Formation	
  e-­‐commerce	
  
Etape	
  n°6:	
  International	
  
Dossier	
  de	
  formation	
  "Comment	
  ven...
Formation	
  e-­‐commerce	
  Etape	
  n°6:	
  International	
  
©	
  Damien	
  JACOB	
  -­‐	
  www.retis.be	
  	
   Page	
...
Formation	
  e-­‐commerce	
  Etape	
  n°6:	
  International	
  
©	
  Damien	
  JACOB	
  -­‐	
  www.retis.be	
  	
   Page	
...
Formation	
  e-­‐commerce	
  Etape	
  n°6:	
  International	
  
©	
  Damien	
  JACOB	
  -­‐	
  www.retis.be	
  	
   Page	
...
Formation	
  e-­‐commerce	
  Etape	
  n°6:	
  International	
  
©	
  Damien	
  JACOB	
  -­‐	
  www.retis.be	
  	
   Page	
...
Formation	
  e-­‐commerce	
  Etape	
  n°6:	
  International	
  
©	
  Damien	
  JACOB	
  -­‐	
  www.retis.be	
  	
   Page	
...
Formation	
  e-­‐commerce	
  Etape	
  n°6:	
  International	
  
©	
  Damien	
  JACOB	
  -­‐	
  www.retis.be	
  	
   Page	
...
Formation	
  e-­‐commerce	
  Etape	
  n°6:	
  International	
  
©	
  Damien	
  JACOB	
  -­‐	
  www.retis.be	
  	
   Page	
...
Formation	
  e-­‐commerce	
  Etape	
  n°6:	
  International	
  
©	
  Damien	
  JACOB	
  -­‐	
  www.retis.be	
  	
   Page	
...
Formation	
  e-­‐commerce	
  Etape	
  n°6:	
  International	
  
©	
  Damien	
  JACOB	
  -­‐	
  www.retis.be	
  	
   Page	
...
Formation	
  e-­‐commerce	
  Etape	
  n°6:	
  International	
  
©	
  Damien	
  JACOB	
  -­‐	
  www.retis.be	
  	
   Page	
...
Formation	
  e-­‐commerce	
  Etape	
  n°6:	
  International	
  
©	
  Damien	
  JACOB	
  -­‐	
  www.retis.be	
  	
   Page	
...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

commerce électronique international - Réglementation de protection du consommateur en cas de vente à distance

4 258 vues

Publié le

Syllabus du cours "e-commerce - aspects juridiques spécifiquement liés à la vente internationale à distance + application de TVA intracommunautaire" présenté par Damien Jacob en mars 2015 aux étudiants en Master "e-commerce" (Université de Strasbourg)

Publié dans : Formation
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 258
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 422
Actions
Partages
0
Téléchargements
36
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

commerce électronique international - Réglementation de protection du consommateur en cas de vente à distance

