

Qç

yuvaiy-cov.

TCOV

7j7TOp6l

cWSùç

TûpOÇ

IIo|i/7r/)iaV

stores vuktoç

c^'

xal

oi...
a

*

'

lu

>
i

I

II.

l

r/i

.

.

i

.

I

l

I

rit <
i

t
;

£xON

.

-

.

XkrfytsC

comme
•

d<

étaient des tab...
CHAPITRE XXX.
<poëou«/.evoi

KlX£p<OV
otî
(C

&£

[/.apTupcov

'AàV

TOU

,

oùx

SU.OI |/iv

outaaràiv

S'

|jl£vtoi

yuv...
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Πλούταρχου  Κικέρων – http://www.projethomere.com
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Πλούταρχου Κικέρων – http://www.projethomere.com

765 vues

Publié le

Το βίβλο αυτό είναι στα γαλλικά με τίτλο “Vie de Ciceron” όμως τα κείμενα είναι στα αρχαία ελληνικά

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
765
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
10
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Πλούταρχου Κικέρων – http://www.projethomere.com

  1. 1. ALLIANCE DES MAISONS D'ÉDUCATION CHRÉTIENNE PLUTÀROUK VIE DE CICÉRON Ud'/of LIBRAIUI Otiaua 39003001336121 RUE CASSETTE, 1902 15
  2. 2. « ' 0) c et d <! "fi tt>£ fi S o et (A « +3 u a * cfi * S «§ et S tf ° o « r. & s 3 ce ce tf « w S s (1) •<~i ., co +» fa fa <tf w S 3 * & ce «) t, ce o} ~ en .S o g S £ a 5 ' • t M Ct " i— et £j o o ^ h > ? et 2 o ~" o S ce ** ~ &0 ci M a • .2 ce a d -CD ce ~ o a d CD d » S -H •^ i « oo g H et o 5 ta fi O S CD ce a CD ce k o a w fi ."S et ^ ^H — a " ce fa IN, a fa S S o ! fi S ce ce CD ^ ce CD ri et 1 g +j <o * rt § 2 S CD «m -+j CD ® •-( ce -et fi ^ » a ce o +3 et -et t. -g •iH > +3 c o o ce fa cd ce cd d •ih 'CD ce - fi CD CD ,Q c o t. CD ~h ^ >S © '« ce ^ &* > en •H a .p-l -M fa -CD •« r. fi o ce <y -d X! fi ce fa ^gSÏÏ d et o ce CD tf +3 a &£ Co Ct ce fa o ~ d 3 d CD O fi : fi' CD fi S « a * H CD CD &* et CD o S ? **> s 9. & « a et -fi fi cd CD fa CD > S et CD et 1 fa CD G Ci -CD £ t a o * CD Zl * a CC cd <u ce CD co H ce et fa et 23 Q et 2 * 1 o o o d S o o ce eu a 00 o w a fa i— 0) 2 fi et 'CD a fa w * o a î> •1-1 CD > >cd fa et o Cfi A go<U a o - ce O ce cd £ '3 i +j fi fi c~ cd fi o a S LIBRAIRIE GH. P0USSIELGUE RUE CASSETTE, 15 BIBUOTHECA o ce
  3. 3. ALLIANCE DES MAISONS D'ÉDUCATION CHRÉTIENNE PLUTÀRQUE VIE DE CICÉRON ET PAB LLÈLE DE DÉMOSTHÈNE ET DE CICÉRON TEXTE GREC AVEC INTRODUCTION ET NOTES- Par l'abbé H. PETITMANGIN LICENCIÉ ES LETTRES PARIS LIBRAIRIE GH. POUSSIELGUE RUE CASSETTE, 15 BIBLIOTHECA P*teviensvs
  4. 4. ' A ;.-/. ffi ce I? ^
  5. 5. INTRODUCTION Plutarque Un Béotien d'intelligence ouverte plutôt que profonde, d'imagination aimable, de mœurs pures, enthousiaste des lettres et prédicateur des plus humbles vertus domestiques, bon père de famille, administrateur intègre et dévoué, tel fut Plutarque. Le peu que nous savons de certain sur lui est répandu çà et là dans ses œuvres et nous suffit à le connaître, car il fut, pendant la plus grande partie de sa vie, un de ces hommes heureux qui n'ont pas d'histoire. Né entre 4G et 48 après J.-C, à Chéronée, en Béotie, dans une famille aisée et vertueuse, où d"aimables causeries lui inspirèrent de bonne heure le culte des lettres et l'admiration des grands hommes, il ne la quitta que pour compléter ses études à Athènes auprès du philosophe Ammonios. Un séjour de peu de mois lui fit connaître Alexandrie. Les quelques voyages qui l'amenèrent à Rome paraissent avoir eu surtout pour cause la défense des intérêts de sa patrie, mais ils n'en eurent pas moins sur sa destinée littéraire une influence décisive. Il se lia d'amitié dans cette ville avec les citoyens les plus distingués bientôt même ses qualités aimables, son savoir et le succès des conférences qu'il donnait en grec attirèrent sur lui d'abord l'attention, puis les bienfaits des empereurs. Il est faux toutefois qu'il ait été précepteur de Trajan comme on l'a cru au moyen-àge sur la foi d'une lettre apocryphe De institutione principis ad Trajanum. Ce séjour à Rome ne suffit point à lui donner une connaissance approfondie du latin. Il n'apprit jamais cette langue de manière à pouvoir s'en servir couramment, ce qu'un ambitieux n'eût pas manqué de faire. Mais les fa; :
  6. 6. I • tra r. ' >ur«! Il M tlgr» la la • M. I. pP Il nstranl I lui app* mai* nt nui. ion D II La Vie de Cicéron • pulii l'une des il - - . ;>lus podoit i;ile '.roQ lui-i. g -Tand orateur. (
  7. 7. INTRODUCTION. 5 ron appartient à l'histoire politique comme à l'histoire litil n'est permis d'ignorer ni son civisme, ni son éloquence. 11 ne faut pourtant pas espérer pouvoir se former d'après la Vie écrite par Plutarque une idée complète ou même tout à fait juste de cette double gloire. L'orateur est à peine apprécié. On a pu trouver qu'en s'abstenant de juger l'éloquence de son héros et d'étnblir un parallèle détaillé entre Démosthène et lui à l'égard du talent oratoire, Plutarque faisait preuve de bon goût et d'une discrétion convenable à un étranger. Il ne faut pas oublier toutefois que des écrivains romains, Cicéron lui-même, par exemple, et Quintilien, pour ne citer que les plus connus, ont souvent apprécié les mérites littéraires des Grecs, les ont même comparés à ceux de leurs compatriotes, et cela avec assez d'indépendance, de clairvoyance et de justesse pour que nous jugions à propos maintenant encore de nous en tenir en général à leurs conclusions. Un fait incontestable c'est que les Grecs de l'époque grécoromaine ont trop dédaigné la littérature latine. Que ce soit par point d'honneur national ou indifférence, ou parce que la littérature grecque, plus originale et plus riche, leur suffisait, peu importe, ils n'en ont pas moins laissé aux Romains l'honneur de créer la véritable critique littéraire, j'entends celle qui prend pour base la critique historique, celle qu'on trouve déjà dans le Bnitus de Cicéron ou le Dialogusde Oratoribua de Tacite, laquelle ne pouvait prendre son essor que chez un peuple en état de connaître, d'apprécier et de comparer au moins deux littératures. Plutarque en particulier, qui n'apprit le latin qu'assez tard et de telle manière que dans ses lectures « les faits déjà connus lui apprenaient plutôt les mots que les mots ne lui apprenaient les faits », ne l'a jamais assez su pour éviter certaines bévues qu'ont signalées ceux qui ont étudié de près les sources des Vies. On ne sait s'il a raison de se moquer du rhéteur grec Cécilius qui essaya de comparer l'éloquence de Démosthène à celle de Cicéron, mais on est porté à croire qu'il fit preuve de prudence en s'en abstenant lui-même. Si l'on ne trouve pas dans la Vie de Cicéron ce qu'on téraire et — —
  8. 8. I la i p ment, ; M et il** du personn; elle à plus avait • latarqoe parla le l'ilh; ici • Plut non- >ien • mi o«uj' e . quel«i' son sujet, - ur ss le il i la biis la pOOT i En de ui l'un des | fait vi-
  9. 9. INTRODUCTION. 7 le fait vivre, parce que, comme Ta dit J.-J. Rousseau, Plutarque excelle par les mêmes détails dans lesquels nous n'osons plus entrer. Il a une grâce inimitable à peindre les grands hommes dans les petites choses et il est si heureux dans le choix de ses traits, que souvent un mot, un sourire, un geste, lui suffit pour caractériser son héros. » Et Rousseau ajoute avec raison, après Plutarque « La physionomie ne se montre pas dans les d'ailleurs grands traits, ni le caractère dans les grandes actions c'est dans les bagatelles que le naturel se découvre. Les choses publiques sont ou trop communes ou trop apprêIl « ; : : et c'est presque uniquement à moderne permet à nos auteurs de tées : celles-ci que la dignité Plutarque n'hésite pas à s'arrêter. » nous fait aimer aussi son héros, car, s'il nous découvrir les petites faiblesses de Cicéron, sa vanité surtout, il ne manque pas de faire ressortir son désintéressement, son amour de la patrie et la droiture de ses intentions. ne mérite donc pas qu'on l'accuse d'avoir sacrifié Cicéron à Démosthène par préjugé national. C'est ce que prouverait surabondamment l'impartialité dont il fait preuve dans la comparaison qu'il établit selon sa méthode ordinaire entre les deux orateurs. Nous avons dit qu'il laissait presque entièrement de côté la partie la plus intéressante, le parallèle de leur éloquence, mais, cette réserve faite, on ne voit pas que Plutarque viole sciemment les lois de la vérité. En somme, les erreurs qu'il a commises et dont quelques-unes seront relevées dans le commentaire sont de nature à nous faire mettre en doute la sûreté de sa critique beaucoup plus que sa bonne foi ou Il son impartialité. Le texte de cette édition est celui qu'a adopté M. Graux dans son édition de la Vie de Cicéron (Hachette) en s'appuyant principalement sur le manuscrit de la Bibliothèque Nationale de Madrid. Il ne diffère que dans les passages suivants chap. xii. osa au lieu de ojtj chap. xxvi. ofôouvxa au lieu de ofô&vta; chap. xlvii,ô<jts, maintenu au lieu de 8ç ys; chap. XLVin, neptsOst au lieu de jcept£6ee. : ;
  10. 10. m;i i III. iii'iir,i - rr ,fi. i ' 17 IV. <n i N Il — DES i _ ( Y vr - VI - n it.- est 1 1 j • VU Ciap. Chap. Mil. < MM". IX. MlilK. Chap. Chu M Ciap. j i fH h un tumulte au tl. - Chap. XV. — La - 1 '.
  11. 11. TABLE DES CHAPITRES. 9 Pages. — Lentulus, chef des conjurés restés Chap. XVII. — à Home. 44 Ses espérances — Preuves accablantes contre Lentulus. — Lectures des lettres saisies. — Arrestation XIX. conjurés. — Embarras de Cicéron XX. — Prodige qui décide Cicéron à la sévérité. Chap. XVIII. Chap. des Chap. . — Le sénat délibère sur le sort des coupables ConSuite de la délibération du sénat. damnation des conjurés Exécution des principaux conjurés. Chap. XXII. Échec complet de la conjuration Les ennemis de Cicéron essaient do souChaPj XXIII. lever l'opinion contre lui. Il est nommé « père de Chap. XXI. 18 50 — — — — — la patrie 1<> 52 5 1 — ">6 » Chap. XXIV. — Autorité de Cicéron. — Sa vanité qui n'exclut pas la droiture Chap. Chap. Chap. Chap. "j8 du caractère XXV. — Bons mots de Cicéron XXVI. — Bons mots de Cicéron (suite) XXVII. — Bons mots de Cicéron XXVIII. — Clodius et Cicéron. — Clodius 60 »>-2 65 (fin) chez César à l'occasion — Déesse. Il des mystères de la pénètre Bonne 66 est accusé — Procès de Clodius. — Cicéron dépose — Clodius est absous contre Chap. XXX. — Clodius cherche à faire bannir Cicéron. Chap. XXXI. — Cicéron s'éloigne de Rome Chap. XXXII. — Cicéron dans Chap. XXXIII. — Clodius se rend odieux à Borne par ses violences. — On décide retour de Cicéron. — HonChap. XXIX. lui. l'exil 67 60 71 7:1 le neurs rendus à Chap. XXXIY. Chap. XXXV. 75 l'exilé — Cicéron cherche à faire annuler les actes publics accomplis sous l'influence de Clodius. Mécontentement de Caton — — Milon, ayant tué Clodius, est accusé. — défend avec timidité et sans succès Douceur de son Cicéron en Cilicie. gouvernement. Au retour il s'arrête à Athènes Chap. XXXVII. Cicéron essaie d'étouffer la guerre ciCicéron Chap. le XXXVI. 78 — — — — vile prête à éclater. 77 — 80 s~ Son indécision 1.
