GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLE DE PETITS BATIMENTS                                - RECOMMAN...
On pourrait également insister sur l’échelle des composants, en mettant en avant une méthodede conception tenant en compte...
s’ajoutent à ceux concernant par exemple les performances thermiques, pour offrir une visionlarge des enjeux environnement...
technologies pour l’Environnement – Luxembourg), les produits certifiés           Cradle2Cradle (http://www.mbdc.com/certi...
> Au niveau des matériaux : Choisir des matériaux écologiques, adaptés au contexte etvaloriser leur cycle de vie   Minimum...
Ecolabel européen : il s’agit du label officiel en Belgique. Trois catégories de produits deconstruction sont, à l’heure a...
> Poser la question du projetParfois, il se peut que la solution économique et écologique à des besoins changeants ne soit...
Appréciation de la durée de vie des matériaux en tenant compte des écobilansMatériau                                      ...
Appréciation de la durée de vie des matériaux en tenant compte des écobilans     Matériau                                 ...
> Dresser des scénarios probables d’évolution et leur associer des hypothèses derénovation      o   Évolution fonctionnell...
bureaux. Des portes et cloisons mobiles peuvent aussi apporter des solutions au besoinponctuel de sous compartimentage. Ce...
> Concevoir des détails d’assemblages réversibles pour permettre le démontage.La constitution des parois horizontales ou v...
Concerne entre autres, la vérification des matériaux utilisés et de leur mise en œuvre, laméthode appliquée pour la gestio...
o   BREELS, Sébastien. Les déchets dans le secteur de la construction : enjeux de la    conception architecturale, proposi...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Environnement cycle de vie des batiments 13 fr

1 465 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 465
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
28
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Environnement cycle de vie des batiments 13 fr

  1. 1. GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLE DE PETITS BATIMENTS - RECOMMANDATION PRATIQUE MAT13 - PRENDRE EN COMPTE LE CYCLE DE VIE DES BATIMENTS ET DE LEURS COMPOSANTESEnvisager le bâtiment comme un élément évoluant dans le temps, avec différentes vies fonctionnelles et matérielles.PRINCIPESCONTEXTELa pensée du développement durable s’articule fondamentalement sur le long terme ; voilàpourquoi on le dit « durable » ou « soutenable ». Or aujourd’hui, compte tenu de l’évolution dela société, de la manière d’habiter, de s’approprier les espaces construits et de la nécessité de‘flexibilité’ y liée, on ne construit plus pour des siècles mais pour quelques décennies. Lesbesoins, usages et fonctions des locaux changent rapidement. Par exemple, de nombreusesfaçades et intérieurs commerciaux sont remplacés tous les 5 ou 10 ans. Ces constructions sesituent dans l’éphémère, largement en deçà de la durée de vie utile des matériaux qui lescomposent. Malgré son caractère statique couramment admis, le bâti possède de plus en plusune grande impermanence. En outre, nous entrons dans une période qui verra la rénovationintensive du bâti existant, notamment pour réduire son impact environnemental. La balanceentre la démolition et la rénovation (souvent plus intéressante environnementalement), et laprise en compte de cette impermanence sont donc au centre de la réflexion sur l’architecturedurable.Dans une société où tout change rapidement, la construction durable trouve davantage saplace dans le potentiel d’adaptation que dans des développements figés. Que ce soit en vued’une adaptation cyclique, ou dans des cas ultimes, en vue d’une démolition, la prise encompte du cycle de vie des techniques constructives et des matériaux est un critèrefondamental permettant de réduire sur le long terme les impacts sur l’homme etl’environnement.LA DEMARCHEAujourd’hui, penser et développer un bâtiment en tenant compte de son cycle de vie, c’estmener une réflexion dès la phase de conception sur la programmation, la volumétrie, lesprincipes constructifs et le choix des matériaux, de façon à privilégier le potentiel d’évolution età faciliter les changements futurs. L’objectif est d’offrir au bâtiment et à ses composants unprolongement de cycle d’utilisation. Il y a dans cette idée, deux champs d’actionscomplémentaires qui font l’objet de cette fiche :o Au niveau du bâtiment : le concept d’évolutivité et de flexibilité, visant l’adaptabilité du bâtiment aux besoins changeantso Au niveau des matériaux : la valorisation du cycle de vie et le choix des matériaux, valorisant la capacité de désassemblage et de traitement ou reconversion. P. 1 SUR 14 – PRENDRE EN COMPTE LE CYCLE DE VIE DES BATIMENTS ET DE LEURS COMPOSANTES JUILLET 2010 - GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLE DE PETITS BATIMENTS RECOMMANDATION PRATIQUE MAT13
