la queer week infos pratiques
Retrouvez la Queer Week du 24 au 28 mars 2014 !
Entrée LIBRE et GRATUITE à tous les ateliers...
MARDI25MARSLUNDI24MARSPRÉLIMINAIRES TOMBOY, de Céline Sciamma
PROJECTION 05/03 17h-19h, Amphithéâtre Jean Moulin, 13 rue d...
18/03
18h30-20h
CONFÉRENCE
Vivre et créer sur les bords de l’Hudson :
les docks de New York, 1971-1983
Thibault Boulvain
É...
CONFÉRENCE INAUGURALE
Les plaisirs précaires du travail pornogra-
phique
Mathieu Trachman
Amphithéâtre Jacques Chapsal, 27...
CONFÉRENCE
Histoire des objets de plaisir
Baptiste Coulmont
Amphithéâtre Leroy-Beaulieu, 27 rue Saint-Guillaume
17h-19h
MA...
MERCREDI 26
CONFÉRENCE
LES TUBES PORNO: BUSINESS, USAGE
ET AUDIENCE
Stephen des Aulnois et Philippe Gargov, du Tag Parfait...
JEUDI 27
ATELIER
La reconquête des plaisirs après trauma-
tisme
Claudia Monge
Salle A15, 27 rue Saint-Guillaume
ATELIER
De...
VENDREDI 28
ATELIER
La ré-appropriation du corps trans par les
trans eux-mêmes
Maud-Yeuse Thomas & Karine Espineira, co-fo...
CONFÉRENCE
Les lieux de plaisir lesbiens du début
du XXe siècle à nos jours:
de l’(in)visibilité lesbienne dans
l’espace p...
TOM DE PEKIN
Séances de coloriage (work in progress)
Le coloriage au secours de l’ordre moral, le sport.
Exposition d’affi...
PHOTOGRAPHIE - LE(s) PLAISIR(s)
Iris Alba
Misfits, 2012-2013, série
Téo Jaffre
Les cochonnes, 2013-2014, série
Renaud Chan...
JURY PHOTO
MATHIEU BUARD
Mathieu Buard est commissaire indépendant et critique. Il écrit
pour des revues, magazines et art...
COURTS-MÉTRAGES
Barbitch, de Myya Marquès. France, 2013, 1’41
Pendant plusieurs mois, j’ai suivi un groupe de femmes
(lesb...
Partenaires premium
Partenaires
Leïla El Omari, Marie Mesnil, Marion Delabouglise, Floriane Volt,
Tomas Aparisi, Pierre Ma...
affiche
mau-
vais
gout
Mauvais Gout
Nuit aux musées
28 MaRs
10€ - 23h-o6h
LA BALLE AU BoND - 3 QUAi MALAQUAis - 75oo6 PAri...
Le programme de la Queer Week! Du 24 au 28 mars 2014
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le programme de la Queer Week! Du 24 au 28 mars 2014

8 242 vues

Publié le

La Queer Week, semaine des genres et sexualités, revient du 24 au 28 mars! Découvrez son programme en intégralité

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
8 242
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3 282
Actions
Partages
0
Téléchargements
41
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le programme de la Queer Week! Du 24 au 28 mars 2014

  1. 1. la queer week infos pratiques Retrouvez la Queer Week du 24 au 28 mars 2014 ! Entrée LIBRE et GRATUITE à tous les ateliers, toutes les conférences, toutes les projections & l’exposition. La Queer Week est ouverte à TOUS et à TOUTES. Pas besoin d’être étudiant à SciencesPo pour participer: tout le monde peut s’inscrire à TOUT. Les ateliers sont à capacité limitée. Les inscriptions se font par e-mail à coucou@queerweek.com Envoyez-nous vos questions, et des mots d’amour! Sauf mention contraire sur le programme, tous les lieux mentionnés se trouvent sur le campus de SciencesPo Paris - entre les métros Saint-Germain-des-Prés (4), Rue du Bac (12) et Sèvres-Babylone (10-12). Toutes les salles sont ouvertes au public. La Queer Week est un projet mené de manière BÉNÉVOLE et INDÉPENDANTE par des étudiants. Si SciencesPo apporte un sou- tien logistique, l’institution n’a ni responsabilité ni droit de regard dans la programmation et le déroulement de la Queer Week. Illustration: Tom de Pekin ___________________________ La Queer Week est un espace fondamentalement anti-sexiste, anti-ra- ciste, anti-homophobe, anti-transphobe, s’opposant à toutes les discri- minations. Si vous venez avec de telles intentions, et émettez des propos attentatoires au respect des intervenantEs, des participantEs ou généra- lement discriminatoires, nous nous ferons un plaisir de vous interrompre EN CHANSON! Cette cinquième édition de la Queer Week s’inscrit dans un contexte bien particulier. Chacun a pu se rendre compte avec effroi qu’une partie de la société française reste pro- fondément homophobe et réactionnaire dans sa représen- tation de la famille. Mais ce n’est pas tout : perplexes, nous assistons aussi à une croisade anti « théorie du genre » dont l’aberration nous surprendra sans doute encore longtemps. D’accord, le « Mariage pour tous » ayant été adopté, nous pouvons tout de même afficher un micro-sourire de satis- faction. Mais pas trop grand le sourire, parce que bon, on n’est pas sorti du placard. Et puis le mariage c’est cool, mais avouons-le, nous à la Queer Week, niveau priorités, on en a d’autres. Plutôt que de parler dragées et plans de table, nous voulions parler de plaisir(s) : un sujet de discussion qui nous concerne tous au plus profond de nos chairs et de nos esprits, dans ce que nous avons de plus intime à dévoiler. Les plaisirs sont un sujet d’une fertilité sans limites, toutes les sciences humaines et sociales ayant une pluralité de points de vue sur le sujet. Nous touchons ici à l’essence du queer, dans son orientation militante comme dans son aspect le plus divertissant: c’est la matérialisation de nos bizarreries et de nos préférences. Nous souhaitons que la Queer Week 2014 soit l’occasion de décrypter les enjeux de pouvoir et de domination qui s’ins- crivent dans ce que nous avons de plus intime et de plus secret. Ce sont ces enjeux, reflets du politique sur nos corps, que la Queer Week veut mettre en lumière.