  1. 1.       Formation  e-­‐commerce   Etape  n°6:  International   Dossier  de  formation  "Comment  vendre  aussi   en  ligne:  de  l'idée  à  la  mise  en  oeuvre"     Développement de l’activité e-commerce à l’international : les défis à relever     Damien  Jacob               Version  3  –  1/5/2015     Pour  obtenir  la  dernière  version  :  damien@retis.be   Actualisation  :     http://www.retis.be/ecommerce-­‐international      
  2. 2. Formation  e-­‐commerce  Etape  n°6:  International   ©  Damien  JACOB  -­‐  www.retis.be     Page  2     Développement  de  l’e-­‐shop     à  l’international     Ressources     1) Livre  «  e-­‐commerce,  les  bonnes  pratiques  pour  réussir  »   Editeur  :  www.Edipro.info     Nombre  de  pages  :  336     ISBN  :  978-­‐2-­‐87496-­‐228-­‐8)     2) Notes  de  cours  «  e-­‐commerce  »  (2015)     L’auteur   Actif  depuis  plus  de  20  ans  dans  le  domaine  des  T.I.C.,  Damien  Jacob  est  formateur  et  consultant   indépendant  (stratégies  sur  le  web,    e-­‐Business,  eCommerce  tant  BtoC  que  BtoB).   Il   exerce   ses   activités   de   formation   et   d’expertises   en   France   et   également   en   Belgique   (depuis   octobre  2013).  Il  enseigne  par  ailleurs  à  HEC-­‐Ecole  de  gestion  de  l’Université  de  Liège  (e-­‐commerce,   e-­‐marketing)  et  à  la  Haute  Ecole  de  la  Province  de  Liège  (cours  d’économie  du  numérique,  de  droit   du   numérique,   et   d’e-­‐commerce).   Il   intervient   également   dans   le   «   Online   Executive   Master   in   Management   »   (formation   en   «   blended   learning   »   organisée   par   les   3   Business   Schools   de   la   Communauté  française),  ainsi  qu’au  Master  «  e-­‐commerce  »  de  l’Université  de  Strasbourg.   Il  participe  activement  à  plusieurs  réseaux  professionnels  dans  le  secteur  de  l’ICT  en  Europe.   Il  a  été  auparavant  expert  pour  l’Agence  Wallonne  des  Télécommunications,  (établissement  public   wallon  chargé  de  la  promotion  et  de  la  diffusion  des  TIC  en  Région  wallonne),  animateur  du  club  PME   2.0   (réseau   informel   rassemblant   plus   de   250   e-­‐commerçants),   Secrétaire   général   de   la   Charte   déontologique  «  eTIC  »,  et  responsable  de  l’Unité  «  Transport  et  TIC  »  à  la  SPI  (l’intercommunale  de   développement  économique  de  la  province  de  Liège).   http://linkedin.com/in/damienjacob    
  3. 3. Formation  e-­‐commerce  Etape  n°6:  International   ©  Damien  JACOB  -­‐  www.retis.be     Page  3     Table  des  matières   Développez  votre  activité  à  l’international  .........................................................................  4   Les  défis  de  l’e-­‐commerce  international  ______________________________________________  4   Application  de  la  TVA  intracommunautaire  en  cas  de  vente  à  distance  :  ____________________  7   1)  TVA  pour  e-­‐commerce  à  des  professionnels.  ............................................................................................  7   2)  TVA  pour  e-­‐commerce  à  des  particuliers  ...................................................................................................  7   Un  casse-­‐tête  administratif,  mais  parfois  une  opportunité  :   ______________________________  9   Le  point  sur  l’application  du  droit  du  consommateur  :  __________________________________  10        