  2. 2. On pourrait également insister sur l’échelle des composants, en mettant en avant une méthodede conception tenant en compte la capacité de déconstruction. A ce stade, cette réflexion estn’est pas isolée dans cette fiche mais évoquées tant à l’échelle du bâtiment que des matériaux.Toute réflexion sur le cycle de vie d’un bâtiment ou de ses composants intègre forcément laquestion des déchets du secteur de la construction. La fiche MAT12 « Recycler les matériaux etdéchets, si possible in situ » développe la thématique de gestion des déchets sur chantier.La présente fiche insiste davantage sur la réduction de la production des déchets en amont,par anticipation et planification orientée. Elle énonce les principales pistes afin de répondre auxquestions : Comment prévenir la production future des déchets ? Comment favoriser le triage,la réutilisation ou la réaffectation et éviter le remplacement effréné des composants d’unbâtiment ?AU NIVEAU DU BATIMENT : LE CONCEPT D’EVOLUTIVITEEn architecture, l’évolutivité cherche à apporter une réponse simplifiée à une nécessité dechangement futur, anticipée lors de la conception.Lorsqu’on engage une réflexion sur l’évolutivité d’une architecture, il convient d’identifier dessituations probables où les changements deviendront nécessaires. Il peut s’agir d’anticiper deschangements dans l’usage (nombre d’occupants, activité économique, adoption de nouveauxcomportements :tri des déchets, vélo, garage), dans l’esthétique (goûts décoratifs, identitécorporative) ou dans la technologie (réseaux, postes informatiques), l’adaptation aux nouvellespressions environnementales (climat, bruit, mobilité), l’évolution de la structure sociale (famillemonoparentale ou recomposée, vieillissement de la population, etc.) ou encore la l’évolutiond’un quartier en lien avec l’évolution du développement urbanistique (réseaux de transports,plans de développement avec nouvelle répartition de zonage de programmation…) pouvantpar exemple impliquer sur le long terme la reconversion de bureaux en logements…Dans tous les cas, l’idée de base est d’offrir au bâtiment un potentiel d’adaptation : o L’aménagement permet-il une flexibilité ? Différents modes de vie ou besoins peuvent-ils s’y développer ? (ex : sectionnement des surfaces existantes pour l’ajout d’une chambre…) o Quel est le potentiel d’expansion ? (ex : ajout d’un étage ; conception d’une annexe…) o Quelles sont les possibilités de reconversion ? (ex : subdiviser la maison en deux logements ; aménagement d’un commerce au rez-de-chaussée…)AU NIVEAU DES MATERIAUX : LA VALORISATION DU CYCLE DE VIE ET LE CHOIX DESMATERIAUX> La valorisation du cycle de vie des matériauxQue ce soit pour en retarder le remplacement, ou en permettre le recyclage, on peut valoriserle cycle de vie d’un matériau. La conception des détails, en particulier les liaisons entrecomposants, l’adéquation du matériau à l’usage et l’entretien sont des moyens de profiterpleinement, voire même de prolonger, leur durée de vie utile.> Le choix des matériauxLe choix des techniques constructives et des matériaux de construction constitue la synthèsed’analyse des contraintes appliquées au projet. Parmi les critères d’analyse, on retrouve entreautres : les contraintes de stabilité, fonctionnelles et performantielles (la résistance mécanique,thermique ou hydrique, la masse, la résistance au feu ; à l’usure et aux intempéries) ;l’esthétique ; les impacts sur la santé et sur l’environnement, le coût …Pour évaluer et comparer l’impact environnemental global d’un matériau à l’autre, on peututiliser des outils se basant sur l’analyse de cycle de vie. Les résultats d’une telle analyse P. 2 SUR 14 – PRENDRE EN COMPTE LE CYCLE DE VIE DES BATIMENTS ET DE LEURS COMPOSANTES JUILLET 2010 - GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLE DE PETITS BATIMENTS RECOMMANDATION PRATIQUE MAT13
  3. 3. s’ajoutent à ceux concernant par exemple les performances thermiques, pour offrir une visionlarge des enjeux environnementaux liés au choix d’un matériau.L’analyse de Cycle de Vie (ACV), aussi appelée « LCA » (Life Cycle Assessment), permetd’évaluer le bilan environnemental des matériaux ou d’un produit sur toute la durée de vie dubâtiment, de l‘acquisition des matières premières à sa production, son utilisation, son traitementen fin de vie, son recyclage et sa mise en rebutConcrètement les analyses cycle de vie permettent d’établir des bases de données permettantde réaliser l’écobilan d’une paroi ou plus largement d’un bâtiment.Lanalyse de cycle de vie comprend quatre étapes principales : o La définition des objectifs et du champ de l’étude : définition de la fonction et définition des frontières du système. C’est-à-dire définir les limites de l’étude. Ces limites concernent l’objet d’étude (par exemple, une unité de 1m² de paroi répondant aux exigences thermiques, structurelles et acoustiques adéquates) et l’étendue des impacts potentiels considérés. Généralement les étapes suivantes sont considérées : – acquisition des matières premières et les sources dénergie ; – le transport et la distribution ; – les étapes de production ; – lutilisation du produit ; Souvent, les étapes suivantes sont également intégrées : – la gestion de la fin de vie (recyclage, destruction, entreposage, revalorisation...) ; – la production/vie/fin de vie des infrastructures nécessaires à toutes ces étapes. o L’inventaire des flux entrants, cest à dire les ressources utilisées (consommations de matières premières, deau et d’énergie...) et des flux sortants cest-à-dire les émissions (rejets dans l’eau et dans l’air, production de déchets, effet de serre...) ; o L’analyse des informations recueillies et évaluation de limpact environnemental global ; Pour mesurer les différents impacts sur lenvironnement, on utilise des indicateurs mesurables tels que: – la