  12. 12. 10 i i i i I |iihI i Mil i I Cbap i.iy - l. I. Cbap. XI. I — Il XLY1II. CBAP. l.! .*ii - ** I |o| - • I • <lu iraiti*e l'hi rend ju* Parallèle de Dèmosthène et de Cicèron. —Ç Cbap. !•». r».vr. III.— Leur influence politique. ra- to — I fut 111 • I l'exil. V. — Les derniers 113 114
  13. 13. — nAOYTAPXOÏ KIKEPQN CHAPITRE La famille de Cicéron. Kixsptovo; §s x&t ysyovsva'. ttjv ' xaXtoç 2 piv viv xvacpaco jcal y£V£(7Ôat Ttvi àp^Yjv toO o' yévouç, pour Silvia et p. 41, note 2. xat, répond souvent au latin cum... tum, d'une part,., de l'autre. Il indique ici que xa),ôi; modifie les deux infinitifs, ce que le sens rend d'ailleurs évident. -iXêioc — Kai... Cf. p. 22, note 4 et p. 94, n. 1. ~Hv. Le verbe de etvoci êÇetvat, a par- comme est en latin après l'époque classique (Tacite, Germanie v). Plutarque n'emploie pas ici le présent probablement parce qu'il parle des oè 7C6pl , Oi j/iv Tpacpvjvat, tov paffiXeuffavTa transcription du latin Helvia. Cf. 2. ^ixptov. >cal 'EàSmcv XÉvouGtv ToG^aov "Attiov 1. àé sert ici de transition. Il suppose que l'on vient d'achever la lecture de la vie de Démosthène et que l'on passe immédiatement à celle de Cicéron, qui fait pendant à la précédente. 'Elêia: fois le sens de son nom. fkêitoxivai TruOéaOai etç — Origine [/.yjTs'px xal xaTpoç où^ev Aéyoucrtv, ol « ( I 3 yàp Iv avàpa àvy.youcrt, Xa(j/rcpc5ç ev tou ttjv Ouo- recherches de ses prédécesseurs sur la vie de Cicéron plutôt que des siennes propres. Mérpiov, modéré, qui ne soit exagéré ni dans un sens ni dans l'autre. — TouXXoç "Axttoç : transTullus Attius. C'est auprès de ce roi des Volsques que Coriolan banni alla chercher un asile. Plutarque l'appelle dans la vie de Coriolan (ch. xxn) Tu).).o; 'A(ju>£8ioç. Cicéron, qui ne songeait d'ailleurs pas à cette descendance, se souciait assez peu de la noblesse de ses ancêtres et 3. cription de l'épithète de homo novus n'était pas pour lui déplaire. 'Avàyetv, faire remonter (àvà). Cf. oi àvw toO yévou;, les ancêtres. PLATON j — Lois, 878, A.
  14. 14. I 1 1 I I : , I 1 - . Kv1 . i 1. 1 1 i ' i Ttv 1 MHT : oqoe que classique au aena de «m imjet de. • ut en plus à stf I de n. . du -arde pour la* 1 Le premier C.cvron a donc eu irtagé un sillot. comme au cb. iv. en latin attingtre, oapemere rrm•im, ou a<f rempti&licam acre: j : • en remarquant seni d'un 239, rem. II). emb d'un .rnoui lui .na a mail vcr.u d'une la joue, Au«si re- passé —G .: : /'fJTorcera d* présente-t-on parf- ne devait en tous cas appartenir beaucoup nomina .' I, optime oaus itulo- . -romaine noms des magistrature? romai ut 7U1V. tereret i les grec:-: terme esteur. c
  15. 15. CHAPITRE xvaÔmx tcoio'j[/.svo; ovo^ârcov OCVTl Ta tx fj^èv TrpwTa ô'Jo tcov Mapxov jcat tov Tou)Oaov, àpyupoOv, t£ ercéypatj/s, to'v TOG TptTOU <^£ 13 II. OV.COTTTtoV £0é'êtv6oV £XLc'à£'J<7£ tov te^vCttiv èvTopeOaau Tauxa ypapt.pt.xTa 7Capà pt.èv oùv TOU OVOpLXTOÇ t(JTdp7)T«t. 7U£pl CHAPITRE II — Naissance et enfance de Cicéron. Ses premières études. Cicéron poète. Te^6vivai 8k KixÉpcdva ^eyouaiv, àvtoo'jvco; xai x:ro- vw; aÙToG 'koyeubein'nç Ka'Xav&àW vso)v Ô'JOUGIV 'JTTÈp ysvÉçOa!, -^ , /.al iroo£tiratv £ivai . ' êv su^ovTat TITO*/] ptiya 3 toO au latin le terme de nouvelles calendes (celles de janvier), Plutar- que compte les jours à la grecque le troisième jour à partir du : 1 er janvier, le 3 janvier ((!47 de av. J.-C). Les Latins au contraire, comptaient les jours qui restaient pour atteindre le terme suivant, calendes, ides ou nones. Ce jour serait donc en latin ante diem III Nonas Januarias. Les Grecs comptaient aussi les jours à rebours dans la 3 e décade du mois. 'HvejAtôv. Cf. Rome, 106 — iraci ôvapaTa p.avOavsiv xat Pcox.xl pwcv- yevopt.gvoç lpoei7iEÏv w; ÈXTpeçovaY), sorte d'attraction pour cbç xps'cpei. On peut en rapprocher la construction Mr) Tz-ifeaft' w: Sixaiôv ti Xsyovxt. Cf. Gr.gr., 311, rem. IL I : "AXXwç adverbe qui joue auprès de oveipaxa. L'emploi de l'article rend les tournures de ce genre très 3. : le rôle d'adjectif fréquentes et très claires (p. 24, 3), mais ici â),).io; ovcipaxa étant indéterminé et attribut ne peut pour ces deux raisons recede vains voir l'article. TracL note : songes. — 'AXviOtvyjV est attribut. toO u.av6àveiv. Platon en employant l'infinitif de détermination dit èx £tv f )'-Y-'-'*v taioevetOxi {Lâchés, 187). 4. 'Ev r,).txia ' — twv OXG[/.X 0OîC6t TxyÉco; xutÔç à7céoetçe xaXavSûiv. Tout en empruntant 2. TpiT/i Y)(/.spa aXXcoç &è, y;>.txia page 12, note G. revéoOat, s' être présenté. (>£ oo£*Xo; Tauxa oo>couvra, àV/iôtvYjv wç prêteur; uTraxo;, consul; cf. plus bas 7)ye[juôv. l'empereur. 1. 'Hy.£pqç xptXYj t&v vétov -ch. I, pivÎTpdç, vOv ol apvovreç 2 ©"Xuapov T£ixv ? ttjç TOU ^y£(/.OVOÇ. Tï) s>CTp£©otf <r/| [/.aïoi; iv ' :
  16. 16. 14 K'.- II I /.y | 1 ! i I - II i 'lat 1. -• I <OQ — i t ,-<•> re a aous- S rattaché à nbut, rt« os, (juif qu'il était, avait do pHDBsr • XIII : Antkedome me» I Amyot trado en vers iambi .;e> de 8 » c -à-d. en tctramètres i.imbiques. Cette forme de vers et est asseï singumime. K liers par 3. « — I I d'urne fa- I émirs sortes de par conséquent en et abordant II- II. .ploie quel- souvent pour e ex- 7 . BOCI{ ~.r : poètes de l'époque d'Augur^escendre bien bas le renom poétique de Cicéron.
  17. 17. CHAPITRE So£a pMcvi vuv ota|/iv€i, [J<éy?i 15 III. y.aiTrsp où (MJtpaç rapt touç Aoyouç; yeyevyj{/.évy]ç %aivoTO[/.iaç, rr.v oè irotYiTUtvjv auTou xoAAà>v , sùcpuàiv * ëmY£VOU.6V<i)V CHAPITRE Continuation des études de Cicéron. ciua d'Amérie, accusé de parricide. en Grèce. tûv 'AxaAAocysi; Sï ev xavTa-aaiv , III — Son plaidoyer pour Ros— Causes de son voyage £taTpiêâ>v Traçât, 4>lAù)Vo; 7 2 toû rr/.O'JTS tcov Ka£ito[/.2vou (Tuvr.Owv [/.acrav 7T£pi TYJC 'AxaàYijuaç s$ y.x! rîià Mo'JXlOV 5 S'JÀÀZ GTZT'.V, £X, àv^pXT t : — — 'AxoOetv et surtout chap. iv, page 17, note ôia- 4. 'Axaôvj^aç. — Cf. Philon note 6, sqq. appartenait à la nouvelle Académie dont Clitomaque avait été le chef après Carnéade. 4. 17, . 1ïp<i)T6'JOU<7l VG[/.0>V CO<p£- (/.eTsa^ev EIO 1 Û7ro opcov £LÇ même TZ Ego autem juris civilis multum operae dabam il. Scxvolx Q. F. (Brutus, § 30G). Pour tout ce qui regarde la jeunesse de Cicéron on peut voir ce : studio qu'il en dit dans le Brutus, 306- 312. xoûstv signifient spécialement suivre les leçons d'un philosophe. Cf. page 770A£|/.OV 6 £è toîç ; est attribut. *EÇ A(/.a TY)Ç <7TZ<7£to; £1? OCXpOCTOV £a-'/TCTOVTa — 3. f/ TtOV sTpaxeiaç 'P(0{/.atot Ao'yov ÈOau- tov £^7T£!,pia,V xal IïoXXâiv, entendez uotrj1. Evu-êaiveiv, au sens imtûv. personnel de arriver se construit avec l'infinitif seul ou quelquefois précédé de ô'xtts. "Eppeiv, ecanescere. 'Ax),sr xal àxtjxov 2. uufcAKTTa r)tà KO» TOV MapfftîtÔV C)£ , y.ai TCOAlTiy.Ol'ç CtÇ Tiva ypo'vov 7ï£pl cv tov Tpo'xov ryàu^cav. G'JVWV, pO'JÀ'/iç à£ïto* xat 4 3 MoOxtoç, Quint us Mucius Scœvola augur. Cicéron dit lui- 5. BouXvj, à l'époque classique, c'est le sénat ou conseil des Cinq cents à Athènes ; à l'époque romaine, c'est le sénat romain appelé aussi <7Ûyx)v7)Toç ou même yepouffia comme le sénat de Sparte. 6. Tôv Mapotxov la guerre des «ôXejJtov, Marses ou guerre sociale. Cicéron avait dix-huit et était tiro. ans
  18. 18. ir. - i t i i-i 1 - i. i M VII fit Ml j.r inscrire ton nom api de prœcn -s liâtes semé: '• EU que se* biens fusent r •,-res comme cens .. OÔJv. -/' t/ o> > - - r m . i lins t • discours pour II. - ji à M) pour pour noms en uigers ont r n - «on millibuê ai • ichmes somme . ce qui fait quatre fois moindre, transcri Mf,'.' CM «• de Roteiu*. I _ • la somme quee par Plutarque s'accorde arec n rem. ordinaire qu'on exprime nn simple . (ô; M le • avec ''a Bot qu* tHHt §ezn ce*, env : Bona... 0.000 de 0.000 fr.
  19. 19. CHAPITRE 1 [X.SV7JV ô'vtwç 'EXXaSa, àtacrceipaç ai»TÔ <7W{/.aTQç t/)v cTTO^dcy ou 0£pa7retaç Seot/ivou. irpocçepotAevoç* axXvipà oà tyjtoc yÀiG^pa xal 81 r, âà à; Kai yàp */iv xal tou 3 wpaç ttî; fiiv xal ax>.acToç, U7C0 Se toO xal ttxÔoç ï/ovto; Ao'yov, o^è [/.oyiç xoW/i <p<i)V7) àwe- àppusTia acxpxoç, xal içyybç eçtv u.ixpà xai xoc* tov S'jààocv, $è tï|V etç Svf[jL7icev Guvviyopiav tvjv Sê^ioj; lÔaujAcico-Ov 2 toù oùv Àvocdei;a{/.€voç . TOpôwcaç 17 IV. àyaÔvi, Aoyou scpoSpô- Sià tg>v avw eAau- To'vtoV tou ccou-axo;. vo[X£vyj, <po'£ov ::apciy£V inrèp CHAPITRE IV — Cicéron disciple des philosophes grecs. Il fréquente les rhéteurs Sa déclamation en grec en présence d'Apollonius Molon. asiatiques. — 'AçucopLevo; xa"XwviTOD OHixouae toG xal i/ap .Ti vsaç OUX AeyofAêV/îç ASr.vxç, 4 , tyî £77aiVOJV. 6 S' 'HSv] 'At- tou tôv Xdycov aù- sùpouj a Axaov]u.eiaç : fit pas sitôt Cicéron plaida encore plusieurs fois avant de partir. Cf. Brutus, XC Deinceps inde multae (causaè) quae nos di; : ligente)- elaboratas et 'Avtio^ou iv VOCp toi; 5 $oyf/.affiv E^lGTaTO T7,; , 1. *ûç àv Yevojj.évyjv accus, absolu. Cf. Gr.gr., § 311, 323. 2. 'AîteS^jAirioev. Ce voyage ne se btèv xy)Aou[jt.evoç, f £V£COT£pl*(£V à; S' tanquam elu- 'AvTtovoç ô che. Cf. ments. Ta — T7 v xal 4 Tcpo<7ï£po[X£va, les ali- Tout ce passage est à comparer avec les chapitres XC et xci du Brutus. cf. page 15, 4. Atrjxouoe Antiochus d'Ascalon, note 2. : — en Syrie, est appelé par 2)olitissimus et acutissimus Cicéron omnium cubratas adferebamus. "O^è ttjç u>pa;. Le géni3. nostrx mémorise philosophorum. souvent à déterminer le sens précis des adverbes de lieu et de temps. Cf. ttoù tîjç yf^. Il souvent des doctrines philosophiques. Cf. Mor. 14, E. Ta Tcspi tôt/ ^v/Cùv Soyu-aTa; 3»>, A xà ll/à- a T(ovo: èv FopYi'a y.ai Iïo)>tT£i'a 86yu.aTa. tif sert alors le sens partitif (Gr. gr., ripo<x:psp6u.svoç, § 164, rem. 2). mangeant, litt. -.portant à sa bou- — 5. AoYjJia (de 3oxô>) se dit : 6. Xéaç Xe70jj.évyiç. Cf. Gr.
  20. 20. - : I > - Je 1 I - . 1 Platoi pies; tr au sujet non •mIsjmi - rerbe» ctfu oo tous ceux qui j-.-u: . * naanceOO fie drmir, C PTWf 1. on r.: <-..n:rne M I I • en grec à • . in. qui '. '.t Ml r^rOéC! semble anticiper sur le sens dn rerbe. renferme généralement une I>arce qu'il - nion. — I i n de ne pas chan- •mme on I ;:: - river." il -ri -.u-g; mtnt. an passif. an sens neutre : : - VIII.
