1
SECURITE A BORD.
LE FEU.
Ce n’est ni une spécialité ni un certificat, c’est une MISSION.
Sans sécurité efficace et organ...
2
Lorsque l’incendie semble Eteint.
• L’incendie est- il réellement éteint, détritus trempés.
• Quelles mesures prendre po...
3
Pour Eviter la Combustion Spontanée « éviter le stockage des matières fibreuses –
chiffon – cordage ». Surtout lorsqu’il...
4
TRES IMPORTANT.
Les manœuvres de ces dispositifs doivent être exécutées après avoir Stopper la
Ventilation – Fermer Tout...
5
stocké sous pression dans les bouteilles, il y aura également refroidissement par détente
du gaz.
Il y aura donc extinct...
6
• Localiser le feu.
• Ouvrir la porte de la station de déclenchement.
• Ouvrir la vanne correspondante dans le poste de ...
7
A bord de tout navire de la flotte, les titres de sécurité nationaux et internationaux
doivent impérativement être en co...
8
• L’appareil à gouverner.
• L’éclairage de secours.
• Les échelles de pilote.
• La coupée, échelle de coupée.
• Les moye...
9
Ces matériels devront être maintenus en état de fonctionnement pour répondre
aux besoins essentiels du navire. La confor...
10
Les tenues vestimentaires, et la présentation générale des équipages doivent être
dans un état de propreté et d’aspect ...
11
Supplément au
certificat de sécurité
du matériel
d’armement pour
navires de charge.
S o l a s 74.
Expiration date d’éch...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

S - resume__securite

383 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
383
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
43
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

S - resume__securite

  1. 1. 1 SECURITE A BORD. LE FEU. Ce n’est ni une spécialité ni un certificat, c’est une MISSION. Sans sécurité efficace et organisée, tout navire n’est qu’un nom sur un papier et une fiction sur la mer. Les cadres non instruits et non entraînés, sont rapidement débordé par l’événement. A la Mer. En Cas d’Incendie. • Les conditions climatiques. • L’unité de commandement • L’habilité des spécialistes du feu. • Le bon fonctionnement du matériel…fera d’un commencement d’incendie un fait divers ou une catastrophe. L’Officier de Sécurité. Méfier vous des hommes qui n’ont peur de rien, ce sont soit des inconscients, soit des êtres dépourvus d’intelligence grâce à laquelle on peut soupçonner un danger. L’Officier de sécurité doit être un homme sage et de sang froid, il est capable d’explorer mentalement une situation déjà dramatique par les milles aspects qu’elle peut revêtir. Il lui faut à même de cerner rapidement un problème en le maintenant dans le cadre de ses vraies dimensions. Guide Pour l’Officier de Sécurité. Au port. • Prévenir les pompiers. • Voir si des Membres de l’Equipage sont en Danger. • Se renseigner sur le Foyer. • Lieu – Nature – Importance – Extension – Comment y accéder – quels sont les Moyens adéquats d’Extinction nécessaires ? • Comment Les installations du Navire peuvent – elles y être utilisées ? • Installations Fixes – Rideau d’Eau – porte étanche et coupe feux – installation à gros débit. • Canon à mousse • Y a t’il des gaz ou vapeurs Dangereux avec Risque d’Explosion ? • Peut – on, utiliser les Appareils Respiratoires – isolants ? • Est - il nécessaire d’écarter les matières inflammables ou dangereuses des cloisons adjacentes ? • Cette mesure est - elle immédiate ? • Est - il bon de tout fermer et de maintenir fermé ? • Avez vous stoppé les ventilos ? • Avez vous besoin de renforts du personnel ? • La stabilité du navire est – elle, menacée ? • Avez vous fait prendre les mesures d’assèchement ? • Doit – on, couper le courant sur certains circuits ? • Est - il nécessaire de changer de cap ? Lorsque l’Incendie est Maîtrisé. • Peut – on, ouvrir pour inspection ? • Peut – on, ventiler pour envoyer du personnel sans masque ?
