Merci pour ce moment valerie trierweiler.pdf

17 004 vues

Publié le

Merci pour ce moment valerie trierweiler.pdf
Merci pour ce moment est un essai de Valérie Trierweiler publié le 4 septembre 2014 par les éditions Les Arènes. Il s'agit d'une autobiographie relatant sa vie privée avec le Président de la République française, François Hollande

Auteur Valérie Trierweiler
Genre Essai
Pays d'origine Drapeau de la France France
Éditeur Éditions Les Arènes
Date de parution 4 septembre 2014
Nombre de pages 320

telecharger Merci pour ce moment.pdf valerie trierweiler

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
17 004
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
146
Actions
Partages
0
Téléchargements
172
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Merci pour ce moment valerie trierweiler.pdf

  1. 1. Il existe une loi, la Loi de Murphy, ou LEM, ou encore Loi de l’Emmerdement Maximum qui dit : « Un emmerdement n’arrive jamais seul ». Jean-François Deniau s’est basé sur ce principe pour édicter sa propre loi : « D’abord les ennuis s’additionnent, ensuite ils se multiplient. » Avec la sortie du livre de Valérie Trierweiler, le moins que l’ont puisse dire, c’est que le Président de la République Française, M. Hollande nage en plein dans cette fameuse loi. Entre les « frondeurs » au sein de sa famille politique, ses Ministres qui n’en font qu’à leur tête, le marasme économique de la France et ses déboires privés, il est difficilement imaginable qu’il puisse lui arriver encore des tuiles. Un de ses prédécesseurs à l’Elysée avait dit un jour : « Les emmerdes volent en escadrilles ». Ce n’est plus une escadrille à ce niveau. C’est carrément l’ensemble de la flotte aéronautique Française qui l’a mis en joue. La première question qui me vient à l’esprit est : Mme Trierweiler a t’elle eu raison de faire ce livre ? Très clairement, ma réponse est NON. Que sa séparation se soit mal passée, je le comprends très bien. Une séparation se passe rarement bien. Surtout quand on l’apprend par les médias de masse. D’un autre côté, en étant en couple avec un personnage public, elle savait très bien que c genre de chose pouvait arriver. Par ailleurs, n’a t’elle pas été la maitresse de M. Hollande lorsque ce dernier était avec Mme Royale ? On dit bien « chassez le naturel, il revient au galop ». Sa séparation s’est mal passée. Mais, malgré toute la haine qu’elle peut avoir à l’encontre de son ex-compagnon, elle ne devait pas agir ainsi. Elle devait régler ses comptes en privé et ne pas faire étalage de tout ceci au grand public. L’image de M. Hollande est déjà très mauvaise et coûte cher à la France, qui n’a pas besoin de ça en ce moment. J’en suis à me demander si elle ne fait pas ça uniquement pour l’argent. Il se dit que le succès annoncé de son livre serait proche des scores de Marc Lévy, poids lourd de la littérature en France. La seconde question qui me vient à l’esprit est : que doit faire M. Hollande ? Il a, je pense, 3 possibilités. 1/ Attaquer Mme Trierweiler en justice. Pari très risqué, car quelle que soit l’issue du procès, il en sortira encore plus affaibli. S’il perd, il sera définitivement le Président qui « se fout des Français ». S’il gagne, il y aura toujours la suspicion qu’il ait pu faire pression sur la justice, eu égard à ses fonctions. De plus, ça participera a faire parler de cette affaire dans les médias. A la fois l’Homme et la fonction en seront largement affaiblis. Et la France par extension. 2/ Il répond aux attaques de Mme Trierweiler par médias interposés. Mais il lui faudra être un orateur hors-pair pour réussir à retourner la situation. Je doute qu’il ait suffisamment de force de conviction pour arriver à inverser la tendance. De plus, s’il répond aux attaques par des attaques, il sera taxé de machiste, de misogyne. Là non plus, il n’a pas besoin de ça. La France non plus. Là aussi, l’affaire va rester à la une des médias de longues semaines, car Mme Trierweiler se sentira obligée de répondre. On ne s’en sortira pas.