  21. 21. CHAPITRE vov ( toÙ; 'OÔev 'AcrtxvaW Mo^wvoç tov 'Atcoaàcjmov Xejctov, Tf/Ty.f osyjSYivai tov S out' ?çxu<JX|iivou [As'vOD 03 Kixipcov, OlXTElpb) [iiv TO'j 'J7rSA£L7U£TO, X.xl EÙO'JÇ 2. £7tiêa)>etv, cf. p. 40, métaphore ôp*yavov. O'JTCOÇ S' /.xl oixjaiX- 1 'Atcoa- tov S /jvxt SixyuQr ElTTEtV /.ai SE C( |/.6V, Stà (0 'EXaxSoç Se tyjç , 'P(0[AX''oif TO'J "fl[/.lV TTpOCyt- Xoyov. » : "ilaîtsp STSl ÔpÔV, X U.QVX TOJV XXyÔV Totç xotvotç èntSaXstv 1. «pàYjxaotv cf. page 12, note 4. — Sur outwç sicotivotç, Ôxupix^co TXUTX vojjlevx, ttxiSeixv /.xl oix[/.£A£- KxSsÇeaôai xoaùv ypo'vov, xy6o- hxi T'J7/7]V, Se oîqjjlevov ÊV.TUE'JUAYÏyÔxi xutou Kwtc'ptoVOÇ e7uaivû TY)V xaXouç x/.poto [AEVOV T'jvvouv AeyeTat 'Pcoj/.xï/.r.v TrpoOopuuc, xaÀ7jÀouç toiç Aa<76xi TTpoç /.xl uuvs- 'EXV/ivwîtI SlUXVOpôtoCtV TVJV pisv 'AiuoàXgmg) tô) ttjv KuEpwvoç tou Kapt toj [Ae^ GuvtevTa où tcov xoçî . nocs'.^coviw. î/rcxy.o0<7ai toÙ; £U.£*X£TYi(T£, Xtovtov Se pr-oox;. 'Aop<mi>TTY)V<5> pvÎTop'. 1 (3êATIOVX ECTEtOxI Sireu98 3 <ptXoco<p(o ', àvgjttvsi /.al [/.etigiv Mevittttco >cxl Po^cp &s cr^oXa<76V, dv /oyov tw laevoj&et MxyvyjT'. ô'pya- ôditep XUTOV T£ TXLÇ [JLeXeTXIÇ OIX- To^ov jtal pTiTopcov tw Aiovucrtcp xufkç , £7waivouptivGuç 'Asiav £iç to?ç Tcapaîte'Xeuou.svou pvjTopiîcov àuV3C|/.lV, xxl 7ïovwv 7upay[/.xo"iv tov iÇyipTUETo T7)V 7TO^lTty.r V 'Avrtoyou f èTctëaXetv xoivoîç 2 8' TzoXkx Sso[/.6v<ov, 19 IV. note 5. Cette est plusieurs fois em- ployée par Plutarque. Cf. Vie de Péricl. VIII. 3. Cicéron préférait à l'éloquence asiatique, ampoulée et trop brillante, l'éloquence rhodienne. qui se rapprochait beaucoup plus de la simplicité attique. Il se vit cependant reprocher par les néo- attiques, partisans de Calvus, d'être tombé dans les défauts des rhéteurs d'Asie. 4. Les Latins l'appellent Apollonius Molo, faisant un surnom du nom de son père. Aussi quelques éditions portent tû 'MôXuru. Oxixe... 5. (Eurip., Iphig. lieu de o'Zii... ttott est poétique m Tour., 591) au iz (Gr. gr., % 327). — Aia/uô^vai, cf. p. 77, note 4.
  22. 22. . B I « 1 I I I BAPITRE • Il révisât à Ro«m. la eeast; K-< et I I I I . I oxvr - T y . I " I r'/'i: . ' 77 . F ' ' ' « • " 70^7 de passif de usatif < doit t'expliqua dre xatî .. ' o:;s-enten- Ou '> : le modo . :. même mod verbe ixo-o». • npioi très fre interro_- non pluiccompaçné d'un attribut se rapportant au sujet, forme un hellénisme qui peut se traduire en français par s'entendre nomr :elk façon thie ollon - de rendre lea oracle?. loi. / d'un Romain. • ov. la > un terme de e*t traduit gra . On I - «ait à -aire, = celle-ci | que ev àxovto . tournure correspondante dicor) est {amdio populaire on poétique. .1 .ns ; c-à-d nommé. Dons le on trouve aussi bene, mnie a I débit. t — n, le < T -
  23. 23. CHAPITRE V. touto TÔV iv AtTWTUOV S' tôv 6sy.Tpw Àeu6|/.evov s'£a> tgj TCO r T7]v H os TO vardéçau àcpvco y.pxuyyiv 7uept tx IwidxoiTCTtov T/-tor/.aocTx o° ttal xooco7]0£ta<; Daùêave : et du second : (Z>e Vidi in JEsopo tantum ardorem vultuum motuum ut eum vis quxdam abstraxisse a sensu mentis videretur. npoas'/Etv. L'infinitif appelé présent correspond aussi bien à l'imparfait. atque — ©uéatov». La légende d'Atrée et de Thyeste a souvent tenté les auteurs de tragédies dans l'antiquité et dans les temps mo1. Attius avait composé Atrêe qui fut souvent joué Sénèque a laissé Thyeste. Ce fut la dernes. ; • Où oY poàv 3 xffôsvsiav -oio^àv. irocioiav TOCtfTTJV SOOKSt yAacp'JCOV x.xl ttoààouç * 6AU7rei. So'^av. — XXXVI) irxoo.- ïxttov écp /tocTaxopco; d'une part... de Vautre. Cicéron parle souvent de ces deux célèbres acteurs, Roscius et ^Esopus qu'il appréciait beaucoup. Il dit du premier (Pro Archia, VIII) Propter excellentem artem ac venustatem videbatur omnino mori non debuisse; divinat. I, 1 tyjv x.xl [/.6V aÙTvî [/.EyOCÀO, Ift.eye vcAoùç to(7iT£p pou- TOU U1TO)Cp(V6G0at. K«.l TOUÇ y£ TCO OIKOCVUCOV ypcopLEvoç £/. ' S '.à to ttzQoç àveAsTv y.xl TC£l6£LV Cririftp^fiV pvjTopxç £ÙTpot7T£Xt7. eIvou, twv ùir/ipeTàiv rtvoç twv éacuToO ^oyiipLûv Kl/.spCDVL. v^pcofjLsvouç £7ul toG Gusctou tyjç Ti[/.iopiy.ç oxifmrp^i £7U[ae'Xojç; L)7wOX.ptv6^£VQV tOTOpoDfftV 'ATpsoc, '/.IXpà Sv) 7TpO<; pOTÇTJ Tpoycpoco izpoGiyjw TOUTOV irept N o paj/.6vTo;, ovtx, tw AiatùTziù S' 21 tragédie d'Atrce Thyeste qui et commença chez nous la réputa- tion de Crébillon. 2. 'AveXetv, de àvaipsïv, 3. MeY<xXa ou Méya poâv, tuer.. crier fort. Sur cet accusatif dequalification cf. Gr. gr. f § 161. rXacpupoç (de a creux; c'est chez Homère l'épithète de nature des grottes et des vais4. vXà:pco) originairement signifié seaux fouillé ; } c.'à,-d. travailléfine- ment, de là le sens de fin, élégant, spirituel. Cf. en français les sens du mot — Cicéron recomses ouvrages de rhétorique l'emploi de ce sel qu'il croyait être une des qualités originales de l'éloquence romaine. Cf. spécialement le II e lipoli. mande souvent dans vre du de Oratore. Cf. p. 03, n. 1..
  24. 24. . i II >ri nn:i an Clcila. r - ' ' I <i I v i K - l . R I - " . K " 1.1'.— habi- • ' > .v.;«-i r leî - re. : : : ce rerbe àr.:: •ï gouverne Am pkfMH 103. 3 - I II, 4.1 fi < -i.-'/j /ujv : page ,/ft) >q. Plan' de no1. — - lui causa une grande déc*. ; II. in *h- itrstcs II- on emplo: époque classique
  25. 25. CHAPITRE X£0(i)V, TOUTOV VOOVOV TGV £^aOuu.^cry.t TravTàiuocciv, àyavèç T7,V 7c6ÀtV ^l^OUÇ, èa'JTtp U.OV 2 COÇ à6oi<7TQV TZQOÇ ïyeiv £{/.7TaÔ£G"T£pov TY)V ^£0vtw; à'yp 7raviroç r . 3 AoyiT- f^c', ^JO£AaV, àjAl"XA(0[A£VOÇ OoÇflCV Où frÉAayoç Aoyoç oùoèv cptAOTtjAtaç ttjç 7JJTOV O'JV etç UffTÉpOV eyouffxv. où ' auToiï 7T£pl 7rpayU!.X hrxivou^fivov Yjx(petv 6 7TOÀ'J xal wéoaç £<pi/Tov oùx <Ûv ye xaôixirep 77£7T017|X£V e7U'$7)AOV &6£a.V 6VÇ £Ï SULTwfiTttV T6t£ » 1 23 VII. [ay]v aAAx to y£ xal Tirpôç aùxto oo'çxv xai içapsptetve 7UOAÀXXIÇ TtoV OpOwV 6Ç8Tapa^6 AQyiff(ACOV. CHAPITRE VII Cicéron se prépare à jouer un rôle politique. Procès de Verres. k Â7UT6(Jl£VOÇ «rypov ypa>u.Évou; y^wpav ZTtÇ tcj; TQyetTO dxsusfft jjLviSè Sï XOAlTSLXÇ 7UpoÔu[A0T6pOV, pavauaouç^ j/iv à<luyoiç, Suva|/.iv vj : : : àu.i)-Xcou.£voç (tcgôç) tyjv ooijav a>ç àôpiaTov x. t. a. Voyez Extraits suivis, Coriol. XXXIV, page 77, note 3 Démost. VI. 2. 'ûç, dcms ta pensée que. 7tpoç ; Où ôeôv-ctoçdoit être rat3. taché à ^aipciv. 'E[X7ia8é(TT£pov ej^eiv, être gr., § 93, — rem. — trop sensible, "A/.p'. cf. GV. uavro;, jusqu<c la jin, toujours. 4. 'A^TÔjJievoi; cf. page 12, : note et àyvostv tov &è 4. en 7.1- ogyàvoiç [/.tiosvoç aùrcov, toùtov, acc. de durée (Gr. gr., § 175). Tàp § 346. è[A7isaà)v (eî;) 1. Construisez rijv 7ro>.tv xa6a7T£p etç TtéXayoç x. t. a. Cette ellipse de la préposition est ordinaire dans les cas de ce genre. Cf. un peu plus loin — Son désintéressement. xal ovopia -oAm/ov, w — ripo6uu.OT£pov. En grec latin, suivi d'un le comparatif non complément signifie : plus qu'il n'arrive d'ordinaire, de là le sens de passablement, beaucoup et quelquefois trop. Ata/p6v. Cette qualification ne tombe pas sur chacun des deux termes pris séparément, mais sur l'ensemble formé par leur opposition marquée par jjiv et os cela lui semblait (une contradiction) honteuse que d'une part... de l'autre etc. Cf. Gr. gr., § 340, un exemple analogue et cbap. XLVii. Joi- — : gnez tAï]Ô£vôç aOxàiv. — — Tôv xtxèv (àvôpa) celui qui des affaires publiques. t:o),i- s'occupe
  26. 26. . • / » I ri : 1 - I . I penonne '.a i 1 du tnuv«cr ' I vt'Jt: noms < t :er les et cher: pour -ours qi; ce procès, les ' de saluer ceux qu'il rencontrait tante de ses œuvres ora" 1 Aussi mmes i - ( .;. prtUur. politiques se faisaient . Remarquez ;>agnerd'un e leur mer . nom- i ns. passif j ii/txv 666* 'JLSVIO. b à-l. Convaincrs L- ipahlt vent se conalu : chemin 8 .-eux qui fient jnt même su i recevoir doux :»c- a pour pnseif .«. note L v. Plutarque ure un peu les fa.t? ent oas les prvteurs de l'an-
  27. 27. , CHAPITRE TûOAAOtVç (^TiAov ypovoç xipwv [/.Y] àva&piva; xal ttî; 2:i àva<r:àç xpwriç, v^ ~ cpepetv Ki- 6 e-ayxywv <xaa' sxsA.sus XpO- Y)V (I)Ç où* sÇotpxédCi ï)[ASpaç ^a^Oai Aoywv, ' 6<pv) o irepaç oùr^è V/[<|;£Tai {/.zpTupaç TOl>Ç Aoyoïç toîç ô'ti VII. £/.€?. A AQVTCOV, U<7TaTY]V T7]V SIC c tyjv touç t]r?j<pov OLX.a<7T0CÇ. ^£ '0[/.co; rapt aÙTou £X£ivy)v tov [aouoi £^ouA£to tou yotpov tyjv 77apw7à[J!.£Voç Beppou, 'O; toÙç 8 Pw- ot yàp oOv x.xl àTueXeuôepiîtôç ovopia KaixiÀioç, ZtxeAiwTaç KaT'/iyopEtv iouo&i(,siv Tt 'louoauo (( oumvv] tAOV6U8Ta.i BsppTiv biXYiv. x,aXoucriv. tw evo^o; icvOpwTCo; ^aptsvTa 7wo}.Aà. , Trpoç yotpov; » £<pY) 6 KixipCûV. Tou àè 'Ootyjvgiou pvrropo; BéppT] ffuvevrceîv 0eXiQ<7avTGÇ, jayi née, mais les préteurs désignés pour l'année suivante qui étaient disposés en faveur de Verres. Aussi toutes les manœuvres des partisans de Verres tendaient à faire renvoyer le procès à l'année suivante. le jour 1. le — Tr)vuc»T<xTr)v(r [xÉpav), l plus éloigné. "E<pv). Verrem, I, Cf. XI : Cicérox, in Fructum istum taudis, qui ex perpétua oratione percipi potuit, in alia tempora re- servemus : nunc hominem tabulis, testions, privatis publicisque lit teris auctoritatibusque accusemus. 2. 'ExéXeue : sur cet impar- Gr. gr., § 218. 3. "Evo/oç xto touSat'Çetv, obnoxius Judaïcx superstitioni. Les Juifs étaient déjà nombreux alors à Rome et réussissaient à faire des prosélytes. Or on sait que les Juifs ne mangent point de porc. Ce Cœcilius est Q. Caecilius Niger, qui avait été questeur de Verres en Sicile. Il voulait fait, cf. — 4 tyjv ev ptiv S2 se substituer tô aux EÙOfiïav tgj ;> tiiayi'ulocti Siciliens comme accusateur de Verres. Cicéron repoussa ses prétentions dans le discours intitulé Divinatio. : 'OpTVjvatov». Hortensius, un peu plus âgé que Cicéron, fut son rival dans l'art oratoire. Cicéron parle souvent de lui en termes éloquents dans ses ouvrages de Rhétorique. Cf. le début du Brutus. Tyjv sOOeïav (s. e. ôoov ou Ypa[X[XY]v), litt., enligne directe, c.-à-d. sans détour, franchement ouvertement. Cf. explication dans Morales, 408, F "Oausp oi u.<x0y]4. — : [xotuxoi ypau.u.Y)v xr)v êXayt<rrr)v.. . e06sïav xaXoOfft ouxwç to;) sOésïa rcpô; tyjv (v ôiaXe*/.- à)>Y]6eiav x. t. a. 5. Tt{J.yj{Jia de comme tiu.yj vient xitù, évaluer. Il signifie ici évaluation d'unepeine pécuniaire, d'où amende. C'était la coutume chez les Romains que l'accusé se fît entourer par de grands personnages afin que leur autorité pesât
  28. 28. r •. > . < K . « MAPITRB Mil . franc». ou de -ateur pen élerée que celle on lonpemsNC • en • dont pari- avec Oa I Ces prt. — «?'.*. • !<• jue. — corrompp'. laieeé ffi a-. <rt-i:r.« - qi .-» <:«• -•'*.'» J expr*->v n- rorrnv- on II/î- ; : quart' I amplement par qmt: il est Pour .routeil • faut se f • raj itmpçons; Plutar- à-d. »/: inx. ' 1. i pt&$ta>V II .a drach: ! A 7 — . chiffre e- ement au des<u n'a § : . vent réuni* pour marquer l'idée d'apporter, ou d'ewmener et d'emp<r • - I :