  4. 4. Formation  e-­‐commerce  Etape  n°6:  International   ©  Damien  JACOB  -­‐  www.retis.be     Page  4     Développez  votre  activité  à  l’international   Etendre  à  l’étranger  son  activité  en  ligne  est  un  défi  à  relever  pour  de  nombreux  e-­‐commerçants.   Dans  plus  de  8  projets  e-­‐commerce  sur  10,  une  telle  évolution  est  vivement  recommandée,  pour   atteindre  rapidement  la  masse  critique  quand  on  est  positionné  sur  une  niche  commerciale.   Souvent     le   développement   international   se   révèlera   indispensable   pour   atteindre   rapidement   le   seuil  de  rentabilité  et  asseoir  son  business  en  ligne  sur  le  long  terme.   Les  défis  de  l’e-­‐commerce  international   Cela  entraîne  néanmoins  plusieurs  défis  à  relever  :   • Des  défis  commerciaux  :     o selon  les  pays,  les  habitudes  culturelles  varient.  Certains  produits  plairont  dans  tel   pays  et  pas  dans  tel  autre.  La  propension  à  acheter  par  correspondance  /  en  ligne  /   par   smartphone   varie,   de   même   que   la   densité   de   la   population   et   l’organisation   commerciale  générale.  L’environnement  concurrentiel,  de  même  que  l’organisation   de   la   filière   commerciale   de   votre   segment   d’activité   peuvent   également   être   fondamentalement  différents  selon  les  pays   o Dans  certains  pays,  le  réflexe  «  acheter  national  d’abord  »  est  assez  marqué     o Des  méthodes  marketing  différentes  devront  vraisemblablement  être  déployées   • Des  défis  au  niveau  du  service  :     o gestion  des  langues  sur  la  plateforme  et  au  niveau  de  l’assistance  à  la  clientèle   o gestion   des   stocks   et   localisation   de   ceux-­‐ci   par   rapport   aux   pays   vers   où   vous   comptez  exporter   o gestion  de  la  logistique   o gestion  du  marchandising  et  de  la  politique  des  prix     • Des  défis  techniques  :     o bonne  détection  du  pays  d’origine  de  la  visite,     o bonne   identification   de   la   langue   du   pays   et   pour   les   pays   avec   plusieurs   langues   officielles  une  bonne  détection  de  la  langue  du  navigateur     o bonne  gestion  des  noms  de  domaines  ou  sous-­‐répertoires       o stratégie  quand  une  même  langue  est  employée  dans  plusieurs  pays  pour  éviter  le   «  contenu  dupliqué  ».  Celui-­‐ci  peut  en  effet  être  dévalorisé  par  les  algorithmes  de   classement   des   moteurs   de   recherche   et   donc   avoir   une   influence   négative   sur   le   référencement  organique     o affichage  du  merchandising  (mise  en  évidence  de  produits  au  sein  du  catalogue)  et   des  prix  selon  le  pays   Certaines  plateformes  gèrent  mieux  ces  aspects  que  d’autres.     • Des  défis  administratifs  :     o gestion  des  devises,     o gestion   de   la   TVA   intracommunautaire,   des   taxes   de   douanes   pour   l’exportation   hors  Union  européenne    
  5. 5. Formation  e-­‐commerce  Etape  n°6:  International   ©  Damien  JACOB  -­‐  www.retis.be     Page  5     o prise  en  compte  des  législations  nationales.  Parfois,  certains  produits  ne  peuvent  y   être  vendus.  Certaines  professions  peuvent  y  être  réglementées  (en  particulier  les   professions   libérales).   Certaines   certifications   nationales   sont   parfois   nécessaires   (dans   le   secteur   alimentaire   notamment).   Les   règles   de   protection   des   données   personnelles   et   de   protection   des   droits   du   consommateur   varient   encore   significativement   (une   directive   européenne   devra   être   transcrite   d’ici   la   fin  2013   dans  les  législations  nationales  pour  mieux  harmoniser  au  plus  tard  le  13  juin  2014  la   réglementation   sur   la   vente   à   distance).   