consommation des ressources naturelles non renouvelables (kg) ; – la consommation des ressources naturelles renouvelables (kg) ; – la consommation dénergie (MJ) ; – leffet de serre (CO2 éq.) ; – lacidification atmosphérique (SO2 eq.) ; – la formation d’oxydants photochimiques (C2H2 eq.) ; – la pollution des eaux (PO4 eq) ; – la pollution des sols ; – les transports ; – la quantité de déchets produits tenant compte de leur recyclabilité ; o Linterprétation des résultats vise à retirer des conclusions sûres de lanalyse. Il faut donc analyser les résultats, établir des conclusions et expliquer les limites de lanalyse réalisée.Différents outils d’évaluation utilisant le principe des ACV existent sur le marché et constituentune solide base de référence pour les études destinées à orienter le choix des techniquesconstructives et des matériaux sur base de critères environnementaux. Nous identifions deuxprincipales typologies d’outils : o Les outils check-list, qui collationnent des résultats d’ACV pour des produits, composants ou catégories de produits – par exemple NIBE (Nederlandse instituut voor Bouwbiologie en Ecologie), les outils du CRTE (centre de Ressources des P. 3 SUR 14 – PRENDRE EN COMPTE LE CYCLE DE VIE DES BATIMENTS ET DE LEURS COMPOSANTES JUILLET 2010 - GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLE DE PETITS BATIMENTS RECOMMANDATION PRATIQUE MAT13
  4. 4. technologies pour l’Environnement – Luxembourg), les produits certifiés Cradle2Cradle (http://www.mbdc.com/certified_producttype.htm), la base de donnée INIES (http://www.inies.fr/) répertoriant les FDES (Fiches de Déclaration Environnementale et Sanitaire) qui fournissent les donnés environnementales d’un matériau sur l’ensemble du cycle de vie. o Les outils « Ecobilan », ou logiciels spécifiques, qui permettent de réaliser une évaluation environnementale d’une paroi originale sur base de ses matériaux et constituants. Par exemple ECO-BAT (Suisse), ECOSOFT (Autriche), BAUBOOK (Autriche)Dans le principe, on veillera à choisir, pour une performance technique et technologiqueéquivalente, le matériau ou le produit de construction qui a le moins d’impact possible surl’environnement..INDICATEURSSur l’ensemble du projet, une prise en compte efficace des cycles de vie du bâtiment et desmatériaux s’apprécie en fonction : o De la fréquence des interventions de rénovation. o De la minimisation des coûts et de la production de déchets nécessaires pour opérer ces changements. o Du potentiel de réaffectation des espaces o De la part de matériaux recyclés ou réutilisés dans le projet par rapport au volume ou au coût total en matériaux. o De la part de matériaux naturels et recyclables dans le projet par rapport au volume ou au coût total en matériaux. o …OBJECTIFS A ATTEINDREConstruire en fonction de réaffectations durables c’est faciliter l’effort de transformation dubâtiment et des matériaux dans leur passage vers d’autres cycles de vie. Une approcheglobale de conception considérant l’ensemble du cycle de vie d’un bâtiment et de sesmatériaux intègre 2 grands axes :> Au niveau du bâtiment : Anticiper des changements dans l’occupation etl’environnement en vue d’une meilleure évolutivité de l’architecture Minimum: Aborder avec le maître d’ouvrage la question des évolutions attendues dubâtiment. Ne pas se limiter à discuter des besoins actuels, mais l’encourager à anticiper unesituation future. Conseillé: Faciliter en continu l’évolution esthétique et technologique du bâtiment.Adapter les choix constructifs en général, et structurels en particulier, pour favorisertransformation ou reconversion. Optimum: o Concevoir des espaces et bâtiments à usages multiples (générosité des volumes, rapport à la rue, hauteur de plafond, rationalisation des circulations, etc.) o Répondre aux scénarios les plus plausibles de changements de l’usage et leurs associer des hypothèses de rénovation efficaces. Comment le quartier évolue-t-il ? (bureaux, logement, spéculation) Les besoins d’espaces iront-ils en augmentant ou en diminuant ? Prévoit-on de venir travailler à domicile, y aménager un atelier ? Dois-je prévoir un plan potentiel d’extension du bâtiment – le cas échéant comment anticiper cette évolution sur la structure du bâtiment et les ouvertures potentielles ? P. 4 SUR 14 – PRENDRE EN COMPTE LE CYCLE DE VIE DES BATIMENTS ET DE LEURS COMPOSANTES JUILLET 2010 - GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLE DE PETITS BATIMENTS RECOMMANDATION PRATIQUE MAT13
  5. 5. > Au niveau des matériaux : Choisir des matériaux écologiques, adaptés au contexte etvaloriser leur cycle de vie Minimum: o Concevoir des assemblages de façon à ce qu’il soit possible de remplacer et récupérer des matériaux ou d’accéder aux techniques et aux trémies techniques en démontant et sans démolir indûment. o Utiliser des matériaux et techniques qui favorisent la longévité des composantes. Les matériaux choisis sont-ils bien adaptés aux sollicitations (intempéries / usure…) ? Conseillé: o En plus des assemblages réversibles, privilégier l’utilisation de matériaux issus de la récupération, de matériaux recyclés et/ou recyclables. S’assurer du suivi des dispositions prises auprès des entreprises et des intervenants sur le projet de construction – ex : informer les ouvriers des objectifs du choix des matériaux et de la spécificité des techniques de mis en œuvre / prévoir le suivi de gestion