  2. 2. MARDI25MARSLUNDI24MARSPRÉLIMINAIRES TOMBOY, de Céline Sciamma PROJECTION 05/03 17h-19h, Amphithéâtre Jean Moulin, 13 rue de l’Université A SINGLE MAN, de Tom Ford PROJECTION 12/03 17h-19h, Amphithéâtre Jean Moulin, 13 rue de l’Université VIVRE ET CRÉER SUR LES BORDS DE L’HUDSON: LES DOCKS DE NEW YORK, 1971-1983, Thibault Boulvain CONFÉRENCE 18/03 18h30-20h, Amphithéâtre Cézanne, École du Louvre, 1er arr. RENCONTRE AVEC LIONEL SOUKAZ: CINÉMA LGBTQ ET CINÉMA MILITANT CONFÉRENCE 19/03 17h-19h, Amphithéâtre Jean Moulin, 13 rue de l’Université MUTANTES, de Virginie Despentes PROJECTION 04/04 20h30-22h, (Lieu à confirmer) RITUEL D’ACTIVATION DE FÉTICHES, Hélène Barrier, Denis Sanglard, Sébastien Lambeaux PERFORMANCE D’OUVERTURE 16h45, Jardin, 27 rue Saint-Guillaume LES PLAISIRS PRÉCAIRES DU TRAVAIL PORNOGRAPHIQUE, Mathieu Trachman CONFÉRENCE 17h-19h, Amphithéâtre J. Chapsal, 27 rue Saint-Guillaume REMISE DES PRIX DU CONCOURS PHOTO, SIGNATURE DU LIVRE D’ÉMILIE JOUVET ET PERFOR- MANCE DE CRISIS VERNISSAGE, 19h-21h, Hall du 13 rue de l’Université TOUTE LA SEMAINE - À PARTIR DU LUNDI 24 MARS LES PLAISIR(S) - PHOTOGRAPHIE, DESSIN & VIDÉO, exposition collective EXPOSITION 8h-21h Hall du 13 rue de l’Université PLAISIR ET PRÉVENTION POUR LES FEMMES AYANT DES RELATIONS SEXUELLES AVEC D’AUTRES FEMMES, Coraline Delebarre, FLoZif & FIÈRES ATELIER14h45-16h45, Salle C931, 9 rue de la Chaise HISTOIRE DES OBJETS DE PLAISIR, Baptiste Coulmont CONFÉRENCE 17h-19h, Amphithéâtre Leroy-Beaulieu, 27 rue Saint-Guillaume FESTIVAL DE COURTS-MÉTRAGES DE LA QUEER WEEK PROJECTION 20h30-22h30, La Mutinerie, 176 rue Saint-Martin, 3e arr. MERCREDI26MARSJEUDI27MARSVENDREDI28MARS ÉCRIRE SON SCÉNARIO SEXUEL, Marianne Chargois ATELIER14h45-16h45, J208, 13 rue de l’Université LES TUBES PORNO : BUSINESS, USAGE ET AUDIENCE, Stephen des Aulnois et Philippe Gargov CONFÉRENCE 17h-19h, Amphithéâtre Jean Moulin, 13 rue de l’Université VICTOR VICTORIA, de Blake Edwards PROJECTION 19h-21h15, Amphithéâtre Jean Moulin, 13 rue de l’Université TOUCH-A TOUCH-A TANGERE ME, Aurore Le Duc PERFORMANCE - Lieux et horaires: surprise! LA RECONQUÊTE DES PLAISIRS APRÈS TRAUMATISME, Claudia Monge ATELIER12h30-14h30, Salle A15, 27 rue Saint-Guillaume DE L’ESPACE NORMATIF À L’ESPACE PERFORMATIF: LE POST PORNO Rachele Borghi & RHINOCEROS ATELIER 17h-19h, Salle B404, 56 rue des Saints-Pères PURGATORIX, Chahine Icöne PERFORMANCE 19h, Hall du 13 rue de l’Université LES PLAISIRS DE L’ÉCO-SEX, Isabelle Carlier, Erik Noulette et Nadège Piton CONFÉRENCE 19h15-21h15, Amphithéâtre Jean Moulin, 13 rue de l’Université LA RÉAPPROPRIATION DES CORPS TRANS PAR LES TRANS EUX-MÊMES, Maud-Yeuse Thomas & Karine Espineira ATELIER12h30-14h30, A12, 27 rue Saint-Guillaume MASSAGE ET JEUX DE CORDES, Misungui de la Nui & FLoZif ATELIER 14h45-16h45, Salle B404, 56 rue des Saints-Pères LES LIEUX DE PLAISIR LESBIENS DU DÉBUT DU XXe SIÈCLE À NOS JOURS: DE L’INVISIBILITÉ LESBIENNE DANS L’ESPACE PUBLIC, Nicole G. Albert, Stéphanie Arc, Catherine Gonnard CONFÉRENCE 17h-19h, Amphithéâtre Caquot, 28 rue des Saints-Pères ALLIANCES ÉMANCIPATRICES: AU-DELÀ DU QUEER? Tarek Lakhrissi, William Caroline, Lalla Kowska Régnier, Thibaud Jedrzejewski, Tim Madesclaire TABLE RONDE 19h15-21h15, Amphithéâtre Caquot, 28 rue des Saints-Pères MAUVAIS GOÛT / NUIT AUX MUSÉES SOIRÉE DE CLOTURE 23h-6h, La Balle au Bond, 3 quai Malaquais, 6e arr. 5€ avec le pass Queer Week / 6€ avant minuit /10€ après
  3. 3. 18/03 18h30-20h CONFÉRENCE Vivre et créer sur les bords de l’Hudson : les docks de New York, 1971-1983 Thibault Boulvain ÉCOLE DU LOUVRE, amphithéâtre Cézanne Palais du Louvre, Porte Jaujard, 1er arrondissement 1971-1983, les quais de l’Hudson. Des dizaines d’entrepôts désaffectés, en ruine, sont le creuset d’une riche et nou- velle culture homosexuelle et artistique. Fréquentés par des hommes en quête de rencontres dès la fin des années 1960, par des artistes qui y trouvèrent de nouveaux terrains d’expérimentations, ces docks représentent, dans l’Amé- rique post-Stonewall (1969), un lieu de libération du corps et des esprits, des imaginaires. Sur fond de fresques et de graffitis, un monde de la marge s’invente, solaire, éman- cipé, violent aussi, qui ne devait tragiquement disparaître qu’à l’aube des années sida. Après avoir été le reflet