Pour   l’instant,   soyez   attentif   aux   nuances   nationales   qui   existent   notamment   au   niveau   du   délai   pour   exercer   le   droit   de   renonciation,   au   niveau   des   exceptions   à   l’application   de   celui-­‐ci,   au   niveau   des   modalités  d’exercice  et  de  prise  en  charge  des  frais  de  livraison  retour,  au  niveau  des   mentions   légales   (identification   du   vendeur   et   du   responsable   de   publication,   identification  de  l’hébergeur,  règles  en  ce  qui  concerne  la  récolte  et  la  gestion  des   données  personnelles,…)   o gestion   des   moyens   de   paiement  :   des   moyens   de   paiement   nationaux   différents   existent  dans  presque  chaque  État  membre.  Exemple  :  en  France  «  la  Carte  Bleue  »,   aux   Pays-­‐Bas   «  i-­‐Deal  »   et   «  Acceptgiro  »,   en   Allemagne   «  ELV  »   (autorisation   de   prélèvement   bancaire),   au   Danemark   «  DK  »,   en   Espagne   «  4B  »,   en   Italie   usage   important   des   cartes   prépayées,…   Même   les   moyens   de   paiement   offline   varient.   Quelques   exemples  :   En   France,   le   chèque   bancaire   conserve   encore   un   grand   succès.  En  Allemagne,  le  virement  bancaire  est  très  employé.  Ce  dernier  moyen  de   paiement   n’est   pas   contre   pratiquement   pas   utilisé   pour   les   achats   en   ligne   en   Grande  Bretagne,  où  par  contre  Paypal  est  très  utilisé.  En  Espagne  et  en  Italie,  les   paiements  en  espèces  au  livreur  sont  courants   L’internationalisation  de  votre  activité  en  ligne   en  Europe  représente  donc  de  nouveaux  défis  à   relever,  mais  aussi  une  des  principales  opportunités  de  développement  :  elle  peut  constituer  la  clé   de  la  rentabilité  et  de  la  pérennisation  à  long  terme  si  vous  parvenez  à  vous  positionner  comme  le   leader   dans   une   niche   de   marché   et   avec   une   «  proposition   de   valeur  »   bien   spécifique   qui   vous   distingue  de  la  concurrence.   Les  aspects  administratifs  ne  sont  pas  les  plus  agréables  à  gérer,  mais  ils  sont  incontournables.  Et  dès   que  l'on  envisage  l'exportation,  vient  la  problématique  de  l'application  de  la  TVA,  du  moins  en  cas  de   vente  dans  un  autre  état  de  l'Union  Européenne.  
  6. 6. Formation  e-­‐commerce  Etape  n°6:  International   ©  Damien  JACOB  -­‐  www.retis.be     Page  6             Beaucoup(de(( par+cularités(na+onales • !Méfiance)+/,)marquée)à)l’égard)de)l’e,commerce) • )Habitudes)(e,)commerciales)na>onales)! !!!!!adapta&on!de!l’offre!et!du!marke&ng) Par>cularités! linguis&ques!et! culturelles!) • Paiement!en!ligne) • Logis&que) • «!Labels!») Par>cularités)au) niveau)des! prestataires!/! solu&ons) • Devises! • Lois!na&onales!(ex:!taxes!emballages,…)! • TVA! Par>cularités! réglementaires!et! fiscales) °°..@ retis www.retis.be DÉFIS DE L'E-COMMERCE INTERNATIONAL - MAI 2015 Fron&ères!tarifaires!
  7. 7. Formation  e-­‐commerce  Etape  n°6:  International   ©  Damien  JACOB  -­‐  www.retis.be     Page  7     Application  de  la  TVA  intracommunautaire  en  cas  de  vente  à  distance  :     Schéma  synthétique  (hors  cas  particuliers)   Une  distinction  doit  être  faite  selon  le  type  de  clients  :  des  professionnels  assujettis  à  la  TVA,  ou  des   particuliers.   1)  TVA  pour  e-­‐commerce  à  des  professionnels.   En   BtoB   :   la   facturation   s'effectuera   HTVA   (sauf   cas   particuliers).   Veillez   à   bien   mentionner   sur   la   facture   tant   le   n°   de   TVA   du   vendeur   que   de   l’acheteur   ET   à   conserver   une   preuve   de   sortie   du   territoire  national  des  biens  vendus  (par  ex  :  le  CMR  émargé  à  l’arrivée).     Le  redevable  à  la  TVA  sera  l’acheteur  qui  l’autoliquidera  lors  de  sa  déclaration  auprès  de  ses  autorités   fiscales  nationales.     