  2. 2. 2 Lorsque l’incendie semble Eteint. • L’incendie est- il réellement éteint, détritus trempés. • Quelles mesures prendre pour éviter une ré inflammation spontanée ? Qu’est ce que le Feu. L’incendie est une combustion qui se développe d’une manière désordonnée et sans que l’on puisse la contrôler…. TROIS Eléments : - Carbonne et hydrogène.- point éclaire d’inflammation – auto – inflammation et pouvoir calorifique. • Corps comburant………….. 02./21%……………N / 79%. • La température / Chaleur. … C’est une Réaction lente, vive ou brutale. LE TRIANGLE DE FEU. CARBURANT - COMBURANT /O2 - ELEVATION TEMPERATURE (°C). Les Conditions de Sécurité Reposent sur Trois Piliers. • La Prévention – suppression des causes. • La Protection – Réduction des effets. • L’INTERVENTION – Mise en œuvre des moyens. Le but des stages est de faire acquérir la pratique indispensable, non dissociable des notions théoriques fondamentalement nécessaire pour bien comprendre le phénomène de l’incendie et la manière de se propager. D’une manière générale c’est la préparation en vue d’acquérir à bord un esprit de sécurité. Les Agents Extincteurs. Par Refroidissement ou Etouffement. La Propagation se fait par Déplacement, Rayonnement (pouvoir calorifique ), Conduction (cloison échauffement latéral des tôles), et par Convection ( accumulation des gaz ). L’INCENDIE. Dans un navire, un feu doit – être décelé le plus vite possible, car si on ne le maîtrise pas rapidement, il devient dangereux et de plus en plus difficile. On peut éteindre un début de feu avec un simple verre d’eau. Il faut donc avoir recours à des procédés efficaces. Le meilleur moyen est de prévenir les conditions favorables à son éclosion. PREVENTION : Les causes les plus fréquentes d’incendie sont les Imprudences ou la Malveillance, les courts circuits, les étincelles, échauffement exagéré des matières combustibles. Exemple. Combustion spontanée Coton + Graisse.
  3. 3. 3 Pour Eviter la Combustion Spontanée « éviter le stockage des matières fibreuses – chiffon – cordage ». Surtout lorsqu’ils sont tachés d’huile ou de graisse. Pour Eviter les Courts Circuits, inspecter fréquemment le câblage et les installations électriques, éviter de surchauffer les lignes et s’assurer que les fusibles sont bien calibrés. L’humidité est spécialement à redouter lorsqu’on utilise un chalumeau ou une lampe à souder, il faut se rendre compte si la chaleur dégagée ne risque pas de transmettre dans d’autres endroits. DETECTION. Dés qu’il y a un feu, il faut agir vite, afin de contrôler dés le début de l’incendie, à cet effet, chacun doit apporter son concours efficace – il faut connaître parfaitement les consignes. LE ROLE D’INCENDIE. Il Doit être connu et mis en pratique scrupuleusement. Divers appareils (Détecteurs) vont contribués à la surveillance de certains points du navire. Chaque marin doit conserver à l’esprit que son action « Personnelle » reste la meilleure sauvegarde. MATERIEL D’EXTINCTION. MANCHES. Les manches permettent d’Atteindre toujours les points menacés dans chaque compartiment. Les vannes – raccords – manches et lances sont maintenu en bon état d’utilisation. LES EXTINCTEURS. Les extincteurs les plus courants sont du type portatif à liquide à mousse ou à poudre. L’extincteur portatif est un appareil de 1er secours. 1er TYPE. Le liquide contenu dans le récipient est protégé à l’extérieur sous forme de jet par l’action d’un gaz au moment de l’utilisation. Extinction par le liquide et étouffement par le gaz qui empêche l’O.2 de l’air de parvenir jusqu’au foyer. Il faut viser la BASE du feu, ce type convient pour le Bois – Papier – Chiffon. 2° TYPE. La mise en action détermine une émulsion de mousse. Ce modèle convient pour les débuts d’incendie – essence – mazout – car la nappe de mousse vient s’étendre à la surface du liquide, (son action n’abîme pas les tissus). Ces deux modèles peuvent être dangereux lorsqu’ils sont utilisés sur des installations électriques à haute tension ; pour cela il faut utiliser le 3° Type. 3° TYPE : C. O .2. Dégage de l’acide carbonique – la neige carbonique empêche l’arrivée de l’oxygène de l’air pour maintenir la combustion. Convient pour les feux électriques. L’emploi de la mousse – combustible liquide gras – mazout. L’emploi du gaz – compartiment clos – machine cales…