des déchets du chantier par le tri et l’évacuation via les filières de valorisation. o Choisir des matériaux minimisant les impacts sur l’environnement par un choix orienté par une analyse de cycle de vie. Optimum: o En plus des assemblages réversibles et de l’utilisation de matériaux issus de la récupération, de matériaux recyclés et/ou recyclables. Favoriser l’utilisation de matériaux naturels ou entièrement recyclables. o Choisir des matériaux minimisant les impacts sur l’environnement par un choix orienté par une analyse de cycle de vie. o Identifier pour chacun des matériaux et composants de la construction, les risques sur la santé et orienter les choix sur base de l’impact « 0 ». o Anticiper, dès la conception, les processus de déconstruction des parois et composants.ELEMENTS DE CHOIXASPECTS ENVIRONNEMENTAUX> Difficulté à choisir des matériaux certifiés par rapport aux cycles de vieLes protocoles de certification axés sur le cycle de vie des matériaux sont encore trop peunombreux et les catalogues ne font pas tous référence à l’ensemble des produits du marchéde la construction.. Certaines normes et certifications environnementales doivent être utiliséesavec discernement – l’interprétation des données est importante, pour exemples : un matériau« recyclable » n’est pas nécessairement recyclé car il faut des filières ; de même, un produitqu’il faut importer de loin perd une part de sa pertinence écologique.Parmi les « outils » permettant d’effectuer un choix orienté des matériaux et des produits deconstruction, nous identifions, outre les outils et bases de données ACV, les éco-labels.Prioritairement, on se tournera vers les labels officiels, dont le principal est l’écolabel européen.Il existe également des labels nationaux plus stricts que le label européen, et des labels privés.La question des labels est abordée plus en détail dans la fiche CSS09 « Colles et peintures :tenir compte de leur impact sur la santé et sur l’environnement ». Nous ne reprenons ici quequelques éléments génériques. La multiplication des labels étant source de confusion, unecomparaison détaillée des critères techniques sous-jacents peut être trouvée sur le sitewww.infolabel.be. P. 5 SUR 14 – PRENDRE EN COMPTE LE CYCLE DE VIE DES BATIMENTS ET DE LEURS COMPOSANTES JUILLET 2010 - GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLE DE PETITS BATIMENTS RECOMMANDATION PRATIQUE MAT13
  6. 6. Ecolabel européen : il s’agit du label officiel en Belgique. Trois catégories de produits deconstruction sont, à l’heure actuelle, certifiées : les peintures et vernis, les revêtements de solsdurs, les ampoules électriques.Les différents produits ayant obtenus la certification sont repris sur le « catalogue internet desproduits » (http://www.eco-label.com) édité par la Commission européenne. On retrouve lesproduits labellisés sur le marché belge sur le site http://www.ecolabel.be/fr/produits/index.htmlNotons que différents labels nationaux tels que la marque française NF environnement sontdes déclinaisons de ce label européen.Label Natureplus : Le label Natureplus est un label privé collectif à la différence de l’écolabeleuropéen qui est officiel. Les différents produits ayant obtenu la certification (ainsi que lescertificats sous format pdf) sont repris sur le site www.natureplus.org/produkte.Autres labels : On peut également mettre en évidence des labels privés spécifiques à certainstypes de matériaux comme les labels FSC et PEFC pour le bois et les produits dérivés du bois,ou le label allemand Blauer Engel (Ange Bleu)> Tenir compte des variables climatiques sur le cycle de vie des matériauxL’adéquation d’une construction à son environnement influence le cycle de vie descomposantes. On sait que plusieurs métaux s’oxydent et que le bois mal protégé pourrira. Uneconstruction en bois judicieusement pensée avec son environnement peut durer 1000 ans, àl’exemple des temples japonais, tandis qu’une mauvaise conception pourrira en 10 ans.(HERZOG)> Technique de poseLa technique de pose revêt également une grande importance sur l’impact environnementald’un matériau tout au long de sa durée de vie. Notamment par la prévention de sa dégradationet aussi parce qu’il faut pouvoir dissocier les matériaux afin de permettre leur recyclage.> Attention au « décyclage » (ou « sous-cyclage »)Traduction du néologisme « downcycling » (BRAUNGART & McDONOUGH), le « décyclage » sedit d’un procédé de recyclage qui entraîne une diminution de la valeur intrinsèque d’unematière à travers un cycle qui ne permet plus de refaire le même type de produits ou qui vise lafabrication de produits qui eux ne seront plus recyclables. C’est par exemple le cas du PVC, dupapier recyclé ou des produits fabriqués à partir de mélanges de plastiques recyclés dont laqualité matérielle est inférieure au cycle précédent. Une approche idéale du cycle de vie desmatériaux tendrait à restreindre ce phénomène par la réutilisation directe du matériau oucomposant, grâce au choix de composants à cycles de vie ‘infinis’, cest-à-dire que la qualitéintrinsèque du produit devrait se maintenir d’un cycle à l’autre, soit en réemploi, soit aprèsréintroduction dans la chaine de fabrication. C’est par exemple le cas pour l’asphalte.ASPECTS ECONOMIQUES> Délais de conceptionLa conception en vue d’une évolutivité du bâtiment et des matériaux demande du temps deconception supplémentaire, notamment en recherche des matériaux et conception des détails.Les bénéfices de cette approche, quoique difficilement quantifiables dans l’ensemble de ladurée de vie du projet, sont réels et significatifs. P. 6 SUR 14 – PRENDRE EN COMPTE LE CYCLE DE VIE DES BATIMENTS ET DE LEURS COMPOSANTES JUILLET 2010 - GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLE DE PETITS BATIMENTS RECOMMANDATION PRATIQUE MAT13