de la vie, les eaux de l’Hud- son devenaient , pour Lou Reed, celles, noires et boueuses, dans lesquelles New York sombrait et se noyait. Thibault Boulvain est chargé de TDO XXe à l’Ecole du Louvre, et doctorant-chargé d’étude à l’INHA. Réservation obligatoire par mail pour les person¬nes exté- rieures à l’Ecole du Louvre : polychrome.edl@gmail.com PRÉLIMINAIRES CONFÉRENCE Rencontre avec Lionel Soukaz Cinéma LGBTQ et cinéma militant Lionel Soukaz Amphithéâtre Jean Moulin, 13 rue de l’Université 19/0317h-19h Quel peut être le rôle du cinéma politique dans la cause LGBT et queer en particulier? Comment concilier le statut d’auteur, d’artiste, et celui de militant? Pour nous donner un début de réponse, la Queer Week donne carte blanche à Lionel Soukaz! Figure du militantisme gay, pionnier du ci- néma politique et expérimental, le réalisateur Lionel Sou- kaz reviendra sur sa carrière et présentera films et extraits pour faire éclore une discussion sur le cinéma militant. En partenariat avec le Ciné-Club SciencesPo et Plug n’Play AveclacomplicitédePolychrome polychrome-edl.fr
  4. 4. CONFÉRENCE INAUGURALE Les plaisirs précaires du travail pornogra- phique Mathieu Trachman Amphithéâtre Jacques Chapsal, 27 rue Saint-Guillaume Mathieu Trachman présentera son ouvrage Le Travail por- nographique: Enquête sur la production des fantasmes. Son analyse des frontières internes du film porno et des trajectoires de ceux et de celles qui travaillent dans cette industrie du sexe repose sur les critiques du magazine Hot Video sur les vingt dernières années, d’entretiens avec les réalisateurs, les techniciens, les producteurs, les acteurs et sur des observa- tions de différents tournages. Ces métiers, souvent peu valori- sés, requièrent pourtant une expertise spécifique de la sexua- lité hétérosexuelle. La pornographie, loin des clichés, assure également aux ac- trices une forme de puissance et une place différente dans le monde du travail pornographique que celles qu’elles pour- raient occuper dans un univers professionnel plus traditionnel. Ce travail, à la croisée de la sociologie de la sexualité, du travail et du genre permet de renouveller la grille d’analyse du travail pornographique. Mathieu Trachman est sociologue à l’EHESS et est chargé de recherche pour l’INED. Il travaille notamment sur la sociologie du genre, de la sexualité ainsi que sur le marché de la sexua- lité. VERNISSAGE Remise des prix du concours photo, signa- ture du livre d’Émilie Jouvet et performances de CRISIS Hall du 13 rue de l’Université 17h-19h19h-21h LUNDI 24 PERFORMANCE D’OUVERTURE Rituel d’activation de fétiches Hélène Barrier, Denis Sanglard, Sébastien Lambeaux Jardin, 27 rue Saint-Guillaume 16h45 «Mon travail présente des similitudes avec les cultes vaudou, animiste et chamanique tels que l’on peut les rencontrer dans la diversité des sociétés humaines vivantes ou éteintes. Il s’arti- cule autours de connections avec la nature et le monde spiri- tuel et s’exprime au moyen d’artefacts en constante transfor- mation. Je confectionne des costumes de chaman destinés à être utilisés durant des rituels d’activation de fétiches. Le port de ces costumes me permet d’atteindre des états de transe et d’exacerbation des sens me conduisant à un dialogue verbal et gestuel avec les fétiches. Après les « manif(P) pour tous », le « printemps français » ou le « jour de colère », le dernier forfait des groupes réactionnaires intégristes à l’œuvre a consisté à semer la confusion parmi les français en ce qui concerne un pseudo- endoctrinement d’enfants visant à leur inculquer la « théorie du genre »... Le tout sous fond d’accusations complotistes paranoïaques et d’une malhonnêté intellectuelle intrinsèque des initiateurs. Un effrayant délire ! Les digues de la raison n’agissent plus ! En réponse à cette irrationalité manifeste, je ne vois plus que l’intervention de la magie comme solution. J’ai proposé à deux amis artistes (Denis SANGLARD et Hélène BARRIER) de participer à une activation de fétiches pour la Queer Week afin de lutter avec plus de force contre l’Hydre du fascisme.» Sébastien Lambeaux