  4. 4. 4 TRES IMPORTANT. Les manœuvres de ces dispositifs doivent être exécutées après avoir Stopper la Ventilation – Fermer Toutes les Arrivées d’Air et de Combustible. Faire évacuer l’eau à l’extérieur. L’homme qui fait la recherche du feu doit être muni d’une ligne de vie et d’un appareil respiratoire. TYPES DE FEUX : FEUX MAIGRES. Bois – Papier – Fibres. Attaquer avec des manches – extincteurs à liquide – à Poudre. FEUX GRAS. Mazout – huile – hydrocarbure … A MOUSSE. FEUX SPECIAUX. ELECTRIQUE, prennent naissance dans des produits chimiques (chlorate) - par pulvérisation – sable – mousse carbonique. Si le navire est dans le port, faire appel aux moyens extérieurs. RECONNAISSANCE. EXPLORATION. INVESTIGATION. Examen détaillé des lieux - Renseignement……… Recherche attentive et Survie…………………. Visite des Lieux avec soins……………………. Découvrir et effectuer les sauvetages – discerner les matières qui brûlent, déterminer les points d’attaque et le cheminement pour y parvenir – arrêter la propagation du feu, (Refroidissement – nettoyage des alentours) – Détecter les gaz suivant les cas. Exploration Prudente – Complète - Continue et Signalée. L’explorateur a beaucoup de sang froid – grande maîtrise – sens de l’orientation – mémoire du touché – déblai – déchargement – surveillances – rondes – new foyers. UTILISATION DE L’INSTALLATION FIXE D’EXTINCTION D’INCENDIE PAR CO2 : RAPPEL THEORIQUE : Salle des machines : Cales et entreponts N° 1, 2 et 3. L’installation d’extinction du feu par CO2, permet de lutter contre les feux prenant naissance dans les compartiments suivants. Le principe de l’extinction est basé sur l’étouffement du feu, en rendant inerte l’atmosphère pour réduire la teneur en oxygène. De plus, le gaz carbonique (CO2), étant
  5. 5. 5 stocké sous pression dans les bouteilles, il y aura également refroidissement par détente du gaz. Il y aura donc extinction par étouffement et par refroidissement. Pour que l’atmosphère soit suffisamment inerte, c. à dire que la teneur en oxygène ne permette plus la combustion, il faut que la quantité de C02 soit de 30 à 35% du volume considéré. Nous aurons alors : Volume salle des machines 1513,75 M3, pour que l’action du CO2 soit efficace, il faudra en diffuser une quantité de 35%, c à dire 529,82 M3. Le poids de 1M3 de CO2 est de 1,78 Kg, donc le poids à décharger est de 945 KG ; ce qui est l’équivalent de 21 Bouteilles chargées de 45 Kg de CO2. Pour les cales à marchandises le principe est le même, sauf que 3O% de CO32 suffisent. INSTALLATION A BORD DU NAVIRE : Les installations à bord du navire se divisent en deux parties : • Le stock de CO2. • Les stations de déclenchement. Le stock de CO2 se trouve dans la maison mâts N° 1, à l’intérieur ou se trouvent les bouteilles disposées en trois séries de doubles rangés. Une des rangées est réservée à l’extinction du local machine, et son déclenchement est automatique, le reste des Bouteilles peuvent servir à l’extinction dans les soutes et dans les cales. Les stations de déclenchement sont : Pour les machines : dans la coursive des matelots à côté de la sortie de secours de la salle de contrôle machine. Pour la cale 3 : dans un caisson au niveau de la coursive extérieur Bd Pour les cales 1 et 2 : dans le local CO2. Pour les soutes : dans la station de déclenchement machine. MANŒUVRES DE DECLENCHEMENT DU CO2. A. Pour les machine. Dés la découverte du feu. • Essayer de le maîtriser ; si cela est impossible, évacuer la machine, stopper la ventilation, fermer toutes les ouvertures. • Ouvrir la porte de la station de déclenchement (une alarme se déclenchera automatiquement). • Couper l’alimentation en combustible des différents moteurs. • Ouvrir la vanne de CO2. • Casser le verre de la boite « déclenchement CO2 », et tirer la poignée entièrement Pour les soutes.