  7. 7. > Poser la question du projetParfois, il se peut que la solution économique et écologique à des besoins changeants ne soitpas l’adaptation d’un bâtiment existant mais la vente et le déménagement. La question de lapertinence d’un projet mérite toujours d’être posée en premier lieu. Parfois, le « silence » estaussi une réponse architecturale réfléchie.> Démonstration de rentabilitéEn construction, il est plus économique de prévoir que de corriger. Cependant, il en demeuredifficile de prouver financièrement les gains qui seront réalisés en bout de ligne en misant surla durée de vie d’un bâtiment évolutif, ou sur la valorisation de matériaux dans le cadre d’unrecyclage ou réemploi. Le maître d’ouvrage initial peut vendre et ne pas exploiter lui-même lesbénéfices de ses choix. Toutefois, un acheteur éventuel regarde le potentiel d’aménagement.C’est un principe à l’avantage des conceptions évolutives et qui joue sur la valeur de revente.ASPECTS SOCIAUX ET CULTURELS> Sensibiliser à la prévention des déchetsLes priorités actuelles visent la gestion des déchets lorsque ceux-ci sont déjà produits, lesactions de prévention en vue de réduire leur production en amont par une meilleureconception sont plus rares et plus difficiles à implanter. La prévention à la production desdéchets est une notion qui mérite la sensibilisation de toutes les parties prenantes du projet,depuis le donneur de permis jusqu’au maître d’oeuvre.> Tendance à la migration vers le résidentielL’étude des transformations historiques des villes met en évidence une tendance globale desanciennes structures à migrer, au fil du temps, vers un usage résidentiel. C’est le cas typiquedu loft, où de vieux locaux industriels sont réaffectés en logement pour des questions defacilité et de marché. Ceci parce que la structure cellulaire relativement compacte del’habitation s’adapte à plusieurs formes et se prête bien à la reconversion.ARBITRAGELe tableau ci-après met en évidence la durée de vie des principaux composants de laconstruction.Les durées de vie sont issues de valeurs moyennes, elles définissent des tendances et doiventêtre considérées comme indicatives. Elles doivent être mises en parallèle avec les informationssur le choix écologique des matériaux de construction reprises sur les différentes fiches(Tableaux NIBE). Appréciation de la durée de vie des matériaux en tenant compte des écobilans Matériau Durée de vie (*) Composants structurels Béton de fondation 100 MURS-COLONNES extérieurs : Bétons ; blocs de béton ; blocs silico-calcaire, métal, 100 bois dur MURS et colonnes intérieurs : bois tendre 75 DALLES-ESCALIERS-BALCONS Béton intérieure ou extérieur 100 Métal intérieur 100 Métal extérieur 50 P. 7 SUR 14 – PRENDRE EN COMPTE LE CYCLE DE VIE DES BATIMENTS ET DE LEURS COMPOSANTES JUILLET 2010 - GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLE DE PETITS BATIMENTS RECOMMANDATION PRATIQUE MAT13
  8. 8. Appréciation de la durée de vie des matériaux en tenant compte des écobilansMatériau Durée de vie (*)TOITURESBéton 100Métal 75Bois 75 Composants non structurelsMURS extérieurs-FACADESBéton ; briques 100Bois tendre 40Bois dur 50ENDUITS EXTERIEURSEnduit ciment et enduit chaux 50Enduit synthétique 25Enduit sur isolant extérieur 40ENDUITS INTERIEURS 100ISOLATIONIsolation thermique non ventilée 50Isolation acoustique 50 Menuiseries extérieuresCHASSIS et PANNEAUTAGESBois dur ; aluminium ; PVC 50VITRAGE et ISOLATIONVitrage isolant 25Profils d’étanchéité 25QUINCAILLERIES 25 Composants non structurels intérieursMURS DE REFENDSTerre cuite ; silico-calcaire ; béton cellulaire 100Panneaux carton-plâtre sur structure métallique ou 50boisSTRUCTURE DALLE DE SOLChappe flottante 50REVETEMENTS DE SOLBois dur ; céramique 50Bois tendre 25Parquet 25HABILLAGE PLAFONDPanneaux bois et dérivés du bois 50 P. 8 SUR 14 – PRENDRE EN COMPTE LE CYCLE DE VIE DES BATIMENTS ET DE LEURS COMPOSANTES JUILLET 2010 - GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLE DE PETITS BATIMENTS RECOMMANDATION PRATIQUE MAT13
  9. 9. Appréciation de la durée de vie des matériaux en tenant compte des écobilans Matériau Durée de vie (*) Carton plâtre ; panneaux de fibres minérales ; PVC ; 50 aluminium ; bois dur Structures d’accrochage bois ou métal 50 Composants non structurels de toiture Etanchéité de toiture sans couche de protection 25 Etanchéité de toiture avec couche de protection 25 (empierrement/toiture végétale)(*) Source Baubook – Bauteilkatalogue – Ökologisch bewertete Konstruktionen/Auflage 3. Voir aussi« How Buildings Learn: What Happens After They’re Built” Stewart BrandUn « Guide d’entretien du bâtiment » est en cours d’élaboration par le CSTC, il a pour objectifd’identifier le type, le niveau et la fréquence d’intervention sur les différents composants de laconstruction, ce qui permet d’accroître la durée de vie des composants (www.cstc.be)DANS LA PRATIQUELa qualité de la conception des espaces et des détails techniques a une influence majeure surla durée de vie d’un