  5. 5. CONFÉRENCE Histoire des objets de plaisir Baptiste Coulmont Amphithéâtre Leroy-Beaulieu, 27 rue Saint-Guillaume 17h-19h MARDI 25 ATELIER Plaisir et prévention pour les femmes ayant des relations sexuelles avec d’autres femmes avec FIÈRES / Flozif et Coraline Delebarre Salle C931, 9 rue de la Chaise L’atelier a pour objectif de montrer que la prévention n’ex- clut pas le désir et peut même le susciter. Il sera l’occasion de montrer comment le "safe sex" peut être partie intégrante du plaisir et des jeux sexuels entre femmes. Coraline Delebarre est co-responsable de la brochure Tom- ber la Culotte. Flozif organise la soirée Playnight Paris, soirée parisienne dé- diée aux sexualités ludiques, aux plaisirs et aux jeux BDSM pour femmes, lesbiennes, Trans. Avec Fières, association lesbienne / bi / trans féministe. Atelier réalisé grâce au soutien de l’Inter LGBT 14h45-16h45 PROJECTION Festival de courts-métrages de la Queer Week LA MUTINERIE, 176 rue Saint-Martin, 3e arrondissement, 20h30-22h Pornation, Bruce France, 10 minutes Salmacis, Régina Demina France, 6 minutes Lieux communs, Etyën + A France, 7 minutes Perruche, Roxanne Gaucherand France, 11 minutes Chaser Grindr, Nicolas Gimbert France, 3 minutes Nostalgia de Vos, Goghi & Goghi Italie, 4 minutes Natives, Jeremy Hersh États-Unis, 20 minutes Mascarade, Alexis Langlois France, 13 minutes Barbitch, Myya Marques France, 1min Lola et Bérénice, Youri Tchao-Débats France, 11 minutes Godemichets et vibromasseurs ont été l’objet, depuis environ 150 ans, d’un encadrement par le droit et la police. L’action visant à contrôler, à interdire ces objets a produit des traces archivées (photographies, interrogatoires, jugements...) qui permettent de saisir leur circulation et certains de leurs usages. Cette action a suscité en retour nombre de stratégies de contournement, de ca- mouflage et de résistance. La conférence sera l’occasion d’expli- citer les enjeux que soulèvent les usages de ces objets de plaisir. Baptiste Coulmont est sociologue, maître de conférences à Paris-8. Il a notamment écrit Sex shops, une histoire française.
  6. 6. MERCREDI 26 CONFÉRENCE LES TUBES PORNO: BUSINESS, USAGE ET AUDIENCE Stephen des Aulnois et Philippe Gargov, du Tag Parfait Amphithéâtre Jean Moulin, 13 rue de l’Université Marianne Chargois, travailleuse du sexe, nous propose d’ex- plorer nos fantasmes par écrit. Elle dirigera un atelier d’écri- ture où chacun pourra exprimer ses désirs les plus profonds et inavouables. 14h45-16h45 17h-19h ATELIER Écrire son scénario sexuel Marianne Chargois Salle J208, 13 rue de l’Université Le Tag Parfait, site Internet qui représente et décrypte au- jourd’hui la culture porno, présentera les tubes et ce qu’ils disent de notre façon de consommer le porno. Les tubes sont les sites de streaming porno gratuits sur lesquels on peut regar- der des vidéos à la façon de YouTube. Dans les années 1930 à Paris, Victoria Grant, une chanteuse classique, ne trouve plus aucun contrat pour subsvenir à ses besoins. Alors qu’elle touche le fond, elle rencontre un homo- sexuel quinquagénaire, Carroll Todd qui imagine de la faire passer pour un homme spécialisé dans les spectacles de tra- vesti. PROJECTION Victor Victoria USA, Blake Edwards, 1982. Amphithéâtre Jean Moulin, 13 rue de l’Université 19h-21h15 En quoi le tube change-t-il la façon de consommer le porno face à des films X plus «scénarisés» et plus longs? Qui possède aujourd’hui les tubes? Derrière les tubes et ceux qui les pos- sèdent, se cache une véritable cartographie des usages du porno qui dessine l’avenir de l’industrie pornographique. Stephen des Aulnois est le fondateur et le rédacteur en chef du Tag Parfait, site sur la culture porno. Philippe Gargov est géographe, spécialiste de la ville numé- rique. Il est également journaliste pour le Tag Parfait. PERFORMANCE Touch-a Touch-a Tangere me Aurore Le Duc, née en 1988, vit et travaille à Paris Lieu et horaire: surprise! Rocky, personnage de la comédie musicale éponyme The Rocky Horror Picture Show, est un bel éphèbe blond. C’est une créature musclée, un Apollon bronzé aux dents ultra blanches. Il est la création fantastique du Docteur Frank-N-Fur- ter, un monstre prométhéen destiné au seul plaisir sexuel de son propriétaire. C’est un esclave, semblable à ceux que l’on trouvait dans la Rome Antique. Lorsque Janet, jeune lycéenne fraîchement initiée aux voluptés par le Docteur, se retrouve seule face à Rocky, ses émotions prennent vite le dessus....»