  29. 29. CHAPITRE Tr ç àiro <pepovT8Ç à)vV otov %spôoç, liroiVjffaTO 8ï izoX'kk vvfcou, t Zi VIII. * tîkov, xyopàv tyjv £-ci>tovL'7ai ouôsv tôv àireypTÎo'aTO tt, tpiÀori.[na tcov àvGpwxcov. 0£ ^WplOV 'E/.£/.TV)TO Ns'xv t^oàiv 3 où [/.eyà^oi* &ysveTO èvvéa àypoç, xal r,v zxl ocoo£X.a, [/.'jp'.xocdv d"/;vapicov TCSpl XûCt , èVepoç, no{/.:r/;iou; 4 ttoottiç xX?]ûovo{j,La 'Atco [/.upiàdaç. Ttoopovcoç /.al x[/.a wepi ts Tepevrtaç tt.ç yuvawtoç cpspvr, T'Jva^Osî'cra sXs'jÔcpLw; 2 "ApTUOlÇ £V Y.OL~kQV |**Tà tcov oiTjye eiç to'jtcov crua- < £io'Jvtcov vcov, et oyv 'EX'Xrlvcov ^oyOv;pcoç [/.y.yco Tcspl to to<7T£ y.xl Kxl toGtov îcxi Oixixv Og ycôpvî(7£V "Oaov, auToç er [JLÊV sez qSjcet le litt., à7t£Xpr (raTO... èrceutovîffat x. t. a. 4 îueptTTo'ç, T£Tay [/ivotç ttoàXoÙç xal [/.sya- tw 8 7UXp£- Vésuve en 79 de notre ère. yuvouxoç, sa femme. 4. T% — Cf. Gr. gr., § 153. Ar,vapîœv, le denier valait environ un franc, du temps de Cicéron. 5. KataxAtv6{j.£VOç, ô<rov — Les édiles tant à table, mais — étaient chargés de surveiller les marchés comme l'indique le mot àyopavou-îa qui désigne l'édilité à l'époque gréco-romaine. Oùy_ o'jtoo; metnote 2. non pas tant... cf. p. to;, se 29, beaucoup plus usité que r xxov. .. y;. Cf. IX, p. 30, note 4. T-r^v aAX-rçv Osparcetav, 6. que, est ( 2. 'Ev "Apîïocç. Il ne s'agit pus dUArpi en Apulie, mais à'Arpinum. Plutarque avait peut-être accus, de relat. Gr. gr., § 162. 7. Touxov xôv xporcov : Gr. gr., § 163. écrit 'Apïuvoiç. Xêot IIoAcç qu'on écrit aussi NeàitoXiç, Naples. On sait que la ville de Pompéi fut détruite par aosAopcj) to IlaXaTtov uirèp too icept (il était nécessaire') A).).' aAAr.v (kxTrxic^xycoycov ' irooç TTXTpcoav 5 : xal , cruv£ïy£v. seulement aupour, c.-à-d. seulement de manière à. Pour cet emploi de l'infinitif après ogoc, cf. Gr. gr., § 256. Construi1. tyjv 5 cto- tco <7cou.x àpiOuto tov Tpo'-ov xo'vooç T7;V to àxpiêyjç avoaov xal ôiapxYJ gttz- x,xTxzÀ'.vo'{/.evoc *Hv 5s xal 6 Tpt^eTt xaî TrepiiraTOt; Xoyç àytovaç tant que oà coç 9epaiceiav (p'/Xo'Xcycov, 7l)vtOU oa/„£i{/.£vov. crcofjia '/pYiaOxi. £C,tv (Wulcov oY àT/o)iav, o'jtco tyjv rpo Tors, Pa>i/.xitov y.al 8. 3. lins Tûi àôêAcpto, Quint us TutCicero. — l'infinitif, cf. III et § 282. 'IpTÙp tov. avec Gr. gr., § 252, rem.
  30. 30. I I I 1 /. I I I BAP1TRE l Ltciniu» Macer. i — Plaisanterie " 1: y. ; m y. - - M 4 . -77/ / 1 a- H 1. I, a L» ïfl le page 12. no* k/ -<- : 5. de venir «allier leur matin et de lu •rtait en ville. l'habitude patron . une arcu-ation de malversation, en repeinn inrum (s. latin e. - ainsi Le grec aime à séparer deux mots unis : erimen /wrwatara). aune jnge). | - '* 1 ' • i '.Cf. p. 12, no*» 4. Atxtvioç >n -, Mx/.:-. du nom de 0. Licinius historien et o: des accusés leur barbe et portaient des pour exciter la et du peuple, laissaient croître leurs chev mente négligés. pitié les
  31. 31. CHAPITRE ôç ocOOcç vevix7)x<i>ç, Rpa(7<70U TT,V 7USpl àyopàv sïç tw Ktxépam o^av Taïç sx^w/.s aTpe^aç xal xxTaxAtvaç 2 xpoïévar 3 Se y.al t|r/(<potç âva- , os xpày^x £7n|/.£Ac5ç jipaësu- Tô <x7ro6av£tv. "HveyxEV tqu O.ÙTOJ à7U3CVTT,(jaVTOÇ * at)A.£lOV xacatç Sri <ppà(7avTO<; 29 IX. wç x tô o tîta.GTr]p .ov. (javTt , 'Etts! OùaTtvioç'* o^è ap^ovxaç Toù; Trpoç tov yoipâoiov Se xaTa<7Ta; xapà toO poiAeuo[/.svou 7C6pl ypovov, tto'XÙv ys St(rràcgtÊ Kixépcov 6 xai Y)T£tTO o^o'vtoç, jv//) wç £i7T£V ti av oôx toutou aTpaTYjyûv, È7T'.GTpa- 'Aaa' sywy' ce xal aruVTfjYoptaiç, TrspiTv'AECoç, Ktxépcdvoç, aÙTo'ç Tpa^ù ti touç sv TpXYj/îAOv à);Aà <pa; sywv àvvjp , oAiycopov » eiicev « oùx eyco TY)AlXO'JTOV TpXYJQAoV'. » >1 "Eti o aÙTcp tou vou yàp 7jv suvotav llovyiv tgW fiîQiauivav — Ka-caxAtvetç, ici se metau lit, mais cf. p. 27, note 5. 2. tre 3. : AôÇav VIII, page 4. >}v£Yttev 26, note Oùaxtvtoç : a>ç : cf. 1. transcription de Vatinius. Cicéron prononça plus tard contre ce Vatinius qu'il appelle homo petulans et audax, un discours qui nous a été conservé. Construisez 'Eue! Oùa- — Tivto;... rjTStTO... xal, t. : [xy] ôiSovtoç toû Kixépcovo;)... eItcev x. a. La proposition principale (s. e. xai eive 1 ttjç àpv^vi; 7i gtcouoyjv pipa; 6 STpaTTQYÛv 1 tyjyoiy), s il était O ûtto sxao^/Jjaoç Ssxa toù- commence seulement à — . 7 auTou, tuav /.al crpatTivôv çeiç. 6 IIo[//7rfiïov â^ioucav eo<ox£' tyjv Ilepi'fyjv aîiXetov (s. e. 'EàXwxe de à)i<7xou.ai litt., être pris, c-h-d. déclaré coupable. Cf. VII, page 24, note 7. 1. ïyovzi £i»Guvwv x"A07Ty;ç Aitouulsvou S cp(Aoç. >îyav3cxT7io*£v Sûpav). Tp£tç ^oxûv £Aauv£cOai Jià o^'/ffAou, KixÉpcov 7) MavOaov Ttç MavtAio; outoç Àè 6 ^uo vî(/ipa<; lupocvîyayé Inioxpa.- = z <TTpa- préteur. 5. TTfjAtxourov Tpà^vjAov. Les jeux de mots passent difficilement d'une langue dans une autre. Il semble que Cicéron devait jouer à la fois sur le sens de nutare (balancer la tête ou hésiter} et de l'expression tantas cervices habere, qui signifie à la fois avoir un gros cou et être impudent. 6. EùOûvwv xXoïî^ç : cf. page 28, note 5. 7. xal ojîouSyjv, studium. Cf. VIII, p. 28, Evivotav gratiam note 2. et 2.
  32. 32. b im vu: : lûrv J; - . Tci*; t o" I . , I . . ! I - I CHAPITRE Causes de I la conjuration de Cstûina. ICI ,v I 1.1.:/ . -:-. comme i '.r c i&mf (comme .tvoc. 5. ction d .:it infin *o> ./ c.-4-d. propre >mnieen latin. c c'est le e On Tûv un loi. d — rua fut consul «ao an», aussitôt s la à 41 - c.-à-i. en ne du maintien constitution. 4. OJ/ |lMia . ritsou- - >>•'/ -> et p. 16, note 3.
  33. 33. CIIAPITRE X. àoyvj Ù7TO ypovoi» È'yeiv ou OÙ £tb>V, ^sTaOe^vaL 8ï SV IlovTw lv U.Y108[/.taÇ 'P(0|X,7) TYJ àçtou.ayoo Tftpt^ovTaç eîvov avopa y.&ov t6 i^uov evexdt x^sove- nOfATT/fro'J Apj/.evta /.ai toX[/.yityiv tto^Ioîç y.aTa<7Ta<7t.V Ta TCapovTa oa- ol ' t,7)T0ÎivTeç [jAtIOV, TO 7Up6ç (iasi^sutfLv toîç Tivà 7]07) oV/.o'Jgtiç, Ticav «pauXyiv jcas «reiffa! cjv/iGcLaç y»al os to't£ ^pavet(njç, aTcliwOu (/.àv 31 TOIÇ £Tl [/.6V oia7roXs[/.oiîvToç, UCpSCTWUVjÇ 7700; TOl>; Oûtoi ouvôjlscoç. V£(t)- y.opurpaîbv xal a£yaXo-pzrjxova y.al ttoi- t KaTtXtvav Aeuîctov 7)Go;, 2 ô; aiTiav 7uorè , X â^Xoiç 7rpoç <pOV aUTOU* 2>X"Xav (XSVOIÇ pol 3 âoijc'/fuiaçi /ta! fiVt TOUTto <poéo'J(/.svoç 67cei<rê £^pÔapTO & Ott' •fl&ovàç TûpoçsvouvTo; à^psi^w; sy.aGTw aTcocTaciv FalaTta;. ~Haav ot^Tjxouvxeç, — ÔV/] craojtàiv. Ai- £v sic 'E7TY)pT0 y-al 5 2. ea»£i- grane son gendre, roi d'Arménie. Remarquez la construction de cette longue phrase, composée d'une courte proposition principale enclavée entre deux couples de propositions au participe absolu. Si elle n'est pas reliée à la précédente par une particule, c'est qu'elle forme une explication annoncée par ï oùtîoc; TOififfôe, Gr. gr., § 335. Il en est de même pour la suivante qui commence par un dé- ty) ttoXe'. â'pwTaç TaoTa o^a-âV/iv o^ ts Tup- tyjç £vtoç vj Ta izoXkx 'E7UO~<pa)i<7TaTa terunt qui conarentur. BaoïXsvaiv, Mithridate, roi 'du Pont, et Ti- monstratif. tcov yuvaiy.wv y.al ty]v y.al y.al Tfiç 4 «.ipoç xotouç y.al TCapacry.fi'ja^ovTOç. Trpo; '!>,7r£cov aÙToO xolù â»/,Xotç é'o^ocav 77''ctt£«,; av9oa>7rov £y£u<7avT0 1 v£OT"/]To;, 1. oùCkoLq T£ "XaêovT£ç, p'/ivia O^y.ïlV w; £Tt ÇwVTa tov avOpa)7rov lv toi; aTroôavouTTpOypa^at. TOUTOV OÙV 7rpO<7TZT7ÎV Ot 7T0VY)- y.aTaÔuaavT£ç scfit eXaêe %T£ivai ào £'X- [/.syaXoiç fi â 1 ti 'Pwiavi Asùxtov KattXtvav, Lu- cius Catilina, d'ailleurs bien con- nu. 3. vocç. *Ev totç à«oOavov>{xé- La traduction inter necandos n'est pas tout à fait exacte, car participe futur ne renferme pas plus en grec qu'en latin l'idée le d'obligation. 4. 'EYêOoavco. Salluste (Con;. de Catil. 22) est moins affirmatif. Fuere ea tempestate qui dice- rent, etc. 5. G. 'Etc^pto de ÈTiaipco. 'EntocpaXscxaTa et/ 5 '
  34. 34. < BAPITBE «ni, I I malgré l loi effort* I /.y. ! •z lea forme «le j I j i / i « > 1 m dant % foû,e,-44.ma -.i. Sur * I rem. Ad- . — Ki:;-:i..y; 1. de l'orateur Jr.;ndr«xpoc second . fils • ' nstniit ici B parce «« qu'il renfern. . x»mme un g< at«olu. I . <7<h,« </« / bien, expression bien cou- nue. 0»v, r elle-mèmt affaiblie, o à la merci. pour la renverser. p:ir :----£. Pour passif de on emt XIV. quelquefci page 38, note 6. "i 1
  35. 35. 33 CÏ1APITRE XII. xal Se tio'vtcov Taïo; 'Avtwvioç KixÉpcov 6 7)p£'0*/i(7a.v. tiwtMCOu 1? 7)V [ao'voç RcaTot tûv [/.£- TraTpoç , où ysyovwç. (3ouX£utou, CHAPITRE XII Cicéron remporte par son éloquence divers triomphes sur les partisans de Catilina. Rai RxrOavxv irspi j/iv t3c xipwvoç wo^iTsiav sSéçavTO. xocrà toÙç x<i>i)[/.6VOi youv 2 , iroX),à T£IXV OU&£ ot Toûto piv dcpyetv 9 vo|/.ouç [/.£TiovT£ç 6>.iyot, tyjç àp^àç SùXXa TupavviSo; xaTvjyopouvTeç oixata. yov ouV ovtsç vetç SuT^a ptsyà^o:, 3 , ou * 6^|/.ap^oi [/.èv nO|/.7U7)'fou 1. Touto eTwtte part... toùç îtfXXa yap ot ouV xpoç ttjv aÙTY)v 'iTocTiaç V£0t)<7Tl Jitèv.., 7cx<77]; 77pO(7(Opt(7TO, xouto de Vautre. £è — fie, Kaià D'après ces magistratures xe- a<rGc- £§>)[/. «.y (o- [aèv u7ro'9£(7iv xal 1:0X1- ttjv XOCipÛ XIVOÛVTEÇ' TOUTO &£ VOfJLOUÇ (7ÙV Sap^iav xaOtGTavTeç âvSpwv ocÙTOxparopcov, icck<rfiÇ Ri- t/jv àV/iGTJ Ssovti £v [r/jv ' TOUÇ STl, lij.eXksv tcoT^oÙ; "XavOavovTa, TwpoxywvEÇ o£ ElffYJ- bsxx- , oiç eçeîro Supîaç xai oca XUplOUÇ OVTOCÇ, 4tà 77(i)>.glV AYjjxaytùYwv to <7TpaTsuu,a txavixrjç qpopàç xai xevûv eXnCScov ut:' a-j- vojjlou;. lois les principales demeuraient interdites aux 3. IloXXà xaTY)Yopouvceç, regardait comme une condition de l'apaisement des troubles civils et du maintien de répandant beaucoup d'accusations. Il ne faut pas faire dépendre Trj; -wXXa Tvpavv:8oç de TtoXXâ, mais directement de xaT7)yopoûvreç ou plus exactement de xoctoc qui entre dans la composition du verbe. Sur la construction de plusieurs verbes composés de l'ordre. xaxà fils des proscrits. On craignait que le pouvoir ne fût entre leurs mains un instrument de vengeance. Cicéron soutint énergiquement ces lois qu'il 2. A^ii-atY^Y^v, pris en mau- vaise part, signifie capter les bonnes grâces de la multitude en flattant ses passions. Cf. Vie de Fab. V : litt., 4. cf. Gr. gr.. § 167, 7°. jj.sv x. t. a. Ces nàanrçç mots dépendent de ta ôr^ôata et non pas de xupîouç ôvraç. Ta — ôr][x6<na, agrum publicum.
  36. 36. I - I . 1 I . 7 " I - 7 . . . 'pérant q qui . sembi h page ivec les . gouTernee des iche* provinces, à son col- . on céda ment de Gaule nota la afin r Il ','.-.;/:: .v ( ou 5. tendu] le l'ordinaire I i de rester à les 18, i). cm bien ( Vie IX) on enfin '-.. comme ici ptntèe Rome agitateurs. ?.--;-.-'.) second rôle; teoomder. Ce terme à note le Maoéd . ' III. 16, note 3. théàtre où l'on la lang~
  37. 37. CHAPITRE ocAÀa où ïizzafyzi (3ouAy]V tt)v piovov aXkiùv à7royvwva.'. tquç x.sXsuaa; tov £C,££a.À£ £x,£Îvov CoDtOV ÀOyw TOJ XpXT/îÔ£VT2.Ç W CHAPITRE 7rpOG£lOoSv, /-al aAAa xal tûv v6[/.ov, uapyou; ô"/î k ' 35 XIII. £7wO'!y)<7£ rcacz ? 2.UT00. XIII Cicéron apaise un tumulte au théâtre et fait respecter la MaAKTTa v^^ovy;; ô'crov oOtoç yàp 2 Ictiv, àfil (JL£V à<paipsïv ' £v 7TpOT£pOV ÀOT; X.2.1 tyj £V uTCOtTSia TOÎÇ {X£TOC TOU 07^.00 tellement furent subjugués; les trois discours sur la loi agraire, qui valurent à Cicéron un si beau succès, nous ont été conservés. "Ooov tjSovtjç. D'après 2. ils MM. Riemann comparée, Deuxième et Goelzer QGr. 128, note 2, et année de grec, p. 318, p. rem.), le grec ne connaît pas les constructions dans lesquelles un génitif de quantité dépend d'adjectifs ou de pronoms neutres employés au nominatif ou à l'accusatif. On voit qu'il se rencontre des exceptions. Cf. Vie de Démost. VII "Oaov xocfxou xai yjxpixo;. : 3. Tw Aô^w, tu §è en action.,, en paroles. An- {J.èv êp*fo>... ^zpiTo; y£vopt.£vov. GsfltTpOlÇ Ilapà toooutov, 1. cu|/.çépovTo;. Aoyov tov 7U6ût t*?iç ôéaç T0Î> £py(p Aetypia &è Tgjv 0)Ç ocù- Tàç Ixrcizàiv yàp à V 0. {/.£[/.'. y f/.£VCOV TOLÇ 6£(i)U.£VttV JCOt- Trapà to jcal TO Aoyco to 61 a.'.paaOy»t ? tco oeï Jta.1 3 TW t Aov âvTt tou xoAa/.£'JovToç toG 'P<ù|/,atotç àv opÔwç TiyYjToa, TOV £^ f/.£À(OÇ 7rOAlT£'j6a£VGV >u7ro0v loi. Aoyoç t£> zaÀco irpo^TiOvict, xat ort to àr/nr/iTov Stxottov Ixs^s^s àvyjp 6 to- £TUV^£ 77o7^- 5 , 77CÔ5- — tithèse très fréquente. ToO xoXaxeuovxoç, ce qui flatte, au neutre, comme plus loin to Xurcovv, to (Tujxcpspov. Le grec emploie souvent le neutre d'un adjectif ou d'un participe, précédé de l'article à la place d'un substantif abs- Thucydide surtout tionne cette tournure. trait. 4. Ilapà xàç Oéaç, pendant les spectacles, loin, dans les jeux, plus de place îôîa osa a le sens réservée 5. affec- au spectacle. 'Hc, ï"Z}yz = eïxy}, au ha- sard, litt., comme cela se trouvait. 'Etù Ti[iy} (ÈTit, en vue de), pour — — leur faire honneur. Màpxio; "06wv aTpaTYiyàiv double inexactitude : cet homme s'appelait ,