  6. 6. 6 • Localiser le feu. • Ouvrir la porte de la station de déclenchement. • Ouvrir la vanne correspondante dans le poste de déclenchement. • Ouvrir une seule bouteille dans le local CO2. Pour les cales. Le problème des cales est que le feux peut durer longtemps, on doit tenir compte de l’éloignement du port le plus proche. Donc le déclenchement de CO2 se fera progressivement à intervalles réguliers pour conserver une atmosphère inerte le plus longtemps possible. • Déterminer le local en feux. • Evacuer les lieux, couper la ventilation, fermer de façon étanche toutes les ouverture (on veillera à ce que cela soit fait parfaitement) . • Ouvrir la vanne correspondante dans la station de déclenchement. • Dans le local CO2, ouvrir le nombre de bouteilles comme suit ; Lieu 1ère Décharge 2° Décharge Entrepont N° 1 …………….. 8 ……………………..…... 3…… Cale N° 1 ……………….……19 …………………………. 4…… Entrepont N° 2 …………….24 …………………..….… . 4…… Cale N° 2 ……………….……26 ………………………….. 5…… Entrepont N° 3 …………….21 …………………..….….. 4…… Cale N° 3 ………………….…23 ……………………….….. 4…… La deuxième décharge se fera ½ heures plus tard. Si cela est nécessaire, on effectuera d’autres décharges pour conserver le local sous atmosphère inerte. Lorsque le feu est complètement éteint, avant de pénétrer dans le local, il faut soigneusement ventiler et vérifier la teneur en oxygène à l’aide d’une lampe spéciale type DAVY ? Ne jamais allumer de feu nu, on risquerait de ré allumer le feu. INSTRUCTION AUX ARMEMENTS ET AUX CAPITAINES DES NAVIRES SOUS PAVILLONS ALGERIENS : O B J E T: Conformité des Navires aux Normes de Sécurité Maritime. L’attention des responsables des armements nationaux et de leur capitaine est attiré sur l’impérieuse nécessité de se conformer aux dispositions légales et réglementaires et des conventions internationales pertinentes en matière de sécurité à bord des navires suivant l’échéancier contenu dans les présentes instructions pour les navires à passagers ou de charges et les navires citernes selon la nomenclature ci – après. 1. TITRES DE SECURITE.