  7. 7. JEUDI 27 ATELIER La reconquête des plaisirs après trauma- tisme Claudia Monge Salle A15, 27 rue Saint-Guillaume ATELIER De l’espace normatif à l’espace performa- tif: le post porno Rachele Borghi & RHINOCEROS Salle B404, 56 rue des Saints-Pères Comédienne de formation, cette animatrice de l’association Mômatre nous présentera son travail sur les femmes victimes de viols au Congo. Elle se penchera ensuite sur les moyens pour ces femmes de retourner à la sexualité, au plaisir et au désir de plaire après le traumatisme. Comment reprendre confiance en son corps? en l’Autre? et comment se réconci- lier avec un sens qui nous a été arraché avec violence? 12h30-14h30 17h-19h Les études plus récentes sur le rapport entre sexualité, dif- férence et espace ont montré comme celui-ci se construit autour de la notion de ‘comportement sexuel approprié’. Il exclut ainsi les façons de vivre qui ne sont pas centrées sur la monogamie, l’hétérosexualité et le sexe procréatif. Ce tra- vail propose d’investiguer les violations supposées des règles de la normalité, les transgressions des normes qui règlent les espaces publics, à partir des performances mises en œuvre dans l’espace public par les sujets LGBTIQ. Ces perfor- mances utilisent le corps pour mettre en scène une sexualité non-normée, dans le but de rompre avec une conception de l’espace public normative et implicitement hétéronor- mée. A travers les performances, les corps stigmatisés, invi- sibilisés, dévalorisés sont transformés en outils de réaction à l’ordre normatif et, au même temps, de mise en question de règles dominantes. L’intervention va explorer le monde des collectifs d’artistes (performers) post porno, en se concentrant sur la scène européenne. L’activisme de ces artistes-militantes vise à ré- duire la distance entre public et privé et à critiquer le sys- tème reproductif capitaliste-hétéronormatif. Pour cette rai- son, beaucoup des performances sont réalisées dans des espaces publics. Elles visibilisent les pratiques sexuelles qui ne rentrent pas dans la pornographie mainstream ou qui sont considérées déviantes, pour s’interroger sur comment les pratiques et les relations sexuelles au quotidien sont façon- nées par des imaginaires conditionnés et construits par des rapports sociaux de pouvoir. La nudité publique leur permet de créer des espace d’expérimentation des limites du corps et de son usage comme outil de militance, pour mettre en question les rôles binaires de représentation (homme/ femme, hétero/omo, etc.) et montrer la pluralité des possibi- lités de plaisir sexuel. LA BIBLIOTHÉQUE ROSE Toute la semaine, la bibliothèque de SciencesPo présentera des ouvrages queerement sataniques - essais, ro- mans et fanzines achèveront de vous convertir à la "théorie du gender"!
  8. 8. VENDREDI 28 ATELIER La ré-appropriation du corps trans par les trans eux-mêmes Maud-Yeuse Thomas & Karine Espineira, co-fondatrice de l’Observatoire des Transidentités Lieu à confirmer (SciencesPo) ATELIER Massage et jeux de cordes Flozif & Misungui de la Nui Salle A26, 27 rue Saint-Guillaume Les participantes apprendront d’abord quelques techniques de relaxation et de massage qui amènent à la détente et permettent d’évacuer les tensions accumulées. Ensuite pro- gressivement, nous intégrerons au massage des jeux de sen- sations avec des cordes pour développer la sensorialité et la sensualité du toucher et le relâchement du corps. Après les exercices, un temps de massage-jeux avec cordes prendra place en toute liberté et confort, le tout en musique, ce qui permettra de se relaxer et d’apprécier pleinement ce mo- ment. Un atelier pour les femmes, lesbiennes, trans’. Cet atelier va s’attacher à explorer les diverses formes de cette réappropriation des corps trans par le plaisir, l’érotique et le pornographique, de l’humour trans, des savoirs détour- nés (manuels de SVT), des mangas japonais… 12h30-14h30 12h30-14h3014h45-16h45 CONFÉRENCE Les plaisirs de l’éco-sex Isabelle Carlier, Nadège Piton et Érik Noulette, Emmetrop Amphithéâtre Jean Moulin, 13 rue de l’Université L’écosexualité est l’expression utilisée pour parler d’une sexua- lité inspirée par la nature, d’une sexualité faisant partie de la nature, ou faisant en réalité l’amour avec la nature. L’eco- sex nous apprend à vivre notre sexualité en communion avec un environnement naturel et une hygiène de vie saine dans l’idée d’explorer le paysage érotique de nos corps et de nos sensations, une fois sorti de la ville. La conférence commencera par une introduction à la poli- tique queer de l’association Emmetrop dont les objectifs sont la promotion de la création contemporaine et de créer de nouveaux rapports entre art et population. Nous embrayerons ensuite la présentation illustrée de son workshop sur l’eco-sex qui a eu lieu à Bourges en 2013, avec la projection d’un film documentaire sur cet événement. Nous aurons ensuite la chance d’échanger, via Skype, avec Annie Sprinkle et Beth Stephens, fondatrices de cette approche de la sexualité. 19h15-21h15 PERFORMANCE Purgatrix Chahine Icöne, né en 1990, vit et travaille entre Argenteuil, Cergy et Paris Hall du 13 rue de l’Université 19h Chahine Icöne est un plasticien féministe faisant de la perfor- mance d’art et des chansons pop. Il utilise l’art et le blasphème comme des armes pour se battre contre les oppressions phy- siques et mentales opérées dans sa propre vie par la religion Avec PURGATRIX, Chahine Icöne veut « purifier et soigner » l’his- toire de l’art de ses dogmes religieux avec des chansons pop et du désinfectant. Chacune de ses performances est consi- dérée par lui-même comme des extases confrontationnelles à Dieu, des béatitudes anti-religieuses, pro féministes.