  38. 38. I « Sta I I • CHAPITRE i menace d'écU MNM encore une T Il ] fois. .7 - - cbez les ptup, proposée re les quaqui faisaient suite I. Op6c r»vec i ; nt df, de pari là le sens de pro contumeJia accipert. I , i -',j l - déesse de la guerre, Bel- Romains : son tem- voisin da théâtre de où se produisait ce dé- Pompée Le discours grâce auquel a réussit alors à calmer le peuple ne nous a pa sordre. 3. r . IBS, |f — d'abord. , r .. le sujet - la eonjmris, don: l'idée est suggérée par cvrt*. suppléer :
  39. 39. CHAPITRE XIV RaTiAivxv * xxl S'JaXx 01 gJyipéOi^ov ^CXTC£Cpl>/tOT£Ç txlç Tuppr,vtxat; (Aa.yi{JLtL)Ta.TOi 7r6A£(7tv àpxayxç £TOt(xcov ov£ipo7TOAo0vT£;. " AlOV aOÔtÇ &£ [X£TY)£l, aùxov P£êoUAe'J[ASVOÇ twv tov TO JCXl OaipLOVlOV xv0ow77cov u.7)vu<j£tç £A£y^ov x7ToypoJGxt va|/ivou [Asyx X.XT àp/aipeaiâv iwçgpôépievoç 'O yjy.aTwv Ofi y.xiviov 6 7 7U0AA0U; AianecputtÔTeç. Expression litt., ayant poussé, pris racine, c.-à-d. s'étant établis par toute l'Italie. Le génitif dépend de l'idée contenue dans ôiâ. Coray paraphrase ainsi 8ia7iepuTevu.evoi : Plus Bi' ôXy); t^ç loin, èyxaT£(77rap- qui n'a généralement que sens figuré, continue néanmoins jjLÉvot, le la métaphore. 2. MàXAtoç, Salluste l'appelle Manlius. 3. Suvap^aipeaiotcovceç — — ce lourd composé (<jûv <*PX*I aipscn;) que Plutarque est le seul à employer, signifie aider à V élection des magistrats, qui sont dans le cas présent les consuls. Le participe futur marque ici le but rLUTAR^UE. xai sv TOV TX vjcrxv, 'Eo^o/.si irpXGTOU.EVX At S' o'jTwto X7r' â' etç x.xl $u- vijAÉoav tgjv 6%&asi tov Rx- ty]v Wfipl TWV £tVXt t/j yàp KlJCSptoVX èvoojou OlOfJLSVOÇ £cpi£[/.svouç 1. 'iTaXia;. 5 6 Riy-Épcov figurée, xac oiov èppiÇtouivoi * ôopu^ov. Aio <7TpX~ TCXp*?;C7XV 'Y-rcareiav . xvopo; cuy/»V/iT0V T7]V SIC aV£X.ptV£V. 1 XXI <pa<7u.a<;iv. [/iv Rxtiaivx. tou 3 XVSASW îtxt Mxa- EÛAAX RxTlA''va 1UpOCT,{/.XlVSlV aA7)9eiç 7wAoutwv y,y£[x6vx 'J7CO àp^aipsfftôv ts y.xi x.£pauvoîç aziGiLtàç TlAlVXV T(0 <7uvxpyjxip£i7ix<70VT£; 'PtojAvjv Trepl è7Tl(paVWg &S £yy.xT£<77rxp|/iv(K Outol yàp GUVIGTXVTO 7UÀ£Î'7TOL (Hx<popvK7£iç jtoti XV&pX TWV sfyoVTSÇ TE'JGXf/ivCOV, £iç toxaiv arpaTittaoti, 7râ*A3Ci 'ItxAIXÇ, TTJÇ OAYJÇ (ASV 37 A£yOJA£VCOV TTOX- T0l>Ç Poua^, X.XI xux (Gr. gr., § 302). 4. 'AveXetv, de àvocipetv, interJicere. 5. IIpooYjjjLatvecv. Dans son traité de la Divination (I, § 17 seqq.) Cicéron cite un fragment de son propre poème de consulatu $uo, où sont précisément rapportés ces présages. Personnellement, au fond, il n'y croyait pas. 6. Cicéron, la veille même du jour où devaient avoir lieu les comices, fit remettre l'élection des consuls à un autre jour. np<xyKàLTiav 7. xouvtov, comme en tion. — latin res novae, révolu- 'Evôetxvuu,evo;, dat., se — faisant valoir aux yeux de. 'A7roxptva<r8ai à7i6xot<r.v, Cf. Gr. gr., § 161.
  40. 40. I I K Mvj:"o 1 La conjuration w BAPITOE i énat remet plein pou roi r est dé an conanl. OÙ % j : ' A'Jtlv 1. «le ron rt< : • Murtnn pro (un coin) de ta i, rem. arec le« verbe* (•< r. yr.. ••.:.i este 4. I échouait enrore X ï. — -2, note 6. Les a.i .firme rei p alterumjirmum -, r transitifs en «oua-en tendant p 821' . r I qu'on l'époque m.i XXV irt. une forme e*»t tine capiU: — ritms tstet, .turum. capt ' Il aa*.. rt. <:• ;i:vu)v, — comp- d étaient D. Junius Silacns et L. us Mure a. ponr lequel Ci- ùtter 1 ?c Champ céron a éc Prê Murena.
  41. 41. CHAPITRE XV. TaXoy t(o{/ivcov ? r (JL£pa.; Oegiv 2 uiaaç vuxraç tttpi TWTaTOt x.oç MàpxeA'Xoç xai <^S yvoùç T(i) o RpdC(7C7(0 w; WpOÇ TGV xal ti à'X^oi; tou )ia.v a(/.' vtyipx tuaaç à7?s'$b>x£V 'EtwEI &£ ÈTC'.CTOAà; 7-0(7-1- £7riysypa.u!.(/.£vaç Hv . f^OVTJV àv?»- irV/jyEi; */]<7av KaxaXoxt?oji.évu)v,semnpar compagnies (Xoxoi). La légion romaine est appelée par 1. </e«n£ (X>,à' , ïayj, oùv 7ÎJC6V TOÙ &£IV0G Û7T0 y;v Six <pi- RlXs'pcoV 6 tzç £7:L<7T0^à; xo- srtscrra&u.gvai Ilasai S' ôfAOuoç KoïVTOÇ 6 £>0J<7£V BouX£u<7ay.£voç oîç (pav£pwç àvayvôvai. £(ppa*C0V. Ol)X aov/)yay£, xal (3ou"ativ xurôv. àvÔpWTCOU ' otiTiaç a7roXû6{/.6Voç, KaTtAiva. £7re- Ta yp£jjt.|/.aTa (povov RaTt)ava xal 7rapY)vei tt,ç Rr/.£pCOVa, xai tâç 0£L7TVOV TIVOÇ 07)' TTolEWÇ Ù7T£$£^0eîV, TACÇ oiXkOLÇ £'j6Ùç èx&euov k'cppa^E oiîc 7To);i>v xo^avTe; ôi Tuapou^ia-v ttjv [/.ETa à&£<T7wOT0V pt,60tN Rpa<7<70ç, y£V7]G0'x£V0v 'J7T0 aXXaç , l Mzp- xal Kpsfcereoç MtfrjEXXo? RpaGCW Q'JptopOÇ, Q àyvcoTo; t^eigocç XUTto (ppxcai KixÉpcavi TOlOVÔC &£ XTCoàrôtofflV êm;- KlXEpCOVOÇ T/)V xal xy^ecocvTsç tov ôupcopov tocç 6upy.; Hv Sxvpri&v x.al ty)V àvopE; oî TrpwTOt xai $uva- 'Pw^aiwv, Map/.oç te yetpat wpoç cbpi<7|/ivyiç eyyjç 0&771Ç, 7JX0V ÊIW ; owwav T^ç y.xl ' 31) 'ÂpplOÇ préoccuper ' , xsA£tf<iaç , ETuêotAvjv tï]v aVVjp <7TpaT7)- comme en le répéter près français de de l'autre verbe sous forme de pronom. 'Aôéottoxov, anonyme. Cf. Démost. V àôéa7ïOTa Grecs Tay^a, quelquefois ?à).ay£, à moins qu'ils ne trans- Vie crivent le mot Jegio. Cf. 17e*', 1072, ôuo Xeyewve; (oOtw yàp xà c TaYJxaTa ol Pw[xaïoi xa).oû<jiv). ouvrir. les A : 2. Méaou vuxxeç, au pluriel, minuit. 'EneYStpat * at «ppàaou 3. Ktzipiovt. En grec, quand deux verbes gouvernant des cas différents ont un même complément, on peut se contenter de mettre ce complément au cas voulu par le verbe le plus rapproché sans se 4. ."). de : "EAuaev. Litt., délier c.-h-à. Chez les anciens, au lieu de mettre les lettres dans une enveloppe on les roulait et on les entourait d'un fil. Il fallait pour les lire couper ou dénouer ce fil. G. <J»avepûç, à haute voix. 7. Quintus Arriva. iTpaTrjyixoç, prxtorius, ancien préteur. Cf. uîcaTixo;, personnage consulaire. Cf. XIX, page 46, note 5. —
  42. 42. m i . i I BAHTRE Wl oénm. — La de ilome it I K y T 1 rou tomç , K VI ;ra y- - ±- > mu, V air, plane. M ae expre* • . D I • ' em inutrer par lui miwte. gr.. z6 K>iS$o, tenir #M*/>r - voj : R ivrcau v.-f.a tf i -- 'y>j revê- f - fOMlkl d'un pouvoir san* faisant imftw*. entrant (di formulars composés de tt à côté de leur teos circonstance tait les . t aositii.com me : , comme ' 3. I '- 'J-i^x. ils tarent, : 6. euphémisme, malheur. gierf- rtvvu»Txtiv. arec l'inf lut ion de.
  43. 43. CHAPITRE XVI. MàÀA'.OV TOV TCOOÇ RÉOviyov xal Ôusaç wç ecoBev "Xaêovraç V^fAÉpX, Ôav viyavaxTOuv xal xaTsêdwv façt j7roxTdT£po "flXOV »[/.' IIpoEAGtov yEvÉcGai. f . £IÇ XOCÀOUGIV, TtO[/.aiOt to 7cp6ç ôSoiï, tcov <7uyxAY;Tixtov, 5 'Ap^a|A£V0Ç . teàoç àvaTTà; àecoç yàp avTov 1 Au lieu des deux personnages nommés ici à tort par Plutarque, Salluste désigne C. Cor» '£>; nelius et L. Vargunteius. simple prétexte, àffiraffojxévou; cf. III, page 16, note 4. — , 2. *ov)A6ta, transcription de cf. I, note 1. — Tûv 57uçav(ôv, génitif partit. Cf. àvyjp rôjv prjxopwv (Gr.gr., § 164). 3. Le 'Avtôvxwv, quand on monte. du génitif absolu est sujet souvent sous-entendu lorsqu'il est facile à suppléer (JSr. gr., § 305). On peut aussi employer dans ces désignations de lieu, le datif de relation, qui marque par rapport à qui l'affirmation est vraie. Cf. Thucydide, 1,24, èffxt 7io).iç 1 : 'E7tiSa(iv6<; èv Se^îa èa7t)iovTi tov 'IOVIOV XÔ).7T0V. 6 xal . avTco tyjç (aev "EXOovtoç 4. l)7T£- tov paGpov oc-tuô sGopvêsîro irpodfiTaÇfiv SUtv 'Ev- . OÙOSIÇ {ASV 7 * âpYJ?; 3 OV T*?)Ç aAAwv sàÔovtqc Tcîiv As'yEiv excfc- lEpOV, àviovTtov àÀAa TràvTEç 8è £V lOpUflivOV ixs'Tà Ré- £t(7£^- RixÉpcov o 6 RtxÉpcov à7raAAaTT£G0at Fulvia, o <7UyXaGl<7ai '', à7U0A0Y7)<70|./.£V0U U.6TY1A0OV <W- Tat; Gupaiç, cotte IlaAxTtov RaT'.Atva TauGa xal tou X<i)Au6sVTEÇ TO TOG 2tY)<T10U AlOÇ A6t T7)V <7UYXAV)T0V 2T3CT0pa [aeive Ta; IttI icat toùç rapl tov cpuAaTTEGGat, XOtl d)Ç 8k Toûto <t>ouÀëta, % yuvvi tûv tw RixEpwvi, vuxtoç saGouco. fiÇvfyyeiÀe , 8t)YOV. 0'. S' Ispà; èaGeiv tov RtxÉocova à<77ra<70[/.£vou; SiaxEÀsuaauivv) xal MxpXlOV <7TpXT£UfAa 7 icpocTCeffdvTaç. yp'/fcaçôai êuriçavôv TO fiVt êx6À6Uffe çtov) * 41 sv a>ç 7ro'- 7.o'yotc ? ànoAoY"^- aopxévou. D'ordinaire avec les verbes de mouvement le participe futur marquant le but n'est pas accompagné de u>;; mais ici, le verbe de mouvement étant lui- même au participe, obç n'est point inutile à la clarté. ô. Me-c^Adov. Cicéron, Catil. VII, 16 Omnes consulares, qui tibi persxpe ad cxdem constituai fuerant, simul atque adsedisti parI, : tem istam subselliorum nudam atque inanem reliquerunt. 6. cf. *Eôopu6etxo, à l'imparfait, Gr. gr., § 218. — TÉXoç, Gr. gr., § 163. moment-là que 7. C'est à ce Cicéron lança à Catilina la fameuse apostrophe qui commence la première Catilinaire Quotisque :
  44. 44. K (M tulm cb'-f âm vii lMii;l- conjuré* resté* à — Ses espérances. Rom*. I K J j .1 ; XVOX1 $£ - - /. 7. 1 . 1 . 3. .9 il pu formellement Rome: <es il ne île se ronten: i v ordonna sortir de lui de renflant lui Magno me m>tu liberabu dumnu V. 1. iT/Aïixç j.:, OU ' I juitie meut arracher leoù elles étaient plantées pour donner le signal (x>t) </>< à part. rtll? re. - I I ' | , note 4. — .17. § 4. page 'I -.// i 11. r H I cusatif de relation comme 8 10. L'ex- .j/j. - : gr. n. 1. - Le participe présent msrune simple ter* 5. On pouvait être <k; du rang de sénateur pour cause d'indignité par les censeurs. Mais si l'on se faisait élever de nouveau par les suffrages du peuple à une charge curule, on reprenait son rang. I r i | -•, j-
  45. 45. CHAPITRE atTtaç. TOtauTYjç 4 (jLteuwv auyvà , Stsçôsipev. xat Aoyov 'Ev Totç xaTz 2uAAav ypovoiç Tatôv ô7)[/.oauov ^pv)t/.aTa>v à-wk^s 'AyavaxTouvTo; &è to0 SuAÀa jcat àiraiTO'jvToç xàvu y(opfoç 2 Oasiv év xapst^s &è 7?&7oeç, oTav 01 «juyx^YjTcp, tyj xaTa^ppowiTixcoç, xal icSovai, s<pr, 43 XVII. ( tw sv j/iv ovx (o<ncsp stw- "Xoyov xvr (r/]v, ttiv oai- xpo<7£AÔot>v cçaipiÇsiv 3 &ta|/.ap- 'Ex toutou Sotipaç TTapCOVOULOCTÔr, TOÙpXV yàp ot 'Pw^atot tvjv xwÎjjlyiv "XsyouTi. IlàAiv Se <^txy)V e^wv xal &ia<p6£t'paç Iviouç tùW àixacTGJv, êtusI twgiv. oucl ' â^ecpuys {/.avaiç yovsvai to 6a.T£po) pua [/.ovov ^7)^0) toioOtov xal f>t£CpOstpav ïiz'/ xptTvj xfivaïç 7U£7TAa<7^£va 7 xal 6 surnom de Sura. En grec, nom propre se construit toujours comme apposition et ne se patv, £e met jamais au génitif après les motsôvo[xa,l7rixXy](jiç,7tpoaYiYopia. En latin 1. on dit cognomen TajAteOwv, 2. Oùx 3. 'Ev I«p»j, Suris. cf. p. 12, refusa, note G. GV. cf. tû acpatptÇeiv. A cer- tain jeu de balle, le joueur, en punition d'une maladresse, devait présenter la jambe pour recevoir un coup. Malheureusement pour les amateurs d'anecdotes, comme Plu4. tarque, ce Lentulus n'est pas le la famille qui ait porté ce surnom. premier de 5. T6 ôoOév. Diibner, en expliquant d'une façon assez inattendue tyjv Oirô tou stepou xpttoO ôoôsïaav (tlrjcpov), montre qu'il : 5, àpxetv Toutov, yàp OVTa ei yexal <pÙG"£t TYJ KaTiAiva,. içoocxal ^£uoo[/.xvt£iç aSovTeç ypv)(7|/.oi>ç le 7uapavaAa)[/.a £<p7) ûxo toO 7i:po^'/îAo0vTa; , , rîoQsv à/rcsÀudT). xexivviuivov £Atc((7C SiëuAÀsicov ^vj'cpoiç * , eltAgpuivouç y6?)T£ç wç SX eivat TtoV 8 T/j n'a pas du tout compris cette impudente plaisanterie. Amyot avait traduit avec raison ce II dit qu'il avoit perdu l'argent qu'il avoit baillé à l'un de ces deux juges-là, pour ce que lui estoit assez d'estre absouls par une seule voix de plus. » 6. Kevatç, litt., vides, c.-à-d. vaines. Cf. en latin vanus pour : vac-nus de vaco (vacuus). 7. 'Exttov EtêuAAeîtov. Ces livres sibyllins jouissaient d'une grande autorité à Rome. Les devins, pour donner du crédit à leurs prédictions, les en disaient extraites. Eî{xap{i.évou<; ecvac, l'inaprès 7tpoÔY)Xo0vTaç, parce que ce verbe, bien que formé de 8. finitif montrer (Gr. gr., § 236) se rattache pour le sens aux verbes qui signifient dire (Gr.gr., § 235). ÔYiXùi, .
