DOSSIER DE PRESSEvendredi 1er octobre 2010                       Les « Musiciens du Métro » :                 la musique a...
La RATP et la musique, une longue histoire en communLe métro a toujours été une source d’inspiration, en particulier pour ...
auditions permettent aux voyageurs de venir découvrir quelques-uns des groupes les plustalentueux qui jouent sur le réseau...
Questions à Antoine Naso, directeur artistique des « Musiciens du Métro »Y a-t-il un profil type des « Musiciens du Métro ...
Ces artistes illustres dont la carrière a commencé dans le métroLe métro est devenu une scène qui compte. S’il n’a pas tou...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

RATP Brochure Musiciens du Metro

1 866 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 866
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
15
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

RATP Brochure Musiciens du Metro

  1. 1. DOSSIER DE PRESSEvendredi 1er octobre 2010 Les « Musiciens du Métro » : la musique aussi transporte les voyageursAvec ses 300 stations accueillant chaque jour plus de 5 millions de voyageurs, le métroparisien représente une véritable ville sous la ville. La plupart des voyageurs s’y déplaced’habitude avec nonchalance ou à pas pressés. Pourtant parfois, au détour d’un couloir demétro ou d’une correspondance, une mélodie vient capter leur attention…De Saint-Lazare à Montparnasse en passant par les Champs-Elysées, des artistes de talent seproduisent chaque jour dans les espaces du métro et contribuent à animer le trajet desvoyageurs. La RATP œuvre en effet depuis de nombreuses années à introduire une dosed’émotion et de surprise dans son réseau et entretient pour cela un lien particulier avec lesmusiciens.De tous horizons et genres musicaux, ces artistes sont à l’image des voyageurs, d’unediversité et d’une richesse impressionnantes. Découvrez leur histoire.
  2. 2. La RATP et la musique, une longue histoire en communLe métro a toujours été une source d’inspiration, en particulier pour la chanson populaire :de Serge Gainsbourg à Pierre Perret, ce ne sont pas les exemples musicaux qui manquentpour illustrer la vie souterraine. Consciente de ce rapport privilégié à la culture, la RATPpropose notamment à ses voyageurs de nombreuses animations autour de la poésie oud’autres formes d’expression artistiques… Elle a ainsi déjà rendu hommage par le passé à degrandes figures de la chanson française comme Jacques Brel ou Edith Piaf, et contribueaujourd’hui à poursuivre ce positionnement.C’est dans cet esprit qu’a été crée en 1997 l’Espace Métro Accords (EMA), structuredédiée à ces « Musiciens du Métro ». Elle succède à une première initiative mise en placeen 1977 et intitulée Métro Molto Allegro. L’EMA a depuis mis en place une procédured’accréditation et organise à cet effet deux sessions de castings par an.Au-delà des « Musiciens du Métro », devenus pratiquement un label, la RATP s’associerégulièrement à des festivals « grand public » comme Rock en Seine, Solidays ou Art Rock.Au travers de ces partenariats et animations de ses espaces, la RATP s’engage, nonseulement à informer les voyageurs sur les activités culturelles, mais également à les rendreaccessibles au plus grand nombre.L’Espace Métro Accords (EMA), une structure dédiée à ces musiciens Depuis septembre 1997, l’EMA est dédié aux « Musiciens du Métro ». Il gère bien sûr les nombreuses demandes d’accréditations qui lui sont soumises, mais sait également se faire l’agent des artistes. Il est en effet très sollicité et fait ainsi profiter les musiciens des opportunités qui peuvent se présenter pour eux. En parallèle, il développe des projets propres à la structure, notamment pour animer le réseau RATP.A travers l’Espace Métro Accords, la RATP a trois grands objectifs : - Faire émerger de jeunes talents - Leur permettre de se produire dans des conditions ne gênant pas les voyageurs - Leur offrir un tremplin via les festivals dont elle est partenaireDes musiciens associés à des événements prestigieuxDe nombreux événements ont marqué l’histoire récente de l’EMA et de ses « Musiciens duMétro », qui ont bénéficié d’importants coups de projecteurs : festivals Solidays ou Art Rock,émission sur W9, premières parties d’artistes majeurs…Depuis plusieurs années déjà, la RATP a mis en place chaque année un grand castingpublic à la gare RER d’Auber (RER A) en partenariat avec le festival Solidays. Ces