bâtiment et de ses composants. Il est plus facile de réaffecter des objetsspécialement pensés pour l’être, au lieu de diminuer, après coup, les impacts négatifs demauvais systèmes. Une pensée globale en matière de cycle de vie insistera sur l’importancede la qualité du design.L’EQUIPE DE CONCEPTION (interventions pertinentes pour des projets de grande envergure)> Adopter une méthode de conception intégréeLa conception intégrée est une méthode de design qui consiste à regrouper lensemble desintervenants dès le début du projet, contrairement au processus de conception traditionnel, oùles intervenants simpliquent dune façon séquentielle.Les approches de design intégré, qui mettent en valeur la multidisciplinarité et l’interactionentre les acteurs d’un projet, offrent de meilleures chances de développer des solutionscréatives. (CANMET)> Désigner un conseiller à la gestion des déchets / cycles de vie des matériauxLa nomination d’un conseiller à la gestion des déchets / cycles de vie des matériaux, dansl’organisation du travail d’équipe, peut aider au suivi des mesures énoncés dans cette fiche.Notamment dans le choix des matériaux et le transfert des informations de mise en oeuvre,d’entretien et de recyclage futur aux différents corps professionnels concernés, et dans lagestion du chantier.STRATEGIES DE CONCEPTION> Permettre des usages multiplesCertains bâtiments permettent de nombreuses appropriations différentes sans pour autantrecourir à des démolitions ou reconversions importantes. La maison mitoyenne bruxelloise dudébut du 20e siècle a su s’adapter aux différents usages de bureaux, de commerces etd’appartements pour des gens de toute culture et nationalité. Une certaine rationalisation descirculations verticales et son rapport direct à la rue a notamment autorisé la subdivision aiséedes étages. La hauteur et la générosité des volumes sont également des facteursaccommodant les usages multiples.> Favoriser, en rénovation, le réemploi d’éléments existantsLe bâtiment à rénover devrait faire l’objet d’une étude approfondie d’identification des élémentset espaces potentiellement réaffectables. P. 9 SUR 14 – PRENDRE EN COMPTE LE CYCLE DE VIE DES BATIMENTS ET DE LEURS COMPOSANTES JUILLET 2010 - GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLE DE PETITS BATIMENTS RECOMMANDATION PRATIQUE MAT13
  10. 10. > Dresser des scénarios probables d’évolution et leur associer des hypothèses derénovation o Évolution fonctionnelle ; exemple d’intégration d’un bâtiment dans les cycles humains : Prévoir l’accessibilité du Besoin d’une nouvelle chambre rez-de-chaussé aux personnes à mobilité Aménager une cloison légère réduite acoustiquement performante de façon à pouvoir reformer une Prévoir l’emplacement grande pièce ultérieurement hypothétique d’un ascenseur dans un ensemble de logements Naissance d’un Naissance d’un Les enfants quittent Perte de mobilité premier enfant second enfant la maison Penser dès la conception du Prévoir l’aménagement éventuel bâtiment à la sécurité pour d’une entrée indépendante et la d’éventuels enfants. possibilité de subdiviser la maison pour en faire un logement. Prévoir la possibilité d’aménager des aires de jeux extérieures protégées o Évolution technologique et esthétique : Exemple d’intégration d’un bâtiment dans les cycles sociaux : Favoriser la démontabilité Prévoir l’accès facile aux et un taux élevé gaines techniques sans d’éléments recyclables devoir percer chaque dans les éléments fois les parois d’identité de marque. Prévoir des gaines vides ou des espaces techniques plus larges Évolution des goûts Changement d’identité Réorganisation Évolution décoratifs commerciale du travail technique Employer des matériaux qu’il est Concevoir des cloisons possible de peindre ou enduire de bureaux en matériaux pour en modifier l’aspect. recyclables ou récupérables.Éviter le morcellement « en dur » de l’espace.Les cloisons lourdes ne sont pas les championnes de l’adaptabilité. Lorsqu’on estime qu’uneparoi est susceptible de changer, il est souhaitable de la construire avec un taux élevé dematériaux démontables et recyclables. Par exemple, certaines chambres ou divisions de P. 10 SUR 14 – PRENDRE EN COMPTE LE CYCLE DE VIE DES BATIMENTS ET DE LEURS COMPOSANTES JUILLET 2010 - GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLE DE PETITS BATIMENTS RECOMMANDATION PRATIQUE MAT13
  11. 11. bureaux. Des portes et cloisons mobiles peuvent aussi apporter des solutions au besoinponctuel de sous compartimentage. Certaines divisions peuvent être réalisées à l’aide demobilier (ex : une bibliothèque, un comptoir…) qui offrent l’avantage d’une grande flexibilité.