  46. 46. - . 14 BAP1TRE wiii i i i i ; II sem- di -ujet. ais le ser. En oppose. réalité, l'infini" >tyle indirect brement en «introduit ont exprimant seulement ••st impliquée dam seulement par A | y c. Ici — TaOïx i 8t les infinitifs - employé seul (ftr. gr.. . | 2. verbe 'I 4. BfOMMO. Ces : sort impersonnels qu'en !i prorx .ne idée tption diffrr- ' i : de comme 4i- péri»**.' (autre) que. («. 2 . -;-. client à qui suive:" /oùvti;. 1 ti le Il emploie non seulement après les comparatif», mais aussi après les adjectif-, adverbes on jrrec lorsq. msfcqptM orme infinit maticalement II ble Ce ver't>e marque sou- approche du rivage en venant soit de la haute mer soit de l'intérieur des terres. Aussi est-ce le terme spécial pour rentrer dans sa patrie quand on rient d'exil ou d'une taine. Cf. 4. v page 74. loin- e :: xxiii.
  47. 47. CHAPITRE viaotûv toov * Se 8l Sicpv) , <7TU7T7U£ÏOV /.al aTu-izéiov zal /.al gtov o'ieKAYi'pwaav, éîcxTTcp id>' TQdaÛTa 2 [AlpYi oY ÔAiyou */i t'/)v ôè *ra- 7Vo"AA(ov 'A^Aoi oè 7roAiç. Ip^pàÇavreç âiuo<y<pàTTStv toùç e^eaXov o^stoi»; eiç 'Pw^viç, exa- T*?iç ôjç àva^avTojv <p>iyoiTO xavra^dôev toùç Ôeïov xrcsxpi^av. "Avôpaç KeQyfyou cpspov7£<; oixiav çavTSÇ é/.aTÔv xal 45 XVIII. ûSp£U0(/.£'V0UÇ. 'AA- npxTTO(/.£VCOV 0£ TOUTtoV, £TU^OV S7ubv)[/.oiïVT£Ç Aoêp' tycov Suo Toutou; ol tvjv /.al JSouayiv, Tvj Kai ypàjxfAaTa f £7rl tt,v KaTiA-'vav ïas?' tyjv xoLLi^ovra Taç à'jTaÔfi.vfTwv xAAvftoiç iAauvew P<o|/.T,v )tai fieT HeuGepiav, tvjv h IvTuy^avovTwv 6 Tûv KpovtàSiov (de KpôSaturne). Les Saturnales à l'époque de Plutarque duraient plusieurs jours, mais au temps de Catilina, un seul jour. Tooauxa. Salluste dit seuGabinius uti cum magna manu duodecim simul opportuna loca urbis incenderent (Catil. 43). : Statilius et 'AXXoCptYtov. Les Allobroges habitaient entre la Saône 3. et l'Isère. Dans ces — II6vY]pa 7tpaTTovTO?. sortes d'expressions SouSi Oia $' àvÔpco—tov /.al Siw/.cov 6 yi>vai/.àW /.ai Aoyi- Ri/.spwv, 7ipàxT£iv a le sens neutre de se 1. 2. &è tivx KpOTCovix- fîouA£u[/.aTa ~6vo> trouver voç, lement douze 5 tx tuo^àx spuo vyfyovTt *al ffuvédei irepiTT^ tov Suvaire'ffTeAAov . aurwv Titov ImffTOAaç. oïvou repoç toÙç sA£D8£pc6<7avTa Trapax.alo'jVT£; xpoç aùxoTç j^èv xpoç KartAivav sSo- Se ypa{/.pi.aTa ûmcr)(vouu.evGt, ttev KarOavav Xodç vjyepLOvtav. ttjv AévTAOV wçeÀLuouç 7iyou(xevoi irpoç /.al [/.eTaëaXav ty]V Talartav eTrotTÎ- auvfcjp.oTaç* ix.fiï sav, tots or, |v..zAt<7Ta (3apuvot/ivou /.al irept y.iY^cx'. (Tavxo lôvouç içpe'aëeiç, TupaTTQVTo; 7uovr,pà to 3 ' dans BapuvofJiévou tel = 'EXaOvetv, 4. ou tel état. — papecûç çépovro;. s'avancer. Pour expliquer le sens intransitif de ce verbe on sous-entend selon les cas tov ïiiTtov, ou to àp|xa, ou ttjv vaaiv, ou tov cxpaTov. Gr. gr., : § 207. 5. Ttxoç. Titus est un prénom, nom était Vulturcius. 6. 'EvxufX^ 7667 **V&, son con- férer avec quelqu'un. Construisez pouXeuu,axa (ToiaOxa) ota x. 3. : t. a.
  48. 48. - UAPITBB l I Lecture d- n ItttfN saisies. — Anesta <!•: Ce» • /.y. / 1 . T.'j't'ti . vi'/jr/.T.,; x-.j-.-j:. I kOt ~ r : 01. :/',: X I | | Anaphore h '. I - - I I I 1 I %i. • . I :-•. — Embarras tioo des conjurés. ron. 'jr., . '.)...;- la manière do: : § mes propres 'Ht' (de les) il : et: . oreil- 9YTI . El . pied . «lu mont k»t|«oéyai v:', -Jj r exdifférentes . nuances deux con- - >te 4. ç. prime des q*e les L :>.*<.- *•"> tends dire) Ctpitolin. 5.1-3- ;9. note 7.
  49. 49. Al CHAPITRE XIX. TTiyûv tyî xal, 2 7cp£7couffav OOtoç . 7raG£^oO*/iGav etç a^ea(AOv â' HSv] vovtoç àÔpowç, toiç Trpzy[/.a oixiav etç 7upoeA6wv toû oixi'a îepotç |/iv xal Ù7raTou 4 toû xal -apaj/i- cppacaç to 7rapYiAÔ£v sxeivou yu- tyjv Ôsov, ôpyixy>u(ïat Je xax' yuvaixoç S '.à ai>Tà> &7]f/.ou Eaat.vsç ai/r/i ffU{JL- <7i>v irpomp^Oeif, dbçpppvfToiç S' tyî oî /.ai sv * toi"; ffTpaTTjyoïç. KixÉpcov, 'AyaÔYi'v, 'EÔueto ôvo[/.a£ouatv. ' yarvuâvToç, iraiS'à <piAou 'PtopLaîoi xal 6 7TOAtTaiç, xaTgîvov vaîxeç r.v Xaxvjv cp'j iaOviTa oùv {/.ev ougtiç é<777îpa.ç wepwropçupov tvjv awfAAaçev xaTaÔ£t/.svoç, (JouAvi cpopa sTuyyave), yàp F'jvaixeiav Tr sviauTov [Jwpoç r, Iv aÙTou, t f E<7TiaScov tcov Kixspcov, 6 xal aÙTW Ta7ra<7iv wapdvTov, àvSpxciî. Tvfv toîç à^iXYf[/.aai oV Tt6xv£'., £TPieiX£iav é âvopxci £V TY) vo;, 1. 1TOA61 wppojôst yevst yJGquç T£ Ttjv TCîpcîiôp^'jpov (èaÔr)- des principaux magistrats. T9j oujjtcpopa ïçpércouaav, ypyjGatTO TupocTjXoucav 28, note 6. &$eo{Jiov cpuAaxTjv, en latin in custodiam liberam. On confiait dans ce cas les accusés individuellement à des citoyens qui les gardaient chez eux et répondaient de leur personne. StpaTr/yoï:; ce mot ne peut être pris ici qu'au sens de préteur, or Salluste nomme ces citoyens et il : — p/j xa- Joxoiv; ttreu.êai* SuvaTOÙç ©iaouç 6k xivSuvov'* '/ 0'/]<j X'J.Î- Où yàp n'y avait aucun préteur parmi eux. 4. 'YjïAxov». Les mystères de la Bonne Déesse pouvaient se célébrer non seulement dans la maison du consul, mais aussi dans celle Edç : xal [7.aAaX(OT£pOV IX, page 8. ô'ttco; oùv 7rav- xal aÙTwv qciç' tinctif cf. , ÔAiytov xal TCixpâç xpcoroiç togam [purpuram) prxtextam, toge prétexte, vêtement dis- 2. 5 a [/.a, xal wç £{A<pop£i<7Gai X£XTY)(A£VOlÇ' tov ê<ppo'vTi(,ev yàp âxpav Ta), la aÙTOV Ti|A<opiav sÇviuÀaêÊiTo xal tyiàixoutoiç TT ç èçouctaç ayav v£tv T£ EicsÀOcov Trapouaûv. irapôsvcov yevo(/.£Vo; xa8' 5. du préteur. revéoOou xa6' éatuTÔv, plongé dans ses réflexions, méne pas confondre avec 7tap' éauTto Y^écrOai {Vie d'Alex. LI) être diter, = cf. yevédOai, revenir à soi. XpYjoatTO xotç àvfipaa:, k'vvou; 6. IX, note 7. nam 1, Salluste page 30. (Catil. 46) : Pœ- illorum sibi oneri, impunita-
  50. 50. V II I w CHAPITBB ron à la léTérit*. sénat l i I — Le . i I I Or »aVj I /. rf - | K •. ' ; I prrdund' Gr. 1. "AA/.uj^. lui qui ne parais- se K ïTixi/ jl:. : > * : note 1. . no- f. : sont rare* emier par ne... quidem, le second par meque. l'cioque de la décadence, on les emploie parfois pour Li langue classique et doivent s'expliq:. A 3. Ai I! itçtxi -:i/o^ Mtp&évOI ^= = son m al — à); I . — — dan> eo parlant du v "i suscitât - V/ hardi. - VlIUilLK ,jr 32. •'; I
  51. 51. 49 CHAPITRE XX. KlttSptoV 6 (p*/i<JLV ^£TaAa(J.êaV0U<7a 7C0>,tTHCÛV TOJV 1 SX£lVCp) Toiv jcal Ta aTUo [/.sTa^tSoijîcra 7) T£ 7TpOÇ CCUTOV SCppOlGE TOCUTO: touç avopaç £7ïïi (ù cppovTi^wv ixstvou TOXp xœv otxiax&v 7Uap(i)$UV£V XOtl o^oiojç ô£ /.ai jvoivtoç éxatpcov <piAo<70<ptaç 7UÀ£ï<7Ta /.al {/.s'yurra o Niyi&oç, IIo7UÀtoç xapà Taç aô£A<po<; 7roAiTixàç ÈypïJTO 7rpà£stç. £' Tv) TWV àvôpOJV X£pl Tt(A(i)piaç StAavôç tvjÔeIç stiOevto cov m, 6 ytav toj eiç $v 3 Kixspcovi àxousiv Èviwv — frère de Cicéron. ïïotcXio; Niyîôtoç, Publius Nigidius Figulus, savant très lié avec Cicéron. Il reste de lui des fragments sur divers su- — toix; TCoAAaç oOo^p^'av Kôïvcoç, Quintus, jets d'histoire, TCpGCr- Se tou ve'oç àpyaç, aù£y)<7£(oç 'Pw^atcov toc ?i 1. On ne trouve point ce passage dans les œuvres qui nous restent de Cicéron. 2. Tots yEVoj^Evou. xpàyjJLotTa, ÊÀsyvov yovTtov irpOff- Kal TOUTCO 7UpwTaç sy wv tyjç È|/.ëeoYiîC£6ç, ^e £w.7)V Couvai ptov. Spto- iroÀiTsia /.al Taiç sA7ugiv ecç È)te{v7)v ttj [AETE<7T7iGE Qave, £' O 7TpWTOÇ yV(ô(/.Y)V ' f^XF 1 Faiou Kai'crapoç, 7 ô^ôv ty)v Àdywv <7uy>cA7]Tcp iv / owcTaTopoç /.al tocç ^è zal vîSy] , §£<7[/.ojT7) s^eÇvïç radcvreç TaOra [/.ETa TO SIC 3 tyjv £<jyaTY)v slrce àyOsvTaç Tj'îteiv yivopivwv uaTepaia, de grammaire et d'astronomie. Ta uXeioxa, ace. de qualif. (Gr.gr., § 161, rem.); on dit -/pr,a6ai xivt Tt, se servir de quelqu'un (tivi) pour quelque chose coç, à'ÀÀou; ÈAav- faco^i'aç, Aocê'/jv j/.èv [/.èv TCapE'§a>z£v jxovap- gtç 8 aAAa * Êyyùç saOcov jtal ae- aXtovat,, Tiva YvwjJLrjv, rogare aliquem sertteniiam. Cf. Gr. gr., 160 et rem. 5. Atxvjv âouvac, expression passive dont l'actif est Sixï]v ),aoziv{Gr.qr.,% 215 et rem.). IIpo- — crrjxeiv 6. (s. ent. Néoç ocùtoùç) àxôsvTa;, a>v Ixt. Il avait trente- sept ans. 7. ~H, grâce à laquelle. comme en voie, latin via, — 'Oôoç, en français passe facilement du sens de chemin au sens de moyen. Aa6/]v 8. 7capa5i$6vat, comme 8. Twv àvôptov, les complices de Catilina. 4. *Epu>TV)Qetç gatus sentent iam. A ^6>l^, l'actif, ro- èpouàv Xaéyjv 7iapa<r/etv, fournir l'occasion. Cf. le français donner prise et le latin ansam prsebere. 9. ~Hv = È^v. — 'Eyyù; Là où nous employons êXQcov. la tour-
  52. 52. . I i o i K I < Wl HAPITRE •lu lél 'DfUmiuUon de* oonjwA». I ~ I I ( K3 t / : . ' . • tfopimer. *.' Ainsi - rtntim > . t r: - infin. •ie ron. I est. ; . j ' leur place. ioscmwtqw*. L Baptfttft 1. an jet le '.^r. cour? : mode da dis- conser. - Ma t . i S 'it qut j plutôt nssocifs - - salut qh r uocié perte. -'.:r VII. où tonte cette phrase se trouve transposée a aar demandait la détention à perpétuité et sans r> mission : Plutarque attribue ici à César Xéron. l'opinion de 1 notplus "xav^scôxo-j. qui est employé dans la ri ch. VIII. i / ',: i . c.-à-<i. lui (en .