  3. 3. auditions permettent aux voyageurs de venir découvrir quelques-uns des groupes les plustalentueux qui jouent sur le réseau. Un jury composé de personnalités et de musiciensprofessionnels (pour l’édition 2010 : Harry Roselmack, La Grande Sophie, Yaël Naïm,William Baldé…) choisit désigne ensuite les trois ou quatre meilleures formations pour leurpermettre de se produire sur la scène « jeunes talents » du festival Solidays.En 2009, c’est une série de quatre concerts exceptionnels de Keziah Jones qui a étéorganisée dans les gares et stations de la RATP : l’artiste entendait ainsi revenir sur lascène de ses débuts et remercier les voyageurs. Pour chaque concert, le lieu n’était dévoiléque quelques heures à l’avance par SMS à un petit nombre de personnes s’étantpréalablement inscrites sur internet.En 2008, la chaîne de télévision W9 a diffuséune émission spéciale intitulée « StationMusic ». Retransmise en prime time et en directdepuis un cadre original (des ateliers demaintenance RATP), celle-ci mettait en avant 11groupes de « Musiciens du Métro » qui devaientêtre départagés par le vote des téléspectateurs. Al’issue de l’émission, le gagnant a pu bénéficierd’une exposition exceptionnelle sur la chaîne, oùson clip est passé pendant un mois.L’intérêt que suscitent les « Musiciens du Métro » ne cesse de grandir, puisqu’ils seproduisent maintenant également sous ce label aux festivals Art Rock de Saint-Brieuc ouJazz à Saint-Germain-des-Prés.Une sélection exigeante pour décrocher l’accréditationDeux fois l’an, au printemps puis à l’automne, l’Espace Métro Accords organise une série de« castings » à destination des musiciens souhaitant se produire dans les couloirs dumétropolitain. Même si certains sont des habitués venus faire renouveler leur accréditation,la plupart tentent leur chance pour la première fois.Un mois durant, des centaines de candidats sont invités à se présenter dans les locaux(récemment rénovés) de l’EMA. Face à un jury composé d’agents RATP à la fois curieux etmélomanes, les musiciens interprètent deux chansons de leur choix pour tenter de décrocherle précieux sésame. La sélection s’opère sur des critères de qualité musicale et demotivation. Le jury veille en particulier à la diversité des styles, des rythmes et des culturespour offrir une sélection variée, à l’image des voyageurs.Les heureux élus peuvent ensuite retirer leur badge nominatif de « Musicien du Métro ».Valable six mois, il constitue l’accréditation nécessaire pour exercer son art devant lesvoyageurs. Sur un total de plus de 1000 personnes auditionnées, ce sont environ 300badges qui sont délivrés chaque semestre.
  4. 4. Questions à Antoine Naso, directeur artistique des « Musiciens du Métro »Y a-t-il un profil type des « Musiciens du Métro » ?Non au contraire, ils sont tous très différents ! Nous avons des femmes, des hommes, desjeunes et des moins jeunes, des gens d’horizons divers y compris venus de loin (Afrique duSud, Ukraine, Pérou…). Leurs styles musicaux aussi sont très variés : cela va du classique auhip-hop en passant par le rock et le reggae. D’ailleurs, quelques rares artistes ne sont pasmusiciens mais par exemple danseurs. En revanche, il s’agit pour la plupart de semi-professionnels, voire même de vrais professionnels !Que viennent-ils chercher dans ces couloirs ?Les motivations varient, mais c’est avant tout pour eux un excellent lieu pour tester leurrépertoire. S’ils arrivent à capter l’attention de voyageurs qui ne sont a priori pas venus làpour les écouter, c’est gagné ! Qui sait, il y aura peut-être un producteur qui les remarquera.Et puis certains couloirs offrent une très belle acoustique, ce sont de bons endroits pourrépéter sans embêter ses voisins.Comment les voyageurs peuvent-ils savoir si un musicien est accrédité ?Les « Musiciens du Métro », ceux qui passent avec succès nos auditions et sont accrédités,portent toujours sur eux le badge qu’on leur délivre. Et puis surtout, ils ne jouent que dansdes endroits sélectionnés, comme les couloirs de correspondance ! Les musiciens n’ont pas ledroit de jouer ni dans les rames, ni sur les quais pour des raisons de sécurité. De ce fait, lamusique est proposée, jamais imposée ! Où peut-on généralement écouter ces musiciens ? Un grand nombre de stations sont concernées, nous avons des groupes qui se produisent à peu près partout, chacun ayant ses habitudes. On peut néanmoins citer quelques grands pôles où l’on a davantage de chance de les croiser, comme par exemple Bastille, Châtelet ou Montparnasse.Comment les artistes peuvent-ils s’inscrire ?Il suffit de venir sur place pour retirer un dossier à l’adresse suivante :Espace Métro Accords, 102 ter rue de Charonne, 75011 Paris.On peut également contacter la structure par e-mail : musiciensdumetro@ratp.fr
  5. 5. Ces artistes illustres dont la carrière a commencé dans le métroLe métro est devenu une scène qui compte. S’il n’a pas toujours bénéficié d’une structuretelle que l’Espace Métro Accords, il a néanmoins contribué à lancer la carrière d’artistesaujourd’hui reconnus.On peut citer ainsi Keziah Jones, Lââm, Dany Brillant, Manu Dibango, Touré Kounda,Ben Harper, ou plus récemment Anis, William Baldé, Pep’s et Zaz.Dans le cadre de la politique d’animation de ses réseaux, la RATP développe diverses actionsdestinées à faire de ses espaces des lieux de vie et favorise ainsi la proximité et la rencontre.Sa signature « Aimer la ville » est l’expression d’une ambition à rendre la ville plusharmonieuse, plus agréable, plus durable. C’est aussi la promesse de penser le transport etles services à la mobilité de manière globale. Et une volonté forte de faire aimer la ville à sesmillions de voyageurs quotidiens. SERVICE DE PRESSE RATP ANNE PRIGENT T.01 58 78 37 37 www.ratp.fr – anne.prigent@ratp.fr

×