> Prévoir le plan des extensions potentielles.Anticiper, dès la conception, l’endroit où un bâtiment estsusceptible d’être agrandi, de façon à réaliser certaineséconomies de matière et d’espace. Cela peut, par exemple,influencer le positionnement des techniques et des espaces decirculation (positionnement des escaliers ; zone potentielled’implantation d’un ascenseur…). Ci-contre : exemple de positionnement des techniques en tenant compte d’une jonction anticipée> « Design for deconstruction »Envisager, dès la conception, la manière dont les composants et matériaux pourront êtredésassemblés. Ceci implique de réfléchir à différents niveaux : o Les matériaux : choisir des matériaux dont la manipulation en fin de vie ou d’usage reste aisée. Ils doivent être démontables par éléments plutôt que nécessairement détruits et limiter la production de poussières, une attention particulière doit donc aussi être portée à la dimension des éléments en anticipant sur la possibilité d’évacuer par les espaces de circulation sans découpe préalable ou altération du bâtiment – choisir des revêtements en panneaux plutôt que des enduits par exemple-, permettre des assemblages mécaniques – si possible, un parquet plutôt qu’un linoleum ou carrelage-, etc. o Les assemblages : concevoir des assemblages et détails techniques permettant un démontage aisé. Eviter les assemblages collés, s’assurer que les éléments de fixation sont accessibles et réversibles. (voir point « concevoir des détails d’assemblage réversible » ci-dessous). o Les composants : tant que possible, les composants doivent pouvoir être dissociés du reste de la construction pour favoriser à terme un réemploi dans une autre construction. Cette capacité se gère essentiellement au niveau des assemblages entre composants. La dissociation possible entre les différents composants permet de cibler l’intervention de remplacement des composants concernés sans altération des autres composants. o Les acteurs : garantir la disponibilité d’informations sur le démontage des éléments mis en œuvre. Ces informations pourraient idéalement se retrouver dans le dossier d’intervention ultérieure, en accompagnement des fiches techniques des matériaux et composants mis en oeuvre. Toutes les informations pour un démontage, réemploi ou recyclage sont ainsi regroupées et disponibles pour l’occupant ou le propriétaire.Outre l’intérêt d’une capacité de déconstruction en fin de vie ou lors d’une rénovation lourdedu bâtiment, les principes évoqués ici permettent de faciliter l’entretien régulier et de limiter lesnuisances d’une rénovation légère. Par exemple : o En cas de dégradation d’un isolant, une construction avec isolation extérieure permet une intervention plus aisée et moins coûteuse que le remplacement d’un isolant dans un mur creux impliquant le démontage du parement ! o L’encastrement des techniques de chauffage / réseau d’eau…rendues dès lors inaccessibles complexifie la maintenance, les interventions de réparations de réseau et les adaptations pouvant être souhaitées lors d’une extension par exemple.Intégrer un « design for deconstruction » permet donc à la fois de mieux valoriser les matériauxet composants en fin de vie ou d’usage, de faciliter l’entretien du bâtiment pour prolonger sadurée de vie et le maintien de ses performances, de réduire la production de déchets ou le caséchéant de mieux organiser leur recyclage, et de faciliter transformations et extensions. P. 11 SUR 14 – PRENDRE EN COMPTE LE CYCLE DE VIE DES BATIMENTS ET DE LEURS COMPOSANTES JUILLET 2010 - GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLE DE PETITS BATIMENTS RECOMMANDATION PRATIQUE MAT13
  12. 12. > Concevoir des détails d’assemblages réversibles pour permettre le démontage.La constitution des parois horizontales ou verticales nous amène à combiner des matériauxdont la durée de vie est différentielle. Lors d’une rénovation, il est nécessaire de pouvoir agirsur chaque matériau et pouvoir réinstaller les composantes en bon état. Cela permet deréduire la quantité de déchet et le temps de travail associé aux réparations. Du même coup,cela facilite le triage et le recyclage des matériaux lors des opérations de démolition. o Penser la désolidarisation des composantes Éviter les amalgames composites d’éléments indissociables. Utiliser des fixations mécaniques telles que boulons, vis et clous ou des emboîtements au lieu de soudures ou de colles. o Penser à l’accès des éléments de fixation comme les vis et boulons Il faut pouvoir manœuvrer pour déconstruire sainement.> Choisir des matériaux à valeur économique ajoutée.On conservera plus longtemps un plancher de bois valorisable qu’il est possible de rafraîchirou poncer, qu’une moquette jetable, qui de toute façon passera de mode tôt ou tard. Deschâssis de fenêtres en PVC risquent fort de finir en décharge à la première occasion, tandisque les propriétaires de châssis en bois de cèdre feront tout pour les restaurer en cas d’usure.Choisir des produits à valeur économique ajoutée influence positivement leur cycle de vie.> Respecter l’usage destiné des matériaux.L’objectif est d’éviter un vieillissement prématuré des matériaux en respectant ce pour quoi ilssont conçus. Par exemple, un carrelage mural n’est pas fait pour s’employer commerevêtement de sol, il cassera petit à petit sous la fluctuation de charges et devra être remplacéprématurément.> Choisir des matériaux et détails qui augmentent la résistance à l’usureLa durée de vie utile d’une construction augmente lorsqu’on renforce la résistance à l’usureaux points stratégiques. Une bonne étanchéité, la protection des éléments en bois, laprotection des coins de murs dans des lieux à passages fréquents ou encombrés en sont desexemples. On sait que le choix de techniques comme les toits verts prolongent la durée de viedes toitures. Le choix de matériaux à meilleure durée de vie suit également cette logique.