  7. 7. 7 A bord de tout navire de la flotte, les titres de sécurité nationaux et internationaux doivent impérativement être en cours de validité et il incombe aux capitaines et armements d’en assurer leur renouvellement en temps utile. Le recours aux prorogations ne peut être qu’exceptionnel et à ce titre limité. La liste des certificats et titres portés en annexe à cette instruction précise la validité des titres ainsi que les modalités de leur délivrance. Cette prescription doit être exécutée sans délai pour tout type de navire. La durée de validité des titres expire en outre, hormis les échéances normalement prévues pour chaque titre, dés que l’une des conditions requises pour leur obtention cesse d’être remplie. Ainsi, comme le stipule la loi, lorsqu’un événement de mer se produit ou qu’un défaut quelconque affectant la sécurité du navire, l’efficacité ou l’intégrité des engins de sauvetage ou autres apparaux, est constaté ou encore lorsqu’il a subi des réparations ou aménagements importants, le navire est soumis à une inspection générale ou partielle selon le cas, à l’issue de laquelle le titre de sécurité correspondant est éventuellement invalidé et renouvelle. 2. DISPOSITIFS DE LUTTE CONTRE L’INCENDIE : Ces dispositifs sont constitués notamment par : • Les dispositions de lutte contre l’incendie (en général) . • Les préventions de l’incendie. • Le dispositif à gaz inerte. • La détection de l’incendie. • Le matériel de lutte contre l’incendie. • L’installation fixe d’extinction de l’incendie. • Les équipements général et individuel. • Les pompes. • L’alarme incendie. • Les volets d’incendie, soupapes, dispositifs à fermeture rapide, commande à distance. • Le raccord international de jonction avec la terre. Ces dispositifs doivent être en conformité avec les normes pertinentes. Leur entretient et leur état de fonctionnement, doivent être en permanence assurés. La conformité aux normes du matériel de sécurité de lutte contre l’incendie doit être pleinement réalisée et maintenue selon l’échéancier suivant ; • Navires à passager……………………Sans délai. • Navires rouliers………………………..Sans délai. • Navires de charge……………………..Sans délai. • Navires citernes………………………..Sans délai. SECURITE GENERALE : La sécurité générale recouvre notamment. • Les dispositifs de fermeture / portes étanches à l’eau. • Les panneaux. Indications. • Les appels et exercices. • Le plan de sécurité. • La stabilité et solidité.
  8. 8. 8 • L’appareil à gouverner. • L’éclairage de secours. • Les échelles de pilote. • La coupée, échelle de coupée. • Les moyens d’évacuation. • La coque. REVUE MATERIEL D’ARMEMENT : Sauvetage : Le matériel de sauvetage est constitué notamment : • Les engins de sauvetage en général. • Les embarcations de sauvetage. • Les armements des embarcations de sauvetage. • Les radeaux de sauvetage. • Les dispositifs de mise à l’eau. • Les signaux de détresse. • Les bouées de sauvetage. • Les brassières de sauvetage. Les matériels doivent être en conformité avec les normes pertinentes. Leur état de fonctionnement doit être en permanence assuré. La conformité aux normes du matériel de sécurité doit être pleinement réalisée et maintenue selon l’échéancier suivant : 1. Navires à passagers : Sans délai. • Navires rouliers : avec délai. • Navires de charge : avec délai. • Navires citernes : avec délai. INSTALLATIONS RADIO – ELECTRIQUE : Les installations radio – électriques comportent : • L’installation principale. • L’auto alarme. • L’installation de réserve. • Le radio – goniomètre. • Divers. Ces installations doivent être en conformité avec les normes fixées. Leur état de fonctionnement doit être en permanence assuré. La conformité aux normes de ce matériel doit être pleinement réalisée et maintenue selon l’échéancier. AIDES A LA NAVIGATION : Les aides à la navigation à bord consistent - en : • Matériel de navigation. • Radars. • Gyrocompas. • Compas magnétique. • Feux, marques et signaux sonores. • Lampes de signalisation. • Cartes marines. • Publication nautique. • Divers.