  2. 2. 3/ Il reste muet. Certes, l’adage dit « qui ne dit mot consent ». Mais au moins, le « buzz » médiatique s’éteindra de lui-même. Il y aura quelques relances par les médias qui annonceront les scores de vente de ce livre. L’Homme sera affaibli, mais la dignité de la fonction présidentielle en sortira à peu près intacte. C’est ce qui importe ici. L’intérêt de la France doit IMPERATIVEMENT primer sur l’intérêt de l’Homme. Quelle que soit la solution retenue par M. Hollande, il en sortira indéniablement affaibli, en tant qu’Homme d’abord. En tant que Président ensuite. Quel crédit pourra encore lui être accordé par les électeurs (aussi bien pour lui que sa famille politique) ? Quel crédit pourra t’il encore avoir auprès des partenaires de la France ? Quel crédit pourra t’il encore avoir auprès des partenaires sociaux ? . ● Qui est l'éditeur de Valérie Trierweiler? Disponible en librairie dès jeudi, Merci pour ce moment est publié par Les Arènes, maison d'édition «indépendante» créée en 1997 par l'éditeur Laurent Beccaria, 53 ans, bien connu dans le monde de l'édition. D'abord directeur littéraire chez Plon, Laurent Beccaria quitte la maison d'édition, qui refuse de publier le livre de Denis Robert Pendant les affaires, les affaires continuent, une enquête au coeur des affaires de corruption. Trois années plus tard, alors éditeur chez Stock, Laurent Beccaria est à nouveau interdit de publication. En cause, un manuscrit qui dénonce les relations entre la France et l'Iran sur le nucléaire. Il décide alors de créer sa propre maison d'édition, en 1997. Ce sera Les Arènes, fondée dans une chambre de bonne de neuf mètres carrés. Les Arènes prennent une certaine ampleur, et il s'installe à Saint-Germain- des-Prés, dans les locaux historiques du Seuil. La maison d'édition publie principalement des témoignages et des histoires de vie «qui aident les gens»: Deux Petits Pas sur le sable mouillé d'Anne-Dauphine Julliand, La Petite Fille à la balançoirede Frédérique Bedos ou L'Éternité dans une heure de l'autiste surdoué Daniel Tammet. Des livres plus consensuels, des publications moins risquées, qui se vendent bien. Depuis 2008, Les Arènes abrite aussi la revue XXI, le mook à succès fondé par Laurent Beccaria et Patrick de Saint-Exupéry. Un pari réussi. Avec Merci pour ce moment, Laurent Beccaria, journaliste de formation et catholique de gauche, renoue avec son appétit pour les ouvrages polémiques des années 1990. Il connaît les procès et ne les craint pas. ● Qu'est ce qu'un livre lancé sous XX? C'est un phénomène rarissime dans le monde feutré de l'édition qui aime bien prévoir longtemps à l'avance les parutions. Mais une fois par an, il existe ce que l'on appelle un document lancé sous XX (on ne sait pas pourquoi il y a deux «X»). Ce sont des livres dont la sortie reste confidentielle, peu de personnes sont tenues informées, on ne connaît ni le contenu ni les auteurs. Des ouvrages que les libraires attendent généralement en grande quantité et dont ils ignorent le titre et parfois le sujet: ils sont proposés en «blind», en aveugle. Les représentants de la maison eux-mêmes restent dans l'ignorance. Et les exemplaires sont généralement imprimés à l'étranger. ● 200.000 exemplaires, un tirage à risque? Avec un tel tirage, les éditeurs prennent un grand risque commercial. La période de commercialisation est courte, il faut donc vendre vite et beaucoup, au risque de se retrouver avec un stock d'invendus. Pour
  3. 3. écouler ce genre de livre, le fonctionnement est toujours le même: bonnes feuilles dans un journal pour attiser l'appétit du lecteur, mise en vente extrêmement rapide dans les librairies, promotion à la télévision (les demandes ne vont pas manquer). L'an dernier, le document un peu politique qui a le mieux marché est celui de Cécilia Sarkozy, Une envie de vérité (Flammarion), il a atteint 55.000 exemplaires. Celui de Bruno Le Maire, Jours de pouvoir (Gallimard), a bien fonctionné avec 46.000 exemplaires. Mais celui de Marcela Iacub, Belle et Bête (Stock), lancé dans les mêmes conditions que le témoignage de Valérie Trierweiler, a fait un gros flop: il n'était même pas dans les cent meilleures ventes et s'est écoulé à moins de 17.000 exemplaires alors que 40.000 exemplaires avaient été imprimés. Pour donner une idée du tirage exceptionnel du document de Valérie Trierweiler, il faut savoir que seule une poignée d'auteurs peuvent se permettre une telle offensive. Pour cette rentrée littéraire 2014, un seul auteur a imprimé à 200.000 exemplaires: Amélie Nothomb avec Pétronille (Albin Michel). À titre de comparaison, le livre d'Emmanuel Carrère, Le Royaume (P.O.L), dont on parle abondamment dans les médias, a été tiré en deux fois à 140.000 exemplaires. Telecharger Merci pour ce moment.pdf

×