Attention:   si   le   n°   de   TVA   du   client   est   erroné,   le   vendeur   risque   de   devoir   payer   en   sus   la   TVA   nationale  (consultez  l'application  "vérification  du  numéro  de  TVA  intracommunautaire  -­‐  VIES).   2)  TVA  pour  e-­‐commerce  à  des  particuliers     En  BtoC,  une  autre  distinction  doit  être  faite:  s'agit-­‐il  d'une  vente  de  produits  (avec  livraison  du  bien   jusqu'au  client)  ou  d'une  prestation  de  services  ?   Pour  de  la  vente  en  ligne  de  produits,  on  appliquera  la  TVA  du  pays  du  client.       B"to"B! Factura*on" HTVA! B"to"C""! Services!fournis! électroniquem.! Enregistrement! obligatoire! (centralisé)!! +!applica;on!de! la!! TVA"du"pays"du" client! Autre!:!Seuil!annuel!de!CA!a@eint!?! OUI!!!!/!!!NON! Obliga;on! d’enregistrement! dans!les!pays! concernés!+! applica;on!de!la! TVA"du"pays"du" client! TVA"du"vendeur" (sauf!si! «!accises!»).! ! OU!faculté!de! s’enregistrer! dans!chaque! pays!! TVA$intracom.$e/commerce$(résumé) °°..@ retis www.retis.be DÉFIS DE L'E-COMMERCE INTERNATIONAL - MAI 2015
  8. 8. Formation  e-­‐commerce  Etape  n°6:  International   ©  Damien  JACOB  -­‐  www.retis.be     Page  8     Toutefois,  lorsque  le  volume  de  vente  vers  tel  pays  ne  dépasse  pas  un  certain  seuil  sur  base  d’une   année  calendrier  (REM  :  uniquement  s’il  s’agit  de  produits  non  soumis  à  accises),  le  vendeur  a  le   choix   :   soit   il   applique   la   TVA   de   son   pays,   comme   il   le   fait   pour   une   vente   nationale   (c'est   évidemment  plus  simple  sur  le  plan  administratif),  soit  il  applique  la  TVA  du  pays  destinataire  dès  le   premier   euro   vendu   (intéressant   si   le   taux   de   TVA   est   inférieur   dans   le   pays   de   destination).   La   réglementation  en  matière  d'e-­‐commerce  de  biens  physiques  est  donc  différente  de  celle  régissant  la   vente  de  biens  avec  retrait  en  magasin,  où  la  TVA  du  pays  du  magasin  s'appliquera  quelle  que  soit  la   nationalité  européenne  du  client.     Le   seuil   à   partir   duquel   il   est   obligatoire   d’appliquer   la   TVA   du   pays   destinataire   varie   dans   une   fourchette   entre   35   000   €   et   100   000   €   selon   les   pays   (actuellement,   il   est   de   35   000   €   pour   la   Belgique,  l’Espagne,  l’Italie,  le  Portugal  ;  de  70  000  livres  pour  le  Royaume  Uni,  de  100  000  €  pour  la   France,  le  Luxembourg,  les  Pays-­‐Bas  et  l’Allemagne).  La  Commission  européenne  publie  sur  son  site   les  seuils  fixés  chaque  année  par  chaque  pays.     Dernière  mise  à  jour  disponible  sur  ec.europa.eu  -­‐  Seuils  2014     Attention,   l’e-­‐commerçant   est   tenu   d’appliquer   le   taux   de   TVA   du   pays   destinataire   dès   la   première  opération  où  ce  seuil  est  franchi  au  cours  de  l’année  (ou  dès  la  première  vente  s’il  s’agit   de   produits   soumis   à   accises).   Il   est   sensé   s’être   inscrit   auprès   de   l’administration   fiscale   du   pays   Seuils'd’enregistrement'obligatoire'' (mars'2014)
  9. 9. Formation  e-­‐commerce  Etape  n°6:  International   ©  Damien  JACOB  -­‐  www.retis.be     Page  9     concerné  avant  d’appliquer  ce  taux  de  TVA  et  il  sera  tenu  de  respecter  les  obligations  de  déclaration   et  de  versement  fixés  par  le  pays  en  question.     Il   donc   conseillé   d’anticiper   les   démarches   d’enregistrement   pour   éviter   d’être   en   infraction,   d’autant  que  dans  certains  pays  les  démarches  peuvent  dans  la  pratique  prendre  plus  d'un  mois.  Les   pénalités  peuvent  atteindre  de  5  à  300%  de  la  TVA  due  et/ou  des  amendes  forfaitaires  par  facture   incorrecte.  