  53. 53. CHAPITRE XXI. 51 Aùto^ yàp àvaGTotç éve^eipYiaev sic é*a-irpoTepa, toc oè Tvj yv(6[xv] RafcaTa j7.£v ty, ' t>,txpàv. T£oov, pOÇ (7l»V£l7T(i)V AuaiTsAav Kaiaapoç ttjv tixiç làeffôai auToç ôors pt.ô^AOv, 6avaTix.Y]v £t7T0!. 'PcouLaicùv oixviv eivai {ioi»A£UT/i 3 Etpv)(/.svviç Se Tw xai T(ov, Rateapa tyjv toç cuyxÀviTOv, tyjv layxT'w <ï>ç 7CpÔT0Ç yàp àv$pl àvT£XpOD<7£V 7 eiTa &ia$sc;x{z.6vo; J Quu.oO jcal GàvaTov ' em <7i>v£7w£p£i<7a; ÛTCovotav, êvÉTTAYiffe o>(7T£ où^ to SeapuoTTlpiov. ccpobpw; Ao'yo) al- StXavov aùBiç Àsyetv xai yvoipLYjç, tyiç R»:taoç AouTàTioç* aÙTY, tÔv yv<t>[JMr)V ev yàp xvopaç) YipouvTO toi>ç 2 T(0 RixiptOVt (y.ttov xaî 7rapaiT£i<7Ôat a£Ta,êa>,Ao[/.£vov 0'!o'j.A6VOl yv<o[JL7)V OavaTcocavTa [/.Y] SsuTspav ty]v T£ <pi^OL 7TXVT6Ç 01 , RàTOV <ppov/i[/.a- /.aTa^Y^iiracOx'. tcov dcvooûv* &è ITspl à^twv oùx, Ao'vTa; 6 vpnpLaTwv $7i|/.6u<76b)ç toc cptAàvOpwTua tqç tw evl ypv)Ga<70at 1. 'EY/etpâi, pour èicixetpài, qui est plus usité au sens d'entreprendre de démontrer, discuter. Eîç éxàxepov, en faveur de l'une et de l'autre opinion. Cf. — Mor. 955, E; 1037, B : ol et; in Xdyot. En latin utramque partent disputare.ïïn réaéxdcxspov lité, : Cicéron montra qu'il penchait pour l'opinion de Silanus. Cf. Catilin., IV, II, 13. napouTeÊcôat repousser 2. {sa première opinion), c.-à-d. la rétracter. Cf. Vie de Coton, XXII , : -tXavôv sSjapvov x. t. a. — y a même, ilvcci xaDiysiv toc 'Avôpi PouXeuxrj. Il Vie de Caton, XXII, àvSpl 'Ptofxaito. 3. E6pYjjj.èV*iç, et On dans lamême voit qu'on peut employer le génitif absolu lors phrase a.ùxr. IviaraTO Raîcap, iauTou yvco^ç lîtêa- <7x.'jOo(07UOTàTco. môme que se trouve le sujet Bia£o[/.e- du participe exprimé à un autre cas la phrase. En latin cette construction est fort rare et ne doit pas être imitée. En grec même, il semble qu'on ne l'emploie qu'intentionnellement pour mettre en relief l'action marquée par le participe elle devient plus fréquente à la décadence. KàxXo; Aouxcmos, Q. Lutatius Catulus. dans ; 4. — AtaSeÇàpievoç, succédant à, c.-à-d. prenant la parole après. Cf. en latin excipiens sermonem. — — Kâxcov, Caton d'Utique. 5. "iiaxe (s.-ent. ocvxyjv). Tà>v àvôpwv. Ce génitif ne dépend pas de ôàvaxov, mais de l'idée contenue dans xaxà (contre). Cf. Gr. gr., § 167, 7°, 6. S.-ent. (aùxoù;) ÈxêaXdvxaç.
  54. 54. vie di > >f BAPfTRB Wll I — ré* cwpWl Kcbec d . ' I , m I 1 a rr,( - - /.v. Q T7 - ÉOtoX 10 : 1 K xaTOYocYti T T ( - i . - - . T07T7: ; ' U.6VOVTOC, — : <m. T . • . ns ac« F> i.Tûv arpat t i yftw Ct XIX, 3. W 'Itp&ç L iik , , le •oir (ir^c qo forum. — tam ru* J*. aie racine : - t rigu et J ' llr. I : I ïitmnt faire. .al- : lusion aux mystères. 5. Le Tuliianum, cachot sou- terrain. Ce mot a 6. ; e:.- ' v - raiMitif. . il jit j
  55. 55. CHAPITRE XXII. 53 sÇaoTCayTiVat, cpOey^àfAsvo; ptiya xpoç aÙTOuç, « "EÇr,TO.V » ' £l7T5V. 6ï OuTfc) 'Ptojy.aitoV 01 $Uff<p7)|A6lV (/./( àyopaç âvéëatvev sic fiouXofJUVOl TO TsOv^Vat <77)(/.aiv0U(7lV. 2 "H^yi &' Y)v £<j7U£pa OtJCtaV, OÙJCETI TTjV 7rpoTPe(/.7udvT(i>v Teyôv 7rpoûWivov : , ùtuo <5v 5 7ro(/. 7r7 01 7T>,£Î(7T0l, yo&ou; xal ektyi pivot &tà y*^v oà oï xal 6 cpwTa, TZoXkèc jtat Sa^a; twv yuvaix.EC ex osa àviovroç* 7 XaT£pya<7X(/.£V0l xal affETarjXaxoTEç Gpià[/.£ojv àv&poç, toO crs^vw; ^.x).a T£ 7UoX£[/.0'JÇ xal At Ti|«j àpiaTcov tô>v j Ta /.tigtyiv jcal >.a[/.7?£$ia ôupaic. bel xpoTOtç o£yo- jcal scùTYJpa , ttsvcotto'jc, sxl Tatç ' i(7TavTc»jv 3 T«^l XOÀITWV OÙ6s àl),à cpcovaîç TCocTpiooç. tyjç toÙc •/taT£>,a^7U£ ot' TtoV yEVOixo oi»c àvaxa^ouvrcov xal C7l(07infi ocùto'v, 1 jcaô [i£V(j)v 9 , ÔaXaTTav J7.E- irpocr- oXtymv, èêàSt^ov oùx àvo[/.oXoyou|/.£Vot irpoç à^V/flouç ttoàXoÏc- (asv twv to'te / 7Îys|/.o vtov xal <77upaTïiywv xal Xa<pup(ov xal 7wXo'jtou c Suva[jL£coç >,£iac 1. ai ^aptv ocpEtXEtv tov xal TtoTYiptaç "E^Yjoav, rixerunt. On Ivl s'at- tendrait an parfait èÇrjxaai, car rixerunt a dans cette expression ia valeur d'un parfait (vita transacta est) et non pas d'un aoriste. Quant aux formes zC^go. et iÇrjxa {Vies, 954, D), les Attiques leur substituent èéîwv et psêiwxa (Cr. ^r., § 83, rem. 1). Cicéron et Sénèque traduisent vixi en ce sens par le parfait grec. Cf. Epist., XII : SÉNEQUE. ou (k- (Jeêtiotai , @uox6 selon les éditions; ClCER. Ad Attic, XII, 2, et XIV, 21 (îsêicoTai, vita transacta est. : 2. </r., "HÔvj yjv éa?cépa xa£. (&r. § 353) ; (ToOtiov) *aô' oOç Y6votxo, devant lesquels il passait. On a l'optatif parce que l'action 3. P(0[/.aicav [xo'vto 8 KtxEpom, dans se répète Sr^ov, â<r©a- le tyi^i- passé (Gr. gr.. § 272). 'Ioxàvctov 4. (s.-ent. twv TToXlTWV). TêYOç, 5. en latin cf. toit, comme tego, tectum. axéyoç; — ITpou- çxxtvov, éclairaient. Ot àlptoTOt, 6. optimales. KaTepYaaàjJisvot. Cf. en en français orAe»er. EîaeXauvstv, entrer, à cheval ou sur un char. Plutarque 7. latin conficere, — dit aussi elasXa-jvetv 0ptau.oov 301, F) ou eiceXaûveiv ôpiajiêsuwv (H«s, 625, E). (Hes, — lIpocxT^CTÔat , ajouter par conquêtes (à la république). Vies, 11, E : npo<7XTYj(7àu,evo; ses Cf. tr, 'Attixvî Trjv MeyapiXY)v. 8. "Evl jJ.ôvto. Etç se joint
  56. 56. I I I : K7- . : I CHAPITRE Wili Les ennemis n essaient de soulrrer l'opinion contre Il de ' la patrie ». > rtiïV /.al 7 . . : Kr.r/.y , I >yr-j.y.:y, Br.tfTlflW rou ^y.; <> - - : /.y M« . fo -7:1/7 t K*./. : » qnelqnefoi* à pAvoc pour marquer tartemeat — . Lùn K ux 1. I •, attl foou, et m ment des propositions verbe*. plus loin . rticle suivi de l'infinitif suivi d'un : L'adverbe xxxû; •. nnel^ for- I fl . u. Cf. page $ 216. . tu>v. //.« magistrall'année suivante. complé- a r ïre tribun 1 - peuple. • 6. .. £»p -onflurrt. Je à. 11. T«I>v iu€o>.u; note -. explique — : Ils lui t dirent dm
  57. 57. . CHAPITRE XXIII. 6svts; pzQpa, yXk' èx&suov, à7uo[y.oc7avTa wç rcapieffav K&csivoç Jtai, y£vop.£V/)ç TTûOTiXôt* ô'pjtovj 'Ecp 1 O7)tJt.0Ç jcal no (JWTVllOV t£ p.£Ta t<yy)ç tov opzov ai»TÔ <^£ tw Kucsp<ove Tapajràç epr) aÙToîv T£ ovfiAapyoi ot xal y.ai rcàcT) toTç w; aùxto tcov 7T(o7tot£ tloiTépa lFpOffayopeuff«E monter à la tribune (?), fiouXoixo xaxaêaiveiv u.6vov... à7rofJL6cavTa, s't7 consentait à desîi cendre après avoir simplement prêté le serment. Cette traduction suppose que l'on a p.6vov à7TO(x.6<jaç. Expliquez 'ÉxsXevov xaxaèaîveiv {jlovov à7ro[xd(îavxa, el poûXoixo ayant seulement prêté le serment, si toutefois il jugeait à propos de le prêter. Le magistrat sortant de charge jurait se nihil contra leges fecisse. 'Etcc. -çoO-cotç 1. avec cette ron dit ion. : /.axaXuGOVTa oy] 'AXV r,v o<pe),o; 8r |/.ap^wv iuo>.st tyî ( à— 7ToXiT£u[xaGtv èxeivcov ^£ xo&etv etffvfvÊTO ^uvacTcixv. 1 &oç/)ç âvTiTadffoiJtevoç. T£ yàp GLXkx pxSuoç â'iuo^, àuva<7T£tav outw; Yipe tô ^.oya) ),suov) (/e xat- Kafcap Ta ti[aocç (ticotty;;, T£ IJoixTÉaç, [/.ei^ovoç fJt-èv ' 7raTptSa xal 8iaT£- GTpocTiaç, Tf,; Kr/-spa)Vt KaTcov tot£ xutgj ïàtov Tiva /.ai 'Eicw[/.vue ûtc v6[/.oç Rtx.£po>voç toj àpy^z toutqi; 6irt •"' ^avàvTO, (iiya , ïti [j.aTAov o otç xkV Xeyeiv. tt,$ '. 5^a>.s7çaivovTsç, oiXkoLC, /1V 3 aeccoKsvai T7)V (/.-/jv •/) TYipvncévat t/)V 7îy£jj!.ovtav. GU[i.77aÇ 6 wept (xovov y.araêatvav. , où tov rcarpiov xttcÔ[/.vu£v èiuéTpsTCov oi»S' fiouXotTO, et 2 6|/.oG(ov vôv où OO xaî ty]v Kixspcovoç Ô7][X.Yiyop7i'<jaç ps.6yi<7Taç wtts , fi <|;y]<piGa.Gdai TCXTpiSoç. xots IIpcoTG) yàp formule d'affirmation dans les serments. Xedwxévat sur la manière dont s'introduit cet infi nitif, cf. XVII, note 8, p. 43. — 4. : (Populus Iiomanus universus) meum jusjurandum tum, juratus conscnsu ipse atque tanvoce et ClCÉR., In taie una approbavit. Pisonem, III. 5. KaXetv : remarquez la ma- nière dont s'introduit cet infinitif pour expliquer en quoi consiste cette loi. , 'Oji.6oci>v. 2. que 3. : Forme classi- (Gr. gr., § 119). «àxptov ôpttov, le ofXO'jjxevo; Tôv serment traditionnel. — ^11 (xyjv, 6. M''7)<ptaa<j6ou, ici '.faire ro- — Cicéron dans son discours contre Pison (III) raconte que Quintus Catulus lui donna le même ter. nom au sénat.
  58. 58. M» ! I I BAPITRB WlV pM U iclot d roi une «lu - 1 I i nxl )•;.<,: /-r// 1 Mj ,- t ; ( v. | y/.;. XCtlK 7./.T', I//7.7. Tt$ &* ixaivtttv 1. une om }«>tt roxr If 'i la teet U mu rf •noêt., - Ilv il par exemple. .ro position a (*:>*, lemer, I u.:tov . . à remarquez '. i . le • I sens poneei | )mae alors que l'idée de dire es: seulement suggérée par ce qui précède. Cf. mm* on pe-mt le ti- rer Je set trurres, c.-è-d. comme — m note BL Fi tionu a m fondent Aristatelft . WV), — - èyxto- iru : rem. mm •-,. II, XXXYIII, § I
  59. 59. - CHAPITRE XXIV. 'ApiffTOT&ou; ort ^pu<7toi> 7TOTa[/.ôç , ^pyjdÔai 7w£(puît£V outw , iïioLkzyoyÂvou 2 <ppa<7TOV gtwOet T0UÇ7JV IOIO.V ^oywv At)|/.og6svou; GTOV £Îvat, TOV KucépCOVOÇ, [X£yt(7TOV 77po; Y)V tcov os At)|/.0(jÔsV/]* 7co^a^ou Taiv [/.gyaXwv XP^ Tat . Xo'ywv <Woi7) T0 ^ 'AvTtOVlOU, 4>'Al7?irUlOÙç £7T£ypa^£V, ti Tiywv ysvscOai 1. 6 tw ypàcpcov 7] ^oywv, tov 6rt :i TQl>Ç àu.V71«/.OVO'J(7l. y.%1 irxpx Ilepî 7t£pi éx.à<JTOU. cp'Ao- Kaisapoç apyovTOç : pour tûv II/octcovo; oiaXoyfov (outio tyjv yvto(xr|V elxsv) toO Aie;... outw GiaXeyouivou c lî; signifiant ç-we, cf. GV. gr., § 311, rem. II, voir p. 26, note 1. Héçvxev avec l'infinitif, cf. Gr. gr., § 291, rem. 1. to; x. t. a. — XLII, lex. E : Kpoc- 'Pw/.aiw TCept7uaTY)Tix.w oie7upaç;a.To (jiv *ûç ôtaXeYojJiévou : scwo'jSaffs eÙ^evco; se rendre compte de cette tournure, il faut se rappeler que l'idée de dire et de penser domine toute cette phrase. Cf. note précéd. Entendez £7Tl- £<mv oùoVç, ôv aux fconiaev svSoÇotsoov oOx. jlmtip oè TO'J £V îtott svoo^wv âwô Aoyou Si xar' ocotov T(OV Ça>V7J âvopoç, /.OCT' vî TtVgÇ * 'jtcovikjtx^siv oùç Taiv fcd&Xt- £ÔV]X£V icepl ço<ptaç loyco si 6a'j»/.a©TÔv &7?aiVQ>v, /.al i&ttov xai, Tôv ^£ 060IIspl Se twv £77l<pU0VTai 7r£ p' t [/.xÀi?Ta Taiv . KaiTOl 817Ç6. TtVa TCOV £ToiptOV ypx^aç, Êvta^ou ttoV/j Tiva 3 OY)[/.0(7Ô£V^£IV 7TpOCr7rOlOU^£VWV Aioç, * OCKOKOCktlV èp&>ry)ôeiç, péovToç* sïv) tg>v IlAicTcovo; oiaXdytov, o>; toG> TTSpl otç i)i otswoàÇaTO TiSyj, îlot; ïSîoiç; Mor. 237. Tov; Trad. : ioiôu; aiôefoôai 7carépa;. ses délices à lui. 3. T6v Jeune (I, t^ÉYtoxov. Pline le 20) nous rapporte qu'on disait aussi de Cicéron M. Tulliiim, cujus oratio optima esse fer tur quae maxima. : "Eftb^Oovcai, attaquent 4. avec obstination, s'attachent à. Cf. Vie de Périclès, XIII vie de Dér most., XIV. Au sens propre, teS, ; I ClCÉR. Brutiis, § 121. Jovem sic aiunt philosophi, si grince loque- 142, voi;, se retur, loqui. pements. TpvxpYjv tôtav. L'emploi au lieu du génitif du pronom réfléchi paraît se répandre surtout au premier siècle av. J.-C. Plutarque en offre d'assez nombreux exemples. Cf. Vie d'A- 5. 2. de tôtoç, B : èîticpueCTÔai cramponner Remarquez de le toî; xprjfxa des escar- changement construction àu.vY]u.ovoO<r tôW £7iaîvtov... xai ôti x. t. a. 'E7C£Ypa^ev, cf. p 103, note 1. r — : 6. 'Pu>{j.ac<»> pourrait y avoir . YSvéoOat, c il Pwu,aîov. Cf.
  60. 60. « - K :es*l 11 J: I K ! I I .1 : . -. Il i I CHAPITRE Bons mots de I -:', j-.i y. - l. l . Ces ' • pen- -ait ~ - /.-/. ~ Me &6xt. y., < /. . : ~ Ilaox h pas a L avoir à ces hon- traction ordin inîîn. :. r I r I | k du Athènes de Cicéron. v pas confondre ce Gor- fils fameux le s> contemporain c I lettres fih g recq I / '/.TV.xwv . • > mi tait la vo' • •-•• : Munatiur Planons Bursa. qui fut plus tard lui-même et accusé par .VU. condamne. note 7, page I I