  9. 9. CONFÉRENCE Les lieux de plaisir lesbiens du début du XXe siècle à nos jours: de l’(in)visibilité lesbienne dans l’espace public Nicole G. Albert, Catherine Gonnard & Stéphane Arc Amphithéâtre Caquot, 28 rue des Saints-Pères Du Paris de la Belle-Époque, Mecque du saphisme au début du XXe siècle, en passant par le Katmandu ou le Pulp dans les années 80 ou encore les back-rooms et saunas lesbiens aujourd’hui, les lieux de plaisir des femmes pour les femmes existent bel et bien. Ils restent pourtant largement invisibles sur la scène publique. Qu’est-ce que ces lieux de rencontre nous disent de la com- munauté lesbienne et des mécanismes de domination entre l’homosexualité masculine et féminine? En quoi illustrent-ils l’invisibilité des lesbiennes dans la sphère publique? La conférence sera également l’occasion de la diffusion d’un court-métrage sur Elula Perrin, symbole des nuits lesbiennes des années 1970 et première femme à faire son coming-out dans les médias français. Nicole G. Albert est docteur ès lettres. Elle publié de nombreux articles et ouvrages sur l’homosexualité féminine en littéra- ture. Catherine Gonnard est journaliste et essayiste. Elle a par- ticipé au MIEL et à la fondation du CUARH. Stéphanie Arc est écrivain, journaliste et a été vice-présidente de SOS homo- phobie. Flozif organise la soirée Playnight Paris, soirée parisienne dé- diée aux sexualités ludiques, aux plaisirs et aux jeux BDSM pour femmes, lesbiennes, Trans. Wendy Delorme est auteure et traductrice de plusieurs guides sur la sexualité. Ses travaux de recherche portent sur l’image des femmes et les représentations de la sexualité. 17h-19h CONFÉRENCE DE CLÖTURE Alliances Émancipatrices: Au-delà du Queer? Table ronde convoquée par Tarek Lakhrissi et William Caroline Avec Gwen Fauchois, Thibaud Jedrzejewski, Tim Madesclaire, Lalla Kowska Régnier Amphithéâtre Caquot, 28 rue des Saints-Pères Dans cette table ronde, chacun.e des intervenant.e.s décrira ce qu’il et/ou elle cherche dans ses allié.e.s. Quelles coalitions commencent à devenir possibles maintenant que «la théorie du genre» est la cible d’autant d’hostilité de la politique insti- tutionnelle? Est-ce que «queer» suffit pour les nommer? Quels autres noms pouvons-nous donner à nos coalitions déjà exis- tantes qui pourront nous aider à préparer l’avenir? 19h15-21h1523h-6h SOIRÉE DE CLÔTURE MAUVAIS GOÛT / Nuit aux musées 5€ avec le pass Queer Week / 6€ avant minuit / 10€ après La Balle au Bond 3 quai Malaquais (Pont des Arts), 6e arrondissement La Queer Week se joint à la Mauvais Goût pour vous pro- poser une folle soirée de plaisirs, de queer, et de bonheur. Les performeurs de CRISIS, présents pendant toute la Queer Week, assureront le show une dernière fois, avec un DJ set de Perez (Accelera Son/Barclay), Emmanuel Caurel (Bizarre Love Triangle), Reno & Barbara Butch.
  10. 10. TOM DE PEKIN Séances de coloriage (work in progress) Le coloriage au secours de l’ordre moral, le sport. Exposition d’affiches à colorier ou à recolorier. Les affiches circulent de lieu en lieu et rassemblent le pu- blic, invité à modifier les œuvres par le coloriage, sur un même thème : autour de l’ordre moral, utilisation du colo- riage, première notion d’ordre moral donnée aux enfants par la classification des choses et des humains par repères colorés. Présentation d’images naïves à la sexualité sug- gestive et démonstrative autour du sport avec jeux textuels accompagnés d’un clip à notion pédagogique, Pine Pong co-réalisé avec Pascal Vivant/The Brain. Queer Week, Paris, mars, 24 - 28/03 2014 # La loi du mur, Lille, octobre, 11/ 2010 # Festival Artivistic, Montréal, Cana- da, 15 - 17/10 2009 # Centre d’Art Le Transpalette, Emme- trop, Bourges, 20 - 26 avril 2009 # WE project, Bruxelles, 19 - 29/03/2009 # Musée de la Marine, Festival Fire !, Barcelona, 02/07/2008 # Hôtel Pulitzer, Barcelona, 01/07/2008 # 5 ans des Panthères Roses, Paris, 31/05/2008 # Média Phos- phène, Fabulous fabrics, Rouen, mars 2006 # École des Arts décoratifs de Strasbourg, galerie La Chaufferie, 12/ 2004 # Les Subsistances, Lyon, 10/2004 # UEEH, École des Beaux Arts de Marseille, juillet 2004 # Festival des ils et des elles, Avignon, 06/2004 # Festival de cinéma LGBT, Bordeaux, 03/2004 # Love Hôtel, Galerie Maisonneuve, Paris, 05/2003 # Festival Pink Screen, Bruxelles, 05/2003 # La Nouvelle Ga- lerie, Grenoble, 04/2003. EXPOSITION DESSIN, PHOTOGRAPHIE, VIDÉO Hall du 13 rue de l’Université, 8h-21h, 24/03 -28/03 NICOLAS GIMBERT Programme vidéo Ces vidéos, présentées dans l’ordre chronologique de pro- duction, tentent de répondre à la question de la traversée du genre. 