> Assurer l’entretien adéquat des matériaux o Permettre l’accessibilité en vue de l’entretien o Lorsque la situation le recommande, choisir des matériaux dont le niveau d’entretien nécessaire est faible.PROJET D’EXECUTION> Insister sur la précision du cahier de charge et des détails de constructionDes détails mal ou pas développés combinés à la rapidité d’exécution sur chantier peuvententraîner une mauvaise exécution avec le risque d’une usure prématurée, et selon le casl’utilisation d’assemblages non démontables et de matériaux non recyclables. La meilleurefaçon d’éviter des solutions bâclées et non durables, c’est d’intervenir en amont, par laconception précise des détails et la préparation de documents clairs (cahier des charges…).SUIVI ET SURVEILLANCE DES TRAVAUX> Informer les corps de métiers de la démarcheIl est primordial de communiquer avec les entreprises exécutantes sur les objectifs du projet etde son développement technique, constructif et organisationnel. Cette sensibilisation doit visertant les concepteurs que les ouvriers qui, en bout de chaine, concrétisent les principesnotamment de « design for deconstruction ».> Assurer un suivi et un contrôle des prescriptions. P. 12 SUR 14 – PRENDRE EN COMPTE LE CYCLE DE VIE DES BATIMENTS ET DE LEURS COMPOSANTES JUILLET 2010 - GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLE DE PETITS BATIMENTS RECOMMANDATION PRATIQUE MAT13
  13. 13. Concerne entre autres, la vérification des matériaux utilisés et de leur mise en œuvre, laméthode appliquée pour la gestion des déchets de chantier et leur mode de valorisation…> Prévoir le transfert de l’information dans le tempsDans les plus gros projets, la gestion du cycle de vie des matériaux s’opère aussi par larédaction de fiches d’accompagnement des matériaux dans le but d’assurer le transfert del’information. Il est important que les occupants actuels et futurs disposent des hypothèses derecyclage / réutilisation qui ont justifié les choix lors de la conception.INFORMATIONS COMPLEMENTAIRESAUTRES ELEMENTS A GARDER A L’ESPRITAutres fiches liées à l’évolutivité des bâtiments et de leurs composants : o MAT02 - Gros œuvre: choisir des techniques et matériaux de structure rationnels et économes, en prenant en compte leur écobilan o MAT10 - Murs non porteurs et cloisons: choisir des matériaux sains, avec un écobilan favorable o MAT12 - Recycler les matériaux et déchets, si possible in situ o CSS09 – Colles et peintures : tenir compte de leur impact sur la santé et sur lenvironnementADRESSES UTILES o Res-sources, asbl. Réseau des entreprises d’économie sociale actives dans la récupération et le recyclage www.res-sources.be o Bourse Belge des Déchets – système d’échange de matériaux usagés - http://economie.fgov.be/enterprises/waste/home_fr.htm o Tradecowall – Société de traitement des déchets de construction en Wallonie - http://www.tradecowall.be o Site de la démarche des écobilans - http://www.ecobilan.com/index_fr.html o LERM, Historique et environnement normatif actuel de l’analyse des cycles de vie, http://www.lerm.fr/lerm/Newsletter/Newsletter8/lerm_Newsletter8_Acv1.shtml o Norme ISO-14 040 sur les écobilans, http://www.iso.org/iso/fr/CatalogueDetailPage.CatalogueDetail?CSNUMBER=37456 o Programme des Nations Unies pour l’Environnement, Initiative sur le cycle de vie, http://lcinitiative.unep.fr/ o MBDC Design, Philosophie et certification Cradle to Cradle, http://www.mbdc.com/certified.html o EPEA Consultants, Application de la méthode Cradle to Cradle design, http://www.epea.com/ o Méthode C-2000 – Processus de conception intégré élaboré par le Centre de la Technologie et de l’Énergie CANMET, Canada, http://www.sbc.nrcan.gc.ca/buildings/idp_f.asp o TPSGC - Guide pour une construction et une rénovation respectueuses de lenvironnement – Évaluation du cycle de vie d’un produit – disponible à l’adresse http://www.tpsgc.gc.ca/realproperty/text/pubs_ercr/chapter2-f.html#sd2BIBLIOGRAPHIE o Les dossiers du CSTC, cahier n°3, Quelles solutions pour le recyclage des déchets du bâtiment ? Des questions et des réponses, 2005 o BOEGLIN, N. et D.VEUILLET. Introduction à l’Analyse de Cycles de Vie, note méthodologique, ADEME, Document disponible sur : http://www2.ademe.fr/servlet/KBaseShow?sort=-1&cid=96&m=3&catid=12916 o BRAUNGART, Michael et William, McDONOUGH. Cradle to cradle – remaking the way we make things, Editions North Point Press, 2002 P. 13 SUR 14 – PRENDRE EN COMPTE LE CYCLE DE VIE DES BATIMENTS ET DE LEURS COMPOSANTES JUILLET 2010 - GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLE DE PETITS BATIMENTS RECOMMANDATION PRATIQUE MAT13
  14. 14. o BREELS, Sébastien. Les déchets dans le secteur de la construction : enjeux de la conception architecturale, proposition d’étude pour la réduction de la production de déchets en phase de rénovation, Mémoire de recherche, Lausanne, 2005.o HERZOG, Thomas et al. Habiller de verre et de bois : agrandir des maisons familiales sans augmenter la consommation d’énergie, Presses polytechniques romandes, 1984, 138 p.o PERIANES, Manuel. L’habitat évolutif – du mythe aux réalités. Plan construction et architecture, Cités-projets, recherche no.44, MELT-PCA, octobre 1993.o PREISIG, H.R. ; DURBACH, W ; KASSER, U ; VIRIDEN, K. Savoir construire éco- logique/nomique. Guide pour le maître d’ouvrage. Zurich : Werd Verlag, 1999.o Steward Brand, How Buildings Learn: What Happens After They’re Built, Penguin, 1995 P. 14 SUR 14 – PRENDRE EN COMPTE LE CYCLE DE VIE DES BATIMENTS ET DE LEURS COMPOSANTES JUILLET 2010 - GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLE DE PETITS BATIMENTS RECOMMANDATION PRATIQUE MAT13

×