  9. 9. 9 Ces matériels devront être maintenus en état de fonctionnement pour répondre aux besoins essentiels du navire. La conformité de ce matériel doit être pleinement réalisée et maintenue selon l’échéancier. MACHINES DE PROPULSION ET MACHINES DE SERVITUDE : Les machines concernées sont composées aux fins des présentes instructions : • Des machines principales de propulsion. • Des machines auxiliaires de propulsion. • Des dispositifs d’assèchement des cales. • Du matériel de soutage. • Des engins de transfert. • Des pompes d’incendie de cales, waters ballast. • Divers. Outre la nécessité d’un état correct de fonctionnement ou de remise en état éventuelle dans les délais autorisés par l’organisme de classification concerné et l’accord de l’administration, la conformité aux normes doit être assurée et garantie pour tous les types de navires. Les locaux des compartiments machines doivent en outre être dans un état de propreté convenable. HABITABILITE A BORD ET ALIMENTATION : Les aménagements d’habitation et de service de table à bord comprennent : • Les cabines des passagers et des membres de l’équipage. • Les installations sanitaires. • Les cuisines et salles de préparation et de restauration. l’infirmerie et matériel médical. • Les tuyauteries, plomberie et câblage d’isolation. • L’éclairage, la ventilation et le chauffage. • Les vivres, eau et locaux de stockage. • Les magasins. L’ensemble de ces éléments doit - être dans un état de fonctionnement, de propreté ou de qualité selon le cas. Pour certaines installations dont la défectuosité n’est pas jugée grave dans l’immédiat, Il peut - être procédé à la remise en état au plus tard au cours du prochain arrêt technique du navire, à l’exception des navires à passagers. EQUIPAGE ET ENTRAINEMENT DE SECURITE : 1. EXERCICES DE PREROGATIVES : Outre les exigences en effectifs nécessaires à la conduite du navire, des dispositions doivent - être prises pour que les membres d’équipage, notamment les officiers, disposent de brevets leur permettant d’exercer les prérogatives liées à leurs fonctions respectives. En outre, et conformément à la loi, les marins doivent être dotés selon le même calendrier, de vêtements de travail et de tenues uniformes.
  10. 10. 10 Les tenues vestimentaires, et la présentation générale des équipages doivent être dans un état de propreté et d’aspect correct. 2. EXERCICES DE SECURITE ET BREVETS CANOTIERS ET DE SAUVETAGE ; Les normes ainsi que la périodicité des exercices de sécurité à bord sont déterminées par les arrêtés et circulaires pertinents. Il importe de veiller scrupuleusement à ce que les exercices de sécurité soient effectivement réalisés. Il est impératif que les marins embarqués à bord soient titulaires du brevet de canotier / ISM Code, et de sauvetage délivré dans les conditions prescrites par arrêté. Au - delà de l’échéancier, seuls les marins dotés de tels titres exercent à bord des navires dans les proportions qui ont été édictées par les arrêtés et circulaires. Une quelconque négligence ou contravention dont les auteurs feront systématiquement l’objet de mesures disciplinaires et de poursuites pénales, conformément à la loi. TITRES DE SECURITE A BORD. Permis de navigation C. M. A. Un An. Certificat de sécurité pour navires de charge Convention Int. pour la SDV en mer : S o l a s 74. Un An. Certificat de sécurité de construction pour navires de charge. S o l a s 74. R. 12. 10. Cinq Ans. Certificat de sécurité radiotélégraphique pour navire de charge. S o l a s … Un An. Certificat de sécurité du matériel d’armement pour navire de charge. S o l a s. Deux Ans. Certificat de sécurité radio téléphonique pour navire de charge. S o l a s R.12. Un An. Certificat Int. De F – B (1956). Convention Int. Pour les lignes de flottaison. Art. 16. Cinq Ans.
  11. 11. 11 Supplément au certificat de sécurité du matériel d’armement pour navires de charge. S o l a s 74. Expiration date d’échéance du certificat matériel d’armement. Document joint au supplément du certificat de sécurité de construction pour navire de charge. S o l a s 74 – 78. N. B. La présente liste ne comprend pas les autres documents obligatoires de navigation ainsi que ceux réalisés à la conformité aux normes de Prévention de la pollution par les navires. Voire SOLAS 1974…/…

×