1/ TRIPARTY 3min26, 2005 2/ TRYSEXUAL 0min23, 2008 3/ METAMORPHOSIS 1min46, 2008 4/ REMOTE CONTROL 5min35, 2012 5/ AKTION, avec Pascal Lièvre, 2min30, 2011 6/ TAMBOUR BATTANT 1min37, 2013 7/ CHASER GRINDR, avec Vincent Hübelé, 3’, 2014 PASCAL LIÈVRE Il n’y a pas de sexe (2011) Pascal Lièvre sur une invitation de Jean-Christophe Arcos réalise une vidéo lors de la soirée queer Flash Cocotte le 11 septembre 2011 à l’espace Pierre Cardin à Paris. Il propose de faire dire face caméra à ceux qui sont là et qui le dé- sirent quelques mots d’un texte extrait de La Pensée straight de Monique Wittig. Malgré les contraintes évidentes de son et de lumière il semblait intéressant pour l’artiste de faire prononcer dans ce lieu festif ces mots écrits pour la première fois en 1982 sous le titre The Category of Sex et repris plus tard dans The Straight Mind and Other Essays. YVETTE NÉLIAZ TROU AUX BICHES #22 à La Java, 2013 «Pour moi le vrai point fort de la recherche de Yvette Ne- liaz, ce sont les prises de vue incongrues, sa façon d’intro- duire son objectif au beau milieu des scènes. Ses photos me plaisent particulièrement quand elles déconstruisent les gestes ordinaires et normés de la photographie, son oeil est unique, son jeu de couleurs et de lumière est souvent, sous couvert d’une esthétique de l’accidentel, un élément troublant les représentations communes.» Florian Gaité, Philosophe des arts plastiques
  11. 11. PHOTOGRAPHIE - LE(s) PLAISIR(s) Iris Alba Misfits, 2012-2013, série Téo Jaffre Les cochonnes, 2013-2014, série Renaud Chantraine Orgien Mysterien Theater, 2013-2014, série Nathalie Mondot Les vrais semblants, 2014, série Ortie Après l’amour, 2013, série Mélanie Pottier Révolution, 2013, série Romy Alizée Le bruit des noces, 2014
  12. 12. JURY PHOTO MATHIEU BUARD Mathieu Buard est commissaire indépendant et critique. Il écrit pour des revues, magazines et artistes contemporains. Il occupe la fonction de conseiller critique et rédacteur à la Villa Noailles, à Hyères, pour le festival Design Parade et tient un cycle de confé- rences à la Cité de la tapisserie et de l’art tissé d’Aubusson. Mathieu Buard est professeur agrégé de l’École Normale Supé- rieure de Cachan, diplômé d’un master 2 Design et environne- ment de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et du diplôme supérieur d’arts appliqués de design de mode et environnement de l’école d’arts appliquée de Duperré. Il enseigne à l’École Du- perré, à l’Université Paris Est et à l’ENS de Cachan. AUDE DEBOUT et THOMAS CRISTIANI, pour L’IMPARFAITE LA REVUE Derrière chaque histoire érotique il y a une histoire humaine qui embrasse un discours social, politique et esthétique. C’est précisément cette histoire que nous voulons raconter. NUMÉRO 5 — Sortie le 16.05.2013 Avec Estelle Hanania, Codex Manesse, Playnight, Tanja Ostojic, Vols de sexe, Les derniers nudistes, Sasha Kurmaz, William Higgins, Oïkema, Chester Brown, Thomas Hauser, Elvifrance, Christy Hart- burg, Zombie Love, Mathieu Gargam, Kink... ÉMILIE JOUVET Issue des Beaux Arts et de l’Ecole Nationale Supérieure de la Pho- tographie, Émilie Jouvet est réalisatrice et photographe. Elle ex- plore depuis 15 ans la scène queer européenne, entre portraits intimistes et mises en scène subversives. Elle a exposé dans toute l’Europe (Galerie Agnès B et Maison européenne de la photogra- phie à Paris, Festival de la photo à Arles, Galerie Tristesse de Luxe à Berlin, Galerie ArtRebels à Copenhague, mais aussi à San Fran- cisco en 2010 et Tokyo en 2012). En 2005 elle réalise le premier long métrage queer porn lesbien et transgenre français : One Night Stand. En 2009 elle monte une troupe éphémère de per- formeuses, pour une tournée européenne unique, afin de tourner son deuxième long-métrage Too Much Pussy! Feminist Sluts in the Queer X Show, un road-movie documentaire féministe sex-positif sorti dans les salles de cinéma en Europe en 2011. L’ensemble de son travail est primé par leFeminist Porn Awards Europe, a Berlin, en 2012. Depuis 2012, ses films sont au catalogue du CJC Collectif jeune Cinéma. Son travail est diffusé au cinéma et à la télévision (Canal +, Pink TV) et édités en DVD dans différents pays : Sola- ris (FR), Fatale Media (US), Nutja Films (SW). Ancien membre de la Queer Factory, elle a co-fondé différents collectifs d’artistes : TTMF, La Fem Menace, Les Productions Contraires. Elle a fait par- tie des collectifs Oui Oui Oui Egalité, de L’AJL Association des journalistes LGBT, et de SAFE LGBT (Association de lutte contre les violences en milieu LGBT). Elle vit et travaille entre Paris et Berlin. LE LIVRE Émilie Jouvet présentera son premier livre photographique lors du vernissage de l’exposition, le lundi 24 mars à 19h. Queer, butch, kings, queens, fems, trans, lesbiennes, bi, hétéros, gays, dans la rue, dans les bars, dans un lit, enceintes, nu-es, le rouge à lèvre qui file. Peu importe, elles-ils sont uniques, il-elles existent. Les modèles s’offrent au jeu, le temps de laisser cette trace de soi en tant qu’être désirant. Parce qu’elles-ils ont choisi de lutter, Emilie Jouvet montre celles et ceux dont parle la fierté, le désir, l’envie de se dire et le besoin de se visibiliser. L’acte photographique d’Emilie Jouvet s’entend comme acte de résistance, comme lieu où s’exerce des imaginaires, des espaces de jouissance, des révolutions incontournables.
