Les Pasteurelles
Thomas Steimlé
Généralités
 Les Pathologies d’Inoculation
DEFINITION
 Regroupent:
Les maladies transmises par piqûre de matériel
inert...
Elles sont la conséquence de la
transmission indirecte d’agent infectieux
(bactéries, virus, parasites, champignons).
Ce...
La Pasteurelle
 Agent infectieux:
 Règne : PROCARYOTES
 Division : GRACILICUTES,
 Famille : PASTEURELLACEAE
 Genre : ...
La Pasteurelle
 Epidémiologie:
 Répartition géographique: P. multocida est cosmopolite.
 Réservoirs: bactérie commensal...
La pasteurellose animale
Chez les animaux le portage peut être
asymptomatique
Seul les animaux affaiblis développent la
...
La Pasteurellose
 Transmission :
 Transmission indirecte à l’homme
 Zoonose ayant pour vecteur principal les griffures ...
Pasteurellose d’inoculation
Epidémiologie:
 Fréquence:
 Entre 15 et 60 cas par million d’habitant et par an en
France
Clinique
 Description de la maladie:
 Incubation: de 3 à 6h (toujours < 24h)
 Symptômes initiaux aiguë et localisé :
 ...
Le diagnostic bactériologique dans le cas
d’une plaie d’inoculation
 Le prélèvement:
 Recueil de pus ou de liquide d’épa...
 Le milieu de transport doit assurer la survie des
bactéries fragiles et anaérobies.
 Les pasteurelles peuvent croître s...
Le diagnostic bactériologique de la
pasteurelle
 L’examen direct:
 Coccobacilles à Gram négatif.
 Immobile et non sporu...
Le diagnostic bactériologique
Morphologie des colonies:
 1à 3 mm de diamètre grises arrondies et lisses.
 Non hémolytiq...
Le diagnostic bactériologique
Caractères métaboliques aidant
l’identification:
 Aéro-anaérobies facultatives, microaérop...
Le diagnostic bactériologique
L’identification peut se faire
 Sur galerie API 20E
 Sur carte VITEK
 Ou par méthode mol...
Le traitement
La prophylaxie recommandée en cas de
morsure par chat ou chien est
l’amoxicilline-acide clavulanique 1g x3
...
Antibiogramme
 Sensibilité aux antibiotiques des pasteurelles:
 Sensibles aux ß-lactamines
 Peu sensibles aux aminoside...
Antibiogramme
 Résistances acquises actuellement décrites:
 ß-lactamines par production de ß-lactamase (ROB-1 ou
TEM-1) ...
Bibliographie
PILLY: : Maladies infectieuses et
tropicales - 24ème
édition 2014
ESKA 2007 – Précis de bactériologie
clin...
Pasteurella
Pasteurella
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Pasteurella

1 566 vues

Publié le

Pasteurella, bacteriologie, bacteriology, inoculation

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 566
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
13
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Dans ce groupement Nosologique nous nous intéresserons à la pasteurellose, dont l’agent infectieux est la Pasteurelle
  • Nous resterons içi dans le cadre des pathologies d’inoculation
  • Pasteurella