Aussi,  renseignez-­‐vous  pour  appliquer  correctement  la  réglementation  fixée  dans  chaque   pays   :   modalités   et   rythmes   de   dépôt   des   déclarations   périodiques   et   taux   applicables.   Ainsi,   un   même  produit  ou  service  peut  se  voir  appliquer  le  taux  réduit  dans  un  pays  (voire  une  exonération)   et  dans  un  autre  le  taux  standard.  Vous  devrez  rentrer  des  déclarations  mensuelles  à  l’administration   fiscale   d’un   pays,   alors   que   pour   un   autre   les   déclarations   seront   trimestrielles,…   D'autres   déclarations   sont   parfois   nécessaires   (ex:   Eco-­‐emballages).   De   plus   les   déclarations   doivent   généralement  être  complétées  dans  la  langue  officielle  du  pays.  Des  bureaux  se  sont  spécialisés  pour   aider   les   e-­‐commerçants   à   effectuer   ces   différentes   démarches   (ex:   RM   Boulanger   ,   Accordance,   TEVEA,...).  Les  CCI  peuvent  également  vous  aiguiller  en  la  matière.     Pour   les   prestations   de   services   vendues   en   ligne   (ex  :   abonnement   à   une   revue   en   ligne,   téléchargement   d’un   document,   d’un   logiciel,   consultation   d’une   vidéo   de   formation,…),   on   applique  depuis  1/1/2015  la  TVA  du  pays  du  client,  dès  la  première  opération  (contrairement  à  la   vente  de  biens,  où  cette  règle  n'est  obligatoire  que  si  un  seuil  de  vente  est  dépassé).  Cela  implique   donc  en  principe  que  le  prestataire  s'immatricule  auprès  des  administrations  de  la  TVA  de  tous  les   pays  où  il  accepte  des  ventes,  et  qu'il  effectue  les  déclarations  périodiques  requises  auprès  de  ces   différents  pays.  Heureusement,  un  "mini-­‐guichet  unique",  via  un  portail  web,  a  été  mis  en  place  pour   effectuer  ces  démarches,  à  condition  de  ne  déclarer  que  des  opérations  de  sorties  (on  ne  pourra   donc  demander  à  récupérer  la  TVA  sur  d’éventuels  achats  dans  les  pays  concernés).   Un  casse-­‐tête  administratif,  mais  parfois  une  opportunité  :   Si  la  commission  travaille  à  harmoniser,  ou  à  tout  le  moins  simplifier  la  situation,  les  états  restent   maîtres   en   matière   de   politique   fiscale   et   les   habitudes   nationales   bien   établies   en   matière   par   exemple  de  procédures  ne  sont  pas  aisées  à  changer.  La  gestion  de  la  TVA  intracommunautaire  reste   donc   pour   l'instant   un   casse-­‐tête   pour   les   e-­‐commerçants   et   un   obstacle   au   développement   d'activités  en  ligne  vers  l'exportation.  Cet  article  simplifie  d'ailleurs  la  réglementation  en  n'abordant   pas  les  nombreux  cas  particuliers,  comme  par  exemple  la  vente  dans  les  DOMTOM.  La  consultation   d'un  bureau  spécialisé  est  particulièrement  recommandée  pour  obtenir  une  information  adaptée  à   votre  situation.   Ce  casse-­‐tête  actuel  peut  néanmoins  se  présenter  parfois  comme  une  opportunité  à  saisir.  Ainsi,  un   e-­‐commerçant  français  qui  applique  les  mêmes  tarifs  pour  tous  les  consommateurs  européens,  peut   augmenter  sa  marge  de  près  de  3%  (différence  entre  1,20  et  1,17)  lors  de  chaque  commande  passée   par   un   luxembourgeois   en   faisant   les   démarches   d'immatriculation   et   de   déclaration   auprès   des   autorités  luxembourgeoises  pour  appliquer  le  taux  local  dès  la  première  vente.  Par  contre,  il  n'est  pas   vraiment  intéressant  de  s'immatriculer  par  exemple  au  Danemark  (taux  unique  de  25%),  tant  que  le   seuil  requis  de  vente  n'est  pas  encore  atteint.      