  13. 13. COURTS-MÉTRAGES Barbitch, de Myya Marquès. France, 2013, 1’41 Pendant plusieurs mois, j’ai suivi un groupe de femmes (lesbiennes, bis, trans). Ce petit court-métrage relate une partie des moments passés avec elles. Chaser Grindr, de Nicolas Gimbert. France, 2014, 3’ Cette vidéo pose la question des mutations des rencontres grâce aux réseaux sociaux. Elle identifie les nouveaux com- portements des pratiques dites stéréotypées du milieu gay et tente de les analyser. La proximité géographique à rem- placé l’ère du minitel. Une part d’animalité et de satisfac- tion immédiate du besoin sont en jeu dans cette réflexion. Ici les voix se sont substituées au dialogue écrit. Lieux communs, de Etyën + A. France, 2013, 7’ Soirée diapos. «Une petite rue, un hall d’immeuble, un jardin public, une cour intérieure, le parvis d’une église, les chiottes d’un musée...» Vidéo clip extrait du projet Côté chien / Côté chatte Lola et Bérénice, de Youri Tchao-Débats. France, 2014, 11’07 Lola parle de sa soeur à des inconnu.e.s dans une laverie. Mascarade, d’Alexis Langlois. France, 2013, 13’ Au bord d’une falaise, trois hommes nus exécutent une étrange cérémonie. Une créature surgit et assassine froi- dement les trois païens. Nous basculons avec elle dans un autre espace temps, un endroit où naissent des êtres hybrides. Ensemble, ces personnages fêtent la victoire du faux et de l’artifice avant d’élire et de couronner leur reine. Natives, de Jeremy Hersh. États-Unis, 2013, 20’ Rachel est une jeune new-yorkaise d’origine juive et sa petite amie Anita est d’origine amérindienne. Elles rendent visite aux parents d’Anita, dans une réserve, pour le weekend. Alors que Rachel tente de démontrer son inté- rêt pour la culture des premières nations, sa relation avec Anita se délite peu à peu. Nostalgia de Vos, de Goghi & Goghi. Italie, 4’08 Une chanson pop stupide peut être le point de rencontre entre deux amoureux éloignés, accidentellement accor- dés sur la même station de radio. Une réflexion à caractère pornographique sur le sexe? Le pornographique, cepen- dant, n’est rien de plus que l’œil voyeuriste de l’obser- vateur qui mate l’espace privé et intime d’une chambre d’hôtel, part à la recherche d’un organe sexuel, ou de n’importe quel caractère sexuel secondaire, afin de faire taire l’angoisse de l’incertitude. Perruche, de Roxanne Gaucherand. Belgique, 2013, 11’ Lors d’une soirée arrosée, Louise embrasse Pauline. Ce trou- blant baiser entraine Louise dans une déclaration d’amour impulsive. Le temps court. Pornation, de bruce. France, 10 minutes Porno vintage, Judy Garland, moustaches, plombier. Salmacis, de Régina Demina. France, 2013, 6’34 Adaptation à l’époque moderne du mythe de Salmacis et Hermaphrodite: alors que Salmacis se baigne dans une source de Carie, Salmacis nymphe de la source s’éprend de lui. Ne pouvant se contenir, elle étreint le jeune homme contre elle et supplie les dieux de s’unir à lui pour toujours. Son voeu est exaucé et tous les deux ne forment qu’un seul être bisexué, à la fois mâle et femelle. Ici la source de Ca- rie devient une base de loisirs; les figures mythologiques des adolescents d’aujourdhui; l’être bisexué: une trans.
  14. 14. Partenaires premium Partenaires Leïla El Omari, Marie Mesnil, Marion Delabouglise, Floriane Volt, Tomas Aparisi, Pierre Mallet, Clara Faye, Emma Ghariani, Thomas Labrune, Charlotte Poulain, Clara Koenig, Amélie Bescont, Yoann Datt, Claudine Carel, Lola Nailbox, Beatrice Seuzaret, Pascale Rigault, Jeremy Leuge, Nicolas Gimbert, Pierre Bornand, Gaelle Decombes, Valentin Gleyze, Juliette Hamme, Thomas Barnier, Claire-Marine Selles, Aurore Le Duc, Emma Glaser, Rémy D’Ales- sandro, Patrick Morin, Victoria Zanetti, Othmane Chaouki, Gabriel Semerene, Cecile Le Guen, Josiane Laval, Isabel Archer, Romain Guillard, Thomas Colineau, Pauline Schaming, Alexandre Sile- nus, Mathilde Heckel, Carine Schertzer, Amandine Gay, Hervé Latapie, Emma Legrand, Jeanne-Cécile Cabanis, Alex M., Pierre Marragou, Lola Zappi, Florent Dezenaire, Monia Kharfi, Alexandre Marie Saint Germain, Charles Heger, Guy Lifshitz Communication Les amis de la Queer Week
  15. 15. affiche mau- vais gout Mauvais Gout Nuit aux musées 28 MaRs 10€ - 23h-o6h LA BALLE AU BoND - 3 QUAi MALAQUAis - 75oo6 PAris CRisis PErforMANcE BaRBaRa ButCH EMManuEl CauREl (BizArrE LovE triANgLE) REno PEREZ DJ sEt (AccELErA soN/BArcLAy) i i = = cLôtUrE

×