  61. 61. CHAPITRE XXV. à7UO<puycov ty]V £/»£Îvoç Stîtïiv Saétvov, otjTw ^ÉysTat oWt' gtiTÊÎv: £V Cpom <jga»JTo'v Rpséccov $è 2 |i.aTOç wç loi^optov aùxov, aoTÔç gxgïvoç £t7T£v, Où « T^oyov (3-/)- dXivaç aùOiç yàp IvTauOa JNai, » çvicl, ce )) yu^va^wv tov çjcotoç àwô toG ^[/ipaç [/.gÔ iiuvivgiç; Tj{/.âç £V£X£V ^6Tviç ' ty]v )) gyx(o[ua^cov xal £i»*/ip!.£p7]G£, Rtxipcov, wo^ù gjjiou TÔ) OUCa<7TY]pi(d TCgpi^g'avTOç; Màpxov Tûpwviv oûx ? ûcÙtou w MouvaTie, Ixetwqv, yocp 8.x àx£Cpuy£<; Sixtiv £Ta?pov gdt'antgv 7rpo7T£(7£tv ùtt' opyyj'ç 6 l Su (( 59 « pig- cpaolr,v £iç ûtto- Ô£<71V ». El7UOVTOÇ *Pw|/.Y) £V u<7T£pov 7ra6cov {àg£l(t>XgVai tout' t$£coç "HtSsiç, « xal xxou<70[A£VOi>ç Ti « );£yovTo; » RpàtfCTOV |7//]O£V0C g£v)XOVTagTiaÇ, [/.OCXpOTgpOV xai gtrcov; » o 1 1 iyw Tw- « gçvj, Sià tout' àv glô k goVjf/.a- )). j.psoTCgo*9ai tx'vtoi;, 'OpX (( TQU KpXGGOU 1TOT£ àpvoi>[/.£Vou :J {/.xiouç ywygiç <^£ ^gyouatv oii ' U.^1 <^£ tcIouciov (/.xXXoV, givai. )) Rpxcaou tou StohxoÎç cpïi- tov xyxÔov x7rocpxivou(7tv,' £ivxi )) tolç £l7î£V, Aigêe&^gTO (( o' OTt 7TXVTX TOU (JOCpoO giç cpi"Xxpyuoîxv o Kparooç. 'E7U£t 0£ TOU RpXGGOU TtOV XXtOOJV 6 £T£0OÇ, rdcp s'explique par une elSi tu agis ainsi, c'est donc que... (Gr. gr., § 346). L'interrogation est ironique. Cf. Quintilien, II, 17 : se tenebras offudisse in causa Cluentii gloriatus quelle siégeait le général. Cf. Vie de Coriol., X. 3. TC îcaôtôv : sur cet hellénisme bien connu, cf. Gr. gr., § 228, Rem. I. est. 'Eôyi^aytoyeiç, tu cherchais à flatter le peuple. Cf. page 33, note 2. 1. lipse : — xo> PirjjJLaTOç, du 2. *Aîtô haut de la tribune aux harangues. On appelle aussi (3rju.a, le tribunal, sorte de plate-forme élevée que les Romains construisaient dans leur camp et sur la- 4. Atà to>to, par ce moyen. — 5. "Opa est construit avec {/.y; par analogie avec les verbes qui signifient craindre que, prendre garde que. Trad. Prends garde que ce ne soit parce que (ôti)... :
  62. 62. Jl7 Ut < M IIMMIIII. W I 1 K i 1 I i I I : I I i 1 : i. : I 7 Qpoa Ji b6q - le de for. . J. <^e jeu de mots qui 9 nom mme ; siimifiant dig> la racine en latin dap* et dapi- n comme adjectif naturelle- -ible. Plutarque (J/onneàce mot une >in«ruliere îr. " Bxttvta'j 4. nom se tronr* chap. IX, d'où Ton v..':t combien il est difficile de tirer de ce* aortes de transcri; gles précises pour déterminer la prononciation ancienne do. grec . latin.
  63. 63. ' CHAPITRE XXVI. OTt rjOLQÙÇ y copav Katcapt, Ss 'Eicel >caTav£jj//)0^va'. l^ixryepaivov Tt ojxou ~ gv wv, « , Kaf/.i?avta xoXaoI , Ae&cioç {JouA-vi, tyj aÙTOO GTpaTtwTatç Totç £è Il60l(Z.glVCi)|X.gV , [i.èv Fg'AÀtoç, wç où eixsv 6 Y.OLY.d^^ èv tyjv ^7)<p'.<7a[/.svco TcpgcêuTaTOç TOÙTO £ôVTOÇ TOW'jV à7TOAOtTO Ko./.OÇ « £/f Gl yevTQdgTai » Ô Ktfcgpcov « [/.axsicv yàp où/. atTfitrat FgAAioç uTuepôeciv. g<p*/] *Hv 'Ojctocouïoç Tt; Je' toutov xpoç ygyovg'vaf Kixs'piovoç Ttv. ev » Atêuviç g*/. Agyovxa ^tîcri Kal « gÇaxotieiv, a*/i gytov atTtotv » s^etç oùx, {/.viv toO k g i7U£ (( TO OÛÇ àTpU7T/)TOV MgTgA^ou yap Aoyài CCVYipyr/.gV » • Nétccùtoç Se Ta(/.apTUpÔV J (7UVY]y0pàW 7] iriGTgwç « scpr, » oti 77A£tova; giTCovToç <7£<7Ct»C£V, gv ifjtol « twAsqv îcoc- *O(A0yj iei- vottito; gtvat. » Nsavicaou tw oap(/.axov AgyovToç « gcpy) Trapàc 1 (/.gO PouAoptgvou (Jvftoç 1. est Y]V goo rïè jtat a<pt£[/.£voç 5 j^aAÀov vj « Tc'Xax.ouvTa piogvt Ù7TO Kav.oç xax&ç à«6Aotxo une expression toute faite maie pereat en latin. à peu pris : sur cet emploi de xtç, cf. Gr. gr., §201 et rem. 3. Macrobe (Saturn. VII) ex*Oji.oi xi, presque, plique ainsi cette plaisanterie Octavius qui natu nobilis dicebatur, Ciceroni recitanti ait : a Non audio qum dicis )). Ille resjwndit : a Certe solebas bene foratas aures : T(ov aÙToO , £V ». TtVl gtmtv, , » xavTa &è 7rapt£VTo; oV.oc<7tg)v xai Toîïto auvvîyopov [AgV aÙTOV '* comme 2. Gpacuvoaivou , 7rapa AaêdvTOç gTg'pwv xÀazouvT'. gv Kty.£pcova, tôv pouAO(Jtat Stictiou Agygtv gyovTOç os$a>%g'vai 7ra.Tpt ÔTt T^otSopriffgt Ilo7UAtou StXY) atTtav Ttvoc, r^£ 7$7) ûç ty)ç haberej). Hoc eo dictum quia Octarius Libys oriundus dicebatur, quibus mos est au rem for are. Cicéron a défendu ce P. Sestius ou Sextius dans un plai- 4. doyer que nous avons encore. 5. A^Aoç Yjv à<p&£{jievoç, cf. Gr, gr., rem. II, § 316. Le sel de cette plaisanterie, qui n'est pas très apparent, consiste peut-être en ceci « Profite, dit Cicéron, pour parler à ton aise, du temps — :
  64. 64. 1 .1 1 ! • M N I 1 II- iwrrc S <~ 1 i ttrfh /.y. l ) '.' /. - M K ' • I '/,7 -r.'rOflti quel- -.j.'jr vot). un homme pnbU I terminé) u (le pr tu ne seras plus qu'un a • levait passer po.ir kivard. l. Kopuaoç , jwrispentmi. e > k ci (a, de dire qu'il t du nom du "'<"• j-',z qui pas*- pour de la rhétc. ien r I. : , -e — ba» était <x 1 on inven-
  65. 65. I CHAPITRE XXVII. 63 CHAPITRE XXVI Bons mots de Cicéron TÔ &' st'j^e olç <7uvY)y6 juiroç My.px.ov àaç, "ASpaaTOv SUX10U YTQV 4 , I Âx.ùXAtov 3 â'v£'/ta padiw Si 2 e^ovxa , îtal àvTlOt/tO'J^ (JKCàfJL- pYjTopiîcov fitvat. toO yslotou 7UOXÙ toutwv ôTaya. &uo ya[x.€poùç <puyz- éx.àA£t. KoTTOt 0£ oox.£t ' 7upocr/.pous'.v ocutco. ~ pOÇ 71 mîtpoTspoi; ^p^rrOai |/.oc<7t to OÙV TTOO; £^8pQl>Ç [/.£V (Jvn), T71V ê^OVTOÇ TIU.Y)?IX7)V «piÀOlVOTZTOU o' OVTOÇ, U7TaT£taV àp- Ô Kl- [7,6TLb)V twv (piXcov /.uxàco iFepiffTàvTWVj COÇ S7UtV8V, (C U.7Î 'OpOôç (poêocrÔs » élire U.Ot yevvjTai ^ocàetcûç 6 tijatityiç ô'ti u^wp Twivco. » /ipcov gSi^Yjffs, x.ai (( Bwzwvioj 5 S' ocTûavTvfçra.; ayovTt 1 éauToiï (/.fiO Tpeiç àpLopcpOTaTaç ôuyaTÉpaç àveçôsyÇaro « <J>OlêoU TCOT* OU* £WVTO<; £<ITCSip£V TEXVOfc 6 . Mapxou àè Ffi^Xiou ysyovsvai, Xafjwrpâ: &è llbxpoxépotç. 1. cf. le — motif 2. : ypocu.- ne cherche pas à fuir ou qu'on ne peut fuir. XP*Ï~ forment sujet de âoxsï 4. 'Ttwzi-*.'i sure^ TijXY)Trjç, le note 6, p. 12. àp/^, censeur. cenCf. I, la 'PriTopiy.ov, cf. intérieure ou le en vue de. Màpxoç 'AxOAA&oç, trans- Marcus Aquilius. "ASpaoTOç. Ce roi d'Argos cription de 3. (i-syàV/i 62, Les — — "Evexa peut mar- p. 21, n. 4. quer la cause y.al £A£u9spcov (pcovyj tOoci et tô... 7tpo<7xpouetv respectivement et de (Tuvyjye. &, oùx. tyj page note 3 et 23, note 4. propositions infinitives tô... ^oxoOvtoç )) et de Sicyone avait pour gendres Tydée et Polynice qui tous deux avaient fui leur patrie. Notez eu outre que àôpacTo; signifie qui 5. Biottwvtio, transcription de Voconius. G. Litt., Il a engendré des enfants contre le gré d'Apollon. Ce vers, dans la pièce d'ailleurs in- connue d'où il est tiré, devait être appliqué à Laïus, à qui l'oracle d'Appollon avait prédit qu'il mourrait de la main de son s'il en avait un de Jocaste. fils
  66. 66. ï, I I . i :r,v : IIU'IIHL WIII < ( — ron. • riixlia* pénctn- rhe* Dé I Cotr II à l'occaatoo de* eai accru*. /. ! '.'- > i Z14 j 1 1 / [-. K : - I I | I I 7 ; - K : nui /.-/•. 7 • k - • . Encore un mot obscur pour :. •uir ré, lu publics ( ueut:..' ofl : 4. aient On a songe t 16, note 3. ron jooe sur le double sens de ce mot afficha*}' d'urne rtmU e: pro*crip- q ; ression page - r : i à haïr ; f. M h .tnt (;iu ZdXka aaeex 1 . se é g de> Publina eai I les C .cher qui montra plu- tard de Ciceron. t~Wl m l'ennemi célébraient mystères de la Bonne Déesse. IX. rage ;7, note 4.
  67. 67. CHAPITRE XXIX. ATfcscOai 7îl(e Qç yuvaiy-cov. TCOV 7j7TOp6l cWSùç TûpOÇ IIo|i/7r/)iaV stores vuktoç c^' xal oioocov* ôepaicatvlç TY)V 65 oùuav sic [/.syàV/jv', aÙTÔv îooucra [/.YjTpoç, ^TYjffev 7r'Aavc6u.£vov AvpyiAi'aç, ttjç TCOV (/.ETOC Raïaapoç S' âvayjcacrOsvTOç aÙToG ovo^a. <t>6éyEa<76ai <7a.vToç àzolouGov Ilo^7U7)ia; £y)T8iv 'Aëpav TOUvo(/.a% Tuvstcra ty)v Ta; <7uv£KdcÀei Aï yovaiîtaç. Ç73- àvsxpays xal yuvaucô; oùaav, où cpcov/jv /.al Taç àxox. As traçât b' Oupaç &ai 7ravTa StspEuvcotuvai Àa[/.£avou<7i tov Ràcoc^tov, ToO 7T£cp£uyoTa. 3 7rai5i(7/.7]; o'6a)[/.a sic xpay^aToç $1 vou, Raîcrap tot£ ttjv IIof//7r/|Lav xaTa- <7UV£i<7yja6£ v iuEpi£oY)Tou ', àcpTJ/.s ysvojjii- xal $ix7]v êypà^aTO tco Ràcochco. Ttç T(I>v ^-/)^àpycov àffsëeiaç CHAPITRE XXIX Procès de Clodius. Rixspcov RaTt^tvav spyco 1. (F Y)v eyxAvj(/.x tou tco £V 'Pc6f7//1 Siarpiêsiv , £X£ypY]TO aXV (7a«s une grande maison, c.-à-d. dans la maison de César qui était fort vaste. 2. "Aêpav touvojiux 6vo{j.a), cf. Etç t7r. (= x6 ^r., § 162. îîatôcaxvjç, l'emploi de eîç indique qu'il faut rattacher ces mots à xaTOMteçeuydxa. 3. ocx.v|{jLa TOIÇ jcaT8[JLfl6pTup7)ff6V tcov 7C6ût C7UV- iGYjjpi'(o[/.£vo'j ysyovsvat £V Clodius est TUpoGu[i.OTaTCO crcojj.aTOç* ulyiSs , Etç otxtav {JiSYàArjV, — lui. auTou <piAoç% xal L/iv ouAaxi TOV V^pOVOV ptoiç Cicéron dépose contre absous. 7TpaTTO[/.£VCOV xal to xpoç — coç xaT' TTOppCOTXTCO 6 iïï êxâvov T^CO- àçiyf/ivou T£ 4. Tviv IIojJLnTjtav à<pv)xe. Plutarque raconte en détail cette aventure dans la Vie de César. (IX-X). 5. *tXoç. Cependant plus tard Cicéron reprocha souvent à Clodius d'avoir été l'ami de Catilina. 6. — *ûç, disant que. 'AçiyOn peut considérer ce gécomme absolu ou mieux uivou. nitif 4.
  68. 68. a * ' lu > i I II. l r/i . . i . I l I rit < i t ; £xON . - . XkrfytsC comme • d< étaient des tablette» enduites de rctf : 1. *il^. ici pensant que. cire. ; : — On y inscrirait les lettres soupçonnant ' T par- pas nécessaire de brouilUr les lettres si l'on ne roulait ni condamner ni absoudre, il suffis*;-, crire — kaXûv va- zOâv, cl 4. ; haut Yûijj.;jLxot. Le; bulletins s. NL. +»A0 i ; mur à ha -.Le appui qui
  69. 69. CHAPITRE XXX. <poëou«/.evoi KlX£p<OV otî (C &£ [/.apTupcov 'AàV TOU , oùx SU.OI |/iv outaaràiv S' |jl£vtoi yuvaucoç, yz^ov oùS' ydcp aou aur^v oti tov 2 * où vàp z~l nCkrfiûç ttj; K.at<rapoç eSst ccA'Xà ja.ovov, TtoV jcaTS'-Lvi^t- xaT£yvto/ivx'. [AOtystav xpa^coç ai^pa; ' )) où xaTe|/.aoTupyiae £çpvi o £lX.O(7l ÈTûiTTEusav où/, ,{ 1 SixacTaîç, toïç Kttl £Aaêov t6 àpyùptcv. r, à<p£i>cévoc'. où xaOaoov togoOtoi Kouorocp Kaco&iov, « Ot 77£VT£ Tptax.ovTa oî -poTSpov olizéaugolv tov £17T£V » ÀSYOVTOÇ OCUTOV 7UpOÇ tcittiv xapà. Iffyé )) to àpyjpiov. âosA-vjTai K-ACOOlOU wc£<iTeu<xav TavTo. Soi O ùpàv T'.ç [J-Tt 67 xa.1 avfp.'flç £iva'.. XXX CHAPITRE Clodius cherche à faire bannir Cicéron. A'.acpuycov ^è yo; atpeôelç, £ÙGùç etveTo' entourait le tribunal du préteur ne protégeait pas suffisamment les juges contre l'intervention de la foule. Tô àpyupiov, l'argent avec lequel Clodius les avait corrompus. Cicéron raconte ainsi le fait Quorum (judicum) Catulus — : cum quemdam vidisset : (( Quid vos, inquit, praesidium a nobis postulabatis t An, ne nummi vobis eriperentur timebatis ? j) Ot jcévce xat ei'xoac, et Tpiàxovxa. On emploie l'article avec les noms de nombre quand ils désignent une partie déterminée d'un tout également déterminé. Cf. Corneille, Menteur, I, J'avais pris cinq bateaux... les quatre contenaient quatre chœurs de musique. 1. ol V : KagAo;, tov xivSuvov 6 4 toù xai &rf[A%p- Kixlpcovoç , rcavO 1 Où* sjctoxsvxiav. Ils ne ils ne se sont pas fiés à toi, puisqu'ils ont d'abord exigé l'argent. Cicéron jouait sur le mot crediderunt, qui signifie à la fois croire et faire crédit. Cf. g. pas cru, t'ont Cicéron, Oùô' Ad Attic. I, XVI, 5. x. x. a., il déclara qu'il ne croyait pas sa femme coupable d'adultère. Cf. Gr. gr., § 325 et 167, 7°. Ici la négation 3. ecpYj de oùô' ëçyj tombe logiquement sur xaxeYvwxevai mais non pas sur — Cf. Vie de César, Iïwç ouv àTts7céfxd»c*> t^v yuvaïxa; )> a "Oxi, £yrh xrjv eu.r,v àçeixsvai. X : ce yj^touv (xyjô à {/7rovoY;8r;vai. ». 4. Efyexo, litt., s'attacha à, s'acharna contre. Cf. 'EtiiçvsaOat tivt XXIV, p. 57, note 4. c.-à-d.

×