  10. 10. Formation  e-­‐commerce  Etape  n°6:  International   ©  Damien  JACOB  -­‐  www.retis.be     Page  10     Le  point  sur  l’application  du  droit  du  consommateur  :   En  Europe,  s’il  s’agit  d’un  «  consommateur  »  (BtoC):  Le  principe  de  protection  par  le  droit  national   de  la  consommation    peut  primer  sur  toute  stipulation  contractuelle  ou  sur  des  lois  étrangères,  à   partir  du  moment  où  le  vendeur  dirige  son  activité  professionnelle  vers  cet  État  (critères  pris  en   considération:   annonce   de   frais   de   livraison   vers   ce   pays,   possibilité   offerte   au   consommateur   de   choisir  sa  propre  langue  nationale,  monnaie  nationale,  ou  un  affichage  adapté  /  une  URL  spécifique  à   son  pays  (en  cliquant  par  exemple  sur  le  drapeau  national).     Le  choix  du  droit  applicable  (via  par  exemple  les  CGV)  reste  en  principe  autorisé.  Cependant,  ce  choix   ne  doit  pas  conduire  à  priver  le  consommateur  d’un  niveau  de  protection  plus  élevé  qui  lui  serait   accordé  par  le  droit  de  son  pays  d’origine.       Tenez  compte  qu’en  cas  de  plainte  ces  aspects  seront  vraisemblablement  examinés  par  un  juge  du   pays  du  consommateur  qui  connaîtra  donc  nettement  mieux  la  législation  de  son  pays.         Documentation : Informations  générales  sur  le  Portail  de  l’Union  Européenne   ! http://ec.europa.eu/taxation_customs/taxation/vat/index_fr.htm     Taux  de  TVA  actuels   ! http://ec.europa.eu/taxation_customs/resources/documents/taxation/vat/how_vat_works/rates /vat_rates_fr.pdf   TVA  sur  l’e-­‐commerce     ! http://ec.europa.eu/taxation_customs/taxation/vat/traders/e-­‐commerce/index_fr.htm     ! Seuil  par  pays   http://ec.europa.eu/taxation_customs/resources/documents/taxation/vat/traders/vat_c ommunity/vat_in_ec_annexi.pdf     Vérification  d’un  n°  de  TVA  intracommunautaire   ! http://ec.europa.eu/taxation_customs/taxation/vat/traders/vat_number/index_fr.htm        
  11. 11. Formation  e-­‐commerce  Etape  n°6:  International   ©  Damien  JACOB  -­‐  www.retis.be     Page  11       Liste  des  dossiers  de  formation  :   • E-­‐Commerce  :  Etat  des  lieux  en  Belgique   • E-­‐Commerce  :  Statistiques  sur  les  usages     • Pourquoi  vendre  en  ligne  ?  Qui  sont  les  e-­‐commerçants  ?   • E-­‐Commerce  :  les  facteurs  de  réussite   • L’e-­‐Commerce  n’est  pas  un  eldorado  !   • E-­‐Commerce  BtoB   • Le  commerce  connecté  :  store-­‐to-­‐digital  et  digital-­‐in-­‐store   • E-­‐commerce  :  les  étapes  pour  lancer  son  projet   • E-­‐commerce  :  Bien  définir  son  positionnement  stratégique  et  son  plan  financier   • E-­‐Commerce  :  attirer  des  visiteurs  sur  son  site   • E-­‐commerce  :  séduire  l’internaute  et  l’inciter  à  mettre  dans  le  panier   • E-­‐Commerce  :  rassurer  et  convertir  l’internaute  en  client   • E-­‐Commerce  :  Bien  servir  le  client  et  le  fidéliser   • E-­‐Commerce  :  Bien  choisir  un  nom  de  domaine   • E-­‐Commerce  :  Bien  choisir  un  prestataire  web   • E-­‐Commerce  :  Bien  choisir  une  plateforme  de  vente  en  ligne   • E-­‐Commerce  :  Etablir  un  cahier  des  charges   • E-­‐Commerce  :  Bien  choisir  les  moyens  de  paiement  et  les  prestataires   • E-­‐Commerce:  Bien  choisir  les  moyens  de  livraison  et  les  prestataires   • E-­‐Commerce  :  Se  préparer  au  lancement     • Réglementation  e-­‐commerce  en  Belgique   • Développer  l’e-­‐Commerce  à  l’international   Plusieurs  présentations  sont  disponibles  en  libre  accès  sur  www.prospectic.net.  Elles  peuvent  aussi   être  obtenues  auprès  de  go@retis.be         Ressources  bibliographiques  :    http://www.retis.be/bibliographie    
  12. 12. Formation  e-­‐commerce  Etape  n°6:  International   ©  Damien  JACOB  -­‐  www.retis.be     Page  12        

×