    1. 1. Les Pasteurelles Thomas Steimlé
    2. 2. Généralités  Les Pathologies d’Inoculation DEFINITION  Regroupent: Les maladies transmises par piqûre de matériel inerte Les maladies transmises par piqûre d’arthropodes (insectes, acariens) Les maladies après morsure animale
    3. 3. Elles sont la conséquence de la transmission indirecte d’agent infectieux (bactéries, virus, parasites, champignons). Cet ensemble de pathologie permet:  de définir une conduite à tenir commune à toutes les pathologies d’inoculation  Et si besoin d’orienter la prophylaxie antibiotique et l’identification du germe.
    4. 4. La Pasteurelle  Agent infectieux:  Règne : PROCARYOTES  Division : GRACILICUTES,  Famille : PASTEURELLACEAE  Genre : Pasteurella  Quatre espèces principalement retrouvé:  Pasteurella multocida  Pasteurella dagmatis  Pasteurella stomatis  Pasteurella canis  Pasteurella aerogenes (cochons sangliers)
    5. 5. La Pasteurelle  Epidémiologie:  Répartition géographique: P. multocida est cosmopolite.  Réservoirs: bactérie commensale des muqueuses du tractus respiratoire supérieur et du tube digestif des mammifères principalement des:  Chats (portage de 50 à 70%)  Chiens (12 à 66%)  Lagomorphes (30 à 90%) (lièvres, lapins, pikas)  Rongeurs  Les espèces hébergées par les oiseaux ont été transférées dans le genre Gallibacterium  Elle est aussi présente dans le milieux extérieur la bactérie survie:  7 à 25 jours dans l’eau  3 à 4 semaines dans le sol en atmosphère humide  persistent plus de deux mois dans les carcasses des animaux enfouis
    6. 6. La pasteurellose animale Chez les animaux le portage peut être asymptomatique Seul les animaux affaiblis développent la maladie, qui se manifeste le plus souvent sous la forme d’Infections Respiratoires Aigue.
    7. 7. La Pasteurellose  Transmission :  Transmission indirecte à l’homme  Zoonose ayant pour vecteur principal les griffures et les morsures de chat et de chien, ainsi que tout contact entre les muqueuses de ces animaux et une plaie.  Les morsures de chiens se surinfectent moins que les morsures de chats (chiffres retrouvées respectivement 1x/5 et 1x/2)  Mais attention, le milieu extérieur peut aussi être source de contamination par souillure d’une plaie, ou par piqûre végétale  Dans de rare cas et sur des terrain débilité la pasteurelle peut être une bactérie opportuniste et entrainer comme chez l’animal des infections respiratoires haute et basse, ainsi que des septicémies, des infections du SNC, des infections uro-génitales ou autres…
    8. 8. Pasteurellose d’inoculation Epidémiologie:  Fréquence:  Entre 15 et 60 cas par million d’habitant et par an en France
    9. 9. Clinique  Description de la maladie:  Incubation: de 3 à 6h (toujours < 24h)  Symptômes initiaux aiguë et localisé :  Douleurs +++  Plaie inflammatoire: œdématiée, rouge, avec écoulement de sérosités et de pus  Possible évolutions:  lymphangite  adénopathies locorégionales inflammatoires  arthrites de voisinage  phlegmon des gaines  ostéites  sur terrain fragilisé (cirrhose…) de bactériémies et localisations secondaires viscérales  Complications tardives de type algo-dystrophique et troubles trophiques ostéo-articulaires
    10. 10. Le diagnostic bactériologique dans le cas d’une plaie d’inoculation  Le prélèvement:  Recueil de pus ou de liquide d’épanchement au niveau de la plaie à l’aiguille fine, recueil du liquide de lavage  Ecouvillonnage de la plaie (sujet a contamination par la flore cutanée et non adapté à la recherche des bactéries anaérobies)  Pièce de biopsie (lors du parage de la plaie, biopsie d’adénopathie …)  (Hémoculture)
    11. 11.  Le milieu de transport doit assurer la survie des bactéries fragiles et anaérobies.  Les pasteurelles peuvent croître sur des milieux usuels mais leur isolement est facilité par l’utilisation de milieux enrichi.  Dans le cadre d’un prélèvement sur une plaie de morsure, la culture nécessite l’ensemencement de deux types de milieux enrichis:  Une gélose de sang cuit polyvitaminée incubée durant 72 à 96h sous 5% de CO2  Une gélose sang incubée durant 48h en anaérobiose pour les espèces anaérobies exigeantes
    12. 12. Le diagnostic bactériologique de la pasteurelle  L’examen direct:  Coccobacilles à Gram négatif.  Immobile et non sporulée  Peut présenter un caractère bipolaire parès coloration par le Giemsa
    13. 13. Le diagnostic bactériologique Morphologie des colonies:  1à 3 mm de diamètre grises arrondies et lisses.  Non hémolytique  Possible:  Coloration jaunâtre s’accentuant avec l’âge de la culture  Muqueuse
    14. 14. Le diagnostic bactériologique Caractères métaboliques aidant l’identification:  Aéro-anaérobies facultatives, microaérophile.  Catalase +.  Oxydase +.  Pas d’éxigences nutritionnelles particulières.  Croissance optimale à 37 °C.  Ne pousse pas sur Drigalski (et Mac Conkey) +++
    15. 15. Le diagnostic bactériologique L’identification peut se faire  Sur galerie API 20E  Sur carte VITEK  Ou par méthode moléculaire ou MALDI
    16. 16. Le traitement La prophylaxie recommandée en cas de morsure par chat ou chien est l’amoxicilline-acide clavulanique 1g x3 pendant 10 jours (alternative doxycycline). Cette antibiothérapie doit être secondairement adapté à l’antibiogramme Traitement de la plaie selon les recommandations (chirurgie)
    17. 17. Antibiogramme  Sensibilité aux antibiotiques des pasteurelles:  Sensibles aux ß-lactamines  Peu sensibles aux aminosides  Sensibles au chloramphénicol  Sensibles aux cyclines  Sensibilité intermédiaires aux macrolides  Résistantes aux lincosamides  Sensibles au sulfamides et au cotrimoxazole  Très sensibles aux quinolones de seconde génération
    18. 18. Antibiogramme  Résistances acquises actuellement décrites:  ß-lactamines par production de ß-lactamase (ROB-1 ou TEM-1) (test cefinase)  Streptomycine, cyclines et les sulfamides: résistances codées par un plasmide pouvant être transféré en bloc  Les cyclines peuvent être inactivé enzymatiquement  Les pasteurelles peuvent être résistantes aux quinolones par mutation génétiques des protéines cibles (gyrA parC)
    19. 19. Bibliographie PILLY: : Maladies infectieuses et tropicales - 24ème édition 2014 ESKA 2007 – Précis de bactériologie clinique Bactériologie médicale – Techniques usuelles 2ème édition Fiche CNRS: http://ethique.ipbs.fr/sdv/pasteurellose.pdf

    ×